LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Burkina/Lutte contre le terrorisme : Un couvre-feu instauré dans plusieurs localités de la région du Centre-Est

Publié le jeudi 2 mai 2024 à 21h59min

PARTAGER :                          
Burkina/Lutte contre le terrorisme : Un couvre-feu instauré dans plusieurs localités de la région du Centre-Est

Dans un arrêté en date du 5 avril 2024, le Haut-Commissaire de la province du Boulgou, région du Centre-Est, annonce l’instauration d’un couvre-feu dans le département de Bissiga et six villages du département de Tenkodogo en raison de l’évolution de la situation sécuritaire dans ces localités.

Selon l’arrêté, il est instauré un couvre-feu et une restriction de la circulation dans le département de Bissiga et les villages de Basbédo, Loukou, Loukou-Peulh, Moaga, Tenoghin et Tenoghin-Peulh du département de Tenkodogo pour une durée de trois mois, allant du 5 avril 2024 au 4 juillet 2024.

Durant cette période du couvre-feu, la circulation des personnes et des biens est interdite de vingt (20) heures à cinq (05) heures du matin dans ces localités sus-citées.

L’arrêté précise que la circulation des ambulances est soumise à la présentation d’un laissez-passer et/ou d’un ordre de mission.

Les préfets, présidents des délégations spéciales de Bissiga et de Tenkodogo, le chef de corps du 31e RIC (Régiment d’infanterie Commando), le directeur provincial de la Police du Boulgou, le directeur provincial de l’environnement du Boulgou et le commandant de la compagnie de Gendarmerie de Tenkodogo sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’application du présent arrêté.

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

  • Le 3 mai à 07:26, par Manuel En réponse à : Burkina/Lutte contre le terrorisme : Un couvre-feu instauré dans plusieurs localités de la région du Centre-Est

    Bonjour
    Allons seulement !!
    La situation continue de s’améliorer !!
    Ouvrons les yeux et parlons nous en tant que fils et filles de ce pays.
    La haine verbale, les arrestations arbitraires, le refus de dialoguer avec tous les burkinabè nous conduisent vers des lendemains incertaines.
    Maintenant, allez y encore pour la haine verbale, la violence est l’arme des faibles !!!

    Répondre à ce message

    • Le 3 mai à 17:24, par Minnayi En réponse à : Burkina/Lutte contre le terrorisme : Un couvre-feu instauré dans plusieurs localités de la région du Centre-Est

      Si l’on vous suit très bien, ce sont les arrestations arbitraires, la haine verbiale, ... qui ont engendré le terrorisme ? C’est vraiment très bas comme analyse. Il y avait quelles arrestations arbitraires au tout début du terrorisme ?

      Même de mauvaise foi, il faut éviter de faire de telles analyses qui cachent mal votre haine envers les autorités actuelles. Ne pas les aimer, c’est votre droit, mais de là à déduire facilement que c’est parce qu’ils font des arrestations arbitraires que le terrorisme persiste, c’est malhonnête intellectuellement, au cas où vous serez de bonne foi.

      Répondre à ce message

  • Le 3 mai à 13:53, par TANGA En réponse à : Burkina/Lutte contre le terrorisme : Un couvre-feu instauré dans plusieurs localités de la région du Centre-Est

    Je reviens sur ma proposition qui est vieille maintenant.
    Tous les coins, les angles, les maisons, les cours entières, les WC, les agglomérations, les touffes les villages doivent êtres fouillés.
    Cela semble impossible mais ne l’est pas. Par exemple, trois (300) militaires, policiers et VDP en colonne par un (01) pendant que le reste de la troupe est parmi les villageois et sur les artères.
    Je crois qu’il y aura beaucoup de découvertes donc d’éléments à mettre hors d’état de nuire.
    Faisant de la sorte, il y aura plusieurs personnes de moins dans les groupes terroristes.
    Pour clôturer, il nous faudra à nous Burkinabè bombarder certaines forets au napalm ; cela enlèvera des cachettes aux terroristes.
    Je ne suis pas méchant mais il faut faire ces choses pour sortir le pays de la merde.

    Répondre à ce message

    • Le 3 mai à 17:07, par Passakziri En réponse à : Burkina/Lutte contre le terrorisme : Un couvre-feu instauré dans plusieurs localités de la région du Centre-Est

      Pourtant il faut commencer par mettre chaque chose à sa place. Vous les courtisans du MPSR vous ne cessez de dire que les choses avancent que tout va bien. Mais vous vous contredisez encore et toujours.
      Bref, pour guérird’une maladie qui nécéssite un traitement médical, si vous sautez les étapes vous risquez de précipiter la mort du patient. Il est alors essentiel de poser le bon diagnostic en faisant une anamnèse détaillée et complète , ensuite , prendre en appui les solutions techniques pour poser le diagnostic, et surtout ne pas faire l’erreur fatale de se fixer sur une seule piste mais d’avoir en vue un diagnostic différentiel. Dans le cas du Burkina , rien de cela n’a été sérieusement fait. On a sauté sur la France et l’occident comme la cause de notre maladie et on a décidé que son médicament c’est le nombre de morts que l’ AIB pourra présenter chaque jour ; Pendant ce temps notre maladie ne fait que s’aggraver , mais nous campons sur le même diagnostic et les mêmes traitements . Bref nous avons des charlattans à la place de bons médécins pour notre malade le Burkina Faso. Pourquoi ne pas revenir en arrière et recommencer l’anamnèse pour finir par poser le bon diagnostic ?
      ce pays mérite une conférence nationale souveraine précédée de conférence régionales souveraines pour que les coeurs se vident. Au préalable, remettre la loi devant toute action , ce qui implique la libération sans condition de toute personne dont la libertée aurait été privée en dehors des dispositions légales, la clarification de la situations de toutes les personnes enlevées . Quand tout cela sera fait, il faudra passer à une transition civile dirigée par une femme, afin de permettre de dirriger les ressouces militaires du pays là où elles sont utiles afin de consolider la paix qu’on aura initiée, et une vrai reconciliation de tous les clans de l’armée . Unis , les frères d’armes pourront renforcer leurs liens dans le sang et la sueur du combat afin que le Burkina puisse enfin respirer , lui qui souffre depuis maintenant 50 ans des divisions et manigances d’une armée patiellement non républicaine. La paix n’etant pas un mot mais un comportement, continuer à s’égarer derrière les charlattants est une démarche suicidaire.

      Passakziri

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique