Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie

Dernier ajout : 3 août.

Dossier Bassolé : Donc ce n’était que cette histoire d’écoute ?

 vendredi 4 août 2017

Toutes les charges relatives à l’inculpation du Général Bassolé dans le coup d’état de septembre 2015 ont été abandonnées par le juge d’instruction militaire. La seule accusation que le juge transmet à la chambre de contrôle est la trahison. Et ce sur la base du prétendu coup de fil que Bassolé aurait reçu de Guillaume SORO, président de l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire.
La détention prolongée du Général Bassolé, comme nous l’avons toujours dit, repose donc exclusivement sur une bande sonore aux (...)

Tentative de coup d’Etat de septembre 2015 : Eddie Komboïgo blanchi par la justice

 jeudi 3 août 2017

En liberté provisoire depuis le 30 mai 2016, le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), Eddie Komboigo, est désormais libre de ses mouvements et exempt de tout soupçon puisque la justice burkinabè l’en a blanchi. On se le rappelle, l’homme avait été arrêté le 23 janvier 2016 et placé en détention à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA) pour son implication présumée dans la tentative de coup d’Etat du 17 septembre 2015.
Selon une ordonnance de règlement du juge d’instruction (...)

Détention de Djibrill Bassole : La NAFA plaide pour sa libération

 lundi 17 juillet 2017

La NAFA (Nouvelle Alliance du FASO) a fait un plaidoyer le dimanche 16 juillet 2017 à Rosario Chiquette pour la libération du Général Djibrill Bassolé.
Autorités coutumières, conseillers, délégations venues de Banfora, du Kenedougou, Houet, Tui, tous étaient présents pour soutenir le plaidoyer sur la libération de Djibrill Bassolé.
En rappel, le général Djibrill Bassole est incarcéré depuis 2015. En effet, c’est une écoute téléphonique non authentifiée avec Guillaume Soro planifiant une tentative de (...)

Affaire putsch manqué : Djibrill Bassolé continue de prendre de l’avantage…

 jeudi 13 juillet 2017

Dès le lendemain de la saisine du groupe de travail des nations unies sur les détentions arbitraires par les avocats de Monsieur Djibrill Bassolé, en vue de décrier le caractère arbitraire de la détention de leur client, nous avons fait remarquer à travers les médias, que les avocats de Monsieur Djibril Bassolé alignaient une pléthore d’arguments qui militaient à la faveur de leur client. A travers, l’analyse de ces arguments, nous avons auguré la victoire des avocats de Monsieur Bassolé. C’est (...)

Détention de Djibrill Bassolé : La CODER demande sa libération immédiate

 jeudi 13 juillet 2017

Le Général Djibril BASSOLE est incarcéré depuis le 29 septembre 2015 à la Maison d’arrêt et de correction des armées de Ouagadougou dans le cadre de la tentative de coup d’État du 16 septembre 2015.
Dans un avis rendu public le lundi 3 juillet 2017, le Groupe de travail sur les détentions arbitraires du Haut-commissariat aux droits de l’Homme des Nations Unies a jugé « arbitraire » la détention du Général Djibril BASSOLE. Le Groupe onusien se réfère pour cela aux dispositions de la déclaration universelle (...)

Détention « arbitraire » du Gal. Djibrill Bassolé : Il n’en est rien, selon le garde des Sceaux, René Bagoro

 dimanche 9 juillet 2017

Le ministre de la Justice, des droits humains et de la promotion civique, garde des Sceaux, René Bagoro était face à la presse cet après-midi du vendredi 7 juillet 2017, à Ouagadougou. Comme plat de résistance, l’avis du groupe de travail de l’Organisation des Nations Unies (ONU) sur la détention « arbitraire » du Gal Djibrill Bassolé.
C’est en compagnie de son collègue de la Communication, Rémis Dandjinou et du Directeur de la justice militaire, le Colonel Sita Sangaré que le ministre en charge de la (...)

Burkina : La réaction du gouvernement suite à la décision du groupe de travail des Nations Unies sur le cas Djibrill Bassolé

 samedi 8 juillet 2017

Suite à un avis rendu par le groupe de travail sur la détention arbitraire du Conseil des droits de l’homme des nations unies concernant l’affaire Djibril BASSOLE contre l’Etat burkinabè, le ministre de la justice, des droits humains et de la promotion civique a animé une conférence de presse ce vendredi 7 juillet 2017 à Ouagadougou afin d’apporter des éclaircissements sur le dossier.
Le gouvernement burkinabé, conformément à la constitution, aux engagements contractés dans le cadre du pacte national (...)

Libération de Djibril Bassolé : L’ONU aussi !

 vendredi 7 juillet 2017

Cette fois, c’est l’ONU qui monte au créneau pour demander la libération de Djibrill Bassolé. Le groupe de travail de l’institution internationale saisi par les avocats de l’ancien ministre burkinabé des Affaires étrangères, a qualifié sa détention ‘’d’arbitraire’’.
Le groupe de travail de l’Organisation des Nations Unies (ONU) avait été saisi le 15 septembre 2016 par les avocats de Djibrill Bassolé. Ils entendaient par cette démarche, dénoncer le caractère arbitraire de la détention de leur client, (...)

Putsch du CND : Salifou Sawadogo bénéficie d’une liberté

 samedi 6 mai 2017

Inculpé et placé en détention dans le cadre du dossier du putsch de septembre 2015, Salifou Sawadogo bénéficie d’une liberté provisoire, a-t-on appris, depuis le jeudi 04 mai 2017. Une information que confirment plusieurs de ses proches.
Élu depuis députe de son parti, CDP (ex-parti au pouvoir), Salifou Sawadogo a vu son immunité parlementaire levée le 6 décembre 2016 par un vote secret de 86 voix pour, 33 contre, zéro abstention et 4 nuls.
Son inculpation avec mandat de dépôt a valu son (...)

Saisine des Nations Unies par les avocats de Djibrill Bassolé : L’image de notre démocratie en jeu

 samedi 15 avril 2017

Le dossier Djibrill Bassolé ne cesse de retenir l’attention de l’opinion nationale et internationale. Et ce par les cas d’insuffisance juridique qui jalonnent l’instruction. Au vu du nombre de cas de violation des droits de Monsieur Djibrill Bassolé, l’on peut aisément douter de la pertinence de sa détention. Une situation qui a certainement conduit les avocats de Monsieur Bassolé à saisir le groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire.
En effet, Le groupe de travail des Nations (...)

Visite de députés à la MACA : Voilà ce que Gilbert Diendéré leur a dit

 mardi 11 avril 2017

Dans le cadre de l’examen du projet de loi portant régime pénitentiaire au Burkina Faso, la Commission des affaires générales, institutionnelles et des droits humains (CAGIDH) a effectué des missions d’information dont une à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA). Là-bas, même si les députés n’ont pas eu l’autorisation formelle d’échanger avec les détenus, le Général Gilbert Diendéré a pu faire passer son coup de gueule. Au cours de la séance plénière consacré à l’adoption du projet de loi sus (...)

Attaque de Yimdi : 17 ans de prison pour les cerveaux, 10 ans pour les autres !

 jeudi 6 avril 2017

Après neuf jours de procès, le tribunal militaire a rendu son verdict dans l’affaire de l’attaque de Yimdi dans la soirée du 6 avril 2017 à Ouagadougou. Le sergent-Chef Ali Sanou , le cerveau a écopé d’une peine de prison de 17 ans ferme au même titre que le Sergent Ollo Poda Stanislas Silvère. Les autres peines vont de 10 à 3 ans de prison ferme. Le civil impliqué, Yago Sabkou et le soldat de première classe Salfo Kosporé qui étaient poursuivis pour recel de malfaiteurs et complicité de vol aggravé, (...)

Attaque de Yimdi : 20 ans de prison ferme contre Ali Sanou et Ollo Stanislas Poda

 mercredi 5 avril 2017

L’on s’achemine vers la fin du procès de l’attaque du dépôt d’armes de Yimdi. Ce 4 avril 2017, le président du tribunal, Seydou Ouédraogo a écouté les réquisitions du commissariat du gouvernement et le début des plaidoiries des avocats. 20 ans de prison ferme, c’est la peine requise à l’encontre du cerveau de l’attaque, sergent chef Ali Sanou, ainsi que pour le sergent Ollo Stanislas Poda.
20 ans de prison ferme pour les deux sous-officiers impliqués dans l’attaque de la poudrière de Yimdi. Le sergent chef (...)

Adjudant-chef Bernard Samandoulgou, chef de poste de Yimdi « J’ai compris que quelqu’un nous a vendus »

 mardi 4 avril 2017

Ce 3 avril 2017 au tribunal militaire, les témoins de l’attaque de Yimdi sont passés donner leurs versions. Le chef de poste de la poudrière le jour de l’attaque a révélé qu’il y a eu une taupe dans son équipe, ce qui a facilité la tâche aux ‘’visiteurs’’. Une accusation vigoureusement réfutée par le mis en cause pour qui c’était le sauve-qui-peut. Même le chef aurait pris la tangente. Ils n’ont pas fui, c’est un repli tactique, un décrochage, a relativisé le commissaire du gouvernement.
Place maintenant aux (...)

Attaque de Yimdi : Le Sergent-Chef Ali Sanou endosse, mais reconnait que le commando a été professionnel !

 lundi 3 avril 2017

Son témoignage était très attendu et pendant près de 5 heures d’horloge ce 1er avril 2017, le Sergent-Chef Ali Sanou était à la barre. Le cerveau de l’attaque de Yimdi n’a pas nié les faits, mieux, il a expliqué comment il a organisé l’opération. « Je ne suis pas fier de ce que j’ai fait, mais il faut reconnaitre qu’on a été professionnels », a-t-il dit.
Premier à passer à la barre ce 1er avril, le Sergent Ollo Stanislas Poda a reconnu sans ambages avoir participé à l’attaque de Yimdi. Il a dirigé un des deux (...)

Sergent-chef Mohamed Zerbo : De garde de corps de Yacouba Zida à apprenti « gbaka » à Abidjan

 samedi 1er avril 2017

Il était l’un des gardes du corps de Yacouba Isaac Zida, président éphémère après l’insurrection populaire et Premier ministre sous la transition. L’ancien sergent-chef Laoko Mohamed Zerbo a pourtant fui vers la Cote d’Ivoire au lendemain du coup d’Etat manqué. Il a comparu ce 31 mars 2017 au tribunal militaire pour répondre des faits de « désertion à l’étranger en temps de paix ».
Grosse barbe, à l’aise devant les juges, le Sergent-chef Laoko Mohamed Zerbo s’est expliqué dans un français plutôt soutenu, ce (...)

Sergent-chef Roger Koussoubé alias « Touareg » : « J’ai appelé Safiatou Lopez et Basic Soul… »

 samedi 1er avril 2017

Une fois n’est pas coutume, le commissaire du gouvernement a félicité, ce 31 mars 2017, un accusé dans le cadre du procès sur l’attaque de Yimdi. Il s’agit du Sergent-chef Roger Koussoubé surnommé « Touareg ». Il a relaté les faits pour justifier pourquoi il s’est enfui en Côte d’Ivoire au lendemain du coup d’Etat. Il a également avoué avoir appelé certains leaders d’OSC, Safiatou Lopèz et Souleymane Ouédraogo (Basic Soul), pour leur demander d’intervenir auprès des jeunes qui s’organisaient pour incendier son (...)

Attaque de Yimdi : Ces curieuses coïncidences !

 vendredi 31 mars 2017

Une dizaine de personnes présumées coupables dans l’attaque de Yimdi sont déjà passées à la barre du tribunal militaire de Ouagadougou. Chaque accusé a tenté de se défendre comme il pouvait, avec son avocat à côté. Mais au troisième jour du procès ce 30 mars, on peut déjà déceler de curieuses coïncidences dans les faits relatés par les mis en cause.
« C’est par peur qu’on attente à ma vie que j’ai fui en Côte d’Ivoire », c’est l’argument avancé par tous les accusés pour justifier leurs désertions ‘’en temps de (...)

Procès sur l’attaque de Yimdi : Boureïma Zouré ou l’homme invulnérable aux balles

 jeudi 30 mars 2017

Le ton est monté très tôt ce mercredi 29 mars 2017 matin au tribunal militaire de Ouagadougou. Les soldats de première classe Bienvenu Ollo Kam, Boureima Zouré, Djemaldine Napon, le caporal Hamidou Drabo, et le Sergent Salif Couldiaty sont passés à la barre pour répondre des faits qui leur sont reprochés.
C’est le soldat de première classe Bienvenu Ollo Kam qui a ouvert le bal à la barre, au deuxième jour du procès dans l’affaire de l’attaque de la poudrière de Yimdi. Sur la multitude de charges qui (...)

Attaque de Yimdi : Des tortures à la gendarmerie ?

 jeudi 30 mars 2017

Tous les accusés dans l’attaque de Yimdi qui sont déjà passés à la barre ont un point en commun. A la fin leur interrogatoire, ils font savoir au président du tribunal, Seydoiu Ouédraogo les conditions dans lesquelles ils ont été interrogés à la gendarmerie. En chœur, ils disent avoir été torturés. Certains ont même présenté les séquelles de ces tortures à la barre.
Certains disent avoir été battus, insultés. D’autres comme le Sergent Salif Couldiaty présentent même des cicatrices à la barre. Ce dernier dit (...)

Pages : 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | ... | 380

  Météo
Météo Ouagadougou
  A la une de la presse
  Caricatures
  PMU'B
PMU'B

« 4+1 » DU 18/08/2017

ARR : 8-14-2-12-15 NP : 10
ORD : 293 500
DES : 5 500
QUARTE V : 1 500
BONUS : 500

C G : 4 500
C P A : 1 000
C P B : 5 000
C P C : 3 000

Conseil des Ministres depuis 2004
  Pharmacies de garde
Aéroport de Ouagadougou horaires

Suivez Lefaso.net
sur le WEB


Déjà 30 000 abonnés !

Lefaso.net
sur Facebook


Suivez
@lefaso_net
sur Twitter


Disponible sur Google Play Disponible sur App Store

LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés