Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On ne peut penser à être acceptable aux yeux des autres avant de l’être pour nous-mêmes.» MALCOLM X

Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • jeudi 13 janvier 2022 à 22h45min
Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

C’est la fin d’un processus entamé depuis un bon moment au sein de l’Autorité supérieure de contrôle d’État et de la lutte contre la corruption (ASCE-LC) pour la succession du contrôleur général d’État, Luc Marius Ibriga, dont le mandat était arrivé à terme. C’est désormais chose faite, avec la nomination, ce mercredi 13 janvier 2022 en Conseil des ministres, de Philippe Néri Kouthon Nion, inspecteur du Trésor et Conseiller à la Cour des Comptes depuis avril 2016.

Titulaire d’un MBA en audit et contrôle de gestion, Philippe Néri Kouthon Nion est l’auteur d’un livre qui traite de la problématique de la gestion des finances publiques. Intitulé : « Finances publiques : le manuel du financier burkinabè ».

Également doctorant en Business Administration en audit et contrôle de gestion, Philippe Néri Kouthon Nion est, depuis octobre 2019, Chargé de cours en « Audit, délits et détection de la fraude » au cycle de Master professionnel « Gouvernance et développement » de l’Université Pr Joseph Ki-Zerbo et à l’Ecole nationale des Régies financières (ENAREF).

Philippe Néri Kouthon Nion succède ainsi à Luc Marius Ibriga, qui a prêté serment en décembre 2014.

***********************************************************************
Burkina : Ce qu’il faut savoir sur les prétendants au poste de contrôleur général d’Etat

***********************************************************************

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 janvier à 21:37, par Jean MOULIN En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    Félicitations M. NION
    Puisse Dieu vous guider de la manière vous avez géré la DELF.

    Répondre à ce message

    • Le 14 janvier à 11:42, par Dieudonne Tamini En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

      Merci pour Louis Marius Ibriga pour ce qu’il a fait pour notre pays depuis des années, le professeur Ibriga a été un des fondateurs du Burkina après BC. . Mais is sa direction du Contrôle de l’Etat a donné un goût d’inachevé., il a été un peu terne dans la direction de cette grande institution de notre pays. Je vous donne mon sentiment…

      Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 07:42, par Kyonssadin En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    Félicitations à Monsieur Nion .Bon vent et que Dieu vous assiste pour cette noble mission !

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 08:25, par KingBaabu En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    Bon vent M. Nion. Soyez intraitable, soyez véridique. Beaucoup de courage à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 08:38, par Kouda En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    Bonjour. Félicitations et bon vent au nouvel inspecteur général.
    Je crois que le Master professionnel en Gouvernance et développement est à l’Université Thomas Sankara et non à l’Université Joseph Ki-Zerbo.
    Peut-être qu’un tel master existe aussi à l’Institut burkinabè des arts et métiers (IBAM) de l’Université Joseph Ki-Zerbo. Je n’en ai pas connaissance.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 10:57, par BURKIN’BILA YABRE En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    FELICITATIONS, M. NION Néri Koutou Philippe, jeune et dynamique Gourounsi ! C’est une première (parenté à plaisanterie).

    Cette nomination est la résultante d’une carrière lumineuse et claire au vu de ta compétence, ton amour du travail et surtout du travail bien fait et de ton intégrité sans faille.

    Tu es l’homme qu’il faut à la tête de cette institution qu’est l’ASCE, parce que tu connais l’administration, son mode de fonctionnement, bref, ses rouages. Tu as une aversion de la magouille, du koukous kous et de la corruption sous toutes ses formes et même souvent un peu naïf devant tes frères burkinabè le plus souvent de la lignée de Caïn .

    Tu es jeune et dynamique. En plus des diplômes cités ci-haut par Lefaso.net, tu es avant tout juriste (maîtrise en droit) puis inspecteur du Trésor (donc diplômé de l’ENAREF) depuis plus d’une vingtaine d’année. Tu a ensuite été Directeur des études et de la législation financière (DELF) à la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP) et tu as été à l’origine de textes à caractère financier qui régentent actuellement les finances publiques burkinabè. Tu a ensuite été nommé Inspecteur général du Trésor avant d’être nommé comme conseiller à la Cour des comptes où tu as exercé jusqu’à nos jours. Tu es, aussi, paraît-il, un bon croyant pratiquant. Un bon merca quoi. la prière t’aidera beaucoup devant ces apatrides, ces cannibales et autres carnassiers ennemis de la transparence et de la bonne gouvernance, somme ceux qui sont contre la lutte contre la corruption).

    Si tu réunis tout ça, tu ne peux que réussir, mieux même que ton prédécesseur IBRIGA qui ne mérite pas moins aussi. Pour cela, réclame les moyens que le Président du Faso a promis à l’ASCE ainsi que la signature de tous les textes qu’il a reçus mais ne signent pas et on ne sait pas pourquoi alors que ça pourrait bloquer et rendre même illégaux les actes de l’ASCE dans sa gestion.

    Attention !!!  ! S’il n’y a pas de réelle volonté du pouvoir de lutter contre la corruption (et là, ça semble le cas), si le pouvoir ne te laisse pas libre de tes actes et de ta conduite de l’ASCE-LC et si tu n’arraches pas ton indépendance, tu es foutu ! On va dans ce cas t’utiliser et te jeter comme un chiffon. Donc fais gaffe. Si on t’empêche de travailler ou si les rapports de l’ASCE-LC n’ont pas de suite, DÉMISSIONNE  ! Cela conservera ton intégrité et même ta vie (corps et âme). Tu n’auras pas la chance de IBRIGA parce que lui, il était protégé par des OSC puissantes (MBDHP, RENLAC, CODEL, .. dont les meneurs sont ses anciens potes et camarades de lutte) et même, paraît-il, par des partis de la gauche radicale tel que le PCRV. Donc le pouvoir avait peur de lui. Sinon, il lui aurait créé des problèmes depuiiiiis et déchu de sa fonction. Toi, ce qu’il te faut pour être respecté, c’est l’intégrité, la transparence, l’amour du travail par toi-même et le travail bien fait dans les audits, contrôles (inspections) et investigations menées par tes collaborateurs les contrôleurs d’Etat. Améliore ensuite beaucoup la qualité des rapports d’activités annuelles de l’ASCE-LC. Pour cela il te faudra une bonne direction d’audit interne, un bon risk manager et une cellule d’appui technique composée de gens compétents, intègres et aimant le travail et le travail bien fait, pour suivre et sanctionner étroitement la qualité des travaux de tes collaborateurs et ce, au regard des normes d’audit et de qualité.

    Attention ! Fais attention aux services d’appui qui s’occupent des marchés, des finances, du matériel et du personnel parce qu’une seule question de corruption de gestion gabégique, de gestion en dehors de la non application des textes, de détournement, de favoritisme, de malversations diverses et de mauvaise gestion (dans la passation des marchés, le paiement des dépenses, l’acquisition et la gestion des matières, les recrutements du personnel d’appui et des contrôleurs d’Etat, ...), risque de jeter un fort discrédit sur l’ASCE et la faire sombrer quant à son image de marque, sa renommée actuelle et la confiance du peuple et des bailleurs en elle.

    Pour finir, ton maître te conseille de voir aussi les conditions de travail et de rémunération de tes sbires (contrôleurs d’Etat,...) car tu pourrais vouloir recruter des contrôleurs d’Etat et autres mais en vain parce que personne ne veut venir à l’ASCE à cause du traitement salarial et des conditions de travail non attractifs pour certains emplois au Faso (hauts gradés de l’armée, de la police, de la gendarmerie ; cadres de banque, cadres des finances publiques tels que les inspecteurs des impôts, du trésor et des finances avec leurs Fonds Communs multiples et multiformes ; architectes ; experts en génie civil, , informaticiens de haut niveau,...).

    Pour finir, ton maître te conseille de faire attention à tes collaborateurs (contrôleurs d’Etat,…) car, étant donné que ce sont des gens qui ont fait au moins 10 ans en tant que cadres supérieurs avant de venir à l’ASCE, nombreux peuvent être les politiciens et autres qui peuvent avoir infiltré l’ASCE et qui, pour avoir quelque faveur que ce soit, ne cesseront sans doute pas leurs anciennes pratiques qu’il maîtrisent et qui sont le mensonge, le colportage, le lilib lib, la mesquinerie, la complotite,…, toute chose qui risque de créer un climat de travail pollué pour toi et pour toute l’ASCE et in fine, cela créera le recul de l’ASCE en terme de performance et de bonne image. Fais confiance aux collaborateurs compétents, intègres et véridiques qui n’hésitent pas à te dire ouvertement et franchement ce qu’ils savent et pensent. Ceux-là qui viendront calomnier les autres auprès de toi, sache qu’ils te calomnient aussi auprès de tes collaborateurs (contrôleurs d’Etat,…) créant ainsi toute la zizanie et les ténèbres dont ils sont experts afin d’être considérés par toi et pour être des gens « importants » à l’ASCE. Eloigne-les de toi par toutes les manières. Celui qui vient calomnier quelqu’un, mets-le en face à face avec celui qu’il a calomnié afin que tous les deux s’expliquent. Si tu fais ça une ou deux fois, personne ne va calomnier encore son collègue. Pour ceux qui vont te calomnier dans les couloirs et ailleurs, mets à profit les policiers et gendarmes pour qu’ils enquêtent et te ramènent les infos qui vont te permettre de savoir tout simplement qui est qui afin de savoir qui considérer, à qui te confier et à qui confier tel ou tel travail. A bon entendeur, salut !!!

    Allez, bon vent, Monsieur le Contrôleur Général d’Etat !

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 12:03, par la force révolutionnaire En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    bonjour et félicitation Mr NION
    je vous souhaite beaucoup de courage et d’abnégation,
    Mr IBRIGA a tiré son épingle du jeux avec brio nous attendons de vous de mieux faire.
    Ce ne serait pas facile mais vous avez notre soutien.
    Ne soyez pas comme certains chefs d’état de la CEDEAO ou de l’UEMOA qui sous le prétexte de la solidarité ou de la collégialité acceptent tout et racontent leur vie après.
    Si vous n’êtes pas d’accord vous dîtes non.
    Un responsable doit s’assumer .
    Ne vous faîtes pas utiliser. comme certains chefs d’état de la CEDEAO

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 12:20, par BURKIN’BILA YABRE En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    Web master, tu dors ou quoi ? J’ai fait un post que tu n’as pas publié. Qu’a-t-il de mal ? Stp, laisse-le passer.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 12:21, par BURKIN’BILA YABRE En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    FELICITATIONS, M. NION Néri Koutou Philippe, jeune et dynamique Gourounsi ! C’est une première (parenté à plaisanterie).
    Cette nomination est la résultante d’une carrière lumineuse et claire au vu de ta compétence, ton amour du travail et surtout du travail bien fait et de ton intégrité sans faille.
    Tu es l’homme qu’il faut à la tête de cette institution qu’est l’ASCE, parce que tu connais l’administration, son mode de fonctionnement, bref, ses rouages. Tu as une aversion de la magouille, du koukous kous et de la corruption sous toutes ses formes et même souvent un peu naïf devant tes frères burkinabè le plus souvent de la lignée de Caïn .
    Tu es jeune et dynamique. En plus des diplômes cités ci-haut par Lefaso.net, tu es avant tout juriste (maîtrise en droit) puis inspecteur du Trésor (donc diplômé de l’ENAREF) depuis plus d’une vingtaine d’année. Tu a ensuite été Directeur des études et de la législation financière (DELF) à la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP) et tu as été à l’origine de textes à caractère financier qui régentent actuellement les finances publiques burkinabè. Tu a ensuite été nommé Inspecteur général du Trésor avant d’être nommé comme conseiller à la Cour des comptes où tu as exercé jusqu’à nos jours. Tu es, aussi, paraît-il, un bon croyant pratiquant. Un bon merca quoi. la prière t’aidera beaucoup devant ces apatrides, ces cannibales et autres carnassiers ennemis de la transparence et de la bonne gouvernance, somme ceux qui sont contre la lutte contre la corruption).
    Si tu réunis tout ça, tu ne peux que réussir, mieux même que ton prédécesseur IBRIGA qui ne mérite pas moins aussi. Pour cela, réclame les moyens que le Président du Faso a promis à l’ASCE ainsi que la signature de tous les textes qu’il a reçus mais ne signent pas et on ne sait pas pourquoi alors que ça pourrait bloquer et rendre même illégaux les actes de l’ASCE dans sa gestion.
    Attention !!! ! S’il n’y a pas de réelle volonté du pouvoir de lutter contre la corruption (et là, ça semble le cas), si le pouvoir ne te laisse pas libre de tes actes et de ta conduite de l’ASCE-LC et si tu n’arraches pas ton indépendance, tu es foutu ! On va dans ce cas t’utiliser et te jeter comme un chiffon. Donc fais gaffe. Si on t’empêche de travailler ou si les rapports de l’ASCE-LC n’ont pas de suite, DÉMISSIONNE ! Cela conservera ton intégrité et même ta vie (corps et âme). Tu n’auras pas la chance de IBRIGA parce que lui, il était protégé par des OSC puissantes (MBDHP, RENLAC, CODEL, .. dont les meneurs sont ses anciens potes et camarades de lutte) et même, paraît-il, par des partis de la gauche radicale tel que le PCRV. Donc le pouvoir avait peur de lui. Sinon, il lui aurait créé des problèmes depuiiiiis et déchu de sa fonction. Toi, ce qu’il te faut pour être respecté, c’est l’intégrité, la transparence, l’amour du travail par toi-même et le travail bien fait dans les audits, contrôles (inspections) et investigations menées par tes collaborateurs les contrôleurs d’Etat. Améliore ensuite beaucoup la qualité des rapports d’activités annuelles de l’ASCE-LC. Pour cela il te faudra une bonne direction d’audit interne, un bon risk manager et une cellule d’appui technique composée de gens compétents, intègres et aimant le travail et le travail bien fait, pour suivre et sanctionner étroitement la qualité des travaux de tes collaborateurs et ce, au regard des normes d’audit et de qualité.
    Attention ! Fais attention aux services d’appui qui s’occupent des marchés, des finances, du matériel et du personnel parce qu’une seule question de corruption de gestion gabégique, de gestion en dehors de la non application des textes, de détournement, de favoritisme, de malversations diverses et de mauvaise gestion (dans la passation des marchés, le paiement des dépenses, l’acquisition et la gestion des matières, les recrutements du personnel d’appui et des contrôleurs d’Etat, ...), risque de jeter un fort discrédit sur l’ASCE et la faire sombrer quant à son image de marque, sa renommée actuelle et la confiance du peuple et des bailleurs en elle.
    Pour finir, ton maître te conseille de voir aussi les conditions de travail et de rémunération de tes sbires (contrôleurs d’Etat,...) car tu pourrais vouloir recruter des contrôleurs d’Etat et autres mais en vain parce que personne ne veut venir à l’ASCE à cause du traitement salarial et des conditions de travail non attractifs pour certains emplois au Faso (hauts gradés de l’armée, de la police, de la gendarmerie ; cadres de banque, cadres des finances publiques tels que les inspecteurs des impôts, du trésor et des finances avec leurs Fonds Communs multiples et multiformes ; architectes ; experts en génie civil, , informaticiens de haut niveau,...).
    Pour finir, ton maître te conseille de faire attention à tes collaborateurs (contrôleurs d’Etat,…) car, étant donné que ce sont des gens qui ont fait au moins 10 ans en tant que cadres supérieurs avant de venir à l’ASCE, nombreux peuvent être les politiciens et autres qui peuvent avoir infiltré l’ASCE et qui, pour avoir quelque faveur que ce soit, ne cesseront sans doute pas leurs anciennes pratiques qu’il maîtrisent et qui sont le mensonge, le colportage, le lilib lib, la mesquinerie, la complotite,…, toute chose qui risque de créer un climat de travail pollué pour toi et pour toute l’ASCE et in fine, cela créera le recul de l’ASCE en terme de performance et de bonne image. Fais confiance aux collaborateurs compétents, intègres et véridiques qui n’hésitent pas à te dire ouvertement et franchement ce qu’ils savent et pensent. Ceux-là qui viendront calomnier les autres auprès de toi, sache qu’ils te calomnient aussi auprès de tes collaborateurs (contrôleurs d’Etat,…) créant ainsi toute la zizanie et les ténèbres dont ils sont experts afin d’être considérés par toi et pour être des gens « importants » à l’ASCE. Eloigne-les de toi par toutes les manières. Celui qui vient calomnier quelqu’un, mets-le en face à face avec celui qu’il a calomnié afin que tous les deux s’expliquent. Si tu fais ça une ou deux fois, personne ne va calomnier encore son collègue. Pour ceux qui vont te calomnier dans les couloirs et ailleurs, mets à profit les policiers et gendarmes pour qu’ils enquêtent et te ramènent les infos qui vont te permettre de savoir tout simplement qui est qui afin de savoir qui considérer, à qui te confier et à qui confier tel ou tel travail. A bon entendeur, salut !!!
    Allez, bon vent, Monsieur le Contrôleur Général d’Etat !

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 13:46, par Zième Léon DABIRE En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    Bonjour. Mes vives félicitations au nouveau Contrôleur Général de l’Etat ! Que Dieu, le tout puissant t’assiste et te couvre de son contrôle, sa grâce et surtout de sa miséricorde !!!!
    Bon vent pour une excellente réalisations de vos visions !

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 16:26, par le citoyen En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    Félicitations à M NION
    Sois toi même et donne le maximum de toi même.
    Que Dieu t’accompagne !

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 17:56, par leuk En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    Félicitations.Ta jeunesse sera contre toi face à certains dinosaures du système. Si c’est difficile, ce serait mieux de démissionner dignement au lieu de te tremper dans des babioles ou être une marionnette.Conseil d’un grand frère.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 20:01, par Bernard Luther King ou le Prophète Impie En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    Merci à Toi internaute 5 "BURKIMBILA YABRE". J’ai eu quelques reponses à des questions.
    1) Et je suis d’avis avec toi YABRE, M. le Controleur General de l’ASCE, si on t’empêche de travailler, DEMISSIONNE !
    2) Merci à LefAso.Net pour les liens des articles precedents. JE me rejouis de voir mon pronostics se realiser quand je classais les 3 ou 4 candidats au poste de Controleur General de l’ASCE. Voici je ce que j’avais dit le 6 oct 2021 dans l’article :
    "A la lumière de certaines interventionns, voici mon verdict :
    - 1er : Philippe Neri Nion sous reserver d’enquête de moralité et patriotisme. Les PRO : à priori independant, qualifications pertinentes.
    - 2eme : Justin Jean Baptiste Bouda : sous reserve de savoir pourqoui sous la Transition, il a été sauté en Conseil de Ministre en 2015. Les PRO : très experimenté. Les CONS : sauté en Conseil de Ministre
    - Dabiré Constantin : Eliminé pour lien d’interêt criard avec le regime en place.
    - NB : Bonne moralité ne veut point dire quelqu’un qui a n’a rien commis. Il faudra de plus avoir fait preuve de patriotisme, d’integrité morale active."

    Et voilà que mon aventure ideationnelle s’est revelé concluant.
    3) M. Luc Ibriga avait demandé lors de son investiture l’operationnalisation des pôles judiciaires economiques selon l’article de LeFaso.net. Ca fait dejà 7ans. Presque riien n’est fait. Resultat, on peut pas juger comme il se doit les crimes economiques. Autrement dit, une forme de "l’impunitarisation" des delits et crimes economiques. Merci à LeFaso.Net, remarquez que Luc Ibriga a été nommé moins d’un mois après l’Insurrection de 2014. Comme quoi, la volonté de changement a vraiment existé mais été vite vampirisée par la suite.
    4) Que Dieu Benisse Luc Ibriga et tout ses collaborateurs de l’ASCE qui se sont battus comme ils le pouvaient, un travail technique de precision à lire certaiones publications de certains journaux.
    Que Dieu benisse aussi le REN-LAC et toute la Presse Burkinabè à mon avis inegalée dans la sous-region Ouest Africaine.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier à 17:52, par Le patriote burkinabè En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    Monsieur, NION, avant de commencer, il faudra faire une vraie cartographie des risques de l’ASCE assortie d’un audit organisationnel, un audit du personnel de soutien (intégrité, compétences, adéquation diplôme/profil-poste de travail, compétence et qualité managériale des responsables) et même des contrôleurs d’Etat ( intégrité, compétence, adéquation diplôme/profil-poste de travail, compétences et qualité managériale des responsables) et surtout l’audit de la gestion financière et comptable de l’ASCE-LC depuis 2014 par exemple à nos jours. Ça te permettra de voir clair et surtout de nettoyer ou clarifier là où il faut avant de t’asseoir.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 15:24, par Le vigilant En réponse à : Burkina : Philippe Néri Kouthon Nion, le nouveau contrôleur général d’Etat

    "Le patriote burkinabè", je te soutiens. C’est souvent dans ces grandes boîtes où on pense que tout est clean qu’on trouve de ces choses sales et indignes de ceux qui les dirigent et dont on dit du bien pour ce qui concerne leur intégrité, droiture, et dignité alors que c’est tout-à-fait faux. Si on n’approche pas une poule, on ne sait pas qu’elle pète.
    Pour avoir côtoyé deux ou trois entrepreneurs qui ont fait des prestations à l’ASCE, il se susurre tous les responsables et leurs agents des structures d’appui telles la DAF, le bureau comptable des matières et le service des ressources humaines sont tous corrompus de la tête aux pieds et cela, sous la bénédiction et le laissez-aller des premiers responsables de l’ASCE dont M. IBRIGA et son adjoint. Voilà pourquoi je soutiens le forumiste "Le patriote burkinabè" sur l’audit de la gestion financière, comptable ( et du personnel) de l’ASCE. D’ailleurs, il faut balayer tout ce personnel d’appui pourri si cela est vrai, avant de t’installer car il peut salir facilement à ton insu ta boîte à travers leurs deals et autres combines. Amène des agents neufs vertueux et compétents pour animer la DAF, le bureau comptable des matières, la comptabilité et le service des ressources humaines et ouvre l’oeil sur eux à travers des audits mensuels que tu institueras et que tes contrôleurs d’Etat peuvent t’aideront à faire, vu leurs profils. Tu en feras de même pour les contrôleurs d’Etat par des cabinets d’audit compétents et intègres, pour ce qui concerne leur compétence réelle et leur intégrité.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Vie chère à Ouahigouya : Consommateurs et commerçants déplorent la situation
Dépolitisation et renforcement de la méritocratie au sein de l’administration publique : Un avant-projet de loi en cours de validation
Journée internationale du vivre-ensemble en paix : « Il y a aucune raison de ne pas croire à notre capacité de nous redresser et d’affirmer que nous existons », lance le ministre d’Etat Yéro Boly
Le Droit et le métier de Juriste avec Aurelie Compaore
Commémoration de la journée de l’infirmière : Le conseil de l’ordre des infirmiers de la région du Centre-ouest ne déroge pas à la règle
Avis de recherche : Sidibé Ramata, porté disparu depuis le 13 mai 2022 dans le quartier karpala
Éducation au Burkina : Les acteurs à l’école de la statistique de l’éducation non formelle
Bam : Bassinko en partage solidaire des personnes déplacées internes (PDI)
Droits humains et droit international humanitaire au Burkina : Les projets des trois derniers rapports périodiques 2015-2020 en cours de validation
Auto-emploi au Burkina : Les étudiants de l’université de Norbert Zongo à l’école l’entrepreneuriat communautaire
Lutte contre la drogue au Burkina : L’association LYDIE mène la croisade en milieu scolaire
Super Léo : La nouvelle farine infantile fortifiée en vente à Ouagadougou
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés