Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Putsch du CND : "Il faut que ça marche sinon ce sera la honte de l’armée", clamait le colonel-major Raboyinga Kaboré, CEMAT

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 27 novembre 2018 à 17h49min
Putsch du CND :

Depuis ce matin, le général Gilbert Diendéré déballe son agenda au moment des faits, c’est-à-dire lors du putsch. Au lendemain de l’arrestation des autorités de la Transition, le 17 septembre 2015, Gilbert Diendéré dit avoir convoqué une réunion avec la hiérarchie militaire. "Le Chef d’État major général des armées (CEMGA), général Zagré m’a donné son siège pour que je préside la réunion en tant que président du Conseil national pour la démocratie (CND)", a indiqué Golf (Diendéré).

"Dans un premier temps, j’ai demandé à Zagré qu’elles sont les dispositions prises pour le maintien de l’ordre en ville. Le général Zagré a dit qu’ils étaient en manque de moyen pour le maintien. J’ai dit que je verrai ce qu’il faut faire face à ce manque", explique le général Diendéré.

Toujours selon Golf, au cours de cette réunion, le Chef d’État major de l’armée de terre (CEMAT), Raboyinga André Kaboré a dit : "Il faut que ça marche sinon ce sera la honte de l’armée". Cela faisait référence au putsch.

"Monsieur le président [du tribunal], comme vous l’avez constaté, ça n’a pas marché", a-t-il ajouté.

C’est au cours de cette réunion que Gilbert Diendéré, à en croire son récit, a su que les ministres Augustin Loada et René Bagoro étaient toujours en détention. Pour lui, il pensait que tous les ministres ont été libérés et il ne restait que le président Michel Kafando et son premier ministre Yacouba Zida.

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Quand le Général Diendéré se fâche : « Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans »
Procès du putsch du CND : "Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans", déclare Gilbert Diendéré
Procès du coup d’Etat : « Je ne tape jamais en dessous de la ceinture », lance le commandant Alioune Zanré à Me Jean Yaovi Dégli
Procès du putsch du CND : "Michel Kafando a laissé le loup rentrer dans la bergerie", selon Me Mamadou Sombié, avocat de la Défense
Procès du putsch du CND : "Si le coup d’État était préparé, je n’aurais plus besoin de convoquer la hiérarchie militaire", dixit Diendéré
Procès du putsch du CND : "La seule vérité, c’est Dieu qui la détient", selon Me Jean Yaovi Dégli (Défense)
Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !
Burkina : Les gens [terroristes] sont rentrés chez nous suite à la dissolution du RSP (Diendéré)
Dissolution du RSP : Le président Kafando devait respecter sa parole donnée, reproche Gilbert Diendéré
Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré
Procès du putsch du CND : Des empoignades entre le général Diendéré et Me Guy Hervé Kam
Procès du putsch du CND : Enfin les avocats des parties civiles parlent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés