Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La grandeur de l’homme est dans sa décision d’être plus fort que sa condition.» Florian Monkam

Procès Thomas Sankara : « Avant de démarrer pour le conseil, Thomas Sankara a reçu un appel de sa femme », témoigne Serge Théophile Balima

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • mercredi 1er décembre 2021 à 11h31min
 Procès Thomas Sankara : « Avant de démarrer pour le conseil, Thomas Sankara a reçu un appel de sa femme », témoigne Serge Théophile Balima

L’audience de ce mercredi 1er décembre 2021 a démarré avec le témoignage du Pr Serge Théophile Balima, ancien journaliste à la Radiodiffusion du Burkina Faso. Au moment des faits, il était chargé de communication à la présidence du Faso sous Thomas Sankara. Il a été ministre en charge de la Communication et ambassadeur du Burkina Faso en France sous le Front populaire. A la retraite depuis huit ans, il est actuellement consultant.

De son témoignage, on retient que le 15 octobre 1987, il est arrivé au bureau de la présidence à 15h précises. Le témoin confie avoir fait un constat. « J’ai constaté le caractère désertique ce jour-là, de la présidence. À 15h55, je reçois l’appel de Thomas Sankara. Je monte. Arrivé, je constate avec lui que la quasi-totalité de son service de sécurité était absente », relate-t-il.

Il a ensuite reçu deux appels. Le premier, selon l’ancien chargé de communication de la présidence, semble être celui de sa femme (la femme de Thomas Sankara). La voix au bout du fil disait : « Thomas, tu es où ? Sauve toi, ils vont te tuer », précise-t-il. Thomas Sankara lui aurait répondu en disant de se calmer et qu’ils allaient en parler lorsqu’il rentrerait.

Le deuxième coup de fil venait du conseil de l’Entente. Et selon le Pr Balima, ce serait Alouna Traoré. « Camarade président, nous sommes tous réunis. On n’attend plus que toi », raconte le témoin et Thomas Sankara de répondre : « J’arrive de suite ».

Poursuivant son témoignage, aussitôt qu’il a démarré, moins de deux minutes après, il entendit un coup de feu. Selon son commentaire, c’était une alerte, pour dire qu’il avait bougé, ajoute-t-il. Quatre à cinq minutes après des tirs nourris retentissent.

« Je suis resté à la présidence trois à quatre heures. Et après j’ai décidé de sortir les mains en l’air et jongler pour arriver chez moi. C’est là ma femme me demande où j’étais, que feu Arba Diallo a appelé disant qu’on avait informé tout le personnel civil de la présidence de ne pas aller au service ce jour », a relaté le Pr Serge Théophile Balima.

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès Thomas Sankara et compagnons : L’audience de ce 24 janvier 2022 n’a pas eu lieu
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Les restes de Sankara retrouvés à 45 centimètres de profondeur
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Ousmane Ouédraogo, le frère d’une victime que le chauffeur de Blaise Compaoré a manqué de renverser
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Ma mère est partie malheureuse », témoigne la fille du journaliste Paulin Bamouni
Témoignage des victimes des évènements du 15 octobre : « La défunte mère de Sawadogo Amadou aurait voulu connaître la vérité et faire son deuil », Sawadogo Issa
Assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons : Trois types de munitions utilisées, selon les experts en balistique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La vidéo de la reconstitution des faits projetée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La première pièce à conviction présentée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Stephen Smith, le journaliste américain déclaré persona non grata pendant six ans en 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Selon Vincent Sigué, Blaise Compaoré projetait de prendre le pouvoir le 4 août 1983
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moussa Diallo convaincu de l’implication de Gilbert Diendéré dans le coup du 15 octobre 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Être commando, c’est savoir observer l’ennemi pendant très longtemps », l’anecdote sur Blaise Compaoré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés