Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Lorsque tu aperçus le palmier, le palmier t’avait déjà vu. » Citation africaine ; La grammaire wolofe (1826)

Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 1er juillet 2020 à 22h30min
Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

Ce 30 juin 2020, c’était le grand déballage au palais de justice de Ouagadougou, dans le cadre du procès du recrutement frauduleux à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Les témoins ont continué à défiler pour, chacun, donner sa version de cette affaire qui, à chaque audience, révèle des choses. Des dissertations qui se ressemblent à la virgule près, les fautes y compris. Des candidats qui ne reconnaissent pas leur signature ni leur écriture sur des copies, dont certaines sont passées de 10 à 17 sur 20.

Salmata Sawadogo était candidate au recrutement d’agents de liaison à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). A l’issue d’une des épreuves, elle a obtenu la note de 10 sur 20. C’est ce qui figure sur le registre de la correctrice. Mais entre-temps, sur une autre feuille de composition, dame Sawadogo s’en sort avec la note de 17 sur 20 et finit 1re. Problème. Cette copie-là, la candidate reconnaît que ce n’est pas la sienne.

La signature sur la copie n’est pas la sienne. Mieux, son nom a été réécrit avec une erreur. Au lieu de Salmata, un « a » a été ajouté. C’est maintenant « Salamata ». Mais où est passée la copie originale ? Mystère et boule de gomme. « Ça pose un sérieux problème. Il y a quelque chose qui ne s’explique pas », constate le président du tribunal.

Comment cela s’explique ? Salmata Sawadogo déclare qu’elle n’en sait rien. « Je n’ai rien à dire », se contente-t-elle.

Comme elle, Djénéba Kanao (agent de classement) reconnaît que la copie sur laquelle figure la note qui lui a permis de réussir au test, n’est pas la sienne. Sa copie ressemble trait pour trait à trois autres. Avec les mêmes fautes. « Une manque de sécurité », lit par exemple le parquet sur les copies. Tous les trois admis ont des parents dans la boîte. C’est le cas de Marc Zèda, le frère de l’ancien Directeur des ressources humaines (DRH), qui a piloté l’organisation du test. « Non, mon frère ne savait pas que je passais le test », répond-il ; tout comme l’avait dit la femme de l’ancien DRH, également admise.

Le tribunal est à bout de nerfs et insiste pour que le jeune « balance » celui qui a été à l’origine de cette manipulation. Il reste stoïque. « Vous avez de la chance, vous devriez vous retrouver dans le box des accusés comme votre frère et votre belle-sœur », finira par lancer le tribunal, visiblement exaspéré.
Motus et bouche cousue

D’autres témoins sont passés. Tous ont des parents à la CNSS, et les notes ont été bonifiées. Edith Tougma a sa sœur (Odile Tougma) qui est comptable à la CNSS. Sa note de 12 est passée à 15. « Vous vous foutez du tribunal ? Vous vous foutez du tribunal ? », finit par lancer le tribunal face à l’insistance d’Edith Tougma qui dit ne même pas reconnaître son écriture, encore moins sa signature.

Seydou Diarra, comptable à la CNSS, a également été appelé à comparaître en tant que témoin. Son enfant a obtenu le concours, mais avec des notes qui ont été falsifiées. « Je ne doute pas de sa compétence », répondra-t-il quand on lui demande comment cela a pu arriver.

Fatimata Ki, agent administratif, elle aussi, est parvenue à intégrer la CNSS suite à ce concours qui ne finit pas de dévoiler tous ses secrets. Là également, la candidate avait des entrées dans « la maison », à travers son mari Siriki Ki. A la barre, le parquet lui présente la copie sur laquelle elle a obtenu la note de 16, lui permettant ainsi de surclasser les autres candidats. Elle n’a ni reconnu sa signature, encore moins son écriture. Selon la correctrice, la vraie note, c’est 10. « Etes-vous fière d’avoir eu le concours avec une note qui n’est pas la vôtre ? », envoie le président. La dame, visiblement gênée, murmure « je ne sais pas quoi dire ».
Qui a fait ça ?

Pour le parquet et la partie civile, tout est clair. Avec ces éléments matériels, il est désormais établi qu’il y a bel et bien eu fraude. Les avocats de la défense, notamment Me Timothée Zongo, disent être restés sur leur soif. « Il a brandi les copies comme un trophée de guerre, sans désigner de coupable », image Me Zongo à l’endroit du parquet.

Il reconnaît en revanche que ce sont des copies « bizarres, sans paternité ». « Mais qui a fait ça ? », se demande-t-il, avant de préciser que c’est au procureur de répondre à cette question. Pour les avocats de la défense donc, leurs clients ne sont pas les responsables de ces manipulations. Du coup, les conseils des accusés constatent que ce sont « des infractions sans père ni mère ». « J’attends que le parquet nous dise qui a fait cela », conclut-il.
L’audience reprend le 10 juillet 2020, avec la suite de l’interrogatoire des témoins.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 1er juillet à 12:16, par Pegd En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    Timothée était un homme droit selon les écritures sainte. Mais cet avocat Zongo Thimothée semble être son contraire.

    Répondre à ce message

    • Le 1er juillet à 16:03, par Tounouma En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

      J’ai failli rejoindre cette boîte au début des années 2000. Lors d’une mission, une équipe de la CNSS est venue dans notre région. Ils avaient un travail d’une semaine à faire. Par chance j’étais sur leurs liste de contact. Moi j’avais déjà fait pendant des années beaucoup de travaux dans le domaine. Sans même leur dire, j’ai fait le travail qu’il devait faire et la veille de la fin de leur mission je leur ai présenté les résultats. Je leur ai donné le rapport et une présentation power-point avec (gratuitement). "Le résultat est mieux que ce que nous allions produire en deux semaines à notre retour à Ouaga" m’a dit un membre de l’équipe. Le chef de mission, qui était un directeur là-bas, était surpris et reconnaissant. Il m’a dit que la CNSS a besoin des gens de mon profil, qu’il y a de la place pour moi dans leur équipe. Il me fallait absolument passer au siège quand je serais un jour à Ouaga. Je n’y suis jamais allé, mon service aussi avait besoin de moi et j’avais aussi obtenu une bourse pour une spécialisation à l’extérieur. Bref !!!
      Je pense que cette affaire de recrutements frauduleux va assombrir l’image de la boîte qui, si je ne me trompe, faisait des crédits sans intérêt, aux barons et amis du régime Compaoré. Quel gâchis !!!
      Pourtant, il y a des gens qui ont été recrutés dans cette boîte pour leurs compétences.

      Répondre à ce message

    • Le 2 juillet à 14:26, par Messoh En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

      @Pegd, c’est à cause des gens comme vous que j’aime lire les commentaires sur lefaso.net... Rires...

      Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 13:44, par changeons En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    Le Burkina est devenu grave à cause de l’avidité des certaines personnes prêtes à sacrifier les bons talents au profit de la médiocrité. Pour travailler à la CNSS, il suffit donc d’avoir un parent ou un(e) conjoint(e) (et peut-être un faut diplôme ) qui y travaille et capable de faire modifier les notes et le tour est joué. On comprend aisément pourquoi cette boite à sous est pleine d’agents qui s’occupent plus de leur commerce de divers articles que de fournir un service de qualité aux "clients". Pourquoi ne pas saisir de cette occasion de fraude organisée pour faire un audit de la CNSS et analyser l’adéquation entre diplôme et poste occupé ? On a vraiment besoin d’un réel changement dans la gouvernance du Burkina et le MPP semble ne pas être le bon cheval, à moins de prendre des mesures urgentes et courageuses pour redonner l’espoir de changement. Pourtant, la demande sociale des insurgés étaient claire : "rien ne sera plus comme avant". Apparemment à cette demande, la réponse de la classe dirigeante actuelle est : " tout sera pire qu’avant et après nous, le déluge". cela se lit dans leurs faits et gestes au quotidien : transport organisé d’électeurs avec des véhicule font rouge de l’Etat pour s’enrôler dans des communes convoitée, harcèlement d’homme d’affaire pour ristournes sur un marché public, véhicules communaux acquis dans des situations assez floues, détournement de fonds publics etc. Avec tout ça, quelle orientations la classe politique actuelle donne aux génération présente et future ? Le cas de la CNSS révèle certainement que la pratique est cautionnée par les premiers responsables de nos institutions et le DG n’est pas neutre dans cette affaire. On est responsable ou on ne l’est pas. Et si on ne pas peut gouverner avec rigueur une boite comme la CNSS, on cède courageusement la place à d’autres compétences.

    Répondre à ce message

    • Le 2 juillet à 07:21, par Le Financier En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

      Le mal est dans toutes les sociétés et même au niveau des concours professionnels et des recrutements sur titres. Il a pris racine depuis et pendant les 27 ans de règne de Blaise. Je ne suis ni partisan, ni sympathisant du MPP. Mais cela relève de la malhonnêteté intellectuelle et politique de mettre cela sur le dos du MPP. Le mal est connu de tous et combattu de tous aujourd’hui primo, parce que le départ de Blaise a donné le courage aux structures de veille et aux honnêtes citoyens de ne plus fermer les yeux et la bouche. Secondo parce que l’accès à l’information est facilité par des canaux autres que la radio et la télé. Tout ce sait aujourd’hui en tant réel.
      Nous avions des promotionnaires qui ont accédé à des postes qu’ils ne méritaient pas et nous marquaient nous qui n’avions pas de relations. J’ai moi même été victime dans les recrutements de deux banques.
      Le tort du pouvoir du MPP c’est de n’avoir pas mis en pratique "le plus rien ne sera plus comme avant". Ils nous reconduit les mêmes rapaces et/ou leurs enfants plus voraces que leurs géniteurs et voilà là où ça nous conduit. Vivement que Dieu nous ressuscite Thomas Sankara

      Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 14:07, par Le justicier En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    Ah ouiii...si vous dites que quelqu’un vous a volé, alors il faudra bien démontrer par A+B que c’est bien lui qui en est l’auteur, sinon votre accusation n’a pas de sens : ON APPELLE CA, DIRE LE DROIT. Les gars, portons nos masques et lavons nos mains. Pour ma part, je retourne faire mon boilo, car les concours directs approchent.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 14:33, par HUG En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    le plus rien ne sera comme avant est devenu pire qu’avant. je parie Que. ces conours juteux ne semblent s’obtenir aussi facilement. je me rappelle Que le representant ces admis decus juriste etait tres eloquent sur la Tele BF1.Ou est il ? Qu’il sorte encore parler ?

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 14:40, par Zagre Arnaud En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    Vraiment , ces médiocrités dans les services et on espère atteindre les résultats escomptés. Vivement que les coupables soient punis.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 14:49, par Très Intrigué En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    Si vous saviez. Je ne suis même plus intrigué par certaines choses. On insulte le gouvernement, on parade sur la question de l’IUTS et puis on est content ventre brillant et bedonnant. Mais nom de Dieu. Voila pourquoi j’aime le privé. Même quand tu entre avec le soutien de quelqu’un, si tu n’est pas bon, soit tu dégages, soit on te mets au placard. Si je comprends donc bien, parfois tu te fais insulter par les nouveaux riches au volant de leurs voitures, tu te fais rabrouer par certains fonctionnaires alors que c’est zéro lémoudji. Kô une manque de sécurité.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 15:24, par Caillou En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    Les avocats sont formés pour défendre des causes même quand elles semblent perdues et ils sont payés pour cela. Donc il faut défendre le dossier, c’est leur boulot.
    Mais je suis convaincu que la vérité triomphera.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 15:30, par Direct En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    Si on avait l’occasion d’auditer les recrutements à la CNSS, à la SONABHY, à la LONAB, à la SONABEL, à l’ONEA et j’en passe, vous saurez l’ampleur de la malhonnêteté dans ce pays. C’est terrible. Dans ce pays, les méritants sont piétinés au profits des enfants et autres. Triste.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 16:09, par COB En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    Aujourd’hui, on peut se réjouir de voir un tel procès. Malheureusement, les populations ne contribuent pas en aidant les juges avec des témoignages.
    Les juges ne vont pas trouver la vérité sans la collaboration des populations.
    Les pratiques datent. Vivement que les procès viennent et que justice s’installe progressivement.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 16:20, par LUI En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    J’ai toujours dit et je le répète.Ces sociétés d’état c’est de l’escroquerie.Une entreprise d’état c’est la propriété de tous les burkinabè et non pour les travailleurs.Vous pouvez avoir la chance d’y travailler mais ça ne vous donne pas le droit de vous accaparer l’entrepris e jusqu’à vous faire remplacer par vos enfants.Pourquoi ne laisse t-on pas les enfants des enseignants, des infirmiers,des agents d’agriculture,des policier ou des chauffeurs les remplacer systématiquement.Vivement que le recrutement dans ces sociétés d’état soit reversé pour le compte du recrutement général de la fonction publique puisque là-bas nous avons souvent des posts de 5,10,15 ou 20 agents et ouvert au grand publique.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 16:30, par fatigué En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    Beaucoup d’injustice et de favoritisme à la CNSS, pour un simple stage même il faut se faire pistonner sinon rien. Ce DRH n’est pas à son 1er coup il a plein d’amis de connaissant de parents de frères,de sœurs déjà calés dans la boîte allez y voir. vraiment que ce procès soit cas d’école pour beaucoup.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juillet à 16:57, par BACH En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    Très drôle comme histoire Ouagadougou capitale du cinéma vraiment tu mérite ton nom. Pauvre enfant du citoyen lambda tu veille des nuits et des nuits pour bosser afin d’avoir ta place sous le soleil...djààààààààà malheureusement il y’ a trop de vampires tapi dans l’ombre pour tripoter et gâcher tes nuits de souffrance. Courage tout se saura.............

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 00:11, par Yadega En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    Personne n’a encore soulevé le vif du sujet dans cet article. Il ne s’agit pas ici de recrutements frauduleux à la CNSS. Moi je vois plutôt la lenteur avec laquelle la justice a préparé le procès pour permettre à ces malfrats de mieux se préparer pour venir raconter des salades. Soyons raisonnable...voyez ce que la justice de l’Occident nous a fait. On vit dans le mensonge. On légalise le mensonge. C’est devenu une question de démonstration, faute de quoi y a pas crime. On les a beau critiquer mais je vous jure que si cette affaire était confiée au Koglweogo, il y a longtemps que la vérité allait voir le jour. Mais hélas, rien n’en sortira de ce procès à part bien entendu des frais de mission ! Pauvre de nous Burkinabé.
    Les êtres humains sont pathétiques !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 08:13, par DARAMOUNI En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    le problème est simple. On annule purement et simplement le concours, on poursuit les membres du jury sans exception pour falsification et manipulation de notes, et aussi suspendre les bénéficiaires des notes falsifiées pour une durée déterminée. En plus tous les membres du jury de délibération doivent être suspendus à vie pour toute participation à l’organisation d’un concours ou recrutement quelconque sur tout l’étendu du territoire. A l’avenir, ne plus autoriser une délibération d’aucun concours, recrutement et autre sans la présence des correcteurs qui sont responsables des notes attribuées.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 10:47, par KONKOBO En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    je pense que le cas de la CNSS n’est qu’une partie visible de l’iceberg. ces cas de fraudes sont légions dans les recrutements au BF. je pense qu’il faut que la justice s’auto-saisisse de temps en temps par rapport aux recrutements aussi bien dans les sociétés d’état que dans les concours de la fonction publique surtout les concours professionnels. les faits sont assez graves et les auteurs ainsi que les commanditaires doivent être punis à la hauteur de leur forfaiture. bon courage à notre justice.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 10:58, par Le justicier En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    Monsieur DARAMOUNI, le problème n’est pas si simple comme vous le pensez. Si les juges commettent l’erreur de suivre votre raisonnement, il risque de ne plus y avoir de concours au Burkina Faso. Vous savez, vous avez beau tamiser la farine, vous y trouverez toujours des impuretés. Ce n’est donc pas pour autant qu’il faille verser toute la farine ! Je crois que le concours est déjà derrière nous, puisque les agents travaillent depuis belle lurette. Ce qui est important actuellement, c’est de situer les responsabilités et châtier qui de droit à la lumière du DROIT bien sur...

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 11:47, par GOMYAAREE En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    AU BURKINA FASO IL Y EN A QUI RÊVENT.
    ILS SONT COMBIEN A INTÉGRER CES BOITES SANS AVOIR RIEN FAIT ? IL Y A PLUS DE PLACE POUR LES méritants DEPUIS BELLE LURETTE ET CECI EST VALABLE PARTOUT armée ONEA SONABHY LONAB SONABEL ONATEL MINES présidence ASSEMBLÉE PRIMATURE MINISTÈRES, ETC.
    POUR CELA NOUS ON VOYAGE PUIS FAISONS NOS AFFAIRES TRANQUILOS !!!
    JUSTE VOUS DIRE QUE LE PAYS EST DANGER, SANKARA A ESSAYE DE LE REMETTRE SUR DE BONS RAILS ON L A PLOMBE ! je vous le jure.

    PS AH L HEURE EST GRAVE

    Répondre à ce message

  • Le 2 juillet à 13:00, par Kiparé En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    c’est simplement pas de chance pour ce DRH, tout le monde sait qu’il y a longtemps que le pays fonctionne avec des relations manches longues depuis la fin tragique de notre révolution.
    Les Burkinabè aiment quelque chose et son contraire, les mêmes personnes qui écrivent sont les mêmes à faire appel à leurs relations à la fonction publique pour gérer un dossier. Arrêtons de se voiler la face et trouvons une solution à ce fléau. Laissez ce pauvre monsieur là vaquer à ses occupations, ses soi-disants frères et sœurs admis sont des Burkinabè qui n’ont fait que bénéficier des relations manches longues. Connaissant l’administration publique on n’a pas besoin de surdoués pour ranger des dossiers dans un tiroir et faire la grève toute l’année....nos vrais problèmes se trouvent ailleurs.....

    Répondre à ce message

  • Le 8 juillet à 13:44, par Le Pacifiste En réponse à : Recrutement frauduleux à la CNSS : Des notes qui passent de 10 à 17 après les « manipulations »

    Il faut tout simplement annuler tous les résultats et faire reprendre les tests. C’est la seule solution

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Baccalauréat 2020 : Le ministre de l’Enseignement supérieur donne le top de départ à Banfora
Baccalauréat 2020 : 125 805 candidats à la conquête du premier diplôme universitaire
SUNU Assurances : Le programme " Kiff Tes Vacances avec SUNU Assurances Vie Burkina Faso" lancé
Baccalauréat session 2020 : 3 726 candidats en lice dans la région du Sud-Ouest
Baccalauréat 2020 : 1012 candidats à l’assaut du premier diplôme universitaire dans la région du Sahel
Université Joseph ki-Zerbo/UFR/SVT : Le baboratoire Labesta revisité pour répondre aux exigences des formations doctorales
Kaya : Première session du Comité de pilotage du projet de construction de la paix et la cohésion sociale
Tabaski 2020 : 3 480 bœufs tués pour les personnes vulnérables
Province du Kourweogo : Bientôt une bibliothèque numerique pour la jeunesse
Tabaski 2020 : Qatar Charity offre 1000 moutons aux personnes nécessiteuses
L’Association Manegre-nooma pour la protection des orphelins : 25 pensionnaires retournent dans leurs familles
Tabaski 2020 : Les fidèles musulmans ont prié pour la paix, la santé et le vivre ensemble à Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés