Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Lucien Bembamba : « Le FMI et la Banque Mondiale ont apprécié positivement les mesures prises par le Gouvernement pour davantage partager les fruits de la croissance »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Finances publiques • • mardi 22 avril 2014 à 04h27min
Lucien Bembamba : « Le FMI et la Banque Mondiale ont apprécié positivement  les mesures prises par le Gouvernement pour davantage partager les fruits de la croissance »

Le ministre de l’économie et des finances, Lucien BEMBAMBA et la Ministre l’eau, des aménagements hydrauliques et de l’assainissement, Mamounata BELEM, assistés de l’Ambassadeur Seydou BOUDA et d’une délégation, ont pris part du 08 au 13 avril 2014 à Washington aux assemblées de printemps du Fonds Monétaire international et de la Banque Mondiale. En tirant un bilan satisfaisant de la participation de la délégation de son pays à ces réunions, le Ministre Lucien BEMBAMBA précise que la Banque Mondiale s’est aussi engagée à accompagner le Burkina, notamment en augmentant le montant d’un projet sur les filets sociaux qui sera bientôt approuvé par son conseil d’administration et en accélérant la mise en œuvre d’un projet sur l’emploi des jeunes.

Lucien Marie Noël Bembamba : Il faut rappeler que ces rencontres donnent toujours l’occasion d’une part d’échanger sur l’évolution de la situation récente de l’économie mondiale et des mesures à mettre en œuvre pas seulement au niveau des Etats mais aussi au niveau de la Banque Mondiale et du FMI, et d’autre part d’avoir des rencontres bilatérales avec nos partenaires et les institutions financières internationales pour évaluer notre coopération. Sur le premier aspect, il est ressorti des discussions qu’il y a de meilleures perspectives en matière de croissance mondiale, même si ça et là il y a encore des risques qu’il faut surveiller.

Les bonnes nouvelles concernent surtout l’Afrique qui continue d’afficher des perspectives de croissance encourageantes, ce qui signifie qu’il faut poursuivre les efforts pour consolider les bons résultats déjà enregistrés. Dans ce cadre, l’accompagnement de la Banque Mondiale et du FMI reste toujours nécessaire et lors de nos échanges nous avons insisté pour que ces institutions adaptent davantage leurs politiques et leurs interventions au besoin de renforcement de cette croissance. S’agissant du volet bilatéral, les rencontres ont permis de constater que notre pays continue de jouir d’une crédibilité grâce à nos performances en matière de gestion macroéconomique et nos différents interlocuteurs ont renouvelé leurs engagements à nous accompagner.

A ce titre a-t-il été envisagé au cours des échanges des possibilités pour le FMI ou la Banque Mondiale d’apporter un quelconque appui financier aux mesures sociales prises en septembre 2013 et renfoncées en mars 2014 par le gouvernement et qui demandent un surcroit de financement ?

Lucien Marie Noel Bembamba : Tout d’abord il faut souligner que les deux institutions ont apprécié positivement le souci du gouvernement burkinabè de prendre des mesures pour davantage faire partager les fruits de la croissance, notamment au profit des plus démunis. Mieux, la Banque Mondiale s’est engagée à nous accompagner, notamment en augmentant le montant d’un projet sur les filets sociaux qui sera bientôt approuvé par son conseil d’administration et en accélérant la mise en œuvre d’un projet sur l’emploi des jeunes. Ces deux projets vont venir renforcer les mesures sociales relatives à l’appui aux couches vulnérables et surtout au recrutement pour les travaux à haute intensité de main d’œuvre appelés travaux HIMO, domaine qui connait un grand succès avec une forte demande. Du côté du FMI, son rôle consiste généralement à s’assurer du maintien de l’équilibre budgétaire suite aux mesures prises par les gouvernements, et sur ce point il a eu l’assurance que l’équilibre budgétaire initial ne sera pas remis en cause par les mesures sociales que nous avons adoptées.

Les besoins conséquents de financement des secteurs économiques de base comme de ceux de l’agriculture et de l’eau, de l’énergie, l’éducation, des infrastructures...pour donner un coup d’accélérateur à la croissance économique du Burkina sont régulièrement des préoccupations partagées par le FMI et la Banque Mondiale. Quelle a été par exemple la suite réservée à la déclaration récemment faite par le Président de la Banque Mondiale qui se proposait de faire du Burkina un exemple de réussite de sa nouvelle politique de relance de la croissance économique et pour l’éradication de l’extrême pauvreté dans la région du Sahel notamment ?

Lucien Marie Noel Bembamba : Naturellement nous avons fait le point sur cet important engagement du Président de la Banque Mondiale et nous devons nous réjouir des actions déjà entreprises. Ainsi le Président de la Banque a présenté et soutenu en novembre dernier à New York devant les agences du Système des Nations Unies le cas du Burkina pour le programme d’accélération vers l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement. A cette occasion il s’est engagé à soutenir notre pays dans la mise en œuvre des programmes axés sur les filets sociaux, l’électrification rurale, l’agriculture et le suivi de la pauvreté. Et depuis lors cet engagement a commencé à se concrétiser. Ainsi comme je le disais tantôt, la Banque va augmenter de 30 millions à 50 millions de dollars, soit environ 25 milliards de FCFA l’enveloppe destinée au projet sur les filets sociaux qui sera soumis au Conseil d’administration de la Banque en avril 2014 pour approbation.

De même elle a décidé de faire une rallonge de35 millions de dollars soit environ 17,5 milliards de FCFA au projet d’électrification rurale approuvé en juillet 2013. Le dossier de cette rallonge sera soumis en mai 2014 au Conseil d’Administration de la Banque. De même un montant complémentaire de 37,7 millions de dollars sera alloué au projet sur la sécurité alimentaire. Quant au suivi de la pauvreté, la Banque a approuvé en février 2014 un appui de 300 .000 dollars pour aider l’INSD à améliorer la production statistique sur les indicateurs de pauvreté. A cela il faut ajouter que le Burkina est bénéficiaire du programme régional de la Banque sur le Sahel d’un montant de 1,5 milliard de dollars qui a fait l’objet d’une annonce par le Président de la Banque lors de leur tournée dans le sahel en novembre 2013.

Nous avons engagé les échanges pour la programmation des allocations pour la période 2015-2016 qui viendront également appuyer les priorités que nous avons dégagées. Toutes ces questions ont été longuement débattues avec le Vice-président de la Région Afrique de la Banque qui a réaffirmé leur engagement à soutenir les efforts du Burkina au regard des bonnes performances que nous réalisons.

Avec le FMI, il était prévu, la finalisation au cours des ces assemblées annuelles, de la première revue du programme au titre de l’année 2014 entre le Burkina et cette institution. Avez-vous pu effectivement parachever ce document et quelle est son importance pour l’économie du Burkina ?

Lucien Marie Noel BEMBAMBA : Je confirme que nous sommes parvenus à un accord pour la conclusion de la première revue du programme appuyé par la Facilité Elargie de Crédit du FMI, et en principe notre dossier devra être soumis à son Conseil d’Administration courant juin 2014. La conclusion de cette revue, si elle est validée par le Conseil d’Administration, signifie qu’il y a une évaluation satisfaisante de la mise en œuvre du programme et un accord sur sa poursuite. Cet accord est important pour notre économie en ce sens que généralement l’existence d’un programme avec le FMI rassure les partenaires techniques et financiers mais aussi les investisseurs privés quant à la bonne gestion de l’économie et des finances publiques du pays.

Que souhaiteriez-vous ajouter au bilan de ces assemblées ?

Lucien Marie Noel BEMBAMBA : C’est encore une fois saluer la qualité du dialogue que nous entretenons avec les institutions de Brettons Woods que sont le FMI et la Banque Mondiale. C’est vrai que les discussions n’ont pas toujours été faciles, mais nous parvenons chaque fois à nous accorder sur la meilleure façon d’accompagner le Burkina Faso dans sa quête pour le mieux-être de populations laborieuses.

Interview réalisée par Pierre WAONGO
Attaché de presse,
Ambassade du Burkina Faso/Washington, D.C.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Opération spéciale de recouvrement de la Taxe de résidence : Le directeur régional des impôts du Centre explique
Patrimoine immobilier de l’Etat : Il existe désormais un recensement géo-référencé pour les bâtiments et les terrains à Ouagadougou
Célestin Santéré SANON, nouveau Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique
Grève des syndicats des finances : Les services fonctionnent et les salaires seront payés, rassure la ministre Rosine Coulibaly
Coopération UE- Burkina Faso : La coopération accouche d’un nouveau projet de développement
Direction générale des impôts : « eSINTAX », fait officiellement son entrée dans le quotidien des contribuables burkinabè
Grève des syndicats du ministère de l’économie : Le gouvernement doit réagir par le dialogue mais dans la fermeté, selon un lecteur
Syndicats du ministère des Finances : Touche pas à mon Fonds commun
Ministère de l’Economie : Plus de 1300 milliards de francs CFA mobilisés en 2017
Affaire IUTS : Le directeur général des impôts rassure
Coopération Burkina Faso-Suède : 102 milliards de francs CFA pour soutenir les efforts de développement du Burkina
Burkina Faso : « L’année 2017 a été une année difficile, mais fructueuse » (Rosine Coulibaly)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés