Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Santé : La CAMEG et les formations hospitalières en quête de thérapie

Accueil > Actualités > DOSSIERS > CAMEG • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • dimanche 24 mars 2019 à 14h00min
Santé : La CAMEG et les formations hospitalières en quête de thérapie

Afin d’aplanir les difficultés et poser les bases d’une nouvelle ère de collaboration avec ses partenaires que sont les formations hospitalières, la Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques et consommables médicaux (CAMEG) organise les 22 et 23 mars 2019, à Ouagadougou, un atelier sous le thème "Partenariat CAMEG-Hôpitaux : état des lieux et perspectives". Au cours de ces échanges, les regards seront tournés vers la situation des créances, qui s’élèvent à 17 milliards de francs CFA et les difficultés liées aux recouvrements.

« Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est une réussite », disait l’industriel américain Henry Ford. La CAMEG, qui s’est fixé de nouvelles orientations sous la direction du Dr K’haboré Anne-Maryse, s’est fait sienne cette pensée en réunissant pendant deux jours ses partenaires hospitaliers, au cours d’un atelier, pour trouver des thérapies consensuelles en vue de pérenniser le partenariat. Ce dialogue direct entre les deux parties sur leurs préoccupations communes a connu la présence du directeur général de l’accès aux produits de santé, Dr Brice Zoungrana, représentant le secrétaire général du ministère de la Santé.

Au cours de cet atelier, les participants échangeront sur les types de produits et les conditionnements hospitaliers souhaités. La rencontre permettra également d’aborder les problématiques du recouvrement des créances. A ce propos, le président du Conseil d’administration de la CAMEG, Dr Samba Diallo, a salué la tenue de cet atelier qui vient à point nommé, car « assurer le bon paiement, c’est assurer la disponibilité des médicaments ».

Une vue des participants

Et la directrice générale de la CAMEG, Dr K’haboré Anne-Maryse, de lancer un appel aux formations hospitalières pour un allègement du poids de la dette, qui est de 17 milliards de F CFA, afin de permettre à la Nationale des médicaments de servir les populations « avec plus d’efficacité et plus de sérénité ». « Tout acteur de la santé n’a pas envie que la machine se grippe », a-t-elle soutenu, avant de clarifier que la politique de gratuité n’est pas responsable des 17 milliards, puisqu’elle ne concerne que 25% de la population.

Dr K’haboré Anne-Maryse, Directrice générale de la CAMEG

A qui la faute ? L’Etat ? « C’est notre responsabilité, car l’Etat, c’est nous. Dans nos hôpitaux, si l’on doit décrier tout ce qui se passe, nous sommes tous responsables. Les responsables des hôpitaux ont accepté de venir. Il fallait se parler », s’est réjoui Dr Zoungrana avant de rassurer qu’il n’est nullement besoin de se faire des procès.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 24 mars à 22:36, par Konkona En réponse à : Santé : La CAMEG et les formations hospitalières en quête de thérapie

    Notre pays a besoin de personnes comme cette dame. Courage Mme la Directrice Générale . Que Dieu soit toujours présent à vos côtés et vous bénisse, vous et votre équipe. Vous êtes une brave. Monsieur le PM dans sa quête de femmes pour la distribution des portes feuilles ministériels n a certainement pas bien regardé sinon, votre place était au gouvernement. Pas grave, ce n est que partie remise. Malheur à ceux qui baillonnent leur peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mars à 10:12, par HUG En réponse à : Santé : La CAMEG et les formations hospitalières en quête de thérapie

    Le seul acte salutaire du pouvoir du MPP et acolytes c’est d’avoir décrété la gratuité des soins des enfants de moins de 5 ans et des femmes enceintes mais malheureusement certains acteurs de la santé ont vu cela comme un moyen de s’enrichir c’est là que le gouvernement doit ouvroir l’œil et le bon. Il faut sanctionner les brebis galeuses à le hauteur de leur forfait. Malheureusement cela demeurer encore un leurre.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Santé : La CAMEG et les formations hospitalières en quête de thérapie
CAMEG : « Si je ne me sentais pas capable, je ne serais pas venue », Dr Anne Maryse Khaboré, nouvelle directrice générale
Vente de médicaments de la CAMEG à des terroristes : Il n’en est rien, selon l’association
25e anniversaire de la CAMEG : Un cross pour communier avec la clientèle de Fada
25 ans de la CAMEG : L’équipe de Tingandogo remporte la coupe du directeur général
Vingt-cinq ans d’existence : La CAMEG à la rescousse des forces de défense et de sécurité
25e anniversaire de la CAMEG : Des journées portes ouvertes pour mieux faire connaitre l’institution
25 ans de la CAMEG : Les agents donnent leur sang pour sauver des vies
Sortie de crise à la CAMEG : Bilan satisfaisant six mois après
Sortie de crise à la CAMEG : Le nouveau capitaine au gouvernail
Crise à la CAMEG : La fin d’une douloureuse série de onze mois
Crise à la CAMEG : Bientôt la fin ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés