Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La vraie noblesse s’acquiert en vivant, et non раs еn nаissаnt.» Guillaume Bouchet

Burkina Faso : "Nous avons failli", regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • • mercredi 30 janvier 2019 à 12h23min
Burkina Faso :

Le Cinéaste Rasmané Ouédraogo a été appelé à la barre du tribunal militaire de Ouagadougou, en qualité de témoin du coup d’État de septembre 2015.

A la question de savoir s’il a un lien de parenté avec l’un des accusés, celui qu’on surnomme "Raso" ou "Ladji" a confié être l’oncle de la fille aînée du Général Djibrill Bassolé. "Sa mère est de mon village. Nous sommes parentés mais ne sommes ni du même père ni de la même mère".

Consultés par le président du Tribunal, le parquet, les avocats des parties civiles et de la défense n’ont trouvé aucun inconvénient à ce que Rasmané Ouédraogo dépose.

Résident à la cité An III, à Ouagadougou, Rasmané Ouédraogo a filmé des éléments de l’ex-RSP en train passer à tabac des civils avec des ceinturons et des cordelettes, près de son domicile. "Ils les frappaient avec la main gauche, puis la main droite. Dans tous les sens. C’est comme s’ils étaient fatigués de les frapper", se souvient le Comédien.

Après avoir balancé la vidéo sur Facebook, le cinéaste sera contacté par la chaîne de télévision France 24. Vu qu’il n’en connaissait pas les implications juridiques, il demanda conseil à sa fille aînée, qui se trouve être juriste à Paris. Elle lui suggéra de démultiplier l’élément. Même conseil donné par la chaîne française et des proches de Ciné droit libre.

Le témoin a confié au Tribunal qu’il recevait des appels de personnes qui raccrochaient aussitôt après qu’il eut décroché son téléphone ou qui lui demandaient si c’était lui qui avait diffusé la vidéo.

"Désormais tout se sait, tout se voit. Les nouvelles technologies sont là pour ça. Quand on pose un acte, soyons sûr qu’on sera rattrapé", a déclaré le temoin avant d’exprimer énergiquement son opposition contre ceux qui "utilisent le matériel du peuple pour le matraquer".

Rasmané Ouédraogo a également accusé sa génération pour avoir échoué. "Nous avons failli et nous devons travailler à nous racheter. Je me condamne et me donne une bouée de sauvetage. Je suis mal à l’aise car je suis des deux côtés : j’ai des amis parmi les blessés et les familles des victimes mais aussi parmi les accusés".

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 30 janvier à 14:06, par LY En réponse à : Burkina Faso : "Nous avons failli", regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

    Félicitations Raso pour cette intervention comme témoin. C’est cela être un véritable citoyen. Oser diffuser au moment des événements une vidéo aussi dérangeante pour les putschistes, il faut une sacrée dose de courage et de patriotisme. Dieu merci que des hommes comme Raso, il en existe encore. Parlant de sa génération, il dit : nous avons failli et nous devons nous racheter. C’est vrai et si bien dit. Il faut assumer l’échec de sa génération qui pense quelle est la plus intelligente et qu’après elle c’est le déluge. Que Dieu te bénisse Raso.

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 14:36, par Yako En réponse à : Burkina Faso : "Nous avons failli", regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

    Bof, recherche de notoriete ou acte citoyen Mr le Comedien ? En tout etat de cause bien qu’il s’agit d’un temoin aussi leger comme Rasmane, l’avenement du CND a au moins l’avantage de faire sa promo surtout a l’international.Bravo Rasmane tu es coherent avec toi meme.Comme quoi il arrive aux artistes de tirer profit des tragedies et ce mec la l’a bien compris.
    Yako

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 14:44, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Burkina Faso : "Nous avons failli", regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

    HOMMAGE A NOS MARTYRS du 30, 31 Octobre 2014 et 16,17 Septembre 2015

    Merci Tonton Raso très stoïque pour votre langage de vérité et soyez béni. Tout est bien dit de la part d’un Homme Sage. Or le général félon Diendéré a publiquement dit à la barre que ses éléments(ex-rsp) n’ont jamais brutalisé les civils. Voila une révélation de grande taille qui met à nu les gros mensonges de ces 2 "généraux" manipulateurs, menteurs et faux qui ont peur de s’assumer entièrement devant les juges. Parmi les accusés, tous ne sont pas mauvais certains (soldats de rang de bonne foi) ont été instrumentalisés et utilisés par ces 2 potentiels putschistes dans cette boulimie du pouvoir. Ils sont prêts à dire tout la vérité. il y a au moins des hommes intègres.
    Nous espérons qu"ange" Djibril ne dira pas que Raso a fabriqué des vidéos chez lui car il est singulièrement spécialisé à dire que tout est fabriqué même celui(avec Soro) que lui-même a reconnu le premier jour à la barre. Trop de sang a coulé. Nous n’accompagnerons jamais le mal en chair et en esprit.

    Tonton Raso a refusé de pactiser avec le mensonge. Ces vidéos confirment logiquement que des balles réelles ont été tirées sur les civils d’où 15 morts.

    Merci tonton Raso(patriote et intègre) pour votre honnêteté. Merci pour votre bravoure. Merci pour ces vidéos. Nous prions que nos BRAVES FDS(Merci à elles) en farouche lutte aujourd’hui contre le terrorisme ne prennent jamais l’exemple sur ces 2 généraux félons les pires de l’Histoire de chère armée. Tout ce qui est caché sera au Grand Jour. Voici que le Grand Jour(procès) s’est levé, tout se révèle petit à petit au BRAVE PEUPLE.

    LA VÉRITÉ TRIOMPHERA SUR LE MAL OU L’IMPUNITÉ(le mensonge) UN JOUR

    A NOS MARTYRS QU’ILS SE REPOSENT EN PAIX. QUE JUSTICE LEUR SOIT RENDUE RAPIDEMENT

    JUSTICE POUR NORBERT ZONGO
    JUSTICE POUR THOMAS SANKARA
    JUSTICE POUR SALIFOU NEBIE
    JUSTICE POUR DAVID OUEDRAOGO
    JUSTICE POUR DABO BOUKARY

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS TOUS.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS . AMEN

    ACHILLE DE TAPSOBA LE BOBOLAIS (pur produit de Thom SANK et de Norbert ZONGO)

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 14:57, par Achille De TAPSOBA En réponse à : Burkina Faso : "Nous avons failli", regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

    HOMMAGE A NOS MARTYRS du 30, 31 Octobre 2014 et 16,17 Septembre 2015

    Merci Tonton Raso très stoïque pour votre langage de vérité et soyez béni. Tout est bien dit de la part d’un Homme Sage. Or le général félon Diendéré a publiquement dit à la barre que ses éléments(ex-rsp) n’ont jamais brutalisé les civils. Voila une révélation de grande taille qui met à nu les gros mensonges de ces 2 "généraux" manipulateurs, menteurs et faux qui ont peur de s’assumer entièrement devant les juges. Parmi les accusés, tous ne sont pas mauvais certains (soldats de rang de bonne foi) ont été instrumentalisés et utilisés par ces 2 potentiels putschistes dans cette boulimie du pouvoir. Ils sont prêts à dire tout la vérité. il y a au moins des hommes intègres.
    Nous espérons qu"ange" Djibril ne dira pas que Raso a fabriqué des vidéos chez lui car il est singulièrement spécialisé à dire que tout est fabriqué même celui(avec Soro) que lui-même a reconnu le premier jour à la barre. Trop de sang a coulé. Nous n’accompagnerons jamais le mal en chair et en esprit.

    Tonton Raso a refusé de pactiser avec le mensonge. Ces vidéos confirment logiquement que des balles réelles ont été tirées sur les civils d’où 15 morts.

    Merci tonton Raso(patriote et intègre) pour votre honnêteté. Merci pour votre bravoure. Merci pour ces vidéos. Nous prions que nos BRAVES FDS(Merci à elles) en farouche lutte aujourd’hui contre le terrorisme ne prennent jamais l’exemple sur ces 2 généraux félons les pires de l’Histoire de chère armée. Tout ce qui est caché sera au Grand Jour. Voici que le Grand Jour(procès) s’est levé, tout se révèle petit à petit au BRAVE PEUPLE.

    LA VÉRITÉ TRIOMPHERA SUR LE MAL OU L’IMPUNITÉ(le mensonge) UN JOUR

    A NOS MARTYRS QU’ILS SE REPOSENT EN PAIX. QUE JUSTICE LEUR SOIT RENDUE RAPIDEMENT

    JUSTICE POUR NORBERT ZONGO
    JUSTICE POUR THOMAS SANKARA
    JUSTICE POUR SALIFOU NEBIE
    JUSTICE POUR DAVID OUEDRAOGO
    JUSTICE POUR DABO BOUKARY

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS TOUS.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS . AMEN

    ACHILLE DE TAPSOBA LE BOBOLAIS (pur produit de Thom SANK et de Norbert ZONGO)

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 17:07, par Badisak En réponse à : Burkina Faso : "Nous avons failli", regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

    Les vrais hommes c’est à dire ceux qui ont le sens de l’honneur et de la dignité se reconnaissent dans leur capacité à assumer les actes dont ils sont responsables ; et Mr Ouedraogo Rasmané est de la lignée de ces hommes là. Etre un homme, c’est ça ! Si de nos jours l’Armée de notre pays perd en performance, c’est parce que certains parmi la haute hiérarchie étaient devenus des affairistes embourgeoisés et qui avaient fini par détourner une partie de l’armée pour en faire une milice au services de leurs intérêts claniques. Hier on a pactisé avec le diable (les chefs djihadistes), aujourd’hui qu’il n’est plus question d’utiliser notre pays comme une passoire, nous sommes devenus leurs cible. Des gens ont utilisé notre pays pour dealer tranquillement et s’enrichir sur le dos de notre peuple sans gène ; mais à présent, c’est la nation entière qui paie au prix du sang, les conséquences de cette compromission. Si le tribunal des homme ne réussi pas à rendre justice, elle sera inévitablement rendue par le créateur lui même.
    Thomas SANKARA nous a prouvé que la valeur d’un homme ne se mesure pas au poids de son portefeuille, mais aux valeurs d’honneur, de dignité et d’intégrité qui guident ses actes et gouvernent sa vie.

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 17:07, par Le Duc du Yatenga Nouveau En réponse à : Burkina Faso : "Nous avons failli", regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

    En tant que Duc du Yatenga Nouveau j’ose m’incliner mais derrière un rideau, devant une telle attitude. Comme quoi quand une réaction est humaine, il ne faut pas hésiter à la poser. Voilà un homme qui n’est pas bardé de galons, ni de sacs de millions de CFA ni d’un cargaison d’armes en bandoulière et qui rend service à sa Nation. Si tu connais où se trouve le Yatenga Nouveau, n’hésite pas à me rendre visite, nom d’un Duc !

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 17:27, par LY En réponse à : Burkina Faso : "Nous avons failli", regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

    Internaute 2 Yako.
    Comment pouvez-vous traiter un de nos meilleurs comédiens de "témoin aussi léger". On voit que vous ne faites pas la différence entre les rôles de "naïfs" que jouent Raso dans les films et sa valeur intrinsèque ! Si cet acte courageux de poster cette vidéo brutale et inhumaine lui vaut de la notoriété avouez que c’est bien mérité ! Pourriez-vous en faire de même ?
    Félicitations encore à "Ladji".

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 17:56, par Django En réponse à : Burkina Faso : "Nous avons failli", regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

    Le comble. Nous sommes à la veille de 2020. On peut tout faire avec une baïonnette sauf d’asseoir dessus . Djibril tranquillement avec le soutien de la NAFA il serait un candidat potentiel avec beaucoup de chance de se faire élire. Tout comme s’ils n’ont pas vu le monde de l’insurrection et se calmer vraiment les voilà au bord du gouffre. Le CDP sera aux élections et eux en prison . Chacun suit son schéma divin. Dieu existe et ils doivent en être convaincus . Les preuves des témoins vont les confondre. Tout se paie sur cette TERRE.

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 19:44, par Le vigilant du Sahel En réponse à : Burkina Faso : "Nous avons failli", regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

    Ceux qui posent des actes, aussi minimes soient-ils, allant dans le sens d’informer sainement les burkinabè ou de contribuer à faire avancer le pays, sont les vrais patriotes. Il est facile de critiquer en étant assis derrière un clavier. Il n’est pas donné à n’importe qui de prendre des risques comme l’a fait Razo.

    Répondre à ce message

  • Le 30 janvier à 20:40, par Ka En réponse à : Burkina Faso : "Nous avons failli", regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

    Mon acteur et ami préféré Raso nationale : La dignité de l’Homme réside dans l’action et la solidarité ! Au stade élémentaire de l’intelligence, et de la réflexion , le synonyme de la revendication d’un DROIT ‘’est l’interpellation sur un DEVOIR manqué.’’ Autrement dit, sans DEVOIR manquer, point de revendication de DROIT. Tu as fait ton devoir de citoyen solidaire a son peuple. Plus simplement, l’exécution d’un DEVOIR est l’accomplissement d’un « DROIT ». Cacher cet état de fait, c’est mentir ! ‘’Le mensonge dégrade la dignité de l’homme, il suppose dans celui qui l’emploie le dessein prémédité de vouloir tromper. De quel œil le menteur peut-il être regardé dans le monde par les gens sensé et raisonnables comme ces deux généraux de pacotille devant leurs juges qui ne veulent pas assumer ? De toutes les façons, DESMOND MPILO TUTU, archevêque anglican sud-africain, prix Nobel de la paix en 1984 a dit que : « Notre valeur dépend intrinsèquement de ce que nous sommes. Oui Raso Tout le peuple Burkinabé a cause de notre silence a cause des bourdes de l’introverti avec sa répression, nous sommes toutes et tous comptables de ce que nous vivons.

    Quand a un impoli envers notre Raso nationale, un immigré clandestin entre l’Italie et la France appeler Yako, c’est connu que son milieu ne lui a pas appris a parler avec respect aux hommes de valeur ? C’est bien leur Inconsidération de l’autre et du prochain qui est la cause de friction dans ce pays. Avec leur immoralité grandissante, ces malfrats veulent encore accaparer le pouvoir et arroser le pays de leur haine. Mais Dieu tout puissant est toujours du côté du Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 08:48, par boudson En réponse à : Burkina Faso : "Nous avons failli", regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

    BJR L’HISTOIRE RETIENDRA QU’IL YA TOUJOURS AU BURKINA FASO DES HOMMES INTÈGRE COMME RAZO POUR TÉMOIGNER DE CE QU’IL A PU VOIR LORS DU PUTSCH ÉHONTÉ DU GÉNÉRAL DIENDERE. QUE D’autres témoins tapis dans l ombre se découvrent au tribunal pour que jaillissent la vérité tant souhaitée par tous

    Répondre à ce message

  • Le 31 janvier à 13:57, par Ablo En réponse à : Burkina Faso : "Nous avons failli", regrette Rasmané Ouédraogo, témoin du putsch du CND

    Félicitations et merci à vous, tonton RASO.
    Votre patriotisme et intégrité témoignent de l’intérêt que vous portez à la manifestation de la vérité au cours de ce procès...
    Soutien total ! Que DIEU vous bénisse abondamment.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : Les plaidoiries renvoyées au 23 avril prochain
Procès du putsch : Ce fonctionnaire de police secouru par le colonel-major Boureima Kiéré
Procès du putsch du CND : L’accusé piégé par une tablette nie toujours les faits
Procès du putsch : Boukaré, la victime qui se soigna avec de la potasse et du sel
Putsch du CND : « Il était le pilier de la famille », relate l’oncle d’une victime décédée
Procès du putsch du CND : P.S, ce professeur de français sauvé grâce à un autre élément du RSP !
Procès du putsch : Gildas, l’homme qui a eu in extremis la vie sauve
Vidéos du putsch : « Un film d’horreur » scande la partie civile, « Rien de nouveau », répond la défense
Procès du putsch du CND : "Comment prétendre maintenir l’ordre avec des cagoules", s’interroge Me Prosper Farama
Procès du putsch du CND : "Je n’ai pas d’observation par rapport aux images", a lâché général Gilbert Diendéré
Ismaël Diendéré filme son père : « Mon papa président ! C’est historique »
Procès du putsch : Le caporal Sami Dah demande pardon à ses co-accusés
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés