Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

mardi 3 janvier 2017 à 22h00min

Le chef suprême des bobos mandarês a rencontré dans la soirée du mardi 03 janvier 2017 une délégation de la confrérie des dozos de l’ouest. Cette rencontre fait suite à des tortures perpétrées par un groupe d’auto-défense sur deux individus à Poya, localité situé à quelques km de Bobo-Dioulasso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

La question des koglwéogos qui a pendant longtemps été source de polémique dans la région de l’ouest, continue toujours de susciter des grincements de dents. En effet, une délégation de la confrérie des dozos de l’Ouest a tenu à rencontrer le chef suprême des bobos mandarês ce mardi 03 janvier 2017 pour évoquer la question de l’installation des koglwéogos dans la région de l’ouest du Burkina. Ces derniers auraient fait subir des sévices corporels à deux individus dans la région pour une histoire de femme. La scène a été filmée par un des dozos présent sur les lieux le jour de cette malversation.

Au cours de la rencontre avec le chef, la vidéo ainsi que les victimes lui ont été présentées. Pour le chef des bobos mandarês, cet acte ne restera pas impuni. Des actions seront engagées afin de punir ces derniers (les koglwéogos). « Et les autorités seront tenues pour responsables de ce qui en découlera » ; a-t-il laissé entendre. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 janvier à 07:41, par Arthur
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Attention aux erreurs sur les appréciations et jugements de valeur. Il se mène un faux débat sur le profil des ministres en charge de la défense et de la sécurité. L’argument qui tend à faire croire qu’il faille nécessairement un homme de tenue à la tête de ces deux ministères, ne répond à aucune logique d’efficience. Le président du Faso a bien eu une vision de discernement sur cette problématique en disant à la presse le 29 décembre 2016, qu’il ne voit pas la nécessité de confier le ministère de la défense à un militaire. Un civil, tout comme un militaire, peut diriger avec succès les ministères de la sécurité et celui de la défense. C’est juste une question de capacité organisationnelle des ministres choisis pour mobiliser et motiver les troupes avec des moyens conséquents. Des failles existent aussi chez des hommes de tenue en ce qui concerne la qualité du commandement. C’est avec un ministre militaire de la sécurité sous la transition, que le coup d’Etat du RSP a été perpétré le 16 septembre 2015.La nomination d’un nouveau chef d’Etat major général des armées, est intervenue le 28 décembre 2016.Il a été maladroitement présenté par une certaine opinion régionaliste, comme étant originaire de Djibo, dans l’hypothèse de mieux contrer les attaques terroristes dans cette région sahélienne du Burkina. Cela n’a pas empêché une nouvelle attaque armée mortelle dans la nuit du 1er janvier 2017 à Djibo.Il faut être objectif. Le ministre de la sécurité, Simon Compaoré est en train de réussir une réorganisation qualitative des services de sécurité. Les résultats de cette tâche remarquable ont permis d’instaurer le réflexe du respect des feux tricolores à Ouagadougou avec un effet induit sur la réduction des accidents de la circulation. Le rôle des Koglwéogo et dozos, tend à réduire les vols et le phénomène des coupeurs de route à l’intérieur du pays. La lutte qu’il a menée contre les pétards, a également permis de réduire l’usage massif de ces explosifs lors des fêtes de fin d’année comparativement aux années antérieures. Cependant, les forces de l’ordre devront continuer de mener des investigations contre les groupes de jeûnes qui ont enfreint à la loi, en usant de pétards de façon sporadique et en bande organisée sur des motos, dans la ville de Ouagadougou les 31 décembre 2016 et 1 janvier 2017.Cela ressemble à des actions délibérées ,visant à saper le succès des actions sécuritaires du ministre de la sécurité. Comme le Chef de l’Etat l’a dit, il n’y a pas que des ennemis extérieurs qui veulent semer l’insécurité au Burkina. Il existe aussi des ennemis intérieurs. Par conséquent, il y va de l’intérêt de tous les citoyens, de coopérer avec les forces de défense et de sécurité pour une lutte efficace contre les anarchistes égocentriques, qui cherchent à rendre le pays ingouvernable pour espérer parvenir au pouvoir.au mépris des sacrifices de vies humaines.

    Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 10:14, par passakziri
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      Mr , j’ai du mal à établir le lien direct entre votre reaction et l’article. êtes -vous le chargé de la communication de quel ministère ?
      Le problème qu on voit venir c’est le risque elevé d’affrontements sanglants si les autorités soit-elle compétentes ou non ne prennent pas entièrement leur responsabilités. On a toujours decrié ce mepris des droits fondamentaux des burkinabè par ces groupes d’autodéfense nouvelle génération, mais hélas, Ceux que vous semblez vouloir defendre ici ont preferé la fuite en avant. Ce qui devrait arriver un jour risque d’arriver bientôt, et les vrais responsables ce sont le président du Faso et ses ministres de tutelles et non vous et moi.

      Passakziri

      Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 10:37, par LeVéridique
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      "Le ministre de la sécurité, Simon Compaoré est en train de réussir une réorganisation qualitative des services de sécurité. Les résultats de cette tâche remarquable ont permis d’instaurer le réflexe du respect des feux tricolores à Ouagadougou avec un effet induit sur la réduction des accidents de la circulation. Le rôle des Koglwéogo et dozos, tend à réduire les vols et le phénomène des coupeurs de route à l’intérieur du pays. La lutte qu’il a menée contre les pétards, a également permis de réduire l’usage massif de ces explosifs lors des fêtes de fin d’année comparativement aux années antérieures".
      Est ce que ça c’est quelques choses que tu peut te permettre de venter au nom du ministre. C’est le train train quotidien de la police pour réguler la circulation. Et le maire il régule également l’usage des pétards dans sa ville, tâches courantes d’un maire d’une ville. On va être un peu courtois, toutes ces tâches sont déclinées à partir des missions du ministre de sécurité, mais ne sont pas prioritaires au vu de la situation actuelle. Combien de fois les burkinabes se sont fait massacrés cette année pour des erreurs de management et de stratégies....En plus de ce désordre que ton super ministre a déjà créé avec ces soit disant "Koglweogos".. Je pense qu’on est tous des burkinabes, et il faut cessez de vouloir masquer les choses et jouer aux "arrogants" ça ne fait que donner force et place aux forces du mal. Qu’on est le courage de le dire quand on fait de mauvais choix.. ça ne tue pas et au contraire ça rend l’homme fort. En réalité, on comprend mieux "Blaise Compaore" avec le pouvoir en place actuellement car ce sont ces pensées là qui ont guidées "Blaise Compaore" pendant ces 27 ans.....Mais "la main de Dieu" qui a chassé "Blaise Compaore" est toujours là au déhors et n’importe où. Le président RMCK l’a rappelez lui même lors du débat passé à la TNB, "La Patrie ou la Mort Nous Vaincrons" ça veut ce que ça veut dire.

      Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 11:00, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      - Arthur, ton analyse est très pertinente et très convainquante. Et le Kôrô Yamyélé que je suis, je partage totalement ton avis. Justement, au Burkina Faso ici, il y a une certaine opinion mal informée et qui pense tout maîtriser et qui est spécialisée en tout et en rien du tout finalement, et qui pense qu’il faut forcement un homme de tenue comme ministre de la défense ou de la sécurité. C’est un argument totalement fallacieux dans ce sens que le poste de ministre est un poste politique. Ensuite me référant au contexte mondial, dans tous les pays qui ont des puissantes armées, ce sont des civils qui sont ministres de la défense. Sarkozy a été ministre de l’intérieur (Sécurité) en France et il n’a jamais été un policier non plus ! Ensuite il y a Bernard Kouchner qui fut ministre de la défense en France. Il n’a jamais été soldat mais médecin ! Il y a aussi le cas de Michel Aliot-Marie dans la même France au moment de la guerre en Côte-d’ivoire. Elle n’a jamais été militaire, ni policier, ni gendarme.

      En revanche, dans les pays où sévit la dictature et la violence suivie des violations massives des droits de l’Homme avec de nombreux assassinats sans suite judiciaire, ce sont des militaires qui sont ministres de la défense ou des policiers qui sont des ministres de la sécurité. Ces pays-là sont surtout en Afrique ! Voyez au Burkina Faso sous Blaise Compaoré. Il est militaire et l’est resté dans l’esprit même s’il ne portait plus la tenue, et il y eut dans ce pays sous lui une violation massive des droits de l’Homme avec de nombreux assassinats crapuleux sans suite judiciaire jusqu’en ce début 2017 ! Certains esprits mesquins me diront que les RSS ont gouverné aussi avec lui ! D’accord, mais lui ou ceux qui tuaient pour lui, ne demandaient jamais l’avis des RSS avant d’aller fusiller les gens ou de tendre des embuscades à certaines personnes. D’ailleurs l’un des RSS se contentaient de décréter des zones rouges dans la ville de Ouaga et à pourchasser les inciviques dans les rues, et celà amusait bien la galerie en plus ! Les RSS n’ont absolument rien à vois avec les crimes commis sous le régime de Blaise Compaoré. Allez demander des explications à Gilbert Diendéré et à Blaise lui-même si vous voulez savoir ! L’un d’entre ces criminels, en l’occurence Hyacinthe Kafando, au lieu d’affronter courageusement son destin comme ceux qu’il a assiné dans le passé, a plutôt préféré s’enfuir la queue entre les pattes comme un chien battu lors d’un combat.

      Au ministre de la défense ou de la sécurité, on lui demande de mettre en oeuvre une politique, pas de concevoir des plans de guerre ou de sécurisation, ni de s’occuper de l’ordinaire des soldats ou de leurs équipement. C’est pourquoi le Chef d’état Major dans l’armée ou la gendarmerie ne sera jamais un civil, et il en de même que le DG de la police ne sera jamais non plus un civil "monsieur tout le monde". Ce sont des postes spécialisés qui ne sont occupés que par des spécialistes du domaine.

      CONCLUSION : Burkinabè, arrêtons les critiques faciles et les raisonnements fallacieux au risque de devenir finalement des BurkinaBÊTES ou encore des BurkinÂNESbè.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 08:10, par l’oeil de faucon
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    hé oui Simon Compaoré parvient petit a petit a ces fin voir divisé les burkinabès .

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 08:12, par warba
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Voila ce que les autorites attendaient pour restreindre les activites des koglweogos.s’il n’ya pas de sanction cette histoire va deboucher sur une chasse au koglweogo de l’ouest et l’expulsion du fauve du boulkiemde de son hameau de culture.L’installation anarchique sans recepisse des koglweogo doit etre interdite et stoppee ;meme s’ils sont efficaces,ils peuvent un jour se rebeller et meme prendre le pouvoir par la force au vue de leur equipement et leur nombre.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 08:13, par le doosotiè
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    ne vous laisser pas faire car s’ils reviennent c’est qu’ils ont un appui a quelque part montrez les votre fermeté .

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 08:37, par LIOHD
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    ENCORE EUX. IL FAUT QUE LES AUTORITES PRENNENT UNE DECISION RAPIDE AFIN DE CONTENIR SES VIEUX BANDIT QUI VEULLENT JOUER AUX CHERIFS.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 08:39, par Yarga Ezékiel
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Les autorités doivent agir immédiatement afin d’empêcher toute escalade entre dozos et kogleweogo. Si elles restent les bras croisés elles seront responsables de tout ce qui surviendra.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 08:53, par ngoonga
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Attention à la dérive identitaire. La menace et le risque sont grands si les autorités ne prennent pas leurs responsabilité. Il faut souvent la fermeté. Vous ne savez pas ce qui se cachent derrière ses organisations qu’on met en place de façon azimut. Pour certains c’est dans le bon sens mais pour d’autres c’est pour des visions et ou intérêts inavoués. Evitons que çà ne deviennent une histoire de Bobo et Mossi et ou de l’Ouest et du centre. Rappeler vous de cette histoire de Sillure et Kadiogo. Les autorités en son temps ont vite anticiper en mettant fin à ses clubs qui ont pris d’autres appellations.
    Gouverner c’est prévoir.
    A bon entendeur salut.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 08:55, par monpaysvamal
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    c’est dommage. En plus de ne rien nous proposer de concret en matière de développement et de sécurité, nos gouvernants veulent diviser le pays. ces histoires de kolwéogo vont conduire le pays à une guerre civile. Ceux qui pensent qu’ils ont les moyens de cette guerre, je tiens à les prévenir : on sait comment ça commence mais on sait pas quand et comment ça finit. La plupart de nos voisins ont fait l’épreuve de la guerre civile, donc cela peut nous arriver si nous laissons la situation s’empirer. Il faut arrêter de pactiser avec cette milice et veiller à ce que les autorités judiciaires jouent leur partition dans la traque contre les délinquants.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 08:57, par O.A
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Nous sommes en début d’une nouvelle année. Les frères dozos pardon gardez votre calme. Les bandits ont tué des gendarmes dans la zone vous êtes resté bouche cousue. Voilà vos intérêts(mangement) sont menacés, vous répliquez immédiatement. Soyons honnêtes, ces deux malfrats ont fait quoi ? La population de Poya dit quoi ? Une institution de micro finance a été attaquée à plusieurs reprises dans la zone, vous en dites quoi ?
    Que ALLAH protège le Burkina.

    Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 09:26, par justice
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      Argument en chiffon ! le foyer des Koglwéogos se trouve à l’Est, mais les coupeurs de routes y font la loi. Dernière illustration, un car attaqué avant hier entre Fada et Natiaboini, résultat 1 mort et plusieurs blessés. Nous, nous disons simplement que nous ne voulons pas de koglwéogos à l’Ouest. Point barre ! Gardez vos koglwéogos si vous voulez, à l’Ouest nous avons confiance à nos Dozos. Point barre.

      Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 10:51, par sofani
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      Specialement à l’internaut n°09

      Je croyais que vous étiez un Burkinabè ou vous viviez la situation du Burkina.Il faudra calculer le nombre de braquage dans tout l’étendue du territoire durant l’année écoulée. Et soustrait le nombre de fois de la region de sud-d’ouest sans kolwéogo et les restes à la présence de kolwéogo. Laissez nous vivre on sans foû de kolwéogo dans le sud d’ouest. Qui sont ces voleurs c’est être iresponsamble de celui que tu a mis au monde. Trop d’enfants sur la rue enfin ils deviennent des bandits quant ils grandissent. C’est très simple de chercher des kolwéogos pour lutter contre des soit disant bandits.Il faut ramener le delinquant de chez toi à la maison tu vera la suite. S’il n’a plus d’amis de l’extérieur cela va finir.Tu veux dire que les kolwéogos sont plus que notre sécurité ? Si vous trouvez que les dozos sont là et que des choses se passent et qu’ils ne peuvent pas maitrisser et c’est les kolwéogos qui viendront maitrisser cela veut dire que notre sécurité font parmis. A la longue s’ils s’installent finir on vera se qui va se passer. Il diront que le president ne fou rien il y’à la soife par là il y’à manque de courant par ci et c’est le pouvoir presidentiel il vont voulloir. Boukari le lion est entrain de compter le nombre de voie pour la presidentielle 2020. Comme il perd a tout momment il s’implique autrement mais les gens ne voit pas venir. Merci et bonne lecture.

      Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 09:16, par justice
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Les koglwéogo à l’Ouest s’apparentent à l’occupation nazis de la France pendant la deuxième guerre mondiale. Si les autorités politiques ne réagissent pas à temps, ces hors-La-Loi vont subir un sort plus pénible que celui subi par les boches d’Hitler. Osons apprendre toujours de l’histoire pour éviter des douleurs inutiles.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 10:10, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    - Il faut attrapper Boukary Le Lion, le Terrasser et lui raser la barbe et tout va se calmer et rentrer dans l’ordre.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 18:00, par ngoonga
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      Pardon Koro Y. La barbe n’ a rien a voir dans cette histoire que nous déplorons au même titre que les bandits qui portent des barbes et s’appelle Djihadistes. Je dis simplement penons en compte la mesure du danger avec les risques de confrontation communautaire. Le message est clair. Pas besoin de tourner derrière le pot. Nous avons éviter au temps du Président Lamizana un risque qu’il a pu contenir selon les informations.
      Ils sont fous ses mangeurs de chenille. Prenons garde pour que le diable ne revient pas au Burkina, car il a franchi les frontière Point barre

      Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 10:22, par AFGANO
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Mais enfin ,qu’est ce qui empêche les autorités judiciaires ,la gendarmerie ou la police d’arrêter Boukary Kabore et de l’enfermer purement et simplement .C’est lui qui a amené ce problème dans cette zone et les autorités le regardent faire sans rien dire . C’est quand il y aura des affrontements meurtriers que les autorités vont réagir vigoureusement ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 10:23, par TEINFO
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Avant tout acte, vérifier chers dozos s’il s’agit bien de koglwéogos qui sont à l’origine de cet acte barbare et ignoble. Les histoires de femmes ont toujours existé et existeront encore dans nos villages ; rivalité oblige mais personne n’a subi de tels traitements et humiliations. Même en ville dans les maquis les rivalités entre hommes et femmes pour le sexe opposé sont courantes. Seulement c’est les fins tacticiens et les meilleurs qui gagnent et non les barbares et les abrutis. Les dozos ont notre soutien pour raisons de liberté d’actions et de paroles. Restez dans votre territoire et ne perturbez pas inutilement la quiétude au cours de l’année 2017. Notre seul et unique ennemi c’est le banditisme et le djaddisme.. Le MATDSI Simon COMPAORE l’a bien réaffirmé lors de son passage à Bobo. Nul n’a le droit d’imposer à autrui sa vision de voir ses choses, même à ses propres enfants.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 10:39, par sidbala
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Simon COMPAORE sait ce qui se passe à Poya parce qu’il en est l’instigateur.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 10:48, par Ali
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Je crois savoir que les koglweogo ne s’occupaient que de voleurs et autres bandits de grand chemin mais pas d’affaires de femmes. C’est ce qu’un de leurs responsables semblent avoir dit à Saaba.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 10:56, par woooooh
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    L’EST, OUEST, CENTRE ou SUD du BURKINA FASO forment le Burkina Faso qui est un et indivisible ! Ce qui est permis dans une des parties doit l’être partout et ce qui est interdit doit l’être aussi partout. Ce sont les règles qui doivent être claires pour tous et s’imposer à tous ! Attention au régionalisme

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 11:04, par lynx
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    on a survécu a l insurrection, mais si on n´y prend garde, ce phénomène ci risque de réussir ce qu´aucun ennemi extérieur n´a jusqu´a présent réussi : la fin du Burkina Faso.Nous sommes de par notre histoire dans la sous région le pays qui fut autre fois partagé.L´indécision des autorités me sidéré car nous allons a coup sur tous payer le prix si ça dégénère. on parle de PNDES quand il y a paix et concorde nationale. Honnêtement peut on accepter l´installation de Dozos sur le plateau central ? Ne fait pas a autrui ce que tu ne v pas qu´il te fasse. Qui ne dit mot consent !!!! Attention a jouer avec le feu !!!! pourquoi veut on se faire HARA KIRI ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 11:15, par Tienmi
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Bonjour à tous chers compatriotes et patriotes,
    Cette escalade ne me surprend guère, car la fébrilité, que dis-je, la complaisance avec laquelle nos actuelles autorités, le Président Rock Christian Kaboré y compris, gère cette histoire ressemble à de la complicité voir à l’instigation. En effet l’engeance que représente ces "Koglewéogo" aujourd’hui à agit dans l’impunité totale au vu et au su du Ministre en charge de la sécurité de "tous" les burkinabès, narguant les forces de l’ordre au passage. Dieu seul sait qu’elle complot révêt cet attitude de certaines de nos autorités. Le Chef de l’Etat, lui même s’adressant à un journaliste inquiet de la détention illégale d’armes à feu par certain "Kolglwéogo", lors de son premier entretien télévisé, disait en substance ceci : Que dites vous des armes détenu dans l’Ouest par les Dozo ? Comme s’il fallait équilibré la détention d’armes à feu au lieu de lutter contre. En tout cas si jamais il advenait au Burkina Faso ce que tous les dirigeants de notre pays, avant ceux d’aujourd’hui, ont travailler à éviter c’est à dire la division sociale ce serait la faute des RSS. Pendant que nous avons à nous protéger des menaces à nos frontières des gens, et non des moindres s’échinent à vouloir ouvrir des querelles à l’intérieur.

    Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 13:55, par tieba
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      Ce que Rock a dit est vrai. pourquoi les autres ne peuvent pas créer leur propre associations sur le sol Birkinabe ? Donc si je comprends bien, Bobo appartient au chef des Bobos et sa suite ? et Les autres régions appartienent à qui ? si séparation, il ya c’est bien à. Bobo que cela a commencé. Je ne pas qu’elle folie de grandeur ou soif de chefferie longtemps enfuie chez certains qui pensent que maintenant Blaise n’est plus là, nous aussi, nous allons nous organiser afin de nous imposer et avoir les mêmes prérogatives et de valeur que le Mooro Naba ? Pour lui là, même les blancs quand, ils sont venus, se sont adressés à lui, puisque c’est lui qui représentait le pouvoir exécutif ,et judiciaire. Une chose est certaine ! Que les gens fassent beaucoup attention ! car dans la vie, on peut faire un faux calcul et se casser le nez. Ne réveillez pas le vieux démons. C’est dieu même qui crée certains mystère autour de certaines personnes. Si vous tentez, vous allez être humiliés.Comme,les gens tournent, moi je fais pas ça, afin d’éviter certains désagréments regrettables. À bon entendeur salut.

      Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 13:57, par Tieba.
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      Ce que Rock a dit est vrai. pourquoi les autres ne peuvent pas créer leur propre associations sur le sol Birkinabe ? Donc si je comprends bien, Bobo appartient au chef des Bobos et sa suite ? et Les autres régions appartienent à qui ? si séparation, il ya c’est bien à. Bobo que cela a commencé. Je ne pas qu’elle folie de grandeur ou soif de chefferie longtemps enfuie chez certains qui pensent que maintenant Blaise n’est plus là, nous aussi, nous allons nous organiser afin de nous imposer et avoir les mêmes prérogatives et de valeur que le Mooro Naba ? Pour lui là, même les blancs quand, ils sont venus, se sont adressés à lui, puisque c’est lui qui représentait le pouvoir exécutif ,et judiciaire. Une chose est certaine ! Que les gens fassent beaucoup attention ! car dans la vie, on peut faire un faux calcul et se casser le nez. Ne réveillez pas le vieux démons. C’est dieu même qui crée certains mystère autour de certaines personnes. Si vous tentez, vous allez être humiliés.Comme,les gens tournent, moi je fais pas ça, afin d’éviter certains désagréments regrettables. À bon entendeur salut.

      Répondre à ce message

      • Le 4 janvier à 16:12, par Tienmi
        En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

        Mon cher ami, tu ne connait ni l’histoire du Burkina Faso, ni ton propre histoire, sinon tu ne dirais pas ce que tu viens de dire ci-haut. Donc il faudra que tu cache un peu ton ignorance en te taisant un peu. Demande à certains de tes frères qui ont pris la peine de lire un peu l’histoire coloniale du Burkina Faso (ancienne Haute Volta). Je suis pas dans ce forum pour parler d’un groupe Ethnique particulier, je parle des burkinabè. Je veux tout simplement que les autorité reconnu par notre loi fondamentale, c’est à dire la constitution, réagissent pour mettre l’ordre et permettre le développement d’une cohésion nationale véritable. Si vous êtes divisionniste moi je ne le suis pas.

        Répondre à ce message

      • Le 6 janvier à 12:24, par l’histoire
        En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

        A Tiéba

        Tu parles de quoi même toi ? le Burkina Faso n’est pas un pays de Mossi et le Mogho Naba n’est pas non son chef ? Quand quels blancs sont venus ils se sont adressés au Mogho Naba ? c’est au plateau central que les blancs se sont adressés à Boukary KOUTOU qui tout de suite a pris ses jambes à son coup (un exemple de courage) pour aller se planquer voire se terrer vers la zone de manga où il trouvera la mort.
        A l’ouest renseigne toi comment les choses se sont passés petit ignard de l’histoire de ce pays.
        ce n’est pas pour rien que cette année on a commémorer les 100 ans de la révolte de l’Ouest..... As tu vu est bonnet rouge là bas ! on se connaît dans ce pays. Toi et les tiens vous n’avez jamais gagné une guerre, vous n’êtes que colonie de peuplement point barre. je passais

        Répondre à ce message

        • Le 8 janvier à 01:04, par Tieba
          En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

          Si les 100ans ont été fete à l’ouest, sais tu la suite ? non toi le petit nulard là, c’est une façon de créer un climat de paix dans le pays, mais quelqu’un qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez ne peux pas comprendre ça. Bref ça viendra. Le bonnet rouge ne part pas là où il n’y a que ses subordonnés. Ce sont eux qui le trouveront sur place. Boukary koutou n’a pas fui, il a été chercher du renfort ,il avait eu l’appui des anglais mais qui ont préféré laisser le Soudan aux Français. Boukary koutou, fin stratège revenait nuitamment mettre de l’eau dans la poudrière des colons, il les faisait disparaître en brousse, les blancs on étés chicottes et même circoncisies par Boukary koutou. les blancs ne diront jamais cela et c’est pourquoi, ils déformé plusieurs volets de l’histoire des mossi. Ils ont même eu peur de ne pas laisser les mossi, les Bobo et les Senoufo réunis car s’ils restaient unis ils ne pourront pas gouverner comme il faut. C’est pourquoi tu trouvera les Bobo, les Samos, et les Senoufo éparpillés entre La Cote d’ivoire, le Mali Et le Burkina Faso. Et les mossi ? as tu vu un mossi originaire d’un autre pays à part le Faso ? c’est parce-que le Mooro Naba Saga est parti en compagnie de son frère du Yatenga, le Larle Naaba, jusqu’en Cote d’ivoire pour dire aux que son peuple ne sera pas diviser d’où la reconstitution de la Haute volta. Le général de Gaules fui pour venir chercher des appuis en Afrique, Samory s’est enfui jusqu’à être capturé à Bolibana qui veut dire la course est terminée,Ayatomlah,et j’en passe. En conclusion :Ce sont les vrais hommes qui s’enfuient lors des batailles puisque tu es un combattant, et ce sont des vrais hommes qu’on capture aussi, :Les groupuscules méconnus et qui se cachaient sur les arbres ou dans les trous, et même dans les greniers comme la famille de some n’ont rien senti à fortiori s’enfuir. Voilà un peu comment c’était dans le temps, la plupart des dagara sont repartis au Ghana. je te drdhabillerai si tu continues à m’embêter avec ton cancer de coeur.

          Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 11:16, par le choco
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    internaute n°1 n’est autre que le grio de simon compaoré c’est des gens sans dignité j’ai trop honte de sa déclaration s’il est un père de famille je pleure sincèrement ses enfants. Ce n’est pas la peine.

    Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 14:13, par Kôrô Yamyélé
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      - le choco, pardon s’il te plait, l’internaute 1 a d’excellents arguments et il ne fait pas l’apologie de Simon. Il fait juste comprendre qu’un ministre de la défense ou de la sécurité ne doit pas forcément être issu des rangs des forces de sécurité, vu qu’il a une fonction plutôt politique et organisationnelle ! Mais comme tu es ignard et tu es un myope politique, tu ne peux pas comprendre ce type d’argumentations. S’il y a défaillance en matière de sécurité, celà est imputable aux Chefs d’état Major de l’armée, de la gendarmerie et au DG de la Police Nationale, et non aux ministre de la défense et de la sécurité.

      CONCLUSION  : C’est toi qui fait honte à tes enfants du fait de ton ignorance gigantissime !

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 17:08, par Doucememt
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      Donc pour toi ce sont ceux qui critiquent et insultent SIMON seulement qui sont dignes. Et tout le monde doit penser comme toi. Soyons modeste

      Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 11:30, par antopasc
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    équilibre de l’information.Éclairez nous avec la version de l’autre partie. sinon c’est simple de diaboliser

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 11:45, par wend yam
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    il fallait si attendre. le problème n’est pas géré avec fermeté par les autorités et une explosion ethnique est entrain de se préparer sous nos yeux. les koglwéogos sont d’essence mossi ou alliés des mossis. qu’il restent dans leur zone d’origine. point barre !!!
    généralement, ceux qui appartiennent à ce groupe sont d’ethnie mossi. s’il sont hors de leur zone zone ils ne peuvent en aucun moment juger et condamner les autochtones. en français simplement compréhensible, imaginer un jour que moi dagara de dano, je sois un jour arrêté à Dano par ’des mossi Koglwéogo’ et torturé par eux pour des raisons quelconques alors je crains pour tous les non-ressortissants de la zone quand ma tribu va s’armer et sortir. les koglweogo sont une forme de conquêtes du territoire par un groupe d’ethnie. faisons très attention

    Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 22:23, par Tieba.
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      Écoute bien c’est à Dano même que les kogleweogo vont te mâter bien bien, au besoin tes pauvres parents dont tu parles ,seront à leur tour gérés avec le fouet avec le quel on fait marcher les ânes là. Toi dagara, toi dagara, à dans ? quoi ? rien, zeeeeerrrrrro ! mairai, fou.Moi,Je suis peul mais, je suis obligé de dire la vérité. tas de petits imprudents. Prenez soin de vous et des autres. d’aigris(dagara)tu sera botté comme il se doit.

      Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 11:45, par el gayo
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    c’est lamantable d’entendre de telle histoire dans notre region "playse" éparagne nous avec cette sorte de collonisation ou de domination ; à cela je dois rafraichir la mémoire des conpatriotes " (les morts ne sont pas mort) vous savez ou repose chacun nos morts ne dérengeons pas leurs quietude. merci

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 12:10, par gnongo-yé
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Je pense que le chef Bobo,doit chercher plus de renseignements car l’histoire de femme serait une invention pour discréditer les Kogwogo,il s’agirait plutôt d’un problème de vol. Pour la collaboration entre les deux groupes, je pense qu’il y a des Dozo partout au Burkina. Des responsables (nationaux) se trouvent être des bisa, des mossis,des Samos, des gourmatchés et bien-sur des Bobos..., à Bobo,à ouahigouya, à Zabre, Fada et Ouaga.... On peux ne pas les installer effectivement, parce que les Dozo peuvent probablement jouer le même rôle dans certaines localités et non pas parce que c’est une affaire de région, d’ethnie ou de culture. C’est là ou il y a un couac !

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 12:22, par Beton
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Attention !!! Les prémices d’une guerre civile sont entrain de se mettre en place au vu de nous tous. J’en appel au sens élevé de la paix ,de la cohésion sociale et du refus d’aliénation d’un peuple par un autre qui devrait animer nos autorités. Si vous voulez d’une guerre civile ignorez mon cris de cœur. On ne se sens vivant que dans sa patrie, même si vous avez les moyens de vous enfuir, vous serrez malheureux toute votre vie.
    S’il vous est difficile de respecter les coutumes des autres, cela voudrait dire que vous refusez le vivre ensemble.
    Le temps de la grande naïveté dans le grand ouest est révolu. Il est vigilant et surtout prêt.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 12:31, par SS 20
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Lorsque Blaise était au pouvoir ,les koglwégho étaient là ne faisaient pas trop de bruit et le Lion du Boulkiemdé n’en était pas non plus un adepte.
    Pourquoi aujourd’hui chacun veut se prévaloir et de manière incivique en un incontournable dans la nouvelle façon de société que nous voulons pour le Burkina.

    Il ne suffit pas de se présenter sur un plateau de télévision ou être cité à longueur de journée dans la presse pour croire que désormais je suis un activiste qui compte !
    Comme quelqu’un l’a dit plus haut ,quand l’heure du désordre dans la violence arrive ,on ne sait pas quand ça va s’arrêter ni comment , donc faisons attention à nos prises de position et à nos incitations à la violence.
    Chacun , là où il est doit commencer à respecter l’autorité de l’État au travers de ses attributs et ses institutions ,même si c’est ton ennemi est élevé dans l’incarnation de ce pouvoir qu’est l’État ,tu lui dois respect. Commençons par là et nous verrons que nombre des problèmes que nous vivons prendrons fin.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 12:41, par Rougbenga
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    C’est quoi cette histoire ?
    Je suis d’accord avec l’intervenant 14. Selon la charte des Koglweogo ils n’interviennent pas dans les histoires de femmes. Alors, je dis attention aux manipulations pour atteindre certains objectifs.
    Et puis, je crois savoir que la liberté d’association est garantie à tous les Burkinabè sur toute l’étendue du territoire. Donc, les Burkinabè, où qu’ils habitent, ont le droit de créer des associations de Koglweogo. Les Koglweogo et les Dozos peuvent s’associer en vue de lutter efficacement contre le banditisme. C’est ce que font les gendarmes et les policiers.
    Trop de viande ne gâte pas la sauce.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 12:47, par AFRIQUE MON AFRIQUE
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Notre pays a trop de problèmes et il faut éviter d’en rajouter d’autres.il faut que l’installation des groupes d’auto défense aient l’approbation de toute la population à travers leurs leaders ( autorités coutumières et religieuses, comités villageois , conseillers municipaux etc..).
    il faut que nos autorités prennent au sérieux les questions sécuritaires car étant trop sensibles . POURQUOI ne laissons pas n importe qui vendre les produits pharmaceutiques ou soigner les gens ? .il y a des professionnels de la sécurité ayons confiance en eux et donnons leurs les renseignements tout en éduquant bien nos enfants. les kogleweogo à l’ouest s’ils ne font pas l’unanimité il faut les interdire pour la cohesion dans notre cher faso. on ne contraint pas un vieux à mettre de la farine dans sa gibecière .donc il faut pas mettre de kogleweogo dans les villages qui n’ en veulent pas.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 13:04, par Boinyïnga
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Boukary kabore dit le lion est en mission,sans polemique.chercher pas loin,il travail pour celui qui a les moyens et le pouvoir de l enjoindre de mettre un terme a cette aventure

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 13:10, par wouroyiré
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    tout ce qui se problème de kolgwéogo dans l’ouest est l’œuvre du LION ÉDENTÉ.mais il aura sont compte.suivez mon regard.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 13:45, par som
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Il faut que le ministre de l’intérieur réagisse pour mettre fin à cette affaire de kolgweogo à l’ouest , les agendas cache s ne le sont plus,. Arrêtons l’hypocrisie. Où sont ces OSC geulard toute tendance confondue ? Qu’elles se prononcent

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 14:03, par goulogoulé
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Quand nos dirigeants n’ont plus rien rien à proposer au Peuple, le seul moyen moyen pour eux de s’échapper, c’est de créer de la diversion, qui nous mènera vers le chaos.

    Sankara à travailler à unir le Peuple du Burkina dans le travail, l’intégrité et la dignité. Ceux qui l’ont éliminé ont travaillé à détruire toutes ces valeurs, tout en nous entrainant dans des dérives inimaginaires. Un homme prévenu en vaut 2, et Peuple prévenu saura cibler ses vrais ennemies, sans se laisser entrainer dans ce chaos.
    Si nous refusons de vivre en intelligence comme des Hommes Intègres, alors nous crèveront tous comme des idiots. c’est si simple.

    Pour tous les Burkinabé qui veulent mieux comprendre les différents phénomènes que le pays vit actuellement, je vous encourage à lire "Les 10 techniques de manipulations du Peuple" de Noam Chomsky. C’est très édifiant et permet parfois d’anticiper certains évènements, sans nécessairement tomber dans la parano ou du complotisme. En gros "mieux comprendre pour mieux agir"
    La Patrie ou la Mort,
    Le Peuple sortira toujours vainqueur.
    Webmaster, si vous voulez, supprimez encore ce message. l’essentiel c’est que vous l’aurez lu. Merci d’avance.

    Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 00:29, par Tieba.
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      N’eut été ce gouvernement actuel, personne à l’heure où nous sommes ne pouvait résister à ces complots et coups bas incessants Sankara à travailler au bon développement du pays tout comme Blaise .Quand à l’unification des peuples, c’est faux, sous Sankara, le peuple à souffert, avec les tribunaux populaires et j’ai des parents qui ont émigré vers le Togo et qui ne sont plus revenus. D’autres sont partis au Mali, d’autres en Côte d’ivoire auNigeria et ailleurs .Sous ce même Sankara que j’aimais bien, croyez moi, des militaires ont étés tués ,les parents de ces victimes vivent encore au Faso et si eux aussi montaient sur tous les toits comme le font à la place de la famille Sankara pour (qui j’ai du respect)Cesaigrisgangs,il n’y aura pas de paix au pays. Sankara s’est tué lui même, excusez moi du terme, le succès, le pouvoir, la jeunesse et l’esprit de révolution l’ont aveuglé au point d’oublier certains comportements et de propos désobligeant à l’endroit de tous ceux qu’il pensait être dérangeant pour lui. Quand, il va jusqu’à inviter tous les africains à ne pas payer leur dette en traitant la France de voleur, bref de n’importe quoi. Au Mali, Il a provoqué une guerre inutile et stérile, sait on combien de personnes qui sont mortes pendant cette guerre ? Il avait également une soif terrible de vengeance contre certains qui ne lui ont rien fait. Il a Envoyé quelqu’un couper l’électricité et l’eau chez le Mooro d’alors, ce dernier est parti, quand, il a trouvé le Naaba en question, il a eu honte et il est retourné dire que lui, il ne peut pas, il a été renvoyé et le directeur de cette structure est parti trouver le souverain assis dans sa cour et il a coupé eau et électricité, mais le lendemain ce Mr là a été écrasé par un camion, mais malgré tout ça, le fils de celui qui a négocié notre reconstitution s’est donné la mort dans son palais car chez les mosses lors de leur intronisation reçoivent en plus de leur préparation physique et mentale un autre médicament pour mettre fin à ses jours au cas où tu viens à perdre la face. Cela existe dans tous les palais. Et l’histoire nous apprend que tous ce qui se sont rebellés contre les morro ont péri. Je n’accuse personne, c’est une narration permettant de connaître un peu les quelques erreurs qu’à commi notre idole commun. Quand à dire que c’est Blaise qui a tué aussi Sankara, ce n’est pas vérifié, cherchez son assassin en dehors du Faso. le peuple quand il est divisé en deux c’est le plus faible le perdant. Je demande pardon au Morro Naba et à sa famille, à tous les mossi, à tous ceux qui aiment la vérité sans oublier la famille Sankara. je m’incline pieusement pour demander à dieu d’accueillir son âme au paradis Amen ! Une fois de plus pardonnez moi ,sa Majesté si je vous ai offensé. Que dieu vous Bénisse le Burkina Faso amen !

      Répondre à ce message

      • Le 5 janvier à 23:23, par SOME
        En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

        Mon sieur tieba, as-tu lu ou consulté ce fameux ouvrage de chomsky dont il parle ? De toute facon c’est pas la peine de te fatiguer, car tu n’y comprendras rien : tu n’en as pas les capacites intellectuelles, alliée a cela ta mauvaise foi. Malgre les apparences tu sais tres bien ce que tu recherches a provoquer dans ce pays ; c’est ton droit mais au moins fais le dans l’honneteté intellectuelle. Inutile de chercher a caresser dans le sens du poils de peur des reactions des gens sur les critiques a propos de sankara.

        Mais toi le hibou aux yeux et faisant le cameleon equilibriste, on vous connait. Inutile de chercher des arguments alambiqués qui trahissent ta mauvaise foi et ton manque d’objectivité, etc Dire que c’est le plus faible qui est mort, c’est pas blaise qui a tué sankara, etc et tout ce que tu veux…De toutes facons sankara est mort de mort naturelle et de par sa faute comme tu le rajoutes. Alors circulez il n’y a rien a voir. Pire il n’était meme pas un vrai mossi, encore moins un mossi du centre et il ne respecte meme pas le moro naba, le chef apres dieu, n’est ce pas !

        Tu peux ne pas aimer le regime sous sankara, c’est ton droit ; mais au moins reste objectif. Sais tu ce qu’on appelle unification d’un peuple ? Ne viens pas prendre les autres pour des niais.
        Tes excuse devant ton moro naba, ca te regarde : reste debout pour le saluer ou traine toi par terre pour le faire, ca ne regarde pas les autres ; c’est ta culture, que tu dois (ou peux) suivre, c’est une affaire privée. Alors ne viens nous etaler ca ici. Laisse le moro naba rester a sa place…Votre tribalisme on n’en pas besoin. Puis tu sais, sankara n’a surtout pas besoin des prieres d’individus comme toi pour aller au paradis.
        SOME

        Répondre à ce message

        • Le 8 janvier à 00:17, par Tieba
          En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

          Encore toi l’oiseau de mauvaise augure. tu veux quoi ? que je te remettre à ta place ? concernant l’ouvrage de Chomsky, je ne m’attarderai pas sur ça car ça ne m’intéresse pas. C’est toi le hibou aux yeux rouges bec et langue gourchus, c’est toi la taupe qui souffle le frais et le chaud. je vais craindre la réaction de qu’elle gens ? si toi, malgré que les gens peuvent réagir face à tes critiques malsaines, tu peux aller au fond de tes idées pourquoi pas moi ? Voilà là où tu crève là,, Je me coucherai pour le saluer, je terminerai pour le saluer, je me roulerais par terre pour le saluer c’est la culture de ma mère et la mienne par la même occasion. Ton problème :Tu n’as pas de culture royale, pas de respect à l’endroit de votre chef généralement choisit par droit de naisse ou le plus gros grand et bête du village qui parvient à terrasser tout le monde sera nommé chef de con. Les choses étant ainsi, qui va respecter qui ? qui peux donner l’ordre à qui ?Ce sera tout juste tristesse et désolation, désordre, désobéissance, de la salade quoi. Sous main, que ton âme repose en paix amen !

          Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 14:05, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    - Chers frères mossis, il faut savoir une chose très importante : dans l’Ouest du Burkina, on nous tolère juste ! Alors n’exagérons pas et gardons nos fameux Koglweogos dans le pays mossi et ne tentons pas des les imposer dans l’Ouest car ici les gens voient celà comme une forme insidieuse et malicieuse d’envahir l’Ouest de plus belle. Soyons sages frères mossis.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 16:39, par Tienmi
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      Kôrô Yamyélé, c’est n’est pas voir "comme" tout laisse voir que l’apparition des Koglweogo en même temps que l’avènement des RSS au pouvoir n’est pas un fait du hasard. Le traitement complaisant des dérives et exactions de ces groupes dits d’autodéfense par le sieur Simon Compaoré ça aussi ce n’est pas normal. Le fait d’admettre, de manière dérobée, le vœux de Boukary Kaboré et son groupe de gérer la liberté des populations de cette partie Ouest de notre pays n’est pas non plus impromptu. Dans cette affaire J’accuse Messieurs Rock C. KABORE et Simon COMPAORE de ne rien faire pour préserver la paix et la cohésion des populations que leurs prédécesseurs se sont donné tant de mal à bâtir. Mieux je les accuse d’encourager, par leurs attitudes, cette entreprise qui sèmerait, si on n’y prend garde, les graines de la division au sein de notre peuple. A eux je voudrais dire que notre peuple n’a pas besoin de ça. Dieu fasse que notre la cohésion nationale leur survive, nous survive et survive aussi longtemps que Dieu le voudra.

      Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 17:18, par La bâtardise ne gagnera pas
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      Kôrô Yamyele, tous les koglweogo ne sont pas des mossé. Il y en a en chez les bissa, les gourmantché, les gourounsi, les katséna. Il faut en tenir compte dans vos analyses. Merci

      Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 14:53, par Tiger
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    M’bon !!! Pour qui sait lire entre les lignes, il y’a vraiment de quoi s’inquiéter ...

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 14:57, par Ernestine Ouedraogo
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Moi je vais plus loin le koglewéogo sont une levée d’armée de l’aristocratie mossi. A l’ouest où bien de mossi ont des problèmes d’intégration ( comme ce fut le cas en côte d’ivoire), ils veulent passer par la force au mépris des lois et aussi à la satisfaction de la classe dirigeante. Il n’ya rien à faire il faudrait bien vivre cette guerre qui divisera le burkina pour de bon avec au moins trois micro états. Sinon comment comprendre cette mauvaise sortie de légitimation des koglewéogo à l’Ouest du ministre simon. Bravo de bibèga du mogho !
    Oui pour un état uni mais non au délinquants politiques. Il faudrait courageusement interdire les kogleweogo à l’ouest ou alors accepter de vivre les affres d’un affrontement sanglant avec les dozo et l’Ouest est prêt si c’est la volonté des mossi !

    Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 15:44, par Sawadogo baradey
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      Mme Ernestine,j’ignore votre ethnie mais je parie que vous souffrez beaucoup de voir des mossi partout. Réfléchissez un tout peu, ne restreignez pas les kogleoweogo à une ethnie ; Sinon, c’est faire preuve d’une ignorance maligne. Moi même qui vous réponds ne supporte pas les kogleoweogo. Pourquoi à chaque problème social, il faut y nécessairement voir une ethnie. A ton grand désarroi, il ny aura aucun affrontement intercommunautaire au Burkina. Même Simon Compaore a donné raison aux Dozo dans leur démarche d’interdire les kogleweogo à l’Ouest, à eux de savoir raison garder et ne pas aller à l’affrontement. Pour des personnes comme vous qui ne supportez pas les mossi et continuent de voir dans ce groupe d’auto défense, la marque des mossis,, je dis ceci : vous êtes ignorants !

      Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 16:26, par sage
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      Evitez ces genres de réactions. Ne nourrissiez pas une guerre qui va bouffer ta propre personne

      Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 15:03, par Truman
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Je demande aux Koglwéogos originels de faire au Lion qui est devenu Epervier. Il va faire discréditer leur mouvement.

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 15:16, par Tapsoba R(de H)
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Ainsi peu à peu la cocotte minute s apprête à exploser.Parce que des autorités ont refusé de prendre leurs responsabilités vis à vis d un lion édenté.Attendez vous de compter des morts avant d agir en médécins après la mort ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 15:38, par antopasc
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    DE GRACE NE BLOQUER PAS EQUILIBRER L’INFORMATION SINON VOUS N’EST PAS DIGNE DANS VOTRE TRAVAIL ET VOUS LE PAIERAI CHER SI DIEU EST JUSTE. POURQUOI TEND DE DENIGREMENT. DIEU EST LA

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 16:12, par bavouma 2015
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Chers dozos essayez de résoudre vos problèmes du "mouton à la bergère" !vous refusez que des gens viennent vous aider et ces gens refusent et tiennent vaille que vaille à vous aider. selon vous quelque chose ne se cache pas dernière cette aide hypocrite ?Si l’Ouest ne se réveille pas et prendre sa destinée en main, l’envahisseur est entrain d’occuper le terrain. L’Etat ne pourra rien contre ces kolwéogos car l’arbre cache la forêt ;L’autorité burkinabè est très faible et décriée par tout le peuple.L’idéale était de répondre aussitot sans attendre et vous allez voir comment ils allaient gérer cette affaire mais comme ça, vous n’aurez que vos yeux pour pleurer.Le mossi a toujours répliquer avec violence et vous remarquer qu’ils ont toujours eu satisfaction à leurs révendications et sont les plus respectés

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 16:43, par Hermann
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    On ne jouera pas avec le feu. Si aux problèmes qui existent déjà dans notre cher Pays, il faut encore d’autres, je crois que c’est un grand malheur pour le pays. Il faut donc dépassionner le débat et travailler à vite trouver une solution efficace et pérenne. Il appartiendra à chacun de nous de veiller par son attitude et ses propos pour y mettre fin, car une fois dégénéré nul ne sera épargné. Eh oui, bien que tu voudras te taire et ne pas s’y mêlé, tu sera atteint dans ton amour propre pour peu qu’une connaissance ait été victime d’une éventuelle barbarie ; et autant en emporte le vent. Juste pour en appeler à la sagesse des intervenants. Rappelons-nous que nos ennemis sont tapis dans l’ombre et n’hésiteront pas un instant à exploiter toute situation favorable, s’ils n’en sont pas déjà les instigateurs. Vive le Burkina ! A bas les semences de la haine !

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 18:54, par le tansoaba
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    pourquoi les gens sont malhonnetes ? les kogweogo et les dozos n ont pas le meme statut . les kogweogo traquent les banditset voleurs alors que les dozos relevent d une culture d une partie de l ouest du burkina

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 20:25, par naam
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    réellement arrêté votre histoire zenophobe mossi bobo la justice est là attendons la version de notre justice que tous ceux qui font des publications régionaliste ou zenophobie

    soient identifiés et punis par la loi les brûleurs des pays méfiez vous

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 22:53, par Jeunedame seret
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Est-ce vraiment une affaire de femme ou un simple montage de méchants ? Samuel Dofini je souhaite que tu reviennes sur le sujet avec des informations persuasives. En attendant, Seigneur...Seigneur de vie...Ô..PÈRE.. viens nous sauver ! Encore une fois dans notre vie... le mal nous a dispersés...seigneur...seigneur de grâce ! Prends pitié de nous ! Prends pitié de nous pécheurs !

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 00:16, par naam
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    continuez à faire passer ces messages qui sont susceptible de diviser les burkinabés bobo mossi où se trouve la différence koglewego ou dozo tous pour lutter contre les grands bandits bandes régionalistes Dieu vous voit

    Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 00:43, par Tieba.
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    Ernestine, tu n’es pas Ouedraogo, aucune mossi ne descend comme ça son origine.Tu emprunte un faux nom pour insulter les mossi. 2 choses sont possibles. Soit tu es d’une autres ethnie mais lâche et indigne, soit tu es ladernière des mossi, celle que les mossi appellent :YAGLAM TIGA.

    Répondre à ce message

    • Le 5 janvier à 22:41, par SOME
      En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

      le sieur tieba se devoile ouvertement : pour ceux qui n’auraient compris, ils voient maintenant clairement quel genre de mauvais personnage il est. Ce tribaliste Tieba reste aux aguets sur ce site pour promouvoir la primauté des mossis. Ainsi parce qu’on est mossi, on ne doit pas critiquer les mossi... Quelle misere !!!! S’il y a des mossis (les mauvais comme tieba) qui passent par ci par là dans ce burkina faso pour imposer la culture mossi aux autres peuples du burkina et sous tous les pretextes possibles, il y en a d’autres comme tieba qui jouent leur part de tribalisme sur lefaso.net. Seulement ils sont tellement idiots qu’ils croient qu’on ne le voit pas ! Vous faites tout pour installer la guerre tribaliste au burkina, mais sachez que CE TRIBALISME MOSSI NE PASSERA PAS, que cela vous plaise ou non. Vous ne representez pas les mossi, vous les laches et hypocrites tribalistes.
      SOME

      Répondre à ce message

      • Le 7 janvier à 23:44, par Tieba
        En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

        C’est dieu qui a fait la promotion des mossi, et tu n’y peux rien. Le nom des mossi a dépassé les frontières, par exemple à l’extérieur, on traite tous les Burkinabes de mossi, on dit le pays mossi .Si tu dis ailleurs que tu es dagara ,ils ne te reconnaissent pas. C’est toi, le divisionniste, le lachcard et le nulard. Un constipé mental. Même si je ne représente pas les mossi, je dis la vérité, que cela te plaise ou non.le tribalisme c’est toi le champion dans ça, me méchant, rancunier et amer, tu vois partout le mal puisque tu es l’incarnation du Satan. C’est toi et personne d’autre le vrai dedtructeur et atiseur de Feu, dieu te voit. Vraiment SOME, tu dois te faire consulter par le psychanalyste Kabore qui passe dans l’émission ça se discute puisque toi ta mentalité est à discuter .
        .

        Répondre à ce message

  • Le 5 janvier à 17:20, par Mytamou
    En réponse à : Dozos/koglwéogos : Deux hommes torturés à Poya, des relations de plus en plus explosives

    sans vouloir être xénophobe ou incitateur à la violence contre quiconque ou quelque ethnie que ce soit ; je pense sincèrement que les mossis avec leur histoire de Kogl-weogo abusent. . Le mossi a toujours répliqué avec violence et vous remarquez qu’ils ont toujours eu satisfaction à leurs revendications et sont les plus respectés parce qu’ils se disent majoritaires et détenteurs du pouvoir. Koglweogo c’est mossi et ça doit se limiter là. A l’Ouest,on ne parle que de Dozos (on en parlera jamais au plateau Mossi).Pourquoi vouloir les imposer à l’Ouest ? C’est une injure à toute la région.Si l’Ouest ne se réveille pas et prendre sa destinée en main, l’envahisseur (culturel) est entrain d’occuper le terrain et ses fils n’auront que ses yeux pour pleurer.C’est une forme de colonisation inacceptable et Simon Compaoré sera tenu responsable des conséquences.Je suis vraiment triste pour ma chère patrie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés