Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Assassinat de Thomas Sankara : Ce drame a fait reculer le Burkina de 30 ans, selon le témoin Bassirou Sanogo

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • mercredi 22 décembre 2021 à 12h55min
Assassinat de Thomas Sankara : Ce drame a fait reculer le Burkina de 30 ans, selon le témoin Bassirou Sanogo

Ambassadeur du Burkina en poste en Algérie sous la révolution, Bassirou Sanogo était un proche de Thomas Sankara. Cité comme témoin des événements du 15 octobre 1987, il a qualifié la mort du président du Faso de « véritable gâchis » qui a fait « reculer le Burkina de plus de 30 ans. »

Avant de parler des événements du 15 octobre 1987 et de sa traversée de désert, Bassirou Sanogo a fait un saut dans le temps pour parler du moment où il dirigeait la diplomatie burkinabè en Algérie, un pays considéré par beaucoup de diplomates de l’époque comme une « plateforme difficile ». Il dira que son personnel était en nombre « squelettique » alors que la charge de travail, elle, était énorme. « J’avais 400 stagiaires et étudiants à gérer. Pendant les deux premières années, il fallait travailler 7 jours sur 7. En Algérie, les jeudi et vendredi correspondent au week-end alors que la centrale ici à Ouagadougou travaillait. Et les samedi et dimanche étaient des jours ouvrables. », a déclaré le témoin.

Sa dernière rencontre avec Thomas Sankara remonte, selon ses dires, au 16 juin 1987, alors qu’il avait été appelé à Ouagadougou pour des consultations. Le 11 octobre 1987 aux environs de 11h45, il reçoit un appel téléphonique de Sankara qui dit avoir besoin de lui au pays le 13 octobre. A ce moment-là, Bassirou Sanogo préparait un rapport économique en prélude à une visite de travail que devait effectuer Thomas Sankara en novembre 1988. « Il m’avait dit de voir quel dossier économique pouvait faire l’objet d’échanges et de négociations avec la partie algérienne. Pour ce faire, j’avais entamé une tournée pour visiter des unités industrielles à l’intérieur de l’Algérie ».

Après avoir travaillé tard la nuit, Bassirou Sanogo rejoint son domicile vers 1h du matin à une trentaine de kilomètres de l’ambassade, en demandant au concierge de le réveiller à 3h du matin. Mais les coups donnés à la porte ne réussirent pas à tirer l’ambassadeur de son lit. Dans la matinée du 13 octobre, il décide d’appeler le président du Faso pour lui annoncer qu’il viendrait finalement le 15 octobre.

Le jour J, il va à l’aéroport en compagnie de Mamadou Sereme, premier conseiller de l’ambassade. Bassirou Sanogo se souvient qu’il a embarqué dans l’avion avec un infirmier d ’Etat burkinabè qui avait accompagné des Tchadiens qui avaient fait un accident de retour des manifestations commémoratives du 2 octobre à Tenkodogo.

Après avoir attaché les ceintures, l’avion n’avait toujours pas décollé au bout d’une vingtaine de minutes. « J’ai demandé au commandant de bord ce qui n’allait pas. Il m’a répondu qu’il y a des travaux de balisage à l’aéroport de Ouagadougou. Et au bout de quelques minutes, le vol a été annulé. », a indiqué Bassirou Sanogo qui dit avoir rappelé le premier conseiller de revenir avec le véhicule. Pendant ce temps, il entendit deux stewards algériens parler de coup d’Etat à Ouagadougou. De retour à l’ambassade, il dit avoir mis le drapeau en berne.

Après l’assassinat du leader de la révolution, Bassirou Sanou est convoqué en novembre 1987 avec près d’une vingtaine d’ambassadeurs et de chargés d’affaires à Ouagadougou. Jean Marc Palm (actuellement président du Haut conseil du dialogue social, ndlr) est le ministre des relations extérieures de l’époque. « A cette rencontre, j’ai particulièrement posé une question. J’ai demandé si on était obligé d’en arriver là », a-t-il lancé en faisant allusion au dénouement sanglant de la crise.

Convoqué une deuxième fois à Ouagadougou, Bassirou Sanogo pensait qu’on lui annoncerait son départ d’Alger, comme il l’avait souhaité. Mais arrivé à Ouagadougou, il reçoit la visite de deux gendarmes venus l’embarquer. Il sera mis aux arrêts (Le témoin ne se souvient pas de la date exacte, NDLR) et détenu, avec d’autres camarades comme Mousbila Sankara, ambassadeur de la Libye, à l’époque.

« Djibril Bassolé m’a demandé si j’étais prêt à collaborer avec le nouveau pouvoir. J’ai répondu que je souhaitais me reposer. C’était une façon de dire que ça ne m’intéressait pas. Ils m’ont accusé en disant que j’ai fait jurer aux enfants de Sankara qu’ils vengeront leur père. Pourtant quand je suis allé voir Mariam Sankara de retour d’Alger, je n’ai pas vu les enfants », a relaté Bassirou Sanogo.

Il a déclaré avoir appris plus tard que pendant sa détention, une mission avait été conduite à Alger par le ministre des relations extérieures Jean Marc Palm. Ce dernier aurait forcé avec l’aide du lieutenant Omar Traoré (Lecteur du communiqué du front populaire après le coup d’Etat) la porte de ses bureaux et de son appartement en prenant le soin de mettre ses affaires dans le couloir. Tout ceci en prévision de la venue d’un nouvel ambassadeur en la personne de Issou Go.

Au bout de six mois et demi de détention, Bassirou Sanogo est libéré en mai 1988. Pour lui, la mort du président du Faso et de ses camarades est un « véritable gâchis qui a fait « reculer le Burkina de plus de 30 ans. » A l’en croire, Sankara était « la conscience gênante » de ceux qui avaient des révolutions avant le Burkina. « Avec lui, il y avait une démarche de bâtisseur, d‘oser inventer l’avenir », a déclaré Bassirou Sanogo. A la barre, il a martelé que le coup d’Etat a été préparé de façon « minutieuse tant au niveau interne qu’au niveau externe »

« Le 15 octobre était un aboutissement », se convainc le témoin qui a déclaré qu’il y avait des signes avant-coureurs un an, avant le drame, car une puissance étrangère envisageait de remplacer le premier par le second, parlant de Thomas Sankara et Blaise Compaoré. Le témoin reconnaît tout de même que Thomas Sankara a « banalisé le pouvoir » auquel il n’était pas accroché, comme un forcené.

LeFaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 décembre 2021 à 14:19, par SOME En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Ce drame a fait reculer le Burkina de 30 ans, selon le témoin Bassirou Sanogo

    Oui le poste d ambassadeur en Algérie est très important surtout sous la révolution. Ce pays l Algérie a soutenu et aide grandement la révolution au Burkina dans une vision vraiment panafricaine et anti impérialiste. Bassirou est beaucoup plus crédible qu un mousbila ou un Melegue
    SOME

    Répondre à ce message

    • Le 23 décembre 2021 à 08:06, par caca En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Ce drame a fait reculer le Burkina de 30 ans, selon le témoin Bassirou Sanogo

      SOME
      A lire la déposition de ton Bassirou Sanogo sur l’Algérie comme poumon du développement du Burkina, je me pose la question de quel Algérie le témoin parle-t-l ?
      Si c’est le même pays que l’on sait où est né le terrorisme, je dirais oui applaudi le témoin. Le terrorisme et l’islamisme est le développement de ce pays. Il est vrai que son PIB dépasse celui du Burkina, et il a de grandes écoles et universitaires. C’est un pays de gaz ou du pétrole et l’action sociale peut-être plus dynamique, mais les mêmes algériens qu’on voit à Paris ne sont pas plus instruit que les burkinabè.
      Le développement d’un est un processus que prend des années et des siècles.
      J’ai lu le témoignage d’un homme frustré par le nouveau pouvoir qu’il ne voulait pas collaborer et c’est ce qui lui a couté cette galère. Mais tout changement crée des frustrations des déçus comme le bonheur des autres. L’histoires récente du pays en dit beaucoup de la déchéance du pouvoir CDP. Combien de Maires CDP ont fait la prison ainsi que des ministres ? Il y a eu des gratifications des vauriens de la rue qui sont devenus des personnalités de l’insurrection bâtarde. C’est ça la vie ! Bonne fête !

      Répondre à ce message

    • Le 23 décembre 2021 à 08:07, par caca En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Ce drame a fait reculer le Burkina de 30 ans, selon le témoin Bassirou Sanogo

      SOME
      A lire la déposition de ton Bassirou Sanogo sur l’Algérie comme poumon du développement du Burkina, je me pose la question de quel Algérie le témoin parle-t-l ?
      Si c’est le même pays que l’on sait où est né le terrorisme, je dirais oui applaudi le témoin. Le terrorisme et l’islamisme est le développement de ce pays. Il est vrai que son PIB dépasse celui du Burkina, et il a de grandes écoles et universitaires. C’est un pays de gaz ou du pétrole et l’action sociale peut-être plus dynamique, mais les mêmes algériens qu’on voit à Paris ne sont pas plus instruit que les burkinabè.
      Le développement d’un est un processus que prend des années et des siècles.
      J’ai lu le témoignage d’un homme frustré par le nouveau pouvoir qu’il ne voulait pas collaborer et c’est ce qui lui a couté cette galère. Mais tout changement crée des frustrations des déçus comme le bonheur des autres. L’histoires récente du pays en dit beaucoup de la déchéance du pouvoir CDP. Combien de Maires CDP ont fait la prison ainsi que des ministres ? Il y a eu des gratifications des vauriens de la rue qui sont devenus des personnalités de l’insurrection bâtarde. C’est ça la vie ! Bonne fête !

      Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2021 à 16:15, par caca En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Ce drame a fait reculer le Burkina de 30 ans, selon le témoin Bassirou Sanogo

    Pour lui, la mort du président du Faso et de ses camarades est un « véritable gâchis qui a fait « reculer le Burkina de plus de 30 ans. » A l’en croire, Sankara était « la conscience gênante » de ceux qui avaient des révolutions avant le Burkina. « Avec lui, il y avait une démarche de bâtisseur, d‘oser inventer l’avenir », a déclaré Bassirou Sanogo. A la barre, il a martelé que le coup d’Etat a été préparé de façon « minutieuse tant au niveau interne qu’au niveau externe »
    Je comprends la douleur du témoin après l’assassinat de Thomas Sankara, mais de là à dire du n’importe quoi que le Burkina ait reculer de 30 ans du développement, je me demande de quel pays parle-t-il ? Je sais que nos relations avec l’Algérie n’est pas si fort que ça, mais est-ce que le témoin parle-t-il de sa relation avec ce pays au temps CNR ? Je me demande si l’Algérie était un pays développé au détriment du Burkina.
    Je refuse de croire qu’avec l’assassinat de Thomas Sankara le Burkina soit reculé en développement. Le Burkina comme bon nombres de pays africains sont ce que les occidentaux parlent de pays en voie du développement et dans ce lot se trouve notre voisin ivoirien et ghanéen et même le géant Nigéria. On sait bien l’histoire de ce pays en matière de pauvreté et ses longues crises. Je ne crois pas qu’il est sage d’associer la mort de Thomas Sankara avec le retard du développement que connait pays ? Malgré la crise sécuritaire le Burkina demeure le top des pays qui connaissent des croissances depuis des décennies. Je ne sais pas si pendant le règne de Thomas Sankara le pays comptais des burkinabè milliardaires comme c’est le cas aujourd’hui ?
    Faisons tous le deuil de Thomas Sankara avec une mort qui n’honore pas le pays. Mais de grâce ne nous rabaissons pas comme si le pays n’investisse pas dans l’avenir. Même ceux qu’on juge aujourd’hui regrettent des conditions dont l’homme est mort. mais ce sont des circonstances n’échappe pas non plus l’histoire d’un peuple. Mr Sanogo, je regrette le sort qui vous soit arrivés, mais ayez courage dans la douleur avec dignité.

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2021 à 22:21, par doudou En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Ce drame a fait reculer le Burkina de 30 ans, selon le témoin Bassirou Sanogo

    donc il ya des hommes sur terre qui refusent de voir la réalité en face. l histoire jugera chacun. tous voient le ralentissement qu’à connu le pays suite à la disparition du père de la révolution. ne confondons pas développement d un pays et développement de quelques personnes avec votre soi disant apparition de millionnaires

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2021 à 22:22, par doudou En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Ce drame a fait reculer le Burkina de 30 ans, selon le témoin Bassirou Sanogo

    donc il ya des hommes sur terre qui refusent de voir la réalité en face. l histoire jugera chacun. tous voient le ralentissement qu’à connu le pays suite à la disparition du père de la révolution. ne confondons pas développement d un pays et développement de quelques personnes avec votre soi disant apparition de millionnaires

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dossier Thomas Sankara et autres : Le volet international en cours, l’inhumation des restes en perspective
Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution
Procès Sankara et compagnons : Quand les réclamations « fantaisistes » fâchent les avocats de la défense !
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : La famille de feu Thomas Sankara réclame une "somme symbolique"
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel
Procès Sankara et douze de ses compagnons : L’audience sur les intérêts civils est renvoyée au 25 avril 2022
Procès Thomas Sankara : « Au Burkina, quand on parle de réconciliation, on revient presque toujours à la question de la grâce ou de l’amnistie » (Me Boukary Willy)
Verdict du procès « Thomas Sankara » : Pour le CDP, le verdict éloigne le peuple de la réconciliation nationale
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ablassé Ouédraogo trouve le verdict humiliant pour certains condamnés
Procès Thomas Sankara et douze autres : Une victoire dans la lutte contre l’impunité, selon les avocats de la famille de l’ancien président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés