Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En fait d’imperfections, nous sommes des aigles pour voir celles d’аutrui, еt dеs tаuреs рοur vοir lеs nôtrеs. » Saint François de Sales

CONFIDENCES DU WEEK-END : Que se passe-t-il à Air Burkina ?

Accueil > Actualités > On en parle... • • lundi 29 août 2011 à 03h20min

Une question qui mérite d’être posée dans la mesure où au sein de la compagnie du bon voisinage, Air Burkina, les agents ne comprennent plus ce qui se passe. En effet, dans une correspondance en date du 21 juillet 2011, la direction générale de Air Burkina a pris la décision de rappeler au siège à Ouagadougou ses représentants à Abidjan, Accra, Bamako, Dakar, Libreville. La date de rappel effectif est le 1er septembre prochain. Au sein de la compagnie du bon voisinage, on s’interroge parce que, selon nos informations, en quittant ces représentations qui produisent de bons résultats, Air Burkina laisse la place à une compagnie concurrente, Air Mali, également membre du groupe Celestair.

Pour certaines personnes, la synergie avec cette compagnie du pays voisin ne peut et ne doit se faire au détriment du Burkina et de Air Burkina. Mais voilà que pour des agents de Air Burkina, c’est ce qui est en train de se dessiner et les exemples ne manquent pas, nous confient certains d’entre eux. Il y a par exemple le fait qu’au moment où la ligne Ouaga-Pointe Noire a commencé à marcher, le groupe Celestair a amené Air Burkina à arrêter au profit de Air Mali. On parle de la ligne Ouaga-Douala qui a été ouverte par Air Burkina alors que les spécialistes maison ont dit qu’elle ne sera rentable qu’après trois ans d’exploitation. Cette compagnie du pays voisin a arrêté de desservir cette destination pour les mêmes raisons. Alors, on s’interroge si ces décisions sont animées de bonnes intentions parce que cela peut, selon des personnes bien introduites, faire disparaître tout un patrimoine qu’est Air Burkina. L’Etat qui y a une part même si elle est faible, ne dit mot et, selon ces dernières, laisse faire.


Lutte contre la pauvreté : randonnée d’Evêques à Rougemont

Depuis le 25 août dernier, la ville de Rougemont au Canada accueille une semaine d’études sur la démocratie économique vue à la lumière de la doctrine sociale de l’Eglise. Cette rencontre internationale organisée par les Pèlerins de Saint Michel du Canada a mobilisé 9 archevêques (Ouagadougou, Bamako, Libreville, Abidjan), les évêques d’Oyen au Gabon, de Luebo en RDC et de Kinkala au Congo Brazzaville et des prêtres de divers horizons. C’est donc une « Maison de l’Immaculée » qui grouille de monde, un monde unique de par sa configuration. Il n’est pas étonnant qu’entre les séances de travaux fort enrichissants, les récitations de chapelet fassent place aux vêpres et aux différentes célébrations eucharistiques journalières. Et un prêtre de conclure : « C’est vraiment une retraite qui nous est offerte !" Toute chose qui force l’admiration dans un pays où la foi se meurt.


Religion : Alexandre Le Grand archevêque ?

A la rencontre du Canada sur la démocratie économique vue sous l’angle de la doctrine sociale de l’Eglise, il n’y a que des Evêques et des Prêtres qui y prennent part. C’est alors que les participants à cette session ont confondus notre collègue Alexandre Le Grand (seul laïc avec une dame chef d’entreprise au Cameroun, qui est l’épouse du ministre camerounais chargé des Relations avec le Parlement à y être invité) à un Archevêque. Ce sont des « Bonjour Mgr ! » ou des « Bonjour Mgr l’Archevêque » qui se faisaient entendre devant notre collègue qui s’empressait chaque fois de rectifier : "Je ne suis pas évêque, encore moins archevêque. Je suis un laïc." Mais certains ne croyaient toujours pas, à l’image de cette dame qui lui lance : "Pourtant, vous avez la carrure d’un archevêque." N’est pas archevêque qui veut.


Secteur 3 de Dédougou : un malade mental pourchassé pour vol et agression d’une vieille femme

Dans la soirée du 27 août 2011, un présumé voleur qui était pourchassé par des populations, a agressé une vieille femme à son domicile au secteur 3 de Dédougou. Selon des témoins, c’est lorsque la vieille a crié au voleur que celui-ci s’est emparé d’une brique en pierre taillée qu’il a écrasée sur la tête de la victime. Armés de gourdins et autres fouets, les fils, petits-fils et voisins de la victime ont ligoté l’agresseur avant de le rouer de coups. N’eût été l’intervention de certaines personnes, qui se sont opposées avant de faire appel à la police, il aurait été battu à mort. Aux dernières nouvelles, des sources médicales révèlent qu’en réalité l’agresseur et présumé voleur n’est autre qu’un malade mental qui venait juste d’être exfiltré de la psychiatrie. Il se serait échapper des mains de son accompagnateur et est allé demander de quoi manger dans une famille à la cité non loin du stade provincial. C’est dans cette famille qu’il a emporté un pagne. Ne sachant pas qu’il s’agit d’un malade, il a été accusé de vol et pourchassé. Comble de malheur, la vieille qu’il a agressée dans sa fuite n’est autre que la belle-mère du patron de son frère.


Dédougou : AJDPM assainit et reboise

L’Amicale des jeunes instituteurs pour le développement de la province du Mouhoun (AJDPM), section Union pour la république (UPR) a organisé le 18 août dernier une opération d’assainissement et de reboisement. Pour l’occasion, 250 plants ont été mis en terre à l’école Borakuy et la Direction provinciale de l’enseignement de base (DPEBA ) débarrassée de ses herbes et autres déchets. Selon Francis Tamini, président de AJDPM, cette nouvelle structure créée il y a seulement quelques mois, vise la promotion du développement durable. Elle regroupe pour l’instant une centaine d’enseignants et se veut un cadre de vie, d’échanges, de cohésion et d’action en faveur de l’éducation, du sport, de la culture et de l’environnement.


Archidiocèse de Bobo : Mgr Paul Yambuari Ouédraogo fait officiellement archevêque de Bobo

Après son intronisation le 19 décembre 2010 comme archevêque métropolitain de Bobo-Dioulasso, Mgr Paul Ouédraogo est présentement fait archevêque plein par le Pape Benoît XVI. Il a reçu son pallium des mains du Pape le 29 juin dernier à Rome, à l’occasion de la fête de Saint Pierre et de Saint paul. Les fidèles chrétiens de l’archidiocèse de Bobo s’attèlent à fêter l’événement en différé à travers une messe solennelle d’action de grâce, le 25 septembre prochain. Noter que le pallium est l’insigne des archevêques qui se présente sous forme de cravate de couleur noire, permettant de distinguer les archevêques des évêques. Cet insigne est donné annuellement aux nouveaux archevêques nommés à l’issue d’une assemblée générale des archevêques du monde. Cela veut dire que Paul Ouédraogo n’a pas été le seul à recevoir le pallium à cette date. Rappelons qu’il n’existait jusque-là que 3 archevêques au Burkina y compris l’archevêque émérite Anselme T. Sanon appelé à la retraite épiscopale. Paul Ouédraogo vient porter le nombre des évêques du Burkina à 4. Dans l’église paroissiale notre dame de Lourde de Bobo, le 25 septembre sera donc exceptionnel.


Situation nationale : conférence du Réseau des jeunes unis pour le développement et la sauvegarde de la nation à Bobo pour une paix sociale durale

Présidents et représentants d’association des jeunes, ils étaient nombreux ceux qui ont répondu à l’appel du Réseau des jeunes unis pour le développement et la sauvegarde de la nation, le samedi 27 août 2011, en vue de réfléchir sur la vie de la Nation. Rôle et place de la société civile vers une transition apaisée, c’est la thématique de la conférence ayant permis aux participants de mener la réflexion sur les axes pouvant garantir la stabilité sociale. Les jeunes ont voulu, à travers l’atelier, cogiter sur la conduite à tenir par rapport au forum sur le rapport du CCRP, toute chose qui pourrait permettre de promouvoir une transition apaisée. Selon le président du réseau, Cyrille Tolo Sanou, la conférence a aussi été une tribune pour les jeunes de s’exprimer librement sur la vie de la Nation et faire des propositions concrètes qui serviront de guide des jeunes pour la solidification de la démocratie au Burkina Faso.

Les jeunes n’ont pas marchandé leur participation à ladite conférence. Aucun sujet n’a été tabou. Les jeunes, tout en considérant la crise qu’a connue le Burkina comme la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, se sont indignés du comportement de l’ancien gouvernement. Toutefois, ils ont relevé qu’il y a beaucoup de changements, de la communication et de la transparence dans la gestion de l’actuel gouvernement. Pour eux, en tant que société civile, ils ont pour rôle de refuser le négatif, mais aussi de féliciter toute action positive du gouvernement.


Un accident fait un mort à Zogoré

Le jeudi 18 juillet dernier ,2 hommes à bord d’un véhicule personnel ont fait un accident à la sortie de Zogoré, à une vingtaine de km de Ouahigouya. Hamza Kassim Koné conduisait aux côtés de Alabi Assibou, employé de commerce. Le conducteur ayant perdu le contrôle du véhicule lors d’une secousse terrible, les 2 voyageurs ont été projetés dans le ravin. Le véhicule marche sur le chauffeur qui perd la vie sur- le-champ. Quant à Alabi Assibou, grièvement blessé, il a été conduit à l’hôpital par les sapeurs-pompiers. Le regretté Hamza Koné n’avait que 26 ans et son compagnon de route, 36. Ils étaient en provenance de Bobo pour dépanner un autre camion à Ouahigouya.


UEMOA : qui va succéder à Soumaïla Cissé ?

Le 1er septembre prochain, les nouveaux commissaires de l’UEMOA prêteront serment au niveau de la Cour de Justice de l’Union. En principe, à cette occasion, on devrait savoir le nom du nouveau président de la commission. Mais la conférence des chefs d’Etat ne semble pas encore avoir arrêté un nom jusque-là. Il existe deux candidat déclarés, le commissaire nigérien et le commissaire sénégalais. Mais rien ne dit qu’un des autres pays membres n’a pas de candidats. Tout se joue au niveau des chefs d’Etat. Mais certaines sources font état de la nomination possible d’un intérimaire, si au 1er septembre, les présidents ne se sont pas mis d’accord.


BLOC-NOTE

La commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) organise du 29 au 31 août 2011 un atelier régional sur la tarification des produits pétroliers.

Le Pays

Vos commentaires

  • Le 29 août 2011 à 05:08, par cooper En réponse à : CONFIDENCES DU WEEK-END : Que se passe-t-il à Air Burkina ?

    C’est toujours comme cela !
    c’est quand les avions d’AIR BURKINA disparaitront du trafic aérien que l’État s’en rendra compte !
    actuellement au BURKINA tout le monde laisse faire tout le monde !
    Si l’État ne cherche pas à comprendre ce qui se passe, ils seront très étonné de la suite !
    une compagnie aérienne qui commence à rappeler ces ses représentant c’est qu’elle commence à prendre l’eau y’a rien a faire !

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2011 à 17:03 En réponse à : CONFIDENCES DU WEEK-END : Que se passe-t-il à Air Burkina ?

    Bonjour,
    en réalité,les agents de tous les départements se pose la question ?
    La vie et le travail est devenue très pénible a air burkina, on se demande si il sont dans le domaine de l’aviation,ma raconté un ami agent de air Burkina.
    les heures supplémentaires et les paniers repas ne sont pas payés et même qu’on soumet les agents a des heures de travail tres dificile
    parait il que malgres tt ce qui se passe, la compagnie na pas de syndicat de travailleurs car le DG l’aurait détruit il ya quelques années.
    En tout cas, en ce qui concerne la liaison avec Air mali, la compagnie air burkina se voit taper tous les boulots des deux compagnies sans incidence financières sur les employés qui font les taches, pourtant les agents d’air Burkina touche en salaire,le quart de ce que touchent les agents de Air mali pourtant plus déficitaire que Air burkina.

    Il est tres clair que notre tres cher compagnie est en detresse et si quelque choses nest pas fait, ADIEU AIR BURKINA et MALHEUR AUX FAMILLE DES TRAVAILLEURS

    Répondre à ce message

  • Le 29 août 2011 à 17:07, par L’Enervé En réponse à : CONFIDENCES DU WEEK-END : Que se passe-t-il à Air Burkina ?

    Je suis profondement attristé par ce que j’ai lu dans votre "Confidences du WE" de la semaine passée à propos de l’accident de la circulation qui s’est passé à l’entrée de Ouahigouya(en sortant de Zogoré ; 20 kms).
    Il y a excessivement des fausses informations sur toute la ligne.
    1- L’accident n’a pas eu lieu le 18, mais plutôt le lundi 15 août aux environs de 9h30. C’est à 20kms de Ouahigouya après Zogoré.
    2- Le conducteur ne s’appelle pas Hamza Kassim KONE, mais ALIMI Kassim Adyo. Son compagnon qui est mécanicien se nom Hamza et n’est pas KONE, ni un autre nom.
    3- Le véhicule n’a pas marché sur quiconque et le mécanicien bien que blessé, ne l’a pas été très gravement comme vous le mentionnez. Il est d’ailleurs à Bobo ; bouleverser par le décès de son compagnon.
    De mon point de vue, il aurait été interessant de vous adresser à la BT de Gendarmerie de Ouahigouya pour avoir les renseignements sûrs pour éviter de semer la confusion dans les familles car des Hamza KONE ou des Kassim KONE,on en rencontre assez.
    Je vous interpèle parce que ce que j’ai lu est tout simplement grossier. A l’avenir, allez à la source des informations et vous éviterez ainsi de raconter des insanités.
    Dans le véhicule se trouvaient des pièces détachées destinées à réparer la remorque en panne. C’est justement une de ces pièces sans doute très lourde qui a heurté la nuque du conducteur ; choc qui lui a été fatal.
    Le défunt a été transféré à Bobo et son unimation a eu lieu le jour saint de l’Assomption au cimétière municipale et doua a été organisé le dimanche qui a suivi.Merci pour vos mensonges !

    Répondre à ce message

  • Le 30 août 2011 à 09:21, par Jamila En réponse à : CONFIDENCES DU WEEK-END : Que se passe-t-il à Air Burkina ?

    Depuis 2005, je me suis posee la question de savoir pourquoi Air Burkina est la compagnie la plus chere en Afrique ; depuis je n’ai pas trouve de reponse a ma question.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2011 à 08:27, par Tiramagan En réponse à : CONFIDENCES DU WEEK-END : Que se passe-t-il à Air Burkina ?

    Il est clair que Air Burkina va disparaitre. Pourquoi ?
    1. Le Groupe Aghan Khan qui a rachete la compagnie n’est pas un professionnel de l’aviation. C’est un investisseur qui investi dans tous les domaines, sans aucune expertise. Il ne tient pas devant la concurrence.

    2. La concurrence s’intensifie dans l’aviation avec l’arrivee de nouvelles compagnies plus professionnelles ( Asky, Senegal Airlines et bientot la Nouvelle Air Ivoire). Quand La Nouvelle Air Ivoire alliee a Air France, va lancer ses avions dans l’air, elle va rafler a Air Burkina son fonds de commerce : la ligne Ouaga-Abidjan.

    Au Burkina, les privatisations des grosses societes d’Etat est un echec parce que sous pretexte de favoriser les nationaux on brade le patrimoine a des analphabetes qui cachent des politiciens vereux.

    C’est ce qui est arrive a l’hotel Silmande qu’on a brade a un anaphabete alors qu ’il fallait le ceder au Groupre francais Accor, un professionnel de l’hotellerie. L’hotel Silmande va fermer. D’ailleurs, Emmanuel Zongo qui l’a rachete a dit qu’il n’en veut plus. En fait, il ne peut pas. C’est gros pour lui qui gere deja difficilement le Splendid Hotel, un faux 4 Etoiles qui en vaut a peine 3 Etoiles. C’est ce qui attend la SONABHY qui sera bradee a un ( (ou une) autre analphabete ou semi analphabete. On se comprend !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : agir vite et avec subtilité pour prévenir la prolifération de milices
Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé
Santé : Il n’y a pas d’épidémie de dengue, rassurent les services de santé
Menace de mouvement d’humeur ce vendredi au Centre hospitalier universitaire de Tengandogo (ex hôpital Blaise Compaoré)
Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses
Transport aérien : L’un des nouveaux avions d’Air Burkina est arrivé à Ouagadougou
Portées disparues : Fati et Mounira ont été retrouvées
Attaques terroristes contre le Burkina : Les Burkinabè de France se mobilisent
Portées disparues : Fati et Mounira
Ouagadougou : L’échangeur du Nord sera inauguré le 15 novembre 2018
Archidiocèse de Ouagadougou : Des groupes de spiritualité sanctionnés
Franc-maçonnerie : Alain Roger Coeffé remplace Djibrill Bassolé à la tête des « Maçons » burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés