Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Validation du PNDES : Une croissance économique de 8,5% en moyenne attendue

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Finances publiques • • mardi 12 juillet 2016 à 09h14min
Validation du PNDES : Une croissance économique de 8,5% en moyenne attendue

Après les assises nationales des 20 et 21 juin 2016, où la version provisoire du projet de document du Plan national de développement économique et social (PNDES), a été examinée et amendée, les membres du Comité d’orientation et de supervision (COS) dudit programme, ont tenu une rencontre ce lundi 11 juillet 2016 pour sa validation.

Présidée par le président du COS, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, la réunion de ce jour a porté sur la validation du projet de document du PNDES avant son introduction en conseil des ministres. Financé par les ressources propres de l’Etat à hauteur de 60,4%, le coût global de la mise en œuvre du programme s’élèverait à environ 15 000 milliards de francs CFA sur la période 2016-2020.

Au moins 50 000 emplois par an, la baisse de l’incidence de la pauvreté à moins de 35%, la réalisation d’une croissance économique moyenne de 8 ,5% par an : ce sont les indicateurs d’une mise en œuvre réussie du PNDES. Et ils étaient tous présents, représentants du gouvernement, des collectivités territoriales, du secteur privé, de la société civile et des partenaires techniques et financiers, pour la validation du projet de document du PNDES.

Membres du Comité d’orientation et de supervision (COS), Il était surtout question pour eux de s’assurer que la présente version du document, qui sera le référentiel de la politique économique et sociale du gouvernement au cours du quinquennat du président Roch Kaboré, a bien intégré les observations et amendements formulées lors des assises nationales.

S’inscrivant dans le cadre du programme présidentiel, l’objectif du PNDES est de : « transformer structurellement l’économie burkinabè, pour une croissance forte, résiliente, inclusive et créatrice d’emplois décents pour tous ». Le programme est axé sur « une nouvelle dynamique de transformation des structures économiques, démographiques et sociales, générant des effets multiplicateurs cumulatifs et durables sur l’amélioration de la croissance du revenu moyen, la satisfaction des besoins fondamentaux, la réduction de la pauvreté, le relèvement du niveau de développement des capacités humaines, la viabilité environnementale et l’équité sociale ».

Le PNDES, un document consensuel

Pour le président du COS, cette réunion a donné l’occasion d’avoir un dialogue fructueux et d’aboutir à un document validé par l’ensemble des parties prenantes. « Ce document reprend essentiellement les objectifs du programme présidentiel. On a un document qui permettra, à travers sa mise en œuvre, de sortir notre pays de la stagnation, du cycle de la pauvreté, de mettre le pays sur un sentier de croissance vraiment forte. La croissance qui est projetée est de l’ordre de 8,5% en moyenne au cours du quinquennat afin de rompre définitivement avec le cycle de la pauvreté » a signifié le Premier ministre Paul Kaba Thiéba.

Dans cette dynamique, le représentant des partenaires techniques et financiers a indiqué que le document qui leur a été présenté est un document de qualité, d’autant plus qu’il reste un document stratégique. Au niveau sectoriel, chaque ministère devra élaborer sa politique sectorielle pour la mise en œuvre du PNDES. « Nous apprécions également la manière dont le document a été préparé, c’est un document inclusif qui prend en compte toutes les couches socio-économiques du Burkina » a indiqué Cheik Kanté, représentant résident de la Banque mondiale et chef de file de la Troïka.

Des observations pour améliorer la qualité du PNDES

Se réjouissant de l’intégration de leurs commentaires relatifs aux normes uniformes dans le domaine de l’agriculture, l’urbanisme, l’habitat, la sécurité, la gouvernance locale, les partenaires techniques et financiers se sont interrogés sur le réalisme et la cohérence des projections macroéconomiques. « En effet, par rapport à la version de juin 2016, la version actuelle anticipe un scénario de croissance plus ambitieux (avec une croissance moyenne de 8,5% contre 7,3%). Ainsi, la croissance sous-jacente est encore plus éloignée du scénario proposé par le FMI d’environ 6%. Avec un seul changement dans les hypothèses de croissance que nous avons noté, qui est une augmentation de la production des céréales d’environ 5,7% à 6,3%, il est impossible que cela puisse induire une croissance économique assez forte. L’expérience acquise lors de la mise en œuvre de la stratégie agricole nous commande qu’une telle élasticité de la production agricole-croissance économique ne soit réalisable à court terme » a expliqué Cheik Kanté, représentant de la Troïka des partenaires techniques et financiers.

Pour la ministre de l’économie et des finances, Rosine Sori /Coulibaly, il faut un mix de financement pour développer des pays comme le Burkina. Le développement doit aller avec un équilibre du cadre macroéconomique. S’appuyant sur les réunions de printemps du FMI, la ministre de l’économie indique : « il est ressorti que tant que les instruments actuels qui existent au niveau de la communauté internationale ne tiennent pas compte de la réalité de nos pays et qu’on veut nous niveler vers le bas, nous n’allons pas avancer » a dit Rosine Sori/Coulibaly.

A cet effet, la ministre de l’économie souligne que toutes les études qui ont été menées, ont montré que pour inverser durablement la pauvreté, il faut un taux de croissance moyen soutenu de 7% /an. « C’est pour ça que dans le premier document, nous avons effectivement affiché ce taux de croissance et on s’était rendu compte qu’il était en deçà des ambitions déclinées dans le programme présidentiel. Nous pensons qu’on ne peut pas afficher un taux de croissance de 6% si nous voulons durablement inverser la tendance actuelle et la situation de 40% d’incidence de pauvreté dans ce pays » a-t-elle renchéri.

Ainsi, la ministre en charge de l’économie précise qu’un dialogue sera engagé avec les partenaires techniques et financiers. « Nous sommes d’avis qu’il ne faut pas déséquilibrer ce cadre que nous voulons stable, mais nous pouvons nous permettre en matière de politique économique, d’avoir un déséquilibre de court terme pour nourrir la croissance dans nos pays » a souligné Rosine Sori-Coulibaly.

Dans l’ensemble, la politique de communication qui sous-tend le PNDES a été une préoccupation pour l’ensemble des acteurs. « C’est un document qui engage toute la nation et il faut un outil de communication qui permette à tout le monde de s’imprégner des objectifs du PNDES et du rôle que les uns et les autres auront à jouer dans la mise en œuvre de ce plan » a précisé le président du COS.
S’agissant des différentes structures, en l’occurrence l’association des régions du Burkina (ARBF), les structures décentralisées ont suggéré un renforcement des compétences. IL est surtout question d’un transfert des compétences et des ressources vers les collectivités territoriales. Le secteur privé a recommandé des séances de dialogue et leur participation dans le cadre des échanges. La société civile pour sa part, a demandé le renforcement des mesures en matière de réduction de la pression démographique.

Après la validation par le COS, le projet de document du PNDES sera présenté en conseil des ministres pour examen, sous la supervision du chef de l’Etat. « Le chef de l’Etat va peut-être apporter des amendements. Une fois que le document sera validé en conseil des ministres, la prochaine étape sera l’organisation d’une table ronde pour la recherche des financements » a conclu Paul Kaba Thiéba.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • Ah bon Dieu !!! Vous parlez de quelle çroissance A 8,5% an ? Mr le pm et Mme la mef.
    les chiffres concernant les çroissance économiques en Afrique sont tellement ridicule , qu’ils frisent même l’inconscience de nos dirigeants africains. Sur quelles bases reposent ces chiffres au Burkina , lorsqu’on sait que rien ne va dans les secteurs ci dessous cités
    Secteur de l’éducation =
    Secteur de la santé
    Secteur de l’économie
    secteur Agricol
    secteur de l’eau
    secteur de l’énergie
    Secteur de la recherche scientifique et des nouvelles technologies
    La çroissance est à quel niveau. Nos dirigeant prennent leur espoir pour de la réalité . Aujourd’hui Tout est morose au Burkina Faso avec une dette intérieure qui frise l’irresponsabilité . Messieurs revoyez votre copie

  • Monsieur KANTE de la Banque Mondiale a raison de dire que ce PNDES n’est pas réaliste. 8.5% de croissance en recherchant 15 000 milliards de F CFA, on est ou là !?
    Nous sommes dans la République du mensonge.

  • Soyons sérieux une croissance à 8,5 annuelle n’est pas raisonnable,tous les indices sont là pour dire le contraire.Arrêtons de compter les étoiles à midi.

  • - Laissez Mme la MINEFID dans ses rêves ! Laissez là rêver tranquillement jusqu’à ce qu’elle sursaute en se réveillant brusquement. Elle pense qu’il suffit de menacer les agents du MINEFID, de se comporer comme un homme au Service et à la maison pour faire un taux de 8,5% de croissance !

    Pa Kôrô Yamyélé

  • Je salue le leadership affirmé par les Autorités nationales dans la conduite de ce processus tout en impliquant les différents partenaires du Burkina. Aucune œuvre humaine n’est parfaite.
    Je suis parfaitement d’accord avec certaines affirmations de Madame le Ministre qui de par son expérience sait de quoi elle parle. Je citerais deux passages que je me permettrai de commenter.
    Le premier :« …tant que les instruments actuels qui existent au niveau de la communauté internationale ne tiennent pas compte de la réalité de nos pays et qu’on veut nous niveler vers le bas, nous n’allons pas avancer ». Nous n’allons jamais sortir de la pauvreté tant que nos état se borneront à rester dans les carcans tracés par les institutions internationales et repris au niveau de nos institutions et cadres sous régionaux d’intégration. Depuis le temps des PAS en passant par les CSLP pour aboutir aux SCADD, les politiques reprennent systématiquement ces critères et objectifs décidés au niveau internationale en totale déconnection des réalités et capacités de nos Etats. Conséquence : les bilans (PAS, CSLP et SCADD) sont mitigés.
    Deuxième passage : « Nous sommes d’avis qu’il ne faut pas déséquilibrer ce cadre que nous voulons stable, mais nous pouvons nous permettre en matière de politique économique, d’avoir un déséquilibre de court terme pour nourrir la croissance dans nos pays ». Pour rompre avec le cycle des crises sociales et établir un nouveau contrat social comme le Président l’a annoncé, il faut courageusement régler les dettes sociales accumulées, surtout dans les domaines de la santé et l’éducation dans tous ses ordres. Cela n’est pas possible en voulant respecter à court terme certains ratios économiques classiques sur la masse salariale et le contingentement inefficace des dépenses de fonctionnement. Le tout est de pouvoir s’accorder dans le cadre des programmes financiers sur des mesures structurelles tendant à nous ramener progressivement et de manière réaliste vers le respect des critères de bonne gouvernance.

  • Internaute 1, 2, 3. Par rapport au taux de croissance de 8,5% je crois que vous n’avez pas bien compris le texte. Il s’agi d’une projection que l’on veut atteindre. Tout économiste comprend bien ce que cela veut dire exactement.

  • Arrettons d’etre pessimistes, une nation doit avoir de grands objectifs qui peuvent paraitres irrealisables pour les pessimistes, mais les obtimistes se donnent les moyens de leurs ambitions. Tout se trouvent dans la determination que ce gouvernement va demontrer vers la realisation de ses objectifs. Avec la volonte rien n’est impossible. Le camarade T.I.Sankara est une preuve vivante pour tous les burkinabe.

  • Le Montant N Estil Pa Trop A Mobiliser ?

  • Voilà nos vieux démons sont de retour avec des pourcentages de développement à n’en pas finir. Après le Programme d’Arriération Structurelle, (PAS) ; le Cadre Stratégique de Lutte contre les Pauvres (CSLP) ; la Stratégie de Croissance Accélérée Des Dettes (SCADD), le Système LMD, le Continuum ; voilà enfin le Plan National Définitif Des Endettements Suicidaires (PNDES). Moi franchement j’ en est mare des taux de croissance qui ne font que creuser le fossé entre pauvres majoritaires (LE PEUPLE) et riches minoritaires (la bourgeoisie à l’africaine ou nouveaux riches).
    Quant à internaute 6 (Danka), je m’excuse et sans vouloir vexer qui que ce soit, mais personnellement j’ai une grande méfiance à l’égard des économistes (grands voleurs des Etats modernes), des juristes (grands menteurs du monde civilisé), des médecins et leurs complices pharmaciens (grands escrocs du bas peuples).

  • Je sens que certains iront continuer leur croissance de 8.5% de mensonges au Togo, bientôt !

  • Donc on spécule alors dans ce document puisque tous les financements ne sont pas acquis. Alors, à la fin du mandat MPP, gentiment on informera le citoyen que les partenaires financiers n’ont pas pu accompagner le gouvernement et les résultats sont donc ce qu’ils sont. On se dédouanera ainsi à bon marché. Le respect de la parole (ou crédibilité d’un document officiel) recommande qu’on s’aligne avec ses moyens. Il n’est pas honnête de planifier construire une case de 200m carré quand on dispose de moyens pour la moitié. Est-ce que ça coûte plus cher de dire la vérité que son contraire aux citoyens ?

  • vs avez pa honte.qu’est ce que toi intellectuel tu as pu faire pour la nation ?on peu meme plus proposé son savoir faire ; le gars arrêtons

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Opération spéciale de recouvrement de la Taxe de résidence : Le directeur régional des impôts du Centre explique
Patrimoine immobilier de l’Etat : Il existe désormais un recensement géo-référencé pour les bâtiments et les terrains à Ouagadougou
Célestin Santéré SANON, nouveau Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique
Grève des syndicats des finances : Les services fonctionnent et les salaires seront payés, rassure la ministre Rosine Coulibaly
Coopération UE- Burkina Faso : La coopération accouche d’un nouveau projet de développement
Direction générale des impôts : « eSINTAX », fait officiellement son entrée dans le quotidien des contribuables burkinabè
Grève des syndicats du ministère de l’économie : Le gouvernement doit réagir par le dialogue mais dans la fermeté, selon un lecteur
Syndicats du ministère des Finances : Touche pas à mon Fonds commun
Ministère de l’Economie : Plus de 1300 milliards de francs CFA mobilisés en 2017
Affaire IUTS : Le directeur général des impôts rassure
Coopération Burkina Faso-Suède : 102 milliards de francs CFA pour soutenir les efforts de développement du Burkina
Burkina Faso : « L’année 2017 a été une année difficile, mais fructueuse » (Rosine Coulibaly)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés