LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

Publié le mardi 7 mai 2024 à 17h45min

PARTAGER :                          
Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

Dans un communiqué datant du 7 mai 2024, le Front patriotique juge neccesaire d’organiser au plus vite des assises nationales en se basant sur des argumentaires qu’il a sélectionnés. Il suggère en outre , de faire en sorte qu’elles soient consensuelles . Le Front patriotique estime qu’un préalable doit être exigé avant la convocation des assises nationales.

SUR LA PROPOSITION DES ASSISES NATIONALES

Réunis en séance plénière le 26 avril 2024, les députés de l’Assemblée Législative de Transition (ALT) ont adopté la proposition de loi portant accord pour l’organisation des assises nationales.

Cette proposition donne quitus au gouvernement de « convoquer les forces vives de la Nation dans le cadre des Assises nationales » qui doivent « délibérer sur la suite de la Transition » et être organisées au plus tard « un mois avant la fin de la transition », fixée au 1er juillet 2024 par la charte de la Transition.

Cette proposition survient non seulement à deux mois de la fin officielle de l’actuelle Transition, mais aussi à une période où plusieurs organisations s’expriment de manière très critique sur l’évolution de la situation nationale, marquée par des atteintes aux droits et à la liberté des citoyens et sur l’effondrement de la situation économique.

La tenue d’Assises nationales correspond à une proposition faite régulièrement par le Front Patriotique (FP), notamment dans sa Lettre ouverte du 22/05/23 au Président de la Transition, dans laquelle il demandait de :

« Mettre en place des groupes de travail pour réfléchir aux propositions de réformes politiques, administratives, institutionnelles, sociales et électorales endogènes ;

Convoquer dans les plus brefs délais de nouvelles Assises nationales inclusives avec la participation des forces sociales légitimes et représentatives, pour une Transition inclusive et plus consensuelle. »

Dans le bilan qu’il faisait en octobre 2023 de l’An 1 du MPSR-2, le Front Patriotique recommandait de nouveau de « convoquer dans les plus brefs délais de nouvelles assises nationales inclusives avec la participation des forces sociales légitimes et représentatives, pour une Transition inclusive et plus consensuelle »

Au regard des dérives observées au cours de l’évolution de cette transition, le Front Patriotique estime qu’un préalable est exigé avant la convocation des assises nationales. Il s’agit :

- de la levée de suspension sur l’interdiction des activités des partis politiques et des organisations de la société civile ;

- de la libération de tous les citoyens (civils comme militaires) tenus au secret ;

- du retour des citoyens envoyés au front pour leurs opinions ;

- de l’exécution des décisions de justice.

Par ailleurs, deux choses au moins méritent d’être également clarifiées :

les objectifs de ces Assises nationales et la composition des « forces vives » qui y seront présentes.

SUR LES OBJECTIFS DES ASSISES NATIONALES

Contrairement à ce que pensent certains esprits simplistes, les Assises nationales ne devraient pas seulement discuter de la nouvelle date limite à fixer pour la fin de la Transition, en laissant celle-ci se poursuivre dans l’opacité et le secret comme elle se déroule depuis dix-huit mois. Elles devraient commencer par en faire le bilan, notamment par rapport aux missions essentielles que la Transition s’était données en s’installant en octobre 2022, à savoir :

• « Rétablir et renforcer la sécurité sur l’ensemble du territoire national ;

• Apporter une réponse urgente, efficace et efficiente à la crise humanitaire ;

• Promouvoir la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption ;

• Engager des réformes politiques, administratives et institutionnelles en vue de renforcer la culture démocratique et consolider l’Etat de droit ;

• Œuvrer à la réconciliation nationale et à la cohésion sociale ;

•-Assurer l’organisation d’élections libres, transparentes, équitables et inclusives ».

Manifestement, très peu de choses ont été réalisées au titre des « missions essentielles » n°3, 4, 5 et 6. Les bilans correspondant paraissent à priori si insignifiants qu’il est inutile de les évoquer.

En s’installant à la tête de la Transition et du pays en octobre 2022, le MPSR-2 avait laissé entendre qu’en trois (3) mois, le problème sécuritaire pourrait être résolu. C’était là faire preuve d’une grave insuffisance d’appréciation de la situation. Dix-huit (18) mois plus tard, où en sommes-nous ? Certes, chacun peut reconnaitre qu’il y a eu une réorganisation plus efficace de l’armée et un net renforcement de ses moyens et de ses capacités, permettant d’assurer le retour chez eux d’une partie des personnes déplacées internes (PDI). Mais combien de temps faudra-t-il encore pour reconquérir et établir la paix sur tout le territoire national ? Il est important de le savoir car la réponse conditionne « la suite de la Transition ».

Où en sommes-nous de la crise humanitaire, conséquence directe de la crise sécuritaire ?

Ce sont en effet les massacres commis par les groupes terroristes dans les villages sans défense, ainsi que leurs menaces, qui ont poussé plus de deux millions (2 000 000) de PDI à se réfugier dans les chefs-lieux de communes et les principales villes du pays, tandis que des dizaines de milliers d’autres devenaient des réfugiés dans des camps du HCR (Haut-commissariat aux réfugiés) établis dans certains pays voisins (Côte d’Ivoire, Mali, etc.).

Avec l’amélioration de la situation, une partie de ces déplacés a pu regagner ses villages. Malgré l’organisation de convois de ravitaillement protégés, et comme le prouvent les manifestations de certaines populations (Ouahigouya, Djibo, Diapaga, Kantchari, etc.), de nombreuses communes connaissent des difficultés d’approvisionnement et frôlent même la famine.

Ces difficultés sont évidemment, en grande partie (mais en partie seulement), directement liées à la crise sécuritaire. La question doit donc être ici répétée : combien de temps faudra-t-il pour « apporter une réponse urgente, efficace et efficiente à la crise humanitaire » ?

Des réponses précises à ces questions, devrait dépendre la « suite de la Transition », tant dans son format (missions, organisation, responsables, gouvernement, etc.) que dans sa durée. Si elles ne peuvent être apportées, il faut conclure que le changement par la force du régime civil, le sacrifice de la Constitution, des libertés, des droits et de la justice sur l’autel de la sécurité, ne sont guère la solution pour résoudre des questions qui touchent à l’existence même de l’Etat et à son fonctionnement efficace.

Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs. Il faut penser à une nouvelle Transition, plus consensuelle, plus rassembleuse, plus légitime et plus efficace.

Plus largement les Assises nationales pourraient convenir de :
créer un Conseil consultatif des forces sociales souveraines à la légitimité avérée ;

écrire une nouvelle Charte pour une nouvelle Transition politique inclusive, consensuelle et populaire et qui serait assortie d’un nouveau contrat social pour porter remède à la crise humanitaire, aux graves fractures sociales liées à la crise sécuritaire et pour assurer la réconciliation nationale ;

œuvrer pour un Pacte républicain de défense et de sécurité nationale réorganisant notre armée, légitimant définitivement nos VDP, sur des bases républicaines et selon les principes d’une politique de défense populaire ;

établir les mécanismes d’un contrat moral de gouvernance politique, liant l’État, son administration et la société en général, en vue d’un retour de la confiance entre le peuple et ses dirigeants, et définissant les moyens de remédier à l’aggravation des contradictions, révoltes et autres conflits violents ;

définir les bases et les mécanismes de l’indépendance et de la souveraineté affirmées du Burkina Faso dans les relations internationales à travers un engagement panafricain actif pour l’unité entre les peuples.

SUR LA COMPOSITION DES PARTICIPANTS AUX ASSISES NATIONALES

La proposition de loi des députés donne au Président de la Transition l’accord de l’ALT pour convoquer les « forces vives » du pays pour des Assises nationales.

Mais que faut-il comprendre par « forces vives » ? En 2022, le MPSR-2 avait composé ainsi qu’il suit les 354 membres des « forces vives » invitées aux Assises nationales du 14 octobre 2022, chargées d’adopter la « Charte de la Transition » et de désigner le Président de la Transition :

100 représentants pour le MPSR (dont 78 civils) ;

45 représentants de l’armée (de terre, de l’air, des pompiers et de la gendarmerie) ;

20 représentants pour la Brigade des VDP ;

45 représentants pour les forces paramilitaires (Police, GSP, Douanes, Eaux et Forêts) ;

10 représentants pour les autorités coutumières et 11 pour les autorités religieuses (total 6%) ;

10 représentants pour la jeunesse et 5 pour les femmes (total 4%) ;

13 représentants des organisations faitières de l’économie (Chambre de commerce et d’industrie (CCI), Chambre nationale d’agriculture (CNA), Confédération paysanne du Faso (CPF), Economie informelle, Bétail-viande) ;

30 représentants (8,5%) pour les partis politiques, avec une répartition singulière (ex-majorité, autres de l’ex-majorité, ex-opposition, ex-opposition non affiliée) ;

10 représentants (3%) des syndicats de travailleurs ;
Etc.

Seules 24 femmes (7%) ont participé à ces Assises.
On peut se demander quelle compréhension de la société burkinabé avait guidé cette composition et cette répartition des « forces vives » dans laquelle les FDS (militaires, paramilitaires et VDP) représentent plus de la moitié des participants, tandis que les autorités coutumières et religieuses étaient représentées par 6%, les partis politiques par 8,5% et les syndicats de travailleurs par 3% !

Pour le Front Patriotique, les prochaines Assises nationales pourraient regrouper à parts équivalentes :

Les représentants des forces sociales légitimes et représentatives (autorités coutumières, autorités religieuses, centrales syndicales) parmi lesquels pourraient être choisis un Président et deux (2) vice-présidents des Assises ;

Les représentants des forces économiques (Patronat, Chambres de commerce et d’industrie, Chambres nationales d’agriculture, syndicats nationaux de commerçants, d’agriculteurs ou d’éleveurs)

Les représentants des formations politiques reconnues qui se sont distinguées dans le passé comme les plus représentatives

Les représentants des ONG, OSC et organisations sociales représentatives et reconnues

Les représentants des organisations de jeunesse et des organisations de femmes à la condition qu’elles soient démocratiques, représentatives et reconnues

Les représentants des institutions qui sont les bras exécutifs de l’Etat (Forces armées, forces paramilitaires, VDP, Administrateurs des circonscriptions)
Les représentants des institutions appelées à réguler le fonctionnement de l’Etat (magistrature, avocats, juristes, parlement, médias,…..) parmi lesquels pourraient être désignés un secrétaire et un secrétaire adjoint des Assises ;
Les représentants des corps essentiels pour le développement de la Nation (enseignants, ingénieurs, chercheurs, personnel médical, financiers, informaticiens, innovateurs,…….) au sein desquels pourraient être choisis un rapporteur et un rapporteur adjoint.

Les Assises nationales seraient ainsi l’occasion de réunir tous ceux qui sont actifs pour la renaissance de la Nation. Elles pourraient peut-être alors devenir comme le souhaitait dès sa naissance le Front patriotique, « une opportunité pour jeter les bases d’une nouvelle société, répondant aux aspirations profondes de notre peuple à la sécurité, à la paix, à la justice, à la démocratie et au développement ».

Quand le peuple gagne, personne ne perd !

Ouagadougou le 07/05 2024

Pour le Front Patriotique
Le Coordonnateur

Germain Bitiou NAMA

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 7 mai à 18:25, par adidiam En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Bonsoir tous !
    Une Déclaration fort à propos il n’y a aucun doute !
    Il faut seulement compter avec le risque de manipulation politicienne qui est réel sinon prégnant.
    Il faut alors envisager un Plan B ; pour ma part je suggère de considérer et de soutenir l’approche proposée à travers le lien : https://mouvement2millionssignatures.blogspot.com/2024/05/mobilisons-nous.html
    Que la sagesse éclaire le régime militaire !

    Bon courage à nous !

  • Le 7 mai à 19:20, par ARZOUMA En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    A mon humble avis, c’est la sécurité du Burkina qui doit primer avant tout autre considération. Ces partie politiques sont toujours fort dans les déclarations. Qu’est ce que vous avez fait pendant tout ces années, sinon preparer les conditions pour la venue du terrorisme. Quand on vous dit d’aller au front, c’est vous qui faite toujours du bruit. La transition doit durer le temps qu’il faut pour matter le terrorisme.
    Si j’avais une parcelle de pouvoir dans ce pays, tout les auteurs de ces déclarations allait se réveiller demain au front.
    ARZOUMA

  • Le 7 mai à 19:43, par boss En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Je me trompe peut-être mais je ne crois pas que le MPSR2 a eu à dire qu’elle va régler le problème sécuritaire en 03 mois. De ce que j’ai compris, elle a dit "on doit faire en 03 mois beaucoup plus que ce qu’on doit faire en 08 mois".

  • Le 7 mai à 19:56, par Diongwale En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Les forces vives, je rigole... "un Conseil consultatif des forces sociales souveraines à la légitimité avérée", je rigole davantage à lire "légitimité avérée". Qu’est-ce que cette mascarade ? Cette expression n’a aucun sens ! La seule légitimité "avérée" serait celle qui sortirait des urnes si elle ne sortait des burnes de quelques "puissants" qui volent les élections à coups de sacs de riz, de faux billets et de trucages des urnes...

  • Le 7 mai à 19:59, par TANGA En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Si manipulation il y aura, il fait que ce soit pour le bien du peuple. C’est à dire laisser continuer le pouvoir actuel.
    Des pouvoir ont orecedé celui de IB mais ont tous démonstrer leurs incapacité et ou leurs médiocrités dans la lutte contre le terrorisme et pire dans les choix des domaines de bien être pour notre peuple.
    Depuis l’avènement du terrorisme, qui a pu contenir les bandits mercenaires si ce n’est le pouvoir de IB ? Qui a pu repousser les terroristes si ce n’est ce pouvoir ? Qui a ou récupérer un mètre carré si ce n’est ce pouvoir, qui a repris des villages entiers et mieux réinstaller des populations ? Qui a ou mettre en place un système agricole en temps de guerre pour nous éviter la catastrophe ? Lême en temps de paix, aucun autre pouvoir n’a pu faire ça .
    Il est préférable que chacun mette sa volonté de pouvoir ou de vouloir servir l’impérialisme de côté. Il faut que laisser le pouvoir finir son travail quelque soit le temps que cela pourra prendre.
    Vous vous rendez compte que l’impérialisme est oassé par là pour s’en sortir ? CHARLLES DEGAULLE a fait combien d’années au pouvoir pour que la France se réorganise ? Rien que ce exemple est nécessaire et suffisante pour que chacun comprenne que ceux qui les financent pour vouloir à tout prix des changements dans notre pays ne veulent notre bien. Ils n’en ont rien à foutre. Chacun a pu avoir la déclaration du général français, un général en papier hygiénique. Oui, car si il était intelligent, il aurait cogité autre chose que la soumission de nos pays pour sauver la France. Les Anglais, les Allemands, les Italiens etc ont su se passer des pauvres Africains pour se developper. Si d’autres en sont incapables ce n’est sûrement pas de notre faute donc laissons leurs conseils pour eux.

  • Le 7 mai à 20:31, par Sacksida En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    De toute facon, Ibrahim Traore et son regime MPSR 2 n’a nullement eradiquer ou tout au moins reduit le Terrorisme et le Grand Banditisme desastreux au Burkina Faso a sa plus simple expression. Des menaces ouvertes aux attaques Terroristes continuent avec des Tueries des Civils et Militaires deviennent des lots presque quotidiennes. Mais ces faits gravissimes sont honteusement camoufles au Peuple Burkinabe et la propagande Populistes Inutiles avec en primes des containes de millions des contribuables Burkinabe et qui sont utilises pour des campagnes de mensonges des Wayiyans qui sont en fait des Lumpen- Proletariat. Plus graves, dans certains milieux ces Dirigeants Politiques opportunistes et situationistes il fait cas des Enrichissements Illicites aux detriments du Peuple Burkinabe. Donc, la Gouvernance de Ibrahim Traore et ses compagnons savere catastrophique sur les Plans Securitaire, economiques et sociaux et donc les Assises Nationales Patriotique Souveraine doivent etre ouvertes et Inclusives : Corps Constitues, Societe Civile Burkinabe, Partis Politiques, Communaute Coutumieres et Religieuses et sans oublier des Personnes Ressources tels des anciens chefs d’Etat Burkinabe et des Experts Militaires et Securitaire pour faire le Diagnostique Pertinent Fermes sans aucune Complaisance. A contrario il ne restera au Peuple Burkinabe de prendre ses Responsabilites Populaires pour Sauver notre Nation Burkinabe. Salut

  • Le 8 mai à 01:25, par Bob En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Il y a seulement 4 ans la plupart des organisations qui composent le front pas trio tique signalent des accords secrets avec les terroristes pour organiser à l’injonction de leurs maîtres des élections transparentes, équitable et inclusives avec les conséquences qu’on sait. Cette forfaiture a permis de renforcer ces forces du mal que nous avons eu tout le mal du monde à contenir et à dompter peu à peu. Et c’est ce ramassis d’aventuriers et d’entrepreneurs politiques qui tentent aujourd’hui de revenir par la fenêtre après avoir été mis à la porte. Ces gens qui piaffent d’impatience pour reprendre le pillage et la destruction du pays auraient dû se cacher, mais toute honte bue ces fossoyeurs du pays qui croient que leur passage à l’ombre les absous de tous leurs péchés , mais ils ne tromperont plus personne . Leur TEMPS est passé et il est mieux qu’ils prennent leur retraite politique. En réalité l’attelage institutionnel bancal actuel est source d’inertie. L’idéal serait qu’on suspende la constitution en attendant d’en adopter une nouvelle qui résolve tous les problèmes de l’ancienne. Cela aura l’avantage d’éclaircir le cadre institutionnel et réduire tous les angles d’attaque des partisans d’un juridisme forcené qui luttent en réalité pour préserver les avantages exhorbitants dont ils bénéficient.

  • Le 8 mai à 06:48, par Lallogo Salomon En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Bonjour a tous a mon avis le président et son équipe ont atteint leurs objectifs a 50%
    Car côté sécurité c’est les terroristes qui menaçait nos bases et actuellement c’est son nos bases qui les menaces a titre administratif il y a eu des actions de réorganisation dans l’armée comme service étatique pour le bien être de la population économique, la dénonciation des accords fiscaux fait connaître que la France qui nous donné 21 milliards de façon aléatoire comme subventions n’était pas une subvention mais une 3e partie d’impôt que les entreprises françaises devraient nous paieye
    Les insuffisance que vous évoquez aussi, c’est les complices nationaux des ces insuffisance par apport à l’ objectif non atient.

    • Le 9 mai à 10:09, par kwiliga En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

      Bonjour Lallogo Salomon,
      Vous affirmez : "la dénonciation des accords fiscaux fait connaître que la France qui nous donné 21 milliards de façon aléatoire comme subventions n’était pas une subvention mais une 3e partie d’impôt que les entreprises françaises devraient nous paieye"
      Je suppose que vous voulez parler de la suspension de la convention de non-double imposition qui nous liait à la France.
      Pourriez-vous, s’il vous plait, nous donner des sources fiables et vérifiables pouvant soutenir vos allégations.
      Parce que de mon côté, tout ce que je trouve c’est qu’au-delà du "coup d’éclat", les effets économiques sont quasiment nuls.
      Merci d’avance de m’apporter des éléments concret, qui me permettront de changer de point de vue et de me glorifier avec vous de cette souveraine mesure.
      De même, pourriez-vous préciser ce que représentent ces "21 milliards (donnés) de façon aléatoire".
      Il apparait que, concernant la seule AFD qui a été suspendue en août 2023, la France nous donnait 325 milliards FCFA en 2023, soit près de 10% du budget national. Sur ce montant global, 8,5 milliards FCFA représentaient des appuis budgétaires.
      Au plaisir de lire vos éclaircissements.

      • Le 10 mai à 14:43, par Kladjou En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

        Monsieur ;
        Au Moment de l’arrêt de la coopération la France elle même a affirmé avoir gélée 28 millions d’euro d’aide au Burkina. Et il faut noter que ce don inclus tous le coûts de tous les services que la France rend au Burkina y compris lorsque qu’on refoule un sans paipier burkinabè, les bourses d’étude, les stages etc..

        Ensuite vous écrivez "Il apparait que, concernant la seule AFD qui a été suspendue en août 2023, la France nous donnait 325 milliards FCFA en 2023, soit près de 10% du budget national."
        Cela fait 495, 46 million d’euro.. Il faut être un peut sérieux là. Apportez-nous vos sources. Il faut savoir que l’AFD est une banque et fait des prêts aux Etats. Si elle suspend son prêt le projet financer s’arrête le pays peut trouver un autre créancier pour finaliser son projet, point barre. Les projet financés au Burkina figure sur le site de l’AFD dans les l’énergies renouvelables, les routes urbaines l’eau potable , etc.
        La France elle même est en train de vendre sont patrimoine pour gagner quelques dizaine de millions d’euro, comment peut-elle donner 495, 46 millions d’euro au Burkina ?Sérieusement !

        Pour revenir à la non double imposition, le Ministre de l’économie Burkinabè estimait que pour l’année fiscale 2023 les manques à gagner dû à la non double imposition étaient entre 55 et 58 millions d’euro. La vidéo peut encore se trouver sur le Faso.net, je l’ai visionné la-bas. Je fais plus confiance à notre ministre de l’économie que les chiffres sortis de je ne sais où par quelqu’un dont le sport favori est de critiquer ce que fait la gouvernement sans jamais rien proposer

        • Le 11 mai à 11:01, par kwiliga En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

          Bonjour Kladjou,
          - "Cependant, les impôts à la charge des sociétés et autres entreprises (c’est-à-dire les Impôts sur les Sociétés) ont connu une baisse (-20,63 milliards de FCFA)." Source : Note d’analyse du mois d’avril 2024 du Comité d’élaboration et de validation des statistiques de finances publiques.
          Où sont donc passés les "55/58 millions d’euro" (soit plus de 36 milliards de CFA) que cette suspension devait nous rapporter. Le ministre peut bien parler, les chiffres sont là !
          - "L’économiste et consultant, Dr Bouraïma Sawadogo explique que le portefeuille des projets financés par la France au Burkina Faso était d’environ 769 millions d’euros (504 milliards de F CFA) soit 15% des financements de la zone du Sahel en 2022."
          "Par ailleurs, il note qu’au moment de la suspension, les projets en cours de l’aide française au développement au Burkina Faso représentait un montant de 482 millions d’euros (316 milliards FCFA). Dr Sawadogo fait savoir également que l’aide pour alimenter le budget national programmé pour l’année 2023 était de 13 millions d’euros (8,5 milliards). De cela, il découle que la suspension de l’appui français au Burkina Faso concerne 325 milliards de F CFA qui étaient en cours d’exécution."
          Source : Studio YAFA. Fondation hirondelle Burkina Faso.
          - "Comme il a été indiqué par les sources officielles, le montant des interventions en cours de la France au profit du Burkina Faso s’élève à 325 milliards FCFA en 2023, soit près de 10% du budget national." Source : Mahamadou Diarra, professeur titulaire, agrégé des facultés des sciences économiques. président du conseil d’administration du Centre d’études et de recherche sur l’intégration économique en Afrique (CERIEA).
          Vous sollicitez donc : "Il faut être un peut sérieux là. Apportez-nous vos sources.". Voilà, c’est fait, j’ai tenté d’être un peu sérieux en évitant toute source de publication "impérialiste".
          Pourrez-vous en faire de même, en apportant d’autres sources que les hypothétiques propos d’un ministre de la transition ?
          Au plaisir de vous lire très prochainement.
          Nous verserons ensemble une larme de compassion pour la malheureuse France qui se voit obligée de vendre son patrimoine.

  • Le 8 mai à 09:10, par Kem En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Le terrorisme n’a pas diminué son emprise sur le Burkina. C’est plutôt l’inverse.
    Le pouvoir en place s’éparpille dans des activités qui existaient déjà en communiquant beaucoup tout en s’abstenant de reconnaître qu’une partie du territoire lui échappe. Certaines régions ne sont plus accessibles alors qu’elles l’étaient avant le coup d’état militaire.
    Tant qu’au Burkina, les mentalités ne changeront pas, les influences de la colonisation resteront car c’est plus dans les mentalités qu’il faut sortir de la colonisation que dans les stigmatisations sur les Occidentaux.

    .

  • Le 8 mai à 09:26, par Burkimbila En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Les entrepreneurs politiques dans leur français longueur.
    FP, pour être au même niveau de raisonnement que les autorités que vous critiquez il faut aller faire 6 mois au front et revenir. Avant la transition qu’avez-vous apporté au burkinabè ? Rien !!!
    Sachez que c’est terminé, c’est plié pour toujours : personne ne viendra encore endormir ce peuple pour le vendre à des impérialistes.
    Créez-vous un champ collectif et on viendra le cultiver pour vous gratuitement cette année ! C’est plus noble que l’entreprenariat politique. On n’achètera plus les gens à 1000F ou 2000F au BF. Les burkinabè ne seront plus achetables parce qu’ils ont faim.
    Priorité des priorités : reconquête de notre territoire et notre souveraineté, AVEC IB !!!!!!!!!!!

  • Le 8 mai à 09:39, par Bangbèda En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    La difficulté et le dilemme des Burkinabè aujourd’hui consistent à choisir entre la peste et le choléra, je m’explique :

    Historiquement les "politiciens" ont su maintenir une sécurité apparente et une forme de stabilité. Ces faits sont à prendre avec des pincettes car au final nous payons aujourd’hui les conséquences de leur façon de faire.

    Nous sommes également en tant que citoyens, tributaire de cette situation car par notre silence, nos actions et "non-actions", nos choix et "non-choix" nous avons contribué tous et toutes autant que nous sommes à en arriver à la situation d’aujourd’hui.

    Nous ne pouvons donc plus faire confiance aux "politiciens" ou à nous même (de par nos choix) pour mener à bien notre destinée et nous recherchons un(e) sauveur/salvatrice pour faire ce travail à notre place, tels des adolescents complètement perdus qui ont besoin de la sagesse, de la maturité et de l’expérience de leurs parents pour prendre des décisions à leur place ou leur apprendre à faire les bons choix .

    Depuis le départ du Président Kaboré, les militaires du MPSR n’ont pas réussi à ramener la sécurité et ils ont engagés des chantiers en dehors de leur périmètre de responsabilité qui reste de façon régalienne la défense du territoire et de nos frontières, ainsi que l’appui des forces de sécurité intérieure dans leurs missions régaliennes.

    Au final, les politiciens et les fonctionnaires qui les ont servis ont semé les graines de notre actuelle instabilité et les militaires ont trahis leur engagement "républicains" en sortant de leur rôle et de leurs prérogatives.

    Peut être (surement) devrions nous aller vers une autre forme de gouvernance, mais laquelle ? Peut être que les assises en se demandant qui serait légitime pour les organiser et y participer (les coutumiers et les religieux non pervertis peut être ?) devraient permettre de répondre à cette question.

    Ce qui est sur c’est que notre paysage "politique" n’offre aucune crédibilité et nos militaires non plus.

    Au final, à choisir entre la peste et le choléra le cœur des burkinabè est déchiré car dans les deux cas la majorité souffre et va continuer à souffrir longtemps. C’est comme choisir entre un parent alcoolique et un autre violent pour nous permettre de grandir sereinement. Dans un tel cas peut être qu’en demandant à des adultes non membre de notre famille nous pourrions avoir des pistes de solutions, encore faut il qu’ils aient "pitié" de nous ou qu’ils n’aient pas de rancune vis a vis de nos parents...

    Sans rancune !

    Bangbèda.

  • Le 8 mai à 11:35, par kwiliga En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Ho oui, ho oui, rêvons un peu.
    Sinon, il y a fort à parier que la composition des participants aux assises nationales est déjà établie et que le compte rendu est déjà rédigé...

  • Le 8 mai à 13:28, par walye En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    C’est difficile de suivre les politiciens. Le président TRAORE avait dit "on peut faire en trois mois ce que nous avons fait en huit mois". et certaines personnes s’appuient sur ça pour déformer et dire que le MPSR 2 avait donné trois mois pour finir avec le terrorisme. Où est le sérieux ? Quand des civiles qui ne quittent jamais Ouagadougou veulent apprécier, voir décrire la situation sécuritaire moi je dis d’accord mais il faut relativiser. Moi je viens d’une zone où il y a des menaces terroristes mais la conviction de toute la population est que le combat de nos FDS et de nos VDP est très salutaire par leur présence et les moyens dont ils disposent. Les gens n’ont pas cultivé l’année passée mais cette année l’espoir est permis. la pauvreté là on n’a jamais été plus que ça, mais il y a de l’espoir aussi.

  • Le 8 mai à 14:11, par SOME En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Écoutez les résultats des soit disant assises sont préconnus et peut être déposé. Il ne reste que la validation. Je crois aussi que ce sont les applaudisseurs osc qui vont participer. Alors, gaspiller de l’argent organiser des assises dont l’unique but est de donner un délai à durée indéterminée au pouvoir actuel pour ramener la paix. Je propose que le gouvernement fasse un communiqué comme à son habitude et qui sera lu par M. OUÉDRAOGO Emmanuel où il vont déclarer souverainement de prolonger la transition pour le délai qui les convient. Personne ne va broncher sinon il rejoindra les Me Kam, Anselme Kambou, Évrard Somda......Pour une fois je suis d’accord avec Da sié.
    SOME

  • Le 8 mai à 14:44, par Sheikhy En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    J’ai du respect pour certaines personnes au sein du FP. Mais, là, c’est un mélange de tout, du chantage et de la frustration se ressentent. Psychologiquement, c’est difficile de lire vos propositions après avoir lu tout ce qui a avant. Je pense qu’il aurait fallu les séparer.
    Mais bon, c’est un professeur de philosophie qui est devant en tout cas.
    Comme disait l’infirmier militaire interviewé au cours d’une opération il y a quelques jours "Que Dieu facilite, je n’ai pas grand chose à dire". ça résume tout.

  • Le 8 mai à 15:29, par Parat-yél-lé En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Qu’est-ce que le front patriotique (FP) propose pour stopper le terrorisme dès qu’il parviendra au pouvoir ?
    Dans sa déclaration,je ne vois aucune réponse !
    Pour lui ,la solution à la crise nationale sécuritaire et humanitaire réside immanquablement dans une nouvelle transition .C’est pas mal comme idée.
    Mais, si le régime démocratique du président Rock n’a pu juguler le terrorisme du fait de l’impérialisme et ses valets locaux ,je m’inquiète qu’une transition démocratique ne puisse venir à bout du terrorisme au Burkina.
    D’ailleurs,peut-il me convaincre que depuis l’avènement du MPSR2,le positif est insignifiant ? Je veux juste comprendre sa déclaration !

  • Le 8 mai à 16:25, par Sacksida En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Ecoutez sachez que Ibrahim Traore et son regime MPSR 2 avait declare le 30 septembre 2022, qu’en l’espace de quelques mois ils vont en finir avec le Terrorisme et retablir la Paix Sociale et que dans quatres a six mois la situation securitaire grave serait normale. Et que c’est quelques problemes mineurs de Logistiques et il n’ont pas besoins 24 mois fixes par la CEDEAO pour retablir l’ordre Constitutionnel et il a denoncer la Hierarchie Militaire qui devait des Milliards alors que sur le Terrains des Combats manquent cruellement de materiels de guerre. Donc, aujourd’hui les resultats probants ne sont nullement atteinds mais il savoir que la resolution de ce probleme d’insecurite ne peut pas etre resolu par un "Messie" quelconque mais par une synchronisation des Strategies multiformes et avec des competences averees Civiles, Militaires et Politiques determinees. Si commettons l’erreur de continuer dans le shema actuel de Ibrahim Traore et son MPSR 2, nous Courons a notre Perte Ineluctable. Ce n’est nullement un homme et son Clan qu’il soit Militaire ou Civil qui pourraient retablir une situation des Paix Veritable ; mais c’est l’ensemble des Corps sociaux politiques Civils et Militaires chacun dans son role 1er en travaillant dans la Serenite, la Sincerite, l’Integrite Totale et en Symbiose qui pourraient venir a bout du Terrorisme et du Grand Banditisme Desastreux. Salut

    .

    .

  • Le 8 mai à 20:37, par Ideal En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    A lire ces commentaires, tout le monde s’est prêter à du verbiage inutile...
    Quand le Mpsr2 venait au affaire il t’avait d’armes et de minisions dans nos souts ?

    Si nous prenons pas conscience maintenant, nous allons continuer à marcher à taton dans la nuit.
    La démocratie tant prônée est un débat d’idées réaliste et constructive.

    Que la miséricorde divine soit avec nous !

  • Le 9 mai à 12:58, par HUG En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Tous les supporters de.ce regimes sont ceux nommés par le regime, leurs proches, ceux qui aspirent à être nommés, czux qui tirent avantages de.ce regime.ils sont prêts à applaudir un autre regime.pour avoir des croutes.Qui vivra verra.

  • Le 9 mai à 19:56, par Sacksida En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Internaute 20 notre souci 1ere c’est l’avenir de ce Peuple Burkinabe et qui deja paye un Lourd Tribut : Des Milliers de Morts Innocents, des Assassinats Premedites de Militaires et Patriotes Integres, des Accords Leonins avec Des Russes qui sont presents pour des Deals en Milliards
    des Patriotes Integres Civils Burkinabe Emprisonnes ou victimes d’Enlevements, des provocations de Voisins du Faso, des Crises Reccurentes avec des Partenaires, des Millions de Personnes Deplaces Internes, des Millions de Personnes en Crises Alimentaires, Gestion Publique Gabegiques et des Fonds Patriotiques, des Milliers l’Ecole Fermees et des Millions d’Enfants d’escolarises, sans oublier l’Incapacite et l’Incompetence au sommet de l’Etat. Donc que Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe. Salut

  • Le 11 mai à 11:44, par Juste En réponse à : Burkina/Organisation des assises nationales : « Dans sa forme autoritaire et messianique actuelle, la Transition en cours est loin d’avoir atteint ses objectifs » , martèle le Front patriotique

    Pour dire vrai, le terme "TRANSITION" me gène un peu. Transition vers quoi ? Les mêmes Démocratiquement Élus qui ont plongé le pays où il est ? Qu’est ce que les près de 27 ans de démocratie ont apporté à ce pays ? Si le pays peut prospérer avec un régime d’exception, le peuple n’en demande pas mieux. On a assez souffert comme ça ; c’est vrai, les temps sont durs, le carburant coûte cher, la bière ne peut plus couler comme par le passé mais tenez bon ; allez y chercher du travail. Les entrepreneurs politiques et autres expert en politique, le pays n’en veut plus.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"