Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie

Dernier ajout : 18 août.

Procès du coup d’Etat manqué : Le soldat de 1re classe Laopan Placide Sow plaide non-coupable

 dimanche 19 août 2018

A la suite du lieutenant Beyon Daouda Koné, ce samedi 18 août 2018, c’était le tour du soldat de 1re classe Laopan Placide Sow de se présenter au tribunal. Il lui est reproché des faits de complicité d’attentat à sûreté de l’Etat, d’être responsable de la mort de treize personnes. Il lui a été également signifié qu’il est poursuivi pour coups et blessures volontaires et de destruction de biens mobiliers et immobiliers. Ce sont des faits que l’accusé dit ne pas reconnaitre. Le président du tribunal, Seydou (...)

Procès du coup d’Etat manqué : « C’est le général Diendéré qui nous a informés que les autorités de la Transition étaient retenues », lieutenant Daouda Beyon Koné

 vendredi 17 août 2018

Le procès du coup d’Etat manqué s’est poursuivi ce vendredi 17 juillet 2018. À la suite du soldat Sidiki Ouattara, c’était au tour du lieutenant Daouda Beyon Koné de se présenter devant le juge. Il est poursuivi pour attentat à la sûreté de l’État, en tant que auteur ou complice. Il lui est également reproché d’être responsable de la mort de treize personnes, de coups et blessures sur 42 autres personnes. Toutes ces charges qui pèsent contre lui, l’accusé a déclaré qu’il ne les reconnaissait pas. C’est ainsi (...)

Procès du putsch : « Le gendarme n’a pas peur de Dieu », se convainc Sidiki Ouattara

 vendredi 17 août 2018

Suspendu le 28 juillet dernier, le procès du putsch a repris ce 16 août 2018, à Ouagadougou. C’est le soldat de première classe Sidiki Ouattara qui est resté toute la journée à la barre, pour répondre des quatre chefs d’accusation qui pèsent sur lui. Il a tout nié. C’est en langue dioula que l’accusé s’est défendu, avec des tournures et répliques qui ont souvent provoqué l’hilarité dans la salle d’audience.
Après un répit de quelques jours, le tribunal, la défense, la partie civile, les accusés et le public (...)

Procès du putsch : Dialogue « corsé » entre Me Prosper Farama et Sidiki Ouattara

 jeudi 16 août 2018

Face à son destin, seul à la barre, chaque accusé se défend avec ses armes. Certains, très rares, font profil bas ; d’autres préfèrent le pugilat verbal. Ce 16 août 2018, à la reprise du procès du coup d’Etat de septembre 2015, un soldat de première classe, Sidiki Ouattara, est resté à la barre toute la journée. Tantôt assis, tantôt débout, celui qui qui a préféré parler en dioula, n’a laissé personne indifférent. Les dioulaphones se sont délectés, alors que le président du tribunal a passé le temps à demander (...)

Procès du coup d’Etat : La parenté à plaisanterie ne passe pas avec l’adjudant-chef Bondjaté Dibloni

 dimanche 29 juillet 2018

L’interrogatoire de l’adjudant-chef Bondjaté Dibloni s’est poursuivi dans la journée du 28 juillet 2018. Tout comme la veille, l’accusé a nié avoir été à la Place de la nation. « Le petit avait peut-être perdu les pédales », a répondu l’accusé, en parlant de Sidiki Ouattara qui, lors des enquêtes, a pourtant avoué l’avoir vu en ces lieux, où un manifestant a été tué. A sa suite, c’est le sergent Salif Couldiaty qui a été invité à s’expliquer. C’était également le dernier inculpé à la barre, avant la pause. Le (...)

Procès du coup d’État manqué : Adjudant-chef Bondjaté Dibloni, l’accusé qui pose des questions au parquet

 samedi 28 juillet 2018

A la suite du sergent Yahaya Guiré, ce fut au tour de l’adjudant-chef Bondjaté Dibloni de se présenter à la barre. Il lui est reproché des faits d’attentat à la sûreté de l’Etat, de meurtre de treize personnes et de coups et blessures volontaires sur des individus. L’inculpé a plaidé non-coupable. C’est alors que le président du tribunal lui a demandé de s’expliquer.
Avant de s’expliquer, l’accusé a demandé l’autorisation au président du tribunal de poser des questions au parquet. Chose que le tribunal a (...)

Procès du coup d’Etat manqué : « Quand il a chargé son arme, je lui ai dit de ne pas tirer », sergent Yahaya Guiré

 vendredi 27 juillet 2018

L’interrogatoire du sergent Yahaya Guiré s’est poursuivi ce vendredi 27 juillet 2018. Poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’État, meurtres de treize personnes, coups et blessures volontaires sur des individus, l’inculpé a continué à rejeter les accusations. Pour lui, il n’a fait que dépanner un engin sans aider les putschistes. C’est juste un acte ordinaire qu’il a posé, comme il a l’habitude de le faire. C’est aussi l’avis de son avocate, maître Rokia Ouattara, qui a déployé de long en large (...)

Procès du putsch manqué : « Tous les éléments du RSP en tenue doivent avoir une arme », sergent Yahaya Guiré

 vendredi 27 juillet 2018

Deux accusés se sont succédé à la barre ce mercredi 25 juillet 2018. A la suite du soldat Hamado Zongo, c’est le sergent Yahaya Guiré, mécanicien à l’ex-RSP au moment des faits, qui s’est expliqué devant les juges.
Attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires sont les charges retenues contre le sergent Yahaya Guiré. Le 15 septembre 2015, il était de permanence au garage du camp Naaba-Koom II et est descendu le lendemain 16 septembre. C’est de son pied-à-terre que, vers 17h, (...)

Procès du putsch : « Que chacun balaie devant sa cour ! » (Parquet militaire)

 mercredi 25 juillet 2018

Condamné à une peine de dix ans pour désertion et participation à l’attaque de la poudrière de Yimdi, le soldat de 1re classe, Hamado Zongo, fait aussi partie des accusés du putsch de septembre 2015. A la barre, il est resté campé sur sa position : « Je n’ai pas effectué de patrouille ». Ce n’est pourtant pas ce qui ressort des procès-verbaux de son audition au fond devant le juge d’instruction.
Après la dissolution du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), place aux affectations. Le soldat de 1re (...)

Auditions du putsch : Un conflit d’intérêts plane sur Me Bali Baziémo

 mardi 24 juillet 2018

Ce serait une première, depuis le début des interrogatoires, qu’un avocat se retrouve coincé dans la défense de ses deux clients, en cas de confrontation. Le mardi 24 juillet, dans l’après-midi, Me Bali Baziemo, avocat du Major Badiel Eloi, a décidé de défendre le Sergent-chef Boué Siénimi Médard, qui avait pour conseil, le Cabinet d’avocats Yamba.
De l’audition du sergent-chef Siénimi Médard Boué (sergent au moment du coup d’État), il ressort qu’il est descendu de garde le 15 septembre 2015 et devait (...)

Putsch manqué de 2015 : « Je n’ai jamais utilisé mon arme en dehors d’un champ de tir », soldat de 1re classe Samuel Coulibaly

 mardi 24 juillet 2018

L’audience du putsch manqué s’est poursuivie ce mardi 24 juillet 2018. Tout comme la veille, quatre personnes sont passées à la barre dont le soldat de 1re classe Samuel Coulibaly. Il est accusé d’attentat à la sûreté de l’État, meurtres, coups et blessures volontaires et complicité de dégradation volontaire aggravée de biens.
L’accusé Samuel Coulibaly ne reconnaît aucun des faits qui lui sont reprochés. Le 16 septembre 2015, il était en permission (96 heures) dans la ville de Nouna (région de la Boucle du (...)

Auditions du putsch : Caporal Tuandaba Timboué, un « accusé de mauvaise foi »

 mardi 24 juillet 2018

Le ton est monté d’un cran dans la Salle des banquets de Ouaga 2000, où se tient le procès du putsch de septembre 2015. Les avocats des parties civiles n’ont pas été tendres avec le caporal Tuandaba Timboué pour qui ils avaient pronostiqué un interrogatoire rapide.
Au début de l’audience, le ton était tempéré. Les questions venaient au compte-gouttes après la narration des faits par l’accusé, le caporal Tuandaba Timboué. Mais ce dernier perdra un moment son sang-froid face aux assauts répétés du parquet (...)

Procès du putsch manqué : Le soldat de 1re classe Médanimpo Lompo reconnaît avoir menti lors de l’instruction du dossier

 mardi 24 juillet 2018

À la suite du caporal Adboul Nafion Nebié, c’est le soldat de 1re classe Médanimpo Lompo qui a été appelé à la barre, cet après-midi du lundi 23 juillet 2018. Tout comme certains de ses co-accusés, il ne reconnait pas les faits qui lui sont reprochés.
C’est aidé de ses béquilles et avec difficulté que le soldat de 1re classe Médanimpo Lompo a rejoint la barre du président Seidou Ouédraogo, pour répondre des faits qui lui sont reprochés. Assis sur une chaise en face du tribunal, l’ex-RSP du Groupement des (...)

Putsch de septembre 2015 : « Ce n’était pas un honneur pour moi d’assurer la sécurité du général Diendéré », sergent Nobila Sawadogo

 lundi 23 juillet 2018

Une audition express. Deux heures chrono, c’est le temps qu’a passé le sergent Nobila Sawadogo à la barre, ce lundi 23 juillet 2018. Après avoir balayé du revers de main les chefs d’accusation retenus contre lui (complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires), le sergent Sawadogo a souhaité, dès l’entame de l’audience, l’apaisement des cœurs des familles des victimes et des blessés.
« Ce n’est pas un honneur pour moi d’avoir été de la garde rapprochée du général Gilbert (...)

Procès du putsch manqué de 2015 : À la barre, le caporal Adboul Nafion Nébié a des trous de mémoire

 lundi 23 juillet 2018

Journée marathon à la barre, ce lundi 23 juillet 2018. De 9 h à 17 h, quatre accusés se sont succédé. À la suite du Sergent Nobila Sawadogo, sont passés respectivement le caporal Adboul Nafion Nebié, le soldat de 1re classe Médanimpo Lompo et le caporal Touandaba Timboué.
Le caporal Abdoul Nafion Nébié, déjà condamné à 10 ans de prison ferme dans l’affaire de l’attaque de la poudrière de Yimdi, est poursuivi pour attentat à la sûreté de l’État, meurtres, coups et blessures volontaires et complicité de (...)

Procès du putsch manqué : Le sergent-chef Mahamadou Bouda nie les faits, mais fait son mea culpa

 dimanche 22 juillet 2018

L’interrogatoire du sergent-chef Mahamadou Bouda s’est poursuivi ce samedi 21 juillet 2018. Tout comme la veille, celui-là même qui a conduit l’équipe de techniciens pour interrompre « la radio de la résistance » dite « radio parasite », a campé sur ses déclarations.
L’ex-RSP de 38 ans, qui fait toujours partie des effectifs de l’armée, est resté droit dans ses bottes, tout comme le vendredi 20 juillet 2018 au début de son interrogatoire à la barre. Il n’était au courant de rien. Il n’a participé à aucune (...)

Auditions du putsch : Le Sergent-chef Ardjouma Kambou, l’homme dont se méfiait « Rambo »

 dimanche 22 juillet 2018

En matière pénale, chacun répond de ces actes, chacun porte sa croix. Le refrain est le même depuis le début des interrogatoires des accusés du putsch de septembre, aussi bien du côté du Parquet militaire, des avocats des parties civiles que de la Défense. A l’audience de ce samedi 21 juillet 2018, l’Adjudant Ardjouma Kambou, neveu de l’épouse du président Michel Kafando, a relaté avec un ton énergique ce qu’il a vécu. Sa part de vérité.
En 2015, au moment du putsch, il était Sergent-chef au sein du (...)

Procès du putsch manqué : Le sergent-chef Mahamadou Bouda révèle comment la « radio de la résistance » a été détectée

 samedi 21 juillet 2018

Le sergent-chef Mahamadou Bouda est passé à la barre à la suite du caporal Pascal Moukoro, le vendredi 20 juillet 2018. Il est celui-là même qui a aménagé la salle à la présidence pour accueillir les autorités de la Transition mises aux arrêts le 16 septembre 2015. C’est encore lui qui a fait le tour de la ville avec les techniciens pour détecter la « radio de la résistance ».
Poursuivi pour attentat à la sûreté de l’Etat, meurtres, coups et blessures volontaires, complicité de dégradation volontaire (...)

Auditions du putsch de septembre 2015 : « Je me suis retrouvé dos au mur », adjudant Michel Birba

 vendredi 20 juillet 2018

A la barre, ce vendredi 20 juillet 2018, l’adjudant Michel Birba, comme d’autres accusés avant lui, a présenté ses condoléances aux familles des victimes du coup d’Etat de septembre 2015 et souhaité prompt rétablissement aux blessés. Il faisait partie de la garde rapprochée du président de la Transition, Michel Kafando.
Débuté dans l’après-midi du mercredi, l’interrogatoire de l’adjudant Michel Birba s’est poursuivi ce vendredi, sous une forte pluie, après la pause de 24 heures observée par le tribunal. (...)

Procès du putsch manqué : Le caporal Pascal Mounkoro souhaite que le Burkina ne vive plus une situation pareille

 vendredi 20 juillet 2018

A la suite de l’adjudant Michel Birba, c’est le caporal Pascal Moukoro qui est passé à la barre, ce vendredi 20 juillet 2018. L’ex-RSP de 27 ans est inculpé pour attentat à la sûreté de l’État, meurtres, coups et blessures volontaires.
A la lecture des charges par le président du tribunal, Seidou Ouédraogo, le caporal Pascal Moukoro, qui fait toujours partie des effectifs de l’armée burkinabè, n’a reconnu aucun fait. Voici comment il résume les choses.
Après le rassemblement et le sport dans la matinée du (...)

Pages : 0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | ... | 540

  Météo
Météo Ouagadougou
  A la une de la presse
  Caricatures
  PMU'B
PMU'B

« 4+1 » DU 19/08/2018
ARR : 15 - 12 - 8 - 9 - 13 NP : 00
ORD : NEANT
DES : 341 000 FCFA
TIERCE V :
COUPLE V :
C G : 52 500
C P A : 11 500
C P B : 9 000
C P C : 8 500

Conseil des Ministres depuis 2004
  Pharmacies de garde
Aéroport de Ouagadougou horaires

Suivez Lefaso.net
sur le WEB


Déjà 30 000 abonnés !

Lefaso.net
sur Facebook


Suivez
@lefaso_net
sur Twitter


Disponible sur Google Play Disponible sur App Store

LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés