Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les graines de gombo ne se cachent jamais dans la sauce.» Proverbe Africain

Mines : La mine de Karma joue sa survie

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • Lefaso.net • mardi 14 juin 2022 à 17h48min
Mines : La mine de Karma joue sa survie


L’acheteur de la mine de Karma, dans le Nord du pays fait face à un double challenge pour développer le gisement aurifère.

Au lendemain de l’attaque terroriste contre les installations de Riverstone Karma SA qui a fait deux morts dont un employé, la mine confrontée régulièrement à l’avancée des terroristes dans son périmètre immédiat joue désormais sa survie à quitte ou double. La mine tire la sonnette d’alarme sur l’urgence d’asseoir un dispositif de sécurisation accrue de sa zone d’intérêt.

A défaut des éléments déployés dans le cadre de l’office national de sécurisation des sites miniers ( Onassim) qui a mobilisé à peine 13% des effectifs prévus soit 3000 hommes, la mine demande désormais à l’Etat de lui octroyer les autorisations nécessaires pour qu’elle se dote d’une sécurité privée armée dans l’enceinte de la concession minière. Riverstone Karma s’estime désormais sur la lisère face à la pression des groupes terroristes dans le Yatenga.

Ces derniers ont déjà conquis les provinces voisines, notamment le Lorum et coupé la Nationale 2 reliant Yensé, près de la frontière malienne à Ouahigouya, la capitale régionale. "La mine fait face aussi à un défi majeur. En effet, le premier site d’exploitation est en fin de vie, une seconde zone dont l’exploitation qui devrait avoir débuté depuis Janvier 2022 couvre un ancien cimetière du village environnant.

Cette superficie non encore exploitée selon les études regorgerait de minerais et qui, si elle était exploitée permettrait à la mine d’avoir une durée de vie de 05 années supplémentaires" selon nos informations. Le maintien du gisement de Karma permet de préserver plus de 800 emplois dont 500 directs.

Le cas de Karma n’est pas isolé dans le paysage minier burkinabè. Alors que la situation sécuritaire continue à se dégrader avec des attaques quasi quotidiennes sur tout le pourtour du territoire national, d’après des sources occidentales, les opérateurs miniers, inquiets et sous pression, appellent à la rescousse. En avril dernier, le producteur russe d’or, avait invoqué des « raisons de sécurité » pour justifier l’arrêt de ses activités à Taparko. La principale mine privée du pays est située dans le nord du Burkina, en proie à des violences djihadistes depuis six ans. « L’insécurité met les mines sous pression », glisse le responsable d’une mine.

Dans le Nord du pays, Néré Mining, acheteur de la mine de Karma, près de Ouahigouya s’inquiète de l’exposition de son site aux incursions djihadistes. Néré mining est un consortium emmené par l’entrepreneur local, Elie Justin Ouédraogo, l’un des administrateurs de Semafo Burkina Faso, société minière canadienne rachetée par Endeavour en 2020. Ouédraogo contrôle 29% de Néré Mining et préside Riverstone Karma SA, la société détentrice du permis minier de Karma, situé près de Ouahigouya dans le Nord du pays.

Néré Mining est principalement financé par Coris Bank International, l’établissement du banquier local Idrissa Nassa, de plus en plus impliqué dans l’industrie minière de son pays. C’est grâce à son soutien que Néré a pu acquérir – à hauteur de plus de 90%-, la holding Riverstone, d’un capital social de 52 milliards F CFA (79,3 millions d’euros) qui détient Karma et douze autres filiales. De quoi étendre la durée de vie de la mine d’or de plus de 10 ans.

Kouza Kienou

Vos commentaires

  • Le 14 juin à 18:25, par Mafoi En réponse à : Mines : La mine de Karma joue sa survie

    Tous ces sites de gisement au Faso,que ça soit industriel ou artisanal, sont exploités et contrôlés par la mafia.Il urge donc de les fermer car dans ce climat d’insécurité totale,l’Etat contrôle quoi ?Rien de rien,c’est un no man’s land,une jungle sans foi,ni loi

    Répondre à ce message

  • Le 14 juin à 19:17, par TANGA En réponse à : Mines : La mine de Karma joue sa survie

    L’état n’a qu’à leur donner des hommes. Si on les laisse prendre qui ils veulent, nous aurons à faire à des mercenaires qui eux mêmes pourront êtres double jeux. NON SI A MAI !
    Autrement, que Wagner vienne. Bref.
    A ce rythme là, le Burkina n’aura plus rien de son or. Ce ce que l’occident veut.

    Répondre à ce message

  • Le 15 juin à 02:08, par La Grande Kady En réponse à : Mines : La mine de Karma joue sa survie

    Des sociétés minières qui viennent DÉTRUIRE en quelques années ce que la nature a mis des millions d’années à fabriquer, c’est complètement illogique !
    Arrêtez ces mines, ça ne donne absolument rien !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin à 17:07, par Kounout En réponse à : Mines : La mine de Karma joue sa survie

    Monsieur le journaliste, c’est bien d’enquêter sur les personnes portées disparues dans l’attaque de la mine. Il y en a combien ? Que s’est-il passé ? Est-ce des enlèvements ? On ne comprend rien

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Mines et carrières au Burkina : La contribution de l’artisanat minier au développement socio-économique au menu du CASEM 2022
Exploitation artisanale de l’or au Burkina : Le gouvernement suspend les activités pendant la période des pluies
Mines : La mine de Karma joue sa survie
Mine de Perkoa : Quatre corps retrouvés
Fermeture et réhabilitation des mines : Le Burkina à l’école du Niger
Mine de Perkoa : Après l’atteinte de la chambre de refuge, c’est l’insoutenable attente
Exploitation minière : Houndé Gold opération pris à partie par les orpailleurs
Mine de Perkoa : "La chambre de refuge n’est pas inondée", selon les sapeurs-pompiers
Mine de Perkoa : La chambre de refuge serait inondée
Drame de Perkoa : « Il reste dix mètres de profondeur pour atteindre la chambre de refuge où nous espérons retrouver les huit mineurs », Lionel Bilgo
Burkina - Mine de Perkoa : « 21 jours après le drame, les villageois semblent perdre espoir »
Perkoa : Les sauveteurs non loin de la chambre de refuge
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés