Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Auditions du putsch : La partie civile demande la citation d’un nouveau témoin

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • mercredi 11 juillet 2018 à 23h40min
Auditions du putsch : La partie civile demande la citation d’un nouveau témoin

Mars 2016. Une conversation téléphonique entre le Premier ministre Yacouba Isaac Zida et le Sergent-chef Koussoubé Roger fait le buzz sur les réseaux sociaux. On peut y entendre le chef du gouvernement de la Transition réfuter les accusations sur la dissolution du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) dont il est issu. Aussi, il demande à son interlocuteur de travailler avec le capitaine Flavien Kaboré pour un RSP « uni, puissant et fort ». Deux ans plus tard, Koussoubé comparait devant un tribunal pour sa participation à un coup d’Etat. Celui de septembre 2015.

L’appel téléphonique entre Yacouba Isaac Zida et Koussoubé Roger dure environ cinq minutes. La conversation a eu lieu après la tentative d’assassinat du Général Gilbert Diendéré qui s’est soldé par l’arrestation d’une quinzaine d’éléments du RSP, le 29 juin. Ces derniers, selon le Sergent-chef Koussoubé Roger, étaient des pro-Zida. Le Capitaine Flavien Kaboré, chef d’unité de l’accusé au moment des faits, serait au courant de l’appel, car ayant joué un rôle d’intermédiaire entre les deux hommes.

C’est également au Capitaine Flavien Kaboré que le Caporal Dah Sami aurait rendu compte de ce qu’un coup d’Etat se tramait contre les autorités de la Transition au mois de juillet 2016. En effet, le Sergent-chef Koussoubé a confié à la barre avoir reçu l’information que des soldats s’étaient réunis dans les dortoirs et préparaient l’arrestation du Premier ministre Yacouba Isaac Zida.

Arrivé sur les lieux avec le Caporal Dah Sami, il aurait demandé à l’Adjudant-chef Major, si le commandement était au courant de leur opération ? « L’Adjudant Nion Jean Florent qui était là m’a dit que Zida voulait dissoudre le corps et il ne comprenait pas pourquoi je posais cette question.

Il s’est emporté et est parti. C’est là que j’ai dit au Major Badiel de ne pas se laisser manipuler par Nion », a relaté Koussoubé. Selon lui, c’est à ce moment que le caporal Dah a immédiatement rendu compte au capitaine Flavien Kaboré, ce qui aurait permis au Président de la Transition et au Premier ministre de filer à l’indienne de la salle du conseil des ministres.

Après la crise de juin, Koussoubé Roger raconte que des éléments du RSP soupçonnaient le capitaine Kaboré d’être de mèche avec Zida. L’homme, à l’en croire, se faisait de plus en plus rare au camp Naaba Koom mais se rendait de temps à autre à l’Etat-major particulier de la Présidence du Faso.

C’est encore au Capitaine Kaboré que le Sergent-chef Koussoubé rendait compte des informations qu’il recueillait sur le terrain, car agent des renseignements. C’est également cet officier qui aurait remis la somme de huit (8) millions de francs CFA au Caporal Dah Sami pour qu’il les apporte à Koussoubé Roger. Un geste généreux de la part de Yacouba Zida.

Le destinataire final de l’enveloppe a déclaré à la barre, ce mercredi 11 juillet, qu’il s’est rendu à l’Etat-major particulier de la Présidence pour présenter les billets de banque au Colonel-major, Boureima Kéré. Le Général Gilbert Diendéré y était, à l’en croire.

Au regard de ce qui précède, Me Séraphin Somé, en se fondant sur l’article 118 du code de justice militaire, a demandé au parquet militaire de faire citer le capitaine Flavien Kaboré comme témoin au procès. Le Parquet militaire n’a pas trouvé d’objection à cette requête. Mais comme dispose la loi, la décision appartient au Président du tribunal, Seidou Ouédraogo.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Messages

  • Franchement je ne vois pas où est le buzz dans la conversation téléphonique entre Zida et Koussoubé alias le Touareg

  • Tôt ou tard la vérité va éclater un matin. pauvre Faso ! Nous voulons la paix pour construire le Burkina Faso. Nous avons beaucoup de chantiers que le Président du Faso veut exécuter mais avec les mouta mouta rien ne va bouger.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch : La contre-attaque des avocats du colonel-major Kiéré
“J’ai failli (...). J’ai été trahi”, soupire le Colonel Major Boureima Kiéré sous les assauts de Maitres Somé et Farama
Procès du putsch de 2015 : Ces déclarations qui ne sont pas passées inaperçues
Procès du coup d’Etat : Le colonel-major Boureima Kiéré et les 160 millions de Diendéré
« Je n’avais aucun grief contre la Transition, mon souci c’était la survie du RSP », tempère le Colonel-major Boureima Kiéré
Arrivée de Yacouba Isaac Zida au pouvoir : Le colonel-major Boureima Kiéré explique le scénario
Procès du coup d’Etat : Les confessions du colonel-major Boureima Kiéré
Procès du coup d’Etat : Le commandant Korogo maintient qu’il n’était qu’un médiateur
Procès du putsch manqué : Le Commandant Abdoul Aziz Korogo dans la position de la « galette »
Putsch manqué : « Si on était dans l’optique de l’affrontement, on n’aurait pas eu besoin de mercenaires pour ça » (Abdoul Aziz Korogo)
Procès du putsch manqué : « Dans ces genres de situation, il ne faut pas jouer au Rambo, sinon… », Commandant Abdoul Aziz Korogo
Putsch manqué : "Le RSP n’est pas une milice ; il a été créé par décret présidentiel. Dans une république, le président ne créé pas de milice" (Abdoul Aziz Korogo)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés