Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.» Gandhi

On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

Accueil > Actualités > On en parle... • LEFASO.NET • samedi 19 juin 2021 à 13h00min
On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

L’information qui circulait sur les réseaux sociaux depuis quelques jours est confirmée par notre confrère L’Observateur Paalga dans sa livraison de ce vendredi 18 juin 2021. Seydou Koudougou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, Roch Kaboré, est convoqué ce vendredi 18 juin 2021 devant le juge d’instruction du cabinet N0 3 du Tribunal de grande instance de Ouagadougou pour blanchiment de capitaux.

Cette convocation, selon notre confrère, ferait suite à un signalement reçu par la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF). Nous apprenons d’autres sources que c’est le magistrat Soulama qui aurait en charge le dossier.

Précisons, comme le souligne notre confrère L’Observateur Paalga, que soupçon n’équivaut pas à culpabilité et que le dossier n’en est encore qu’à ses débuts.

Rappelons aussi que Monsieur Zagré n’en est pas à son premier dossier judiciaire qui fait le buzz car en 2012 déjà, il avait fait l’objet d’une révocation de son poste de maire de Koudougou par le Conseil des ministre pour ce qu’on a appelé « affaire verger Wendyam Yaméogo de Koudougou ».

Le compte rendu du conseil des ministres du 25 janvier 2012 qui a pris cette décision de révocation relève que c’est « pour fautes graves de gestion ». « Le présent décret met fin aux fonctions de maire de ZAGRE Seydou conformément aux dispositions de l’article 272 de la loi n°055-2004/AN du 21 décembre 2004 portant code général des collectivités territoriales au Burkina Faso », précise la mesure gouvernementale.

Il avait été accusé d’avoir illégalement retiré un verger appartenant à un tiers et de l’avoir morcelé pour lotissement. A cette époque, M. Zagré était déjà directeur de cabinet de Roch Kaboré, alors président de l’Assemblée nationale.

La Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF), faut-il le rappeler, est une structure du ministère en charge des Finances qui « a pour mission de recueillir, traiter et diffuser le renseignement auprès des autorités compétentes ou d’autres Cellules de renseignement financier ».

A ce titre elle est chargée, entre autres missions,
• de recevoir les déclarations de soupçon des professions assujetties au dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme ;
• de s’informer de toute opération susceptible de se rapporter au blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme ;
• de recueillir, d’analyser, de traiter tout renseignement financier propre à établir l’origine ou la destination des sommes ou la nature des opérations ayant fait l’objet d’une déclaration de soupçon.

Ainsi, elle travaille en étroite collaboration avec les établissements financiers qui ont obligation de lui signaler des mouvements suspects de fonds enregistrés sur des comptes bancaires logés chez eux.

Lefaso.net

Lire aussi :
-  Affaire verger litigieux : Mise au point du maire de Koudougou
-  Koudougou : Le discours de fin de purgatoire de Seydou Zagré, maire de Koudougou
-  REVOCATION DU MAIRE DE KOUDOUGOU : Zagré l’a bien cherché

Vos commentaires

  • Le 18 juin à 10:25, par Zongo En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Mais un tel monsieur pouvait-il malgré ce passé chargé se retrouver dircab ? Seul le mpp peut nous donner les motivations. Gouvernement de loups garous pour piller nos maigres ressources

    Répondre à ce message

    • Le 18 juin à 12:56, par Simon En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      Dieu rit de ceux qui se plaignent des consequences alors qu’ ils en chérissent les causes

      Répondre à ce message

    • Le 18 juin à 15:55, par A qui la faute ? En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      C’est logique. La perle rare pour gérer les affaires de Roch au plus près ne peut qu’être un homme d’expérience dans l’enrichissement illicite. De quoi se plaignent les gens ?
      Qu’est-ce qu’il y a de choquant ?
      Ils ont tous des châteaux ou des appartements à l’étranger ou leurs enfants sont des princes.
      Ceux qui critiquent ce monsieur sont des hypocrites. Tous les autres font aussi des affaires et c’est pour cela qu’ils ont été promus. Laissez M. Seydou Zagré tranquillos. Vous voulez qu’ils mettent où tous ces gros sous ? Vous avez tous voté des voleurs pour espérer être mouillé un jour.

      Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 19:19, par Yako En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      Décidemment rien ne va plus dans notre pays des écoles qui s’écroulent sur nos enfants, des pauvres villageois tués en masse ou chassés de leurs villages,une direction bien mouillée dans les affaires se la coule tranquillos dans les palais à Ouagadougou ! Que faire comme citoyen ? Continuer à culpabiliser les insurgés ? Ces pauvres garçons perdus sans repère ?Non. Cette jeunesse elle même est la 1ère victime de l’insurrection (voire coup d’état) en 2014.Regardez le retour de la misère dans le pays conséquences directes de l’insécurité et une classe dirigeante sans morale ni foi !Comment peut-on être insensibles à la situation actuelle du pays quand on est citoyen responsable ?Seul mon frère vieux Ka peut s’accommoder d’une telle situation pourtant c’est un homme intelligent et cultivé. Yako

      Répondre à ce message

      • Le 20 juin à 10:18, par Ka En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

        Mon frère internaute Yako tu dis : ’’’’’Seul mon frère vieux Ka peut s’accommoder d’une telle situation pourtant c’est un homme intelligent et cultivé. Yako.’’’’’’

        Ma question est de te demander combien de temps sommes-nous sur le Web avec nos différences qui enrichissent les forums ? Si je me rappelle, c’est au début de l’arrivé des sites des réseaux sociaux ou je critiquais sans pseudos. Rappelle-toi de Kayouré dans le B24, Le Pays, Le Banco.net, L’Evènement, Faso Act. et tant d’autres avant que Lefaso.net ne les devance ? A part que tu es un partisan sans tabou de Blaise Compaoré, nous sommes tous intelligents et cultivés, et qui enrichissent le forum avec nos modestes contributions pour faire réfléchir nos décideurs.

        Malheureusement nos décideurs préfèrent le mauvais entourage qui les font fuir du pouvoir, que nos vérités qui les rougissent les yeux, mais ne les tuent pas. Mais ce qui est certains, nos critiques fondées sont lus a Kossyam par des chargés d’affaires qui n’ont rien à faire dans les bureaux climatisés, ça se discute aussi en famille a table le soir, a ne citer que le premier Burkinabé avec un fils cadre de banque ui ne loupe pas nos commentaires.

        Alors mon ami Yako, si Lefaso.net me considère parmi ses internautes de talent, tu l’es aussi. Mais le bémol pour toi, c’est que tu as opté de tirer tes commentaires sur un corbillard en n’étant pas neutre, qu’un simple partisan de Blaise Compaoré, un introverti qui refuse d’assumer ses actes comme GBAGBO, Lamizana, Maurice Yaméogo, Thomas Sankara, même son bras droit Gilbert Diendéré lui a pris des avances en assument ses actes.

        Un conseil mon frère Yako, oublie Blaise Compaoré qui est le passé, et soutenir le présent avec des critiques fondées de ce que tu as vécu, de ce que tu vie, et de ce que tu penses pour la future génération qui sera une intelligence de ta part et aussi une culture abondante de tes connaissances. Porte toi bien là où tu es.

        Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 10:30, par Sidnooma En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    C’est de la poudre aux yeux. Ce monsieur ne devrait plus être là où il est aujourd’hui. Apres tout ce qu’on sait de lui, le Président ne s’est pas gêné de le prendre comme Dircab. Une chose est sûre, cette affaire ne l’inquietera pas.
    Dites nous,depuis la rectification de Balaise COMPAORE en 1987, en dehors des assassinats pour règlements de comptes politiques, quels autres autorités de ce pays a été inquiétée pour vol détournement blanchiment d’argent ou autres délits ou crimes ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 10:36, par Sam En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    C’est inadmissible qu’un tel personnage connu pour des délits majeurs de par le passé puisse être l’homme de confiance du président.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 10:47, par Savadogo Daouda En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Qui plus est , DIRCAB de quelle structure ??
    Enfin prions Dieu , et laissons le reste à la providence.
    Un proverbe dit . le bœuf ne peut rien avec la corde dans les narines.
    Si c’est avéré , nous subirons et tant pis pour nous

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 11:21, par LE DEGAMMER En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    VRAIMENT OU ALLONS NOUS AVEC UNE TELLE GESTION DU POUVOIR PUBLIQUE ?????
    CETTE PERSONNE VUE SON PASSE NE DEVRAIT MEME PAS ETRE A SON POSTE ACTUEL DE DIRCAB : C’EST LE COMBLE.
    C’EST DIEU SEUL QUI NE PROTEGE ICI AU FASO SINON C’EST LA MERDE FRANCHEMENT

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 11:54, par caca En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Voilà le pré-carré MPP déniché de grand soupçon et quand il s’agissait de l’ancien régime les journalistes savaient mettre à accusation avant le juge. Là, ils nous distraits que soupçon n’est pas culpabilité. C’est le MPP avec sa justice taillée sur mesure d’être inquiétée maintenant. Quand un PF fait confiance à un homme déjà révoquer pour faute grave prouve aussi sa complicité dans la gestion du bien public. ça toujours été la faiblesse de nos chefs au Faso. MPP ya noogo !

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 11:56, par kap En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Donc il n’a pas rejoindre son nouveau poste de nomination de titre d’ambassadeur du Burkina Faso en Arabie Saoudite ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 12:00, par Mogo En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Peuple du Burkina Faso. Vous avez chassé votre chien méchant non ? C’est la chèvre du voisin qui va vous mordre. Le dicton est clair. Et ce n’est pas tout. Vous n’aurez vos yeux que pour pleurer, s’il reste encore des larmes

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 12:57, par Mahama En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    C’est bien actuellement la gouvernance de tels personnages à tous les échelons de la gestion publique. C’est à se dire qu’il n’ y a plus d’enquête de moralité, ni de compétence pour les nominations dans ce pays. Et alors, le résultat est bien là. A bien de niveaux stratégiques, c’est bien des personnages douteux, incompétents et suffisants qui sont au pilotage automatique, parce que sans certificat de pilotage.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 13:32, par lapatriote En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Nous resterons toujours dernier de classe tant que les dirigeants, responsables.. passent leur temps a detourner, tromper, mentir....
    A chaque jour son scandale.
    Si le President a pu fermer les yeux sur le passe de son dircab, il n’y a plus rien a dire.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 13:45, par Nabiiga En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Voilà, c’est un pas de géant qui vient d’être franchi dans notre histoire judiciaire mouvementé. Un individu, proche du Président, épinglé en quelque sort par la justice sans que l’affaire ne soit étouffée dans l’œuf ? C’est du jamais vu et pour cela, nous félicitions tous ceux qui ont œuvré pour que cet escroc soit épinglé même si pour l’heure, ce n’est que cela, des soupçons. Rien que regarder le Burkina ante- insurrection pour comprendre. Cela étant dit, le vieux adage soutient qu’on détermine le caractère d’individu par ses fréquentations ; mis autrement, montre-moi tes collaborateurs, et je te dirais qui tu es. Le Président du Faso est un homme honnête, un homme de droit, n’en déplaise à ces détracteurs donc, étant donné le palmarès moins glorieux de ce sieur, nous prions son Excellence le Président du Faso, d’écarter tout simplement ce monsieur de son entourage. Certes, certains vont crier l’injustice à son endroit car innocent jusqu’à l’épreuve du contraire, mais en même temps, le Président ne peut pas se permettre le luxe de compter parmi ses proches collaborateurs toute personne, accusé à tort ou à raison de quoi ce soit car il n’y a jamais de la fumée sans feu. L’entourage Présidentiel doit être impeccable, composé des femmes et des hommes d’une honnêteté sans faille, irréprochables, et d’une intégrité hors du commun. Voilà le type des gens qu’il faut au sommet de l’État. Ce ne sera pas la fin du monde pour lui une fois écarté, il y a de la terre où il peut aller cultiver tout doucement. Il apprendra l’honnêteté de la terre. La terre ne pousse que ce que tu lui donnes dans le champ de soi.

    Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 08:38, par caca En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      Nabiiga, j’espère que tu vas bien ! Vois-tu comment notre cher est tombé si bas avec votre MPP au pouvoir ? Peut-être que tu continues à ignorer la bonne gouvernance du CDP et surtout la compétence de son excellence Blaise Compaoré, mais voici un texte des Evangiles pour ta propre édification. A qui comparerai-je cette génération ? Elle ressemble à des enfants assis dans des places publiques, et qui, s’adressant à d’autres enfants, 17 disent : Nous vous avons joué de la flûte, et vous n’avez pas dansé ; nous avons chanté des complaintes, et vous ne vous êtes pas lamentés. 18 Car Jean est venu, ne mangeant ni ne buvant, et ils disent : Il a un démon. 19 Le Fils de l’homme est venu, mangeant et buvant, et ils disent : C’est un mangeur et un buveur, un ami des publicains et des gens de mauvaise vie. Mais la sagesse a été justifiée par ses œuvres.Matthieu 11 : 16
      Son excellence Blaise Compaoré incarne une sagesse inégalée dans les affaires du Faso vous avez humiliés comme un vaurien et voilà les conséquences de votre insurrection terroriste.

      Répondre à ce message

      • Le 19 juin à 17:45, par Nabiiga En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

        @ Caca

        Mon très ami Caca, comment vas-tu. Ahh tu sais combien je suis toujours ravi de faire mon devoir auprès de toi.

        Dans notre société burkinabè lorsqu’un aveugle se dirige vers un dangé donné il est coutume de voir quelqu’un se précipite vers l’aveugle pour le mettre sur le chemin où il ne se blessera pas, bref un chemin sans danger. C’est justement le devoir que je me suis donné pour te guider toujours vers le droit chemin sans que tu te fasses mal.

        Tu dis que l’Excellent Sanguinaire le Capitaine Blaise Compaoré est d’une intelligence inégale. C’est ton appréciation mais toute appréciation a droit d’être joint à quelque chose de réel dans la vie. Une telle intelligence inégalée doit normalement se traduire en gestion impeccable inégalée. Cela étant, comment s’est fait-il qu’il a été vomi par le peuple ? Hier je n’ai pas pu dormir car je me posais la question à savoir ce qui s’est vraiment passé avec Clément Oumarou et beaucoup d’autres lors du règne du cet Excellent Sanguinaire Blaise Compaoré. D’ici-là, continue ton chemin et si jamais tu te gares encore, dis-toi bien que je viendrai à ton secours.

        Répondre à ce message

        • Le 20 juin à 08:44, par caca En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

          Nabiiga, bon dimanche, et notre respect mutuel. Malgré tout, j’espère que tu m’en voudras point dans mon idéal de caca. Je remarque seulement que tu es toujours immature dans ta réflexion d’un élève du Cp1.Tu dis que l’Excellent Sanguinaire le Capitaine Blaise Compaoré est d’une intelligence inégale, tu m’ajoute des phrases à ta guise pour insulter le président Blaise Compaoré de sanguinaire le Capitaine. A quel moment dans l’écrit où j’ai traité son excellence Blaise Compaoré de sanguinaire ? L’intellectualisme demande une transparence d’esprit de citer l’exactitude des propos de quelqu’un. Comme tu es limité dans ton mental et borné, je ne t’en voudrais pas.
          Je relève également le hors sujet dans ton écrit, ici je parle les déboires judiciaires de Mr Zagré directeur de cabinet du président MPP et président du Faso et tu me raconte des cacateries. Je ne sais pas Oumarou Clément et je me concentre à rendre hommage à son excellence Blaise Compaoré. Dieu bénira pour la sagesse inégalée dans la gestion des affaires de ce pays. Oui, le Burkina était un havre d paix détruit par escrocs du MPP insurgés des 30 et 31 octobre 2014, et voilà votre bonheur aujourd’hui. Bon dimanche, car nous avons besoin un souffle nouveau.

          Répondre à ce message

          • Le 20 juin à 16:36, par Le Vigilent En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

            caca, tu dis que sous Blaise Compaore le Burkina etait un havre de paix ?! Tu as consciemment un inconsciemment omis de preciser ceux pour qui le Burkina etait un havre de paix a cette epoque. Surement pas pour ceux qui ont ete fusilles, tortures jusqu’a ce que mort s’en suive ou avec des graves sequelles physiques et morales pour les plus chanceux, ceux qui ont ete brules vifs etc. Peut-etre etais-tu de ceux qui commettaient ces crimes pour le compte de Blaise Compaore. en toute impunite et qui contre fortes recompenses permettant de mener une vie de pachas. Ton havre de paix a ete un veritable enfer pour de nombreux burkinabe.

            Répondre à ce message

          • Le 20 juin à 17:21, par Nabiiga En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

            @ Caca

            Bon dimanche à toi aussi et merci pour ta réponse qui m’a laissé tout de même blasé car truffé de beaucoup de zones d’ombre dont j’aimerais que tu m’aides à comprendre, voire même élucider.

            La question :

            En quoi est-il injurieux d’appeler un voleur par ce qu’il est : un voleur ? Je ne comprends pas comment je puisse être naïf en appelant Blaise Compaoré par ce qu’il est : sanguinaire.

            Temoingage des forumiste  :

            Que tout le monde soit temoin : Je, Nabiiga, donne trois (03) mois à Caca d’établir pour la conscience nationale, la liste exhaustive de tous ceux qui sont disparus depuis la fameuse rectification quand le Capitaine Blaise Compaoré a assassiné Sankara Thomas dans un coup d’État pour prendre le pouvoir.

            Le Challenge :

            Si dans ce délai, Caca est capable de m’établir cette liste exhaustive de tous les disparus lors du règne des frères sanguinaires Compaoré, je lui discernerai un prix d’un million de CFA et ce sera fait par l’entremise de Fasonet. Je vous le jure.

            Pour Nabiiga, assassiner un seul Burkinabé suffit d’être sanguinaire à fortiori d’innombrables Burkinabès. Vous vous souvenez de Clément Oumarou et la façon il a été assassiné ? Paix à son âme et rien que de malédiciton à la personne qui l’a fait assassiné.

            Tu vois que Nabiiga n’est pas si naïf que cela deh. N’gaw.

            Répondre à ce message

            • Le 21 juin à 07:53, par caca En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

              Nabiiga, j’aime la diversité d’expression au nom de la liberté dont notre pays est devenu depuis un moment champion d’Afrique. Pourtant, je vais illustre mon propos par un paradoxe biblique connu dans le livre de la Genèse. En effet, L’histoire de la tour de Babel (hébreu Migdal Babel ; en arabe : Burj Babil) est un épisode biblique rapporté dans la parashat Noa’h, dans le Livre de la Genèse Gn 11,1-9, peu après l’épisode du Déluge. La tour biblique pourrait avoir été inspirée par l’Etemenanki, une ziggurat de sept étages dédiée au dieu Mardouk à Babylone et désignée comme « le temple de la fondation du Ciel et de la Terre ».
              Ce mythe d’une fécondité remarquable a inspiré des réflexions sur l’origine de la diversité des langues, la puissance de l’effort collectif, l’orgueil humain, la fonction civilisatrice de la ville et la totalisation du savoir. Il a servi de métaphore architecturale à des organismes transnationaux et multilingues. Autrement, en akkadien Bāb-Ilum signifie « la porte des dieux ». Dans le récit biblique, ce mot prend un tout autre sens en raison d’une confusion avec la racine hébraïque BLBL, qui signifie « bredouiller », « confondre ».
              Peu après le Déluge, alors qu’ils parlent tous la même langue, les hommes atteignent une plaine dans le pays de Shinar et s’y installent. Là, ils entreprennent de bâtir une ville et une tour dont le sommet touche le ciel, pour se faire un nom. Alors Dieu brouille leur langue afin qu’ils ne se comprennent plus, et les disperse sur toute la surface de la Terre. La construction cesse. La ville est alors nommée Babel.
              Par ailleurs, le Livre des Jubilés précise la durée du travail de construction et donne des détails sur les dimensions :
              « Voici que les enfants des hommes sont devenus malveillants par leur mauvais dessein de se construire pour eux une ville et une tour dans le pays de Shinar. Car ils sont partis vers l’Est du pays d’Ararat à Shinar, et dans ces jours ils ont construit la ville et la tour en se disant : – Allez, qu’ainsi nous montions au ciel. Et dans la quatrième semaine ils commencèrent à construire et ils firent des briques au feu et les briques leur servaient de pierre et ils les cimentaient ensemble avec l’argile qui est l’asphalte qui vient de la mer et des fontaines d’eau du pays de Shinar. Et ils construisirent ça ; 43 ans pour construire ça. La largeur d’une brique était de deux briques et la hauteur était le tiers d’une ; sa hauteur comptait 5433 coudées et deux paumes et la superficie d’un mur était de treize stades et trente stades de l’autre. »
              Les commentaires du Midrash offrent diverses précisions sur les mobiles de cette entreprise et le défi que les hommes avaient ainsi lancé à Dieu et à Abraham. C’était aussi une façon d’éviter une répétition du déluge. Selon le Sefer Ha-Yashar, six cent mille personnes auraient pris part à cette entreprise. La tour avait atteint une telle hauteur qu’il fallait un an pour amener les matériaux au sommet. Lorsque Dieu confond les langues, le maçon qui avait commandé du mortier recevait plutôt des pierres, ce qui entrainait des colères ; certains des ouvriers sont transformés en singes, en mauvais esprits, en démons ou en fantômes.
              Vois-tu où nous sommes arrivées avec la folie des 30 et 31 octobre 2014 ? Le sujet ici, est bien le comportement immoral de Monsieur Zagré à la présidence, qui en réalité était l’ombre de lui-même dans la recherche d’un gain facile. Vouloir fermer les yeux en rapport ce comportement et insulter des uns de sanguinaire n’est pas l’approche de caca. Je ne suis pas un historien et ni un juge pour ouvrir une enquête contre quelqu’un dans ce pays. Je me reconnais comme un internaute dans un forum pour apporter une diversité d’opinion et jeter un jeu trouble en rapport avec un certain jugement collectif. Les événements d’octobre 2014 n’a rien apporté à notre démocratie que la confusion et la déception.
              Bon lundi !

              Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 10:36, par Savadogo Daouda En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      Personne n’a et ne peut imposer ni choisir les membres de l’entourage d’un président.
      Lui seul a l’initiative du choix.
      Par conséquent les agissements de ses derniers lui incombe.
      D’accord avec vous que vous pouvez faire confiance en une personne qui vous trahit par la suite , nul humain ne peut l’éviter , mais dès lors qu’il y’a des soupçons la chose la plus élémentaire est de décharger la personne de ses responsabilités et de le relever de son poste et que la justice fasse
      son travail.
      Mais si plusieurs de vos collaborateurs et non des moindres font l’objet de ce genre
      de soupçon régulièrement et qu’il n’y’a généralement et systématiquement pas de suite ni eclaire à ce même peuple qui vous a èlu , j’avoue que ce serait grave pour l’avrnir de notre pays.
      Je me pause la question de savoir si nous pouvons continuer dans ce type d’impunité

      Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 13:51, par 1/4NE En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Est ce que dans ce pays avant de nommer ou responsabilisé quelqu’un on mène des enquêtes de moralité ??? C’est pareil au niveau des conseils de discipline où des gens que beaucoup savent leur immoralité se mettent à juger d’autres personnes il faut que l’Etat active certains leviers afin de ne pas permettre à des mafieux d’être à la tête des institutions et structures.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 14:05, par Seydou de Koudougou En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Donc vous même vous n’avez pas pitié du Rocco. Les gens tuent des chiens noirs, cognent leur front contre le ciment jusqu’à le noircir, mobilisent les marabouts du 1er au 31 pour s’occuper du gars pour garder leur poste et vous pensez qu’il peut faire autrement. c’est vrai que ces derniers temps il se blinde en portant bagues et bracelets comme le Seigneur des anneaux, mais c’est presque Trop tard.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 14:26, par HUG En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Le mpp depuis son accession au pouvoir en 2015 a definitivement gatté son nom a jamais en nommant ce monsieur dircab de la presidence. La ou le pouvoir de blaise compaore ne badinait ppas le mpp en a fait son jeu favori.Comment aprés une insurrection populaire on choisit un monsieur qui n avait bonne image comme Dircab.A l epoque les journalistes audacieux avaient attiré qui de droit a travers des ecrits en vain.Que dire des histoites des audiences que l on monnayait a la presidence , ? Mpp vous avez decu plud qu un dans ce pays.Cela est un non evenement

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 14:30, par Vérité Indiscutable En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Ca va nous entendre et très bien même !
    Du n’importe quoi à la tête de l’état depuis fin 2015.
    Ca donne simplement envie de VOMIR.

    Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 20:36, par Nabiiga En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      @ V.érité Indiscutable

      C’était comment alors au sommet de l’État avant 2015 ? Voilà une question qui trouble la quiétude de mon sommeil depuis que je t’ai lu. Si ce que tu crois se passe au sommet de l’état de donne la nausée, ce sera intéressant de savoir ce que les agissements au sommet de l’État te donnaient ante 2014. As-tu eu de la nausée ? As-tu consulté un médecin et qu’est ce qui a été diagnostiqué.
      Puisque nous y sommes pourquoi François refuse de rentrer au Burkina ? Lui, Capitaine Blaise, pourquoi ne rentre-t-il pas à Ziniaré ?
      Tu pourras peut-être nous aider à élucider ces mystères. Ou bien ?

      Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 15:57, par swartskoff En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Yeah ! Depuis l’Assemblée Nationale jusqu’au PREFASO, la véritable mission du mec n’est pas administrative mais plutôt du maraboutage, donc juste aboutissement !

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 16:03, par Ka En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Je vais être indulgent dans ma modeste critique : Mais je confirme que voilà un tableau qui est, hélas, fort bien peint dans notre pays depuis son indépendance. ’’’La corruption et les blanchissements d’argent à ciel ouvert par ceux qui sont au sommet de l’état.’’’ Tant qu’il n’y aura pas de vraie justice dans ce pays pour punir sans pitié ces malsains, le pays n’avancera pas. Et si nous en sommes là avec quelqu’un qui a déjà eu maille avec la justice et devient un directeur de cabinet, ce sont quelques magistrats corrompus qui vendent la justice Burkinabé au plus offrant et qui ne disent pas le droit.

    En lisant cette analyse, je trouve que tout ça, c’est du verbiage. Tant que les "élus" surtout au sommet de l’état pourront piller les caisses, biens et ressources de l’Etat en toute impunité, cette conception du pouvoir et ses conséquences néfastes perdureront.
    Des serviteurs de l’état ventriloques, nous font que de nous mentir tout le temps ! Honte à ces malsains !
    C’est pourquoi je confirme que ceux qui ne se rappellent pas du passé sont condamnés à le répéter. Et c’est ce qui se passe exactement en ce moment avec des villas construites a des milliards dans les villages, et maintenant des soupçons de blanchissement d’argent dans un pays ou 99% de la population n’ont pas un bon repas par jour. Nous vivons dans un éternel recommencement, malgré tout ce que nous avions vécu dans le passé avec l’ancien régime, nous faisons toujours les mêmes erreurs comme si ces problèmes n’avaient jamais existés.

    Et comme je ne cesse de l’écrire dans ce forum de Lefaso.net, ’’’notre problème en Afrique est la conception que nos dirigeants bornés ont du pouvoir politique, on veut garder le pouvoir aussi longtemps que possible et même à vie pour mieux piller les caisses de l’état et s’enrichir : Aussi l’EXECUTIF en place, va utiliser tous les moyens légaux et illégaux pour mettre autour du président des incompétents, ceux qui ont des longues ongles pour gratter son dos, et pouvoir voler en toute impunité le denier public. Et Tant que nos dirigeants politiques instrumentaliseront de cette façon le jeu politique que pour voler, le Burkina avancera à reculons.

    Nos décideurs a ne citer que le premier Burkinabé, doivent se poser une seule question : ’’’Quel Bilan faire, 60 ans après ? Comment un pays qui possède des richesses potentielles de son sous-sol aussi colossales peut-il être tombé si bas ? Nos militaires devenus de la chair à canon manque d’armes, tant dis que d’autres blanchissent de l’argent, ou des ministres affairistes et milliardaires. La colonisation était une malédiction mais l’indépendance... c’est encore pire.
    Décideurs du pays des hommes intègres, descendez sur terre en choisissant, car vous devez faire ce qui est bien pour le pays sans tenir compte des états d’âme des uns et des autres, surtout pas seulement vos amis, vos frères et autres. Seules devait compter, la paix et la stabilité pour aller vers le progrès et l’émergence du pays pour le bonheur du peuple primaire.

    La vérité rougit les yeux, mais ne les casse pas : Avec cette histoire au sommet de l’état, on ne peut plus passer toute sa vie à chanter sur tous les toits "Tout va très bien Madame la Marquise" en ignorant ce qui se passe. Car, avec cette histoire la réalité des faits deviennent évidente à tout le monde.

    Je persiste et signe : Ce ne sont pas les lois qui mettront fin à la corruption. La corruption est un état d’esprit, dont la matérialisation physique se fait dans les administrations comme dans les commerces. C’est un état de conscience vis à vis de soi et des autres. S’il est vrai que la loi vise à réduire en silence les foudroyer d’économie et décourager les éventuels aventuriers, le vrai travail d’une nation, c’est de lutter contre la corruption dans l’esprit des uns et des autres, et il faut une vraie stratégie de communication entre administrés et gouvernants, par des exemples de punitions sévères.
    La réussite de la lutte contre la corruption est uniquement une question de volonté politique. Malheureusement, dans la plupart des cas, on n’assiste qu’à quelques timides gesticulations pour se donner bonne conscience ou améliorer quelque peu son image vis-à-vis de la communauté internationale, ou, pire encore, à une instrumentalisation minutieuse aux fins de neutralisation de l’opposition.

    C’est pourquoi, j’en appellerais à un sursaut national afin que tous les fils et filles du pays, dans une volonté commune, aillent contre les décideurs qui choisissent des collaboratrices et collaborateurs malsains qui pillent le denier public dans l’impunité.

    Répondre à ce message

    • Le 18 juin à 17:51, par caca En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      Vieux Ka, voici ce que vaut ton MPP depuis qu’il dirige ce pays. Salus-toi !

      Répondre à ce message

      • Le 19 juin à 14:57, par Dedegueba Sanon En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

        Ce que j’admire en Caca, c’est sa constance et son indéfectible attachement à BC et accessoirement au CDP. D’ailleurs je fais ici une dérivation pour lui demander s’il est CDP version Eddie ou CDP version El KOUAND ou version KDO ?
        Pour revenir au problème de ZAGRE, je voudrais rappeler que les meconduites de ZAGRE datent de depuis le CDP. Donc il est de mauvais ton de nous distraire en insistant sur ce qui pourrait être une différence entre CDP et MPP ? Tous les animateurs de ces partis ont été formatés par ton Dieu BC. Et ils sont nombreux tous ceux qui ont été enrichis par l’argent public, grâce à leur positionnement politique. ZAGRE n’est pas une exception. Les exemples foisonnent du temps de BC, tout comme du temps de Roch. Mais cela ne devrait étonner personne puisque ce sont les mêmes qui nous dirigent depuis trente ans. Il faut cependant reconnaître à Roch qu’il n’est pas violent comme ton BC et ne nous gouverne pas par la peur. C’est juste que le pays "réel" n’a pas encore compris qu’on doit vous balayer tous si on veut du bien pour notre pays.

        Répondre à ce message

        • Le 20 juin à 08:23, par caca En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

          Dedegueba Sanon, je te réponds en écoutant la fréquence protestantes du dimanche sur le sons de l’orgue, c’est pour te dire la disposition de ma spiritualité à méditer sur Dieu et de ses œuvres. Dieu béni son excellence Blaise Compaoré qui a élevée la gloire du Burkina Faso dans le concert des nations. Jusqu’à 2014, l’année des escrocs insurgés avant la date butoir, notre pays était parmi les 100 pays où il faisait bon vivre. Mr Dedegueba Sanon, soi toi même et dis ta part de vérité comme le titre un livre au Burkina Faso. La gouvernance aujourd’hui que les manipulateurs donnent éloges à un seul individu, le président Rock est bon, mais ce sont les autres. Arrêtez vos comédies, caca est vrai fidèle du régime ancien quelque soi sa version. Le CDP et son excellence Blaise Compaoré ont été une œuvre maitresse de ce pays à lui rayonner malgré la faiblesse du régime qui peut toutefois être relever dans un esprit de critique constructive. S’il faut parler de peur, je me demande de quelle peur caractérise le pays aujourd’hui, j’ai fait la politique du temps où son excellence Blaise Compaoré aux affaires sans m’inquiété. Tu as utilisé un terme juste pour parler ton admiration de caca en disant qu’il est attaché au président Blaise Compaoré. Sur ce point, je partage ce attachement comme une inconditionnel. Ce qui est vrai et sûr Mr Zagré où vous voulez retourner au CDP a été révoqué par le même parti en 2012. Son comportement actuel relève du MPP dans sa nature. D’ailleurs, ce Monsieur n’est pas le seul dans collimateur de la justice du MPP.

          Répondre à ce message

        • Le 20 juin à 10:25, par Ka En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

          Internaute Dedegueba Sanon tu nous dis : Pour revenir au problème de ZAGRE, je voudrais rappeler que les méconduites de ZAGRE datent de depuis le CDP. Donc il est de mauvais ton de nous distraire en insistant sur ce qui pourrait être une différence entre CDP et MPP ? Tous les animateurs de ces partis ont été formatés par ton Dieu BC. Et ils sont nombreux tous ceux qui ont été enrichis par l’argent public, grâce à leur positionnement politique. ZAGRE n’est pas une exception.

          Tout a été dit mon ami Dedegueba Sanon : Mais tu fini en disant ’’Qu’il faut cependant reconnaître à Roch qu’il n’est pas violent comme ton BC et ne nous gouverne pas par la peur. C’est juste que le pays "réel" n’ait pas encore compris qu’on doit vous balayer tous si on veut du bien pour notre pays.’’

          Je cautionne ta critique pertinente, mais il faut reconnaitre que Blaise Compaoré a été victime d’un mauvais entourage comme caca avec ses vomissures provocantes qu’il déverse sur le net, et qui augmente la haine du peuple Burkinabé contre Blaise Compaoré, surtout qui ne rend pas service à cette famille qui fait actuellement profil bas à cause de leurs erreurs durant la dernière décennie ayant précédé sa perte du pouvoir en 2014 , suite à l’insurrection populaire. Un entourage qui s’est essentiellement livré à des querelles mesquines pour s’enrichir ou écrire des âneries comme caca pour des miettes. Et c’est exactement les mêmes effets qui recommencent à se reproduire autour de Roch Kaboré.

          Balayer tout ce monde comme tu le désire mon ami Dedegueba Sanon, c’est impossible en ce moment : Car, un état qui a des institutions fortes a besoins des racines fortes, et quelques-uns autours de Roch Kaboré et lui-même, sont les racines de notre état ; comme nous autres des anciens conseillers au développement du pays qui ont survécus dans toutes les querelles politiciennes pour le pouvoir en étant des serviteurs neutres et pas des partisans d’un individu pour faire avancer le pays, on ne pouvait pas nous dégager, car, on était les garants des objectifs concrets du développement du pays.

          Et Passer la main sans réfléchir à une autre génération comme caca ou Zagré, ne suffira pas : Car, chacun tentera d’assurer ses arrières sous les nouvelles mains. Et ce qui ne regarde que Ka, ‘’’’’que chacun respecte la constitution pour permettre à la génération future de s’assumer. Il n’y a aucun persil en la demeure, sauf le respect du jeu démocratique et de la parole donnée pour des élections transparentes, dont les urnes seront les seuls juges.’’’’’’ Merci de me lire mon ami.

          Répondre à ce message

          • Le 21 juin à 19:42, par Dedegueba Sanon En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

            Je vous ai lu. Mais j’ai aussi lu Caca qui me rappelle notre Ladji BARRO de Bobo. Ladji s’est éloigné des arènes politiques depuis la chute de BC, sans doute écœuré par les multiples retournements de vestes. Mais je dois reconnaître que je suis inquiet des secousses politiques actuelles au sein du MPP. Allons-nous vers une recomposition du paysage politique, à l’instar de l’implosion du CDP ? Nulle doute que la fin du mandat de Roch sera tumultueux.

            Répondre à ce message

            • Le 22 juin à 20:15, par Ka En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

              Dedegueba Sanon : ’’’ Oui, c’est la classe politique qui est à l’origine de tous nos malheurs. Et c’est surtout elle qui fait preuve d’une stupéfiante amnésie dont le dit entourage ventriloques en profite.

              Tu dis : ‘’’’’Mais je dois reconnaître que je suis inquiet des secousses politiques actuelles au sein du MPP. Allons-nous vers une recomposition du paysage politique, à l’instar de l’implosion du CDP ? Nul doute que la fin du mandat de Roch sera tumultueuse.’’’’’

              Sanon, tu as raison, avec les tueries de Solhan, et la convocation par le juge de Zagré, c’était certain, que le président Roch Kaboré, et qui ne regarde que Ka, vient de perdre une occasion de renouveler sa dynamique de gérontocratie et de tourner le dos à la médiocrité.

              Mais quand celle-ci est érigée en système de gouvernement et en principe général de gouvernance copains et amis, que peut-on réellement attendre ? C’est pourquoi je dis souvent que nous prêchons dans le désert avec des personnes qui croient que le pouvoir est éternel. On ne peut réveiller celui qui ne dort pas.

              Dedegueba Sanon, je te lis souvent, tu es un intellectuel averti et tu fais très souvent de très belle analyse dont on n’a rien à dire... des critiques qui se laissent lire facilement ; et tous, nous les avalons sans peine ; mais est ce que d’autres les comprendront pour en cerner la profondeur afin qu’un jour, nous puissions convaincre nos décideurs qu’un ‘’’’régime qui refuse d’entendre les critiques, et, pire, qui les fait taire par tous les moyens possibles et imaginables, n’a aucun avenir dans un pays comme le nôtre dont le peuple est mûri par la corruption a ciel ouvert et les crimes gratuits.

              Et tu as raison de le signaler, dont le président Roch Kaboré doit faire très attention à ceux et c’elles qui l’entourent au risque de se retrouve confronté un matin a un soulèvement populaire sans précèdent. Car, quelques cadres du MPP sont déconnectés de la réalité du terrain, car préoccuper a manger des deux mains. Merci de me lire. Et continuons a apporter nos modestes contributions pour faire avancer le pays.

              Répondre à ce message

        • Le 25 juin à 06:08, par Isack Ling En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

          Caca n’ est personne d’ autre que ce faux journaliste revolutionnaire Isack Ling a la demarche de canard. Il est tres amer depuis le depart de son maitre BC et aurevoir, poulets, cochons, veaux et chateaux d’ espagne. N’ est pas Gutenberg Imprimatur qui est coopte mais qui peut.

          Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 11:29, par Le Vigilent En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      " La colonisation était une malédiction mais l’indépendance... c’est encore pire". Ainsi parlent plusieurs personnes dont mon ami KA. Cela vaudrait-il dire que nous regrettons notre independance, surtout que nous reconnaissons qu’elle n’est pas achevee, et que tout aurait ete bien mieux pour nous sans cette inddependance ? Je m’inscris en faut, car malgre les nombreuses insuffisances dans la gestions des effaires publiques par nos dirigeants depuis l’independance, il y a eu, au fil des ans, beaucoup d’ameliorations qui sont constatables a tous les niveaux. De grosses erreurs ont ete commises, mais je mets cela sur lecompte de tout processus d’qapprentissage. Je pense que, globalement, nos dirigeants differents dirigeants ont beaucoup appris des grandes erreurs commises , ce qui a permis d’ameliorer considerablement les methodesw de gouvernance. Certains ne cessent de dire que tout va de mal en pis, mais c’est leur facon de decrire la bouteille a moitie pleine qui, a leurs yeux ne peut etre qu’a moitie, ou meme completement, vide. Il faut qu’on evite de nous "auto-cruxifier" toujours et partout.

      Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 14:50, par SOME En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      Oui mon ami Ka,c,est ainsi fait le pays des hommes désintégrés. Tu comprends pourquoi je disais que Roch est mal conseillé Zagre n’est qu’un exemple. Combien il y en a comme lui qui sont issus de 27 ans de désintégration morale. Ce qui fait mal encore plus c’est comment cette génération qui est la notre s’est perdue à ce point. Zagreau secondaire n’était pas un mauvais gars, je t’assure !
      Bon j’espère que ton séjour s’est bien passé. Désolé de retomber du Capitole directement sur la Roche tarpeienne du Burkina.
      Bon courage à nous tousse comme dit boanga
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 16:12, par Leberger En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    En République démocratique du Congo le dircab du Président Félix Tshisekedi a été jugé et condamné pour détournement d’argent (50 millions de dollars).Il a écopé de 13 ans de prison ferme après appel.Au départ c’était 20ans.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 16:33, par koh En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    il faut félicité RMCK car depuis qu’il est PF aucun de ses sujets n’est à l’abri de l’impunité. Tantôt ce sont des ministres qui sont soupçonné maintenant ce son direcab
    . DISONS QUE DURANT LES 27 ANS DE RÈGNE DE BLAISE CELA NE S’EST JAMAIS PRODUIT. pourtant il y avait des détournements et des blanchiments d’argent. Ce qui signifie que le ce PF ne protège pas ceux qui sont en faute

    Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 11:42, par Savadogo Daouda En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      Pourqoui ses ministres sont soupçonnés, qui les a mis là bà.?
      Pourquoi DES ministres ?, ce qui suppose qu’ils sont nombreux, toi tu trouves çà normal pour ton pays que des gens qui détiennent le pouvoir d’etat soient soupçonnés .?
      En quoi faut t’il féliciter quelqu’un pour le fait que les personnes qu’il a choisi soient soupçonnées et que aucun ne soit à l’abrit.
      J’aurai souhaité que TOUS les ministres n’aient JAMAIS eu de SOUPÇON sur eux jusqu’à la fin de leur mission.
      Cite moi un seul nom d’un de tes soupçonnés qui a été jugé condamné et QUI A VU SES BIENS SAISIS POUR REMBOURSER L’ARGENT VOLÉ
      Dans un pays NORMAL c’esr ainsi.
      Enfin ce n’est pas parce que avec l’ancien régime de 27 ans cela s’etait produit que celà donne le droit à certain de piller ce pauvre peuple qui a besoin de toutes ses ressources pour ne pas disparaître du monde face à l’envahissement du terrorisme.
      Pendant que les fds , vdp demande des moyens au front pour que notre peuple ne soit pas décimé, c’est pendant ce temps que des affaires de ce genre sortent.
      De quoi décourager tout patriote.
      Pendant que les uns meurent au front les autres , c’est la course effrainée pour le pillage de nos maigreurs

      Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 16:34, par Papa En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Aux premières heures de sa nomination comme dircab , a l’époque j’avais vigoureusement critiqué l’attitude du president ROCH . Mr.Zagrė à l’époque maire de Koudougou et membre influent du CDP/MPP avait usé de sa position sociale ( abus de pouvoir ) pour confisquer le verger d’un citoyen qui a l’époque les autorités l’avaient sanctionné A la grande surprise des citoyens c’est ce Mr. que ROCH a nommé comme dircab malgré son passé sombre et douteux,c’est à ne rien comprendre. Aujourd’hui encore il est épinglé par la justice , espérons que cette fois-ci ROCH prendra une décision courageuse pour se débarrasser d’un tel personnage même s’il venait à être blanchi.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 16:50, par Georges En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Ce monsieur n’est pas un cas isolé. Depuis la Transition, ce poste creux de DIRCAB est occupé dans beaucoup des ministères par des gens peu recommandables qui ont tout simplement transformé leur Bureau en Centre d’Affaires, de raquettes et de monnayage d’audiences. Cette fonction de DIRCAB doit être tout simplement supprimée dans les ministères car elle fait inutilement doublon avec le secrétariat Général et paralyse l’action de ce dernier, du fait de sa proximité-complicité avec le ministre (lien ancien et étroit) et de la vacuité de sa fonction, c’est un poste d’intrigant à temps plein (cas du MESRSI par exemple)

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 19:25, par citoyen Lambda En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Les sacrifices des chevaux ,chats ,chiens ,moutons ,boucs ,poulets ,pintades de couleurs blanche ,noire ,alezanne , pourpre ,rousse rouge , toutes couleurs mélangées , et la lutte et le terrassement d’un bœuf à trois cornes ,n’ont pas suffi à prémunir contre l’action de la justice . Comme quoi, seul Dieu est fort . Une chanteuse malienne a dit que dans la vie, si Dieu te donne le pouvoir ,si tu t’en sert pour voler ,faire la force aux autres ,faire du mal au lieu du bien, alors le même Dieu te punira au moment ou tu ne t’y attends pas . Quel déshonneur même si par des acrobaties et par des tours de passe passe ,ce Monsieur venait à s’en sortir . Nos arrières grands parents préféraient la mort au déshonneur. Je n’aimerai pas être à la place des enfants et épouse de ce monsieur .

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 20:10, par swartskoff En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Je vais me concentrer et en une semaine sortir un livre qui sera dédicace à Abidjan. Titre de ce roman qui va être un best-seller : "ROCK Le Submersible.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 21:56, par HORUDIAOM En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    J’espère que la justice ira jusqu’au bout de la procédure. C’est déjà un grand pas que le président du Faso lâche ses collaborateurs fautifs(cas de Bouda Jean Claude, Nathalie Somé même s’ils ont été libéré quelques temps après). Et maintenant Seydou Zagré ! Sa nomination comme DIRCAB de la présidence du Faso avait soulevé un tollé que seul, le président du Faso n’avais pas entendu à l’époque. Aussi, certains médias ont dénoncé récemment des pratiques mafieuses de certains ministres, qui s’achèteraient des châteaux à Dakar, Abidjan et Dubai ou qatar. Dans un pays ou l’insécurité fait rage et qu’une bonne partie de la population est en situation de déplacement, ces ministres devraient éviter cela. Je profite attirer l’attention du président sur la corruption à outrance au pays des hommes intègres, si on l’est toujours !!! L’ASCE-LC fait du bon boulot, mais il n’est jamais suivi d’effet, ce qui veut dire que les rapports dorment dans les tiroirs. A la justice de prendre à bras le corps cette situation et de s’auto saisir de tous ces dossiers de corruption. Tout cela freine les efforts de développement dans notre pays. Il faut vraiment sévir

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin à 23:52, par Beouco En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Rmck est très bien entouré.
    et s il est lui-même chef d orchestre ?
    ambassadeur Zagre en Arabie saoudite=récompense pour imbécilités entretenues.
    L autre bras droi Dg ANR , patauge dans l affaire des 25millions de dollars ,
    sa pille trankil os pendant que le peuple se meurt.
    c est le Burkina nouveau

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 01:02, par jeunedame seret En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Le MPP = une figure abracadabrante. Avec des BOUDA et des ZAGRÉ qui rôdaillent par-ci par-là sans inquiétude ni sentiment. Si RMCK a maintenant la moelle épinière seule pour gouverner, il va falloir l’évacuer et nous libérer les lieux. Si nous semblons consentir à tout avec un silence ou une nonchalance, les vrais auteurs de ces dérapages sont nous-mêmes votants et conspirant. À quoi servent les regrets exprimés ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 04:58, par Nick En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Dommage ! On ne peut que bourdonner President Rock does not really care. Il le dit lui-meme. " Je ne veux pas de problemes avec mes amis". Donc des que vous etes son ami, tout est permis. Lui meme il ne va pas vous downgrade. A moins que vous ne soyez trop trop gourmand comme Mr. Bouda l’ancien minsitre.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 07:06, par Gohoga En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Bonjour à tous. Je suis triste des réactions des intenautes. On se demande s’ils sont de mauvaise foi ou ils manquent de culture. Tous réclament la justice sans être justes. Dès que le nom d’un adversaire politique est cité à à justice, l’intéresse est coupable même avant jugement. Les burkinabe de nos jours ne connaissent que la haine. Est-ce pas la causes de terrorisme ? Aucune paix ne possible dans un pays où la haine est lidiologie la mieux partagé. C’est dommage. À mon avis, le linchage médiatique sans preuve et avant toutes décisions de justice est une forme de terrorisme.

    Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 13:14, par Savadogo Daouda En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      Qui a dit qu’il est coupable ???
      Ce n’est pas dans la gestion d’une entreprise privée ou personnelle qu’on lui demande de justifier sa gestion.
      DIRCAB du président du Faso est un poste clée et stratégique pour un pays, sa gestion concerne l’avenir de tous les Burkinabè y compris TOI.
      Nous n’avons rien contre lui , mais s’il gère une parcelle du pouvoir d’État pourquoi toi tu es comtre que CEUX QUI LES ONT ELUS POUR QU"ILS GÈRENT LA VIE DE NOTRE nation ne rendent pas compte ?
      Où vois tu la haine ?? Le fait de demander à un citoyen de justifier la gestion de l’ARGENT DU CONTRIBUABLE ???
      Pourqoui lui et pas quelqu’un d’autre.
      Et sache que ce ne sont nullement pas ceux qui écrivent ici qui l’ont convoqué
      C’est la justice,
      Tu parles d’idéologie ?, on parle de centaines de millions à justifier et tu parles de mauvaise fois et de culture, en disant de ne pas être juste, d’adversaire politique ,jusqu’a te poser la question si c’est çà la cause du terrorisme.
      C’est inquiétant ces propos.
      Sache que le SMIG au burkina c’est moins de 39.000 frs cfa avant réaménagement
      Et qu’il y’a plus de dix millions de jeunes chômeurs diplômés ou non.
      Ces centaines de millions peuvent créer des emploies pour beaucoup d’entre eux.
      Et sache que ces millions de jeunes chômeurs SONT UNE GRANDE MENACE pour toute gouvernance injuste , inéquitable et d’impunité et même pour la paix sociale et la gouvernance.
      Donc chaque centime du budget de l’etat est vital pour notre survie.
      On dit qu’il est presumé innocent jusqu’a preuve du contraire, cest pour cela nous voulons être rassuré.
      Comment venir faire un parallèle entre le cas d’un citoyen qui doit allez devant le juge comme tout citoyen pour se justifier avec le phénomène terroriste ?
      Explique nous bien pour que nous comprenions cette allusion

      Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 15:00, par Mogo En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      Mon cher Gohoga. Réveilles toi. C’est toi qui a un problème. Tu as déjà vu quel acharnement ? Ils sont combien les membres du gouvernement integres qui ne sont pas inquiétés. Ce monsieur a un passé sombre et c’est l’entêtement de RMCK à récompenser a tout prix ses amis qui nous crée tous ces problèmes. Récemment j’ai lu l’intervention d’un député du MPP qui a travaillé aux côtés de RMCK et qui disait que c’est le genre de chef qui ne gronde pas ses collaborateurs et les laisse faire leur expérience. C’est dangereux pour un président. A certains moments il faut sévir, même contre ses proches, pour ramener de l’ordre. Le Burkina est devenu comme un sac de bouillie ou ça fuit de partout

      Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 09:37, par Sidpalouti En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    cette situation me fait dire que nous ne sommes pas parvenus á tirer des leçons toutes les leçons de notre insurrection . Je me rappelle des nominations de ministres ou de Directeurs refusées par les administrés sur base de leur passé ou de leur pratique. qui pouvait dire fian á la Présidence même si l’affaire de retrait de verger et de distribution de parcelles aux autorités de l’époque étaient un secret de polichinelle.
    Les affairistes et leur complices dans divers secteurs y compris parmi les observateurs avisés ont dénoncé la Rue-cratie et voilà la bureaucratie est soft et on détourne et achète á tour de bras des châteaux au Sénégal tranquillement jusqu’à susciter l’indignation et al réprobation du Président de là-bas connu dans les affaires e marchés d’exploration de pétrole et gaz u Sénégal en haute mer. Donc nos gars ont "exagéré" Personne ne nous soutient nous population burkinabé á ce moment là. Reprenons la rue-cratie car on dort sur les rapports de l’ASCE LC et on se mouche avec ceux du Ren Lac.
    A quand la prochaine Insurrection ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 10:10, par Ka En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    ’’’’’J’espère que la justice ira jusqu’au bout de la procédure. C’est déjà un grand pas que le président du Faso lâche ses collaborateurs fautifs (cas de Bouda Jean Claude, Nathalie Somé même s’ils ont été libéré quelques temps après). Et maintenant Seydou Zagré ! Sa nomination comme DIRCAB de la présidence du Faso avait soulevé un tollé que seul, le président du Faso n’avait pas entendu à l’époque.’’’’’
    Merci mon jeune internaute HORUDIAOM pour cette question pertinente qui doit être pris en compte par l’intègre magistrat Soulama.

    Loin du pays, mais suivant ses actualités par mon téléphone portable, comme à l’instant devant un petit café sur une belle place au centre-ville Toulousaine, ta critique fondée m’interpelle pour te confirmer que la volonté du président Roch Kaboré de mettre l’accent sur la séparation de la justice Burkinabé et le pouvoir exécutif est une réalité de nos jours.

    Sinon, qui l’aura cru qu’un puissant Bouda, ministre et proche du président, aura gouté la soupe de la MACO, ou un directeur du cabinet de la présidence du Faso aura une convocation d’un magistrat sans l’intervention du locataire des lieux ?

    Si je confirme cette séparation de la justice Burkinabé sans les supers freins de l’exécutif, c’est que le premier Burkinabé de nos jours qui a fait plusieurs années les couloirs du pouvoir de notre pays, a compris que tant qu’il n’y aura pas de vraie justice dans ce pays pour punir sans pitié ces malsains, le pays n’avancera pas. C’est pourquoi ta question sera prise en compte par le magistrat Soulama qui a osé pour que ses serviteurs de l’état ventriloques qui font que de nous mentir tout le temps pour s’enrichir tremblent !

    Ils tremblent par ce que le magistrat Soulama en sautant le pas, il sait très bien que le combat pour la justice est celui le plus difficile à mener, car, on ne se bat pas pour personne en particulier, mais pour que la JUSTICE soit pour TOUS (sans exception).

    Et si nous en sommes là avec une personne qui avait déjà eu affaire à la justice et arrive à devenir un directeur de cabinet du président, c’est à cause des 27 ans de pouvoir d’un régime dont quelques magistrats corrompus vendaient la Justice Burkinabé au plus offrant, et qui ne disent pas le droit. On n’a vu des ministres se mouiller pour étouffer les dossiers criminels a ne citer que celui de Norbert Zongo. Ou une belle-mère qui prenait le Burkina pour sa propriété, ou un petit frère dit petit président qui se permettait de tout sans que la justice ne lève le doigt.

    Ce qui m’emmène a dire à un internaute dans cet analyse, que Ka a été, et reste un serviteur de l’état Burkinabé, et qui a découlé pour tous les régimes qui ont eu des objectifs concrets pour faire avancer le pays sans soutenir un individu que de faire mon travail.

    Être partisan et faire la différence entre l’ancien régime et le nouveau est d’être un simple égoïste. Il est temps que cet internaute arrête de vomir ses salades. Je tire ma vérité sur tous les régimes. Et quand, on voit des intellectuels comme cet internaute veut l’être, et se prendre en admiration pour des vulgaires tueurs massifs, on ne peut que s’attrister pour l’avenir de notre pays. Et je dis à cet internaute, si on veut faire une critique d’un intellectuel averti, on se garde de faire des écrits alimentaires, surtout quand on connaît la couleur de cet argent rouge de sang.

    Et la question que je voudrai le poser en lisant quelques vomissements qu’il dépose dans les sites des réseaux sociaux concernant ses mentors : ’’’Quels sont leurs hauts faits, si ce n’est que d’avoir massacré d’autres innocents pour un pouvoir que certains semblent rejeter aujourd’hui ? En disant le MPP de Ka, je conclu que le problème dans ce pays avec les internautes partisans qui ont perdu le pouvoir, c’est que lorsque tu dénonces les choses, il se trouve des idiots pour dire que c’est parce que tu n’as pas aimé leur régime. Sans rancune.

    Quand a toi mon jeune internaute HORUDIAOM, merci pour ta critique de haut niveau. Continuons a apporter nos modestes contributions pour faire avancer le pays que nous aimons toutes et tous. Ton vieux Ka en vacance.
    .

    Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 11:30, par HORUDIAOM En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      Merci mon vieux Ka. Profite bien de tes vacances en France. Je t’écris depuis Nairobi avec sa fraicheur légendaire. Nos critiques sur ce forum consistent à améliorer la gouvernance dans ce pays quelque soit le régime. Ne cède donc pas à la provocation de l’internet en question. L’insurrection populaire de 2014 au Burkina n’était pas dirigé contre la personne de Blaise Compaoré mais le système de prédation dans lequel nous étions enfermé et ou le pays et son économie étaient en coupe réglés et dirigés par un groupuscule. Ce qui nous arrive aujourd’hui explique bien que malgré les 27ans de pouvoir du régime Compaoré, le pays n’était pas solide. Quelque soit la manière dont un président quitte le pouvoir, si le pays est bien géré, bien armé contre l’adversité et les institutions fortes , il ne sombrera pas au premier coup de fusil de l’ennemi. On parle du RSP, je veux bien écouter les admirateurs de ce régiment mais dans un pays sérieux, c’est toute l’armée qui est bien formée et équipée et non un seul régiment. C’est cela la réalité qu’on ne veut pas voir. Les troupes d’élite oui, mais mettons toute l’armée à niveau. Mon vieux Ka, de peur de faire hors sujet sur le thème du jour, je te renouvelle mon amitié et te remercie pour tes critiques constructives et pertinentes. Je réitère mon appel au président Roch afin qu’il prenne en compte cette situation de corruption dans le pays. Comme un internaute l’a souligné plus haut, il me semble que le président Macky SALL était hors de lui-même quand il a été informé des agissements de nos ministres à Dakar. Une suite doit être donnée à cette affaire ! Bon repos mon vieux !

      Répondre à ce message

    • Le 19 juin à 12:04, par caca En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      Bonne vacances Vieux Ka ! je ne regrette pourtant rien dans mes critiques. Ta contrition face au déboire du régime MPP que tu as beaucoup défendant dans le même réseau ne qu’une phase cachée de toi-même de tourner vite le costume. Tu réclames aujourd’hui d’une critique intellectuelle et raisonnable pour faire avancer la démocratie dans ce pays. Et tu omets en traitant caca un internaute alimentaire au côté de l’ancien régime. C’est sans rancune que je te talonne, mais je remarque que ta sénilité ne permet plus de comprendre caca dans son idéal avec l’ancien régime. Bon, je peux comprendre toutefois tes préférence pour les internautes de ta cause des félicitations. Mon pseudonyme est caca et lefaso.net a compris le jeu trouble de mes analyses. Les burkinabé dans leurs majorités attendent les félicitations que les critiques d’opposition, mais l’insurrection est passée par là avec un séisme de tremblement de la fondation narcissique dans laquelle notre image était fondée. Bien à toi et bonne saison de pluie !

      Répondre à ce message

      • Le 20 juin à 10:14, par Ka En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

        Caca : Tu confirmes en disant : ’’’’’Mon pseudonyme est caca et lefaso.net a compris le jeu trouble de mes analyses.
        ’’’’
        Vu la situation actuelle du pays que nous aimons tous, est ce productif tes vomissements de provocation ? Comme je ne cesse de le répéter dans ce Forum, ’’’’une des raisons du malaise humain est précisément le fait que les hommes aveuglés par leurs ambitions, s’adonnent à la fausse-apparence et que la sincérité et la pureté ont disparues de leur vie. Il y a des gens comme toi caca, dont la déviation morale a atteint le point de non-retour, et pourtant qui savent donner d’eux-mêmes, avec une maîtrise incroyable, une image de philanthrope. L’hypocrisie est à tout point de vue le défaut moral le plus laid. Certaines personnes comme toi n’expriment leur opposition que pour se faire remarquer. Ils préfèrent critiquer les qualités des autres plutôt que d’observer le silence et la discrétion, parce qu’ils ne supportent pas de passer inaperçus. Nombreux sont ceux qui recourent à l’hypocrisie pour se faire valoir : C’est pourquoi l’Afrique est très malades de ses intellectuels. Néanmoins merci de me souhaiter des bonnes vacances. Que Dieu tout puissant en ce beau dimanche ensoleillé en France vous bénisse et protège notre pays.

        Répondre à ce message

        • Le 21 juin à 10:02, par caca En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

          Vieux Ka, bon début de semaine et bon séjour.
          Pour te répondre, j’ai choisi de me servir une histoire biblique que tu connais d’ailleurs dans la Bible : "La Tour de Babel". Pour moi, la Tour de Babel est une expression qui renvoie à un endroit où règnent le bruit, la confusion où les gens ne se comprennent pas. Ou bien un lieu multiculturel où de nombreuses langues sont parlées. Notre démocratie est devenue une Tour de Babel et nous attire des malédiction des Dieu dans un pays qui a perdu son âme en 2014.

          Selon la Bible, les hommes de Babylone ne parlaient auparavant qu’une seule langue et ne formaient qu’un seul peuple. Un jour leur vint à l’idée de construire une tour qui atteindrait les cieux par sa hauteur, et leur permettrait ainsi d’accéder directement au Paradis. On nomma cette tour la "tour de Babel", "babel" signifiant "porte du ciel". Mais Dieu, les trouvant trop orgueilleux, les punit en leur faisant parler des langues différentes, si bien que les hommes ne se comprenaient plus. Ils furent alors contraints d’abandonner leur entreprise et se dispersèrent sur la Terre, formant ainsi des peuples étrangers les uns des autres. C’est en référence à ce récit de la Genèse que l’on utilise parfois le terme "tour de Babel" pour parler d’un lieu où règnent le brouhaha et la confusion.
          Ce qui se passe dans notre pays est bien une Tour de Babel où Dieu confondu le langage des burkinabé par leur l’acte orgueilleux à vouloir se conformer les autres. Monsieur est l’ombre de soi-même dans son égoïsme d’accaparer le bien d’autrui pour construire sa propre tour de Babel. Son cas n’est unique, mais renforce l’idée que les uns se font du service public. Nous confondu aujourd’hui, car les choses vont de pire en pire. Le brouhaha et la confusion sont des conséquences de la folie des 30 et 31 octobre 2014.

          Répondre à ce message

        • Le 21 juin à 10:03, par caca En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

          Vieux Ka, bon début de semaine et bon séjour.
          Pour te répondre, j’ai choisi de me servir une histoire biblique que tu connais d’ailleurs dans la Bible : "La Tour de Babel". Pour moi, la Tour de Babel est une expression qui renvoie à un endroit où règnent le bruit, la confusion où les gens ne se comprennent pas. Ou bien un lieu multiculturel où de nombreuses langues sont parlées. Notre démocratie est devenue une Tour de Babel et nous attire des malédiction des Dieu dans un pays qui a perdu son âme en 2014.

          Selon la Bible, les hommes de Babylone ne parlaient auparavant qu’une seule langue et ne formaient qu’un seul peuple. Un jour leur vint à l’idée de construire une tour qui atteindrait les cieux par sa hauteur, et leur permettrait ainsi d’accéder directement au Paradis. On nomma cette tour la "tour de Babel", "babel" signifiant "porte du ciel". Mais Dieu, les trouvant trop orgueilleux, les punit en leur faisant parler des langues différentes, si bien que les hommes ne se comprenaient plus. Ils furent alors contraints d’abandonner leur entreprise et se dispersèrent sur la Terre, formant ainsi des peuples étrangers les uns des autres. C’est en référence à ce récit de la Genèse que l’on utilise parfois le terme "tour de Babel" pour parler d’un lieu où règnent le brouhaha et la confusion.
          Ce qui se passe dans notre pays est bien une Tour de Babel où Dieu confondu le langage des burkinabé par leur l’acte orgueilleux à vouloir se conformer les autres. Monsieur est l’ombre de soi-même dans son égoïsme d’accaparer le bien d’autrui pour construire sa propre tour de Babel. Son cas n’est unique, mais renforce l’idée que les uns se font du service public. Nous confondu aujourd’hui, car les choses vont de pire en pire. Le brouhaha et la confusion sont des conséquences de la folie des 30 et 31 octobre 2014.

          Répondre à ce message

  • Le 19 juin à 11:54, par KingBaabu En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Dommage que des aines comme Seydou Zagre soient carrement des anti-modeles, contrairement a Seydou Bouda de la Banque Mondiale. Triste.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 11:01, par Ka En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Merci mon jeune HORUDIAOM de me faire savoir que tu te retrouves dans un pays que j’aime, et que j’ai un ami qui m’invite très souvent. Je t’en veux énormément d’être au pays des MAU- MAU, autrefois un peuple courageux en mouvement qui, à mains nues ont fait comprendre les occupants blancs d’Angleterre que leur terre est sacré et les appartienne. Ce mouvement dont le but était de chasser les colons de leur terre, a fait le Kenyan ce qu’il est de nos jours. Je t’en veux, car tu es dans un pays ou son histoire ethnique est semblable à celle du Burkina, dont la domination de la dynastie mossi de Naaba Koutou est égale à celle des Kikuyu qui a libérer le Kenya.

    Et si je dis que l’histoire du Kenya est semblable au notre, C’est que le feu Kikuyu Jomo Kenyatta comme notre mossi le feu Gandaogo Maurice Yaméogo, ont utilisé leur puissance ethnique pour tenir au départ leur pays à la main de fer.

    D’ailleurs au Kenya, la dynastie Kikuyu ne lâche pas sa domination en matière de gouvernance, et ce n’est pas mon ami Raila Amolo Odinga de l’ethnie Luo, et éternel opposant des Kikuyu au pouvoir, semblable à Zépherin Diabré, un Bissa au milieu des mossis puissants, Raila ne me dira pas le contraire, même si son père fut vice-président, c’est le dernier Kikuyu Uhuru Kenyatta de la dynastie qui est au pouvoir de nos jours.

    Profites en de ce beau pays qui se développe rapidement grâce aux Indiens et Chinois qui ont pris le relai des Anglais dans la culture du thé, des fleurs et autres commerces juteuses. N’oublie pas d’aller prendre un thé à la mode Anglaise au salon de l’Hôtel ’’’ Thomas SANKARA’’’ au nom de ton vieux Yemdaogo Kayouré dit Ka, qui t’attend au marché de Laye pour des galettes au farine de Sorgho trempées dans du lait matinal des vaches de Léourou, ma vendeuse de lait naturel de mesure à la louche calebasse depuis plus de 30 ans, à commencer par sa mère de b1974.

    Internaute ’’’Le Vigilent :’’’’ Tu reprends ce que j’ai dit, " la colonisation était une malédiction mais l’indépendance... c’est encore pire". Ainsi parlent plusieurs personnes dont mon ami KA. Cela vaudrait-il dire que nous regrettons notre indépendance, surtout que nous reconnaissons qu’elle n’est pas achevée, et que tout aurait été bien mieux pour nous sans cette indépendance ?

    Cher ami internaute ’’Le Vigilent :’’ Si je me suis permis de le dire, c’est à cause d’un bilan de 60 ans d’indépendance du continent gérer par les valets des impérialistes qui n’ont pas eu le courage politique de rompre franchement avec ce qui a fait son temps pour autoriser l’exploitation d’autres voies susceptibles d’ouvrir la porte du nom du continent ’’’la première puissance mondiale.’’’’

    C’est pourquoi je te repose la question, ’’quel Bilan faire, 60 ans après ? C’est la question qu’il faut se poser. Comment un continent qui possède des richesses potentielles aussi colossales peut-il être tombé si bas ? Mieux vaut avoir l’honnêteté de constater que, si les "blancs" sont bien à l’origine de nos misères, ils ne peuvent aujourd’hui nous y maintenir que grâce à la complicité de nos dirigeants et à la mentalité acquise par nos populations.

    Alors, regardons-nous en face et essayons de changer les choses chez nous en évitant d’avoir systématiquement recours au même bouc émissaire qui a pour nom ‘’La France :’’ Leurs comportements est tout à fait contraire au développement que nous voulons. C’est pourquoi je persiste en confirmant que l’Afrique restera toujours embourbée dans son sous-développement, car, elle est incapable de se mobiliser autour de grand objectifs et de faire passer l’intérêt général avant les intérêts personnels. Il en résulte un pillage systématique par les dirigeants prédateurs et les multinationales gloutonnes, sans parler des "hommes d’affaires", mercenaires et aventuriers véreux dans chaque gouvernement.

    Conclusion : ‘’’’’’’’’’Le seul bilan positif de notre indépendance, c’est que le gros de la clientèle de la CPI soient les Chefs d’État africains. Pourtant, on trouve des idiots qui disent que la CPI est une machine judiciaire dressée exclusivement contre l’Afrique.’’’’’’’’ Merci de me lire.

    ’’’’’’’Mon ami SOME :’’’’’’’’ Je loue avec fierté la nouvelle technologie qui nous permette d’être plus près de l’un et l’autre : Comme dans ce train TGV qui nous emmène vers la capitale avec son WIFI gratuit qui me permet de vous écrire sans interruption, et à mes côtés ma dulcinée complice durant 48 ans dort profondément pour ce voyage de quelques heures, elle est contraire à moi qui ne peut pa dormir sur un engin qui roule.

    Tu dis : ’’’’’Oui mon ami Ka, c’est ainsi fait le pays des hommes désintégrés. Tu comprends pourquoi je disais que Roch est mal conseillé, Zagre n’est qu’un exemple. Combien il y en a comme lui qui sont issus de 27 ans de désintégration morale. Ce qui fait mal encore plus, c’est comment cette génération qui est la nôtre s’est perdue à ce point.’’’’’

    Oui, tu as complètement raison, qu’il soit Ka, SOME, et autres, après le 15 Octobre 1987, nous sommes tous comptables de ce qui arrive dans notre pays. Il fallait dès le premier jour du massacre de l’idéologue et valeureux fils du continent, agir comme ce 31 Octobre 2014, et remettre les pendules dans l’orientation de la rectification voulu par le visionnaire. 27 ans de répression, 27 ans de corruption à ciel ouvert, 27 ans des crimes gratuits, 27 ans avec des fillettes du RSP qui tiraient sur tout ce qui bouge, ne peuvent pas s’effacer facilement, car la racine est allée très profonde.

    Mais ce qui ne regarde que ton ami Ka, c’est qu’un pas a déjà été fait pour que la future génération prenne conscience de nos erreurs : Et le pas qui a déjà été fait est celui de la justice dont Roch Kaboré tienne à rectifier en séparant le pouvoir qui est à l’exécutif, et la justice qui est à la justice. Car, il sait très bien que la première cause qui mine le développement d’un pays, c’est sa JUSTICE ! La première cause qui crée des crises sociales dans un pays, c’est sa JUSTICE.

    Alors, avec ces jugements des dossiers des crimes impunis, et surtout qu’il laisse jugé ses ministres et directeur de cabinet, Roch Kaboré veut tourner la page des 27 ans d’un régime sans justice qui était mortel, pour explorer d’autres voies profitables aux citoyens et non aux politiques enfermés dans leur égoïsme et qui produisait du désordre. Et dans une situation de désordre, c’est la « loi de la jungle » qui s’installe. Le désordre permet ainsi la réalisation d´une plus grande injustice.

    Conclusion mon ami SOME : Je pense sincèrement qu’il faut vraiment, encore une fois, faire confiance à nos institutions, faire confiance à nos lois et faire confiance à ce pas que Roch Kaboré vient de faire, ‘’’’’la séparation du pouvoir et la justice. Je vous quitte, car je suis arrivé à la capitale Française pour notre retour au pays des hommes désintégrés. Porte toi bien mon ami SOME.

    Répondre à ce message

    • Le 22 juin à 14:55, par SOME En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      oui mon ami a, je me desole pour toi de retomber dans notre pays si denaturé a tous les niveaux. Mais notre lutte est là !
      Roch, Valere, trin poda, timothée, Basile, etc et bien d’autres et non des moindres, furent les grands freres qui nous formerent. Je comprends ce que tu veux dire mais il y a des limites. Et Roch se sauvera si il gere correctement et fermement la question de la justice et maintenant cette affaire de securité qu’il laisse pourrir. Bientot s’ajoutera la question de la terre ! revoi ce que dit le marxisme sur la question de la terre. Encore pire dans une societe comme celle du burkina !!!
      Roch tiens là en ce moment une opportunite historique pour faire un saut ou plutot un sursaut qualitatif brusque !
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 20 juin à 17:09, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Franchement, je me demande qui se cache derrière ce fameux Ka qui massacre de temps en temps la langue de molière, qui prétend être conseiller en développement, qui a les moyens de se payer des vacances en France et qui défend becs et ongles le régime ripou de RMCK et son conglomérat d’escrocs en faso dan fani ?
    Est-ce une technique de diversion pour mieux se camoufler au cas où le vent viendrait à changer de direction ?
    En tout cas, bravo pour le scénario bien monté !!!
    A bas les escrocs pour qui le faso dan fani est devenu une sorte de cagoule derrière laquelle on se dissimule pour mieux braquer les ressources du BF.

    Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 09:10, par kwiliga En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      @Chasseur d’insurrescrocs
      Je ne serais pas aussi dur que vous à l’égard de Ka, mais je dois admettre que moi-même, je m’interroge depuis un certain temps.
      En effet, alors que je voyais en Ka, un défenseur du peuple, un ardent convaincu de la lutte des classes, le voilà aujourd’hui transformé en partisan du gouvernement, écrivant parfois des commentaires injustes et destructeurs en réponse à la moindre critique émise contre RMCK et ses ministres.
      Mais que s’est-il donc passé ?
      D’autre part, le nombre et la longueur des post de Ka, depuis qu’il est en France, vont nous laisser à penser que ce pays doit être foutrement ennuyeux, alors qu’il n’en est rien.

      Répondre à ce message

      • Le 21 juin à 15:01, par Ka En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

        Non Kwiliga tu te trompes, car mes critiques fondées ont toujours étés claires et longues : Comme je t’ai dit dans une de mes critiques, ’’’’dans mon village, il y a une rivière sacrée comme ton père t’a nommé fièrement ’’’Kwiliga.’’’’ Mais la différence est que notre rivière ne tarie jamais, comme toi tu es asséché d’idées.

        Mais tout est possible a celui qui croit nous dit la Bible : Je te confirme que notre rivière sait souvent comment aider mystérieusement les habitants qui la vénèrent. Un exemple : Au requiem de la mort de ma mère il y a quelques années en plein mois d’Avril à 45 degré, les invités dont un ministre toujours vivant parmi nous, qui a assisté a ce requiem a vu en plein midi notre chef aller demander à la rivière d’adoucir la chaleur pour les invités, surtout les danseurs venus du village de ma mère tout vêtus des costumes de danse traditionnelle et qui font leur boulot. Par miracle a 13 heure une pluie arrosa tous les invités un bon moment, tant dis que les villages voisins n’ont rien eu comme pluie.

        C’est pourquoi en tant que croyant, je dis que si Moïse a pu demander à Dieu de partager la mer en deux pour laisser passer son peuple afin que le pharaon ne les extermine pas, ce même Dieu écoute tout le monde. Et j’ai du respect pour notre Kwilliga, ou celles ou ceux qui portent ce nom.

        Alors rassure que je suis de retour et que mon voyage en France était très riche en aventure. J’avais partout le WIFI en abondance pour écrire ce que je veux sans aucune coupure sur mon téléphone. Non ! Je ne jamais cessé d’être aux côtés de la vérité qui va pour le peuple. Ici je ne défends pas un individu nommé Roch Kaboré et son gouvernement, mais un décideur qui a décidé de laisser faire la justice.

        Avec cette affaire de Zagré, la justice est là pour décider de ce qui est juste. Nul n’est au-dessus de la loi. Si le président du Faso est impliqué, il doit répondre de ses actes, et ne pas laisser son entourage de mener la politique de la ruse comme c’était fait durant 27 ans. Alors Kwiliga, soit une rivière qui est intarissable pour que la vérité soit dite, comme je l’ai prouvé avec notre Kwiliga. Renseigne toi bien, tu trouveras cette riviera ou chaque année a une date précise tous les habitants apportent son offrande de remercîment. Si j’ai tenu à te laver la cervelle, c’est que tu utilises un prénom dont tu ne le respecte pas, ou bien tu ne connais pas la signification.

        Répondre à ce message

    • Le 21 juin à 11:15, par Ka En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

      Quand on est auteur de la corruption, on croit que tout le monde l’est. Et ici avant de répondre à cet individu, qui met tout le monde dans le même panier, je confirme que cette personne du pseudo ’’’’Chasseur d’insurrescro aux multiples pseudos, et qui qui accuse tout le monde de la corruption, est le premier à le faire.’’’’

      Accusé Ka de corruption pour un voyage offert par ses enfants, est de ne pas connaitre notre famille, qui, de génération en génération, a comme totem ’’’la solidarité famille.’’’ Et pour laver la cervelle de cet individu a l’eau de javel, je vais lui donner un petit exemple : ‘’’’’Avant que son excellence l’ambassadeur Louis Dominique OUEDRAOGO nous livre la liste des soldats burkinabè qui sont morts ’’’’’’ce jour-là pour la France,’’’’’ il y a de cela quelques années, au cours d’une émission télévisée en France concernant les anciens combattants dont participait l’honorable Dr. Issouf Joseph Konombo, nous apprenons qu’il y a la liste des tombes ou sont enterrés nos soldats, parmi, un de notre famille qui est dans la liste de son excellence Ouédraogo.

      Apres l’émission, toute la famille a tout fait pour trouver cette liste du coté du Sénégal par un étudiant, et qui a permis la famille de vendre poulets et ânes, mil et objets d’art, cotisé, pour qu’une personne ait voir la tombe de notre illustre parent. Ce que mes enfants ont fait, c’est ce que j’ai fait pour mon père et ma mère jusqu’à leur mort. Alors tu es un escroc de premier ordre. Comme mon ami internaute SOME ne cesse de le répéter dans ce forum, vous savez ou nous trouver. Je profite de ce message, dire encore merci à mes enfants, et à mon promo à Toulouse qui a pris gout de lire Lefaso.net, et qui nous accueilli avec tous les honneurs chez lui.

      Oui Internaute aux multiples pseudos Chasseur d’insurrescrocs, tu as raison de conclure que je massacre une langue qui ne m’était pas destinée, car j’ai opté l’Anglais et l’Allemand. Ce que je ne peux pas massacrer, si tu étais en face de moi, ce sont les maths, ou si on ouvrait nos cervelles, on verra que j’ai un grand pourcentage d’stockage des règles de Pythagore, géométrie, plus que toi.

      Et ce sont ces règles d’une autre époque dont il faut retenir sans passer par une calculatrice ou un ordinateur , qui nous a, la deuxième génération des Africains Diplômés du CHEC (Centre des hautes études de la construction (Paris, France) dont je fais partie, ont pu vous donner des plans des infrastructures pour commencer à développer notre pays. Me connaitre, il fallait naitre tôt et venir nous voir à une époque au cadastre avec nos règles et compacts pour dessiner les plans. C’est là ou commença ma carrière comme tant d’autres en tant qu’ingénieur à la Direction et contrôle des grands travaux (DCGTX) dans les années ou le pays en avaient besoin.

      Non cher internaute aux multiples pseudos, tu n’es qu’un partisan égoïste qui ne sait pas comment évolue un pays avec ceux qui soutiennent les actions et les bonnes actions des décideurs qui vont au peuple. Ka a toujours été neutre en soutenant les actions concrètes de tout régime qui arrive au Burkina : On nous a vu en tant qu’ingénieurs aux cotés de Thomas Sankara dans les chantiers à fabriquer des briques et construire des cités pour le peuple.

      Et mon plus grand souvenir, est qu’un samedi matin au début de la gouvernance du CDP, je me présente par audience a la présidence pour présenter un jeune ami au PF en étant impliqué sur le plan de Ouaga 2000 dont le locateur de la présidence tenait tant. Bâtisseur, on ne pouvait le nier : De 8h30 le samedi jusqu’à tard de la journée, on n’était là que pour le projet. Pour te dire, qu’il soit Roch Kaboré, Blaise Compaoré, ou autres, ce qui compte, c’est de soutenir leurs bonnes actions qui vont au peuple comme cette action de laisser la justice faire son travail que je soutiens.

      Comme je l’ai dit à caca, un caca qui a été élevé avec attention par un élu très régionaliste, qui a fait beaucoup pour sa province dont j’ai admiré et soutenu, et qui n’est plus de ce monde, et s’il était vivant, ne reconnaitra plus cet individu qui vomisse des salades sur le net : Vous êtes de même, dont la déviation morale a atteint le point de non-retour, et pourtant qui savent donner de vous-mêmes, avec une maîtrise incroyable, une image de philanthrope. L’hypocrisie est à tout point de vue le défaut moral le plus laid. Certaines personnes comme vous n’expriment leur opposition que pour se faire remarquer. Ils préfèrent critiquer les qualités des autres plutôt que d’observer le silence et la discrétion, parce qu’ils ne supportent pas de passer inaperçus. Nombreux sont ceux qui recourent à l’hypocrisie pour se faire valoir : C’est pourquoi l’Afrique est très malades de ses intellectuels comme vous.

      La dernière chose que je vais te confirmer puisque tu n’as pas lu que ce sont mes enfants qui m’ont payé ce voyage pour mon anniversaire : Sache que tous mes enfants en activité, depuis leur jeune âge, je les ai dit s’ils avaient à choisir entre la fonction publique et le privé, le privé sera la bonne solution. Aujourd’hui, cadres de banque et autres, ils sont dans le privé en Afrique comme en Europe. Leur mère et moi ont travaillé toute notre vie pour leur réussite dont nous ne regrettons pas, même si je me déplace toujours avec ma vielle ’’’Camico’’’ offerte à une époque par un commerçant de la ville de Koudougou, que je garde précieusement.

      Conclusion : Toi qui est sur le net à insulter les autres, ‘’’’’que tu veux ou pas,’’’’ le Burkina a été libérer le 31 Octobre 2014.

      Et tout dont Ka regrette aujourd’hui, c’est que la transition avec le président Michel Kafando et son équipe n’avait pas eu assez de temps devant elle : Malgré le peu de temps, cette équipe a fait un travail sans précèdent qui n’a pas été repris à 100% par le président Roch Kaboré et son équipe. La transition nous a permis des élections transparentes et apaisées, arrêter les assassins de nos enfants, si cela n’avait pas été fait sous la transition et son équipe, rien ne prouve que cela sera fait par la suite. On peut tout dire de cette transition, mais ses acteurs comme Cherif Sy, A. Barry, et autres, doivent être classées comme Thomas Sankara, et dans la même catégorie que certains mythes comme Lénine, Mao Tse Toung, Che Guevara, Lumumba, car ils ont sauvé le pays. Sans rancune.

      Répondre à ce message

      • Le 21 juin à 15:50, par caca En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

        Vieux Ka, quand c’est bon c’est bon. caca n’a pas de souci avec une telle réaction lorsque surtout la neutralité est bien observée. Même si tu traite d’hypocrite, on a évolue ensemble peut être le séjour Toulousain est quelque chose dans l’acceptation de la diversité d’opinion.
        Si tu passe à Paris, je t’invite à boire un verre dans un restaurant parisien. Ma femme étant au pays là-bas, je peux te rencontrer à Paris. Un grand merci à tes enfants pour ses vacances bien mériter et la bénédiction que tu leur apporte. Bon séjour.

        Répondre à ce message

        • Le 21 juin à 21:00, par Ka En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

          Caca, merci pour l’invitation : malheureusement de Toulouse directement à l’aéroport sans mettre pied à terre à Paris, nos correspondances étaient longues jusqu’ à Ouagadougou : Pour te dire que grâce à vos bénédictions, nous sommes de retour chez nous. Te dire aussi que Dieu est Amour et Paix ! Lorsqu’on à la foi on ne peut qu’agir autrement, aller vers l’autre, offrir et partager, ce qui nous est arrivé cette année avec mon vieux promo et toute sa famille et ses amis. Que l’on soit chrétien, musulman ou juif et même d’autres religions (non monothéiste) la seule valeur est celle de la fraternité et cela s’est encore vu à Toulouse par cette famille protestante d’Alsace installé a Toulouse, et qui ont connu la famille Dupré, des Alsaciens qui ont conquis la Haute Volta.

          Oui Dieu est toujours à l’œuvre parmi nous. A Ouaga tu sais ou me trouver. Encore une fois, mamie se joigne à moi pour te remercier pour l’invitation. Mais avant de te laisser, sache que notre pays en a besoin de l’apaisement des cœurs des uns et des autres pour une paix durable. Sans paix, point de développement. Il faut que toutes et tous, nous soyons résolument inscrit pour la paix. En tant que croyants, notre plus grand souhait est que le Burkina se retrouve avec ses filles et ses fils, qu’ils se parlent, s’entendent pour l’intérêt du pays. Nous devons être soudés, afin que les uns et les autres se pardonnent afin que le Burkina reste un, et indivisible ». Comme ici, tout le monde comme Roch Kaboré, doit laisser faire la justice et que le droit soit dit pour toutes et tous.

          Répondre à ce message

          • Le 22 juin à 08:03, par caca En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

            Bonjour Vieux Ka, je te crois en bonne santé parmi les toulousains et que tes vacances va faire la fin. C’est dommage que vous ne passez pas sur Paris, je vous souhaite un bon retour parmi les siens.
            Je suis ravi de ton parcours professionnel à travers des générations au Burkina Faso et ta vitalité à pouvoir aujourd’hui faire des vacances en France. Le regard qu’on fait de nous africains est toujours être dans la mendicité européenne. Mais de voir des nôtres payés des vacances pour le plaisir montre un espoir dans nos pays dites pauvres.
            Bref, il est temps dans notre pays que l’intérêt supérieur de la nation dépasse l’égoïsme politique. Même si le sous-sol burkinabé était pauvre, nous sommes reconnu dans le monde être le pays des hommes intègre et travailleur. Nous trouver dans une impasse politique et dans une telle imbroglio dit le contraire des générations. Nous devons apprendre à vivre avec cette douleur dans l’espérance d’un renouveau démocratique pour valoriser notre destinée.
            Porte toi bien et bonne fin de vacances.

            Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 15:07, par TIENFO En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Si on conjuguait nos efforts pour des critiques constructives, on réduirait à coup sûr certaines dérives à nos dirigeants. Majorité ou Opposition, représentent les deux faces d’une même pièce. Mettons les idées dans un même panier et notre chère patrie s’en ira mieux. Au jour d’aujourd’hui, les deux camps doivent admettre que le Burkina traverse une crise de bonne gouvernance pour commencer. Sinon ; demain ne sera pas la veille.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juin à 23:35, par @Yako En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    "Le compte rendu du conseil des ministres du 25 janvier 2012 qui a pris cette décision de révocation relève que c’est « pour fautes graves de gestion ». « Le présent décret met fin aux fonctions de maire de ZAGRE Seydou conformément aux dispositions de l’article 272 de la loi n°055-2004/AN du 21 décembre 2004 portant code général des collectivités territoriales au Burkina Faso », précise la mesure gouvernementale."

    Moi je n’ en veux pas a Zagre. J’ en veux a ceux qui l’ ont nomme et qui continuent de le nommer. Vous savez qu’ il est toujours soupconne de choses pas claires et vous le nommez sans qu’ il ait pu a se blanchir. President Rock, vous allez laissez un mauvais nom apres vore depart. Vpous protegez les voleurs. C’ est pas bon. C’ est le pays qu’ ils mettent en retard. Jouez votre role de president. Frappez du poing sur la table. Ne conofndez pas amitie et affaires publiques.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin à 19:01, par Alexio En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Chers internautes cessez de juger avant que la commission d enquete et son aboutissement jurisprudentiel courre a point.

    Les elucubrations des uns et autres speculations sont loin d une penalite judiciaire conclu.

    Dans les annales de la jurisdisprudence null n est coupable avant que le verdict final n est tomber. Car il y a toujpurs des recours dans le cours jusqu a sa fin.

    Nous sommes en dans un Etat de droit. Donc Le sieur Zagre est innocent jous qu a preuve contraitre. Soyons sereins et objectifs dans nos demarches. Et nous devions tous prendrent et tenir en compte et en charge les droits de l accuse.

    A bon entendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juillet à 16:44, par Sacksida En réponse à : On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux

    Cher TIENFO, ce ne sont pas des idées et des références qui font défaut dans ce pays pour mieux combattre concrètement la corruption générale, des détournements des deniers publics et des vols divers qui enfoncent ce pays dans les sous développement structurels. C’est tout le système de gouvernance et la volonté politique de répressions de ce maux qui font cruellement défaut. L’on a l’habitude de dire que le Poisson pourrit toujours par sa tête. C’est dommage.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
On en parle : Seydou Zagré, le directeur de cabinet du président du Faso, devant la justice pour blanchiment de capitaux
Burkina Faso : Démission de l’ensemble du Bureau exécutif du PAREN
Jean-Claude Bouda déposé à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou
Burkina Faso : agir vite et avec subtilité pour prévenir la prolifération de milices
Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé
Santé : Il n’y a pas d’épidémie de dengue, rassurent les services de santé
Menace de mouvement d’humeur ce vendredi au Centre hospitalier universitaire de Tengandogo (ex hôpital Blaise Compaoré)
Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses
Transport aérien : L’un des nouveaux avions d’Air Burkina est arrivé à Ouagadougou
Portées disparues : Fati et Mounira ont été retrouvées
Attaques terroristes contre le Burkina : Les Burkinabè de France se mobilisent
Portées disparues : Fati et Mounira
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés