Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le soleil qui brille n’ignore pas un village parce qu’il est petit. » Proverbe Africain

Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • • vendredi 8 avril 2022 à 21h30min
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !

Mariam Sankara, Auguste et Philippe Sankara, les autres veuves (invisibles dans les médias), les orphelins des douze autres victimes de la boucherie et les grandes familles de toutes les personnes abattues le 15 octobre 1987 au Conseil de l’entente qui est entré tristement dans l’histoire comme le lieu du crime, pourront se reposer enfin. Ils pourront commencer leur deuil, car après 35 ans, la justice a entendu leurs cris, leurs détresses et leurs souffrances. Le pays officiel a enfin solidarisé avec eux en disant non à ces crimes et en punissant les coupables.

Le procès du siècle qui s’est ouvert à Ouagadougou en octobre 2021, a rendu son verdict ce 6 avril 2022 et a condamné à la prison à perpétuité Blaise Compaoré, l’ami infidèle qui a été reconnu coupable du crime d’attentat à la sûreté de l’État et de complicité d’assassinat, de concert avec le général Gilbert Diendéré. Le chef du commando des assassins, Hyacinthe Kafando, absent au procès comme le dictateur déchu, est condamné pour assassinat et écope de la même peine que ses deux supérieurs.

Un petit florilège de sentiments nous submergent après le verdict.
Notre joie serait plus grande, si le pays n’était pas encore victime d’un coup d’État. Mais il faut faire avec, en espérant que la leçon du procès sera apprise par tous, au Burkina, au Mali, en Guinée, en Afrique pour balayer à jamais de notre continent la violence en politique.

Ce petit bonheur de voir les crimes du 15 octobre 1987 jugés, nous le devons à beaucoup d’artisans anonymes qui ont œuvré sans rechercher la lumière, parmi lesquelles : les martyres de l’insurrection de 2014 et du coup d’État de 2015 du général Gilbert Diendéré. Il faut saluer tous ceux qui se sont battus contre la dictature de Blaise Compaoré, celui-là, à qui les crimes ont profité. On doit redire haut et fort ce que ce jugement doit aussi quelque chose à la vie et au sacrifice héroïque de Norbert Zongo. Car c’est le mouvement de révolte et d’insurrection qui a suivi sa mort qui a appris au peuple burkinabé la voie de l’insurrection qui a chassé Blaise Compaoré de son trône et du pays.

Mariam l’héroïne

Peut-on parler des combattants sans rendre hommage à cette dame qui a épousé un homme qui s’est donné à son pays totalement, sans lui demander quelque chose en retour, et est mort pour lui, pour les idées qu’il avait de sa transformation ? Mariam Sankara, l’épouse de Thomas est la première sankariste, puisqu’après la mort de son mari, elle, encore jeune, mère de deux petits garçons aurait pu refaire sa vie, vivre d’autres aventures, que de rester dans le noir et porter ce deuil qui n’en finissait pas pendant trente-cinq longues années.

Elle a supporté de vivre avec le fantôme, d’être l’épouse de l’absent, parti sans dire au revoir. Elle a accepté d’incarner et de jouer le rôle de la mère et du père et en plus d’être le modèle que les admirateurs du héros voulaient qu’elle soit, scrutant son comportement pour rechercher la tache qu’elle aurait jetée sur leur étoile défunte. Elle a choisi de vivre avec un mort, pour sa mémoire, pour que justice lui soit rendue, lui et ses collaborateurs assassinés.

Elle a donné 35 ans de sa vie à ce combat dont elle était l’égérie. Si Thomas est un héros, Marian n’en est pas moins une héroïne.
La principale leçon à la postérité, c’est que les différents politiques ne se règlent pas par les armes. L’argument de la force ne doit pas intervenir dans le débat politique qui reste le lieu de la raison et de la conviction.

Cette leçon est induite par le grand principe du respect du droit à la vie des autres. Le caractère sacré de la vie a été bafoué bien avant leur divorce dans un bain de sang, par les jeunes officiers qui ont pris le pouvoir en 1984. Les crimes de sang ont continué durant les 27 ans de règne de Blaise Compaoré. Quand on a quelque chose à reprocher au président, à son frère et ami, on n’envoie pas la troupe pour l’assassiner, si les fils du dialogue sont rompus entre vous, la justice est le lieu où se règlent les conflits.

Ce procès montre à la jeunesse et aux dirigeants actuels et futurs qu’ils n’ont pas droit de vie et de mort sur les autres citoyens. Le pouvoir sert à améliorer la vie de ses concitoyens, pas à la leur ôter. Le pouvoir sert à garantir à ses compatriotes un pays de sécurité et de paix. L’insécurité ne doit pas provenir de ceux qui sont aux affaires.

Les mouvements des droits de l’homme et tous ceux qui ont combattu l’impunité ces longues décennies n’ont pas vécu, n’ont pas lutté pour rien. La justice vient de parler, une partie de l’ombre s’est dissipée. Le Burkina est reconnaissant pour leur combat.
La vie humaine est sacrée.

Notre pays a perdu trop de ses fils par la violence en politique. Si nous arrivons à accepter que tous les citoyens ont le droit d’avoir leurs opinions et qu’ils ne devraient ni souffrir, ni mourir parce qu’ils pensent autrement, le procès aura fait œuvre utile en plus de la consolation pour les parents des victimes qui ont enfin la justice.

Ce procès ouvre une brèche dans le grand mur de l’impunité dans notre pays. Mais pour un procès emblématique comme celui de Thomas Sankara et des douze, combien d’autres crimes restent impunis ?

Sana Guy
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 8 avril à 10:32, par MUSUKUSUKU En réponse à : Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !

    PLUS JAMAIS CA AU BURKINA. ENSEMBLE CONCENTRONS NOUS POUR LA LUTTE CONTRE LE GRAND BANDITISME, L’INSECURITE , LE TERRORISME (HOMMES D’AFFAIRES VEREUX QUI SE CACHENT DERRIERE UNE RELIGION / SECTEPOLITIQUE OU D’AFFAIRES).
    NUL N’EST AU DESSUS DE LA LOI . DURA LEX SED LEX
    QUE CHACUN PURGE SA PEINE .
    SI LE BRUIT DU FILS EST DOUX POUR LE CHASSEUR QU’IL ECOUTE POUR LE TONNERRE EGALEMENT.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 11:30, par SID PAWALEMDÉ En réponse à : Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !

    J’ai suivi les interventions de Ablassé OUEDRAOGO, le Moaga du Centre et le Musulman de Nabaré et je voudrai ici lui demander de rencontrer les enfants de Tom Sank, c’est à dire Auguste et Philippe Sankara + les enfants des 12 autres et même les enfants de Henri Zongo, de Lengani et s’il veut qu’il rajoutent d’autres pour leur dire que Blaise ayant dirigé ce pays ne méritait pas d’être jugé à plus forte raison condamné.

    Répondre à ce message

    • Le 8 avril à 15:56, par Le Vigilent En réponse à : Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !

      Je valide mille fois !!!!
      C’est cette mentalite de "tel n’est pas n’importe qui et devrait etre traitement que ne le sont les concitoyens" meme devant la justice. Personne n’a manque de respect a Blaise Compaore lorsqu’il etait au pouvoir, et ce respect il en jouit meme apres la perte du pouvoir, mais il doit subir la rigueur de la loi au meme titre que n’importe quel autre autre citoyen de ce pays.

      Répondre à ce message

    • Le 9 avril à 12:51, par AHMED En réponse à : Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !

      Moi j’ai suivi par moment notre ABLASSE national. Je lui avais precauniser avant la mort de la maman de Norbert d’aller avec son organisation CODER demander pardon en vain. De quoi veut il faire avec la réconciliation nationale ? Si ce n’est broutter les sous de BLAISE si non au FASO nous n’avons pas de soucis entre nous. On se côtoie dans les mariages et baptême entre nous. La réconciliation concerne les politiciens. Mosse ami de Rock a créé un parti pendant que Rock était en prison

      Répondre à ce message

    • Le 9 avril à 13:23, par AHMED En réponse à : Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !

      Moi j’ai suivi par moment notre ABLASSE national. Je lui avais precauniser avant la mort de la maman de Norbert d’aller avec son organisation CODER demander pardon en vain. De quoi veut il faire avec la réconciliation nationale ? Si ce n’est broutter les sous de BLAISE si non au FASO nous n’avons pas de soucis entre nous. On se côtoie dans les mariages et baptême entre nous. La réconciliation concerne les politiciens. Mosse ami de Rock a créé un parti pendant que Rock était en prison

      Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 12:43, par Yako En réponse à : Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !

    Le verdict est tombé, des condamnations ont été prononcées il ne nous revient pas de commenter une décision de justice car elle rend la justice au nom du peuple ! Mais force est de reconnaître que la justice à elle seule ne suffirait pas ni pour apaiser ni pour prévenir il faut qu’on accepte avec courage de regarder en face notre histoire faite de hauts de bas et ce depuis 1980 si nous voulons tourner cette page tragique de la vie politique qui est essentiellement un problème interpersonnel mais qui mine le socle même des institutions viables (les victimes du putsch contre le CMRPN en passant par celles du CSP1-2 et celles du CNR ; insurrection 2014 ;vacance forcée du pouvoir ;choix de Kafando comme solution d’urgence ; putsch de 2015 et l’exil de Zida....)Vouloir résoudre ce passif lourd par une une simple vérité judiciaire aussi pédagogique soit-elle c’est à ne rien comprendre de l’histoire tumultueuse dans la marche du pays.Yako

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 16:13, par Fasovision En réponse à : Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !

    Bonjour, cher journaliste,
    Merci pour cet article. Du plaisir à le lire.
    Entièrement d’accord avec vous sur ce point, entre autres :
    "La vie humaine est sacrée.
    Notre pays a perdu trop de ses fils par la violence en politique. Si nous arrivons à accepter que tous les citoyens ont le droit d’avoir leurs opinions et qu’ils ne devraient ni souffrir, ni mourir parce qu’ils pensent autrement, le procès aura fait œuvre utile en plus de la consolation pour les parents des victimes qui ont enfin la justice.
    "

    Le temps où l’homme veut jouer dans la pratique "le loup pour l’homme" est révolu ! Il n’est plus le temps où l’homme, flatté par la folie des grands postes politiques, en vient à vouloir rivaliser avec Dieu sur la terre, s’attribuant un droit de vie et de mort sur ses semblables. Il est le temps où l’homme doit savoir qu’il est homme et non pas dieu. Et se comporte en conséquence. Dieu que ce soit la pédagogie de ce procès emblématique, en effet.
    Il n’y a pas d’avenir dans le crime et aucune politique viable ne peut être bâtie sur le sang.

    Répondre à ce message

  • Le 8 avril à 20:23, par Bientfaitpourtoi En réponse à : Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !

    Espérons qu’en Appel, la Cour d’Appel :
    1. confirmera les décisions du Tribunal
    2. prononcera des périodes de sûreté de 25 ans pour les trois cerveaux et de 5 ans pour ceux qui ont écopés de 10 ans.
    Les décisions du Tribunal : « C’est bien mais ce n’est pas arrivé  » car j’aurai bien voulu que ce verdict soit assorti de périodes de sûreté de 25 ans pour les trois cerveaux et de 5 ans pour ceux qui ont écopés de 10 ans.
    Le fait que Diendéré ait passé son temps à narguer les juges et les familles des victimes durant le procès lui a été fatal.
    Certains témoins auraient dû être condamnés aussi.
    Le verdict est satisfaisant mais pas « arrivé ».

    Répondre à ce message

  • Le 9 avril à 01:23, par Ba Hamadi En réponse à : Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !

    Que Dieu bénisse le Burkina ! Amine !
    Le comportement de diendere gilbert durant tout le procès et même après le verdict, prouve que cette petite créature vouait une haine féroce contre le président Sankara.
    Ce vigile des compaore est un être sans aucune grandeur ni honneur hormis sa taille de girafe.
    Le chef du commando assassin hyacinthe kafando est-il vivant ?
    Je ne crois pas.diendere qui avait encore du pouvoir avant la supposée fuite de hyacinthe pour couvrir ses arrières diendere n’aurait laissé aucune chance à ce dernier.l’homme détenait évidemment des preuves de l’implication du vigile des compaore.
    point levé pour narguer les parents des victimes montre l’état d’esprit démoniaque de l’individu.diendere tu n’es pas un homme intègre car tu as sacrifié délibérément l’intérêt de la nation pour une famille que le peuple finit par chasser en plein jour.blaise à changé de nationalité et est devenu ivoirien.alors diendere gilbert où est ta grandeur ?
    Thomas sankara s’était rendu les mains en l’air.
    tu as donné l’ordre de tirer délibérément. vous avez exposé sa dépouille et laissé vos hommes l’enjamber .enterrement honteux,Thomas est enterré comme un moins que rien.alord diendere où est ta grandeur, l’honneur tu ne connais pas diendéré.
    Mais Dieu ne Dort Pas général à deux balles.
    Ba Hamadi depuis la mauritanie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dossier Thomas Sankara et autres : Le volet international en cours, l’inhumation des restes en perspective
Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution
Procès Sankara et compagnons : Quand les réclamations « fantaisistes » fâchent les avocats de la défense !
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : La famille de feu Thomas Sankara réclame une "somme symbolique"
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel
Procès Sankara et douze de ses compagnons : L’audience sur les intérêts civils est renvoyée au 25 avril 2022
Procès Thomas Sankara : « Au Burkina, quand on parle de réconciliation, on revient presque toujours à la question de la grâce ou de l’amnistie » (Me Boukary Willy)
Verdict du procès « Thomas Sankara » : Pour le CDP, le verdict éloigne le peuple de la réconciliation nationale
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ablassé Ouédraogo trouve le verdict humiliant pour certains condamnés
Procès Thomas Sankara et douze autres : Une victoire dans la lutte contre l’impunité, selon les avocats de la famille de l’ancien président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés