Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Procès du coup d’État manqué : Le capitaine Seydou Gaston Ouédraogo clame son innocence

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Dimitri Ouédraogo • lundi 17 septembre 2018 à 16h40min
Procès du coup d’État manqué : Le capitaine Seydou Gaston Ouédraogo clame son innocence

L’interrogatoire du capitaine Seydou Gaston Ouédraogo s’est poursuivi ce lundi 17 septembre 2018. L’accusé, dont l’interrogatoire a débuté le vendredi 14 septembre, a continué de clamer son innocence. Pour lui, il a seulement effectué une mission à la frontière avec la Côte d’Ivoire, une mission dont il ignorait les contours.

Le capitaine Gaston Ouédraogo a reconnu s’être rendu à la frontière avec la Côte d’Ivoire pour ramener du matériel. Il s’est rendu à ladite mission à bord d’un hélicoptère de l’armée de l’air. Il a aussi effectué la mission sur ordre de sa hiérarchie militaire. Arrivé sur les lieux, explique-t-il, le terrain était balisé par des gendarmes burkinabè. Sur place, il a rencontré les envoyés ivoiriens. Ces derniers avaient pour lui des caisses et une valise. Une des caisses était cassée et il a pu apercevoir des bombes lacrymogènes. Après avoir embarqué le matériel, direction Ouagadougou.

À l’arrivée, le pilote a souhaité se poser à la base aérienne car l’un des moteurs de l’hélicoptère était défaillant. Le capitaine Dao, par message, a suggéré l’héliport de Kossyam pour plus de discrétion. Sur cet état de fait, le parquet a voulu savoir si le matériel acheminé était acheté, emprunté, loué ou donné. L’accusé rétorque qu’il n’a pas de réponse. Peu importe, le parquet militaire est convaincu de son soutien au coup d’État. Il explique que le capitaine savait que le matériel qu’il a ramené était nécessaire pour assoir le putsch.

L’accusé n’est pas sur la même longueur d’onde que le parquet. Il ne voit pas en quoi sa mission serait constitutive de la complicité de coup d’État. Il argue que pendant les évènements, il n’y a eu ni négligence, ni complaisance, encore moins de rétention de sa part. Il est soutenu dans ce sens par son avocat, Me Bali Baziemo. Pour ce dernier, son client ne savait pas où il allait ni ce qu’il allait faire.

En plus, la mission a été commandée par la hiérarchie militaire. Il présente à l’attention du tribunal l’ordre de mission. En plus, le matériel qu’il a ramené n’a pas servi. Il est convaincu que son client figurera parmi les personnes à relaxer.

Sur ce, le capitaine Seydou Gaston Ouédraogo a passé le témoin au capitaine Oussène Zoumbri.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Quand le Général Diendéré se fâche : « Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans »
Procès du putsch du CND : "Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans", déclare Gilbert Diendéré
Procès du coup d’Etat : « Je ne tape jamais en dessous de la ceinture », lance le commandant Alioune Zanré à Me Jean Yaovi Dégli
Procès du putsch du CND : "Michel Kafando a laissé le loup rentrer dans la bergerie", selon Me Mamadou Sombié, avocat de la Défense
Procès du putsch du CND : "Si le coup d’État était préparé, je n’aurais plus besoin de convoquer la hiérarchie militaire", dixit Diendéré
Procès du putsch du CND : "La seule vérité, c’est Dieu qui la détient", selon Me Jean Yaovi Dégli (Défense)
Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !
Burkina : Les gens [terroristes] sont rentrés chez nous suite à la dissolution du RSP (Diendéré)
Dissolution du RSP : Le président Kafando devait respecter sa parole donnée, reproche Gilbert Diendéré
Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré
Procès du putsch du CND : Des empoignades entre le général Diendéré et Me Guy Hervé Kam
Procès du putsch du CND : Enfin les avocats des parties civiles parlent
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés