Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Procès du putsch manqué : Y aura-t-il un nouveau déport à ce stade de la procédure ?

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Marcus Kouaman • dimanche 25 novembre 2018 à 23h59min
Procès du putsch manqué : Y aura-t-il un nouveau déport à ce stade de la procédure ?

Les auditions du putsch manqué se poursuivent devant le tribunal militaire. Ce vendredi 23 novembre 2018, deux accusés se sont succédé à la barre.

Le premier accusé qui est passé à la barre est Faiçal Nanema. Poursuivi pour complicité de dégradation volontaire aggravée de biens et pour recel, il avait été entendu les 5 et 8 octobre devant cette même cour. Durant cette audition, l’accusé avait chargé le caporal Sami Dah (défendu par le même avocat, Me Arnaud Sampébré) en le taxant de « suspect sérieux ».
Cela, suite à la lecture, par le parquet militaire, d’une partie du procès-verbal du caporal qui accusait le sieur Nanéma d’avoir participé à la bastonnade de certains manifestants à l’hôtel Laïco, durant les évènements de septembre 2015. Conflit d’intérêts oblige, Me Sampébré, après avoir requis l’avis du bâtonnier, s’est déporté.

C’est défendu par Me Zaliatou Aoba, que l’accusé est entendu une fois de plus à la barre. Faiçal Nanéma, dans la même ligne de défense, clame son innocence. Il reconnaît avoir été au domicile de son « parrain », feu Salifou Diallo, le 17 septembre 2015, pour empêcher les jeunes de piller et de saccager ladite maison qui a finalement été incendiée le lendemain 18 septembre.
Il affirme ne s’y être pas rendu. Quant au matériel qu’on a retrouvé en sa possession, l’accusé est clair : il l’a acquis avec un marchand ambulant. C’est plus tard que ce matériel s’est avéré provenir du domicile de l’ancien président de l’Assemblée nationale.

Avant de quitter la barre, l’accusé a remercié des personnalités comme l’ancien président du Faso, Blaise Compaoré ; Léonce Koné ; le général Bassolé ; et son « tonton », le général Gilbert Diendéré, pour leur soutien depuis son arrestation. « L’engagement en politique, c’est aussi le cachot », lance-t-il ; ce qui a suscité des rires dans la salle.

L’accusé va plus loin en disant que lorsqu’on s’engage en politique, il faut s’attendre à faire de la prison. En plus de la prison, il y a la mort, l’exil et le pouvoir. Lui, en tous les cas, est prêt à mourir pour ses opinions politiques, à aller en prison, à être au pouvoir, mais pas à aller en exil.

« Tonton, je voulais vous dire merci beaucoup. C’est comme cela la vie. Quand on a la force, quand on est au pouvoir, on ne connaît pas ses vrais amis. C’est la mort qui va nous séparer. Je resterai toujours avec vous », adresse-t-il au général Diendéré. Il n’a pas manqué de souhaiter prompt rétablissement aux blessés et paix aux âmes de ceux qui sont morts pour défendre la démocratie.

Par la même occasion, l’avocat de l’accusé Nanéma a introduit une demande de liberté provisoire. Chose que le parquet trouve inopportune à cette étape de la procédure. En plus, l’accusation trouve qu’il n’y a aucune garantie que l’accusé ne se volatilise pas dans la nature. Surtout qu’il avait bénéficié d’une liberté provisoire (décembre 2016) et n’avait pas jugé nécessaire de se présenter à l’audience du 31 mars 2018. D’où sa prise de corps à nouveau. Le délibéré est attendu le mardi 27 novembre 2018.

A la suite de l’accusé Nanéma est appelé à la barre le sergent Lamoussa Badoum. Il est poursuivi pour complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, meurtre, coups et blessures volontaires, dégradation aggravée de biens. Lors de son interrogatoire le 28 août 2018 à cette même barre, le parquet avait fait lecture d’une partie du procès-verbal de l’accusé que ce dernier a réfuté.
Après vérification, il s’est avéré qu’il y avait une différence entre la réponse de ladite, contenue dans les pièces tenues par le Parquet militaire et celle tenue par Me Stéphane Ouédraogo, avocat de l’accusé. En son temps, l’avocat avait demandé la communication de la pièce.

Ce vendredi, Me Ouédraogo a affirmé n’avoir pas encore reçu cette pièce. Chose que le parquet nie et brandit une correspondance en date du 4 septembre 2018. C’est donc l’avocat qui a refusé de recevoir la pièce en question, avançant que le parquet militaire cacherait la véritable pièce.
Après quelques minutes de ping-pong entre le parquet militaire, l’avocat et le président du tribunal. Ce dernier décide de continuer l’interrogatoire du sergent Badoum. N’étant pas d’avis avec cette décision, l’avocat décide de consulter le bâtonnier car il ne compte pas défendre son client dans ces conditions.

Marcus Kouaman
(kmagju@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 novembre à 05:32, par Gnongre paré En réponse à : Procès du putsch manqué : Y aura-t-il un nouveau déport à ce stade de la procédure ?

    Que dire de ce personnage "flou et fortement imbu de sa personne" ? Homme à visage double avec sa parenté avec tantôt le Général Diendéré, conspirateur premier du putsch manqué (selon ses propres déclarations) dont il dit être un/le "Neveu", tantôt le Dr. Salif Diallo, co-victime de la situation dont il déclare être son "Filleul" alors qu’on a retrouvé sur lui des objets pillés appartenant à ce dernier au sortir de la tentative d’incendie de son domicile. Cet homme qui n’est qu’un vandale ne saurait être pris au sérieux dans ses déclarations. Le caporal Sami Dah sans aucun doute est celui-là qui est plus proche de la vérité de par ses dires qui se rapprochent des réalités vécues au domicile de Salif Diallo qu’il fallait nécessairement brûler. En analysant objectivement ses (Faïçal) déclarations et par recoupements, ce Monsieur a été et est resté un des hommes de mains de l’ancien Régime et de son Parti le CDP qui avaient pour charges, les casses et autres intimidations par eux (CDP et ses composantes) tels les Michael, Gorko etc. pour ne dire que ceux-ci. En effet, de par ses derniers louanges à certains "Prévenus" qui sont bel et bien impliqués et qui n’ont pas eu de honte à s’en reconnaître, les choses sont on ne peut, plus clairs. La question qui reste à élucider est de savoir "QUI A ETE LE COMMANDITAIRE ?" QUI A ORDONNE CET INCENDIE ? Malheureusement, c’est un point qui risque de passer sous silence si les choses doivent en rester là.

    Répondre à ce message

    • Le 26 novembre à 15:03, par Femme Burkinabé Integre En réponse à : Procès du putsch manqué : Y aura-t-il un nouveau déport à ce stade de la procédure ?

      Souvent il suffit de lire attentivement pour mieux comprendre le texte, ou juste utiliser son bon sens..
      1-En Afrique tu appelles tout le monde tonton, pas besoin de parenté directe ;
      2- il a été mentionné qu’il l’appelait « affectueusement » tonton.
      Je pense que c’est assez clair ; il serait idéal de trouver l’erreur à un autre endroit (concernant Mr Namema).
      Bonne recherche de la vérité.

      Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 10:27, par HUG En réponse à : Procès du putsch manqué : Y aura-t-il un nouveau déport à ce stade de la procédure ?

    Golf ne reconnait pas les faits que lui sont reprochés ? Que ces gens arrêtent de se foutre de nous. Je me rappelle qu’en 2015 lorsque le général et son RSP avec ses complices camouflés capitulaient ce général avait dit qu’il assume le coup D’État et quelque 3 ans après, il chante un autre point de vue. Moi je croyais courageux ces gens là mais malheureusement je me suis tromper d’analyse.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Quand le Général Diendéré se fâche : « Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans »
Procès du putsch du CND : "Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans", déclare Gilbert Diendéré
Procès du coup d’Etat : « Je ne tape jamais en dessous de la ceinture », lance le commandant Alioune Zanré à Me Jean Yaovi Dégli
Procès du putsch du CND : "Michel Kafando a laissé le loup rentrer dans la bergerie", selon Me Mamadou Sombié, avocat de la Défense
Procès du putsch du CND : "Si le coup d’État était préparé, je n’aurais plus besoin de convoquer la hiérarchie militaire", dixit Diendéré
Procès du putsch du CND : "La seule vérité, c’est Dieu qui la détient", selon Me Jean Yaovi Dégli (Défense)
Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !
Burkina : Les gens [terroristes] sont rentrés chez nous suite à la dissolution du RSP (Diendéré)
Dissolution du RSP : Le président Kafando devait respecter sa parole donnée, reproche Gilbert Diendéré
Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré
Procès du putsch du CND : Des empoignades entre le général Diendéré et Me Guy Hervé Kam
Procès du putsch du CND : Enfin les avocats des parties civiles parlent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés