Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

LEFASO.NET | Oumar L. OUEDRAOGO • jeudi 3 août 2017 à 15h15min

Le sujet sur les initiatives locales de sécurité, communément appelées « Koglweogo », est de plus en plus remis au goût du jour ces derniers temps par des témoignages, çà et là, d’actes jugés délictueux. La dernière actualité est cette manifestation d’humeur de ‘’populations’’ à la sortie Est de la capitale. En effet, selon le quotidien Le Pays, les habitants du village de Goudrin sont sortis le matin du 1er août 2017, pour manifester leur mécontentement suite à l’arrestation et au déferrement à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO), de leaders Koglwéogo dudit village.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Dérapages  d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os  à la gorge du pouvoir !

Une situation qui fait suite à la plainte d’un proche d’un homme appréhendé pour vol de bœufs (histoire qui remonterait à une année de cela). Pour réclamer leur libération, des populations sont sorties ériger des barricades sur la route nationale, (RN°4). « Course-poursuite entre population et éléments de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS), jet de bombes lacrymogènes, étales et commerces fermés », a constaté sur place le confrère des 1200 logements, rapportant entre autres propos de manifestants : « Nous avons attrapé des voleurs et nous les avons remis à la gendarmerie. Ils ont libéré les voleurs et ont mis en prison nos Koglwéogo. C’est la raison pour laquelle nous sommes sortis pour exiger leur libération. (...). « La Justice a enfermé nos Koglwéogo. Nous ne libérerons la route que si elle libère nos Koglwéogo. (...). Le problème est qu’on a attrapé six Koglwéogo qu’on a déférés à la MACO sans preuves. On ne les a pas jugés. C’est pourquoi la population est sortie pour ériger des barricades ».

Ce nième couac vient rappeler aux dirigeants du Burkina, qu’il y a une préoccupation réelle qui attend d’être réglée. Faut-il interdire les Koglweogo, au risque de les avoir comme ennemis et avec des conséquences fâcheuses ? Faut-il négocier avec eux, emportant le risque aussi d’être perçu comme complice des dérapages dont ils se rendent coupables ? L’on peut ainsi comprendre aujourd’hui le dilemme dans lequel se trouve le pouvoir Roch Kaboré. Pourtant, il faut arriver à une solution rapide, situer tous les Burkinabè et préserver le socle social (la cohésion sociale). La question des associations « Koglweogo » ne se pose pas en termes de « pour » ou « contre », il faut simplement trouver la parade pour le bonheur de tous.

Il faut mixer la communication sur cet impératif. Après le cas malheureux et douloureux dans le Centre-ouest, l’on espérait, le plus rapidement possible, des concertations approfondies entre principaux acteurs afin de préserver le vivre-ensemble entre populations. Ces situations de troubles sont de trop dans une période de menace d’insécurité extérieure (actes terroristes). Il faut donc avoir le courage de s’asseoir pour s’accorder sur ce sujet d’envergure qui s’impose aux Burkinabè. De nombreux observateurs s’inquiètent de plus en plus de l’ambiance sociale qui caractérise cette question. Et avec juste raison ! Car, dans un contexte national également marqué par une traite d’humeurs dans la quasi-totalité des secteurs de la vie, le flou (pour ne pas dire le dilatoire) ‘’entretenu’’ par les autorités sur cette question est de nature à alimenter toutes sortes de suspicions et, partant, à porter atteinte à la sérénité nationale.

‘’ Il faut aussi éviter qu’il y ait des scissions, des tendances au sein de ces initiatives locales de sécurité qui peuvent entraîner d’autres problèmes. Il faut se départir des propos qui vont amener ces organisations à manquer du respect à l’Etat et faire en sorte à ne pas les opposer aux populations ou à une partie de l’Etat. Quand une habitude commence à s’installer, pour l’arrêter, il faut du tact ’’, suggère un spécialiste de police de proximité, invitant les dirigeants à se pencher rapidement sur le sujet, et de façon participative.

Vivement, que le forum du Conseil économique et social tenu à Bobo-Dioulasso du 31 juillet 2017 au 2 août 2017 autour du thème « Quelle mobilisation des populations pour relever les défis sécuritaires au Burkina Faso ? » et le Forum national sur la sécurité annoncé pour septembre prochain inspirent l’ensemble des acteurs (les décideurs en tête) pour le bonheur des populations burkinabè !

En attendant, il faut que chaque Burkinabè s’emploie à éviter tous propos et comportements porteurs de germes de division et susceptibles de heurter le vivre-ensemble.

Oumar L. Ouédraogo
oumarpro226@gmail.com
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 août à 07:13, par iboudame, kinbdin
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    L’essentiel ne pas de prendre ou d’avoir le pouvoir mais il faut mériter le pouvoir. La confiance placée en vous par une partie du peuple ne fusse majoritaire ne veut pas dire que vous avez une carte blanche pour vous taire et observer. Agissez dans le bon sens ; ayez le courage et assumez-vous. C’est ça aussi gouverner et diriger.
    Je reviens sur mes mots "Au Burkina Faso, Sans Dieu il n’y aura jamais de véritable réconciliation nationale durable"

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 07:52, par YIRMOAGA
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    Oui, koglwéogo dérange. Mais ça dérange qui ? Les barons de la politique mafieuse, les nantis de la bourgeoisie politico-judiciaire, les commerçants mafieux, les délinquants organisés, les traitres des ONG des droits de l’homme, etc....?
    Si certains, au lieu des agents de sécurité publique d’état, font recours aux vigiles (organisations illégales) Koglwéogo est aussi une sécurité pour la paysannerie ?
    Vigiles pour les nantis, koglwéogo pour la population ? Pourquoi la justice et les FDS sont contre la population ?
    Attention dèh ? Sinon la réaction de la population sera pire qu’une révolte et la chasse aux hommes du droit ou encore pire, le lynchage systématique de tout voleur en armes.
    La logique de la population= ne prend pas ce qui t’appartient pas ? Sinon............Gaw ???

    Répondre à ce message

    • Le 3 août à 10:47, par Sidpasata-Veritas
      En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

      Yirmoaga, tu penses que les kogelweogo c’est pour la sécurité de la population, mais ces kogelweogo respectent quelle lois pour garantir la sécurité de tous les honnêtes citoyens, qu’ils soient riches où pauvres ? Si la loi qui oblige tout le monde n’oblige pas ces kogelweogo, ça veut dire que eux, ils peuvent faire ce qui est interdit par exemple accuser quelqu’un et l’arrêter et le punir sans preuve et sans lui donner l’occasion de se défendre devant tout le monde. Même le Moogho-Naaba ne fait pas ça. Et toi-même je suis sûr que si un jour ton ennemi l’accuse chez les kogelweogo et que tu battu et violenté alors que tu es innocent, je suis sûr que tu ne soutiendra plus les kogelweogo. C’est vrai qu’il y a un problème d’insécurité. Mais si on se on laisse ceux qui veulent menacer tous ceux qu’il soupçonnent, on finira par ne plus savoir qui travaille vraiment pour la sécurité et qui est là-bas pour profiter. C’est pour cela qu’il faut accepter qu’on contrôle ce que les kogelweogo font. Qui n’est pas d’accord pour que tous les citoyens aide la police et la justice à arrêter les voleurs et les bandits ? Mais personne n’a le droit de faire comme si c’est lui seul qui lutte pour la sécurité ! Non il faut dire la vérité sinon nous ne sommes plus des burkinabè. Si des policiers font mal leur travail, on ne sera pas d’accord parce qu’il fait comme les bandits qui ne respectent pas les droit de l’homme. Mais alors, il est normal qu’on disent la même chose pour les mauvais kogelweogo comme pour les mauvais policiers. Les kogelweogo aussi peuvent se tromper et il peut y avoir même des bandits qui veulent gâter le nom de tous les kogelweogo, comme les mauvais policiers qui gâtent le nom de la police. Donc pour que tout le monde soit tranquille, il faut que tout le monde respect la même loi et la justice de toute la nation. Sinon personne ne sera d’accord pour accepter les mauvaises manières de l’autre sans rien dire et sans rien faire. Et si on ne s’entend pas dans le pays, ce sont nos ennemis communs que sont les voleurs, les bandits,les terroristes et tous les profiteurs qui vont être contents. Alors il faut savoir ce que nous voulons pour notre pays. En mooré on dit que : buud kamb ka zemes taaba, ti beeb nan sa-ba. Ce qui peut se traduite ainsi : les enfants de la famille qui ne sont pas unis, donnent à leurs ennemis l’occasion de les détruire tous. Si les burkinabé se divisent dans la défense de leur sécurité, nous donnerons la victoire à nos ennemis ! Est-ce que c’est ce que vous voulez ? Alors faut bien réfléchir au lieu de s’énerver simp !ement et ne pas agir pour affaiblir les forces de l’État, parce l’État c’est l’intérêt de tout le monde. Il faut plutôt le renforcer. Bonne journée. Sans rancune !

      Répondre à ce message

    • Le 3 août à 14:37, par shut
      En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

      Hum voilà encore quelqu’un qui n’a rien compris.
      As tu déjà vu les koglwéogo arrêter un de ceux que tu cites ?
      C’est les populations qu’ils prétendent "défendre" qu’ils arrêtent, ligotent, chicotent et briment etc..
      C’est d’ailleurs pourquoi le pouvoir ne fait rien.
      Le jour où ils s’attaqueront à quelqu’un qui connaît ses droits et que l’intéressé attaquera aussi bien l’état que ces écervelés en justice, tu verra la suite.

      Répondre à ce message

    • Le 4 août à 12:12, par COULBANZ
      En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

      Yirmoaga, je te demande d’imaginer un instant ce qui suit : ton père est accusé à tort d’avoir commis une infraction. il est interpellé par des kglwéogos, molesté proprement sans autre forme de procès, quels seront tes sentiments ? rancunes gardés envers ces koglwéogos pour avoir non seulement battu ton papa et pour l’avoir honnis partant toute ta famille. Exemple. Si 1000 burkinabé garde ces genres de rancunes dans leur fort intérieur on va assisté un jour à une explosion sanglante dans ce pays. il n’ y a pas et il n’ y aura jamais de société sans délinquants quelque soit les mesures prises par un Etat. Si le taux de délinquance est élevé dans une société, cela signifie simplement que cette connait un problème d’éducation à la base, donc en famille. déduction, tout le monde est responsable de quelque manière que ce soit du fait qu’un jeune de 15 ans commence à voler. la famille, l’état, bref la société dans laquelle ce dernier vit. respectons donc les règles édictées par cette société pour récupérer ses brebis galeuses sinon on assistera à un désordre indescriptible. Pour finir, je te souhaite de vivre un jour l’expérience et on s’attrape pour commenter la prochaine bavure des Koglwéogos. anitchiééééééééééé

      Répondre à ce message

  • Le 3 août à 07:55, par MADOU
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    Toutes dérives (sévices, séquestrations) de koglwéogos doivent être sanctionnées conformément aux lois de la république. Les Koglwéogos doivent poursuivre leur collaboration avec les forces de sécurité (police, gendarmerie) à qui ils doivent remettre les voleurs et bandits qu’ils appréhendent. De nombreux Koglwéogos ont compris ces principes républicains que le ministre de la sécurité Simon Compaoré ne cesse de leur inculquer. Grâce aux initiatives locales de sécurité par des citoyens, notamment à travers les Koglwéogos,les vols et attaques armées ont sensiblement diminué dans les villes et villages du Burkina ainsi que sur les axes routiers particulièrement en 2017. Les populations doivent être vigilantes face aux manœuvres politiciennes d’adversité que fomentent certains politiciens pour nuire aux actions de progrès que le ministre de la sécurité est en train de mener. On se rappelle cette crise instrumentalisée que des politiciens sous-marins avaient voulu provoquer dans la région ouest du Burkina en imposant des Koglwéogos qu’ils voulaient opposer aux chasseurs dozos.Le ministre de la sécurité a pu vite désamorcer cette crise artificielle. Les incidents survenus en mai 2017 dans la province du Sanguié(Tialgo) au moment où le ministre de la sécurité était en tournée dans la région, pourrait être encore une situation de crise provoquée par ces politiciens masqués, qui cherchent vaille que vaille à nuire au ministre de la sécurité et aux koglwéogos. L’objectif de ces politiciens avides de pouvoir, c’est de combattre le ministre de la sécurité pour espérer l’empêcher de réussir la sécurisation du pays, et ensuite progresser dans leur plan diabolique de déstabilisation du président Roch Marc Christian Kaboré.Les populations doivent comprendre ces intrigues pour éviter de tomber dans les pièges de ces égoïstes qui sont prêts à multiplier des crises dans le pays au détriment des citoyens, juste pour atteindre leurs objectifs sataniques. Courage donc au ministre d’Etat en charge de la sécurité Simon Compaoré, pour ses efforts visibles de sécurisation du pays, même si cela ne plait pas aux jaloux qui cherchent à saper ces succès par des crises instrumentalisées. Les gens savent de plus en plus les méthodes subversives et anarchistes de ces pêcheurs en eau trouble et sont très irrités contre eux. S’ils ne reviennent pas à de meilleurs sentiments, la colère populaire pourrait brutalement se retourner contre eux. Tous ceux qui veulent être présidents au Burkina, doivent passer par les urnes s’ils sont convaincus de leur popularité supposée.

    Répondre à ce message

    • Le 3 août à 10:57, par Leduc
      En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

      Tu vois tout en politique. Ça aussi c est dangereux pour le pays. Pardon ! Retiens que le problème koglweogo dépasse les ambitions politiques de tel ou tel ministre. Il est une préoccupation nationale. Et l on sait que le gouvernement, à travers le ministre de la sécurité, a donné sa position y a pas longtemps. C était tardif, mais enfin...dès lors, il y a deux choses qui restent à faire :
      1- la sensibilisation des koglweogo et de la population. En effet certains ignorent les dangers que représentent les koglweogo pour eux. C est même idiot, quel que soit le pays, de confier sa sécurité et sa justice à des milices privés. Car très vite, ils se transformeront en monstres et les naïf d aujourd’hui seront les premiers dans la casserole.
      2- la sanction. Pour prévenir les dérives des koglweogo la justice doit être ferme. Je dis bien ferme. Il faut qu elle ignore les médisances des gens qui ne savent pas ce qu ils veulent. Y en a qui ne voit pas plus loin que le bout de leur nez. Et si tu les suis, ils vous conduiront tout droit en enfer. C est exactement ce que ces avocats defenseurs des koglweogo versiin actuelle veulent. Nous pourir la vie. Sinon, un koglweogo qui respecte la loi n a rien à craindre. Ce sont les voleurs et les criminels qui ont peur de la justice. Et la justice doit être ferme contre les koglweogo qui violent les lois. Il faut les mettre en prison pour nous éviter la merde qui se prépare.

      Répondre à ce message

    • Le 3 août à 11:07, par sidwaya
      En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

      Silence !! on tourne.!!!Justice justice justice ou est -tu ? Tout le monde te cherche au Burkina mais helas. Quant on t’entend c’est pour les réclamations financières. Votre crédibilité a pris déjà un coup et pas des moindres. REVIENT et les kogleweogo disparaitront d’eux même .

      Sans rancune !

      Moi au moins je vous aime encore et je sais que vous pouvez mieux faire. NE DONNEZ PAS RAISON à safiatou Lopez

      Mr du pouvoir si vous n’ouvrez pas l’œil la j......va vous créer tous les problèmes du monde. Wait and see !!!!!

      Répondre à ce message

  • Le 3 août à 08:13, par Fulbert
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    Le ministre de la sécurité avait bel et bien fait savoir dès le départ, que le gouvernement n’impose nulle part des Koglwéogo.Il a précisé qu’il s’agit de structures locales non étatiques qui choisissent délibérément d’assurer la sécurité de proximité pour les citoyens. Le rôle du gouvernement se limite à un encadrement de ces structures pour qu’elles n’agissent pas en dehors de la loi et des principes républicains des droits humains .C’est ainsi que beaucoup de Koglwéogo ont abandonné les sévices corporels contre les présumés voleurs et bandits qu’ils appréhendaient. Ceux qui agissent contrairement à ces principes républicains doivent répondre de leurs actes.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 08:42, par NIMI Boubacar
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    Très belle analyse de la situation. Il faut que nos autorités aient me courage d’affronter la réalité au lieu de continuer a être dilatoire dans leur manière de gouverner. Il faut instaurer une une justice équitable dans ce pays car nos populations n’ont plus confiance aux forces de défenses et de sécurité de même qu’à notre justice.Il y’a une insuffisance de communication car les methodes utilisées ne sont pas accessible a la grande majorité de nos populations.Dieu bénisse notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 08:44, par la clé
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    J’ai l’impression qu’il y a des esprits malins dans des structures (justice, police, gendarmerie, ministères etc....) qui tendent à tout prix pour causer des désagréments au pouvoir en place en ne discernant pas sur certaines prises de positions. La gendarmerie ou la justice savait qu’en enfermant les 2 autres, les koglweogo vont réagir ainsi et vous le faites. Utilisez quand même une certaine diplomatie ou bien vous trouvez qu’en causant ce type de désagrément à la nation vous font avancer. C’est dommage quand même.

    Répondre à ce message

    • Le 3 août à 11:07, par Sidpasata-Veritas
      En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

      Et si des bandits s’entendaient un jour pour se regrouper en kogelweogo comme prête-nom pour pouvoir sévir tranquillement et menacer de barrer les routes, comment on fait ? Non tout le monde, policiers, kogelweogo, gendarmes, commerçants, fonctionnaires, croyants, non- croyants et autres,tout le monde doit respecter la loi loi de l’État ou répondre à la justice. En dehors de ça on pourra discuter jusqu’à la fin du monde pour savoir qui est bon et qui est mauvais, et chacun dêfendra son camp. Tous les citoyens, policiers comme kogelweogo, sont égaux devant la loi. Celui qui pose un acte contraire à la loi de notre pays, qu’il soit puni selon cette loi. C’est comme et il faut que force reste à la loi !

      Répondre à ce message

  • Le 3 août à 08:51, par Justice
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    "Plus rien ne sera comme avant !!", le fameux slogan du Burkina post insurrectionnel. Quel bilan fait-on ? Que chacun de nous se regarde dans le miroir de sa conscience (si on en a encore) et voir si chacun dans ses agissements ne fait pas comme ces kolgweogos. Chacun de nous barricade les "routes de notre développement". De la transition à l’actuel gouvernement, on a permis aux gens de continuer comme avant (vols, impunité, arrogance, ....). Le Burkina devient progressivement un pays sans crainte de Dieu, sans respect de la loi. Comme ça arrange tout monde (soit parce qu’on a un cousin, ami ou parents qui tire profit de ces forfaits). C’est nous qui avons favorisé l’émergence de ces groupes d’auto défense soit par notre silence coupable soit par notre complicité intéressée. Nous encourageons la médiocrité, l’impunité...

    Répondre à ce message

    • Le 3 août à 11:23, par bamg
      En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

      Je suis en accord avec vos dires. Quand lors de la campagne présidentielle l’état actuel a privilégié ces groupes d’auto défense afin d’avoir des électeurs. Maintenant que la situation tourne à l’anarchie, " comment revenir et dire à un aveugle de fermer les yeux" pour ainsi dire qu’on n’a refuser de voir au loin les conséquences et de les anticiper, on ne peut pas y revenir et leur demander d’arrêter.

      Répondre à ce message

      • Le 3 août à 17:23, par YAMSOBA
        En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

        Je suis en accord avec vos dires. Quand lors de la campagne présidentielle CERTAINES TETES de l’état actuel ont privilégié ces groupes d’auto défense afin d’avoir des électeurs et leur soutien. Maintenant que la situation tourne à l’anarchie, ils n’ont qu’a les tenir en Lesse .
        S’ils ne peuvent pas que l’armee prenne le devant et mate ces récalcitrants comme il le merite. ils commence vraiment a nous énerver

        Répondre à ce message

        • Le 4 août à 09:51, par Pabrebiiga
          En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

          Mon Ami YAMSOBA, même le Grand Zeph de l’opposition a organisé une grande rencontre avec les Kogolweogo avant la campagne. Certains ont tenté avec moins de succès. Malheureusement dans notre Pays, les hommes politiques sont comme çaaaa. Si le pouvoir part droite l’opposition part a gauche et vice versa. Si l’armée du BURKINA FASO entreprend de s’attaquer à des Burkinabés c’est grave pour le pays. On a tous des PAREN pardon PARENTS qui sont dans l’armée comme dans Kogolweogo. Donc prudence.

          Répondre à ce message

  • Le 3 août à 09:12, par TRAWSON
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    La sécurité des populations incombe exclusivement à l’ETAT un point,si celui ci ne peut assumer sa mission je m’inquiete

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 10:13, par ESPOIR
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    Mes chers internautes on dit que si la chèvre aboie l’étranger c’est parce que le chien de la cour ne fait pas son travail . Avant on pouvait critiquer les forces de défense pour leur inaction face aux terroristes mais aujourd’hui elles ont redorer leur image même s’il reste beaucoup à faire il y a des résultats sur le terrain . Nos koglweogos, prospèrent à causes des dérapages de notre justice vous pensez que si notre justice avait du crédit auprès de la population ceux-ci disparaitrons . Malgré leurs dérapages on préfère les consulter puisque la justice se au BF se fait à la tête du client et selon tes moyens . Vous savez ce matin je lisais dans les journaux qu’un certain Moussa Kouanda a été inculpé dans une tentative d’assassinat sans dépôt . Cela fait rigoler parce que ses complices sont à la MACO et lui on le reconnait coupable mais lui continue se promener sans être inquiété alors que sur simple présumées écoutes le général est à la MACA . Pensez -vous qu’avec les kolgweogo ce serait ainsi ? mais qui est fou

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 10:44, par ESPOIR
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    Mes chers internautes on dit que si la chèvre aboie l’étranger c’est parce que le chien de la cour ne fait pas son travail . Avant on pouvait critiquer les forces de défense pour leur inaction face aux terroristes mais aujourd’hui elles ont redorer leur image même s’il reste beaucoup à faire il y a des résultats sur le terrain . Nos koglweogos, prospèrent à causes des dérapages de notre justice vous pensez que si notre justice avait du crédit auprès de la population ceux-ci disparaitrons . Malgré leurs dérapages on préfère les consulter puisque la justice se au BF se fait à la tête du client et selon tes moyens . Vous savez ce matin je lisais dans les journaux qu’un certain Moussa Kouanda a été inculpé dans une tentative d’assassinat sans dépôt . Cela fait rigoler parce que ses complices sont à la MACO et lui on le reconnait coupable mais lui continue se promener sans être inquiété alors que sur simple présumées écoutes le général est à la MACA . Pensez -vous qu’avec les kolgweogo ce serait ainsi ? mais qui est fou

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 11:03, par ESPOIR
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    Mes chers internautes on dit que si la chèvre aboie l’étranger c’est parce que le chien de la cour ne fait pas son travail . Avant on pouvait critiquer les forces de défense pour leur inaction face aux terroristes mais aujourd’hui elles ont redorer leur image même s’il reste beaucoup à faire il y a des résultats sur le terrain . Nos koglweogos, prospèrent à causes des dérapages de notre justice vous pensez que si notre justice avait du crédit auprès de la population ceux-ci disparaitrons . Malgré leurs dérapages on préfère les consulter puisque la justice se au BF se fait à la tête du client et selon tes moyens . Vous savez ce matin je lisais dans les journaux qu’un certain Moussa Kouanda a été inculpé dans une tentative d’assassinat sans dépôt . Cela fait rigoler parce que ses complices sont à la MACO et lui on le reconnait coupable mais lui continue se promener sans être inquiété alors que sur simple présumées écoutes le général est à la MACA . Pensez -vous qu’avec les kolgweogo ce serait ainsi ? mais qui est fou

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 11:13, par y
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    qu’on nous éclaire une fois pour toute si koglweogo est légale ou illégale.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 11:18, par bamg
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    A mon avis, si cela continu nous aurons à faire à une bande armée incontrôlable.
    Et vu l’anarchie qui prévôt en moment vis a vis de ces groupes, l’état risquerait de les transformer en rebelle, dans ce sens qu’il ne ce battrons plus pour la sécurité de leur localité mais contre l’état qui leur impose une ligne de conduite qui ne les arrangerais pas.

    Et une fois qu’ils seront cooptés par les bandes islamiques actuel (Exemple : Aqmi) nous aurions de sérieux problème.

    Ma suggestion est une dissolution immédiate de cet sécurité dite local. Pour ces localité un fond doit être vite attribué pour la construction de commissariat ou gendarmerie afin de rassurer et sécuriser cette population.
    De plus on pourra recruter ces ressources humaines en les proposants les salaires et surtout en leur permettant d’exercer leur lutte en accord avec les lois en vigueur.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 11:29, par jerkilo
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    L’Etat doit élaborer urgemment un plan de formation des koglwéogo dans les domaines des droits de l’Homme et de la justice. Car les koglwéogo s’imposent comme un" mal nécessaire" dans les villages, les petites villes et même les quartiers périphériques des grandes villes. Leur encadrement s’avère urgent, les supprimer ou leur interdire d’exercer serait illusoire, le peuple des campagnes a pris fait et cause pour eux, compte tenu de leur résultat en matière sécuritaire.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 11:33, par Balguintogsba
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    VIVE KOGLEWEOGO !!!
    VIVE KOGLEWEOGO...!
    La nature a horreur du vide.
    Et c’est donc le vide sécuritaire et de le manque de justice sociale qui sont les facteurs ayant conduit à l’émergence des Kogleweogos.
    Il est aussi une réalité que la justice burkinabé (qui est aux ordre des riches) commet bien plus de bavures que les Kogleweogos en brimant les pauvres et les faibles. Qui a déjà vu un juge aller en prison pour erreur de jugement ?

    Vive kogleweogo...!

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 13:20, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    1) Merci Internaute 11 Espoir, Internaute 14 jerkilo, internaute 15. Vous avez tout dit : "si la chèvre fait honte au chien en aboyant, c’est que ce dernier (le chien) ne fait pas son travail".
    2) - Le titre de cet article esr deja une prise de position "l’os dans la gorge du pouvoir" : les Koglweogo sont indesirables et ne sont que comme des os.
    - L’auteur utilise l’expression les ILS (Initiatives Locales de Securité). Merci de me faire echo, car je me suis battu à l’occasion de l’affaire de Tenado pour vulgariser ces denominations. Vous concedez cher Auteur en faisant emploi de cette terminologie.Et cela, ce ne sont pas les Koglweogo du Burkina qui l’ont inventé. C’est des experts internationaux en matière de securité qui ont mis au point ces denominations. Ca veut dire quoi ? Que tout simplement le probleme des "Koglweogo" n’est pas nouveau et depasse de loin le seul cadre d’une moralisation regalienne. Pour couper court, les Koglweogo sont une necessité et restent un defi à relever et non des anathemes à conjurer ! Merci auteur pour votre effort de neutralité même si ...
    3) Comme l’ont remarqué d’autres forumistes, est-ce que ceux qui ont arrêté ces 2 ou 6 Koglweogo ne sont pas en train de creer des problemes à Kiba et à Roch  ? Existe-t-il un cadre de concertation et d’encadrement entre Koglweogo et FDS ? Si oui, est-ce que les populations ont connaissance des règles edictées si règles ? Si aucune de ces dispositions n’existent, alors je me range du coté de la population. Connaissant la sensibilité du cas, tout problème doit d’abord fait l’objet d’une approche participative. Par exemple, si les Koglw agissent en dehors des règles à eux enseignés, prenez la population à temoin d’abord avant de vous en prendre regaliennement aux soi-disant fautifs. Le reflexe masculiniste est une bonne chose mais reste très problematique dans cette affaire de Koglweogo et bien d’autres. Ceux qui ont envoyé la repression là, ne cherchent-ils pas à nuire à la cohesion sociale ?
    4) Je repète, les Koglweogo sont une reaction de legitimité et restent un defi à relever et non des anathémes à conjurer. Les Koglweogo doivent respecter la Republique et vice versa.
    5) J’ai é"Boureima" il ya 2 ou 3ans, je suis "Lookman" : le CSM doit s’excuser !

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 13:23, par Suzanne
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    C’est le désordre créer par le pouvoir de Blaise qui a amené les kogloweogo parce que les braquages étaient aussi organisés par des hommes de mains du pouvoir au vue de tout le monde. Les voleurs n’étaient jamais inquiétés car une fois en prison, ils ressortent le lendemain narguant tous ceux qui comptent les défier. Même les hommes de la sécurités étaient fustigés par les voleurs. C’est pourquoi certains hommes de la sécurité et les hommes de justice préféraient se faire payer par des voleurs pour éviter de se faire tuer.
    Depuis l’avènement des kogloweogo avez-vous entendu encore les coupeurs de route s’exhiber ? Et les braqueurs où sont-ils ?
    Les gens dans les villages connaissaient les voleurs et les braqueurs mais n’osaient pas se prononcer faute de se faire tuer.
    Donc les kogloweogos sont la part des voleurs et braqueurs reconvertis et connaissent le système des voleurs et des braqueurs. Alors il savent que la prison ne convertis pas un malfrat sinon que la punition corporelle.
    Comme solution il faut élaborer une interaction entre les hommes de la sécurité et les koglowéogo.
    LES DROITS DE L’HOMME DÉFENDENT ILS TOUS LES HOMMES OU SEULEMENT LES MALFRATS ? CAR SI UN VOLEUR TUE UN CITOYEN ON NE VOIT PAS LES DROITS L’HOMME MAIS LES MALFRATS SONT PROTÉGÉS. ILS DOIVENT TROUVER UNE SOLUTION POUR TOUT LE MONDE.
    En tout cas je soutiendrai les KOGLOWEOGO jusqu’à mort car grâce à eux ils y a moins de vols et braquage.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 14:17, par DAO
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    de mon point il y a in quiproquo qu’il faut lever :
    - pour les kolweogo in presume voleur qu’ils arrètent et remetent à la police doit être sanctionné par la justice et cela immediatement
    - pour la justice le delinquent est toujours presume innocent jusqu’à ce que les prueves soient établies. Par ailleurs la justice ne saurait garder in presume coupable au dela d’un certain delai ; sinon il doit être relâcher !
    si les kolweogo veulent être des auxulliares intègres de la justice ils doivent accepeter que leur role se limite à arrêter des presumes et les remettre à la police Ils ne peuvent pas decider du sort du presume delinquent et prendre comme prétexte, sa liberation comme une impunité et se substituer à la justice ; car à ce moment ils deviennent des hors la loi incontrolables et capables de tout même destabiliser le pays !!
    le ministère de tutelle doit essayer de faire comprendre cela aux kolweogos

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 17:37, par Pythagore
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    Ecoutez, ceux qui persistent à vouloir diaboliser les Koglwéogos, se diabolisent eux-mêmes et sont peut-être de connivence avec les voleurs que les Koglwéogos traquent. Certes, au début, les Koglwéogo avaient des agissements aux antipodes des valeurs républicaines. Mais, avec les sensibilisations du ministre de la sécurité, Simon Compaoré, beaucoup de Koglwéogos sont à présent entrés dans la république par la grande porte. Ainsi, ils collaborent avec les forces de sécurité en matière de renseignement à qui ils remettent sains et saufs des bandits, objets de leurs braves captures, pour suite judiciaire à donner. Les Koglwéogos ont un avantage que beaucoup de citoyens ordinaires n’ont pas. A savoir que les Koglwéogos ont le courage de signaler et traquer des bandits pendant que certains citoyens ont peur de dénoncer des bandits. Par conséquent, chacun a un rôle important à jouer, citoyens ordinaires et Koglwéogos. Toutes les initiatives qui peuvent concourir à renforcer la sécurité, sont à encourager, pourvu qu’elles se fassent selon les normes républicaines.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 17:49, par Disons-nous La Vérité
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    Cet os resté à travers la gorge du pouvoir va l’emporter s’il n’arrive pas à l’avaler.C’est jouer au cache cache avec ses sans lois,ni foi.Et est une vraie bombe contre le pouvoir qui hésite de la désamorcer rapidement afin d’éviter des dégâts énormes.
    Et parmi ces koglwéogos,il y a des voleurs reconvertis,des repris de justice qui veulent voir cette force autodéfense se détruire par des actes antirépublicains et inciviques car les koglweogos les empêchent de mener leurs activités de vols et coupeurs de route.Donc, il faut tout faire pour désorganiser cette force d’autodéfense en cherchant à l’opposer à l’Etat puissant.Il faut que les koglwéogos fassent un travail d’épuration en leur sein,détectent les fauteurs de troubles afin de les anéantir.Que ces koglwéogos s’inspirent du comportement des dosos de l’ouest qui agissent bien dans l’ombre sans défier l’autorité de l’Etat puissant.Ils doivent revoir les voleurs reconvertis qui sont dans leur association et qu’ils veulent que tout se gâte.Si ces dérapages font que l’Etat les suspend,les voleurs reprendront leurs activité nuisibles.ATTENTION DONC.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 20:47, par K-RAS
    En réponse à : Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !

    Certains sont contre les koglwéogos même quand ils ont raisons et moi ça me cause problème car s’il est vrai qu’il y a parfois des dérapage qui d’ailleurs existent aussi chez les FDS, pour ce cas, ce sont les populations qui sont sortis réclamer la libération de leurs protecteurs condamnés en lieu et place des présumes voleurs. Ceux qui fustigent les koglwéogos n’ont jamais été agressé et appeler les FDS en vin et voir leurs biens emportés avant que la police n’arrivent le lendemain matin. vous savez ceux qui réclament le respect de la loi ne disent jamais que les populations des non loti de ouaga ont droit à la sécurité. dites-moi, s’ il y a combien de commissariats et de gendarmeries dans ces zones et je passe sous silence le cas des villages. votre problème c’est quand on arrête un présumé voleur qu’on violente car pour vous le voleur a des droit qui vous tient à cœur mais quand les populations sont tuées par les voleurs, que faites vous ? je suis désoler de dire que défendre les voleur contre les propriétaires et par ricoché les groupes d’auto-defenses est malsain. et je pense qu’il faut arrêter. le titre de cet article même pose problème.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés