« J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

samedi 25 juin 2016 à 16h44min

L’homme n’est plus à présenter aux Burkinabè. Cependant, pour ceux qui ne le connaissent pas encore, il a pour nom, Boukary Kaboré et pour surnom le « Lion ». Colonel de l’armée burkinabè à la retraite, et président de parti politique, le PUND (Parti pour l’unité nationale et le développement), le « Lion » fait encore parler de lui ces derniers temps. En effet, face aux mesures annoncées par le ministre de la sécurité, Simon Compaoré visant à recadrer l’action des groupes d’auto-défense, les Koglwéogo, le « Lion » est monté au créneau. Pour lui, le ministre Simon Compaoré a commis ni plus ni moins qu’une erreur. Nous l’avons rencontré pour échanger avec lui sur la question des Koglwéogo et des propos du ministre en charge de la sécurité.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
« J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est  la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

Lefaso .net : Comment se porte votre parti politique, le PUND ?

Notre parti politique, vu vraiment les difficultés qui sont là, même si certains ne veulent pas reconnaitre qu’il y a des difficultés, est en train de vouloir se mettre en retrait pour observer. Sinon, nous sommes de l’opposition politique, mais nous préférons vraiment ralentir nos activités parce qu’on ne sait plus où on va. Tout est mélangé et on ne sait plus où on va.

Le travail est tellement hasardeux actuellement qu’on ne sait plus ce qu’on fait. Sinon le parti est là et vit bien. C’est le plus ancien des partis parce qu’il est né depuis 1998 et il n’a pas changé de ligne jusqu’à présent. Donc, il est le père des autres partis. Même si certains partis le dépassent, ils doivent reconnaitre qu’ils ont affaire à leur père.

Le ministre en charge de la sécurité a pris certaines mesures visant à recadrer l’action des Koglwéogo. Quel commentaire pouvez-vous faire à ce propos ?

Il faut carrément dire les choses. Un chat étant un chat, je pense que c’est une erreur qu’on peut d’ailleurs comprendre parce que l’erreur est humaine. Je pense que ces mesures ne sont pas pour aider ou pour canaliser mais plutôt pour arrêter les Koglwéogo.

Parce que quand on demande aux Koglwéogo de déposer les armes, je réponds qu’on ne peut pas attaquer les « coupeurs de routes » qui sont armés de kalachnikovs et cela est clair. C’est pour cela que je dis que c’est une erreur parce que ces mesures ne tiennent pas bien la route. Elles vont à l’encontre même de l’existence des Koglwéogo et c’est ça qui a amené la rencontre des Koglwéogo à Kombissiri avant hier (interview réalisée le 24 juin 2016) pour essayer de faire une lecture commune et globale de la situation. Et encourager aussi nos éléments parce que ça avait commencé à semer des problèmes dans les rangs des Koglwéogo.

Il fallait que les responsables puissent se retrouver et dire ce qu’ils pensent. Le mécontentement commençait à être grand et il fallait calmer les gens. Il s’est aussi agi d’appeler le ministre à une certaine retenue parce que les Koglwéogo sont là pour accompagner et non pour saboter.

Vous-vous êtes déclaré comme le président des « Wibsé » c’est-à-dire des Koglwéogo dans un contexte où ces derniers et l’État ne parlent pas le même langage. Comment doit-on comprendre vos propos ?

Non, ce n’est pas que l’État et les Koglwéogo ne parlent pas le même langage. C’est une autorité qui a parlé, ce n’est pas l’État. Parce que si c’était l’État, c’est le gouvernement qui devait prendre les décisions. Et dans ce cas, c’est en conseil des ministres qu’on allait prendre ces décisions alors que ce n’est pas le cas. Donc, c’est pour ça que nous nous en tenons à la personne du ministre pour dire qu’il y a eu une erreur. Les Koglwéogo accompagnent plutôt l’État. Aussi, ça sera bizarre que l’État combatte les Koglwéogo.

Mais c’est tout de même le ministre en charge de la sécurité qui a parlé. Est-ce qu’on peut dissocier ses propos de sa fonction et donc du gouvernement et de l’État car il nous semble que ça va de pair. Non ?

Non, il ne faut pas du tout qu’on puisse confondre les choses parce que le ministre ne peut pas parler ainsi au nom du gouvernement. Il doit parler en son nom personnel. Si ça peut arranger le gouvernement, c’est bon. Mais quand ça va nuire au gouvernement, il peut aussi écoper des sanctions et provoquer des dégâts. On a vu cela un peu partout où des ministres ont fait des interventions qui leur ont coûté cher. Si nous nous en tenons aux critiques des uns et des autres, même pas des Koglwéogo mais de l’homme de la rue et des intellectuels dont moi-même je fais partie, quand on fait l’analyse, on trouve que c’est une erreur. Donc c’est la personne qu’il faut incriminer et non l’État.

En tant que militaire de carrière, vous savez que les questions de sécurité relèvent exclusivement du domaine étatique. Un État démocratique peut-il tolérer la présence de groupes d’auto-défense armés et dont certaines pratiques sont contraires au respect et à la dignité de la personne humaine ?

Voilà qui est bien dit. Mais dans un État de droit, est-ce que la sécurité arrive à résoudre les attentes des populations ? J’espère que non et là il faut dire qu’il y a là un échec. La prolifération des vols et autres crimes est inquiétante et dépasse l’entendement. Donc, les populations en ont marre et le peuple s’est levé pour s’organiser et assurer sa propre défense. Voilà la raison de la naissance des Koglwéogo, des groupes d’auto-défense et d’auto-sécurité qui aident plutôt à résoudre les problèmes sécuritaires.

Est-ce que ce n’est pas mieux de chercher à les encadrer ou à mieux les organiser que de les combattre ? C’est un phénomène qui a commencé il y a longtemps. Un village qui s’organise pour arrêter les vols dans le village, en quoi l’État peut être contre cela surtout que les Koglwéogo ne demandent pas le soutien de l’État. Ce sont les villageois eux mêmes qui s’organisent et qui arrivent à mettre fin aux vols pour plus de quiétude. Est-ce que l’État peut être contre ça ? L’interprétation est ailleurs et non sur le plan sécuritaire. Si c’est sur ce côté, les Koglwéogo plutôt accompagnent la sécurité.

Et les sévices et autres bastonnades qui ont entrainé à certains endroits des morts d’hommes, est-ce-que cela est tolérable ?

Ce sont les journalistes qui disent toujours qu’il y a eu des morts. Il faut dire un mort. Depuis que les Koglwéogo existent, il y a eu un mort parmi les voleurs et deux morts parmi les Koglwéogo. Parce que les coupeurs de routes ont tué deux Koglwéogo à Fara. Mais le mort en question qui préoccupe les journalistes et qui fait crier tout le monde, c’est un voleur qui n’a pas supporté la sanction corporelle et qui est décédé. On peut dire qu’il s’agit d’une erreur.

Mais, si jamais on analyse, la sanction corporelle que celui qui est mort a subie, elle ne vaut même pas le tiers de ce que d’autres ont reçu et ils ne sont pas morts pour autant. C’est un cas qui est arrivé comme cela. Ce n’est pas qu’on voulait le tuer mais on voulait le sanctionner. En plus, il s’agissait d’un Koglwéogo qui volait. Sa sanction devait être double et il n’a même pas supporté le tiers et il est mort. Pour nous, nous n’avons aucun regret. Maintenant, les gens interprètent. Nous voulons alors savoir.

Entre le voleur qui est mort et le propriétaire du bœuf qu’on a volé, on doit prendre parti pour qui ? Et les coupeurs de routes qui tuent ? Pendant que des Koglwéogo sont aussi morts, les journalistes ne font que parler des morts de voleurs et de coupeurs de route. Est-ce que quelque part, il n’y a pas maldonne ? Il faut qu’on essaie de remettre les pendules à l’heure parce qu’il y a des craintes injustifiées des Koglwéogo qui sont pour arranger et non pour gâter. Là où les Koglwéogo se sont bien installés, les vols se sont dissipés d’une manière ou d’une autre. Et nous souhaitons que ça soit ainsi partout au Burkina Faso. Parce que ça c’est la reconquête de notre dignité qu’on a perdue. Le Burkinabè sera effectivement l’homme intègre après la disparition du vol.

Vous êtes donc pour les bastonnades qui peuvent entrainer la mort d’homme ?

Justement, parlant des bastonnades, j’insiste, je persiste et je signe. C’est la méthode des Kolgwéogo pour éradiquer les vols. Les gens se plaignent. Les défenseurs des droits de l’homme parlent des bastonnades et oublient les gens que les voleurs tuent. On dit que les Koglwéogo sont des hors-la-loi parce qu’ils ont des armes sans papiers alors que les voleurs aussi ont des armes qui n’ont pas de papiers.

On nous dit de ne plus bastonner mais on a oublié de dire aux voleurs de ne plus voler. S’ils ne volent plus, nous aussi on ne va plus bastonner. Mais tant que quelqu’un va voler, c’est lui-même qui s’est bastonné lui-même et pas nous. En matière de dissuasion, c’est la sanction corporelle et la sanction pécuniaire qui amènent les gens à abandonner le vol. Ce sont des méthodes qui portent des fruits et c’est probant. Il ne faut donc pas leur dire d’arrêter leurs règles. Parce que même à la gendarmerie et à la police, on frappe mais on ne dit pas.

Vous avez soulevé le problème de l’État qui n’arrive pas à assurer la sécurité des citoyens ce qui justifie à vos yeux la naissance des Koglwéogo. L’autre solution ne serait pas de recruter suffisamment les forces de sécurité, les former et équiper convenablement ?

Non ça fait une charge supplémentaire pour l’État. Les koglwéogo demandent seulement qu’on les accompagne. Par exemple, on est en train de dire que les armes n’ont pas de papier. Qu’on nous accompagne à avoir les papiers. Parce que nous n’allons pas poursuivre les voleurs à mains nues. Cela est une évidence. Maintenant pourquoi certains cachent les armes qu’ils ont ? C’est parce que c’est trop dur pour avoir les papiers.

Mais le voleur est armé et moi par exemple, j’ai besoin d’une arme pour la protection de ma cour. Par exemple dans votre zone là-bas, il y a des fusils qui sont cachés dans les maisons pour garder les cours de vos parents. Mais si on doit chercher les papiers, ça sera compliqué. Il faut prendre en compte que les voleurs sont armés.

Est-ce-que ce n’est pas mieux de faire les papiers pour les gens et les Koglwéogo afin qu’ils puissent sécuriser les populations ? C’est ce que nous demandons à l’État. Sinon, si l’État veut prendre tous les Koglwéogo en charge, ça risque d’être difficile parce qu’ils sont trop nombreux et le nombre ne fait que augmenter. Mais ce sont les villages qui sont en train de se sacrifier pour prendre les Koglwéogo en charge. Vous savez au temps de la révolution, les populations étaient militairement formées. Je ne sais pas si ça n’a pas été fait dans votre localité là-bas à Dissin.

On peut mettre par exemple les armes à la disposition des points Koglwéogo et quand ils vont aller en opération, ils prennent ces armes pour y aller. Et qu’ils soient encadrés par les forces de sécurité et même formés par eux en matière de techniques opérationnelles. Dans ce cas, en cas de besoin sécuritaire relatif à la défense nationale, on peut leur faire appel.

Il y a aussi l’inquiétude de leur récupération par le politique. Dans certains pays, c’est ainsi que les mouvements rebelles et djihadistes ont vu le jour. Ce risque n’est-il-pas réel ?

Vous parlez de ce risque. Mais moi j’ai précisé que les Koglwéogo n’étaient pas une affaire politique. Normalement, la préoccupation des populations doit aussi être celle des politiques. Donc, ils doivent être eux aussi des Koglwéogo. Tout le monde doit être en fait Koglwéogo. Mais, il faut qu’on sache que ça n’a rien de politique, c’est du social. C’est comme si on aidait les gens pour cultiver leur jardin ou leur champ dans un village.

Si le vol est fini, le travail s’arrête. Si les Koglwéogo peuvent aider encore à résoudre d’autres problèmes, c’est tant mieux. Parce que les Koglwéogo, dans les perspectives d’avenir, peuvent empêcher que nos forêts ne brûlent encore. Avec les Koglwéogo, le Burkina Faso sera sans feu et les animaux auront à manger parce qu’il y aura l’herbe. Cela accompagne l’État ou pas ? Il y a donc plein de possibilités avec les Koglwéogo sans avoir à les combattre. Le politique qui va chercher à récupérer la situation, on verra concrètement ce que ça peut donner. Mais, je ne pense pas que les responsables que moi je connais vont accepter.

De toutes les façons, moi je suis là. Il y a des gens qui disent que je vais utiliser les Koglwéogo pour faire une rébellion. Alors que moi, je suis militaire et je n’ai pas utilisé les militaires pour faire une rébellion. Ça ne sera pas en tout cas avec moi. Et si ce n’est pas avec moi, ça sera avec qui ? Ceux qui vont s’amuser à exploiter politiquement les Koglwéogo me trouveront en face. On va lui faire comprendre que c’est lorsqu’on va finir d’attraper nos voleurs qu’il va faire sa campagne politique. Sinon, il est hors de question que les Koglwéogo fassent le jeu des politiques. Je pense même que c’est cela l’inquiétude des gens.

Plusieurs fois, vous avez utilisé le terme nous pour parler des Koglwéogo. Est-ce à dire que le « lion » est Koglwéogo ?

Le lion est Koglwéogo depuis. Nous avons installé les Koglwéogo à Makognadougou, dans le département de Koumbia. Et depuis, j’interviens dans toutes les opérations qui se font. Mais, comme il n’y a pas eu de communiqué, c’est pourquoi c’est comme une surprise. Mais moi-même, je suis surpris que les gens soient surpris. Je suis au village et personne ne demande d’après moi. Quand je suis rentré dans les Koglwéogo, on avait commencé à parler de ça, mais l’envergure que ça prend, maintenant me surprend moi-même. Mais, il faut que l’on sache que je n’ai jamais eu de mauvaises intentions. Où le peuple est et où le peuple lutte, il verra toujours le « Lion » présent et sans arrière pensée.

Il est de plus en question de passer à une cinquième République. Êtes-vous de ceux qui estiment qu’il faut aller à une cinquième République ?

Principalement non. Qu’est-ce qui amène le passage à une cinquième République ? On dort comme cela pour se lever et passer à une République ? Dans ce cas, est-ce que vous n’allez pas faire beaucoup de Républiques ici ? L’occasion était donnée pour faire la 5ème République et on a refusé. Le temps est passé, on a fait des élections et vous parlez maintenant de passer à une autre République.

Le non-sens, moi je ne suis pas dedans et je suis direct. C’est vraiment un non-sens parce que la transition devait être exceptionnelle. On faisait alors le balayage du terrain et on faisait la 5e République avec les élections. Et cela, même si la transition devait durer deux ans. On ne devait pas faire d’élection sans que la transition ne fasse le nettoyage. Vous avez refusé ça et vous avez fait des bêtises pour venir maintenant dire qu’on va à une 5e République.

Moi le « Lion », je ne suis pas fondamentalement contre mais je ne suis pas dedans. Si on se lève pour voter cette constitution, je serai un abstentionniste mais je ne combattrai pas pour ça. Même si vous passez à une 8e République, ça ne me fais ni chaud ni froid.

Interview réalisée par Angelin Dabiré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 juin 2016 à 17:23, par BB
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Voilà ce que je disais hier. Boukary le lion est l’homme le plus intègre après Thomas Sankara. Vive le lion pour une éducation de la jeunesse dans l’intégrité et le courage dans la bravoure .

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 17:46, par vigilance
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Le lion !! il est descendu bien bas ..Pauvre Burkina, nous voilà revenu au temps primitif .!!
    Gouvernement de pacotille, qui à dissout le RSP tout ça pour voir çà.. Quelle tristesse.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 18:33, par faux
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Vs etes un vieux sans scruspule,vs netes pas sage et honte a vs pour vos propos naseanonds.les kolkleweogo sont et demeure un cancer pour ce pays

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 18:36, par SOME
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    « Là où les Koglwéogo se sont bien installés, les vols se sont dissipés d’une manière ou d’une autre ». On m’avait parlé d’un village dans le sud ouest, à coté de Dano où depuis les annees 90, tous les villageois s’étaient reunis, se sont entendus et ont decidé du sort de tout voleur ou autre bandit qui sevirait dans le village, qu’il soit connu ou inconnu, parent ou etranger. Radical ! Il n’y a plus jamais eu de trouble quelconque que ce soit dans ce village où les gens n’arrivaient plus à vivre. J’ai visité le village et je peux vous le confirmer : radical !

    « En plus, il s’agissait d’un Koglwéogo qui volait » : au moins les choses sont claires !
    « Tout le monde doit être en fait Koglwéogo » Rien a redire ! « Parce que les Koglwéogo, dans les perspectives d’avenir, peuvent empêcher que nos forêts ne brûlent encore. Avec les Koglwéogo, le Burkina Faso sera sans feu et les animaux auront à manger parce qu’il y aura l’herbe ». Ouvrez vos esprits !

    « Et cela, même si la transition devait durer deux ans. On ne devait pas faire d’élection sans que la transition ne fasse le nettoyage. » Je suis content de voir que de plus en plus de voix se levent pour soutenir ce que je demandais en vain pour la transition : prolonger la transition afin qu’elle puisse enfin nettoyer les ecuries de Blaise et remettre un pays en ordre avant d’aller aux elections. Si on était allé ainsi, non seulement le MPP ne se mettrait pas au pouvoir, mais en prison (je reve quand meme !). Mais c’est là où les hommes politiques ont montré leur appetit de venir manger vite a la place de Blaise, en etant apatrides, sans aucun egard pour nos martyrs. Alors il était clair que ce qui arrive aujourd’hui ne pouvait qu’arriver.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 18:39, par Le patriote
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Le Lion a raison sur toute la ligne.

    Je suis koglwéogo

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 18:54, par Mouta Mouta
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Je salue pleinement l’action des Koglweogo, qui doivent toutefois arrêter de torturer les gens. Mais de grâce, faites attention à ce type qui se fait appeler "le Lion". C’est un infiltré du MPP, qu’on a envoyé pour vous espionner. C’est la méthode Salif Diallo. Si " le Lion" était si courageux que ça, il n’aurait pas fui laisser ses éléments en octobre 1987 à Koudougou. Méfiez vous de ce gars. C’est un faux type !

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 19:26, par Tuubtoem
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Monsieur "faux" ou intervenant 4, un peu de respect dans vos propos. Vous ne savez rien de ce phénomène koglweogo, et cela se reconnait a vos propos...faites seulement un sondage dans les villages et vous comprendrez la réalité des choses...ces groupes ont ramené de la quiétude dans bien de contrés au Faso et il faut le reconnaitre. Si Simon estime aujourd’hui qu’il peut garantir la sécurité de chaque citoyen, qu’il décrête le fatoua contre ces bénévoles et on verra ce qui arrivera.
    Je pense qu’il faut encore discuter’ chercher des modèles similaires ailleurs et adapter à notre contexte particulier. Sinon, on va tous fuir ce type à cause du grand bantitisme.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 19:28, par burkinabè
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Comme quoi l’âge et les cheveux blancs ne sont pas synonyme de sagesse. Le lion est vraiment tombé très bas. La sagesse aurait voulu qu’il reste tranquillement dans son coin et profiter du peu de temps à vivre que la nature va lui accorder, plutôt que de sortir verser son visage par terre. Pauvre burkina, faut il croire que tu manque de sages ?....

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 19:37, par Burkinbi
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Merci mon colonnel le Lion !
    Il faut que les kogleweogo qui sont la population arrêtent les gros voleurs qui sont les politiques et politicards de ouagda 2000 !
    Nan lara, an sara !
    La patrie ou la mort, nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 19:50, par BEN
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    MR BOUK
    j,ai une idee de vous, je suis d,accord avec vous. les africains noirs n,aime que les preventions, les avertissements tres durs. Je vous jure que si blaise revenais au pouvoir,il changerais meme son nom et sa maniere. DIEU LUI MEME pour nous changer, transformer
    que lui meme a creer ,il nous fait passer par le feu pour nous epurer/j,encourage les mogos of koungloba a bastonner proprement ces faux bandits. pour ceux qui ne sont pas d,accord avec moi et les kogs, soyez bien patient et prier fort pour ne pas que ca vous arrive. comment
    un batard peut refuser de souffrir comme les autres , et se prend pour le plus malin et plus vil
    va tomber sur toi une nuit viole ta femme sous tes yeux, et les enfants, te vole et se casse , et tu me demandes d,aller voir rock kabore et ces petits policiers ?? nonnn i,ll never do this

    le jour ou on a mis la main sur toi si moi BEN je suis present , apres ta correction tu deviens tout de suite evangeliste c,est toi qui ira partout proclamer que voler ,n,est pas bon.
    particulierement le petit burkinabes , il faut un traitement tres special because ils naissent
    tous voleeeer tout petit, tres tot, ils apprenent ca sur les manguiers un gard comme ca a 30ans d,exercice de ce faux metier si tu n,a pas couper sa main penses tu que la prison peut le transformer ?? koglweogo faites votre job, une metode a moi les mogos ,, vous l,es recuperer pendant que vous etes encore aux interogation, metez une barre de fer au feu
    si le salaut veut vous faire perdre le temps, alors vous introduser le fer rouge dans sa bouche vous verez la confession, et la repentance qui va suivre, essayer vous verrez...

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 19:51, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Hum... Attendez, vous dites que ce monsieur a été un officier de notre armée ??? Alors de deux choses l’une, soit son grade était "sac au dos avec merci chef", soit il est de mauvaise foi et travaille à rendre ce pays ingouvernable pour des raisons politiques.

    Comme son passé "glorieux" dans l’histoire de ce pays et la tradition de mérite de notre armée ne me permets pas d’accréditer la première hypothèse, je penche pour la seconde. Dieu sauve le Burkina Faso, surtout de ses fils égarés !

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 20:01, par wendpanga
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Il faut être clair, nous vivons dans une république, c’est à dire un État de droit. Donc aucune structure même pour le bien être des populations ne peut se substituer aux gouvernants. DONC soit on déclarent les koglweogo des agents du gouvernement ou une entreprise privée de sécurité. J’appelle à la responsabilité républicaine de l’état de sévir au regard de la loi sans complesance sinon, nous assisterons bientôt à somalisation de notre cher Faso. Pour le Faso, halte aux koglweogo.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 20:26
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    L’apport du lion en faveur des Kolgweogo est la bienvenue pour ceux qui ont une connaissance approfondie de la geopolitique.
    1) le gouvernement a bien dit qu’il faut encadrer les kolgweogo (compose en general d’analphabete).Qui plus pour ce Colonel volontaire a la retraite de leur faire comprendre les biens fondes d’une decision gouvernementale en matiere de securite nationale ?
    2) De part le monde entier, pour recuperer une organisation ou un parti politique, il faut infiltrer des personnes influentes avec un agenda determine ( cas de Greenpeace ou les multinationales ont recupere l’association pour leur dessein.Cas de TEA party aux USA avec les Republicains etc...)
    3) Je pense que le lion travail dans l’interet du gouvernement parce que meme au temps de la Revolution, il y’avait des armes militaires dans les permanences des secteurs(PM Chinois, G3, Mass 36, Kalach etc..) mais a ma connaissance ,aucun Burkinabe n’a utilise ces armes pour braquer un autre. Il faudrait reconnaitre l’utilite des Kolgweogo, les recadrer pour qu’ensemble, nous ayons une vraie vision de notre Developpement. Sommes nous toujours un Pays Emergent encore apres le depart de Blaise ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 20:30, par Elmagnifico
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Il nous faut un manifeste des Koglweogo comme au temps des CDR afin d’appréhender vraiment les contours du phénomène. Dans tout cela moi je blâme l’Etat en tant qu’autorité qui se distingue par son silence assourdissant ! Le Lion a toujours été Koglweogo ! Demandez à tout voleur ayant survécu du BIA de Koudougou et vous aurez une réponse cinglante ! Bizarrement depuis que l’on parle des Koglweogo les coupeurs de routes ont diminué. Est-ce cela qui conforte l’Etat dans son silence complice ? Ce qui est certain, le citoyen lamda comme moi se posera toujours beaucoup de questions mais pour avoir de plus amples éclaircissements demandez à certains provinciaux ce qu’ils pensent des Koglweogo, vous serez édifiés en bien comme en mal ! Et que dit l’armée nationale garante de notre sécurité ? Elle attend que ça pourrisse avant de réagir ou quoi ? A moins que l’action des Koglweogo rentre dans les plans de l’armée, en ce sens que les "basses besognes" ont changé de camp ? Rien qu’hier elle était accusée de tous les péchés !
    Nous voulons d’un Burkina où il fait bon vivre pour tous ! Et pour ce faire les nouvelles autorités gagneraient à prendre le taureau par les cornes en rendant notre justice libre et nos FDS mieux outillées !

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 20:41, par Metuole
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Internaute 9 Vraiment je pleur pour toi J’ai peur que tu ne meurt avant le lion, n’as-tu jamais vu la tombe d’un bébé. Ce sont des vrai conseils que le lion donne à tous les burkinabé et surtout à vous les attardés. Si vraiment les koglowoégo était partout même les voleurs de l’état allait disparaître et tous les burkinabé allaient vivre heureux car chacun allait avoir ce qu’il doit avoir. Je suis fonctionnaire depuis trente cinq ans alors qu’il y en a qui non même pas dix ans et qui son de la même catégorie qui se moque de moi parce que je suis mandant.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 20:50, par BADO
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Heiiiiiiiiiiii mon vieux. Vas-y doucement. A force de jouer au lion tu finiras par devenir un agneau et pour ton age ça risque d’être regrettable.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 20:59, par DOUX
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Si kolgweogo pouvait mettre fin au vol, je les soutiendrais. ce sont toujours les pauvres qui subiront leurs fougue quelques fois meme des innocents accusés injustement. C’est comme le cas des vieilles femmes accusées de sorcellerie. les voleurs serieux qui pillent l’Etat, qu’ils commencent par eux. mais le chat sait par ou chier et pouvoir enterrer son caca. Au dela du danger serieux que constitue kolgweogo, nous ne voulons pas une justice à double vitesse. je les soutenais au depart, mais aujourd’hui ils m’ont montré leur vrai visage. Dieu garde le burkina faso

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 21:02, par Nabiga-01
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Internaute Nr. 09 "burkinabe" de grâce, respecter l´âge des anciens. Et même si le Lion a commis des erreurs, ce n´est pas pour cela que vous devez vous cacher sous l´anonyma pour l´ insulter. Continuez vous autres à empoisonner le climat dans les débats. Vos poisons vont vous emporter, si vous ne faites pas attention. Ce n´est pas parce que quelqu´un n´est pas de votre avis qu´il doit obligatoirement être considéré comme votre ennemi. Moi j´ai toujours apprécié le franc parler du Lion. Le lion est un militaire, n´oubliez pas cela.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 21:10, par Californian
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Je vous jure que la présence des kolgweogos accentuera les vols et l’insécurité. Le Lion l’ a lui même dit. Le mort dont il est question était un kolgweogo. En clair les kolgweogos sont un masque et un lieu sûre pour les bandits de grands chemin. Ils peuvent opérer tranquillement sans être inquiété mais gare à celui qui se fera prendre par la population. Il devra mourir au risque de divulguer le secret. C’est ainsi que l’ imprudent kolgweogo voleur a dû payer au prix de sa vie. Jusque là je ne savais pas que celui qui est mort suite à ces sévices corporelles était un kolgweogo. Les kolgweogos veulent légitimer leurs actions en prenant le public comme témoin pour mieux le terroriser.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 21:13, par nulnestsaint
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    La population n’ayant pas le choix s’est organisée pour se défendre en vue de survivre. Ceux qui condamnent les Koglwéogo ont fait quoi pour soulager les milliers de parents des victimes du fait des braqueurs ? Même pas condamner ni présenter des condoléances aux parents qui ont perdu des proches. Si les voleurs ont des droits les honnêtes citoyens ont encore plus de droit. Quand un braqueur tue un citoyen les défenseurs de voleurs applaudissez et quand on touche à un voleur ces mêmes défenseurs déterrent la hache de guerre. On est en droit de se poser la question à qui profite les vols ???. Le lion sait de quoi il parle. La citée de Koudougou a bénéficié de ces services...

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 21:19, par Californian
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Je propose que le soit disant lion va administrer des sevices corporelles et pécuniaires à Guiro.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 21:32, par SOUGRESOABA
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Mes chers internautes, soutenez les koglwéogo car ces groupes d’auto défense servent la nation dans le bénévolat. Ceux qui ne connaissent pas encore leurs actions doivent chercher à le faire avant de critiquer ces frères et papas qui nous rendent service.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 21:53
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    SACRE BURKINA. RESTEZ A BOIRE DANS LES MAQUIS ET ENRICHISSEZ LES CHAMBRES DE PASSE LES KOGLWEOGO EUX AVANCENT CAR ILS N ONT PAS PEUR CAR IL N YA PAS D AUTORITE DE L ETAT. TERRIBLE REGIME ROCK.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 22:20
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    J’étais pour ce lion là mais cette fois-ci il est tombé trop bas. Ces pratiques là sont archaïques et vétustes. Mon lion il faudra t’adapter aux réalités actuelles sinon...

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 23:08, par BOUDA
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    FINALEMENT JE NE SAIS PLUS QUOI DIRE ? S’IL ÉTAIT SAGE IL AURAIT Évité NON SEULEMENT DE DÉAMBULER AVEC CES VAURIENS QUE SONT LES ’’Wibsés’’ MAIS ÉGALEMENT S’EMPÊCHER D’ÉTALER CERTAINES CHOSES , QUI FRANCHEMENT SONT INACCEPTABLES. JE LUI DEMANDE DE QUITTER AU PLUS VITE CETTE ORGANISATION ’’BIDON’’. JE SUIS UN PEU DÉÇU DE LUI. JE PENSAIS QU’IL ÉTAIT PLUS QUE ÇA. JE ME SUIS DONC Trompé.
    LE PEUPLE VOULAIT GARDER DE VOUS UN BON OFFICIER QUI A SERVI AVEC HONNEUR ET SAGESSE SON PAYS ;MAIS Là FORCE EST DE CONSTATER QUE VOUS AVEZ TOUT Déversé PAR TERRE. Désolé.

    Répondre à ce message

  • Le 25 juin 2016 à 23:14, par arontanga
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    toi encore le lion faut reflechir avant de parler souvient toi en 1987 apres la mort de sankara sur la radio RFI tu as dit que tu va te battre jusqu’a la derniere catouche et tes colleques ont etez tuer bettement et tu as pris la fuite pour le ghana et tu recommence la meme erreur c’est grave pour toi si j’etait simon je t ’arrete

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 01:15, par kekoule
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    j me demande vraiment si ce soit disant" Lion" a vraiment fait l armée.et comment ils c’est debrouillé pour etre un des bras droits de notre chere president regretté THOMAS SANKARA.
    c’est triste

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 02:05, par Gnamien
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Ce monsieur est un brave, un burkindi.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 02:42, par lina
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    C est dommage pour le Burkina. Ce type est un monstre imbu de sa personne.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 02:53, par Caporal Zankalewa
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    N0 12, vous avez la reponse a votre question dans la maniere dont le lion herbivore a gere la question Sankara en octoibre 1987. Il a pris la brousse laiser des dizaines d’ officiers que Djendjere a fait massacres parce que ya vait son Promotionnaiire St-Cyrien la- bas. Du reste Kere etait sorti Premier de Prom et Djendjere dernier.
    N014, cherchez encore un autre alpabete pour encadrer vos incultes kolowedo. Le Lion est un officier inculte, rustre et frustre. Faut voir meme comment il parle comme Caporal Zankalewa. Il a ete officier des sports, donc il ne connait rien de l’ armee. Mais c’etait seulement un bon coureur. C’est tout.Guebreselasie en Ethiopie ferait meme mieux.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 05:47, par le paysan
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    En réalité au Burkina a l’heure ou nous parlons le taux des voleurs cachés dépasse les hommes dignes voila pourquoi le Burkina n’avance pas .dans plusieurs services on vole avec le papier les surfacturations le vrai prix de l’article x 1000f sur le papier on met 2000f .certain service peuvent construire mais il préférè louer les bâtiments ou magasin juste pour voler deux fois le peuple.les dotations d’engrais subventionnes sont vendu au commerçant le pauvre paysans ne gagent pas .les bon de carburant des v8 sont donnés au maitresse .les magistrats tu n’as pas l’argent tu n’as pas raison . sur les routes tes papiers de véhicule n’est pas a jour tu donne 1000f au fds c’est réglé . a l’hôpital les infirmiers volent les malades. on donne l’argent aux journalistes et ils écrivent du mensonge.peser coton les peseurs volent les producteurs de coton.le pays est malade RCK lui seul ne peut pas éradiqué ce mal et ceux qui vole sont les plus nombreux .

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 06:11, par Lynxson’s
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    « Quand le chat n’est pas là, les souris dansent » . C’est parce que le blaizo n’est plus là qu’un « feu lion » veut semer la terreur au Faso ? Je me demande pourquoi ce type-là trouve subitement de la verve pour parler ainsi. A-t-il envie de se faire un « dernier nom » avant de disparaître ? Les Kogleweo ne datent pas d’aujourd’hui, dites vous ? Si « C’est un phénomène qui a commencé il y a longtemps », pourquoi c’est maintenant que ça prend des galons ? Juste parce qu’un pas est franchi dans l’acquisition de notre liberté, vous voulez basculer dans l’anarchie !! Parce que l’État ne ferait pas son travail ?
    À ce rythme, il faudrait alors que les populations se "koglewéogonisent" pour prendre en main la gestion de nos terres qui nous sont spoliées, volées dans certaines mairies. Il faudra se koglewéogoniser pour sauver l’éducation de nos enfants à l’école, car là aussi, l’État a failli (donc envoyer des « kogle-kamba » en lieu et place des enseignants qui souffrent d’ailleurs de cette faillite de l’État)... et ainsi de suite à tous les niveaux où l’État a failli (administration, justice..)
    Pendant qu’on essaie de combattre l’incivisme dans la société, certains veulent en ajouter.
    Vous avez tiré la sonnette d’alarme ( OK, merci !) mais laissez l’État faire le reste.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 06:31, par yako
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    L’inoxydable Boukary chef d’etat major des kolgweogo !pourquoi tu as pris le large a l’arrivee des "Sofas" octobre 1987,abandonnant la troupe ?Quant a la 5eme republique des vainqueurs je suis de meme avis que toi car elle est inopportune voir meme ridicule.En tout cas moi Yako revolutionnaire d’aout Puis,rectificateur d’octobre refuse la constitution des vainqueurs,parce que les priorites sont ailleurs.
    Yako

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 08:09, par Yad’bila
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Je demande qu’on se calme et reflechissons couragement. d’abord je fais mon analyse :
    1. il y’a des gens dans les grandes contrée (villes) qui ne veulent entendre un mot de kogleweogos parcequ’ils sont en sécurité, ne voient pas des grands bandits violer leurs femmes,tuer, voler,partir avec tous les biens de la famille. ces gens de la ville ont peur parceque le danger(rebellion) peut venir des villages et finir avec leur quietude etant plus en securité (police, gendarme, militaires, ....)et c’est selon. Aussi en ville comme ouaga dès qu’on crit au voleur si les FDS ne sont à coté c’est fini on tue et on en parle plus(dossier ouvert et dossier clos par les juge de la rue). Donc kogleweogo est une menace tout court pour la quiètude des villois. Ici je dirai " les villois peuvent être considerés comme ceux qui pourchassent et non cuex qui sont poursuivis". ceux là veulent demeurer dans le statiquo.
    2. Il y’a là des villageois qui suibissent le calvaire de façon quotidienne : viol de femmes surtout à leur présence(NB : l’être humain peut tout partager sauf sa femme) ; vole, tuerie,......et cela a pris une ampleure qui depasse la limite de la patience. Aussi ceux qui animent ces groupe sont des non lettrés mais pas bête(ils sont aussi inteligents). Il voyent qu’en villes les voleurs sont de fois tués et y’a rien. ils trouvent que c’est aussi un droit pour euxde faire subir les pesumé malfrants les tortures.car ils ont vu les exemples dans les villes.cependant ils mesurent legèrement les effets qui peuvent exister dans l’avenir (point d’incomprehension entre villois et villageois). eux sont poursuivis et veulent que la done change à leur avantage.
    Personellement je pense que chaque intervenant a ses raisons qui sont plus ou moins legitime. Nous sommes tous fils et files du Burkina et avons les même droits qui est ici la quietude. Donc pas question que d’autre profitent et d’autres courpissent dans l’enfer. c’est le contribuable qui paye les FDS et tout le monde doit y profiter. mais il est aussi claire qu’on peut pas avoir ces FDS partout il faut vite trouver la solution. A mon sens, la majeur partie des colloques, atelier, rencontre,.....de nos jours devaient penser sur cela. c’est une question de surete nationale. c’est plus que de l’amusement. "Les cadres des FDS en generale doivent sortir de leur silence et proposer quelque chose et en même temps ils vont prouver qu’ils ne touchent pas gros salaires pour rien. La securité des personnes est d’abord et avant tout la première chose à rechercher. il faut la securité pour parler de liberté,developpement, social, ....

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 08:14
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    En réalité c’est ceux qui n’ont jamais fait la zone rurale qui se plaignent de l’existence des kolgweogo ou alors ce sont tous des voleurs ou complices des voleurs. Demandez aux travailleurs qui sont en zones rurales. Ça sera une erreur voire montrer aux gens que les autorités sont du côté des voleurs hors qui s’ assemblent se ressemblent .

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 09:01, par Joe joe
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Merci M. Simon Compaore,
    pactiser avec les koglweogo et vouloir se défaire de ce mal devenu gênant. C’est être ignorant de croire que vous auriez pu d’eux. Cela fait malheureusement craindre le pire pour l’avenir.... Quelle est la position du président la dessus ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 09:12, par rawa
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    J’annonce solennellement la naissance de la première rébellion au Burkina Faso ! Allez le vieux comme il y a plus d’homme courageux dans le Façon tu peux rentrer en scène maintenant en mode badaud ! Armés vous de kalachnikov et défié l’autorité de l’État. Après tout c’est le peuple qui dirige la ! C’est le peuple qui décide la ! Le peuple le peuple le peuple !
    Mais moi RAWA LE VRAIE, je vais vous faire une confidence le pays va reculer de 15 ans !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 09:20, par wabangba
    En réponse à : « êtes vous de quel côté ?les Koglweoogo ou les voleurs ?

    A qui vous soutenu les voleurs ou les Koglweoogo. Kogleweoogo ne pas bien on crie partout,donc vous voulez nous dire que le voleurs sont bien,ils tuent,ils n’ont qu’à continuer de tuer,entre les deux qui a de bonne intention pour le peuple ?
    Les voleurs ont des armes pour tuer et volent,la liberté de circuler était difficile n’est ce pas ?
    Il faut encadrer les kogleweoogo,les supervisé,les voleurs savent les moyens que nos états ont.Le peuple a droit de s’auto défendre.Mais il faudra encadrer les Kogleweoogo pour qu’ils soit pas comme les cdr du passé.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 09:36
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Un soldat en panne, un politicien en panne, un homme en panne. Regrettable !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 09:59, par joel
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Merci Papi Le Lion.
    Tu es un homme intègre. Vraiment fier de toi et de tous les koglweogo. Ceux qui sont à Ouaga sous les jupes de leurs femmes ne peuvent pas comprendre l’importance des groupes de vigilance installés dans nos villages. Grâce à eux, les petits fonctionnaires des zones reculées peuvent jouir de leurs maigres salaires en toute quiétude. On peut élever notre bétail en toute quiétude. Nos frères commerçants sont tranquilles.
    Dans tous les pays où les voleurs fatiguent les honnêtes gens, ces groupes existent. Il faut les encadrer et les soutenir. Nous en tout cas, on est koglweogo pour toujours.
    Tant pis pour les voleurs qui inondent la toile pour dénigrer les koglweogo.
    Internet ne vous sauvera pas. Venez voler. On vous attend sur le terrain.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 10:03, par le citoyen
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Attention au discours très sophistiqués d’État moderne tels que : nous sommes en république ; force doit rester à la loi ; la sécurité est le domaine régalien de l’état et j’en passe. Mais dans ce genre de république dont les détracteurs des kogolwego parlent tant les citoyens sont-ils abandonnés à eux-mêmes ? Vous pensez que nos pauvres paysans, permanemment dépouillés de leurs biens par des bandits sans foi ni loi, souvent même avec la complicité des fameuses FDS, comprennent ce genre de discours ? Le jour où l’état se montrera capable d’assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens, où les FDS lutteront sérieusement contre les grands bandits sans complicité, où la justice condamnera les voleurs et les bandits sans complaisance, on ne parlera plus de groupes d’autodéfense. En attendant vive les kogolwego. Il faut être idiot bête et stupide pour refuser de se défendre face à un danger.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 10:04, par SIDPAYETKA
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    BONJOUR A TOUS ! Que tous ceux disent du mal ou proferent des inepties sur le cnl KB se taisent et lui foutent la paix et toute la paix. Apres le Cmdt Moumini O. les Cpt Henri ZONGO. Thomas SANKARA. il reste le militaire integre de haut envol spolie par le regime COMPAORE

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 10:12, par rawa
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Internaute 38 JOE JOE, tu parle de quelle président ? Salif ? Ou Rock ? Parce que, president il y a en deux (02) au Faso je dirais même que la position de celui qui m’intéresse est la position de Salif ! Mais bref c’est pas le sujet principale ce mou in the all sens in the sofa ! Yaaahh two case tii foo yéeti boin ?!... Aiiiiyah ! Nonnngue waamin !

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 10:21, par Saxs
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Je crois que Cette affaire de koglweogo est vue dune facon negative pour tous ceux qui sont contre la libre circulation des bien et des hommes en un mot ceux qui depouillent Notre pays, si vous aviez ete victime une fois du vol votre maigre salaire que vous vous etes prive de nouriture et de loisir pour pouvoir economiser pour vous achetez une moto et un maudit, un sanguinaire vous l’arrache, je crois que vous applaudirez l’ action des koglweogos. Ces braves gens qui risquent leur vie pour assurer Notre securite quel salaire recoivent ILS pendant que nos dirigeants font les fetes sans meme se soucier du peuple.si la chevre mord l’ etranger cest pour apprendre au chien son travail et son devoir. Pourquoi ne pas apporter un soutient instructive aux wibses pour en faire un bon usage ou tout simplement demandez aux voleurs de baisser les armes et les koglweogos en feront de meme ; qui est fou ? Nos drigeants nont ILS pas honte qu’un colonel a la retraite se met encore debout pour la securite de Notre pays !!!! A votre place jaurai honte. Nous ne sommes pas en periode de guerre pourquoi ne pas utiliser nos militaires pour securiser le pays une fois pour tous si cest pour les envoyer aller regler des comptes avec l’ex copain de vos femmes la vous etes capable.
    Vive le lion, Vive les Wibses. La Patrie Ou La Mort Nous Vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 10:28, par Alexio
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Les abus des CDR au temps de la revolution ne sont pase encore cicatrises dans beaucoup de memoires.

    De quel droit juridique ont ces Kogweogos ? Nous sommes dans un Etat de droit Mr le Lion. L anarchie ne peut donc pas etre tolere par ses gens qui ont debordes la vase. En appliquant la loi de leur propre main.

    L image du pays est sali a l exterieur, quand on voit un enfant , attacher sur un arbre, suspendu la tete en bas n a rien avoir d accompgnement de l Etat. C est la terreur sauvage,d une epoque primitive de lhistoire en Afrique.

    Un voleur a des droits,comme tout autres citoyens. Le degrader, lhumilie n est pas republicain.

    Les vrais voleurs roulent dans leurs voitures blindees et vivent dans les zones hypees. persone ne peut les traques. Ni vos Koglweogo. Mais les petits voleurs poules sont a leur merci.

    Le Burkiana Faso n a pas besoin d eux, car la legitime defence est pour nous tous encas d attaque chez soi. Et non dans les rues avec des fusils sans securite technique qui exposent la population a un accident.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 10:40, par vox veritatis
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Hé bien monsieur Le Lion, cette méthode des Koglewéogo, NOUS N’EN VOULONS PAS. Nous rejetons évidemment l’impunité avec la dernière énergie mais voulons la justice pour tous dans le respect de la dignité humaine pour les victimes et les coupables. Ne nous embarquez pas dans votre bassesse ! Cette méthode des Koglewéogo doit finir de gré ou de force, et seule la justice quoi qu’elle soit triomphera. Nous ne souhaitons pas que cette barbarie d’une autre époque soit la nouvelle image du Burkina Faso post-insurrectionnel aux yeux du monde.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 11:19, par demain
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    je salue Angelin Dabiré qui à posé franchement des questions pertinentes à notre papa BK dit le LION. Mais malheureusement les réponses de ce dernier me laisse pantois et triste au regard de sa personnalité et des fonctions qu’il à occupées. Les idées du lion sont très bonnes mais cela à mon avis ne devraient pas être étalées sur la place public. Par exemple contredire l’autorité Simon Compaore qui à été investit d’une mission gouvernementale par ce que ministre de la sécurité. Et a ce titre Simon ne parle pas en son propre nom mais plutôt au nom l’autorité qu’il représente. Alors dire que cette personne est passée à côté de la plaque pour moi cela s’appelle défit a l’autorité. Pour terminer mon cher papa tu aurais du aller voir Simon et tes autre anciens amis exposer tes idées au lieu de les rendre public. tu descend plus bas les koglweogos et tous ceux qui pense comme eux.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 11:38, par Tinto
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Bonjour Chers Amis,
    Je voudrais qu’un seul internaute nous apporte la preuve comme quoi les voleurs ont des lits douillets à la gendarmerie et au commissariat et avouent qu’ils ont volé ou qu’ils ont assassiné un citoyen honnête de ce pays. Si vous voulez savoir ce que ça veut dire sévices corporels, traversez les murs des gendarmeries et des commissariats et vous serez édifier. Arrêtez de crier sur les koglwéogo car on ne peut pas vouloir une chose et son contraire. Ce n’est pas parce que eux ils punissent les voleurs à l’air libre que vous dites qu’ils sont méchants, allez filmer ces mêmes punitions dans les gendarmeries et les commissariats et venez nous les mettre sur facebook et nous allons comparer.
    Quand vous tentez de défendre un voleur c’est que vous même vous n’êtes pas cleans.
    Sans rancune.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 11:44, par NEYA Ibrahim
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Le paysan n’a t-il pas droit à jouir comme le ouagalais qui mange dort profite des femmes ?
    le paysan est il inférieur au bobolais ?
    c’est pas ce pauvre forçat grâce a qui vous avez régulièrement vos salaires parce que son coton est le plus gros contributeur au taux du PIB. Nous sommes ingrat nous les enfants gâtés du système français nous sommes égoïstes .que nos pauvres frères au villages meurent parce que nous accaparons tous les biens faits de la sécurité. nous contribuons moins au PIB du pays. nous sommes des budgétivores nous ne pouvons pas nous payer nous mêmes.Tous ces hommes qui se disent intellectuels qui jacassent à longueur de journée que koglowéogo n’est pas bon proposez nous en lieu et place de nos vaillants soldats de la brousse un mécanisme sécuritaire qui nous protégera jour et nuit contre ceux qui violent nos dignes et brave épouses paysannes qui nous tuent sur les pistes rurales qui assiègent nos villages entiers au su et a la barbe des fds mal équipés. Savez-vous comment nos braves fds assurent la patouille en campagne ? Vous avez raison vous êtes en ville vous ignorez tout de la brousse. Les FDS se déplacent à 2 sur une moto SANIL ou HABAO munis de 2 kalachnikov. Quelle posture utiliser pour réagir vite quand ils sont attaqués ? That is question.Connaissez-vous l’état de ces engins face au moyens de locomotion reluisant neufs et rapides des coupeurs.Ayez une compassion pour les pauvres paysans vous ne savez point comment et ou votre vie va se terminer.Vous pourrez un jour la terminer en brousse en haillons dans les champs du Ziro ou de la Sissily.Vous n’êtes

    pas dieu

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 12:16, par traore abdoul-karim
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    J’ai honte quand j’entends parler de ce sujet. J’ai l’impression qu’il y a un non dit à propos de ce sujet. Nous avons l’impression qu’il y à eu un accord entre le MPP et ces troupes si je peux les appeler ainsi au cas ou ça tournait autrement pour faire exactement comme ce qu’il sait passer en cote d’ivoire avec les dossos. Donc pour dire qu’il y a une complicité entre ces troupes et le Ministre. Je félicite la population qui s’est rebellée pour dire non à ces pratiques.
    Notre police ; la gendarmerie ; notre armé nous suffissent.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 12:22, par BB
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Les internautes dénigreurs des Koglwéogo, foutez nous la paix. Il y a une chose que vous ignorez, vous, y compris les syndicats de magistrats, même dans 1000 ans vous ne serez jamais un blanc avec vos copier coller des droits de l’homme du blanc. Vous resterez toujours nègre ici bas avec ses particularités de toujours. Il est temps que vous vous ressaisissiez pendant qu’on y est encore. Le burkinabé n’est pas un sauvage pour s’entretuer comme vous le penser mais non, le burkinabé est intelligent, intègre et a le sens des valeurs sociétales en dehors de vos stéréotypes coloniaux pour vous justifier. Que Dieu donne longue vie à Boukary le lion pour qu’il nous reste toujours utile. Amen.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 12:30
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    victoire au peuple. mort aux délinquants anti koglwéogo.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 12:32, par salou
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    En lisant les commentaires, les arguments des uns et des autres tiennent compte de leur réalité. Comment on peut ne pas soutenir les kolweogo s’ils ont ramené la securité dans les villages ? Ils ont reussi là où l’Etat a failli. Devons nous attendre que des bandits de grand chemins, braqueur viennent nous tuer et nous spolier de nos biens au non d’un Etat de droit ou le droit même à la vie est menacée. Ceux qui parlent d’etat de droit ne savent rien des réalités securitaires de notre pays. Les kolweogo sont le moindre mal pour celui qui a été victime debraquage.on ne peut pas saisir cette dimension si on reste á ouaga. BRAVO AUX KOLWEOGO et zero á l’état.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 12:35, par Pardon
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Le "Lion" traine des "casseroles" pour avoir fui et avoir laissé massacrer ses hommes en 87. De grâce, qu’il reste tranquille et ne se mêle pas d’autres choses. Toutefois, les "Kolweoogo " sont indispensables quand on écoute les villageois. De plus, depuis qu’on parle de ce groupe d’autodéfense, il n’ y a plus de coupeur de routes ! Moi-même, j’en avais été victime. Heureusement, le chauffeur est un professionnel qui a pu nous éviter les tirs en bifurquant. Bref ! Ce groupe est nécessaire car l’Etat n’arrive pas à protéger les villageois. On ne peut pas accepter cautionner des viols, des vols et des crimes en milieux ruraux. C’est injuste. Cependant, ce groupe doit impérativement collaborer avec les FDS. Il doit éviter les tortures sous toutes ses formes. Autre chose, éviter les dérives dans le futur. Car, il semblerait que Boko haram était d’ ancien groupe d’auto défense. Que Dieu nous en garde. Alors, il faut étudier comment encadrer ce groupe pour qu’ il soit efficace et honnête pour protéger le Burkina Faso aux côtés des FDS. Dieu sauve le Faso et bénisse tous ses fils et filles.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 13:27, par Dibi
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Je l’ai dit et je le redis : si ce pays est un Etat de droit, alors force reste à la loi et à la constitution de la République ; et seul l’Etat et ses forces de police, de gendarmerie ont le droit d’exercice de la violence légale. Et seul l’Etat se donne les moyens assez larges et forts pour assurer la sécurité des biens et des personnes.
    C’est même la première condition de la liberté et non l’inverse ; car pour être libre, il faut se sentir en sécurité. Et si un Etat est inapte à assurer la liberté par la sécurité de la république, alors, la révolte contre le régime et la démission du pouvoir devient légitime et légal. C’est donc à tout le régime R. Kaboré-S.Diallo-S.-Compaoré de ne pas jouer avec cette affaire qui va les perdre. On assure l’Etat ou on le l’assure pas !
    Si les juristes, les constitutionnalistes, tout le système judiciaire et de sécurité, les partis de l’opposition qui se murent dans le silence, si personne ne dit rien, c’est que les gens attendent de voir quand la pourriture tombe de l’arbre sans racine. Le processus est enclenché ; tout le reste n’est qu’une question d’échéances si rien ne bouge. Mais le ressaisissement est possible avec un minimum de lucidité et de courage politique qui semble cruellement manquer à la classe politique et au sommet de l’Etat burkinabè.
    Disons le une fois pour toute : c’est à l’Etat et non à des milices d’assurer la sécurité de tous ; c’est à dire notre liberté en tant qu’individus, peuple et nation !
    Et pour en venir à ce Boukary Kaboré dit le lion, je lui lance : Honte à toi, grand débile politique qui ne sait ce qu’est un Etat !
    Je sais depuis que vous comptez parmi les gens qui ont contribué à perdre Thomas Sankara ! Des gens sans étoffe militante, idéologique et humaine !
    Notre pays est riche de ce type d’opportunistes et de traites encore au pouvoir et dans l’opposition !
    Quand on a le sens de l’Etat, on demande au pouvoir de dissoudre et de supprimer les milices koglwéogo et non l’inverse.
    Quand on a le sens de l’Etat et le souci de la Nation, on demande au régime de prendre ses responsabilités, par un déploiement concret des forces républicaines de l’ordre de manière à garantir la sécurité de tous sur l’ensemble de l’étendue du territoire.
    On ne laisse pas trainer en ville et dans l’oisiveté des cabarets, maquis et autres bordels de passes, des forces de sécurité dans le souci se résume à s’occuper du "python" qu’ils ont entre les jambes. Aussi, il est temps de cesser les recrutements fantaisistes et népotiques dans ces corps ; il en va de l’avenir de notre peuple !
    Quand on a le sens de l’Etat, on ne peut douter qu’un ministre parle au nom du gouvernement. C’est le minimum de la collégialité gouvernementale. Ce que semble ignorer ce Boukary qui se prend pour un lion dans cette brousse désormais peuplée de hyènes et de charognards qu’est devenu le Burkina-Faso. Charognards célèbres de Ouagadougou, Ouahigouya, Kaya, Zorgo, Koudougou ….ou Gaoua.
    Pourquoi ce pays connait-il une inflation exponentielle des vols en villes et à la campagne ?
    Rien ne l’explique, en dehors des politiques néocoloniales et néolibérales de pillages, de démission-trahison, d’abandon sociale des couches les plus fragiles, de corruption affairiste au sommet de l’Etat, de privatisations sauvages de services, d’abandon de souveraineté et des domaines régaliens de l’Etat (justice, sécurité, monnaie-finances, diplomatie, éducation-santé) ; toute politique qui génère de la désespérance, du chômage, de la débrouille illégale, de l’opportunisme politique, de la violence sociale et de l’insécurité.
    On se doute bien que Boukary Koutou ou Kaboré dit le lion ne sache pas tout cela. Il n’en a pas la culture ; ce qui a fait de lui, comme de tant d’autres, des desservants-traites à la RDP.
    Alors avec respect et sans rancœur, on va lui demander de profiter de sa retraite et de laisser notre peuple, notre jeunesse, nos paysans et nos travailleurs, se réarmer pour de futures luttes d’unité et de cohésion nationale émancipée.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 15:31, par Dire
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    A entendre ce monsieur on s’aperçoit qu’il cherche à provoquer le ministre simon mais il ne sait pas s’y prendre. Comment peut-on vouloir quelque chose et son contraire ! M. simon agit parce qu’il est le ministre et donc mandaté par le conseil des ministre et par le gouvernement. Il ne peut quand-même pas agir de manière isolé. J’invite les koglweogo à oublier ce travail, à passer à autre chose et à se démarquer de ce individu dépassé par les évènements. Sachez que les koglweogo aussi on le droit de faire des concours de la police, de la gendarmerie et de l’armée mais pour cela il vous faut le bepc.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 15:36, par Saxs
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Mr Piment
    Peut on confier la garde de ses troupeaux a une hyene ? Mr Piment est contre les Koglweogos tout simplement parceque son pain est a la derive etant voleur Lui meme comment suporter Cette action, soit digne et mange a la sueure de ton front au lieu de cambrioler les gens. Mr Piment parle d’etat de droit crois tu que la theorie est meme chose que la pratique meme partout dans les pays develope ya les koglweogos par example la cia, le k9 unit aux USA, le KGB en Russie etc etc ces gens vont te faire disparaitre a la seconde pres si tu es un enemis du peuple donc cest normale chez nous aussi qu’on se debarasse des pourris et des margouillards et si tu crois que ce sont leur Parain qui vont faire le netoyage la detrompez vous. Les wagons suivent la direction de la locomotive.Si tu nas pas honte de voler nest pas honte d’etre ligoter par les koglweogos. Sankara a netoyer tous les bandits et enemis du peuple et qui pouvait parler de voleur a son temps Mr Piment ? Cest quand le lion a perdu ses dents maintenant que la dance du Lou a commence demande d’abord a vos chers elus de justifier leur bien avant de parler dun etat de droit, Mr Piment ya til un policier dans ton village ? et alors. Mais demande aux dirigeants ou se situe ton village ILS sauront te le montrer lors des campagnes apres ILS te diront que ce village n’existe pas au Faso. Un village qui ne peut meme pas au 21eme siecle boire un verre deau potable oublie a la merci des aggresseurs et tu leur demande de ne pas se defendre !!! Mr Piment soyer raisonnable.
    Vive les koglweogos la securite du pays en avant.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 15:39, par ka
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Depuis la nuit des temps, les Kolg-wéogo ont toujours existés pour la securit du monde villageois du Burkina. Je suis pour leur existence suivis des règles sécuritaires bien appliquées, surtout pour les villages isolés. Quant au tourbillon sur Boukary Kaboré dit le Lion, ce n’est qu’un faut débat. ‘’’’Et Simon Compaoré ?’’’’ Si à la place de Boukary Kaboré, c’était un certain militaire Bary, ancien ministre, on en parlera pas autant. Simplement avec ce moment difficile que vivent les Kolg-wéogo économiques, ils ont besoin d’une poule aux œufs d’or pour l’actualité, et cette poule aux œufs d’or pour calmer le jeu, est notre lion National. Les propos sur toutes les formes concernant le pauvre Lion, sont injustifiés et inacceptables, car n’importe qu’elle personne en quête d’actualité fera comme Boukary le lion, sans demandé des comptes à qui que ça soit. Alors cherchons des solutions concrètes pour l’existence des kolg-wéogo, et laissons le lion dans ces folies, car ça ne regarde que lui seul d’être membre de ces kolg-wéogo.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 16:03, par TIENFO
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    L’heure est grave. Je l’ai déjà dit. Je le redis, j’insiste, je persiste et je signe. Asseyons nous et discutons. Il faut organiser des assises nationales sur la question des koglwéogo. Et autour de la table les acteurs concernés : gouvernement, assemblée nationale, partis politiques de tout bord, OSC toutes tendances confondues, syndicats, toutes personnes ou organisation syndicale, etc. Comme on ne peut pas raser un homme à son absence, évidemment il faut fortement associer les koglwéogo à ses assises nationales. Le bras de fer ne conduira nulle part. Sinon au ridicule de part et d’autre. Que chacun joue balle à terre. On parviendra à retrouver l’oiseau rare tant recherché et voulu par tous : la PAIX socle de tout développement.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 16:45, par Cheikh
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    De toutes les manières, à l’officielle question de savoir qui allait tirer le premier entre Simon et les Koglweogos, tout le monde a eu sa réponse. Car en effet, c’est la jeunesse de Ouaga qui a tiré la première. Alors, le ton a été donné, donc que toute la jeunesse du Burkina prenne ses responsabilités où elle se trouve, et c’en sera fini pour ce mal, qui ne mérite même pas de défrayer tant la chronique. Quant au cas insolite du "lion", tout le monde en sait quelque chose maintenant.C’est quand ce monsieur a tout perdu sur un terrain, qu’il part resurgir sur un autre terrain, en s’érigeant en Tartuffe.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 17:02, par bandit
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Bonjour tout le monde sait que le lion a échoué militairement et politiquement donc il est à la recherche de popularité mais il faut qu’il fasse attention sinon cette fois il ne pourra pas fuir le pays ou peut être qu’il veut être candidat des koglwéogo en 2020 qu’il sache qu’il va échouer encore

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 18:30, par Californian
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Les djihadis annoncés de Bassolet. Qui peut me dire qu’ il les a vu.
    Les kolgweogos du MPP et plus précisément de Simon sont partout.
    Le lion a dit que le voleur tué était kolgweogos. Mais il ne dit pas que le kolgweogo tué était voleur. Il y a une différence entre les deux phrases. Ma conclusion est que le mot kolgweogo a perdu son sens d’ antan tout comme bon nombre de mots. Ainsi la nouvelle définition de KOLGWEOGOS = VOLEURS armés et masqués pour tromper la vigilance du peuple. Simon en est le père fondateur.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 19:09
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Rawa ce pays ne va pas reculé mais il a déjà reculé de 15ans. Ça me fait honte quand un "soit disant colonel"de l’armée burkinabe a la retraite se comporte et se s’exprime de la sorte. Un lion insensé, frustré et égaré. Il fait vraiment honte non seulement à notre armée mais également au pays tout entier. De nos jours, un soldat de 1ère classe ne s’exprime même plus de la manière. Cette barbe blanche que vous portez ne vous honore plus. Sans rancune.Idriss.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2016 à 20:48
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Visiblement beaucoup de voleurs et bandits de grand chemin se sont accaparés de l’Internet pour défendre leur activité. On vous a dit ;arrêtez de voler et les koglweogos disparaîtront d’eux mêmes. Qu’est-ce qui est dure dans tout ça. Que personne ne viole les droits de l’autre.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 08:01, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    ’’Maintenant pourquoi certains cachent les armes qu’ils ont ? C’est parce que c’est trop dur pour avoir les papiers’’.

    - Boukary KABORÉ alias ’’Le Lion’’ a Raison ! Pour acheter une arme et pouvoir la porter, c’est la croix et la banière. Et voici le circuit :

    1/- Vous faites une demande d’achat d’arme adressée au Ministre chargé de la sécurité (Demande timbrée à 5.000 frs je crois, avec casier judiciaire et certification de nationalité certificat de résidence),
    2/- Une fois déposée, la Police fait une enquête de moralité sur vous avant qu’on ne vous délivre une autorisation d’achat d’arme,
    3/- Vous allez voir un vendeur d’arme, vous achetez l’arme au comptant ou par tranches, auquel cas vous laissez votre autorisation d’achat d’arme chez le vendeur d’arme, snon la validité de cette autorisation est de 6 mois,
    4/- Après l’achat, vous amenez votre arme chez le prefet et celui-ci vous délivre une autorisation de port d’arme. Seulement à ce moment vous pouvez vous balader avec votre arme.

    Le circuit est de telle sorte que vous pouvez taper un an sans avoir votre arme, sans compter les pourboires que vous allez devoir donner par-ci par-là dans le circuit !

    Et sachez que chaque année vous devez vous acquitter d’un impôt sur votre arme à la Mairie, et le montant dépend de l’arme (pistolet ou arme de chasse calibre 12).

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 08:16, par Fouettage mais pas de bastonnade
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Mon colonel, je suis en partie d’avis avec vous. Il faut chicoter ces voleurs, malfrats et autres. C’est parce qu’on les améne directement en prison, les nourrir cadeau qu’ils sont prêts à recommencer. Il faut les fouetter comme cela se passe en Arabie Saoudite mais pas les bastonner car cela peut amener mort d’hommes.
    10 coups de fouet pour un poulet volé, 20 pour un mouton, 40 pour un boeuf, 50 pour une moto, 500 à 1000 coups de fouet en cas de mort de la victime avec possibilité qu’il soit lui même tué après les coups de fouet.
    On ne peut plus emprisonner les malfrats, coupeurs de route sans chatiment ; ils mangent, dorment, se lavent, tout sur le dos du contribuable et ils ne font rien pour compenser. C’est pour cela qu’ils sont toujours prêts pour refaire leurs bêtises. Il faut les fouetter.
    Signé : L’Etalon Enragé

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 08:25, par DG
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    vivi.....................................................................................................................................................................................................................................................ve le koglwéogo dans les villages et même en ville ;MR le PRESIDENT et son équipe aient pitié de la population ;les voleurs nous tuent et volent sans pitié et vous les soutenez franchement nous sommes déçu, que DIEU sauve la population

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 10:04, par Lionceau
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Question Lefaso .net : Comment se porte votre parti politique, le PUND ?

    Réponse du lion :Notre parti politique, vu vraiment les difficultés qui sont là, même si certains ne veulent pas reconnaitre qu’il y a des difficultés, est en train de vouloir se mettre en retrait pour observer.

    Commentaire lionceau : Moi-même je ne comprends pas les gens quoi !. Avec tout son franc parler ET SES METHODES EFFICACES, pourquoi les gens ne prennent pas la carte de son parti ?. Pire, pourquoi on ne le vote même pas ? Moi j’aurais bien voulu qu’il soit maire de Koudougou sa région natale.

    Annnh ! je comprends. comme il s’est surnommé le lion, vous voulez l’envoyer complètement en brousse quoi ?.

    Je reste convaincu que 80% des forumistes qui défendent le lion ne le prennent pas au sérieux et le lion lui-même devrait s’interroger sur son échec politique malgré son soit disant franc parler et ses méthodes originales prophétisés depuis plus de 15 ans à travers le PUND. A moins que les Burkinabè ne sachent pas ce qu’ils veulent.

    Continuer à jouer à ce jeu avec le Lion et bientôt vous aurez un PF "Bouyin-wibga" (lion épervier). Un vrai monstre à l’image des bêtes féroces des films d’horreur.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 12:54, par Laurent
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Il faut frappé et frappé et refrappé bien même là les choses ne serons plus comme avant, ce qui défendent les voleurs sont les complices de ces voleurs, donc il faut les arrêtez aussi.
    une population consciente c’est celle qui sait se défendre, plus rien ne sera plus comme avant à bon entendeur salut

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 16:23, par Diby
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Moi ce dont j’ai peur c’est que les kolgweogo commencent à s’attaquer aux clients des chambres de passe que nous sommes. Nous qui fréquentons ces maisons closes nous en souffrirons énormément. donc qu’il ne vous traverse pas une seule seconde de fouiner votre nez dans ce milieu.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 17:32, par jan jan
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Le vieux lion devient sénile, au lieu de remercier Dieu de t’avoir permis de vivre jusqu’à ce âge, avec la mort qui t’a cherché avec torche en vain, tu joues ici une fausse note de musique avec ces délinquants d’un autre temps, un peu se sagesse, car souvent vieillesse et sagesse rime ensemble.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 17:35, par marcos
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Mais pourquoi pas un referendum sur le cas "koglgweogo " ? Laissez les Burkinabè decider si oui ou non ils veulent de ces groupes d auto-defence.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 18:40, par EBENEZER
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    "C’est le plus ancien des partis parce qu’il est né depuis 1998 et il n’a pas changé de ligne jusqu’à présent. Donc, il est le père des autres partis. Même si certains partis le dépassent, ils doivent reconnaître qu’ils ont affaire à leur père."
    L’ADF/RDA et je ne sais quels autres vieux partis sont aussi vos fistons ?
    En fait je comprends, l’esprit militaire est toujours là : il faut incliner l’épaule pour montrer ses galons.
    Pourtant des humbles dans l’armée burkinabè on en trouve : l’ancien président Jean Baptiste Ouédraogo et bien d’autres en fonction.
    Je reconnais tout de même que le lion fût un militaire zélé.
    Sans être politicien, je serais étonné que l’on transpose totalement le militaire dans le politique.
    Tout de même courage car je pense qu’aucun ne naît politicien : tout s’apprend .

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 19:40, par EBENEZER
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    " S’ils ne volent plus, nous aussi on ne va plus bastonner" : cela est vrai s’il n ’y a pas de fausses accusations contre "vos voleurs" et si vous prenez le temps pour bien investiguer avant d’infliger les sévices corporels. Si les sévices corporels vont jusqu’à ôter la vie, n’ y a t-il pas un véritable problème ? Je ne doute pas de la bonne volonté de beaucoup de kogléwéogo mais prenez le temps de bien investiguer sinon votre conscience pourra vous réprimer un jour pour des erreurs banales( personnes accusées de voleurs alors qu’elles ne le sont pas que vous aurez torturées inutilement).
    Personnellement je ne souhaite pas qu’un chef traditionnel, un militaire, un responsable religieux( prêtre catholique, imam, pasteur...etc..) ou un homme politique soit en accointance (relations poussées) avec les kogléwèogo au risque de les récupérer un jour à des fins politiques.
    Et si les kogléwéogos se donnaient une durée de vie de 8 à 18 mois et s’ils faisaient une demande d’agreement de leur existence auprès de l’autorité compétente pour s’auto dissoudre une fois que la sécurité serait revenue dans leurs zones de résidence quite à refaire une autre demande de création en cas de nouveau besoin ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 juin 2016 à 19:58, par Lionceau
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    Bon courage Kôrô Yamyélé et autres Vieux Ka, historiens dans l’âme devant leurs propres histoires de courte mémoire.
    Juste quelques rappels

    1- en mai 1983, des gens ont bravé des colonels avec des blindés pour rejoindre vos ennemis jurés d’aujourd’hui "Blaise (31 ans) et Diendéré (28 ans)" à pô (2 pas du Ghana). Ils ont pu obtenir la libération de Sankara et 2 mois plus tard sont venu ENSEMBLE(quasiment les mains nus) le porter au pouvoir et mettre en marche votre révolution.

    2- en octobre 1987, des gens ont bravé vos ennemis jurés d’aujourd’hui "Blaise et Diendéré" et rejoindre votre Lion à Koudougou pour défendre votre révolution interrompue. Votre lion est rentré au Ghana (à plus de 300 km de KDG) ; CONSEQUENCE ces gens ont laissé des veuves et orphelins et votre révolution est resté jusqu’à ce jour inachevé

    Regarder même les derniers évènements vos ennemis jurés d’aujourd’hui "Blaise et Diendéré" n’ont jamais abandonné ceux qui se sont engagés à leurs cotés. Blaise est parti en protégeant carrément ses arrières avec le subterfuge ZIDATESQUE.
    Diendéré aurait pu rejoindre le Ghana quand ça chauffait sur lui, mais il est rester et a sorti tous ces gens d’affaire.

    Donc, à chacun son héros et sa vision.

    Continuer à suivre votre lion. Moi lionceau je sais en tout cas quelle grande gueule ne pas suivre dans ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juin 2016 à 16:57, par ka
    En réponse à : « J’insiste, je persiste et je signe, la bastonnade est la méthode des Koglwéogo pour éradiquer les vols », Boukary Kaboré dit le Lion

    A Jeune Lionceau, Je ne suis ni un historien, ni un griot d’un chef coutumier, pour raconter aux petits poussins, qui veulent par des désinformations de l’histoire de la Haute-Volta au Burkina, et dévier son alternance politique. Ka ne raconte que de ce qu’il a fait, et de ce qu’il a vécu, pour les jeunes qui veulent en prendre, et en trier ce qu’il faut pour l’avenir du Burkina. Parler de l’armée de notre génération qui est de JBO mon promo, sans détaillé les vrais rôles des siamois, est de ne rien connaitre : Parler de notre révolution inachevée sans parler de ses page idéologiques suivis de ces principes d’action révolutionnaires, est d’être un poussin qui se développe dans sa coquille. ‘’’’La Haute-Volta du 19e siècle avec la mission VOULET CHANOINE qui l’a créé pour la colonisé en 1919, n’est plus la Haute-Volta de 1932 avec la suppression de sa colonie, et les repartions de ses territoires, nous racontaient nos parents anciens combattants : Ces mêmes parents qui ont commencé dès 1947 la reconstruction de la Haute Volta. En tout cas, à l’école primaire sous les paillottes, nous avons fleuré la loi cadre, par la suite le referendum de 1958 pour la proclamation de la république de la Haute-Volta devenu le Burkina-Faso qui a vu naître des poussins comme vous qui veulent nous faire une morale primaire, tant dis que nous avons un moral de fer malgré du vécu. En voulant nous donné à Körö Yamyélé et moi des critiques avec de dénigrements, tu sautes beaucoup des paragraphes pour donner prématurément la longévité des personnes qui ont vécu l’histoire de la Haute-Volta et la révolution du Burkina que tu ne connais pas assez.’’’’ Très jeunes dans les pauvres universités de la Haute-Volta jusqu’à Fessart la maison des étudiants Voltaïques à Paris, nous avons créé des partis politiques différents, avec des idéologies différents, marxiste-léniniste, Sociale-démocratique et autres : Après nous avons créé à la surprise totale dans notre continent, une révolution dérangeante à sa tête une personne hors commun appelé Thomas Isidore Sankara avec des idées concrètes, des objectifs concrètes, qui n’étaient pas au profit des impérialistes, et qui ont pris le dessus avec un criminel préparé en avance. Nous n’avons pas baissé les mains, et avec les idées et miettes des partis estudiantines restées dans nos têtes, et comme on dit que l’union fait la Force, 80% des miettes d’idées de plusieurs partis se sont réunis en février 1998 pour un grand parti appelé le CDP, mais l’inconvénient était qu’un criminel en puissance des impérialistes rodait avec force dans le parage dans ses mains, un pouvoir pris dans le sang : Nous étions pour calmer ses ardeurs de tuer pour régner, le mettre à la tête du parti, et a ses cotés une bonne équipe pour le guider a développer nos objectifs qui vont pour le peuple, et ça a donné des résultats positifs que vous voyez dans le Burkina de 2016, et qui continuent d’être développés. Malheureusement dès 2004, des conseillers bidons venus des planètes des ovnis, ont mis la bonne équipe qui étaient autour de l’introverti hors circuits, et le pousser vers l’irréparable, c’est à dire sur r ses vieilles idées de larbin des impérialistes, et qui a réinstauré l’injustice, l’impunité, la corruption à ciel ouvert, jusqu’à une jeunesse, avec un soulèvement populaire lui a fait arrêter ses actions criminels, dont et prit la fuite un 31Octobre 2014 avant 12 heures. Pour te dire jeune poussin dit lionceau, au pays des hommes intègres, il n’y a jamais eu un, sans deux : Il y eu un régime sanguinaire durant 27 ans, ce régime avait un jumeau qui dormait tranquille et attendant son tour, et nous ne sommes pas sortis de l’auberge : Les Zida, les Diendéré, les X, les Y, seront débarrassés a jamais, comme ce fut le cas des compagnons de Thom. Qu’il pleuve ou qu’il neige, le deuxième jumeau fera le temps qu’il veut, jusqu’à un autre soulèvement populaire se débarrasse de lui. Au Burkina, il n’y a pas le dicton du général de Gaul qui a dit :’’’Il faut savoir quitter les choses avant qu’elles vous quittent. Surtout il ne faut pas que le peuple pense que l’unité des RSS est de l’argile, c’est une unité de roc, car le trio sait que leur union commune est l’arme le plus redoutable contre ceux qui veulent les arrêter sur le chemin de la longévité au pouvoir. Et cela a été écrite depuis leur départ du CDP, et s’exécute devant nos yeux. Merci de me lire poussin.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés