Putsch manqué : La mise en accusation pour le 6 octobre

LEFASO.NET | Jacques Theodore BALIMA • samedi 16 septembre 2017 à 00h51min

La Chambre de contrôle de la Justice militaire a reporté au 6 octobre 2017 l’audience de mise en accusation des personnes inculpées dans l’affaire du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015. L’information leur a été notifiée ce vendredi 15 septembre 2017.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Putsch manqué : La mise en accusation pour le 6 octobre

Les rounds d’observation se prolongent dans l’affaire du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2017. En effet, convoqués pour leur mise en accusation, les inculpés ont été informés du report de l’audience, sur la demande de leurs conseils, au 6 octobre 2017. « Nous avons demandé que le dossier soit renvoyé après le 24 octobre pour que l’on sache si l’ordonnance de renvoi du juge d’instruction va être annulée ou pas », a expliqué Me Birba Christophe, avocat de la défense.

Des défaillances dans la procédure

Les raisons avancées par les avocats pour demander le report de l’audience est le renvoi au 24 octobre prochain de celle d’appels interjetés par une quinzaine d’inculpés et le procureur militaire. « C’était en principe une audience de mise en accusation. Ça veut dire que la Chambre de contrôle vérifie la régularité de la procédure, annule ou valide et met en accusation les inculpés pour lesquels elle estime qu’il y a des charges suffisantes et elle les envoie en jugement. C’est ce qui était prévu ce matin. Comme vous l’avez suivi, il y a beaucoup d’inculpés et le procureur militaire qui avaient fait appel de l’ordonnance alors que c’est sur la base de cette ordonnance que doit être opérée la mise en accusation. Le dossier étant envoyé au 24 octobre, pour nous, logiquement il ne devrait pas y avoir de discussions pour l’audience d’aujourd’hui. En raison de la bonne administration de la justice, il n’est pas bon qu’on tienne une ordonnance de mise en accusation sur la base d’une ordonnance, elle-même, frappée d’appel », a ajouté Me Birba.

Le deuxième mobil évoqué par les conseils est que certains d’entre eux ainsi que des inculpés n’avaient pas été notifiés de l’audience du jour. Ce qui explique que certains étaient absents et d’autres n’avaient pas pris connaissance du fond du dossier. Mais le renvoi au 6 octobre pose toujours problème aux avocats de la défense car la Chambre n’aura pas statué sur les dossiers d’appels. « La chambre s’est retirée pour délivrer et elle est revenue puis a renvoyé l’audience de mise en accusation, très paradoxalement, pour le 6 octobre. Donc avant le dossier d’appel. Nous attendons le 6 octobre pour voir comment elle va procéder. A partir du moment où c’est le même dossier, comment mettra-t-elle des gens en accusation sur la base d’une ordonnance contre laquelle les intéressés ont fait appel ? », s’est interrogé l’homme dans sa robe noire.

Selon lui, « c’est aujourd’hui, vraisemblement, qu’il y a plus de cafouillage qu’hier. Le renvoi a-t-il opéré pour que le dossier soit mis à la disposition des avocats afin que ceux qui n’avaient pas été convoqués aujourd’hui soient régulièrement convoqués ? Peut-être que c’est pour mettre le dossier à notre disposition pour qu’à la date du 6 octobre, ce soit encore renvoyé ».

Sûr du coup

Pour Me Birba, rien n’est plus illogique que cette programmation des audiences. Mais il reste certain et sûr qu’ils battront à la retraite la partie civile. « Notre conviction est que l’ordonnance sera annulée. Nous attendons aussi que la Chambre mette en accusation des inculpés le 6 octobre et que le 24 octobre, nous fassions tomber la pièce maitresse sur la base de laquelle, la mise en accusation est opérée et on comprendra s’il y a vraiment une bonne administration de la justice. Car pour nous c’est paradoxal », s’est-il convaincu.

Pour l’instant, le feuilleton juridique du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015 n’est qu’à ses débuts. Et la partie promet d’être longue.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 septembre à 07:41, par tapseureula
    En réponse à : Putsch manqué : La mise en accusation pour le 6 octobre

    Je commence à mettre réellement en doute la compétence de nos juges. Pourquoi tant de cafouillages et de négligences ? Des gens ont perdu la vie et leurs ayant droit attendent depuis deux ans. Quand même !!!!!! C’est quoi le problème ????

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre à 09:13, par Achille De TAPSOBA
    En réponse à : Putsch manqué : La mise en accusation pour le 6 octobre

    Hommage à nos Martyrs du 30, 31 Octobre 2014 et 16,17 Septembre 2015

    Chers JUGES INTÈGRES

    mes respects sincères à vous

    C’est avec un cœur très meurtri et irrité, je vous parle publiquement

    Les conseils des accusés jouent avec le temps. Ce sont des scènes théâtrales que les avocats veulent docilement vous servir comme plat de résistance vous vous laissez embarquer facilement. La stratégie mise en place par ces derniers est la perte de temps comme on le dit tout s’use avec le temps. En effet, faire disparaitre les preuves ou les témoins oculaires par des méthodes pas catholiques à la François Compaoré est le plan classique qu’on connait habituellement de la galaxie Compaoré . On a vu avec le dossier Norbert ZONGO, tous les auteurs de ce crime ont disparu(morts) miraculeusement de la circulation sans trace par magie de François Compaoré le pape de division. Le véritable problème du régime défunt est de refuser catégoriquement de reconnaitre son tort ou ses fautes au Brave Peuple BURKINABÈ depuis 30 ans de règne chaotique . On tue les BRAVES JEUNES aux MAINS NUES des autres parce qu’on voulait se maintenir éternellement au pouvoir pour ne pas perdre les luxes du pouvoir ou et de l’autre coté on joue cyniquement à la victime avérée ou à l’innocent (Saint Blaise, Saint François, Saint Gilbert et "ange" Djibril). Sommes-nous dans quelle planète d’impunité ?. Les grands criminels deviennent subitement des innocents ou des saints et les victimes(MARTYRS) des coupables ou des monstres qu’il fallait abattre sans état d’âme. Bon DIEU, le BURKINA a perdu la bataille morale. La morale agonise chez les Compaoré et ses conglomérats.

    Mrs les JUGES, faites entrer les accusés au parloir. La récréation est bien finie. On rentre en salle de cours et on passe naturellement aux choses sérieuses. On ne va pas passer indéfiniment toute notre vie pour des questions de procédures interminables. Les familles des MARTYRS et le Brave Peuple sont profondément fatigués, les MARTYRS dans leurs tombes sont sidérés. Sous le régime des frères Compaoré,il n’y avait pas même de règle ni de procédures les accusés étaient systématiquement et sommairement exécutés sur l’autel de mensonge ou de la diffamation sans le moindre procès(Henri Lingani, Boukary Zongo, Norbert Zongo, Thom Sank, Dabo Boukary, Oumarou Clément...). C’étaient les pauvres citoyens qui séchaient sans défense dans nos prisons car les plus forts(Compaorose) dominaient largement les plus faibles ou les vénérables (Burkinabés de seconde zone). Selon le refrain arbitrairement chanté par l’ex-rsp : " On te fait maintenant et puis y a rien".

    Mrs JUGES, soyez très fermes et durs. Ne cédez pas aux chantages des avocats ni aux états émotionnels des accusés se passent toujours pour des anges. Ne vous faites pas divertir par des apôtres de l’impunité. Si la règle de droit est appliquée dans toute sa rigueur dans notre cher pays, tout BURKINABÉ sera correct et droit dans ses ambitions surtout politiques. Le laxisme ou l’absence de l’autorité de l’État donne du zèle à tout le monde de faire tout ce qu’il veut sans crainte. L’injustice ou la corruption rampante des magistrats ouvre royalement la porte de toutes les dérives excessives(crime de sang, détournement, pillage à ciel ouvert, liberté provisoire, annulation des mandats d’arrêt, non lieu). Personne ne respecte la justice car elle est sale et pourrie. Votre tare ancestrale(depuis le régime Compaoré) est votre inertie et votre lenteur sur les dossiers de crimes de sang et économique au point que vous êtes devenus très malléables et manipulables par les politiques. Ce qui fait que personne ne vous fait confiance même pas le bébé de 2 ans.

    Mrs les JUGES INTÈGRES, le Brave Peuple vous jugera à la fin des procès de l’insurrection populaire et de la Résistance du 15 Septembre 2015. En cas de procès de complaisance, vous serez traités de « petit juge » comme le juge Lambert dans l’affaire de Grégory assassiné en France. Vous tenez obligatoirement de hausser l’image de la JUSTICE très souffrante. D’après les Dioula, ne payez pas votre honte sur la place publique. Vous devez cicatriser les plaies béantes de la Compaorose (crimes de sang et économiques). Sauvez inéluctablement votre honneur en péril. Ne vendangez pas votre dignité ou votre réputation pour des intérêts personnels ou pour de l’argent mal acquis sous l’onction des dirigeants actuels. Aucun pardon ou sursis ne vous sera accordé en cas de procès de complaisance ou décoratif pour souler le Brave Peuple. Faites respecter la justice par votre intégrité et votre fermeté en appliquant rigoureusement la règle de droit sans distinction de rang politique, économique ou social. Nul n’est au dessus de la loi(même pas Saint Blaise, Saint François, Saint Gilbert et "ange" Djibril). Nous sommes égaux en droit.

    Mrs les JUGES INTÈGRES, nous restons impitoyables pour les cas d’impunité ou de mal gouvernance. Nous vous empêcherons de dormir tranquillement pour un dossier de crime de sang ou économique en souffrance.

    La vérité triomphera sur le mal ou l’impunité(le mensonge) un jour

    A nos Martyrs qu’ils se reposent en paix. Que justice leur soit rendue rapidement

    Justice pour Norbert Zongo
    Justice pour Thomas Sankara
    Justice pour Salifou Nebié
    Justice pour David Ouèdraogo
    Justice pour Boukary Dabo

    Victoire toujours au Brave Peuple
    Vive la démocratie au Faso
    Vive le Brave Peuple Burkinabé

    Que LE SEIGNEUR bénisse le BURKINA que nous aimons tous.Amen
    Paix et Succès à Tous les BURKINABES . Amen

    Achille De TAPSOBA le Bobolais

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre à 15:30, par moi meme
    En réponse à : Putsch manqué : La mise en accusation pour le 6 octobre

    Chers intervenant, je voudrais vous inviter a ne pas porter de jugement sans preuve et de surcroit en cette période ou la tension n est pas au beau fixe. nous pouvons avoir de soupçons envers X ou Y c est notre droit mais enumeree X ou Y publiquement comme responsable sans preuve est très grave. suis pas juriste mais pour peu que que je sache. sachons raison garder.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre à 15:49, par TI-POKO
    En réponse à : Putsch manqué : La mise en accusation pour le 6 octobre

    Qu’est ce que vous n’avez pas compris ?
    Le général n’a pas fait de coup d’état ; NON !
    C’est ceux là même qui veulent la dislocation de notre valeureuse armée, de la destruction de notre pays et enfin le pillage systematique du pays qui ont machiné ce coup d’état.
    Ca se sait, personne ne voulait de Blaise encore surtout qu’il a osé tenir tête à l’obama ; les français se sont donc retrouvés en train de soutenir une énemi de leur puissant allié. Les coups bas que Blaise avait fait sous le pilotage des français et les mécontentements du peuple suffisaient pour rendre content l’oncle sam en laissant Blaise à la merci de son peuple ; alors, ordre fut donné au Zaïrois de rassembler les béné oui oui et les frères afin d’accelerer les veux de l’opposition. Ainsi, Blaise dû fuire. Mais il évita de contenter les occidentaux qui croyaient le connaitre tres bien, jusqu’à penser qu’il aurait résisté par les armes (carnage plus grand que celui qui fut).
    Mais, le pion des frères qui était chef des opération avait déja ouvert le bal en ordonnant de tirer à KOSSIAM. il y eu donc des morts.
    Blaise a fuit, et le chef des opération prend alors le pouvoir par coup d’état.
    Il commença par placer ses frères partout par ce que conscient que tout était préparé pour lui. Il eu même à organiser coup contre lui même tout en accusant l’homme que lui et ses copains voulaient voir abattu (le Général DJENDJERE). Ainsi, un énemi fut créé. C’était aussi la volonté des occidentaux qui n’aiment pas LES CHAMPIONS. Ainsi fait, le Général lui même se vit menacé, les coup fourré venaient de partout et même des ses hommes qui étaient des frère de l’autre.
    Vu le danger de la dislocation de l’armée, la grande muette se décida de demander à ce que le RSP ne soit pas dissout mais délocalisé pour garder cette unité d’élites.
    C’est là qu’apres la réunion, un communiqué de coup d’état fut lu. Le Général a dû se laver avec l’eau du canari cassé sur sa tête.
    DEMANDEZ PLUTOT OU A QUITTE LE TEXTE DISANT PRISE DE POUVOIR POUR QU’IL SOIT LU. Vous saurez comment ce sont passées les choses.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés