Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Que chacun apprenne à porter son fardeau tête nue, car dans certains lieux, il n’y a pas de chiffons» Proverbe burkinabè

Camp militaire de Thiaroye : Il y a 77 ans, l’horreur !

Accueil > Actualités > Documents • LEFASO.NET • mercredi 1er décembre 2021 à 12h07min
Camp militaire de Thiaroye : Il y a 77 ans, l’horreur !

Le 1er décembre 1944, des tirailleurs sénégalais sont tués dans le camp militaire de Thiaroye, à proximité de Dakar au Sénégal, sur ordre du haut commandement français.

Après avoir prêté main forte à la France et après leur captivité au cours de la deuxième grande guerre, des Africains enrôlés de force depuis 1940, doivent embarquer pour Dakar. Le ministère de la Guerre en France devait régler leur rappel de solde de captivité, leur verser un pécule. Le quart de soldes de captivité devait être payé à l’embarquement et les trois quarts restants à l’arrivée à Dakar.

Plus de 300 soldats refusent d’embarquer en dénonçant une injustice à travers la promesse non tenue. D’autres tirailleurs par contre embarquent et arrivent à Dakar le 21 novembre 1944. Conduits au camp militaire de Thiaroye à leur arrivée à Dakar, ils refuseront à leur tour de prendre le train le 27 novembre alors que les paiements n’étaient pas effectifs.

Dans un rapport, le général commandant la Division Sénégal-Mauritanie, Marcel Dagnan écrit avoir échappé à une prise d’otage par les tirailleurs du camp le 28 novembre. Encerclés alors qu’ils étaient réunis sur l’esplanade du camp, les tirailleurs seront abattus occasionnant des dizaines de morts, voire des centaines, selon les différents bilans. Un épisode sanglant dont l’humanité se serait passée.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 1er décembre 2021 à 16:18, par KOUDOUGOU Yilké Augustin En réponse à : Camp militaire de Thiaroye : Il y a 77 ans, l’horreur !

    "Un épisode sanglant dont l’humanité se serait passée." Malheureusement, ces épisodes se poursuivent et la France de 1944 est restée la Même jusqu’à nos jours, n’ayant aucune considération pour l’Afrique et les africains, si non qu’un potentiel de richesse et de main-d’oeuvre pour sa survie. Mais un jour viendra....

    Répondre à ce message

  • Le 1er décembre 2021 à 19:21, par Ada En réponse à : Camp militaire de Thiaroye : Il y a 77 ans, l’horreur !

    InshAllah, merci KOUDOUGOU.
    Certaines familles vivent toujours avec cette douleur vive malgré le temps. On a l’habitude de dire chez nous qu’ils ont été victimes d’une grosse trahison.

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2021 à 11:22, par Stalinsky En réponse à : Camp militaire de Thiaroye : Il y a 77 ans, l’horreur !

    Sembene Ousmane au cours d’un voyage vers Bamako avec Aeroflot dans l’avion ou j’étais son voisin de siège m’a confié que la majorité des "Tirailleurs Sénégalais" dans le camp de Thiaroye était des Voltaïques c’est à dire des Burkinabê. C’était à l’issue d’un FESPACO ou je pense il avait projeté son film CAMP DE THIAROYE.
    Je pense qu’il a dit la vérité car contrairement à ce que les gens pensent quand on parle de tirailleurs Sénégalais beaucoup pense que ce sont des Sénégalais mais en réalité c’est parce qu’ils embarquaient à partir du port de Dakar pour la France que les français les appelaient Sénégalais.
    En réalité 70% de ces "Tirailleurs Sénégalais" était des Burkinabê. C’est pourquoi en remerciement de cette contribution, la France a financé la construction de l’hôpital de Pédiatrie Charles De GAULE et à l’inauguration étaient présents la femme du Président Jacques CHIRAC et le Général SANGOULE LAMIZANA qui était l’officier le plus gradé des africains de l’AOF (Il était Capitaine).
    Malheureusement nous avons affaire à un Etat major dirigé par des gens qui ne comprennent rien à l’histoire militaire de notre pays et c’est le Sénégal qui exploite cette histoire à son profit.
    Regardez par exemple le cimetière des anciens combattants de Bâtié abandonné et non entretenu par la partie Burkinabê. C’est dommage et triste pour ceux qui ont versé leur sang pour racheter notre indépendance qui na pas été octroyée gratuitement. Du sang a été versé. J’espère que Roch va se rappeler ses cours d’histoire à l’école primaire et au collège de la Salle pour apporter des corrections et ce lors du butimage de la voie Gaoua-Batié planifié ainsi que de la voie Banfora -Gaoua devant être financé par la Chine Populaire.
    Il serait intéressant au plan militaire d’implanter une base militaire à Bâtié pour contrôler le Ghana et la Côte d’Ivoire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Camp militaire de Thiaroye : Il y a 77 ans, l’horreur !
Plaidoyer pour Thomas Sankara et ses fidèles camarades
Justice et droits humains au Burkina Faso : 32 nouveaux textes législatifs adoptés entre 2013 et 2017
Banque Atlantique Burkina : Une soirée de reconnaissance pour rendre hommage aux clients
Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat (ASCE) : Voici le rapport 2010
Risques terroristes dans le Nord du Burkina : Le gouvernement rassure
Sa Majesté Kupiendiéli, Roi du Gulmu : “Je me demande quels ennuis on peut causer à un chef coutumier dans l’exercice de ses fonctions” ?
Marie Odile Bonkoungou/Balima ministre de l’Enseignement de base et de l’Alphabétisation : "La situation de l’école burkinabè n’est pas aussi catastrophique qu’on le pense"
Discours de Tertius Zongo sur la situation de la Nation
Déclaration de politique générale du Premier ministre Tertius Zongo
La liste du nouveau gouvernement en images
Elections législatives : listes de l’ADF-RDA
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés