LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

Publié le dimanche 12 mai 2024 à 20h45min

PARTAGER :                          
Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

Dans une lettre ouverte adressée au Président de la Transition, le capitaine Ibrahim Traoré, Mousbila Sankara, compagnon du capitaine Thomas Sankara, père de la révolution burkinabè, l’appelle à tirer les leçons des régimes politiques passés afin de ne pas commettre les mêmes erreurs. Emballé au départ par l’avènement du MPSR2, Mousbila Sankara dit avoir de « sérieuses inquiétudes ».

Pour Mousbila Sankara, la plupart des dirigeants qui se sont succédé à la tête du pays se sont trompés de cible et ont toujours pris les syndicats et leurs organes pour des adversaires.

« Ils ont également confondu les réalités des travailleurs aux lubies de leurs courtisans. Tous ou presque se sont acharnés sur les premiers responsables des organisations de masses ou de partis politiques à travers les tracasseries diverses (policières, judiciaires administratives). Leurs supporteurs zélés ont été à l’origine de leurs malheurs en commettant l’irréparable (destruction d’organes, assassinant de journaliste et détournement crapuleux de bien public, propos incendiaire et provoquant). Ils ont tous voulu affronter l’impérialisme et à mains nues », rappelle-t-il.

C’est une contribution « volontaire et payante » et Mousbila Sankara souhaite être rétribué en nature et en espèces.

L’ancien ambassadeur du Burkina Faso en Libye sous la révolution, invite donc le capitaine Ibrahim Traoré à donner la composition du MPSR2, définir pour le peuple les reformes administratives envisagées, éviter d’être complice de certains activistes dans la liquidation des droits fondamentaux des travailleurs acquis depuis longtemps.

Il appelle le président de la Transition à ouvrir l’espace public aux citoyens pour l’expression de leurs libertés.

Retrouvez l’intégralité de la lettre ouverte dans le document ci-après :

Lefaso.net

Objet : Contribution volontaire et payante

Je viens par ce courrier vous apporter ma contribution pour la veille citoyenne. Je choisis ce canal (presse) pour n’avoir pas eu une suite favorable à ma demande d’audience déposée courant avril 2024.

Monsieur le Président, l’auteur de la présente lettre est un ancien CDR (Comité de Défense de la Révolution) du 4 Août 1983 au 15 Octobre 1987 et également ancien syndicaliste.

Comme indiqué plus haut, j’ai été Ambassadeur en Lybie jusqu’à la rectification. N’ayant pas apprécié favorablement cette rectification, j’ai été emprisonné et torturé à la gendarmerie et au conseil. Libéré en avril 1991, j’ai repris mes activités à l’ONATEL SA jusqu’au 31 décembre 1999.

Monsieur le Président, le MPSR II que vous avez l’honneur de diriger m’a emballé au départ, mais actuellement j’ai de sérieuses inquiétudes dont je voudrais partager avec vous.

En effet, depuis quelques temps, je constate que vous vous appliquez à commettre les mêmes fautes graves que vos prédécesseurs et cela m’inquiète.

Monsieur le Président pourquoi suis-je inquiet ?

Parce que depuis 1960 j’ai vécu dans le sens plein du terme les évènements qui ont marqué sérieusement ce pays et naturellement j’ai aussi retenu quelques enseignements.

C’est pourquoi en vertu du devoir de tout aîné de guider les puinés (petit frère et sœur) je viens vous dire ceci :

La plupart de vos prédécesseurs se sont trompés de cible et ont toujours pris les syndicats et leurs organes pour des adversaires.
Ils ont également confondu les réalités des travailleurs aux lubies de leurs courtisans.

Tous ou presque se sont acharnés sur les premiers responsables des organisations de masses ou de parti politique à travers les tracasseries diverses (policières, judiciaires administratives).
Aucun ne s’est penché sur le problème du moment.

Leurs supporteurs zélés ont été à l’origine de leurs malheurs en commettant l’irréparable (destruction d’organe, assassinant de journaliste et détournement crapuleux du bien public propos incendiaire et provoquant).
Ils ont tous voulu affronter l’impérialisme et à mains nues.
Leur cabinet était rempli de tout sauf de cadres compétents.
Tous ont rusé avec le peuple en s’annonçant sauveur ou libérateur
Leurs programmes n’étaient jamais clairement définis

Le temps :

Monsieur le Président, veuillez marquer votre différence avec ce qui vient d’être dit en :
En définissant pour le peuple les reformes administratives envisagées.
Le degré de sécurisation de territoire.
Donner la composition du MPSR II.

Eviter d’être complice de certains activistes dans la liquidation des droits fondamentaux des travailleurs acquis depuis longtemps.
Ouvrir l’espace public aux citoyens pour l’expression de leur liberté.

Monsieur le Président, ayant constaté que généralement les gens n’accordent pas d’importance à ce qui leur est servi gratuitement, je demande à être rétribué à la hauteur de ma contribution afin que je puisse m’offrir pour la présente saison hivernale, un motoculteur, une motopompe et éventuellement mettre en état ma camionnette.

D’autre part j’ai soumis auprès de votre gouvernement dans le cadre de la réconciliation nationale, une demande d’indemnisation en rapport avec les violences en politique.

Pouvez-vous aussi de ce côté, activer le traitement ?

Merci Monsieur le Président.

EL HADJ SANKARA Mousbila

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 10 mai à 17:00, par saywe En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Mon frère Mousbila , on sent à travers tes propos que quelqu’un est derrière. JUDAS a vendu JESUS CHRIST , j’espère que ce n’est pas l’ordre des hose avec toi. pourquoi au temps de blaise ,personne ne bronchait ,maintenant vous voulez porter la croix que vous avez refusé au moment ou blaise régnait

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai à 17:52, par Cons En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Monsieur le Président, ayant constaté que généralement les gens n’accordent pas d’importance à ce qui leur est servi gratuitement, je demande à être rétribué à la hauteur de ma contribution afin que je puisse m’offrir pour la présente saison hivernale, un motoculteur, une motopompe et éventuellement mettre en état ma camionnette.
    J’AI PAS COMPRIS CE PASSAGE

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai à 18:17, par Bonus En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Ce qui s’est passé sous la revolution a été une instingation des forces impérialistes pour nuire a ce processus qui s’etait engagé a donner le developpement et le bien etre a population du Burkina Faso. Ces forces imperialistes géraient les mediats a eux-seuls et a l’epoque, le niveau de compréhension de la population sur les enjeux géopolitiques et géostrategiques etait a son niveau le plus bas. Aujourd’hui la donne a beaucoup changé. Non seulement, les espaces de communication se sont multipliés comme des champignons et le niveau de compréhension de nos masse a gagné en intensité. Meme ceux qui ont a peine fini le cycle primaire comprennent et ne peuvent plus etre trompés. Tous ceux qui s’agitent a present sont au service des forces etxterieures. Tant que la transiton sert les interets du peuple, elle fera son chemin de bonhomme.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai à 18:34, par Ka En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Merci camarade : Belle analyse, impartiale et simplement citoyenne : Faut-il douter sincèrement de la bonne foi de ceux qui prétendent être venus pour libérer le territoire national de l’emprise djihadiste au regard de l’intérêt et la concentration portés sur des réformes politiques ? Vraiment la réponse à ces questions donne la chair de poule de nos jours !
    Oui, le MPSR 2 est entrain dangereusement de passer à côté des objectifs qui étaient les siens lorsqu’il disait au peuple pourquoi il pris le pouvoir. Ici camarade tu as tout dit, même si la vérité fait mal, titille les viscères, rend parfois insomniaque, elle mérite la peine d’être visitée.
    Avec ce régime qui joue avec son peuple, a moindre des choses, c’est la faute a la Cote d’Ivoire ou la France, et on se guette, on se piège, on se ment à gogo... Et chacun y va de sa tromperie... Et chacun y va de ses mensonges sur tout, sur rien, sur l’endroit où il se trouve, et chacun cherche à exploiter l’autre.
    Drôle d’ironie consistant à appeler "transition" un régime qui a visiblement l’intention de rester au pouvoir jusqu’à la fin des temps !

    En clair camarade, ce coup d’état ne sert que les auteurs, car en définitive ils ne sont jamais responsables de leurs actes.

    Quoi qu’il en soit, le peuple sait tout, maintenant qu’on s’est débarrassé de la France, de la CEDEAO, pour être libre de tarauder son peuple sur tous les plans et s’éterniser au pouvoir. Mais camarade, comme je ne cesse de le reprêter dans ce forum très riche en contradiction entre les uns et les autres, ’’’’’’’’’un régime qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui les fait taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir dans le pays dans hommes intègres,’’’’’’’’’ puisque depuis la nuit des temps au Burkina, la façon de penser, de voir les choses ou de les considérer par chacun est strictement en fonction de son existence sociale. Et ce régime doit le savoir en respectant sa parole donnée.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai à 18:39, par Baraka En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Merci yamba mousbila vos paroles m’ont donné des frissons merci pour votre contribution.c’est le conseil nobles d’un yamba unions, cohésion rassembler mains dans la main pour construire un Burkina paisible la haine n’apporte rien.essayons d’être tolérant.nous sommes des personnes pèlerins sur cette terre.nous allons partir laisser tout ça.chaque individu à son temps pour vivre et après il meurt et ainsi va la vie.merci beaucoup yamba

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai à 19:05, par BlancNeg En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Par principe je suis contre la violence, ok ! Entre nous même en Europe ou la classe travailleuse est importante, les syndicats ne représentent qu’eux mêmes ! Au Burkina, comment ils peuvent être des organisations de masse dans un pays où les masses rurales les plus importantes (80-90% ?) ne sont pas syndiquées ? Trouvons le chemin de faire revenir la paix, nul n’est parfait !

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai à 19:22, par L’étudiant noir En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    J’ai aimé cependant vers la fin, c’est un peu ambigu.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai à 19:42, par Sacksida En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Nous reiterons que les Assises Nationales Patriotique et Souveraines doivent etre ouvertes aux Corps Constitues, les Partis Politiques, la Societe Civile Burkinabe, les Communautes Coutumieres et Religieuses, les Personnes Ressources tels que les Anciens Chefs d’Etats, les Experts Militaires et Securitaires etc pour faire un Diagnostique Pertinent sans Aucune Complaisance et traiter des Questions Nationales : Combats Multiformes contre le Terrorisme, le Retour des Populations Burkinabe Inoncentes et Deplaces Internes, la Reconciliation Nationale et le Retour des Exiles Politique et Sociaux, la Liberation sans aucune condition des Militaires et Civils Emprisonnes sans Jugement et de facon Arbritraire et cela pour la Cohesion Sociale Nationale. T’en que cela n’est pas realise, il serait difficile de reussir dans les Missions Actuelles de cette Transition. C’est pas une question d’Individus mais une question de l’avenir de la Nation Burkinabe. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai à 07:00, par Swartskoff En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Hum ! Au KiburnaSofa, ils sont nombreux ces érudits, ces experts toujours disponibles à vendre leurs productions, rêves, malices, pièges. Hum ! Ce disque est rayé. Bof !

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai à 07:03, par SAma En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Après les assises il faut un profond remaniement ministériel pour changer toute l’équipe gouvernemental actuelle où plus de 90% des ministres sont des amateurs en matière de conduite d’un etat. Et puis il faudra confier la gestion de la transition à l’armée dans son entièreté ; il n’y aura plus de MPSR. Si l’armée garde IB comme president, al-hamdoulilah. Pour moi les seuls ministres civils devraient etre le premier ministre( pas du tout Me de Tambela mais quelqu’un de charismatique et experimenté), le ministre des affaires etrangères (pas l’actuel) , celui des finances et celui de la fonction publique(pas de Bassolma en tous cas). Donner une feuille de route claire pour pouvoir tenir les elections en 2026 quelque soit la situation sécuritaire(meme à gaza on tient régulièrement des élections, il suffit de s’entendre sur les modalités). Supprimer l’ALT.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai à 08:47, par Le patriote "Le vrai" En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Merci au frère Mousbila pour ses conseils au président Ibrahim Traoré. Du reste je souhaite que le président IB exauce ses prières que je trouve faisable surtout qu’on a des tracteurs qui viennent d’arriver. Cette demande doit trouver une réponse satisfaisante. Mais je suis curieux de comprendre pourquoi notre frère n’a pas pu rencontrer le président même avec un calendrier chargé, quelques minutes de votre temps suffisent, Monsieur le président. Celui là est un patriote respectable qu’il faut écouter.
    Par contre, le milieu syndical burkinabé dont il évoque est complexe avec une dominante anarchosyndicalisme dont il faut se méfier. Pour ces gens, c’est eux ou rien. N’est ce pas trop prétentieux ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai à 09:15, par LE FORGERON En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Bonjour,

    Nous pensons que vous avez raison mais les temps ne sont plus les mêmes car :
    1- pendant la révolution de Sankara 1983-1987 l’impérialisme ne nous avait pas imposés le terrorisme. Donc c’était une seule lutte contre l’impérialisme et ses valets locaux.
    2- pendant la révolution de Sankara il y avait des mauvais CDR et Thomas Sankara l’avait même affirmé en prenant l’exemple lors des couvre-feux. Les mauvais CDR qui avaient échoué face à leurs rivaux profitaient de ces couvre-feux pour se venger.
    3- Pendant la révolution de Sankara il n’y avait pas assez d’intellectuels et politiciens cachés dans les activistes comme aujourd’hui. D’où il y a plus de valets locaux aujourd’hui que pendant la révolution de Sankara.
    4- Pendant la révolution de Sankara les jeunes n’avaient pas vu l’importance de la libération du pays (l’éveil de conscience des jeunes qu’on appelle couramment les Wayignan ) de l’impérialisme comme aujourd’hui. Il y a eu éveil de conscience et de révolte à cause du terrorisme imposé par l’impérialisme. Rares sont les familles qui n’ont pas été touchées par ce terrorisme imposé par l’impérialisme.
    5- Pendant la révolution de Sankara, Sankara lui-même voulait compter sur la CEDEAO et l’UA en appelant à l’union des Etats Africains mais son appel est resté sans réponse favorable. Et la suite, vous, entant qu’ami de Sankara à son temps, vous l’avez connue. Nous étions pionniers à l’école primaire à ce moment. Oser lutter savoir vaincre, vivre en révolutionnaire, mourir en révolutionnaire les armes à la main. La patrie ou la mort nous vaincrons !!!!!!!! Nous l’avons répété sans cesse mais nous n’avons pas appris que des gens ont exposé leur vie pour défendre Sankara quand tout le monde savait qu’il était menacé de mort comme les Wayignan le font aujourd’hui. Les Wayignan sont prêts à mourir pour la sauvegarde du pouvoir actuel qui lutte pour la reconquête du territoire National et la relance de l’économie Nationale. Comme la CEDEAO était un obstacle alors le Président actuel n’a pas hésité à prendre ses responsabilités en la quittant avec ces deux pays frères. D’où une différence encore avec le pouvoir de Sankara qui négociait avec la CEDEAO.
    Certains activistes d’aujourd’hui sont devenus des politiciens ou sont téléguidés par des partis politiques. Donc nous ne pouvons plus compter sur ces activistes. Il en de même pour certaines presses privées nationales et internationales. D’où la suspension ou la fermeture de certains médias.

    Vous avez écrit ceci : Monsieur le Président, ayant constaté que généralement les gens n’accordent pas d’importance à ce qui leur est servi gratuitement, je demande à être rétribué à la hauteur de ma contribution afin que je puisse m’offrir pour la présente saison hivernale, un motoculteur, une motopompe et éventuellement mettre en état ma camionnette.
    Nous pensons que vous n’êtes pas un vrai révolutionnaire Patriote car vous ne devez pas demander automatiquement le paiement de votre prestation si vous l’avez faite pour le bien du pays. Avez-vous eu un bon de commande et déposez une facture pour votre prestation ? Est-ce que pendant la révolution de Sankara ,chaque conseil que vous avez donné à votre ami Sankara était suivi automatiquement de demande de paiement ? Nous ne pensons pas car connaissant la réaction rapide de Sankara vous serez limogé à la minute qui suit.
    Cependant pour votre demande de motoculteur et motopompe, nous pensons, sans être du groupe des décideurs, que vous pourriez vous rapprocher des points focaux de la région où vous exercez ou voulez exercer votre activité agro-pastorale. Car nous ne devons plus distribuer les prêts et les motoculteurs dans les bureaux, aux valets locaux qui veulent saboter l’action du gouvernement sans voir leurs champs et leurs réalisations.
    Donc selon votre réalisation dans votre zone, les points focaux pourront vous aider à faire votre dossier de demande de soutien pour l’autosuffisance alimentaire.

    La patrie ou la mort, nous vaincrons !!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai à 09:19, par De Balzac En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Je ne sais pas d’où vient l’erreur, mais une partie du texte est inintelligible. Quoiqu’il en soit, est-ce que Mousbila SANKARA est obligé de décliner son CV d’ancien compagnon de Thomas SANKARA à chaque intervention. Vous pensez être célèbre pour vos compétences ou parce que vous portez le même nom de famille que SANKARA. N’est-il pas temps de quitter votre bulle nostalgique du CNR et peut-être de ses avantages, pour voir un Burkina Faso 40 ans après la révolution de SANKARA. Vous demander une audience en avril et nous sommes en debut mai et vous dites que la demande a été sans suite. Cela m’étonne d’un ancien digitaire du CNR quant à l’agenda d’un président. Le Capitaine IB n’est certainement pas un messie, mais il faut l’encourager car si votre révolution de 84 avait connu le même contexte sécuritaire que celui d’aujourd’hui., je doute fort des résultats que vous auriez engrangés.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai à 10:44, par Article 37 En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Au Burkina nous retiendrons ceci
    1. Maurice YAMEOGO (janvier 66 par insurrection)
    2. Lamizana balayé par Sey ZERBO
    3. Sey ZERBO par JB
    4. JB par Sankara
    5. Sankara par Blaise COMPAORE
    6. Blaise COMPAORE par insurrection
    7. KAFANDO a fait une transition secouée par un coup d’état manqué et rétabli par les burkinabè
    8. Roch éjecté à son second mandat par l’armée de DAMIBA
    9. DAMIBA éjectée par l’armés de TRAORE.
    10. TRAORE

    En 64 ans 10 président soit une moyenne de 6,4 ans.
    La démocratie qui a fonctionnée ailleurs ne marche pas ici. Chaque fois c’est les armes qui viennent donner le ton. Mousbila a compris que les choses ne marcheront pas sans les parties politiques, les syndicats et la presse. Nous ne pouvons pas payer des impôts pour être tous les jours sous la menace de régime militaire. En attendant, je souhaite qu’il reçoivent un tracteur pour continuer dignement. Il a été un grand témoin de notre histoire, donc mérite respect et considération.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai à 18:02, par NAYDA En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Opinion truffée de partialité ! que dit-il des autres activistes retranchés aussi dans leurs positions dont la mission principale est de déstabiliser le pays ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai à 20:04, par Koglweogo De Amerik En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Seul les intelligents peuvent detecter l humour au second degree. Dire que Mousbila est un mendiant revelle que tu es pas ce qu il faut pour compredre sa boutade.

    Les vuvuzelas sont dangereux pour un pouvoir. La transition au Mali fonctionne bien car le gouvernement est constituer de militaire et de diplomate chevronnes. C est un metiers et ils ya des gens qui l’ ont etudier. Il faut netoyyer ce gouvernent et ramener certains caciques car ils connaissent les rouages. Cela donnera le temps au president de se concentrer sur la securite et la securite deulement comme Goita. Tu ne peux pas tout faire toi meme avec un premier apprentis ministre, sankariste de dimanche qui aiment les voyages. Il faut resserer le gouvernement et nommer des technocartes et des securitocrates. Regarde et copy Goita.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 09:12, par Témérité En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    M Pousbila me parait trop pressé par rapport à sa demande d’audience ! Une demande assez récente (déposée en avril à coté !), il pouvait patienter le temps qu’on lui réponde. Pensez un peu au nombre de demandes reçues à la présidence par mois !
    J’ai l’impression que cet empressement s’enrime avec l’acquisition récente de tracteurs et autres matériels agricoles que M Pousbila convoite ! Il veut "sa part" avant la fin du partage ! Drôle de révolutionnaire, dôle de CDR !
    A mon avis, il faut servir les jeunes et le praticiens de l’agriculture avec ce materiel.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 19:25, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    1) Doyen, avec tout les respect dû, votre disque est rayé comme l’ont dit cartains. La reflexion revolutionnaire doit evoluer par nature. Pensez-vous que Friedich Engels, Karl Marx, Lenine continuerait de prêcher leur doctrine de première heure ?
    2) Et les espaces de liberté dont vous parlez, consultez la hierarchie des besoins de Maslow, le liberté d’expressionn esr le dernier des besoins. Relisez SVP les conclusions d’une expertise independante sur la Mali par des experts idnependants de l’ONU il ya maintenant plus d’une année : liberté d’expression à l’occidentale reste ANTINOMIQUE de la securité et même du developpement.
    3) C’est dommage par ce temps communication intense, beaucoup de gens ne comprennent pae les IRONIES et celle de son Excellence ne fait pas exception.
    3) Encouragez le jeune IB, "digne fils de l’Afrique, ennemi des Apatrides" (publications video et audio de Youssef que tous ecoutent sur les reseaux sosciaux sans connaitre le nom)
    Ibrahim TRAORE, RIGHT or wRONG
    "Dieu reste Burkinabè"

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai à 13:38, par Made En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    C’est trop tard pour ce régime. Je veux que quelqu’un note bien que c’est trop tard. Dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 12 juin à 16:45, par Samuel Hassie En réponse à : Burkina/Conduite de la Transition : Mousbila Sankara appelle le capitaine Ibrahim Traoré à ne pas commettre les mêmes erreurs que ses prédécesseurs

    Pour ma part, j’estime que le président IB n’a pas à être reconnaissant envers qui que ce soit. L’ancien dicteur Haïtien le président (Bébi-Doc) disait qu’en politique, la reconnaissance est une lâcheté. Le président IB ne doit pas être complaisant envers les querelleurs. Tonton Mousbila doit tirer sa révérence de la scène politique et laisser s’émerger les nouvelles visions politiques. Il fut un temp pour lui et qu’aujourd’hui c’est un autre temps.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Mousbila Sankara a été "enlevé"