Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Préparatifs de la reprise des négociations inter-maliennes à Alger : Les mouvements politico-militaires de l’Azawad arrachent un accord à Ouaga

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Crise malienne • • vendredi 29 août 2014 à 14h22min
Préparatifs de la reprise des négociations inter-maliennes à Alger : Les mouvements politico-militaires de l’Azawad arrachent un accord à Ouaga

Les deux principaux mouvements politico-militaires de l’Azawad (Nord Mali) ont conclu un accord en vue de la reprise, le 1er septembre 2014, des négociations inter-maliennes à Alger. Ils y sont parvenus ce jeudi à Ouagadougou après quatre jours de discussions ponctuées par une déclaration finale paraphée par Alghabass Ag Intalla et par Ahmed Ould Sidi Mohamed.

C’est sur le contenu de l’accord conclu ce jeudi 28 août 2014 à Ouagadougou que les principaux mouvements politico-militaires de l’Azawad (Nord Mali) vont baser leurs revendications face au gouvernement du Mali lors de la reprise le 1er septembre prochain à Alger des négociations inter-maliennes. Pour les mouvements politico-militaires de l’Azawad que sont le MNLA, le HCUA, le MAA et la CMFPR2 ; c’est Alghabass Ag Intalla qui a paraphé l’accord. Le professeur Ahmed Ould Sidi Mohamed pour sa part a signé pour le compte des mouvements politico-militaires de l’Azawad signataires de la plateforme d’Alger du 14 juin, à savoir le MAA, le CMFPR et la CPA. Les signataires du présent accord se félicitent l’un et l’autre du compromis obtenu. « C’était difficile au départ d’avoir une entente, il y avait beaucoup de divergences mais nous sommes tous contents du résultat auquel nous sommes parvenus ce soir », se réjouit Alghabass Ag Intalla. « C’est un grand travail de l’histoire contemporaine de notre peuple que nous venons d’abattre », renchérira le Pr Ahmed Ould Sidi Mohamed.

Points de l’Accord

La déclaration lue par le doyen Alla Ag El Mehdi du MNLA a permis à l’assistance à la clôture dont de nombreux journalistes de prendre connaissance des différents points contenus dans l’accord.
Cette déclaration mentionne entre autres :

« La rencontre s’est déroulée dans une atmosphère de Franchise et de large ouverture d’esprit. A l’issue des débats, les Parties ont reconnu :
- La légitimité de la lutte que mène le peuple de l’Azawad/Nord Mali depuis plus de 50 ans pour jouir d’un statut spécifique conforme à ses réalités géographiques, sécuritaires, sociales et culturelles ;
- Que cette lutte n’a jamais abouti à une solution juste, globale et définitive ;
Aussi les Parties sont convenues :
- de lutter par tous les moyens pour que l’Azawad/Nord Mali soit enfin régi par un statut juridique conforme à ses spécificités dans l’intérêt supérieur de toutes ses composantes.
- de l’arrêt des hostilités et toute forme de violence entre tous les fils de l’Azawad/Nord Mali et s’engagent à favoriser un climat de paix et à le consolider.
- de définir ultérieurement et dans les meilleurs délais, des commissions ad-hoc qui travailleront à la concrétisation de l’unité et de la stabilité de l’Azawad/ Nord Mali ».

Accord obtenu dans des conditions laborieuses

Le présent accord n’a pas du tout été facile à obtenir tant les divergences ont jalonné les discussions. Pourtant tout semblait bien parti pour un accord rapide. En témoignent ces propos à l’ouverture de Mohamed Ousmane Ag Mohamedoun, chargé aux relations extérieures de la Coalition pour le Peuple de l’Azawad : « Je suis très optimiste.
Aujourd’hui, avant même de se retrouver dans la salle il y a déjà des points de vue qui convergent ». Et dans la foulée la clôture fut annoncée pour le 27 août 2014 à Joly Hôtel. Dès 16 h, des journalistes avaient déjà pris d’assaut les lieux. Pour eux l’attente sera longue, très longue même. Ils feront le pied de grue jusqu’à 22 h sans qu’aucun accord ne se profile à l’horizon. Finalement, c’est le porte-parole du MNLA, Mossa Ag Attaher, très optimiste lui aussi à l’ouverture, qui sortira plus tard pour reconnaître à demi-mot l’impossibilité d’un accord entre les mouvements de l’Azawad en cette soirée du mercredi 27 août : « Nous ne sommes pas en mesure de clôturer ce soir. Mais, nous avons beaucoup avancé. Nous sommes aux derniers aménagements qui posent des difficultés par moments. Nous allons profiter de cette soirée pour discuter à l’interne au sein de chaque mouvement et ensuite se retrouver en coordination pour procéder à la déclaration finale demain matin ».Y a-t-il un consensus qui se dégage à travers les débats ? Réponse du porte-parole : « Le consensus sera confirmé quand sera signée cette déclaration finale. Pour le moment on a reporté cette déclaration parce qu’il y a des éléments sur lesquels on n’est pas complètement tombé d’accord mais on va mettre à profit la soirée pour arriver à quelque chose de consensuel ». Mais, quels sont les éléments sur lesquels il n’y a pas accord ? « Pour le moment on n’aimerait pas communiquer beaucoup là-dessus. Demain, certainement, soit on arrive à une déclaration signée de tout le monde soit, si les blocages continuent, nous allons porter à la connaissance de l’opinion publique les difficultés rencontrées », tempera Mossa Ag Attaher, qui annonce la clôture pour 9 h. A cette heure, les journalistes sont encore là. Ils vont passer toute la journée sur place puisque de clôture il n’y en aura pas de sitôt. Jusqu’à 15 h, les protagonistes continuaient toujours à se tirailler autour du texte de la déclaration finale dans le hall de l’Hôtel. Finalement, c’est aux environs de 16 h que le consensus s’est dégagé et la cérémonie a pu se tenir. Certains membres des mouvements politico-militaires ne cachaient pas leur lassitude face à la tournure des événements. « On est fatigué, on monte, on descend, ça ne finit pas. Pourvu que ça finisse avant 16 h », fulmine l’un d’entre eux. Quelle galère !

L’introuvable unanimité

Le présent accord aura l’avantage de permettre aux principaux mouvements touaregs de parler d’une même voix face au gouvernement du Mali. Mais, l’unanimité sera difficile, voire impossible à trouver au sein des acteurs politiques du Nord Mali. En effet, à moins d’une semaine de la reprise des pourparlers d’Alger, un nouveau groupe armé, le Mouvement populaire pour le salut de l’Azawad » (MPSA) a été créé le 26 août dernier, compliquant encore la tâche aux médiateurs puisque les membres revendiquent l’indépendance de l’Azawad et souhaitent participer au deuxième round des négociations à Alger. Face à cette nouvelle donne, les acteurs du présent accord se veulent rassurants, arguant que le plus important, c’est d’œuvrer pour le bien-être du peuple de l’Azawad, surtout que l’accord qui se fonde sur l’accord préliminaire de Ouagadougou du 18 juin 2013 n’est pas exclusif.

Grégoire B. BAZIE

Lefaso.net

Encadré

La déclaration finale



GBB

Lefaso.net

Messages

  • Nous attendons la fin du mandat de blaise ,pour vous injecter tous hors du burkina faso ;Le peuple du burkina refuse ,que le faso devienne la base arrière des groupes armées ,destablisant le paix voisin LE MALI:non !!!et nous allons regler votre cas en 2015 ,incha ALLAH !!!!

  • Enlevons notre bouche de l’affaire de ces gens là !!!! et expulsons les touaregs ! qu’ils aillent se manger entre eux -pourvu qu’ils cessent de nous accuser de nous insulter !!!

  • @Kassamba : les Maliens ne seront jamais ces gens là pour les Burkinabé, nous sommes unis pour le meilleur et pour le pire. S’il existe des individus in-courtois envers le peule du Faso pour son role dans la gestion de la crise malienne, j’en suis désolé mais la grande partie d’entre nous Maliens trouvent que nos peuples sont liés. Les Politiques ont leur agenda, je ne vais pas discuter de cela, mais les peuples doivent rester sereins.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mali : L’ex-putschiste Aya Sanogo et 17 autres militaires vont être jugés pour l’exécution de 23 « bérets rouges » en 2012
Rapatriement volontaire des réfugiés maliens : les partenaires se concertent à Ouagadougou
Réfugiés maliens aux bailleurs de fonds : « Il y a encore près de 30 000 âmes qui comptent sur vous »
Signature de l’Accord de paix au Mali : le Gouvernement de la transition salue « une action pour la paix »
Crise malienne : Langage de vérité entre les réfugiés au Burkina et leur ministre de la solidarité
Le Burkina Faso, signataire de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger
Accord d’Alger pour la paix au Mali : Les mouvements de l’Azawad vont- ils signer ?
Attentat à Bamako : La réaction du gouvernement malien
Mali 2014. Un diplomate tunisien et onusien à la tête de la Minusma.
Réfugiés maliens au Burkina : L’ambassadeur de France au Burkina s’imprègne des réalités à Mentao
Crise malienne : les Mouvements de l’Azawad expliquent les blocages des négociations d’Alger à Ouagadougou
Préparatifs de la reprise des négociations inter-maliennes à Alger : Les mouvements politico-militaires de l’Azawad arrachent un accord à Ouaga
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés