Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut apprendre à rester serein au milieu de l’activité et à être vibrant de vie au repos.» Gandhi

Sadio Lamine Sow, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali.

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Crise malienne • • lundi 30 avril 2012 à 17h51min

La nomination à Bamako d’un président de la République intérimaire, puis d’un Premier ministre « non politique » - bien que candidat à la présidentielle – issu de la diaspora, n’avait pas suscité d’intérêt du côté de Radio Méditerranée Internationale (Médi 1), la radio marocaine « franco-arabe » qui émet depuis Tanger. Pas au point, en tout cas, de me demander d’apporter mon éclairage « Out of Africa » sur ces décisions. Mais la réactivité a été forte dès lors qu’a été connue la composition du premier gouvernement Traoré/Diarra*.

Certes, il s’agissait de dire d’où venaient les 24 ministres nommés mais, surtout, d’apporter mon point de vue sur l’implication, de plus en plus forte, du Burkina Faso sur la scène diplomatique et (en ce qui concerne la Côte d’Ivoire, le Mali, la Guinée Bissau) politique ouest-africaine. J’ai déjà eu l’occasion de dire la préoccupation qui est celle du Royaume du Maroc en ce qui concerne la situation dans le « corridor sahélo-saharien » et l’indépendance de « l’Azawad » (cf. LDD Spécial Week-End 0533/Samedi 7-dimanche 8 avril 2012).

Saad Eddine El Othmani, ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération, était voici peu, à Ouaga, dans le cadre d’une tournée africaine qui l’a conduit à Abidjan et Niamey. Reçu le samedi 14 avril 2012 par le président du Faso, Blaise Compaoré, il a, au nom du Roi Mohammed VI, souligné l’intérêt que Rabat porte à l’évolution de la situation au Mali et a rendu hommage à l’action menée, au titre de la Cédéao, par le médiateur burkinabè.

On notera que le conseil exécutif des ministres des Affaires étrangères de la Cen-Sad se tiendra à Fès (Maroc) du 26 au 28 mai 2012 et que le Burkina Faso s’attache à refonder une institution créée par la Libye pour la gloire (africaine) de Mouammar Kadhafi (cf. LDD Sen-Sad 001/Jeudi 1er mars 2012). On notera aussi que les entretiens avec Compaoré ont porté sur la situation au Mali et celle qui prévaut en Guinée Bissau. « Deux nouveaux fronts de déstabilisation » écrivait le quotidien marocain Le Matin dans son éditorial du 18 avril 2012, soulignant que « Le Maroc, engagé dans le combat de l’unité africaine, reste fidèle à sa vocation […] C’est un objectif d’avant-garde constant - rappelle-t-il dans un papier intitulé : « Le Maroc, chantre de la solidarité africaine » - aux antipodes des discours lénifiants, une profession de foi qui privilégie l’action et anticipe sur l’histoire ».

La formation du gouvernement Traoré/Diarra intrigue les commentateurs. Alors qu’il y a une flopée d’hommes et de femmes politiques au Mali, tout autant de partis et de candidats à la présidentielle, parmi les 24 ministres (un ministre d’Etat et trois ministres délégués) nommés difficile de trouver des têtes d’affiche. Pas même un Touareg. Mais trois officiers supérieurs (colonel + colonel-major + général) sont les numéros 3, 4 et 6 du gouvernement avec, pour deux d’entre eux, des jobs en adéquation (Défense/Anciens combattants ; Sécurité intérieure/ Protection civile) ; le troisième (colonel Moussa Sinko Coulibaly), chargé de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du territoire, est, en quelque sorte, le ministre de l’Intérieur et aura, à ce titre, à connaître des questions cruciales liées au fichier électoral et à l’organisation des élections. Pour le reste, hormis la nomination de Tiéna Coulibaly, le patron du coton malien, à l’Economie, Finances et Budget, rien de notable. Sauf…

… Sauf que le seul ministre d’Etat de ce gouvernement – et donc un quasi vice-premier ministre –, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, s’appelle Sadio Lamine Sow et qu’il était connu, jusqu’à présent, pour avoir été, depuis plus d’un quart de siècle, l’éminence grise de… Blaise Compaoré. Mais cette éminence grise reste, pour beaucoup, à Ouaga comme à Bamako, dans le… noir complet. Sow n’est pourtant pas un inconnu à Ouaga. Il figure, officiellement, sur le listing des vingt-quatre « collaborateurs du président » comme le premier de ses « conseillers » sans attribution spécifiée** aux côtés de Mahamoudou Ouédraogo, Joseph Kahoun et Frédéric Assomption Korsaga.

La présence de Sow dans l’entourage du président du Faso remonte à la nuit des temps. Quand Thomas Sankara a émergé sur la scène politique voltaïque et a été nommé secrétaire d’Etat à la présidence de la République chargé de l’Information, le 8 septembre 1981 (il sera, par la suite et avant la « Révolution du 4 août 1983 » nommé Premier ministre du 19 janvier au 17 mai 1983), il a suscité un intérêt tout particulier au sein de la presse panafricaine. C’est ainsi qu’il s’est lié d’amitié avec un ancien journaliste de Jeune Afrique et de Demain l’Afrique, le zaïrois Buana Kabué.

Le 17 mai, quand Sankara a été destitué de ses fonctions de premier ministre, arrêté et enfermé à Dori avec le capitaine Henri Zongo, Blaise Compaoré et Kabué, tous deux célibataires et qui partageaient la même villa à Ouaga, n’étaient pas encore revenus de Bobo-Dioulasso où un important meeting avait été organisé. Compaoré échappera au coup de filet grâce au flair de son chauffeur Hamidou Maïga et se refugiera à Pô (où il était le chef du Centre national d’entraînement des commandos) mais Kabué, qui avait fait un détour par l’hôtel Silmandé pour se doucher, va se faire cueillir en ville.

Kabué va, dans le sillage de Compaoré, vivre les jours et les heures qui, dès la libération de Sankara, vont aboutir à la conquête du pouvoir le 4 août 1983. Kabué deviendra le conseiller de Sankara puis de Compaoré, fera carrière dans le monde des affaires (il sera conseiller de l’industriel camerounais James Onobiono avant de se retrouver à la tête de la Ligue zaïroise des droits de l’homme et d’assurer, pour le compte du président Mobutu, un rapport sur… la presse et l’information au Zaïre).

C’est Kabué qui va servir de pôle d’ancrage de journalistes panafricains dans l’entourage de la nouvelle équipe au pouvoir. Parmi ceux-ci deux Maliens : Mohamed Maïga*** et Sadio Lamine Sow. Maïga est mort à Ouaga en décembre 1987 dans « des circonstances troubles » mais son nom sera donné au Centre de presse de la capitale burkinabè (fermé depuis quelques années). Il collaborait à Afrique-Asie, le plus engagé à gauche des magazines panafricains. Sow débarquera à Ouaga, au temps de la « Révolution », dans les bagages de Maïga et signera, lui aussi dans Afrique-Asie, plusieurs articles sur le Burkina Faso avant de s’imposer dans l’entourage de Blaise Compaoré au lendemain des événements du 15 octobre 1987.

Sow va rapidement confondre information et communication. Puis va devenir, dit la rumeur ouagalaise, l’éminence grise du chef de l’Etat, l’homme des missions confidentielles à la frontière de la diplomatie secrète. On le dira proche du colonel Kadhafi mais aussi d’Omar Bongo Ondimba ainsi que de Charles Taylor et de quelques autres personnalités africaines.

Voilà donc que Sadio Lamine Sow sort de l’ombre. Mais pas des ambiguïtés de sa fonction. Ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale après quelques décennies au service du Burkina Faso, les commentateurs ne manquent pas de s’interroger sur le rôle qu’il va jouer à Bamako. C’est, effectivement, la bonne interrogation !

* On notera que le décret de nomination du gouvernement, par « le président de la République sur proposition du Premier ministre » est signé « Cheick Mohamed Abdoulaye Souad dit Modibo Diarra ».

** Dans le listing officiel des conseillers, Sow vient ainsi après François Compaoré, le petit frère du président du Faso (conseiller économique), Thomas Palé (conseiller diplomatique), Gabriel Tamini (conseiller aux affaires sociales), Léontine Marie-Florence Zombré/Zida (conseiller juridique).

*** Maïga est notamment l’auteur de « 12 heures avec Thomas Sankara », une interview du président du Faso publiée dans le numéro de septembre-octobre 1983 d’Afrique-Asie. Simon Malley, l’emblématique patron d’Afrique-Asie interviewera également lui-même le leader burkinabè, entretien publié dans le numéro de mars-avril 1984.

Jean-Pierre BEJOT
La Dépêche Diplomatique

Vos commentaires

  • Le 30 avril 2012 à 20:06, par Agala, Iguila ! En réponse à : Sadio Lamine Sow, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali.

    Aucun mal en cela, Monsieur ! le Sud Mali sera ainsi vite pacifié, stabilisé et le développement reprendra ! Le nord ne sera pas non plus oublié. Il faut faire confiance à la CEDEAO et à la Communauté Internationale. Seulement, vite à l’ONU-2S (2S pour Sahélo-Sahara)elle est indispensable à l’organisation de la région pour la gestion immédiate de la crise et pour le bien de toute la sous -région.
    Aucune fierté pour ces garçons ravisseurs, voleurs, de la dignité de la personne humaine (enleveursd’hommes et n’hésiteraient pas à vendre leur réfugiés à qui veut, dans la question de la gestion de la crise humanitaire !
    Non, Messieurs, la gestion de la crise humanitaire, c’est là-bas, au nord Mali, qu’il faut la faire, qu’elle serve de tremplin au développement de cette région du monde.
    Pour une fois que la Communauté Internationale peut se pencher, en vérité, sur la question de ce peuple, faites mieux que d’ordinaire ! Voyez, le paradoxe du peuple Sahélo-Sahara, aussi bien que l’on y rencontre cette intelligence extra-ordinaire de l’humain, qui ne se trouve nulle part ailleurs (le désert serait-il le domaine de prédilection de l’esprit ?), il y a aussi cette boue immonde éclaboussant (tout le monde ne veut être sali, vous savez !)
    Le Sahel-Sahara se développera par le travail, le droit et la justice, le respect de la dignité de la personne humaine, et c’est l’affaire de tous !
    Quant à l’unité du Mali, elle se fera forcément, la voie est la même que celle du règlement de la question Ivoirienne.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2012 à 11:13, par karim En réponse à : Sadio Lamine Sow, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali.

    C’est a croire que le grand Mali de mes ancêtres Mandé est devenu une province burkinabè. Ce Monsieur Sow etait il y a encore 10 jours conseiller spécial de Blaise Compaoré et le voila dans son second pays le Mali, Ministre d’Etat, c’est á dire Numero 2 du gouvernement après le premier Ministre Diarra un autre habitué des granndes soirées de Kosyam. Il faudra que notre pays, le Faso fasse attention, car quand ca va chauffer, ce sont les populations qui vont souffrir et non les politiciens.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2012 à 18:50, par Marie En réponse à : Sadio Lamine Sow, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali.

    Chers frères africains, quand allez vous prendre conscience que le blanc ne veut pas votre bien ? Ce sont des gens qui passe le temps à jeter l’huile sur notre feu comme pour dire qu’ils se plaisent à nous voir nous entre-tuer. Sinon, pourquoi reveillé le passé ?

    Chers frères et soeurs, ayez le sens du discernement !!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mali : L’ex-putschiste Aya Sanogo et 17 autres militaires vont être jugés pour l’exécution de 23 « bérets rouges » en 2012
Rapatriement volontaire des réfugiés maliens : les partenaires se concertent à Ouagadougou
Réfugiés maliens aux bailleurs de fonds : « Il y a encore près de 30 000 âmes qui comptent sur vous »
Signature de l’Accord de paix au Mali : le Gouvernement de la transition salue « une action pour la paix »
Crise malienne : Langage de vérité entre les réfugiés au Burkina et leur ministre de la solidarité
Le Burkina Faso, signataire de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger
Accord d’Alger pour la paix au Mali : Les mouvements de l’Azawad vont- ils signer ?
Attentat à Bamako : La réaction du gouvernement malien
Mali 2014. Un diplomate tunisien et onusien à la tête de la Minusma.
Réfugiés maliens au Burkina : L’ambassadeur de France au Burkina s’imprègne des réalités à Mentao
Crise malienne : les Mouvements de l’Azawad expliquent les blocages des négociations d’Alger à Ouagadougou
Préparatifs de la reprise des négociations inter-maliennes à Alger : Les mouvements politico-militaires de l’Azawad arrachent un accord à Ouaga
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés