Achat de députés UPC par Salifou Diallo : « L’enjeu n’en valait pas la peine pour nous mêler à un complot contre notre parti »

mardi 26 septembre 2017 à 00h10min

Le groupe parlementaire Union pour le progrès et le changement (UPC) a tenu ses 2e journées parlementaires, les 20 et 21 septembre 2017, à Fada N’Gourma, capitale de la région de l’Est. A l’occasion, le Président du groupe parlementaire, Daouda Simboro est revenu sur le présumé « vaste complot de destruction de trois partis politiques dont l’UPC » que préparerait Salifou Diallo avant son décès (http://lefaso.net/spip.php?article79172). Son nom ainsi que celui de six autres de ses camarades sont cités. Tout en portant « un démenti énergique à cette cabale » contre lui et ses camarades, Daouda Simboro soutient que « le Député UPC vaut beaucoup, beaucoup mieux que cela. Il mérite bien plus que cela ». Mieux, il précise que la vérité sera établie quels qu’en soient les moyens et quel qu’en soit le prix. Avant d’ajouter que lui et ses camarades cités dans cette affaire vont bientôt tirer les conséquences pour rester conformes avec leurs convictions. Lire, ci-après, l’intégralité de son discours d’ouverture des travaux.

Achat de députés UPC par Salifou Diallo : « L’enjeu n’en valait pas la peine  pour nous mêler à un complot contre notre parti »

MESSAGE DU PRESIDENT DU GROUPE PARLEMENTAIRE UPC AUX DEUXIEMES JOURNEES A FADA N’GOURMA LE 21 SEPTEMBRE 2017

Civilités protocolaires
...
Chers invités, militants, sympathisants et amis de l’Union pour le Progrès et le Changement, (UPC), je me dois à l’entame de mon propos vous traduire mes sincères remerciements et ma gratitude, pour avoir pris sur votre temps, que je sais très précieux en ces moments, pour nous honorer de votre agréable présence. Merci d’être venus, merci pour l’intérêt que vous nous porter, non seulement à nous députés de l’UPC, mais aussi à la préoccupation que nous avons fait nôtre, qui est la vôtre, et dont nous ne pourrons traduire à suffisance, l’acuité avec laquelle vous la vivez au quotidien. Vous l’aurez deviné, il s’agit bien de la route dans l’Est. Nous sommes en effet présents à Fada N’Gourma capitale de le Région l’Est, la chaleureuse et belle cité de Yendabli, ville choisie parmi d’autres pour abriter les deuxièmes journées parlementaires de l’année 2017 de notre groupe à l’hémicycle.

Le rappel serait peut être bon et certainement pas de trop, les premières journées de réflexion ont été tenues à Bobo-Dioulasso en février 2017. Elles ont porté sur le thème « Comment redonner à Bobo-Dioulasso sa place de capitale économique ? Zoom sur les limites des politiques économiques actuelles ». Des recommandations y ont été faites, dont l’une tendant à légiférer sur le statut de capitale économique de Bobo-Dioulasso.

De Bobo-Dioulasso à Fada N’Gourma, ce n’est pas seulement deux villes diamétralement opposées du point de vue géographique, mais aussi deux capitales de régions très différemment accessibles et dotées en infrastructures, surtout routières.
La Région de l’Est a, c’est évident, un déficit énorme de routes praticables qu’il faut absolument combler. C’est la raison de notre présence ce matin dans cette splendide salle de conférence du conseil régional. Nous nous proposons en effet, de réfléchir sur la : « Répartition géo-spatiale des infrastructures routières au Burkina Faso : adéquation avec les potentialités régionales et les priorités de développement ».
Avant de m’appesantir quelque peu sur ce sujet ô combien important, j’aimerais avec votre permission, évoquer la brutale disparition de Salifou Diallo, le 19 août 2017, que nous avons accompagné à sa dernière demeure, le vendredi 25 du même mois, après un deuil national et des hommages bien mérités, à la hauteur de l’homme qu’il a été trois décennies durant.

Nous avons aujourd’hui un nouveau Président de l’Assemblée Nationale, en la personne de son Excellence Alassane Bala SAKANDE, brillamment élu à cette éminente fonction pour présider notre Auguste assemblée. Au nom de l’ensemble des députés du Groupe parlementaire UPC, nous lui adressons d’ici, nos vœux de santé et de réussite dans sa nouvelle et exaltante fonction. Nous chérissons l’espoir qu’il se transcendera, pour constamment rechercher le consensus entre les différentes composantes de la Représentation nationale, et témoignera respect et considération à l’opposition d’une manière générale et plus particulièrement à celle représentée par l’Union pour le Progrès et le Changement UPC, dont les contributions démocratiques et républicaines ne sont plus à prouver.

Cela est tout à son intérêt, à celui de la Nation toute entière car, nous en sommes convaincus, les meilleures contributions de notre Groupe à la productivité parlementaire restent à venir. C’est à ce prix qu’il marquera de son empreinte personnelle notre Assemblée nationale qui portera encore longtemps, les stigmates de feu Président Salifou Diallo.

Oui, les stigmates de feu Président Salifou Diallo ne marqueront pas que la Représentation nationale. Même après sa mort, le quotidien politique de notre pays, connait ou subit, c’est selon, son impact. Ne voilà-t-il pas que, moins d’un mois après son décès, il lui est attribué la paternité d’un vaste complot de destruction de trois partis politiques majeurs, en l’occurrence l’UNIR PS, le CDP et le Cher notre, l’UPC. Qui cela arrange –t-il ? Ou comme on l’aurait dit dans une série policière, à qui profite le crime ? Dans tous les cas et c’est moins certain, la destruction de ces partis devrait semble-t-il se couronner par la formation d’un Grand parti de Gauche et/ou d’une large coalition pour soutenir, non pas le Président du Faso en exercice, mais Salifou Diallo lui-même. Voyez-vous ça ? Curieusement, de ces trois partis que j’ai cités seuls des députés de notre parti, dont moi-même et deux députés de votre région sont nommément cités dans la presse pour avoir trempé dans ce projet de vaste complot, déclenchant ainsi une onde de choc dont les initiateurs malheureux ne se doutaient pas qu’ils perdraient rapidement, le contrôle de leur infantile initiative. Le Député UPC vaut beaucoup, beaucoup mieux que cela. Il mérite bien plus que cela.

Cette tribune m’offre l’occasion, en ma double qualité de Président du Groupe parlementaire et de député cité, de porter un démenti énergique à cette cabale qui se retrouve dans une impasse. J’ai pris des positions, nous avons pris des positions, j’ai pris des risques, nous avons pris des risques, pour notre Parti. L’enjeu n’en valait pas la chandelle, pour nous mêler à un improbable complot, contre notre parti auquel nous avons librement adhéré et y sommes et restons fidèles. Du reste, ce démenti a été notifié à l’organe de presse concerné, le lundi 18 septembre 2017. Il le publiera dans sa prochaine livraison, étant donné qu’il s’agit d’un bimensuel. Et ce n’est pas tout. La vérité sera établie quel qu’en les moyens et quel qu’en soit le prix, les apprentis fabricants de ce fameux complot seront mis à nu. Croyez-moi. Croyez-nous.

Je conclurai sur ce chapitre en affirmant, que c’est UNI que l’Union pour le Progrès et le Changement UPC est forte. Et c’est SOLIDAIRE que l’UPC est et sera solide, pour affronter les échéances déterminantes à venir. J’ai foi, nous avons foi en la capacité de résilience de notre Parti. Pour ma part, j’en tirerai bientôt les conséquences pour rester conforme avec mes convictions. Nous en tirerons ensemble, les conséquences pour rester conformes avec nos convictions.

Revenons si vous le permettez sur la route… du problème des routes du Burkina Faso, circonstanciellement et précisément celles de la Région l’Est.
On a coutume de l’entendre, « quand la route va, l’économie va ». Cela est, on ne plus vrai. Les infrastructures routières sont nécessaires :

-  au transport de personnes pour l’accomplissement de leurs activités, pour se rendre dans des formations sanitaires etc,.

-  au transport de marchandises, en vue d’approvisionner nos vaillantes populations où qu’elles soient sur notre territoire ;

-  à la collecte et à l’acheminement de la production agricole des centres de production aux centres de commercialisation, …

L’importance des infrastructures routières peut être fournie à profusion et c’est certain, elles sont capitales.

La preuve peut être faite d’ailleurs par l’absurde et la Région de l’Est est une preuve. Le Burkina Faso est un pays essentiellement agricole. C’est connu. C’est un pays enclavé. C’est sûr. Mais des villes et des régions à l’intérieur du Burkina Faso sont enclavées. C’est une triste réalité, une problématique qui préoccupe à juste titre, et les pouvoirs publics et les braves populations de notre pays.

Au cours de ces réflexions,
-  la densité et l’état de notre réseau routier nous seront produits d’une part, d’autre part, l’incidence de la quantité et de la qualité des routes sur l’économie régionale ou locale sera appréhendée ;

-  les modalités et/ou les raisons de la disparité dans la répartition géo-spatiale de ces infrastructures seront mis à notre disposition ;

-  les Députés seront en mesure d’apprécier l’adéquation ou non des allocations physiques et financières en infrastructures routières, aux potentialités régionales ainsi qu’aux priorités de développement ;

-  les perspectives immédiates relevant d’un futur proche, et c’est sans nul doute, ce qui intéresse le plus nos chers militants et vaillantes populations de la cité de Yendabli, oui ! de l’ensemble de la région de l’est,

Pour ce faire, nous en sommes certains, nous serons bien servi, quand nous savons que nos communicateurs de ce matin, ne sont point de simples théoriciens des questions qui nous préoccupent. Nous aurons en face, des praticiens rompus, pétris d’expérience en la matière. Et c’est à juste titre que je remercie en passant le Ministre des Infrastructures ainsi que ses dévoués collaborateurs, dépêchés pour nous entretenir sur notre sujet du jour.

Je remercie également, le Président de notre cher Parti, l’Union pour le Progrès et le Changement, l’UPC, le Camarade Zéphyrin Diabré, à qui je tiens à dire que « les bourrasques annoncent accalmie et sérénité » Mon cher Président, seule une UPC UNIE et SOLIDAIRE vous permettront de gravir les marches conduisant à la magistrature suprême de notre Pays. Mon cher Président, Merci d’être toujours présent aux côtés de vos Députés dans les activités qu’ils initient. Je vous le dis, en vérité, en vérité,… TOUT PRES N’EST PAS LOIN. Vous avez les cartes en main. Il ne tient qu’à vous !

Chers invités, militantes, militants, amis et sympathisants de l’UPC, merci pour votre engagement, votre constant et inconditionnel soutien. Il faut que je vous le dise, vous une êtes une indispensable source de notre foi, de notre détermination. Plus encore, votre région est l’une de celles qui ont donné à notre Parti non seulement le plus grand nombre de Députés mais aussi et surtout, elle est celle où nous sommes présents dans toutes les provinces la composant. Et mieux, qui d’autre mieux que moi sait que nous sommes fiers des députés de votre région. Quoiqu’il arrive, soutenez-les, restez avec eux. On est ensemble.

Honorables Députés, Chers collègues, je ne suis pas moins fier de vous, rassurez-vous. Je vous invite à vous plonger assidument, objectivement, dans la réflexion pour en sortir avec des recommandations fortes, comme vous en avez l’habitude afin de contribuer au soulagement de la population du Burkina Faso en général, et de celle de la Région de l’Est en particulier, et cela, plus vite et très vite.

Sur ce, je déclare les travaux de nos deuxièmes journées parlementaires ouvertes. Bons travaux !

Je vous remercie.

Messages

  • Seul le temps nous convaincra
    Sinon Salifou DIALLO était bel et bien l’homme des sales besognes du clan Compaoré, s’il l’a fait de part le passé pourquoi ne pas recommencer l’habitude étant une seconde nature !
    Quant aux hommes politiques de ce pays il suffit d’une poignée d’argent pour comprendre en réalité qu’ils n’ont pas d’intérêts pour la Nation à part ceux égoïstes ! voyez-vous les débuts des clans Blaise compaoré, Wade, Sall, Ouattara, kadafi, ben ali, moubarak, ZUMA, mugabé, taylor, gnassingbé, et AUJOURD’HUI ; l’évolution de leurs fortunes et l’évolution des Économies de ces États carrément la Catastrophe !
    Par ailleurs de nos jours les Hommes de parole ça existe Peu d’où les retournements de veste, les calomnies ; il suffit de vouloir la transparence, la vérité et vous êtes l’homme à abattre !

    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS !

  • ’’La vérité sera établie quel qu’en les moyens et quel qu’en soit le prix, les apprentis fabricants de ce fameux complot seront mis à nu. Croyez-moi. Croyez-nous’’.

    - Mon cher Député UPC, c’est ce que nous-mêmes au dehors ici nous attendons avec impatience. Il faut dénoncer nommément ces vermines qui excellent dans la fabrication de mensonges. Le pays a trop subit les affres de cette vermine. Il faut commencer à les mettre à nu !

    Par Kôrô Yamyélé

  • Mais où est l’écoute téléphone du complot ? En général c’est après des années qu’on suppose avoir découvrir les malversations du défunts. Repose en paix enfin

  • Laissez nous en paix avec ces faux problèmes. A l’Assemblée nationale, tout le monde sait qui mangeait dans les mains de Salif. Des députés toutes tendances confondues se cachaient pour aller lui quémander de l’argent (MPP, UPC, CDP, UNIR, ADF, etc...). En bon machiavel, Salif tissait son réseau. Ceux qui prenaient l’argent croyaient que c’est pour leurs beaux yeux que Salif les finançait ? Eh bien non ! Il tissait son réseau. Et vous le saviez bel et bien. Il a fait ça toute sa vie ! Il a fait signer des décharges à beaucoup de députés et on dit que des caméras cachés filmaient tous ceux qui rentraient dans son bureau. Il faut que le nouveau PAN publie tous les documents sur la comptabilité de l’Assemblée pour qu’on sache tous ceux qui ont mangé les sous de la maison ? C’est du détournement pur et simple et ils doivent rembourser.

  • Mon cher député à quoi ressemble cette déclaration sans objet ;car si cela est vrai Salifou n’est plus de ce monde . je crois que que vous aurez chercher à consolider votre parti que passer le temps à accuser le complot comme si les députés sont vont élèves et mieux des personnes qui n’ont aucune responsabilité. Je vous en prie vos pleures et comportement à la limite irresponsables ne nous font pas avancer. L’adversaire politique ne crie pas au secours si il est convaincu de ses capacités morales, matériel et ressources humaines . qui vont défendre ses idées et non une déclaration de guerre verbale , qui dévoile que le parti est décousu de stratégie. je vous invite comme certains le disent à donner un seul nom de député à qui vous avez tirer par la main pour l’amener à l’UPC. Nous sommes libres de nos idées et agir conformément aux aspirations de ceux qui nous ont élu au lieu de ramer au contre courant de leurs intérêts. Je vous attends toujours au carrefour, disposer à vous réagir .

  • en politique, chacun travaille à ratisser large. même si salif diallo pouvait faire adhérer zeph ou achille dans son projet de grand parti de gauche, je ne vois absolument aucun inconvénient.

  • Quelle est l’utilité de nous servir ce discours sans tète ni queue ! Vraiment je suis déçu de ce parti. Vous organisez des journées parlementaires pour soit disant nous parler des infrastructures et vous nous servez des jérémiades ! Votre président là n’ira nulle part ! L’UPC pèse quoi ? Zéro ! Vos députés ont été élus au plus fort reste et ne pèsent rien dans leurs provinces Beaucoup vont tomber en 2020. Vous n’avez même pas un dixième des mairies du Burkina. En 2020 le MPP va vous écraser encore !.Attendez seulement !

  • Vous savez, la politique a toujours été ainsi. Les africains se sont mélé dans la danse qu’ils ne maîtrisent pas la finalité. La politique des africains n’est pas pour la recherche d’intérêt general mais individuel. Dans quel pays africain depuis les independances n’a pas connu un probleme de la gouvernance ? Il nous faut des siecles pour que nos compatriotes se reveillent dans conscience alarmante !

  • Simboro, falait attendre vous blanchir au moins avant de démissionner du parti et perdre vos avantages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés