An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

dimanche 17 septembre 2017 à 01h00min

Voici le message à la nation de Son Excellence Monsieur le Président du Faso
à l’occasion de la commémoration du deuxième anniversaire de la résistance
au putsch du 16 septembre 2015.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

Chers compatriotes ;

Démocrates et patriotes du Burkina Faso
La journée du 16 septembre qui marque le deuxième anniversaire de l’héroïque résistance de notre peuple au putsch de 2015, m’offre l’occasion de saluer la mémoire de nos martyrs tombés sur le champ d’honneur pour préserver notre dignité et promouvoir les idéaux de notre patrie commune, le Burkina Faso.

La Nation reconnaissante les a logés au Panthéon de notre histoire commune et j’adresse à leurs parents et proches, ainsi qu’à tous les blessés, l’expression de notre solidarité et de notre proximité.
Grâce à leur audace et à leur engagement, notre pays a réaffirmé aux yeux du monde son attachement profond à la liberté, à la justice, à la démocratie et à l’Etat de droit.

Par la même occasion, notre Peuple a montré à souhait son aversion pour les coups d’Etat et les dictatures déguisées en régimes démocratiques.

La participation active de la jeunesse, des organisations politiques, de la société civile, des syndicats, des Forces de Défense et de Sécurité, et la contribution des autorités coutumières et religieuses à cette résistance populaire face à l’imposture nous imposent désormais un devoir, celui de la fidélité aux aspirations profondes de notre peuple.

Peuple du Burkina Faso

C’est un bel exemple d’unité, de solidarité et de courage face au danger qui mérite de faire école. Cette mobilisation exceptionnelle qui a permis de défendre les institutions de la République doit continuer à inspirer notre combat actuel contre le terrorisme, le grand banditisme et les trafics transfrontaliers de tous ordres qui sapent nos efforts de développement.

C’est la preuve aussi que nous sommes capables de compter d’abord sur nous-mêmes, sur les ressorts internes de notre peuple pour faire face aussi bien aux menaces internes qu’externes.
Car, seul un peuple mobilisé et conscient de son destin peut se montrer aussi intransigeant comme vous l’avez démontré tout au long de la résistance au coup d’Etat du 16 septembre 2015.

C’est pourquoi la réconciliation nationale, tout en restant une priorité doit être fondée sur la vérité et la justice pour qu’enfin, dans un même élan, tous les fils et filles du Burkina Faso tournent définitivement les pages sombres de notre histoire. J’en suis profondément attaché.
Nous avons un devoir de fidélité aux valeurs d’intégrité, de bravoure et de témérité qui forment le socle de notre Burkindlim. Burkinabè et fiers de l’être, nous nous devons donc de rester attachés à la source et au sens de ce qui nous lie à notre patrie. Servir la patrie, c’est prendre en main notre destin, renforcer l’Etat de droit et consolider le « vivre ensemble ».

La grandeur d’un peuple, c’est aussi d’avoir fait de grandes choses dans le passé. J’ai l’intime conviction que le Burkina Faso ne peut se construire qu’avec l’engagement patriotique de chacun et de tous, aujourd’hui et demain.

Je tiens à rappeler que le Burkina Faso de l’aspiration profonde de notre peuple ne saurait se construire dans l’incivisme, le désordre et le délitement des valeurs morales et sociales.
Au-delà de nos colères parfois sincères, de notre impatience compréhensible, voire de nos craintes, sommes toutes légitimes, nous ne devons pas perdre de vue l’essentiel qui est de préserver la foi en nous-même et à la capacité de notre peuple à unir ses forces pour accomplir notre destin commun.
Ensemble, nous devons retrouver la sérénité pour affronter les nombreux défis, notamment sécuritaires et de développement qui sont les nôtres.

C’est pourquoi, je veillerai avec toute la rigueur qui sied, au respect des valeurs républicaines qui fondent notre « communauté de destin ».
J’invite donc les populations des villes et des campagnes, les agents de l’Etat, les travailleurs du public et du privé à renouer avec les valeurs de probité, d’efficacité, de responsabilité et de dialogue.

Peuple du Burkina Faso

Les nombreuses épreuves que notre pays a vécues ces dernières années doivent contribuer à raffermir notre foi en l’unité nationale. C’est le lieu de saluer toutes les initiatives notamment les marches silencieuses, la chaîne de lumière, que des Burkinabè, sans calcul quelconque et guidés par le patriotisme ont régulièrement organisées pour montrer que nous restons debout et demeurons des résistants face à la volonté de déstabilisation de notre pays.

Ces épreuves doivent nous permettre de retrouver la maîtrise de notre destin, la fierté de notre attachement individuel et collectif aux valeurs qui font la grandeur de notre Nation.

Chers compatriotes

La commémoration du deuxième anniversaire de la résistance au coup d’Etat du 16 septembre 2015 nous rappelle que la liberté et le renouveau démocratique que nous vivons aujourd’hui ont été sauvegardés au prix du sang de nos martyrs. C’est la preuve qu’il n’y a pas d’avenir pour un peuple qui ne consent pas de sacrifices.

Pour ce qui me concerne, je continuerai à travailler pour garantir les libertés fondamentales à chacune et à chacun de nos compatriotes.
C’est le lieu pour moi de réitérer mes encouragements à notre Armée nationale et aux forces de sécurité pour leur loyalisme, leur abnégation et leur professionnalisme dans l’exécution de leurs missions.

Je les invite à continuer, dans le respect de la Constitution et des lois de la République, à défendre l’intégrité de notre territoire, à assurer la sécurité des personnes et des biens et celle des institutions de la République.

A vous tous, Burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur, nourris à la sève du devoir de mémoire qui nous incombe, j’en appelle à plus d’engagement et de veille citoyenne pour relever tous les défis qui se dressent et qui se dresseront sur notre marche déterminée pour la liberté, la démocratie, la justice, la réconciliation nationale et la prospérité partagée.

Peuple du Burkina Faso

Sans distinction d’opinions politiques, de religions, de croyances ou de conditions sociales, nous avons la responsabilité, individuellement et collectivement, de consolider la paix, de promouvoir par le travail le développement économique et social au profit de tous.
C’est à ce prix que nous serons à la hauteur des attentes de notre peuple dont nous ne devons jamais trahir la lutte et les aspirations.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso !

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 septembre à 18:01, par Le banlieusard
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Merci mon président pour ce discours qui montre à souhait que le cap est maintenu. Vous êtes resté le président d’un peuple d’insurgés qui aspirent à des transformations qualitatives au profit de sa large majorité. Tous les réactionnaires patentés et autres opportunistes arrivistes de la 25ème heure tapis dans l’appareil d’Etat qui rêvent d’un retournement de veste et de rectification de type réactionnaire du président Rock Marc Christian Kaboré en ont pour leur compte. Avec cette adresse au peuple insurgé, on voit que le cap dans le sens des aspirations profondes des insurgés est maintenu. Maintenant, il est nécessaire d’avoir un gouvernement de combat débarrassé des ministres fêtards qui veulent faire comme avant à la Nathalie Somé parce que ça se faisait comme cela, en oubliant le slogan de notre jeunesse combattante selon lequel « plus rien ne sera comme avant ».

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre à 18:27, par Ka
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Un pays solide et fort dépend de l’union de son peuple : Et ce discours du président du Faso pour un souvenir d’un peuple et sa jeunesse qui a dit ‘’’que rien ne sera plus comme avant,’’’ mérite d’être écouté et appliqué, pour un Burkina qui a besoin d’une réconciliation nationale pour avancer. Que les âmes de nos enfants tombés en martyrs de l’égoïsme des personnes sans morales, et inconscients de leurs actes, reposent en paix.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre à 18:51, par Le pouytengalais
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Merci président pour ce discours. Que dieu apaise les coeurs des familles des martyrs.Que dieu veille sur mon beau pays. La patrie ou la mort nous vaincrons. Abbat. Les ennemis du peuples du Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre à 18:57, par Albares
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Discours parfait, très conciliant, invite à plus d’intégrité, de courage et d’abnégation. Ce que nous demandons le plus à nos dirigeants. Que le peuple sache qu’il y a quelqu’un devant et qui est attentionné à leurs preocupatiins. Chose que SANKARA ne manquait de faire et qui constituait un remontant pour le peuple. Aux temps difficiles pour le peuple, on veut sentir le premier responsable très soucieux de la situation.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre à 21:02, par GRUEDEINKO
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    C’est un beau discour mais faison en sorte pourque la justice ce fasse c’est ça nous voulon, si non les discours ons na beaucoups entandu,le peuple régrete d’avoir versé leur sang pour prémetre ce pouvoir en place, qui na pas le moindre sentiment du peuple et des martyrs. soyez reconnaisent car c’est une gros honte. de votre par votre merite ne pas à la hauter comme le merite des martyrs si le peuple alai merite avec la pa raise vous ne seré pas au pouvoir donc révéz vous parceque vous j’étè coupable et complice ou vous j’étè content de cette martyrs.

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre à 22:26, par le serein
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    très pertinents message et interpellation.
    "je veillerai avec toute la rigueur qui sied, au respect des valeurs républicaines qui fondent notre communauté de destin"
    "je continuerai à travailler pour garantir les libertés fondamentales à chacune et à chacun de nos compatriotes".

    Répondre à ce message

  • Le 16 septembre à 22:39, par soucieux pour mon pays
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Ce qui me fait peur au Burkina Faso, c’est l’invariabilité des discours de nos autorités. Nous les citoyens qui n’avons faits lettres modernes et qui n’avons pas quoi faire des poèmes, nous voyons que ces genres de discours sont faits simplement parce qu’il y a une date qui est arrivée. Pourtant, les détournement sont quotidiens ; les menaces des cotoyens par les politiciens surtout au pouvoir si tu refuses de faire la politique est une réalité ; le manque de justice n’a pas varié depuis l’ancien régime. Bref.
    Je préfère les actions aux discours car la jeunesse ne s’est pas contenté de discours mais d’actions afin de balayer le régime Compaoré et interrompre l’agenda du Général Diendéré. Mais c’est juste une façon de voir. autrement dit, si ces genres de discours conviennent aux uns et aux autres, allons seulement
    Que Dieu bénisse le Burkina Faso, amen !

    Répondre à ce message

    • Le 17 septembre à 09:06, par Toulimpo
      En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

      "Mais c’est juste une façon de voir. " Cher internaute, je vous salue, parce que c’est même " de cette façon qu’il faut voir" ! Une pauvreté qui s’empire ! ; une fonction publique en déliquescence prononcée ! ; une situation politique calamiteuse matérialisée par un "vautourisme" jamais égalée (plus de 70% du partie au pouvoir composée d’ancien de l’ex parti au pouvoir) ; une situation économique aggravée par des difficultés d’accès aux marchés et l’explosion des prix des denrées de première nécessité (le gaz par exemple était à 4000 FCFA au temps de l’autre quand le baril de pétrole avoisinait 140 dollars et maintenant à 5000 FCFA si tu en trouve avec un baril à environ 50 dollars) ; une corruption généralisée et souvent maquillée même par les textes ; un peendé (PNDES tel que prononcée par mes esclaves au village qui se demandent toujours à quoi il ressemble) en panne avant amorçage de vitesse ; une justice qui n’est performante que par ses parures ; Et le tout aggravé par une saison pluvieuse des moins reluisantes qui constituera bientôt le refuge de mes amis politiciens !
      Bref, c’est bien vu mon cher, hélas !

      Répondre à ce message

    • Le 17 septembre à 09:13, par Daniele Massaro
      En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

      Voilà qui est bien dit. Nous avons marre des discours stériles, il faut des actes concrets qui vont nous montrer que le Président du Faso est le réellement le PF et non d’une oligarchie. Il faudra bien évacuer les dossiers pendants pour donner de l’espoir aux Burkinabé, assainir l’administration et la gabegie. Président, paraît-être qu’on vous empêchait de bien diriger ce pays et maintenant cette personne semble partie, nous vous attendons maintenant pour voir si c’était vrai ou faux. Sinon que nous sommes derrière vous pour le bonheur de ce pays pourvu que vous tenez parole. GOD BLESS BF.

      Répondre à ce message

    • Le 17 septembre à 11:01, par ZOUNDI Léontine
      En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

      je suis tout à fait d’accord avec tout ce que vous dites SOUCIEUX POUR MON PAYS.
      Des discours, des états généraux, des ateliers de concertation ou de réflexion etc, vraiment ras-le-bol.
      Nous avons besoin de voir des choses concrètes c’est tout.

      Répondre à ce message

    • Le 17 septembre à 16:21, par mAAt
      En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

      bien dit mon frère. Je suis du même avis. Un acte vaut mieux que 1000 discours mielleux politiciens

      Répondre à ce message

    • Le 18 septembre à 04:02, par Timbila
      En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

      Je vous ai applaudis des mains et des pieds en lisant les reactions au verbiages mielleux. Je me suis dit voila au moins un qui a fait l’ecole et qui ne se laisse pas berner par les aromes d’un discours. On est fatigue des discours pour tromper le peuple qu’on partage ses douleurs. On est a la phase des actions concretes Mr le President. Si vous etiez admis un CDD avec 3 mois d’essai, votre employeur vous aurait remercie depuis le mois de mars 2016. Aucun plus-value enregistre. Aucun projet n’a connu un demarrage. Les projets vieux de plus de 8 ans sont en souffrance. Les abus d’autorite et les detournement continuent comme au temps de votre mentor. Ce qu’a realise la transition en 8 mois sans programme, vous n’avez realise la moitie en 20 mois. N’accusez pas les djadistes 2020. C’est plutot votre manque de leadership et de vision devant ce peuple.

      Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 05:31, par Un fils de Solenzo
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Je pense que c’est le meilleur discours de Rock depuis son engagement En politique. Comme je l’ai dit, Monsieur Le Président du Faso, l’Afrique à trop parlee il est l’heure d’agir maintenant et bien. Votre attachement à la réconciliation ne saurait être cru que si la 1ère marche de la Triptyque Justice-Verite-Reconciliation ne prend corps. Il est important qu’au plus tard 3 mois après ce chef-d’œuvre de communication de votre part, La Justice ait commencée ses procès publiques. Aussi n’oubliez surtout pas de rendre la route de Solenzo praticable car c’est un de vos promesses électorales lors de votre passage dans les Banwa. Cela vous différenciera de Blaise qui nous avait promis son bitumage à chacun de ses 4 passages à Solenzo (seulement que lors des campagnes presidentielles). Également montrez au yeux des campagnes que vous n’êtes pas un Président de Palais : visitez nous souvent ! au moins une fois avant les campagnes électorales pour que nous sachions que nous ne sommes pas considérés comme du bétail électoral. Le President Blaise ne nous rendait jamais visité. Au total il visitait Ziniare plus de fois dans Le laps des 5 ans de chacune de ses présidence que l’ensemble de ses sorties cumulées en provinces. Conséquence : il n’a pas su lire les aspirations de notre peuple que la nuit du 31 Octobre 2014 !

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 05:39, par Pappa
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Bien parle ! Maintenant, quoi ?
    Pour moi, mon pays est en lambeaux. Si des gens sont payes pour que ce ne soit pas le cas, nous sommes toujours au statut-quo. Depuis q je vis ds ce monde. ils viennent, parlent, et partent ! ils st les mm
    et moi ? et nous ? j’en ai marre. je ne vx pas mourir sachant q cela va continuer au Faso. y a pas qq’1 qui n’est pas Sankara mais qui essaie de faire com lui ?
    Blaise n’est pas Rock. Blaise a commence a avoir des prbs qd sa famille s’est associee a la famille Gando la !

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 07:41, par Le banlieusard
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Merci mon président pour ce discours qui montre à souhait que le cap est maintenu. Vous êtes resté le président d’un peuple d’insurgés qui aspirent à des transformations qualitatives au profit de sa large majorité. Tous les réactionnaires patentés et autres opportunistes arrivistes de la 25ème heure tapis dans l’appareil d’Etat qui rêvent d’un retournement de veste et de rectification de type réactionnaire du président Rock Marc Christian Kaboré en ont pour leur compte. Avec cette adresse au peuple insurgé, on voit que le cap dans le sens des aspirations profondes des insurgés est maintenu. Maintenant, il est nécessaire d’avoir un gouvernement de combat débarrassé des ministres fêtards qui veulent faire comme avant en suçant le sang du peuple, parce que ça se faisait comme cela avant en oubliant le slogan de notre jeunesse combattante selon lequel « plus rien ne sera comme avant ».

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 09:19, par Manno
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Discours, discours, discours,........................................................................., blablabla, vérité, vérité, justice, justice et blablabla, blablabla. Dans 5 ans nous aurons toujours le même rituel : cérémonies, commémoration, célébration,............depot de gerbes, etc etc. Les familles des victimes sont complices de tout cela. Demandez à Rock d’arrêter de tourner en rond et de juger les présumés coupables. cette forfaiture manipule vos émotions pour rester au pouvoir. Vos proches sont morts pour rien malheureusement ; oui pour rien. Blaise a quitté le pouvoir depuis bientôt 4ans. Posez-vous cette question : quel dossier de justice a été réglé depuis lors ? AUCUN.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 11:10, par Berè
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Je ne sais pas si l’échec du putsch peut-être réduit à l’unité retrouvée.En fait les causes qui ont été à l’origine du putsch n’ont pas été suffisamment analysées par les politiques à commencer par le PF.En effet,depuis 2 ans le pays flotte ne parvient pas à trouver une existence normale du fait de la non-clarté dans les choix politiques,notamment la réconciliation sans laquelle on ne peut parler de pays pacifié et uni.Pourtant il est crucial de vider les contentieux politiques qui remontent aux années 80,faute de courage politique on se remet à la justice comme dernier ressort, qui aura probablement moins de chance d’aboutir à quoi que ce soit car le problème est politique et la solution l’est également.
    Conclusion:Je crains qu’on risque le pire à court terme si rien n’est fait car les défis sont énormes:Réconciliation ;insécurité/terrorisme la misère qui gagne du terrain sont des situations qui prêtent le flanc à d’autres...

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 11:54, par citoyen Lambda
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Excellence ,comme l’ont déjà souligné certains internautes ,le discours est beau, très beau même et conciliant .Mais Excellence, ces beaux discours qui sont d’ailleurs les mêmes que ceux de l’année passé ne suffisent pas à faire avancer ,ni à résoudre les problèmes fondamentaux du pays. C’est bien d’inviter les citoyens à faire ceci ou cela ou à ne pas faire ceci ou cela . Mais diriger un pays, c’est aussi s’assumer ,prendre des décisions ou sanctionner quand il le faut.MALHEUREUSEMENT votre mode diésel et votre tendance à laisser pourrir les choses ,risquent d’être fatal à notre pays .Si vraiment ,vous êtes à l’écoute de votre peuple ,si vos conseillers officiels et occultes vous rapportent fidèlement les attentes et inquiétudes actuelles des populations burkinabè à votre endroit ,il y a forcément quelque chose d’important à faire pour impulser une nouvelle dynamique à l’action de l’Etat burkinabè .Devinez vous même cette décision à prendre dans les jours à venir .

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 11:59, par Achille De TAPSOBA
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Hommage à nos Martyrs du 30, 31 Octobre 2014 et 16,17 Septembre 2015

    Les discours sont très beaux à écouter avec de belles sémantiques mais ils ne reflètent aucunement les engagements pris devant le Brave Peuple. Les promesses de Mr Roch sont diagonalement opposés à ses actes. Un petit rappel de l’histoire. A son investiture précisément le 29 décembre 2015, Mr Roch a déclaré publiquement haut et fort qu’il laissera la justice faire son travail en toute tranquillité. 4 mois après sa prise de pouvoir en avril 2016, à la demande d’ADO, il fait annuler le mandat d’arrêt du rebelle Soro en faisant falsifier par acrobatie le plumitif par le procureur de la justice militaire. Non content d’annuler le mandat de Soro, il continue avec sa politique d’impunité en accordant spectaculairement avec la bénédiction des juges pourris des libertés provisoires ou les non-lieu à ses amis d’hier du cdp à la simple présentation d’un faux certificat médical. Le Brave Peuple n’est pas un mouton. La transparence tant chantée par Mr Roch est loin de la réalité. L’épicentre de la mal gouvernance et de l’impunité n’est rien d’autre que Mr Roch qui a un passé douloureux(serviteur fidèle de Blaise Compaoré pendant plus 20 ans). Comment Mr Roch peut-il combattre fermement l’impunité si lui-même est un pur produit dérivé de la mal gouvernance de la galaxie Compaoré ? RSS doivent leurs gloires et leurs fortunes à la famille Compaoré. Mr Roch ne peut pas couper l’arbre sur lequel il était confortablement assis (Compaorose) au risque de tomber lui-même.

    Le BURKINA est une savane tout se sait. Visiblement,le régime actuel tisse des coups fourrés au dos du Brave Peuple avec les princes du régime vomi(cdp) pour les soustraire de la justice. Le régime mpp veut nous faire avaler la pilule en transformant les grands criminels en saint ou en anges et nos MARTYRS en monstres. Mr Roch a vite oublié d’où il vient (prix du sang de nos MARTYRS).

    Tant que la justice n’est pas rendue à nos CHERS MARTYRS,personne n’aura la paix (justice, pouvoir actuel, Compaorose...) notre lutte va se poursuivre. Le schéma classique de la cohésion sociale est bien connu de tous : Vérité-Justice- Réconciliation. Nous ne marchanderons pas nos luttes à ceux qui pensent singulièrement que le BURKINA est leur propre natte.

    Nous gagnerons la bataille contre la ruse et la fourberie. Nous restons impitoyables pour les cas d’impunité ou de mal gouvernance.

    La vérité triomphera sur le mal ou l’impunité(le mensonge) un jour

    A nos Martyrs qu’ils se reposent en paix. Que justice leur soit rendue rapidement

    Justice pour Norbert Zongo
    Justice pour Thomas Sankara
    Justice pour Salifou Nebié
    Justice pour David Ouèdraogo
    Justice pour Boukary Dabo

    Victoire toujours au Brave Peuple
    Vive la démocratie au Faso
    Vive le Brave Peuple Burkinabé

    Que LE SEIGNEUR bénisse le BURKINA que nous aimons tous.Amen
    Paix et Succès à Tous les BURKINABES . Amen

    Achille De TAPSOBA le Bobolais

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 16:42, par Yaabi
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Que les âmes des martyrs reposent en paix !
    Le meilleur hommage à ses illustres fils et filles tombés sur le champ d’honneur est de travailler à faire du Burkina Faso un pays de justice où il fait bon vivre pour tous les burkinabè et non pour une infime minorité. Tel est le sens du sacrifice suprême des martyrs et héros de notre pays. Malheureusement, gabegie, corruption, népotisme, favoritisme, détournements, insouciance vis-à-vis du bien public, en un mot mauvaise gestion et gouvernance continuent d’être le leitmotiv de nos dirigeants. Il faut se mettre au travail pour honorer la mémoire de nos dignes fils et filles tombés ; même les académiciens qui manipulent la langue de Molière ne pourront pas à coup de discours faire disparaître ce sens suprême du sacrifice des martyrs. Alors mettons nous au travail et moralisons la gestion de la chose publique. Si non.... les morts ne sont pas morts...

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 18:19, par Pierre
    En réponse à : An II de la Résistance au putsch : Le message du Président du Faso

    Le Président Roch Marc Christian rendra un grand service à la nation s’il entreprend des mesures fortes pour rétablir l’autorité de l’Etat. En effet, depuis la transition en 2015, une banalisation de la fonction ministérielle a été actée. Des jeunes et certains adultes ont été parachutés ministres sans avoir assumé au préalable des fonctions de direction dans l’administration publique. On ne vient pas dans un gouvernement pour apprendre à diriger. On y va plutôt pour implémenter des actions de conception et de décision, parce qu’on en a déjà les atouts et l’expérience. Les ministres qui n’ont pas assumé au préalable des fonctions de direction, de chefs de service, éprouvent souvent des difficultés pour la gestion rationnelle des ressources humaines et matérielles de leurs départements. Ils ont tendance à vouloir s’imposer par chantages, transforment les ministères en des lieux d’affaires pour promotionnaires et amis au détriment des normes règlementaires qui régissent l’administration publique. Ainsi, ils créent des crises permanentes dans leurs ministères et font du pilotage à vue sans résultat satisfaisant. Par conséquent, il faut rétablir l’autorité de l’Etat, qui passe aussi par les nominations de ministres et chefs de services en fonction de leurs compétences, talents et expériences professionnelles et qui pourront diriger efficacement par leurs personnalités respectables. Les autorités gouvernementales, institutionnelles et locales dans un Etat, doivent être des sources d’inspiration pour les administrés, en raison de leur probité et de leur ardeur au travail. Monsieur le Président, veillez sur ces valeurs pour mieux réussir votre gouvernance. Le message du Chef de l’Etat à la nation prononcé le 15 septembre 2017, à l’occasion de l’an II du putsch du 16 septembre 2015, laisse croire que le Président du Faso a compris cette impérieuse nécessité.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés