Crise à la CAMEG : La solution « miracle » du nouveau ministre de la santé dans moins d’un mois

LEFASO.NET | Marcus Kouaman • mercredi 8 mars 2017 à 00h35min

La Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques et des consommables médicaux (CAMEG) qui est dans une crise juridico-judicaire sans précèdent depuis mai 2016 a reçu la visite du tout nouveau ministre de la Santé. Le Pr Nicolas Meda après avoir visité l’entrepôt de l’Association à Tengandogo (Ouagadougou), ce mardi 7 mars 2017, s’est entretenu avec le personnel. Lors des échanges, il a promis trouver une solution à cette crise d’ici un mois.

Crise à la CAMEG : La solution « miracle » du nouveau ministre de la santé dans moins d’un mois

Deux semaines après son installation officielle dans ses fonctions (23 février dernier), le Pr Nicolas Meda, nouveau ministre de la Santé a déjà pris son bâton de pèlerin. Entre ces occupations régaliennes et le dialogue qu’il tente de nouer avec les acteurs sociaux comme le SYNTSHA (Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale), le spécialiste en chef de la Santé n’oublie pas la crise à la CAMEG.
Après la visite éclair sur le site de Tengandogo, le remplaçant de Smaïla Ouedraogo a pris place en ce lieu pour échanger avec le personnel sur cette crise qui dur et perdure depuis dix mois au moins.

Tout naturellement cette visite ne peut que réjouir Dr Jean Chrysostôme Kadéba et Dr Bokar Kouyaté (respectivement DG et PCA de la CAMEG), qui ont fait cette visite guidée en présence de Dr Salifou Konfé (PCA contesté). « C’est une marque de reconnaissance faite à la CAMEG et un intérêt bien réel que vous accordez à l’activité menée par la nationale des médicaments », laisse entendre le DG Kadéba. Avant une brève présentation de la CAMEG.

Sur ce point, il n’y a pas de doute que le ministre de la Santé porte un grand intérêt à la centrale qui est une cheville ouvrière pour la réussite de la politique de gratuité des soins pour la femme enceinte et les enfants de 0 à 5 ans, en cours. Pour le Pr Meda, son rôle à la tête du département de la santé est de faire en sorte que les travailleurs du secteur « se concentre sur la production des soins et la restauration de la santé ».

« Je ne vais pas passer par quatre chemin pour dire que la CAMEG a constitué une source de tension dans le secteur de la santé et bien sûr prioritairement, c’est une crise qu’il me revenait d’examiner rapidement pour permettre au système de santé de ne pas être impacter négativement », lance-t-il. Selon le ministre, la doctrine du gouvernement actuel est de trouver par le dialogue social toute les solutions à travers une concertation nourrie, pour résoudre les problèmes posés. Et d’ajouter que : « un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès ».

Il assure qu’il est venu rencontrer le personnel, les travailleurs pour réaffirmer qu’ils comptaient dans la résolution de la crise de la CAMEG. Surtout que leur rôle est essentiel dans le développement de l’offre de soin au pays des hommes intègres. Ses maîtres mots c’est « dialoguer, écouter et prendre la mesure de ce que les travailleurs ressentent et proposent comme sorti de crise ». « Cette volonté de dialogue est claire sur cette table », insiste-t-il, se référant aux protagonistes de cette crise.

Pour lui, c’est une occasion rare. « C’est un signe que rapidement nous trouverons une solution et sans doute avant la fin du mois vous aurez une CAMEG nouvelle qui permet de réaliser votre potentiel et servir la population comme ce que disait le Directeur général (Dr Kadéba) dans son mot d’adresse », termine-t-il.
Une démarche que les travailleurs de la CAMEG ont trouvé louable à juste titre. De leurs interventions, il ressort que ces derniers n’attendent que le dénouement de cette crise qui biaise leur travail.

En attendant la solution « miracle » du Pr Meda, les protagonistes seront devant le Tribunal de grande instance de Ouagadougou le lundi 13 mars 2017, pour le second procès pour faux et usage de faux.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Messages

  • Vivement que la sagesse suprême vous guide pour nous permettre de "quitter dans ça" au plus vite. Je ne crois pas du tout à une solution miracle sans sacrifice. certains doivent forcement reconnaitre qu’ils ont tord pour l’intérêt supérieur de la nation.
    Cette boîte à sous nécessité une refondation Mr le Ministre

  • "Mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès !". L’adage est bien connu. Seulement, nous sommes dans une république qui a des lois. D’ailleurs Dr Kadeba disait en septembre qu’il faisait confiance en la justice. Et bien, la justice est entrain de trancher ! Il faut juste se plier au droit qui est dit. Que le président du Faso et son gouvernement soient clairs avec le peuple dans cette crise : pourquoi toutes ces décisions de justice rendues ne sont pas appliquées ? Le conseil d’Etat a dit le droit à plusieurs reprises. Bocar et Kadeba doivent plier bagages et laisser la CAMEG (qu’ils sont venus trouver, qui a été bâtie par d’autres avant eux) prospérer. Arrêtons ce divertissement ! ce n’est pas sérieux dans un État de droit. Des décisions de justice que l’on refuse d’appliquer. Quand même !
    Aussi, ce procès pour faux et usage de faux sur les statuts de la cameg qui est à son 5e report doit engin être jugé. Que les soutiens politiques de Bocar et Kadeba, s’ils sont vraiment honnêtes, laissent le jugement se faire le 13 mars prochain. On saura enfin toute la vérité.

    • Je soutiens les propos de leburbinabe. Pas question de gérer les choses mouta mouta Mr le Ministre. Il est inadmissible que des énergumènes pour des raisons égoïstes prennent en otage le fonctionnement d’un outil aussi important sur la base d’un mensonge entretenu par certains médias indélicats. S’il s’avère vrai que ces derniers ont mal manoeuvrer ils doivent être punis. Pas question de caresser des fautifs dans le sens des poils. Prenez garde à ne pas créer des antécédents aux conséquences fâcheuses dans cette affaire. L’opinion publique est en train de se rendre compte de tout le complot fomenté au sommet de l’état pour manager des fautifs déguisés en agneaux contre l’ancien ministre de la santé.
      Dans tous les cas, si vous ratez l’occasion de rétablir la vérité et de prendre des sanctions adéquates à l’encontre des menteurs et manipulateurs, ce dossier risque de connaitre des rebondissements.
      Monsieur le ministre, personne n’est au dessus de la loi et de la république, ceux qui ont fauté doivent payer cache. Votre mouta mouta ne va pas arranger les choses. D’autres emboiteront le pas des fautifs...

    • le faux burkinabe. toi et tes debusqueur de lievre et leurs maitres, vous etes responsable de la situation de la cameg. votre zéle et arrogance va vous perdre. vous pensez que c’est une faiblesse de laisser tomber des proces pour privilegier la solution amiable ? pauvrre de vous. c’est cr genre de raisonnement immature qui a fait echoué votre petit ministre. j’espere seulement qi’il n’ira pas melanger tout dans le departement de la jeunesse et de l’emploi.

    • Si BOCAR et KADEBA reste à la tête de la CAMEG ;C’est une des preuves irrefutable que le regime ROCH n’a pas d’autorité. "Mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès"d’après le ministre de la santé cela me deçois plus ; je me demande comment on pourra mettre fin au mafia de corrupteurs et voleurs qui sont dans nos administrations et sociètés d’Etat.

  • Félicitations au Pr Nicolas et à son équipe pour sa démarche.

  • On va voir. Dans les jours a venir

  • Chers para-médicaux, créez votre syndicat au risque de lutter au profit du symeb qui a la prétention d’être dans toutes les instances dirigeantes de la pyramide.
    Réclamez vos droits loyaux : Conseiller en catégorie P, Attaché en A1, Infirmier/ère en A3 conformément aux législations régionale et internationale. Jamais ce droit n’est inscrit dans la plate-forme farfelue et anachronique du synthsa au bonheur des médecins qui le polluent ! Réveillez-vous car votre traitement découle de votre niveau d’anticipation. Vous serez toujours en arrière plan de la Santé. Attachés suivistes, vous rendrez compte à votre succession !

  • voyez, je ne crois pas au miracle. encore que le droit est entrain d’être dit. de quel arrangement parle Mr le ministre ? miracle après le verdict ou avant. je commence à comprendre pourquoi cette précipitation à débouter Smaila. l’un des rares ministres de ce gouvernement à vouloir le changement tant souhaité par les Burkinabé. Dialogue !. c’est quel dialogue ? garantir la quiétude de ceux qui s’accrochent par des votes d’amnistie ? (annihiler d’éventuelles malversations pour leur permettre de partir sans s’inquiéter). bref. de toute façon, on est vigilent et on suit. wait and see.

  • voyez, je ne crois pas au miracle. encore que le droit est entrain d’être dit. de quel arrangement parle Mr le ministre ? miracle après le verdict ou avant. je commence à comprendre pourquoi cette précipitation à débouter Smaila. l’un des rares ministres de ce gouvernement à vouloir le changement tant souhaité par les Burkinabé. Dialogue !. c’est quel dialogue ? garantir la quiétude de ceux qui s’accrochent par des votes d’amnistie ? (annihiler d’éventuelles malversations pour leur permettre de partir sans s’inquiéter). bref. de toute façon, on est vigilent et on suit. wait and see.

  • merci au tout nouveau ministre, c’est un acte louable ; Surtout que la CAMEG joue un rôle essentiel dans le développement de l’offre de soin au pays des hommes intègres.Il faudrait revoir urgemment aussi la gestion du carburant confié impunément aux chauffeur par mr Smail car ils constituent l’oiel et l’oreille de c fameux ministre le plus impopulaire au BF.
    Prendre un million ou plus remettre a un chauffeur pour une mission sans aucun suivi, sans compte rendu est très difficile a comprendre dans un pays pauvre comme le BF. Les chauffeurs n’ont aucun respect ni considération a l’égard de la hiérarchie car ils gagnent bcp plus que le patron.Mr le ministre comme vous été pétrie d’expérience trouver rapidement une solution a cette crise qui risque fort d’être a la une les jours a venir.

  • Bien dit Nama:Réclamez vos droits loyaux : Conseiller en catégorie P, Attaché en A1, Infirmier/ère en A3 conformément aux législations régionale et internationale

    • La loi 064/2015/cnt promulguee par roch en fevrier 2016 indique clairement en son article 66 que les associations comme la cameg qui n’auraient pas changees leur recepisse avant mars 2017 sont automatiquement dissoutes.Donc la cameg dont le recepisse de creation se refere a la loi 10/92/adp est legalement dissoute et il suffit de nommer une administration provisoire pour gerer les choses en attendant de s’accorder sur les nouveaux statuts.Les deux PCA et les deux DG seront tous releves au profit d’une nouvelle equipe provisoire.wait and see !

  • C’est un ouf de soulagement qui est d’une manière générale exprimé par le personnel administratif et de santé au ministère de la santé suite au départ tant souhaité de Smaila Ouédraogo de la tête du département à la faveur du remaniement ministériel du 20 février 2017.Ce monsieur a causé trop de tort à la santé des populations par ses querelles d’intérêts et de règlements de comptes dans l’affaire CAMEG dont les conséquences en termes de ruptures de médicaments ont entraîné des morts. L’espoir reste à présent orienté vers le nouveau ministre de la santé, un professeur de médecine ,pour qu’il puisse œuvrer avec tact à effacer les divisions orchestrées par Smaila contre les travailleurs de la santé .Qu’il assure un management conséquent des ressources humaines, matérielles et financières en fonction des besoins et selon les normes pour vite renforcer le système sanitaire national au profit des populations des villes et campagnes du Burkina. Merci au Président du Faso et au Premier ministre d’avoir entendu ce cri de cœur des populations qui en avaient ras-le bol avec les méthodes belliqueuses, anarchistes et régionalistes de Smaila Ouédarogo.Quand on est décrié de la sorte, cela veut dire qu’on n’ a pas une capacité d’homme d’Etat à gérer un ministère. Le transfert de Smaila Ouédraogo comme ministre de la jeunesse et de la formation professionnelle est une insulte à la vaillante jeunesse burkinabè. Le risque est grand que ce ministre incorrigible, transpose ses tares habituelles dans ce département par la politisation et son esprit de régionalisme. La présence de Smaila dans le gouvernement n’honore pas non plus son parrain qui pourrait être vu comme une personnalité qui aime s’entourer de gens médiocres, des marionnettes manipulables à souhait. Les jeunes devront rester vigilants pour dénoncer tout éventuel accaparement du ministère de la jeunesse et des fonds d’emplois par le nouveau ministre et son clan régionaliste du nord.

    • Bernard on sait que vous fait partie de la MAFIA du ministère de la santé, pour nous Soumaila est le meilleur ministre de la santé depuis l’indépendance de la Haute-Volta. Le seul qui eu le courage de s’attaquer à la mafia qui règne en maître absolu au ministère de la santé. Je suis peiné par le changement de seul ministre qui voulait vraiment changer en accord avec l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014. Honte à tous les voleurs et pillards de deniers public. Dieu vous voit.

  • pour la première fois dans l’histoire du Burkina un individu a defié un gouvernement en refusant de ceder son poste d’administrateur malgré son remplacement en conseil des ministres. le comble, le gouvernement dans son impuissance legendaire continue à collaborer avec ce dernier. ce n’est pas parce que l’Etat traite avec ceux qui le defient que des citoyens au sahel vont collaborer avec les terroristes

  • Soutenons et prions pour le Ministre de la santé afin qu’il réussisse toujours aux besoins. Amen

  • Bravo pour la bonne initiative. Bravo au syntsha(attachés, infirmiers, sages-femmes...) aussi qui, depuis, n’était nullement pris en compte à une affaire aussi importante dans la santé des populations. Le silence pouvant être complice, l’heure doit être à la ciscion du syntsha car les mercenaires dudit fameux ont la choix de participer à 2 râteliers. Et vous autres commandos invisibles dans toute la sphère ? Ça ne ne vous(autres agents) chante rien ? Pitié !

  • L’on juge la pertinence des actes futurs en fonction des faits passés. L’Assemblée nationale a prouvé à l’opinion publique nationale que les résultats de ces premières enquêtes sur le foncier ont crée plus de polémique que de résultats positifs. Les décisions y relatives qui visaient à déposséder des citoyens de leurs terres a même été jugée anticonstitutionnelle. Par conséquent, la future enquête parlementaire sur la santé et l’éducation n’inspire pas confiance pour une crédibilité. Les gens ont vu à la télévision comment un groupe de députés ont incongrument ovationné l’ex ministre de la santé lors d’une question orale .Tout le monde savait que ce ministre a mis à mal le système sanitaire national pour ses querelles claniques et d’intérêts personnels par le blocage du fonctionnement de la CAMEG. L’on se demande si ces enquêtes ne visent pas encore à contourner les voies judiciaires pour défendre encore ce ministre décrié. Au Burkina, la logique des enquêtes parlementaires et des audits s’est souvent focalisée sur des règlements de comptes que des actions objectives et valeureuses

  • Intervenant 12,Temps de l’action, la cameg est une institution que l’on peut aisément qualifier de forte. Voici une institution qui malgré l’acharnement a pu résister. Dans un Etat de droit, un individu ne doit pas pouvoir remettre en cause les institutions ou poser des actes en faisant fi du droit. La façon dont le dossier cameg a évolué montre bien que le système de gouvernance actuel est bien démocratique et laisse les différents pouvoirs jouer leur rôle. Vohez toutes les difficultés que Trump a à faire sauter l’Obamacare ou à faire appliquer ses restrictions à l’immigration.

  • Nous attendons suite de cette affaire. Si KABA pense qu’il lavera ses ânes avec l’eau du nouveau ministre pour en faire des cheveaux on vera.Aucun dialogue ne remplacera une décision de justice

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés