Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • lundi 26 novembre 2018 à 20h01min
Procès du putsch :

[Article régulièrement mis à jour]
Poursuivi pour meurtre et coups et blessure, incitation aux actes contraires à la discipline militaire et trahison, le général Gilbert Diendéré a déclaré ce lundi 26 novembre 2018 à la barre ne pas reconnaître les faits qui lui sont reprochés.

Prenant la parole, le général Diendéré a d’abord salué le tribunal tout protocole respecté.

Il s’est ensuite incliné avec "beaucoup d’humilité et de respect" devant la mémoire de tous ceux qui ont perdu la vie au moment des faits. Il a souhaité prompt rétablissement aux blessés.

"Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", a déclaré Gilbert Diendéré indiquant avoir "assumé une situation donnée".

"J’ai posé des actes dont les qualificatifs peuvent être discutés avec les spécialistes du droit", a t-il relevé.

Selon Gilbert Diendéré, le lieutenant-colonel Yacouba Isaac avait entrepris de faire disparaître le RSP. Il a incité et financé certaines OSC pour une campagne de dénigrement via la presse et les réseaux, afin de pousser le RSP à commettre un acte contraire à la discipline.

Le général Gilbert Diendéré a tenu ce lundi à situer le contexte général. Ainsi, il relate les faits depuis fin octobre 2014, les moments forts de la chute de l’ex-président Blaise Compaoré.

Le 30 octobre 2014, l’accusé dit être à Kosyam donc il ne savait pas ce qui se passait au centre-ville pour que le lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida puisse se retrouver au chef d’État major général des armées.

Selon Diendéré, le 30 octobre 2014, le colonel Zida est venu les trouver avec le Colonel-major Boureima Kiéré (chef de corps du RSP en ce moment) à Kosyam, pour le compte rendu de la réunion avec la hiérarchie militaire.

"Je pense qu’il faut organiser une descente musclée au chef d’État major général des armées, car c’est un coup d’État qui se prépare contre Blaise Compaoré et je suis contre", avait suggéré Yacouba Isaac Zida. " Je lui ai dit non, et j’ai décidé d’appeler le général Honoré Traoré", a relaté Gilbert Diendéré.

Le général Diendéré est également revenu sur les rencontres entre le chef de l’État d’alors, Yacouba Isaac Zida, et des responsables d’OSC.

Zida, après sa déclaration à la place de la nation le 31 octobre 2014, il s’est retiré au camp Guillaume Ouédraogo avec des responsables d’OSC. Là-bas, il leur a remis 50 millions de francs CFA, relate Diendéré.

"Cette somme était destinée pour la mission du RSP à Bobo, pour la fête des Forces armées nationales (FAN) prévue pour le 1er novembre 2014, expliqué-il.

"J’insiste ! Les responsables d’OSC ont pris, bouffé l’argent du RSP", a clamé le général Diendéré.

1er novembre 2014 : Début du divorce entre Zida et le RSP

En situant le contexte général du putsch du septembre 2015, le général Gilbert Diendéré revient sur les événements de l’après Blaise Compaoré.

"Le 1er novembre 2014, moins d’une heure après la déclaration lue par le chef d’État major général des armées adjoint, Zagré, le lieutenant-colonel Zida m’a appelé pour me dire qu’il est désormais le chef d’État", relate Diendéré.

Ainsi, il l’a ordonné de sauter le Colonel-major Boureima Kiéré à la tête du RSP, et le remplacer par le capitaine Kouda. " Voilà le début des problèmes que nous avons rencontré au niveau du RSP", a confié le général Diendéré à la barre, avant d’ajouter qu’en ce mois de novembre 2014, il y a eu beaucoup de frustrations et d’humiliation au sein du corps (RSP).

Le 26 novembre 2014, le président de la Transition, Michel Kafando a rencontré le général Diendéré. Selon l’accusé, le président Kafando lui a dit qu’il était désolé, qu’il ne voulait pas mais ce sont les jeunes qui en ont décidé. Cependant, il était obligé de décharger le général Diendéré de son poste de chef d’État major particulier de la présidence. "Je lui ai dit : il n’y a pas de problème. Je suis un militaire donc je reste toujours disponible pour mon pays en cas de besoin", a indiqué Diendéré.

Michel Kafando voulait remplacer Zida le 14 juillet 2015

L’audience a repris à 14h 15 après la pause d’une heure. Selon le récit du général Gilbert Diendéré, le président de la Transition Michel Kafando a rencontré les officiers du RSP. Cette rencontre a porté essentiellement sur la crise au sein du corps. Les officiers ont voulu que le Premier ministre Yacouba Isaac Zida regagne le RSP afin que règne une bonne ambiance. Trouvant cette décision "sage", Michel Kafando avait décidé de remplacer Zida le 14 juillet 2014.

Ayant eu vent de ce projet, Zida a rencontré Michel Kafando pour lui dire que ces officiers qu’il a rencontrés ne constituent pas la représentativité de la hiérarchie militaire. "Paniqué", le président Kafando est revenu sur sa décision. C’est ainsi que le 16 juillet 2015, Michel Kafando a décrété la mise en place du Cadre de concentration de sage, un organe de médiation des acteurs politique, militaire et civil.

Le 16 septembre 2015, "Ce qui est devait arrivé arriva"

Le Cadre de concertation de sage a rencontré les éléments du RSP pour une sortie de crise. Au cours de ce tête-à-tête, des propositions ont été émises.
Il s’est agi de maintenir le RSP, maintenir le Premier ministre Zida jusqu’à la fin de la Transition, réviser la loi Chérif, réviser la loi 019 portant sur le statut des militaires, diviser le ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure en deux, et démettre le ministre Auguste Denise Barry de ses fonctions.

Le 14 septembre 2015, Mgr Paul Ouédraogo a remis le rapport du Cadre de concertation de sage au président de la Transition, où il était question de la dissolution du RSP avec effet immédiat. Or, le général Diendéré a précisé qu’au cours des échanges, il était question de maintenir le RSP.

Le Conseil des ministres du 16 septembre 2015 a pris la décision de dissoudre le RSP.

"Ce qui est devait arrivé arriva", a déclaré Gilbert Diendéré.

Il était 16h 16 minutes lorsque l’audience a été suspendue. Elle reprendra le mardi 27 novembre 2018, à 9h 00.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 novembre à 11:36, par Karissa En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Qui roulera du tombeau la pierre ?
    Croquemort ou être de lumière ?
    L’un apporte confirmation
    L’autre annonce résurrection.

    A l’insensé la leçon
    Au voyeur la déception
    Au sage le soulagement
    A chacun son sacrement.

    Avancera toujours l’Homme
    Avec ou sans béquilles
    Point ne s’arrêtera la course
    Du méridien des Maures à la toundra de l’ours.

    Termites et abeilles construisent
    Envies et passions détruisent
    Pour nous temps de la plantation
    Ou alors saison de la moisson ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 11:37, par Indjaba En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    DOnc c’est génie qui a fait ce coup alors. Ou bien les 16000000 de burkinabè ont rêvé collectivement au même moment sur un coup d’état qui n’a jamais existé en réalité ou bien tous ces burkinabè étaient sous au même moment au point ou ils déliré sur un coup d’état fictif. .

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 11:46, par tapsobayassiriki En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Gilbert, tu vois ? tu as fait buter des gens , eux non pas eu la chance que tu as ,c’est à dire que leurs actes soient discutés par les specilaistes du droit, tu as preferé que leur actes soient discuter par les poteaux numeroté et les kalach . A ton tour tu veux...........voyez chèr compatriotes à quel point cet homme est cinique, si on devait d’appliquer ce que tu as fait tu ne sera pas là. Bref tu dis "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", a déclaré Gilbert Diendéré indiquant avoir "assumé une situation donnée". eh bien voila, dis nous qui a planifié c’est ce qu’on te demande. Toi tu es quel général, les autres planifient et tu executes. es tu entrain de dire que ton grade de général est un carton ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 11:49, par Eric de KOURIA En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Le généralissime Gilbert Diendéré que tous les analystes et experts militaires présentaient comme un fin stratège n´est ni plus ni moins qu´un général de Studio. Mon général, comment pouvez-vous assumer un coup d´état aussi idiot, si vous ne l´aviez planifié, organisé ou exécuté !? Pourquoi ne vous êtes donc pas opposé, au risque de payer de votre vie cette opposition !? Vous êtes un militaire ! Vous seriez un héros aujourd´hui si en septembre 2015, vous vous étiez rendu à la Radio ou à la Télévision nationale pour condamner le coup de force et inviter vos « poulets de RSP » à rétablir la légalité. Mais au lieu de cela, vous vous êtes laissé embarquer ! J´ai du mal à vous croire ! Non, en attendant que la justice rétablisse la vérité, vous êtes et demeurez un présumé coupable. Vous qui avez été au cœur de tous les complots de la république. De l´assassinat de Thomas Sankara, en passant par les suppliciés du 27 octobre 1987 à Koudougou aux exécutions sommaires du capitaine Henri Zongo et du commandant Jean Baptiste Lingani, notre général de pacotille n´a absolument rien à se reprocher !!?? Ce n´est pas une bonne stratégie de défense. Si vous voulez bénéficier de la clémence du peuple et de ses institutions, alors il serait temps de collaborer. Faites votre mea-culpa, dites la vérité. Dites tout ce que vous savez !

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 11:50, par Indjaba En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    À ce rythme un officier du R S P risque de dire un jour que c’est zida qui l’a incité à enceinter sa femme ou à choisir l’école de son enfant. Puisque la chanson est devenu ’’ zida à fait ci’’zida à incité à faire ci’’c’est à cause de zida que ceci est arrivé ’’. Etc. Trop enfantin. Personne n’est responsable même pas un général de la trame de diendere. Avec ça les compatriotes comprendront que zida méritait vraiment son grade de général. Arriver à déjouer les pièges tendus par ces faux types après le départ de Blaise, il fallait avoir l’intelligence et l’audace de zida. Respect mon vrai général zida.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 11:51, par TANGA En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    C’est de ces genres de déballages dont a eu le Lt Col Zita pardon zida. Ce n’est pas pour rien qu’il a préféré fuir en temps de paix. Comme il n’a pas pu faire faire GILBERT et compagnie, il a su lui et tous ceux qui pensent comme lui que ça allait cailler un jour. Certains de ces collègues bruleurs n’ayant plus de sous ont brulé leur studio et son devenu mendiant croyant que leur popularité aurait envoyé les gens à venir leur donner leur argent ; mais non, cette popularité est sombre et les populations pensent autrement.
    Il sera préférable de fermer les frontières à certaines OSC qui risquent de fuir.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 11:59, par ouedraogo En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    exactement comme en 1987 si le coup avait réussi c’était toi qui profite toujours exploites mentir contre les soldats et les sous officiers

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:04, par zemosse En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Surréaliste. J’imagine Hitler arrêté et jugé. Il déclare toute honte bue qu’il n’a pas ordonné l’attaqué de la France mais ce sont ces hommes.. Burkinabe, voilà quel genre d’officier dont notre armée regorge. Triste

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:06, par Sidwaya Sorgho Gomis En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Savez vous pourquoi il a le culot de dire des choses pareilles ce Monsieur ? C’est parce qu’il est encore sur les effectifs de l’armée burkinabè avec de surcroît le grade de général.

    Si, pour être apparu à la TNB comme président du CND et comme hôte de présidents étrangers, il avait été passé en conseil de discipline et radié des effectifs en attendant ce procès pour être situé sur les suites pénales, je pense qu’il réfléchirait par deux fois avant d’oser dire qu’il n’a ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’Etat.

    Comment lui, il appelle alors ce que les gens appellent coup d’Etat ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:07, par HUG En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Ah la démocratie.Oui c’est à cause de cette démocratie que julbert parle et raisonne ainsi. Qui était le représentant de votre CND ? c’était vous pu votre fantôme. Qui a dit a l’époque qu’il assumait pleinement le coup D’État ? C’était vous ou votre fantôme ? Qui discutait avec les chefs D’État qui étaient venus cautionné le coups d’État ? c’était vous ou votre fantôme ? Julbert vous et votre milice RSP étaient un mythe. Pourquoi vous ne vous assumez pas ? Un peu de rester de respect pour les martyrs, leurs familles et à l’ensemble des burkinabés épris de justice.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:12, par BENEWENDE En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    ON parle de coup d’Etat et tu repond sur l’ insurection ne te precipite pas.assues comme tu l’avait affirmé avant de te rendre a la noce appostolique

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:15, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    ....à mon humble avis, au fur et à mesure que son procès avance, il faut avoir un avocat à côté de lui pour lui dire ce qui a été dit par des subordonnés à qui il a donné des ordres pour poser un tel ou tel acte. Mais de manière générale, le fait qu’il ait été ménotté et même se trouve devant une instance judiciaire pour être jugé, je pense que Dieu a déjà parlé ; lui Gilbert qui a fait exécuté sommairement Henry et Lingani pour un coup d’état que lui-même a monté de toutes pièces pour les éliminer. N’est-ce pas Dieu ne s’endette pas mais il paie des dettes ? En prenant place ce matin il a dû penser à Lingani et Henry. Il leur a refusé la même chance que nous lui donnons collectivement.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:19, par Kaboré hamadou En réponse à : Proc\xe8s du putsch : "Je n’ai ni planifi\xe9, ni organis\xe9, ni ex\xe9cut\xe9 ce que les gens appellent coup d’\xc9tat", Gilbert Diend\xe9r\xe9

    Pour le moment, les Burkinabé doivent écouter !

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:19, par Nobga En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Hum ! Mon frère, tu me fais pitié, car tu es entrain d’aggraver ton cas.
    Peux-tu au moins assumer jusqu’au bout ? Comme çà, s’il y a réconciliation, tu pourrais peut-être en profiter, qui sait ? Seuls les parents des victimes et le peuple intègre pourront nous le confirmer.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:21, par coalusion En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Un véritable bandit de grand chemin. La plupart de tes aides est venue de la CI. Maintenant tu trouves moyen de dire que Le Gl ZIDA a bouffé de l’argent avec des OSC.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:26, par Patriote2000 En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    C’est grave ça. Naon a t il fait un coup d’état ou pas ? En tout cas il a été jugé coupable et condamné comme tel. Ici, y a t- il eu coup d’état ou pas ? Cela dépend de ce qu’on appelle "coup d’état". On a tous suivi les évènements. Le CND c’est quoi alors ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:27, par Conscience du Faso En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Boucher a peur de couteau !
    Le specialiste en fomentage de coups d ’Etat et en montage de faux coups d’Etat. Depuis les années 1982, il s’est specialisé dans ça. Ce qui lui a valu son grade de Faux Général de la part de son mentor le Capitaine Blaise Compaoré. Des gens qui se croyaient immortels ; on dirait que c’est goudron qui circule dans leurs veines. Comment peut on être cruel jusqu’à ce point ? Le plus grave dans tout ça, c’est le massacre de Koudougou. C’est le même qui avait donné l’ordre de tirer sur tout ce qui bouge à Koudougou. Aller prendre vos frères d’armes non armés et en civil pour aller fusiller et bruler comme des lapins ; il faut avoir un coeur noir en pierre de granite pour le faire. N’est-ce-pas les militaires toujours en vie qui étaient de l’expédition punitive ? Ces militaires exécutés, auraient pu se battrent s’ils avaient su que ç’allait se passer comme ça. Quelle mechancété ! Aujourd’hui ce faux général peureux à la barre avec ses yeux de hibou qui regardent un peu partout cherchant à s’accrocher sur tout pour s’en sortir. C’est Dieu qui est fort ! A t il une fois dans sa vie pensé qu’il pouvait se retrouver dans ces conditions ? Dieu ne dort pas !

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:28, par DIB En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Croyez moi ou pas, la lumière sur ce procès ne pourra se faire sans Zida. Il est la source de tous nos malheurs. le général a vu en ce coup l’occasion de se venger de Zida. Il est temps que ce dernier vienne comme tous les autres répondre de ses actes en toute responsabilité. calomniateur en chef qu’il est !

    Répondre à ce message

    • Le 26 novembre à 21:30, par Gnongre paré En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

      Nous sommes d’accord avec vous. C’est impératif que ce voyou-là présente son nez et s’en explique. Autrement, comme les absents ont toujours tord, personne n’aidera le peuple à absoudre ce Zida qui apparemment, est plus voyou et ambitieux qu’on ne pense. Oui qu’il avait la soif du Pouvoir pour avoir, si cela est vérifié, su abuser de la naïveté de ses Supérieurs hiérarchique pour jouer ce jeu. Ses Camarades de Régiment, le connaissant bien pour ses supercheries avaient bien raison d’exiger son retour en caserne. Ce qu’il a tout fait pour éviter car, connaissant ce qui allait lui arriver.

      Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:30, par HORUDIAOM En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    C’est vraiment triste ! L’homme n’est rien, tout est vanité. Seul, le Seigneur Dieu est tout puissant. Quand je pense à tous ces assassinats orchestrés par Gilbert Diendéré dans ce pays, j’ai mal. Il semble que Henri Zongo a pleuré à chaude larme, demandant à ses bourreaux de leur laisser le temps(lui et Lingani) de s’expliquer avec Gilbert Diendéré et Blaise Compaoré. Niet ! Quant à Lingani, il a chanté les louanges du seigneur jusqu’à leur fusillade. Aujourd’hui, le même Diendéré pris en flagrant délit de coup d’Etat, demande les explications des spécialistes du droit sur son coup d’Etat. Hé Dieu ! Il dit même qu’il n’a rien fait ! Mais qui était le président du CND après le coup d’Etat de Septembre 2015 ? D’ici la fin de son interrogatoire, il dira que ce n’est pas lui Gilbert Diendéré. Très honnêtement, un général s’assume mais là, j’ai l’impression qu’on s’est trompé sur toute la ligne sur Diendéré. ZIDA Kafissa.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:30, par Lerodriguez En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    A l’allure où vont les choses, ne soyons pas étonnés d’entendre de ce général de salon que c’est Zida lui-même qui a fait le coup d’état le plus bête du monde en 2015 !
    Karissa ! Un officier supérieur ne défend pas un corps, autrement c’est la milice qu’il engendre ! l’officier ou le soldat défend l’intérêt supérieur de la nation malgré lui-mème parfois ! Et c’est ce que Zida a fait ! je commence même à reconnaitre que c’est Zida qui a été le bon soldat dans toute cette affaire depuis l’insurrection ! Son seul bémol a été de dilapider et/ou de "piller" les maigres ressources de l’Etat que Blaise n’avait pas pu emporter dans sa fuite.... par conséquent, Zida peut être dédouaner de tout et redevenir général de vrai....mais qu’il ne s’y trompe : la gestion du pouvoir d’état va rester comme un leurre pour lui car il a montré ses limites dans la gestion du pouvoir ! le peuple burkinabè a désormais une grande capacité d’analyse et de jugement !

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:36, par Baader Carlos En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Patisangana ! peu peu peu peu ! le mari de fatoumata diallo peut bander toujours dêh ! Je pense que ce qui le garde en vie c’est l’espoir de pouvoir faire crac crac encore. Autrement pour un officier de ce rang qu’il prétend être, Hara Kiri sied le plus

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 12:47, par Mafoi En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    A supposer que ça soit vrai que Zida aurait distribué 50 millions de FCFA à des OSC en octobre 2014,ce qui reste d’ailleurs à démontrer car on veut des noms,je ne vois pas le rapport avec ton putsch de septembre 2015 que les plus grands experts du monde qualifiaient comme le coup d’état le plus guignolesque de la planète.Alors à ta place et avec tous ces galons qui vont jusqu’à la mâchoire,mon cher général de salon,je me serai fait tout petit au lieu de raconter des balivernes qui ne tiennent pas la route

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 13:03, par SIDNABA En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    C’est ca là général de Blaise Compaoré. Il doit être radié de nos forces armées car il ne fait pas honneur à notre armée. Kaariii POUUUU !!!! N’importe quoi. Et c’est lui là on dit stratège de notre armée ? Incapable d’assumer ses actes. Me SOME tu dois quitter la défense de se farfelu général car il n’est pas honnête et nous au sud ouest on est né avec l’honneur. La justice ne doit pas se laisser berner par ce type sans parole d’honneur.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 13:38, par le penseur En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    NON ON A DES BANDITS DANS L’ARMÉE.C’est le général DIENDERE COMME ça hein ?Ah oui.il se fout du pays même.RÉACTION SANS honte alors que...............non .les mots me manquent.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 13:44, par Sarko En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Gilbert tu as trop de foutaises pour renier l’ appellation coup d’ état ; ça, c’ est pas être garçon .de surcroit général de division , Dans ta vie dis au moins une fois dis la vérité .Mais tu fuis comme d ’habitude et tu mens comme toujours . Défends toi honnêtement au lieu d’ accabler ZIDA que je respecte pour ce qu’il a fait . Zida , je te salue en passant pour ce que tu as fait n en déplaise à ce général fuyard qui abandonne ses hommes .

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 13:59, par Edgard En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Felicitation A Diendiere, Le Vrai Responsable Assume Atout Et Malheur De Ces Subordonnes, Merci K Dieu Te Benisse

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 14:02, par Ka En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Monsieur Gilbert Diendéré : Soyez un bon militaire et montrer le au peuple Burkinabé pendant que vous y êtes, surtout dans les filets de barbelés dont vous n’aviez plus aucun choix de s’en sortir libre. Prenez et utiliser devant les juges qui vous connaissent, les bonnes règles d’un bon militaire dont la discipline, la sincérité, et l’intelligence, et autres, sont les qualités et doivent être mis en avant pour le sens de l’honneur, la probité, le professionnalisme et le comportement. Montrez au peuple Burkinabé que vous êtes toujours le puissant Gilbert Diendéré et son Complice Blaise Compaoré qui se prenaient pour des Dieux sur terre, et qui décidaient qui devait mourir ou qui devait vivre parmi le peuple mouton du Burkina.

    Soyez courageux et franc pour une fois de votre vie et dire la vérité en assumant comme vous l’aviez dit au début de votre coup d’état à la maternelle. Les exemples de votre responsabilité dans ce coup d’état et connus par le peuple Burkinabé ne manquent pas : ‘’’A commencer par votre chère épouse Fatou nationale qui se croyait déjà à la place de Chantal Compaoré et distribuait des millions à vos amis comme le bamboula et autres pour soutenir vos actions criminelles et macabre d’un coup d’état la plus bête du monde.’’’
    Monsieur Gilbert Diendéré, battez-vous comme un poulet égorgé qui croit revenir à la vie, tôt ou tard vous payerez vos crimes comme Blaise Compaoré d’ailleurs : ‘’Car, il y a aussi une certitude divine qui dit que l’on récolte toujours sur terre ce que l’on a semé, malgré la miséricorde de Dieu et la foi après le pardon de Dieu. Si tu as semé la mort, attends-toi à la récolter aussi.’’’ Je n’attendais pas de vous avec des mensonges comme vos jeunes soldats pour sauver leur peau.

    J’attendais ce matin devant les juges d’un soldat qui assume ses actes. Car, vous saviez que vous aviez la chance de pouvoir s’assumer, et avoir le pardon du peuple et la clémence des juges, malgré la palme d’or des exécutions sommaires liées à des putschs supposés ou réels, qui revient à vous et de Blaise Compaoré durant les 30 ans après avoir canardé gratuitement le valeureux Thomas Sankara et ses compagnons.

    A écouté le peuple Burkinabé depuis que vous êtes dans les filets de la justice, il souhaitait ce 26 Novembre 2018 que toutes les zones d’ombres qui vous entoure depuis plus de 30 ans, soient élucidées. Malheureusement après les première minutes devant les juges au palais des banquets de Ouaga 2000, on remarquera un militaire poltron qui cherche a chargé un ennemi caché qui est Zida pour sauver sa peau, et le charger le fardeau, car les absents ont toujours tords. C’est vraiment honteux de votre part.

    Monsieur Gilbert Diendéré, vous vous préparez a rater de rentrer dans l’histoire avec cette stratégie de vouloir à tout prix sauver votre peau que d’assumer vos actes et sauver les pauvres soldats qui vous obéissaient avec respect. Avec les mensonges dont vous commencez à sortir, vous ne serez jamais un exemple pour votre régiment ni pour aucun militaire de l’armée Burkinabé.
    On attendait que vous et le poltron gendarme devant les juges avec vos courages, d’assumer vos actes pour que la justice Burkinabé soit dite, et cela permettra au peuple Burkinabé et le monde entier de dire que la vérité a été dite par des soldats qui assument. L’on peut également affirmer que la Justice Burkinabè joue maintenant sa crédibilité. Et au-delà de cette institution, c’est tout l’édifice démocratique que nous sommes en train de construire, et qui sera évalué grâce a nos généraux. Malheureusement avec vos comportements mensongers devant vos juges, nous pouvons dire que l’ombre et la mort des âmes tués vous hantent déjà. C’est pourquoi on peut retenir qu’il n’y a jamais des crimes gratuits. Tout se paie.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 14:27, par Dom En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    A faire de démocratie ou je ne sais quoi, sinon en regardant bien ce général, il a besoin de chauffage corporel c’est à dire menotter et fouetter correctement , la vérité jaillira

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 14:27, par Amad En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Moi je voudrais savoir, si des Amis á toi volent un boeuf, et apres le vol ils ont des difficultés avec leur butin, ils ne savent pas où le garder, il est encombrant pour eux, ils viennent te voir mon general pour que tu geres, tu le ferais alors ?
    Je suis desolé mon general, ç’aurait été mieux de reconnaitre et d’assumer totalement par respect pour le Peuple burkinabé : je me suis trompé, je demande pardon. C’est plus simple, plus franc, plus respectueux.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 14:34, par boss En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    franchement, vous voulez la justice mais vous ne voulez pas ce qu’elle implique...Si le Président du tribunal laisse à l’accusé de poser le contexte général dans lequel les événements se sont déroulés, c’est que cela est important. C’est important dans la mesure où, le juge pourraient compte de cela dans sa décision. La décision du juge mes chers amis, ce n’est pas que la condamnation. il y a aussi la relaxe ! Et le Général , moi je l’espère sera relaxé. Soyez polis de ne pas m’adresser d’injures parce que je dis bien que c’est le Général DIENDERE que je soutiens et non pas le coup d’État, donc une personne et non pas une cause. Bref !
    Si nous choisissons la voie de la justice, nous devons accepter le débat contradictoire qu’elle implique.Mais les gens sont des grands juges de grands poetes, ou ecrivains, ou politologue, ou osc, ou journaliste, grands avocats, qui ont deja jugé le dossier du coup d’État::ils ont déjà situé les responsabilités et condamner les coupables ! Cependant, Vous serez tous bien avisés d’attendre l’issue du procès pour faire toutes ces incriminations sans fondement sur le Général DIENDERE. Cet homme je l’espère, soit épargné du sombre destin que vous lui souhaitez en faisant de gratuites affirmations, en l’accusant de faits dont vous ne détenez aucune preuve, strictement aucune !!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 14:35, par zoundi En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    le chef de l état devait de habiller raidement ce menteur pathologique et le mettre dans les habillement e ouamtamo avec les faux galon de général et les gens le donne toujours la ration tu as tue tu va répondre notre armée est plein de gas comme ca ? la reforme est une urgence

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 14:42, par TANGA En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Nous pouvons dire tout ce que nous voulons, mais des gens et des organisations sont nominés. Ils peuvent venir infirmer si ils veulent.
    Les OSC, qui viendra vous soutenir ? votre autre financier qui s’en est allé ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 15:00, par JO BLECK En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    OUAGADOUGOU LA CAPITALE DU CINEMA AFRICAIN.........................................................................................................

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 15:00, par ELKABOR En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Oh mon pays ! Djhaaaa tous ces prétendus galonnés de l’Armée ne sont que des faiseurs de coup d’Etat. Tandis que le Général Honoré Naberé Traoré et ses hommes maquillaient leur coup d’Etat à l’Etat Major pour le faire avaler aux insurgés le Général Kouamé Lougué ne voulait pas se laisser compter. Il a accouru à la télévision nationale pour faire sa déclaration, mais mal lui en a pris. Les RSP le délogèrent comme un rat ! Tel Gringo, ce larron de Zida qui était au Camp Guillaume dégaina entouré de ces loufia de OSC mange mil. Donc la prise de pouvoir de ZIDA est un coup d’Etat, car personne ne l’a voté pour le placer à la tète de l’Etat si ce n’est lui-même aidé par la puissance de feu de ses hommes. Celui qui pense le contraire n’a qu’à venir me contredire. Il se maintient et subit à son tour un coup d’Etat des Djendjéré. Coup d’Etat c’est coup d’Etat. Eux tous sont à condamner au même titre car ce sont tous des faiseurs de coup d’Etat. Mais je demeure admiratif de ce Djenjderé qui, lui au moins n’a pas fui comme un rat pour se retrouver à l’extérieur qui au Canada, qui en Cote d’Ivoire. Il avait dit qu’il fera face à la justice de son pays et le voilà devant la justice. Bravo pour cela mon Général. Les autres et particulièrement celui qui a écrit son livre n’a qu’à venir dire pour lui aussi on va entendre.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 15:04, par JO BLECK En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    SUPPOSONS SEULEMENT QU’A LA PLACE DE LA NATION IL Y AVAIT QUE 100.000 PERSONNES(OSC) DONC CHACUN AURAIT RECU 500FCFA CAR "ZENERAL" PARLE DE 50.000.000 FCFA

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 15:06, par LA VERITE En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    S’il y a des hommes et des femmes les plus idiots sur cette terre, il faut les chercher parmi les Burkinabè. Croyez-vous que Blaise et Gilbert peuvent être des diables et Zida qu’ils ont enfanté être un Saint. Réfléchissez bien bonnes gens. Zida n’est qu’un pur produit d’un système voire d’une machine qui a fait la pluie et le beau temps, le malheur et le bonheur de ce pays. C’est un fin usurpateur qui s’est moqué de tout le peuple. Comment un simple lieutenant colonel peut-il déclarer dans son patrimoine une villa de 600 millions F CFA pour que des insensés le considèrent toujours comme un intègre ? Renseignez-vous du côté de Bouaké, fief des rebelles, Zida n’est ni plus ni moins qu’un délinquant assoiffé d’argent et de pouvoir qui a abusé de la naïveté des partis politiques et des OSC. Blaise, Gilbert, Zida, c’est blanc bonnet, bonnet blanc.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 15:13, par kapre Miguel En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Le meilleur bataillon militaire que le BURKINA a perdu c’est le
    B I A . Ce que le rsp pouvait faire c’est terroriser son peuple , protéger le pouvoir de Blaise .

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 15:17, par yamambala En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Humm, qu’est-ce qui doit nous étonner ? Façon dont ces hommes avaient la gâchette facile étaient la preuve indéniable qu’ils étaient de véritables lâches, incapables d’affronter leurs ennemis. Le moindre soupçon qu’ils avaient sur toi et tu es lâchement assassiné sans possibilité de t’expliquer. Des soldats d’opérette qui se jouaient les durs mais en réalité des froussards !
    Constatez comment il n’a même honte de renier ce qu’il disait devant la presse et surtout ne pas avoir peur de la justice.
    Et ça se dit général !!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 15:44, par El_monstro En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Quelle honte. Et c’est comme ca que cette bande a dirigé le pays pendant 27 ans en rusant sur la corruption et les assassinats. La seule occasion pour être digne ! Et ca montre leur vrai niveau. Et il y a des citoyens pour défendre le RSP encore. Un monstre qui tue à volonté sans responsables connus. En suivant leur logique il n’ y a pas eu coup d’état manque. Aucun responsable. C’en était ainsi à l’assassinat de Norbert Zongo et tas d’autres basses besognes. Un monstre connu et entretenu par l’état, le RSP. Mais de responsables, personne. Ce monstre pouvait il continuer à exister ? Chapeau tout de même à ZIDA malgré ses casseroles.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 15:56, par l’Intègre En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    hum. ceux qui sont surpris n’ont surement pas suivi le déroulement de l’affaire OUALI. lors du passage de NAON à la barre, il avait dit devant tout le monde y compris Djédiéré que ce dernier le connaissait bien et si réellement il avait voulu, il le pouvais (coup d’état). que si on ne le croyait pas, alors qu’on leur (Djédiéré et lui) donne chacun un pistolet et on verra qui sera le premier à quitté la salle. le moogo n’avait même pas bronché.
    on comprend m1tenant que Blaise était double : le Président et le chef militaire qui peaufinait tout avant d’envoyer ce cafard conclure.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 17:21, par boss En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Tous ces commentaires populistes, animés de haine, de vengeance et surtout de mensonges ! Qui d’entre les détracteurs du Général DIENDERE détient la preuve formelle qu’il serait impliqué dans tel ou tel crime ? Qu’il aurait commandité tel ou tel assassinat ? Je présume que personne d’entre vous ne détient la moindre preuve sinon étant très intègres, vous auriez brandi ces preuves au procureur ! Mais enfin !
    Gardez vous de trop rapidement attribuez vos qualificatifs au Général ! L’issue du procès pourrait vous décevoir car vous n’êtes ni juges ni avocats, je doute même que vous ayez effleuré une fac de droit...Réagissez de manière civilisée et conformément aux principes de droit qui régissent notre République. Réagir de manière civilisée c’est accepter qu’aucun accusé n’est coupable tant que le tribunal militaire ne l’aura pas déclaré comme tel. Accepter cela c’est être en accord avec les principes qui gouvernent ce procès notamment la présomption d’innocence ! DIENDERE est encore innocent jusqu’à ce que la preuve contraire en soit rapportée !
    La volonté de ceux qui font ces commentaires, qui reflètent la bassesse de leur esprit caverneux, c’est que le juge entérine la décision, le verdict qu’ils ont établi avec ces brillantes osc et à leur tête un brillant avocat !
    Mes chers frères, je voudrais pour terminer adresser toute ma compassion et ma solidarité au Général de Brigade Gilbert Diendere ! Cet homme est une personne formidable, un militaire expérimenté, un ami fidèle ! Je lui souhaite d’être blanchi de cette affaire , et qu’il puisse reconstruire sa carrière professionnelle et familiale. Amen

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 17:45, par L’inconnue En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Il nous serais difficile de voir la vérité avec les simples yeux que nous avons.
    Désormais a quoi va pendre l’espoir de tout découvrir, l’espoir de la VÉRITÉ..???? Puisque de par celui la nous somme plus que perdu dans notre quête de vérité.
    Est ce cette vérité que nous attendions tous ? Non surement pas.
    Peut être avions nous vraiment cru à un gros mensonge que cette petite vérité nous frustre ?
    Peut être refusons nous de voir la vérité en face ?
    Le peuple veut il juste un coupable ?
    Tous c’est dégâts serait ce la faute a qui alors ?
    Burkinabé, Intègre, le Burkindi refuse t’il de pleurer ces fils et de prier pour le repos de leurs âme a cause "d’une mauvaise humeur" qui a mal tournée ?
    Mbon OK cette révolution a mal tournée.
    D’ailleurs je n’était même pas née en 1983 et en 2014 c’était pas non plus ma bataille. Euuhhh
    La mienne je .............!!!
    DIEU bénisse notre pays et nous donne la force de surmonter toutes ces épreuves. COURAGE A NOUS BURKINABÉ pour la suite.!!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 18:26, par jeunedame seret En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Le général n’a rien exécuté ; il a seulement assumé, endossé, exercé, rempli. Donc, chauffeur innocent à libérer.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 19:07, par YAO En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    hééé !!!!! vous là pas de distraction. Même si Zida a détourné l’argent du RSP c’est mieux de poser plainte contre lui. C’est pas une raison pour faire un coup d’état. Depuis le départ de blaiso vous aviez laissé ZIDA gérer les choses et maintenant tu dis être victime ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 19:18, par Gnongre paré En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Enfin, les Loups sortent des tanières, les vraies choses commencent à sortir. Après lecture attentive de la retranscription du procès, on comprendra d’emblée que tout ce qui s’est passé depuis la démission de B.C. et sa fuite a été d’une organisation et de mise en œuvre des choses par Zida pour usurper le Pouvoir avec l’appui d’OSC’s, sinon d’une OSC connue dont le nom sera tu en raison des discussions qui devraient se poursuivre et desquelles, il n’est d’aucun doute, que les vérités apparaîtront.

    Ceci se comprend aisément quand on sait que :
    - Cette/ces OSC ont encaissé 50 millions FCFA détournés de l’Armée pour manœuvrer la population à l’avantage de Zida qui s’est présenté en « Zoro » (Sauveur) du peuple ; travail qu’elles ont su savamment faire et que tout le monde peut en attester. C’est dire que tout ce qui était distillé par les Radios complices étaient par elles organisé et planifié.

    - La présence de Zida à la fameuse réunion qu’il (Zida) a exploité pour sa sortie comprise « salvatrice » à la Place de la Révolution était, selon les dires du Colonel Kiéré qui, en tant que son Supérieur hiérarchique, l’avait missionné en sa qualité d’Adjoint, pour l’y représenter. Cette déclaration du Colonel-Major se vérifie bien à travers cette confidence du Général Diendéré et bien sûr, la trahison constatée de Zida par le Colonel-Major Kiéré qui ne s’en est rendu compte qu’à posteriori.

    - La "Descente musclée contre l’Etat-major" avait donc été imaginée par Zida en voulant tromper sa Hiérarchie d’un éventuel Coup d’Etat qui se préparait à l’Etat-major contre B.C. qu’il fallait contrecarrer et combattre. Quelle tromperie allait-il réussir si le Général Diendéré ne s’était pas opposé. Cette descente aurait été catastrophique et aurait présenté un autre visage du Coup d’Etat qu’il (Zida) préparait.

    - Ainsi, après s’être rassuré qu’il avait réussi son coup, il décidait de nettoyer tout autour de lui pour écarter toutes formes d’oppositions à ses Actions en limogeant un Colonel-major (Kiéré) au profit d’un Capitaine (Kouda qui doit être un camarade à lui) d’une part, et d’autre part, le limogeage du Général Diendéré qu’il a su imposé au Président Kafando.

    D’où les causes des escalades au sein du Régiment qui nous ont conduit à ce que nous avons tous vécu le 15 Septembre 2015, à savoir, les tueries, les destructions de biens privés, les pillages etc. On comprendra donc aisément ses (Zida) actions de menaces et intimidations formulées à l’endroit du P.T. Kafando qui ayant pourtant compris bien de choses, voulait remettre les choses dans l’ordre ; intention qui somme toute, aurait pu nous éviter ce qui s’est passé le 15 Septembre 2015 et suite. Malheureusement, pour Zida, il n’entendait pas quitter le Premier Ministère (pour ce qu’il y avait fait) et surtout, retourner au RSP où apparemment ses Camarades, se sentant trahis l’attendaient fermement. Tous les arguments par lui distillés au P.F. Kafando n’étaient donc que du faux.

    De toutes ces compréhensions on dégagera aisément que c’est bel et bien Zida qui a tout manigancé et orchestré. Malheureusement, bien connu par ses Camarades du Régiment, ces derniers ne voulaient pas se laisser compter.

    Oui que le peuple demandait la suppression de ce Corps d’Elites qu’était le RSP. Le peuple le voulait simplement parce que certains de éléments abusaient trop de leur proximité avec le Gouvernant de l’époque (B.C.) et semaient des bavures chaque jour que Dieu faisait au profit et surtout sur instructions de la famille de B.C., notamment par son frère cadet sans préjudices de quelconques poursuites ; créant ainsi des injustices que le peuple ne pouvait pas continuer de supporter. Pour exemples, on citera les cas de David Ouédraogo, de Norbert Zongo, de Dabo Boukary, de Henri Zongo, de Lengani, de Guébré, Juge Nébié etc.. qui sont restés à ce jour impunis.

    Mais supprimé de cette façon orchestrée par Zida, on pourra comprendre le choc et la déception ressentis par ses Camarades du RSP qui, connaissant bien l’homme, se sont estimés ainsi trahis.

    Mais bon. La politique est ainsi faite. Tout le monde est faux et restera faux. Nous nous limiterons à ces analyses en attendant les suites du procès qui nous en diront plus, surtout avec la sortie du Général Bassolé fortement attendue après celle du Général Diendéré. Comme quoi, on ne finira pas d’apprendre des hommes malgré leurs vestimentaires, leurs gentillesses et surtout des croyances qu’ils semblent étaler pour toujours dire qu’ils sont les meilleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 19:42, par Dedegueba Sanon En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Fiuu ! Quel déferlement "anti Golf" ? Il fallait s’y attendre. Pendant longtemps Golf et Hyacinthe incarnaient toute la cruauté du régime de Blaise. Ils ne sont pas nombreux ceux qui ne tremblaient pas juste à l’évocation de ces deux là. Des burkinabè leur ont " offert" leurs femmes de peur de se faire trucider.
    Mais comme toute force finit un jour, voilà Golf pris comme un fauve en cage, et livré à la vindicte populaire. Et les rancoeurs se déchaînent. Dans la tête de beaucoup, Golf est coupable, et doit payer, payer pour tous les morts qui ont jalonné le règne de Blaise, et ce jugement est comme une perte de temps. Et pourtant ? Et pourtant ?
    Moi je m’interroge sur le schéma de ce procès ? D’abord pourquoi Golf passe à la barre avant Djibril ? Si on avait décidé de finir avec la tête, c’est Djibril qui devait passer avant, à moins que le vrai cerveau du putsch ne soit Djibril ? Rappelez vous que Djibril avait lui aussi ses hommes au RSP, un prévenu l’a dit à la barre.
    Faisons un peu de fiction : Blaise, veut bien lâcher le pouvoir, son régime est plutôt militaire que civil. Ses successeurs potentiels sont Golf et Djibril. Son frangin Moukila vient tout brouiller avec ses ambitions. Moukila se grille avec ses dossiers violents, et cristallise la haine du peuple qui se soulève Djibril, en profite pour " trahir" son mentor en vue de se positionner. Sa maison est épargnée par les insurgés, sa trahison modifie les plans de Kossyam. Golf envoie Zida pour contrer la foule, Zida aussi finit par " trahir". Et Golf et Djibril mais beaucoup plus Djibril sont contrariés dans leurs ambitions. Golf à priori serait celui qui aura été loyal à Blaise jusqu’au bout.
    C’est sûr Golf n’était pas à l’origine du putsch, mais il l’a maladroitement assumé, sans doute poussé par ses amis du CDP qui tenaient là une occasion rêvée de rebondir.
    L’histoire a joué un sacré tour ici à Golf, lui et Blaise ont fait un putsch pour installer Tom, puis Golf et Hyacinthe massacre Tom et ses compagnons, pour installer Blaise, à son tour Golf se voit obliger d’assumer le putsch le plus stupide de notre histoire. Comprenez le, lorsqu’il dit " que certains appellent putsch...." car lui le spécialiste des putschs vrais, comme préfabriqués, ne peut pas produire "une bêtise pareille", c’est insulter son intelligence.
    Je lui souhaite bonne chance, car il va lui falloir beaucoup d’intelligence pour s’extirper de ce guêpier. Trop de casseroles, beaucoup trop de casseroles accumulées durant 27ans, et 27ans de rancoeurs aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 20:02, par YIRMOAGA En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Si on a retrouvé de ladrogue dans le bureau de Zida, je pense qu’il n’avait pas déserté ? Quelle honte pour des ragots ? Est du sang des victimes qu’on a retrouvé dans son bureau ? Ces accusations minables me font frémir. Surtout de la part d’un grand ?????Si j’etais À ce niveau de grandeur, j’assume Et situai les argumentaires en tant que homme d’honneur. Je vais jamais renier en tant que chef militaire ? Dommage ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 21:10, par Le financier En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Mon général, j’ai decidé de vous lancer un appel, non en tant que officier mais à un croyant. Avez-vous la crainte de Dieu. Si oui sachez que des fils de ce pays ont été tués, ils ont besoin de la vérité pour reposer en paix. Des familles endeuillées pleurent encore leurs enfants arrachés à leur affection, le cœur de la veuve saigne pour toujours, l’orphelin scrute l’horizon esperant voir apparaitre son père lachement tué. Ils attendent tous la vérité de la bouche de celui qu’ils ont vu endosser le coup d’état et proclamer président.
    Tout ça pour interpeller votre conscience, votre foi. Vous allez me dire que Dieu est miséricorde, oui, mais sachez que vous ne pourriez jamais avoir la paix veritable, ni la miséricorde de Dieu que si vous aviez le pardon de toutes ces personnes. Ce procès vous en donne l’occasion. Apaiser les cœurs meurtris, ne tournez pas le couteau dans la plaie avec des propos laches. Pensez à votre vie après ce procès, et la sanction divine qui va tomber au moment où vous êtes un veillard croulant. Tu ne mentiras point, tu ne tueras point, parole de Dieu.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 22:01, par Anka En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Je n’ai ni planifié,ni organisé,ni exécuté ce que l’on appelle coup d’état et je ne m’appelle pas Diendéré.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 22:06, par Moïse En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Faites vos jeux, plus rien n’est compréhensible au Faso !
    Ainsi on ne comprend pas qu’On peut assumer ce qu’on n’a ni planifié ni exécuté. Assumer ne veut pas dire avoir été à la manœuvre. Le drame au Burkina c’est que l’insurrection a décrété des Burkinabè incapables de discernement et instrumentalisés à souhait. Ainsi donc quand des insurgés brûlent des domiciles privés, c’est normal parce qu’ils l’auraient fait au nom du Peuple. Et quand on soupçonne un individu d’avoir participé au saccage du domicile d’un leader de cette insurrection, cela lui vaut un procès. Personne ne semble voir cette incongruté. Ceux "grâce à qui" (c’est malheureux de le dire, mais c’est bien le cas) des Burkinabè sont morts parce qu’ils les ont utilisés sciemment comme chair à canon sont applaudis ; ils ne sont responsables de rien, et ceux "à cause de qui" ces Burkinabè sont morts pour avoir réagi face à la fronde sont entièrement et exclusiment responsables. Pourtant la violence d’Etat existe et tout citoyen devrait savoir qu’on ne défie pas un pouvoir même démocratique impunément. L’individu abattu au camp Sangoulé Lamizana porteur d’un faux pistolet l’a appris à ses dépends. Il faudra que les organisateurs des mouvements de protestion expliquent à ceux qu’ils mobilisent que le Code pénal prévoit que la Force publique peut être employée sans sommations :- si des violences ou des voies de fait sont exercées contre les forces de l’ordre ;- si les forces de l’ordre ne peuvent défendre autrement le terrain qu’elles occupent ou les
    personnes et les postes dont elles ont la garde. Lorsqu’ un leader harangue une foule en disant "ça passe ou ça casse" il faudra bien expliquer ce que veut dire le "ça casse" pour cette foule surtout que par miracle, ni le leader, ni aucun membre de sa famille ne vont tomber. Ils faudra qu’ils prennent exemple sur les commandants de bord des avions qui préviennent les passagers de la traversée d’une zone de turbulences et recommandent à ces derniers d’attacher leur ceinture de sécurité. Hélas, l’infanterie, ce sont les enfants des autres. Autre exemple qui défie l’entendement, c’est le cas Zida, dont personne ne semble vouloir percer le mystère du départ en exil de ce héros. Même ses inconditionnels n’ont pas protesté contre sa radiation de l’armée. Aucun d’entre eux non plus ne manisfeste pour son retour au bercail pour bénéficier des privilèges d’anciens chef d’Etat prévus par les textes au Burkina. Enfin autre cas de l’incompréhensible Burkina-attitude, tout le monde appelle à l’union de tous les Burkinabè quand sous les yeux de tous, des actes de mise au banc de Burkinabè sont posés chaque jour à travers des règlements de comptes manifestes. Apatrides, forces du mal, de nouveaux vocables ont fleuri Justice, justice ! Elle est légitime cette soif ! Si les griefs sont portés sur le régime COMPAORE, il eut fallu pour rentre justice, appeler à la barre tous ses principaux collaborateurs depuis son arrivée au pouvoir. Même dans le règne végétal, un régime de bananes ne se résume pas à une seule banane ! Le Peuple se chargera lui-même de séparer le bon grain de l’ivraie. Un mea culpa est un aveu qui ne disculpe pas ! Facile à comprendre ? Pas si sûr ! Et on en revient à la case départ. Avoir l’opinion pour avoir raison, semble être la seule politique qui vaille !

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 22:10, par champi En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Mais vous etr aveugle hien même si vous etr contre une personne écoute le font du problème avan de juge une personne le général a cite des nom il sont pas mort ils ont bien vivan ils font affirme ou démenti zida est où il n’a pas fui c est sa on appelé général je rêve ou koi

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 23:09, par Fasomania En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Bonsoir
    Laissez le Général parler écouter le très bien jusqu’à la fin. Le parquet et la partie civile lui poseront des question, il répondra vous pourrez ensuite vous faire votre religion. Ceux qui ne veulent pas écouter le Général sont ceux qui sûrement bouffer les 50000000 du RSP. Vous ne pourrez plus nous intoxiquer

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 23:13, par Beou En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Chères Sœurs ,chers frères,
    en politique Gondwana nous serons toujours les dindons de la farce,
    le cafaral zida est la base de tout ce bric à brac,
    le rsp a réagi de la manière, ils auraient trucidé zida, et les autres, la situation serait différente,mais non, ils les ont gardé en vie,
    kafando n a pas porté plainte, pourquoi selon vous
    avec des jeûnes manipulés, on a eu des morts par balle,
    la ballistic a elle rendu son rapport ?non
    y a t’il eu des tirs à bout portant ? Non
    Golf a été trahi alors qu’il pensait tenir la situation
    eh bien, rsp tuée, vent nouveau sur le Burkina, en 3 ans de pouvoir, plus de 263 morts, plus de 30000 déplacés internes, no mans land, et j’en passe,
    zida votre héros, ne viendra pas nous sauver quand lyad et ses batards vont déferlé sur ouaga, ce sera la France , avec l onction de rmck qui n a plus confiance à son armée,
    reconciliation, sauvegarde du pays ensemble

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 23:54, par caca En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Les burkinabé devaient se réjouir que le général parle et révèle des vérités concernant le contexte général ayant abouti à ce coup. Il montre également la confusion au tour de la hiérarchie militaire, et quelques conseils des anciens dite sage. Ce général assume sa responsabilité, et dit n’avoir pas organisé, ni ordonné ou planifié le coup. Il dit également d’être mal compris et devant la violence et les contestations il,a remis le pouvoir aux autorités de la transition et disposé pour la justice de son pays. Il parle pour expliquer son rôle et les parties obscures de la gouvernance depuis les événements d’octobre 2014. Le général ne parle pas pour demander la grâce du tribunal ou une grâce présidentielle. Il parle comme les burkinabé souhaitent connaitre la vérité. La vérité doit jaillir dans ce procès pour laisser la place à une vraie réconciliation nationale. Si Mr le Zida est impliqué jusqu’à au coup, les burkinabé doivent accepter qu’il soit interpellé. Pour cela, je pense que nous devons du respect au général et reconnaitre qu’il est humain comme les autres. Il ne peut dire autrement en dehors de ce qu’il sait ou de sa personnalité.

    Répondre à ce message

    • Le 27 novembre à 05:39, par Gnongre paré En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

      Parvenir à la démonstration que Zida est à la base de tout ce qui s’est passé et l’interpeller si nécessaire, OUI. Mais qui le fera ? La question à se poser est de savoir qui l’a aidé à déserter le pays en temps de Paix en sa qualité d’Officier Supérieur de notre Armée et Premier Ministre au moment des faits ? Une chose est sûre, c’est que quelqu’un, des gens ont organisé et faciliter sa sortie du pays. Peut-être favoriser des accessions et pourquoi pas, couvrir et protéger des actions des plus malhonnêtes pour arriver à quelques choses. Nous sommes convaincus que tous ceux-ci (complices si l’on veut bien voir) ne feront "absolument rien" pour permettre une quelconque interpellation de Zida. Plus ce dernier sera loin, mieux ces gens-là seront tranquilles. Zida en est conscient et c’est pourquoi il est tranquille là où il se trouve. Donc, ne rêvons pas car jamais, au grand jamais, Zida ne reviendra dans ce pays. Que le Général Diendéré ait le courage de tout dire et qu’il n’ait pas peur des représailles éventuelles dont il sera victime. La vérité finira par sortir et nous serons bien surpris. Il ne sera pas étonnant que des noms de personnes aujourd’hui fortement "respectées" en ressortent. Tomber à bras raccourcis sur cet Officier (Diendéré) qui est aujourd’hui qualifié de "félon" sera un raccourcis que nous emprunterons. Attendons la suite du Procès. Que Dieu et les Mannes des Ancêtres protègent le Burkina Faso.

      Répondre à ce message

    • Le 27 novembre à 10:56, par LPT En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

      ’’Le général ne parle pas pour demander la grâce du tribunal ou une grâce présidentielle. Il parle comme les burkinabé souhaitent connaitre la vérité.’’
      Et vous caca comme votre nom l’indique, avez la certitude que le général qualifié de félon dit la vérité à 100% comme le dirait l’autre ? Êtes –vous son porte-parole ? Qu’en savez-vous ? … de la pure diversion de sa part qui ne peut même pas convaincre un ignorant à plus forte raison un naïf oui… Tchrrrrrrrrrrr !!!

      LPT

      Répondre à ce message

      • Le 27 novembre à 23:29, par caca En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

        Vous dites quoi ? Le général est dans son droit un mécanisme de défense. C’est le tribunal le pouvoir d’aller chercher la vérité. Le général a parlé pour indexer la hiérarchie militaire de l’époque et les anciens. Je ne suis pas le porte parole du général, mais chacun de nous dit la vérité quand il parle. La version du général est sa vérité à lui pour se défendre. Je crois comprendre que le tribunal dispose les enquêtes preuves pour confondre le général dans sa déposition. Il a décidé d’assumer l’organe politique du coup et non comme celui qui a ordonné ou planifié. Déjà, il y a une moitié de la vérité qui est dite. Le fait d’assumer cette responsabilité politique du coup est déjà significative dans la suite du procès à la recherche d’un complément de vérité. Donc vous devez vous réjouir pour cette partie du procès, même s’il existe des zone d’ombres.

        Répondre à ce message

  • Le 27 novembre à 00:53, par Yacouba L’Africain En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    "Ce n’est pas parce que le mensonge apparaît en coïncidence avec le levé du Soleil qu’il préside au jour qui se lève. Tout au contraire la lumière du Soleil le révèle dans sa laideur et sa nudité au monde entier"
    Le problème les faits sont têtus et ils parlent d’eux même !!!
    Allons seulement Général !!!
    Félicitations au Peuple du Burkina Faso pour avoir donner cet exemple à l’Afrique et au monde entier.
    Dieu Bénisse le Burkina Faso !!!
    Yacouba L’Africain

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre à 01:16, par Sitting bull En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Ces audiences devaient commencer par les gradés. Les soldats qui ont passé le temps à protéger leurs chefs seront édifiés.
    Comme c’est le début, on attend de voir les réponses aux questions des juges.
    On va tout voir dans ce pays

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre à 01:43, par Zou Moussa En réponse à : Procès du putsch : "Je n’ai ni planifié, ni organisé, ni exécuté ce que les gens appellent coup d’État", Gilbert Diendéré

    Moi j’ai plutôt honte de la justice. J’ai peur qu’elle ne libère ce Mr. Sous prétexte de manque de preuves. Sinon qu’est-ce que ce discours à à voir avec les accusations qui lui sont portés.
    Ils y’a beaucoup de sacrifices depuis Thomas Sankara jusqu’aux martyrs du coup d’état de 2015, sans oublier le corruption qui semble être devenue une musique pour le pays. Nous demandons une justice comme notre patrie.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Quand le Général Diendéré se fâche : « Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans »
Procès du putsch du CND : "Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans", déclare Gilbert Diendéré
Procès du coup d’Etat : « Je ne tape jamais en dessous de la ceinture », lance le commandant Alioune Zanré à Me Jean Yaovi Dégli
Procès du putsch du CND : "Michel Kafando a laissé le loup rentrer dans la bergerie", selon Me Mamadou Sombié, avocat de la Défense
Procès du putsch du CND : "Si le coup d’État était préparé, je n’aurais plus besoin de convoquer la hiérarchie militaire", dixit Diendéré
Procès du putsch du CND : "La seule vérité, c’est Dieu qui la détient", selon Me Jean Yaovi Dégli (Défense)
Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !
Burkina : Les gens [terroristes] sont rentrés chez nous suite à la dissolution du RSP (Diendéré)
Dissolution du RSP : Le président Kafando devait respecter sa parole donnée, reproche Gilbert Diendéré
Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré
Procès du putsch du CND : Des empoignades entre le général Diendéré et Me Guy Hervé Kam
Procès du putsch du CND : Enfin les avocats des parties civiles parlent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés