Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par LEFASO.NET • mardi 16 juillet 2019 à 23h10min
Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

C’est sur sa page Facebook que le Pr Abdoulaye Soma, a rompu le silence, sur l’affaire qui l’oppose au Pr Augustin Loada dans l’affaire du CAMES.

Il promet dans les prochains jours de revenir en détail sur le dossier « sur la base d’informations et de documents authentiques pour éclairer tous ceux intéressés d’émettre des opinions avisées ».

D’ores et déjà, il se montre intransigeant sur ses principes : « (…) Je n’accepterai jamais que la carrière, le progrès, la chance, le bonheur ou la vie des gens soient pris en otage par des blocages des autres ».

Lire aussi : 41e session des travaux du Cames à Bangui : « L’absence des Burkinabè plonge un peu plus les candidats dans l’inquiétude », soutient le professeur Albert Ouédraogo

LIRE AUSSI : CAMES : Le Professeur Augustin Loada suspendu des travaux de la 41e session des Comités consultatifs interafricains

A LIRE AUSSI : Suspension du professeur Loada du CAMES : La version des faits par le ministre burkinabè de l’Enseignement supérieur

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 16 juillet à 12:20, par Lionel O. En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Le linge sale se lave en famille et non en public. Demain appartient à demain. Soyons humble et recherchons des solutions win-win.

    Répondre à ce message

    • Le 16 juillet à 12:42, par Youba En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      Il ya des linges sales qui se lavent en publique, afin d’en dissuadé quiconque voudra rependre de tel salissure. J’invite le Pr Soma à aller jusqu’au bout, car nombreux sont les carrières brisées injustement.
      Il faut que ça cesse et maintenant...

      Répondre à ce message

      • Le 17 juillet à 11:12, par Sidpassata-Veritas En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

        - Monsieur Youba, admettons avec vous qu’il ait des linges sales à laver en public, quel est l’intérêt de cette réaction de Dr Soma qui prend le public à témoin maintenant tout en renvoyant à plus tard la divulgation des preuves dites irréfutables en sa possession ? S’il prend le public à témoin, qu’il publie alors ses preuves. S’il estime que ce n’est pas encore le moment, alors qu’il garde donc la réserve jusqu’au jour où il pourra donner une parole publique incontestable.
        - Les citoyens burkinabè feraient mieux, pour leurs réactions à ce sujet, de garder la neutralité appréciable du ministre qui ne prend partie ni pour l’un, ni pour l’autre. Tous deux (LOADA et SOMA) ont déposé chacun une plainte, l’un contre l’autre. Que le CAMES et les autorités Burkinabè attendent sagement l’aboutissement des procédures en cours avant toute décision. D’ailleurs, tous ceux qui se contentent de leurs impressions et ressentiments pour prendre partie, prennent le grave risque de hurler avec les loups avides de sang innocent. Le professeur n’est pas nécessairement coupable et l’étudiant nécessairement victime. Quand on accuse, il faut prouver, sinon il devient trop facile de diffamer les uns et victimiser les autres.
        -  Pour sa manifestation incontestable, la vérité attend toujours son temps et commence par épuiser le mensonge. ATTENDONS DE VOIR car « la patience est un chemin d’or » et ce n’est pas qu’un dicton, c’est la voie de la sagesse !

        Répondre à ce message

    • Le 16 juillet à 13:07, par Bill En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      Dites nous c’est où la famille ? Il a adressé une plainte le concernant à qui de droit concernant sa carrière et vous parlez de famille... L’Afrique....

      Répondre à ce message

    • Le 16 juillet à 13:48, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      - Mon frère Lionel O., il y a des moments où il faut sortir le linge sale en public. Si en famille on refuse de t’écouter, on met tous les obstacles devant toi, on te refuse des solutions, alors tu cries fort pour qu’au dehors on voit et entende, et vous aide à trouver une solution.

      Autant le proverbe dit : ’’Le linge sale se lave en famille’’, autant un autre proverbe dit : ’’Si le masque sort, danse et ne voit personne autour de lui, que le masque lui-même crit, alerte les gens sur sa sortie et les invite à venir le regarder et danser avec lui’’.

      - Au Burkina Faso, si tu te tais trop, tu meurs en silence tout seul. Merci mon frère.

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 16 juillet à 14:58, par Homme de Bangui En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

        Le cas du Pr SOMA, n’est pas isolé, il y a beaucoup de cas de blocage de carrière même en ce moment concernant tous les CTS au CAMES. Surtout au niveau du CTS Médecine avec des Professeurs qui pactisent avec d’autres nationalités pour bloquer leurs candidats et de bonnes volonté les raisonnent en vain pour qu’ils abandonnent leur méchanceté. Les plaintes de Burkinabè contre leurs compatriotes méchants, injustes et impartiaux devant le CAMES (ce que d’autres appellent public et non famille) ne sont qu’à leur début, c’est même le début du commencement, bcp de plaintes fortes vont suivre devant le Comité d’éthique et de déontologie du CAMES pour la suspension ou la radiation de certains Profs. Attendez seulement de voir le grand match. Il faut dénoncer et combattre le mal et l’injustice par tous les moyens.

        Répondre à ce message

      • Le 17 juillet à 06:46, par Kabore En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

        Bjr koro yamyele

        tout a fait d’accord Avec toi.
        Y’a trop d’injustice au Burkina Faso et plusieurs personnes vivent frustrées voyant les droit bafoués.
        Le burkinabe nouveau doit refuser de vivre dans l’esclavage et le mutisme

        bonne journee

        Répondre à ce message

      • Le 17 juillet à 09:54, par Kiriki En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

        Bonjour. Merci mon KORO YAMYELE. Je nai pas rien a ajouter sauf écrire les cinquante caractères. Mais petit conseil ultime de petitfrere à SOMA. Prend garde de ce que tu veux publier. Reste juste dans l’accusation. Que ALLAH vous guide Loada et toi. Qu’il illumine vous 02 coeurs. Qu’il couvre vos dépassements. Amine

        Répondre à ce message

      • Le 17 juillet à 11:42, par Kiriki En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

        Bonjour. Merci mon KORO YAMYELE. Je nai pas rien a ajouter sauf écrire les cinquante caractères. Mais petit conseil ultime de petitfrere à SOMA. Prend garde de ce que tu veux publier. Reste juste dans l’accusation. Que ALLAH vous guide Loada et toi. Qu’il illumine vous 02 coeurs. Qu’il couvre vos dépassements. Amine

        Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 12:34, par Youba En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Pr Abdoulaye Soma, vous avez mon entière soutien. Il faut que ce genre de pratiques cessent. J’ai vu des carrières brisées injustement, des opportunités refusées par pur méchanceté.

    J’ai assisté impuissamment à un refus de signature pour le bonheur d’un Agent de la fonction publique pour poste très juteux à l’international. Jusque aujourd’hui j’ai mal quand j’y pense. Ce dernier a été remplacée par un Sénégalais.

    Je suis conscient que si le SG du CAMES a suspendu Loada des travaux, c’est qu’il y a belle et bien des preuves. Si Loada est coupable, il faut qu’il soit sanctionné. Ce type d’individu ne doivent plus diriger quoi que ce soit au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 12:38, par Lo En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Le fait même de signer Professeur alors qu’il n’est qu’un Maître de conférences pose problème. S’il incarne les valeurs qu’il prétend défendre, il devrait voir qu’il est entrain de faire une usurpation de titre. Pour le Cames, ne peuvent signer Professeur ou se faire appeler Professeur que les Professeurs Titulaires. Il devrait être poursuivi par le Cames pour cette infraction grave !!!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 16 juillet à 14:29, par Kôrô Yamyélé En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      - Lo, ce sont encore les NÈGRES qui s’encombrent avec ces détails ! Professeur, Docteur ou Paysan comme moi, chacun à son rôle et personne ne doit être injuste et égoiste enver l’autre !!! Vous êtes plus nuisibles au développement de ce pays avec vos titres ronflants !!!

      Par Kôrô Yamyélé

      Répondre à ce message

      • Le 17 juillet à 13:02, par zama noma En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

        Merci Kôrô Yamyélé. Les Burkinabés sont méchants dans leur rigueur surtout sur le plan académique. Faites un tour sur les résultats au bac, vous remarquerez que les élèves peinent pour avoir les mentions. Par contre, dans les autres pays, même en Europe, nos élèves qui gagnent pas les mentions au pays sont les meilleurs dans les autres pays. C’est bien, parce qu’on se dit que l’élève est bien formé, cependant, s’il s’agit de sélectionner les meilleurs élèves au plan international en tenant compte des notes au bac, nos élèves sont ne pas les meilleurs. Nos élèves perdent les bourses à causes de cette rigueur méchante qui semble être ancrée dans nos cultures d’éducations. Je suis pour la rigueur mais celle qui motive la création, qui encourage le mérite, qui aime le partage de la connaissance et qui facilite l’accès au grand nombre.

        Répondre à ce message

    • Le 17 juillet à 13:17, par OL En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      LO, je ne te comprends pas, combien de professeurs titulaires sont là dans nos pays improductifs. C’est la recherche de titres ronflants, être à la première place lors des cérémonies et plus rien. Avec cette pléthore de professeurs titulaires que peut fabriquer le Burkina Faso ? SI le ridicule tuait !
      Ce qui est sûr ce guéguerre met à nu, une particularité des burkinabè nuire à compatriote. Que les preuves l’attestent où non, le problème est là. Quand un burkinabè est dans une institution si son compatriote ne lui cire pas les "souliers" il n’ira nul part. Les tares de l’administration publique ont été transportées dans les institutions sous - régionales et internationales. C’est un non - burkinabè qui reconnait le mérite d’un burkinabè et fait sa promotion. Je félicite et encourage ces dignes fils du pays des hommes intègres qui se battent pour rester droit dans leurs bottes !
      Webmaster la vérité ne casse pas les yeux, elle les rougit. Merci de laisser passer !

      Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 12:40, par Shalom En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Dr SOMA, comme l’a dit Lionel, le linge sale se lave en famille. Cette affaire aurait se régler entre vous et le Pr LOADA avec l’aide de personnes ressources au niveau du Burkina Faso. Je ne sais pas si vous mesurez la mauvaise publicité que cette affaire a faite à notre pays. C’est d’autant plus une honte que c’est notre pays qui abrite le siège du CAMES.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 12:48, par Bigbalè En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Mr SOMA, c’est exactement ces détails que l’opinion publique attend pour se faire une opinion notamment les jeunes que vous formez dans nos Universités. Ils (les jeunes) ont besoin de repères moraux sûrs pour avancer dans la vie et ce qui s’est passé à Bangui devra être une leçon pour les futurs responsables de ce pays. On espère alors que les détails annoncés nous permettront aussi d’avoir une image vraie de vous, l’actuelle génération des enseignants du Supérieur surtout que certains de vos étudiants vous accusent de prendre leur avenir en otage, de les empêcher de progresser ! A entendre ces étudiants, c’est exactement ce que vous reprocher à certains de vos collègues que nombre d’enseignants du supérieur font subir à des milliers de pauvres étudiants ! Dieu est bon et juste ! Bon courage !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 13:04, par Passakziri En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Faut pas nous fatiguer Avec des Posts inutiles. En résumé, que nous apporte ce texte de nouveau ? rien. Professeur ou pas, vous aimez parler beaucoup sans poser d’actes concrets.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 13:30, par sidbala En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Il n’y a pas de fumé sans feu, LAODA n’est pas ne de la première pluie, SOMA non-plus, il sait ce qu’il avance, que chacun s’assume, c’est souvent le de se taire qui fait chacun abuse de son autorité, que justice soit faite et que plus jamais, on ne marche sur les plates bandes des honnêtes citoyens.

    Si LOADA à triché qu’il s’assume et plus jamais on ne nous chante pas son patriotisme, alors que l’on piétine allègrement les droits des autres.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 14:07, par mala En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    "Il n’y a pas de petites bagarres" disait Hampaté Bah. Cette affaire va coûter très cher même aux personnes que vous ne soupçonnez pas. Des têtes doivent tomber sinon c’est l’honneur de notre pays même qui est bafoué et piétiné par des messieurs aux petits pieds qui se foutent de notre intégrité. Après avoir transformé le CAMES en caverne d’Ali Baba, il arrive à cogner la tête des uns contre celle des autres au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 14:15, par caca En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Je ne connais pas le fond du dossier, mais connaissant le système burkinabè où le blocage des carrières est une réalité, j’apporte mon soutien au Professeur SOMA. C’est ça aussi l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 14:28, par Razambwende En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Félicitations et bon courage au Professeur Abdoulaye SOMA. Toute la jeunesse consciente et intègre du Burkina Faso vous soutiens fermement afin de manifester à la lumière toutes les œuvres des ténèbres et coups bat orchestrés contre la basse classe par certains supérieurs. Professeur SOMA, prenez soins à ce stade de multiplier les preuves et de les mettre au moins en plusieurs lieux sûr avec des hommes de confiance sûrs pour éviter de les perdre en cas d’une situation quelconque : vol, vandalisme, arrestation suivi de perquisition etc. Soyez prudent car le monde d’aujourd’hui est aussi méchant que les HOMMES n’aiment pas la vérité et surtout beaucoup se développent du mal qu’ils procurent aux autres.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 15:04, par mala En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    J’espère bien de ce SG CAMES ne va pas passer à la police des frontière ici.

    Répondre à ce message

    • Le 17 juillet à 00:48, par Zamukule En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      Et qui va l’en empêcher ? Il a un statut de diplomate à ce que je pense en vertu de l’accord de siège...

      Répondre à ce message

      • Le 17 juillet à 11:48, par Bantchandi En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

        Zamukule, malgré tout des diplomates peuvent être arrêtés et expulsés, quand tu foules au pieds l’honneur d’un pays. Être diplomate, n’est pas une fin en soi et ne te met pas à l’abri de tes actes. j’ai vu au Sénégal et en france des personnes brandir leurs passeport diplomatique qui a été jeté à leur figure. L’accord de siège ne saurait garantir des comportements tels que le SG a eu. Le Pr. LOADA aurait pu franchir la frontière et être interdit dans la salle ou l’hôtel où se tiennent les réunions, c’était pas plus simple. Je vous dis par saurait été un pays comme le Cameroun abritant le siège du CAMES je vous assure que le SG n’allait plus y mettre pieds. Que le Pr. LOADA est raison ou pas j’estime le SG a franchi le rubicond.

        Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 15:09, par Skal de Banfora En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Ce linge sale il faudra bien le laver en public. Il faut bien qu’on en parle pour que cela cesse à tout jamais. C’est pas sérieux que des enseignants usent de manœuvres malsaines pour empêcher les étudiants d’accéder à des titres et diplômes.
    Pour ma part j’attends impatiemment le grand déballage tant promis. J’espère ne pas être déçu !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 15:11, par mala En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Tout ça pour ça ou il y a autre chose en bas ? Franchement, il faut grandir Soma. On a tous été candidat au CAMES dans des conditions hostiles venant de notre administration. On a vu des lettres confidentielles défavorables, pièces soustraites, campagne de désinformation contre le candidat... Et comme le dit le ministre, si ton dossier est bon, il se défend tout seul. Il y a trop de parole autour de certains dossiers ce qui n’est pas de nature à faciliter la tâche au candidat, à l’instructeur et au CTS.
    "On ne gagne pas une guerre mais une bataille".

    Répondre à ce message

    • Le 16 juillet à 21:09, par Africa En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      Bonsoir mala. Mala dans ma langue maternelle signifie "grand frère". A vous lire donc "mala", on peut déduire votre niveau académique. Je vous en félicite. Cependant, je crois que lorsqu’on a été victime de choses telles que vous les décrivez, il est bon d’empêcher ceux qui suivent de vivre les mêmes injustices, mesquineries et brimades. C’est en cela que le Pr Soma fait œuvre utile en déposant une plainte contre des pratiques dont il s’estime victime. Il n’y a rien de pire que l’oppression intellectuelle. Elle doit être combattue partout où elle se manifeste.
      Du côté du CAMES, je pense qu’il devrait profiter de cette affaire pour se restructurer de manière à garantir son indépendance par rapport aux politiques. Les délégations à ces CTS devraient être l’affaire des universitaires de chaque pays selon des critères académiques acceptés de tous. L’autorité politique doit se limiter à définir les orientations. Cela nous éviterait de transformer un problème académique en une affaire d’Etat comme cela semble être le cas actuellement.

      Répondre à ce message

    • Le 17 juillet à 09:23, par Madjoyogo Hervé En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      M. Mala, j’ai l’impression que vous êtes dans une 4eme dimension ou bien vous souffrez d’une pathologie mentale dont vous ignorez. Vas y dans les universités publiques burkinabe et tu essaie de dénombrer le nombre d’étudiants qui ont été bloqués sans raison valable, en ce moment tu seras épaté.

      Répondre à ce message

    • Le 18 juillet à 10:53, par L’Autre Africain En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      Voici le prototype même du Burkinabè, méchant et mesquin. Donc ce que toi tu as enduré comme souffrance pour accéder à un certain niveau, tu veux que les autres traversent les mêmes embuches sans broncher comme toi quoi ?
      Si tu n’as pas eu le courage de combattre un mal qui a brisé la cursus de tant d’étudiants, pardon, il faut avoir la bienséance de ne pas décourager ceux qui s’insurgent contre cette mafia.
      Sous d’autres cieux, on appelle Professeur, celui a formé d’autres professeurs et pleins de docteurs. Mais chez nous au Faso, les gens bombent la poitrine d’être seul professeur dans leur domaine, tout en cassant toute personne qui veut accéder à leur niveau. Il faut que çà s’arrête maintenant, le savoir n’est pas la chasse gardée d’un clan !

      Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 15:18, par Negblanc En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Déjà quand on commence à évoquer Dieu pour régler nos petits problèmes de terriens ça questionne cas 😶 !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 15:34, par Ediffier En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Dans le benefice du doute nous attendrons les preuves dont parle Soma, mais esperons que ce ne soit des preuves ediffiantes a la Simon Compaoré comme dans l’affaire Barry

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 15:42, par Manuel En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Bonjour,
    J’ai vraiment honte de lire certains et du même coup j’ai peur pour mon pays.
    Un Burkinabè se sent lésé et on demande au nom d’une famille qui n’en est pas une de laver le linge en son sein. Bon Dieu, il s’agit de la vie des gens.
    Demandez à de nombreux étudiants de l’UO ce qu’ils ont subi dans cette université : des brimades, des retraits de points pour leur priver de mention et j’en passe.
    Je ne connais pas le fond du problème, mais les versions des deux nous permettront de mieux comprendre ce qui arrive.
    Quittez une fois pour toutes cette posture de toujours condamner sans connaître le fond des choses.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 15:49, par panga En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    il ya beaucoup de carrières brisées a cause de certaines personne qu on défend inutilement. L habit ne fait pas le moine. Quand dans nos universités on commence a distribuer des notes ``sexuellement transmissibles`` aux étudiantes, ben naturellement on grandit et on gagne en échelon. Faites éclater la vérité. ca fait trop d année que ca dure.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 15:51, par Africa En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Que des universitaires burkinabè se mettent les batons dans les roues pour freiner l’ascension des plus jeunes est un secret de polichinelle. C’est dans l’ADN social national, quel que soit le secteur d’activité. Mais, c’est tout de même honteux de déportrer ces méchancetés bien de chez nous dans les instances académiques supra-nationales au point de contrarier les autres pays et d’obliger le SG du CAMES à faire preuve de fermeté et d’intrangigeance vis-à-vis de l’autorité politique pour préserver l’indépendance du CAMES en tant que creuset de l’excellence académique.
    Le Professeur Abdoulaye Soma devrait être une fierté nationale pour les patriotes qui rêvent de grandeur académique pour ce pays. Le Pr Abdoulaye Soma a décroché son doctorat dans la prestigieuse faculté de droit de l’Université de Genève en Suisse avec une note de plus de 19 aur 20. Il renonça à toutes les offres pour revenir partager son savoir dans l’université qui l’a formé en sciences juridiques. Il n’est pas revenu pour mener une bataille de chiffonniers pour des grades.
    C’est pourquoi sa demarche de déposer une plainte est salutaire. Elle pourrait aider à briser les chaînes de l’arbitraire dans ce milieu au profit de jeunes et talentieux universitaires maintenus dans l’ombre pour des raisons obscures loin de la rigueur et de l’objectivité qui caratérisent les instances universitaires comme le CAMES.
    Depuis l’insurrection d’octobre 2014, des universitaires, de surcroît spécialistes du Droit, se sont laissés embarqués dans des décisions les plus contestables : suspansion de la constitution pendant 19 jours pour éviter de l’appliquer, rétablissement de celle-ci avec adjonction dune charte adopter par une poignée de gens au nom du peuple, privation de droits civiques sans procès par ce qui tenait lieu de parlement, etc..
    Mon regret pour ces deux protagonistes du conflit ( Pr Loada et Pr Soma), c’est de croire qu’un brillant universitaire doit necessairement embrasser la carrière politique sous quelque forme que ce soit. On s’expose à ce genre de cabale qui ne grandit personne.

    Répondre à ce message

    • Le 17 juillet à 13:10, par Sidpassata-Veritas En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      Monsieur Africa, vous avez écrit : « Que des universitaires burkinabè se mettent les batons dans les roues pour freiner l’ascension des plus jeunes est un secret de polichinelle. C’est dans l’ADN social national, quel que soit le secteur d’activité. » Comme on le dit, il n’y a pas de fumé sans feu. Cependant je voudrais vous inviter à ne pas continuer comme certains le font ici à propager ce genre de clichés qui généralisent facilement les défauts, alors qu’il s’agit ici d’un cas concret. Avez vous une preuve que le cas qui nous concerne relève réellement de ce problème que vous dites inscrit « dans l’ADN social national, quel que soit le secteur d’activité » ? Sinon, il faut faire comme le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui, prudemment, refuse de trancher pour ou contre l’un ou l’autre en l’absence de preuves et d’éléments objectifs. C’est cela le voie de la raison et de la sagesse que tout le CTS burkinabè a suivi en quittant ensemble les travaux du CAMES à Bangui.
      Il existe fort probablement un grand nombre de travailleurs malhonnêtes au Burkina Faso, mais on ne peut pas, pour autant, soupçonner systématiquement tout travailleur au Burkina de malhonnêteté. Les malhonnêtes ne sont peut-être même pas majoritaires. Les impressions sont trompeuses souvent !
      LA VÉRITÉ NOUS RENDRA LIBRES

      Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 16:01, par warzat En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Il est à noter la grande similarité dans l’approche de la résolution du problème du candidat à la présidentiel, d’avec d’anciens politiciens aptes à faire appel à des relations extérieures pour résoudre un problème interne. Je note par ailleurs qu’il y a bien longtemps que notre pays n’a pas eu de ministre de l’enseignement supérieur qui a aussi bien tenu la baraque. Il serait étonnant qu’il s’adonne à des mesquineries ou en soit complice pour bloquer la promotion d’un des nôtres.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 16:13, par Shalom En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Bien vu LO !. Dr SOMA lui-même ne respecte pas les textes du CAMES en se faisant appeler Prof. Les choses devaient commencer par là. Je ne peux prendre partie pour l’un ou l’autre camp, mais je reste convaincu qu’entre burkinabè, nos 2 universitaires auraient pu demander la médiation de personnes ressources pour les aider à régler ce problème. Mais comme on le dit, à quelque chose malheur est bon. Je souhaite de tout mon cœur que le règlement définitif de ce problème soit le point de départ de l’assainissement de la gouvernance du CAMES.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 16:57, par un passant En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Que l’affaire suive son cours, et que justice soit rendue.
    En attendant, le CAMES doit se reformer. Comment en 2019, on doit faire voyager des delegations entieres et/ou tenir des reunions internationales pour statuer sur la promotions des enseigants/chercheurs, pendant qu’on se plaint du manque de ressources. Si cela etait concevable au depart quand on avait pratiquement une seule universite par pays, il est peut-etre temps d’evoluer. Au Canada ou encore aux USA, l’evalution coute pratiquement rien... pas de nos profs au CAMES savent cela.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 18:23, par citoyen LAMBDA En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Le Pr ,que dis-je le Dr SOMA souffre de la folie des grandeurs .Cet homme en est arrivée à se convaincre qu’il est plus intelligent que tout le monde . Voyez - vous, partout où il a été appelé à de hautes fonctions ,cela s’est toujours mal terminé, tellement l’homme aime regarder tout le monde de haut et se croit supérieur à tout le monde . Savez-vous pourquoi sa collaboration avec le Médiateur du Faso s’est mal terminée ? Directeur de cabinet l’homme entendait se procurer des honneurs et des avantages auxquels sa fonction de directeur de cabinet d’institution ne donnait pas droit . Devant ses prétentions grandiloquentes la bonne Dame a fini par être exaspérée et l’a viré à juste titre .
    Si nous sommes d’accord que le Pr LOADA est le maitre et qu’il lui appartient de juger et de noter la qualité du travail de SOMA pour qu’il passe Professeur titulaire ,il n’ y a pas de quoi fouetter chat si le Professeur juge que le travail de son élève est insuffisant . Un maitre est un maitre et un étudiant est un étudiant dont le travail est apprécié par le maitre . Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’ enseignants d’université qu’il faut changer les règles et s’accommoder de petits arrangements qui nous amènent des Professeurs au rabais
    D’ailleurs, c’est cette folie maladive des grandeurs qui caractérise le Dr SOMA qui le pousse à s’affubler du titre de Professeur ,alors qu’il ne l’est pas encore . A chacun de juger un tel individu . De toute façon pour qui connait LOADA ,il ne se laissera pas trainer dans la boue et la plus grande honte sera pour SOMA .WAIT AND SEE

    Répondre à ce message

    • Le 17 juillet à 10:33, par Kabore En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      Bjr citoyen lamda
      concernant le passage du Dr soma au médiateur du Faso, tu dis dis des non vérité. J’y ai travaillé et en connais des choses. Quand mme Sarah sereme est arrivé au médiateur elle a voulu tout reformer en balayant le dispositif administratif en place. Elle refusait toutes suggestions venant de ses collaborateurs surtout juriste. Son objectif était de pousser à la porte certaines personnes qui donnait vie à l’institution comme le Dr soma qui pourrait lui faire de l’ombre. Avant lui y’a un certain magistrat Dala qui avait aussi démissionné parceque le climat au médiateur était invivable.
      A bon entendeur salut

      Répondre à ce message

      • Le 17 juillet à 11:58, par citoyen LAMBDA En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

        Internaute KABORE merci de me donner entièrement raison . Vous confirmez et consolidez, sans peut-être le savoir ,ce que j’ai dit par rapport au passage du Dr SOMA au Médiateur du Faso .Voilà justement le genre de comportement qui gangrène notre administration publique . Une personne est nommée présidente d’institution . C’est de sa parfaite prérogative d’initier toute reforme ,toute innovation, selon sa vision et ses ambitions pour l’institution dans ses missions . Et il n’appartient ni à vous ,ni au Dr SOMA de vouloir justement lui imposer votre vision ou votre façon de gérer l’institution .En quoi le fait pour une présidente d’institution nouvellement nommée de vouloir réorganiser son administration est une faute ? Certes le DR SOMA et vous mêmes pouvez contribuer ,mais en aucun cas vous ne sauriez imposer votre volonté et votre façon de voir les choses à Mme le Médiateur du Faso .Surtout si vous n’ y mettez pas la manière en venant sur vos grands chevaux de "Pro" d’Université ,et patati patata. C’est Mme SEREME qui a été nommée médiateur du Faso et qui répond de la bonne ou mauvaise marche de l’institution devant le président du Faso et la Nation et non le Dr SOMA .
        Voyez - vous vous venez encore de prouver si besoin en était que votre SOMA qui s’autoproclame déjà Professeur alors qu’il ne l’est pas, se prend bien pour le nombril de la terre ou un omniscient, alors qu’il n’est qu’un vulgaire usurpateur de titre .

        Répondre à ce message

      • Le 23 juillet à 10:33, par duguba En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

        C’est bien Saran qui a nommé Soma non. Elle ne l’a pas trouvé. Et c’est encore elle qui l’a viré non. Franchement votre prof Soma là... Chez moi on dit que lorsque tu penses que tout le monde est contre toi, il faut faire ta propre introspection, là au moins, tu sauras pourquoi les choses sont comme ça.

        Répondre à ce message

    • Le 17 juillet à 11:00, par HIV-AIDS En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      ABABABABABAAAA
      QUAND MÊME N AVEZ VOUS PAS APPRIS DES ÉLÈVES QUI DÉPASSAIENT LEUR MAITRE
      ET PUIS VOTRE MÉDIATEUR A RÉSOLU QUELLE CRISE DEPUIS LORS ?
      LOADA N EST POURTANT PAS PARFAIT !!!

      Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 20:17, par Apparences En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Ceux qui ne connaissent pas Soma vont apprendre dans la douleur à quel point il est malhonnête. S’il y a quelqu’un qui bloque des gens dans leur carrière universitaire, c’est bien lui !!!

    Répondre à ce message

    • Le 16 juillet à 22:03, par Apparences vraiment En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      Apparences,
      Hum ! Beaucoup de Burkinabè aiment idéaliser des gens qu’ils ne connaissent pas vraiment.
      Voilà quelqu’un qui aurait tout fait pour inscrire des étudiants de son institut privé, qu’il gère
      de manière privée, en doctorat de droit à l’université Ouaga 2. Il aurait voulu inscrire ces étudiants en
      lieu et place d’étudiants de l’UFR SJP plus méritants (meilleures moyennes et notes) que les étudiants de son
      institut privé. C’est ce monsieur que beaucoup sur ce forum vénèrent comme un homme droit, juste, qui poursuit des
      causes nobles.

      Répondre à ce message

    • Le 17 juillet à 18:43, par Sonde En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

      Moi je ne le connait le maitre de conference Soma pas mais il y’a quelque chose qui me derange dans son approche. D’abors il se lance comme candidat au presidentielles de 2020 ensuite usurpe le tite de professuer alors qu’il ne lest pas et pour finir il force sa chance pour avoir le titre de professeur titulaire. C’est vrai qu’en politque il n’ya pas de mauvaise publicité du moment qu’on parle de vous ; mais tout de meme, exposer tout le pays de la sorte me gene quelque part.

      Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 20:31, par CAMES=BCEAO En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Après la BCEAO et son franc CFA, il faudrait bien que tous ceux qui aspirent au développement de l’Afrique se mobilisent et obligent le CAMES à se reformer profondément sous peine de suppression, pour être un instrument de progrès du continent et non un Club Africain de Mesquinerie dans l’Enseignement Supérieur. En effet, après le passage de MACRON à Ouaga, lors d’un débat sur RFI au sujet du développement de l’Afrique, j’ai été sidéré d’entendre des officiels et universitaires français plaider pour que le système universitaire africains créé des passerelles de retour ou d’intervention d’universitaires africains enseignant dans les universités françaises. Cela, à leurs dires n’était pas possible parce que le système du CAMES demande à des maîtres de conférence africains des universités françaises de commencer par le grade d’assistant s’il souhaitent apporter leurs expériences et savoir- faire à leur pays ou continent d’origine. Alors, comprenez donc que comme la BCEAO, le CAMES a joué un rôle de retardement de l’Afrique et, les résultats sont très probants : les pays africains sont les plus attardés du monde, avec des universités qui ne participent nullement au progrès de l’humanité. De plus, si de l’intérieur du CAMES on s’accuse de vandalismes intellectuels, alors il faut bien que les pouvoirs publics et la société civile africaine se coalisent comme cela est le cas pour le CFA, pour urgemment mettre fin au vandalisme qui y règne et réformer de fonds en comble la machine séculaire et infernale de contre développement.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 20:38, par TOERE En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Vraiment les burkinabé sont tombés sur la tête. Toujours à réagir par la passion et non par la réflexion profonde.
    Voilà un monsieur,.ce Soma qui s’autoproclame Professeur titulaire et se présente comme tel .Et maintenant il veut forcer avec la complicité du SG du Cames la main au président d’ un jury à en fait régulariser cette escroquerie intellectuelle. On est où là.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 21:06, par Ah oui En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    SOMA, un peu d’humilité ! C’est entre nous mon petit.
    Laisse le Koro tranquille.
    Toi, c’est faire malin et draguer les gos. On se connaît.
    Sois humble !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 22:10, par Justconsul En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Moi j’ai juste une question au CAMES, peut être que je suis hors sujet. Tous ces soit disant Professeurs de medecine qui se permettent de fixer le prix de leur consultation a 15000. Est ce que c’est une règle du CAMES ?
    Cher Professeur reconnu par cher CAMES, arrêtez ça. C’est déplorable pour un pays pauvre comme le Burkina Faso.
    Cher CAMES, je pense que vous devriez aussi vous attaquer a tous ces aspects d’éthique et de déontologie.
    Chers professeurs, vous pouvez gagner de l argent autrement, avec même votre titre de Professeur vous gagner assez d argent...Arrêtez d arnaquer les pauvres malades.
    Attention aux larmes du malades

    Répondre à ce message

  • Le 16 juillet à 23:18, par Pascico En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Tous les burkinabè avertis connaissent le Pr Loada. Le Pr Loada a une notoriété professionnelle et intellectuelle internationale. Le maître de conférences Soma se fait connaître en alimentant un scandale...Agenda caché ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 00:37, par Enseignant En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Bonjour,
    Les résultats du Cames 2019 viennent de tomber hier soir (16 juillet) et le Dr Soma n’est toujours pas inscrit au grade de Professeur titulaire. Ce n’est donc pas peut-être une affaire de Loada.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 08:14, par sidbénéré En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    <> c’est le burkinabè dans toute sa plémitude.Dites toute la vérité si cela peut aider les gens à changer.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 09:47, par Mémoire En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Si Soma ou je SG Cames avait des preuves, nul doute que LOADA aurait été sanctionné depuis longtemps. Soma ne fait donc que gesticuler. La montagne accouchera d’une souris. Le Sieur Soma, s’est servi de son agrégation pour menacer, intimider, humilier, écraser ses collègues de grade inférieur et aujourd’hui il veut se présenter comme un modèle de vertu !!! On est où là ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 09:48, par cible En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Le profosseur Albert Ouedraogo dit dans son interview : "La preuve, quand on donne les dossiers à instruire, on fait en sorte qu’aucun national n’ait à instruire le dossier de son compatriote. Je ne recevrai jamais un candidat burkinabè à instruire." pourquoi Soma s’attaque donc a son compatriote dans ce cas ? N’aurait-il pas du attaquer les dirigeant de la CAMES ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 10:27, par caca En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Les burkinabè ont de l’imagination et du fantasme. A lire leur réaction on voit bien leur égoïsme apparaitre. Le Dr SOMA a bien dénoncé un système au quotidien dans l’administration publique burkinabè que bon nombres des compatriotes sont victimes du syndrome de Caïn. La jalousie et la haine dirigée contre son propre frère c’est le quotidien du burkinabè. On privilégie l’étranger et on l’accueil avec facilitation que nos propres frères. Je ne dis pas d’accorder les privilèges des moins méritants, mais de faire justice et un partage équilibré entre frère d’un même pays. C’est ce que le Dr veut combattre au niveau des universités publiques.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 11:09, par yeswecan En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    "Le linge sale se lave en famille". Mon œil. Pourquoi amène -t-on très souvent le linge au pressing ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 11:22, par Quali En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Bonjour chers internautes. c’est l’annonce d’un monde nouveau et meilleur pour notre cher pays. En effet, si tous les brimés pouvaient dire haut ce qu’ils pensent bas et être entendus, il y a longtemps le BF était au moins à mi chemin du développement. Les institutions sous régionales commencent à donner les vraies leçons au Burkina Faso. Désormais, chaque sommité de la communauté universitaire comprendra qu’il n’est pas un dieu pour bloquer la carrière des uns et des autres ou être complice de l’obtention de diplômes/grades frauduleux. Quand des éléphants intellectuels se battent, nous on observe. Tôt ou tard la vérité jaillira.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 11:27, par neya boukari En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Une des raisons de cette situation est l’orgueil surdimensionné de tous ces acteurs.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 11:56, par Bantchandi En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    J’espère que le "Pr. SOMA " est un exemple de vertus en matière académique et ne bloque pas les étudiants lui aussi. C’est un combat politique et toutes les armes sont permis même entrainer l’honneur du pays. Tous deux ne sont-ils pas les pions du Gl ZIDA ie ce sont des coépouses. Je sais seulement que ça mal finir cette histoire là.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 12:21, par l’Africain En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Je retiens mon souffle en attendant les preuves qui doivent être apportées par le Pr SOMA. Néanmoins je ne comprends pas l’acharnement de certains intervenants contre la personne du Pr LOADA. Combien de docteurs ont été coaché par le Pr LOADA ?
    Alors accusé ce Mr d’être à l’origine du blocage de certains doctorants, c’est aberrant. Certes le Pr SOMA est un exemple de réussite mais il n’est pas exclu qu’il ne soit pas en erreur dans cette affaire. Wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 12:41, par Shalom En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    C’est quand même curieux que depuis 2011 où il a obtenu son agrégation, Dr SOMA n’ait pas été titularisé. Cela fait quand même 8 ans et je ne peux pas croire que depuis ce temps, c’est le Prof. LOADA dont je doute qu’il était Prof. titulaire en 2011 qui ait empêché Dr SOMA de progresser. Je vous suggère de lire une interview de Dr SOMA donnée à Fasonet en 2011 (taper Abdoulaye SOMA et vous verrez cette interview). Dans cet entretien, Dr SOMA a dit clairement que c’est le Prof. LOADA qui l’a préparé intensément pour le concours d’agrégation. Mon avis, c’est que Dr SOMA est extrêmement ambitieux et dispersé. En effet, il est consultant international, enseignant chercheur, entrepreneur, avocat à la cour, sans compter ses incursions dans l’administration publique (conseiller spécial du Président du Faso, directeur de cabinet du Médiateur du Faso etc.). Je suggère à mon jeune frère de mettre balle à terre et de se consacrer à son métier de base, celui d’enseignant-chercheur. Il y a longtemps à mon avis qu’il aurait dû être titularisé.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 12:56, par Philips En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Réponse à ’’ yeswecan’’ : tu amènes le linge très souvent au pressing parce que tu n’as pas de machine à laver à la maison. Excellente journée à toi :-)

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 13:30, par Bigbalè En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Que Mr SOMA apporte les preuves tant annoncées et on clôt le débats ! Ce qui est sûr, Le Pr LOADA n’était pas à cette 41è session du CAMES et donc logiquement SOMA devrait être inscrit comme "Professeur Titulaire". S’il n’est pas inscrit, cela veut-il dire LAODA a une main-mise sur l’ensemble des membres du CTS et qu’il donne des directives contre la promotion de Mr SOMA ? Prenez-vous au sérieux et prenez le CAMES au sérieux !

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 14:29, par Toega En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Loada veut dire roi de la savane ,hummmmmmmmmmmmm.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 15:28, par Bigbalè En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    On attend les résultats officiles de cette 41è session mais apparement certains risquent de se cacher car ils attendaient un taux d’échec himalayien pour encore dire que le Gouvernement ne sait pas ce qu’il veut. Non, tout n’est et ne sera politique et il il y a aussi de vrais hommes de sciences au sein des CTS du CAMES. On attend plus que les détails que Mr SOMA veut bien étaler dans la presse pour qu’enfin le peuple et surtout les étudiants sachent qui sont réellement les gens qui les encadrent dans nos universités. L’un des enseignants émérites BADO Laurent disait que "dans tous les groupes, il y a une constante d’imbéciles" et nous aurons peut être bientôt une idée sur quelques-uns de ceux-là qui font partie de la "constante d’imbéciles" parmi le corps enseignant burkinabè du Supérieur. Mr SOMA n’a qu’à se dépêché car il est temps que la vérité éclate !

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 16:57, par Enquête En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Je suppose que cette année Dr Soma sera inscrit sur la liste des Professeurs Titulaires puisque Pr Loada n’a pas participé aux travaux. Attendons les résultats du CTS/SJP pour savoir si Pr Loada est celui qui bloque ou bloquait Dr Soma. Nous avons appris qu’il a introduit une plainte que le CCG doit en principe examiner. S’il est inscrit alors c’est Pr Loada le problème ; dans le cas contraire qu’il arrête son "one-man-show" et se mette au travail. Dans tous les cas, ce Dr Soma pense qu’après Dieu c’est lui. Et pourtant on sait bien ce qu’il faisait en tant que "Conseiller spécial" au premier ministère dans son bureau. Les caméras de surveillance ont mis à notre possession des choses sur lui qu’on pourrait diffuser très prochainement dans les réseaux sociaux. Il est reconnaissable dans tous les cas.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet à 17:58, par l’Africain En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    Je retiens mon souffle en attendant les preuves qui doivent être apportées par le Pr SOMA. Néanmoins je ne comprends pas l’acharnement de certains intervenants contre la personne du Pr LOADA. Combien de docteurs ont été coaché par le Pr LOADA ?
    Alors accusé ce Mr d’être à l’origine du blocage de certains doctorants, c’est aberrant. Certes le Pr SOMA est un exemple de réussite mais il n’est pas exclu qu’il ne soit pas en erreur dans cette affaire. Wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet à 13:11, par Le Chat En réponse à : Affaire CAMES : Première réaction du professeur Soma

    "Je n’accepterai jamais que la carrière, le progrès, la chance, le bonheur ou la vie des gens soient pris en otage par des blocages des autres". Tout à fait d’accord. Quand je me souviens de ce jeune Caporal à l’époque, tout aussi promotionnaire de SOMA à l’UFR/SJP de Ouagadougou, qui s’est vu opposé l’accès au grade d’officier par la hiérachie militaire courant 2006, au motif qu’il n’a pas fait le PMK. L’ex Directeur des Opérations de l’EMGA, aujourd’hui à la retraite, lui a signifié clairement n’avoir jamais vu un soldat avec une maîtrise. Et que par conséquent,il devait choisir entre rester dans l’Armée avec son diplôme de maîtrise en Droit des Affaires ou faire ce que bon lui semble. Rappelons qu’à l’époque des faits, des bourses pour des écoles de formation ne manquaient pas. D’ailleurs, la Justice Militaire avait lancé un test de recrutement de sous-officers ayant une maitrise en droit pour en faire des magistrats militaires. L’appel à candidature ayant été infructieux (pour défaux de sous-officiers avec un tel parchemin universitaire), il a été fait appel au Caporal de se préparer à intégrer l’Académie Militaire Georges Namoano de Pô, qu’il connait bien d’ailleurs pour avoir servi au RIC/ Pô. Là également, la Directtion des Opérations (DO) de l’EMGA, sous la houlette du même Colonel à la retraire, s’en est opposée. Le Directeur de La Justice Militaire (JM) de l’époque a, semble-t-il, a été menacé de recruter des officers parmi des sous-officiers et hommes de rang ; comme si le grade d’officier équivalait à la place de Dieu. Fort heureusement, dans ce bras de fer entre la DO et la JM, le jeune Caporal a été admis à un concours de Juriste organisé par la Fonction Publique, pour le compte d’un Ministère de la place. Pour le Caporal d’alors, le choix a été clair : plus de temps à perdre avec des conservateurs non progressistes, qui pensent que l’officer c’est celui qui doit être issue forcément du PMK. Le PMK, rappelons-le, est une école secondaire et le BAC qui est y est obtenu n’a pas plus de valeur que celui obtenu au ZINDA ou au MARIEN N’GOABI, ou encore en qualité de candidat libre. La dernière fois que j’ai entendu des nouvelles du Caporal en question, c’est qu’il a même obtenu la prestigieuse bourse "Fulbright" du Gouvernement des Etats-Unis pour faire un double Master en gestion des conflits et en développement durable. Il serait en ce moment entrain de travailler comme cadre avec des institutions à l’international. Comme quoi si vous ne voulez pas votre femme parce qu’elle n’est pas issue d’une classe donnée ou de la vôtre, d’autres hommes vont la prendre et la mettre en valeur. Courage donc à SOMA si son histoire est vraie comme celui du Caporal. Webmaster, il n’y a pas de secrèt défense ici. En plus, cet écrit est une critique de la gestion des carrières des militaires certes mais, elle reste une inivite à mieux utiliser les ressources humaines de qualité dont disposent nos Armées. Avoir des hommes aussi compétents en son sein et refuser de leur donner la possibilité de faire valoir leurs compétences, fait réculer le Burkina Faso de plusieurs années. Je suis sûr que vous ne voulez pas cela et que vos enfants non plus ne veulent pas voir ce pays à la traine des nations. Aussi, je vous invite à laisser passer mon post et je sais que vous allez le faire, car vous devriez être en ce moment sensible à cette histoire du Caporal, car certains ont déjà eu la chaire de poule après qu’on la leur ait racontée. Enfin, je dois dire que mon post fait aussi partie du contrôle citoyen que vous et moi devont exercer sur le secteur de la sécurité au Burkina Faso pour une meilleure gestion de ce secteur. La Constitution du 2 juin nous donne cette prérogative en tant que citoyen. Doù, toute l’importance de mon post et au-delà, du forum tout entier.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Décès du roi du Gulmu : Des explications sur les obsèques et les règles de succession
Syndicats du Burkina : Des « actions immédiates » de lutte actées
Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ) : Une marche silencieuse pour réclamer l’autopsie des militants « assassinés » dans le Yagha
FIIJA 2019 : Une conférence sur les enjeux de l’extrémisme violent au Burkina
Santé : « Tiétaa main tendue », une nouvelle association pour lutter contre le cancer
Décès de sa majesté le Kupiendieli : Les condoléances du gouvernement
Décès du Kupiendieli : Le CDP rend hommage à un un « grand homme politique »
Décès du roi du Gulmu : Le président du Faso salue la mémoire d’un « souverain écouté et respecté »
Compétition de plans d’affaires (COPA) : 98 jeunes du Centre-sud reçoivent leurs chèques
Burkina : « Les exécutions sommaires sont des germes d’une guerre civile », avertit le président du MBDHP, Chrysogone Zougmoré
Aicha Farida Ouédraogo, meilleure au Bac 2019 « Le secret de la réussite, c’est la rigueur et la discipline »
3e édition du FIIJA à Nanoro : Les jeunes à l’école du dialogue interreligieux et interculturel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés