LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La réussite ne se mesure pas à l’argent que vous gagnez mais à votre capacité à changer les vie des gens. ” Michelle Obama

Journées du fournisseur minier : La 4e édition se tiendra les 6 et 7 décembre prochains

Publié le dimanche 19 novembre 2023 à 13h44min

PARTAGER :                          
Journées du fournisseur minier : La 4e édition se tiendra les 6 et 7 décembre prochains

En prélude à la 4e édition des Journées du fournisseur minier, le chargé de communication de l’Alliance des fournisseurs burkinabè des biens et services miniers (ABSM), Noël Ouédraogo, était face à la presse, ce samedi 18 novembre 2023 à Ouagadougou. Il avait à ses côtés le président de l’ABSM, Yves Zongo ; le secrétaire général, Augustin Coulibaly ; le secrétaire à la formation, Aboubacar Guiro ; et le trésorier Hamidou Kindo.

À ce rendez-vous avec les journalistes, les initiateurs ont annoncé les grandes articulations de cette 4e édition des Journées du fournisseur minier (JFM) du Burkina, qui aura lieu les 6 et 7 décembre prochains, dans la salle des fêtes de Ouaga 2000. Cet évènement se veut un cadre d’échanges, de partage d’expériences et de renforcement de la collaboration entre sociétés minières et opérateurs économiques nationaux.

Pour cette 4e édition, 500 participants et environ 50 exposants sont attendus. Les pays invités sont la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Ghana et le Mali. Les 48 heures des JFM seront jalonnées par plusieurs activités dont des rencontres B2B et des expositions. L’innovation majeure de cette édition est l’organisation d’une activité avec les étudiants, en lien avec les activités connexes dans les mines (fourniture des biens et services), a détaillé le chargé de communication de l’Alliance des fournisseurs burkinabè des biens et services miniers (ABSM), Noël Ouédraogo. En outre, lors de la soirée de clôture, il est prévu de récompenser la mine modèle en matière de consommation locale des biens et services, la meilleure banque en termes d’accompagnement et de produits adaptés, et deux champions nationaux en matière de fourniture de biens et services.

Le chargé de communication de l’Alliance des fournisseurs burkinabè des biens et services miniers (ABSM), Noël Ouédraogo, a déroulé le programme de la 4e édition des JFM.

Le thème « Enjeux et défis de la gouvernance du contenu local dans le secteur minier au Burkina Faso » va guider les activités de la présente édition. Ce thème est évocateur. Selon une étude de la Chambre des mines et du ministère en charge des Mines du Burkina Faso, conduite en 2018 sur les fournitures locales aux sociétés minières, rapporte M. Ouédraogo, les entreprises burkinabè ont livré des biens et services aux sociétés minières d’une valeur totale de 70,9 milliards de F CFA en 2016.

« Ce chiffre représente seulement 15,5% des commandes pour l’approvisionnement des sociétés minières. C’est pourquoi, dans la perspective de maximiser les retombées sur les populations à travers une meilleure intégration du secteur des mines et des carrières à l’économie nationale, une stratégie nationale du contenu local a été adoptée en 2021 par le gouvernement burkinabè. Notre faitière, l’ABSM, a participé activement à l’élaboration de ce document important pour le développement de la fourniture locale », informe-t-il.

Vue de l’assistance.

Puis d’ajouter que cette stratégie est axée principalement sur l’amélioration de l’approvisionnement des industries extractives en biens et services locaux, le développement du capital humain local dans le secteur minier, la valorisation locale des produits miniers et la promotion des investisseurs nationaux dans le secteur minier. Les sous-thèmes qui seront développés par des experts, au cours cet évènement, permettront d’appréhender la question du contenu local et de dégager des pistes de solutions pour faciliter l’application des textes sur le contenu local au Burkina Faso.

Le chargé de communication de l’ABSM a, en outre, fait un bref aperçu de la performance du secteur minier au Burkina. De ses dires, malgré un contexte sécurité imposant beaucoup de contraintes sur la continuité des opérations minières, le secteur minier occupe une place prépondérante dans l’économie de notre pays. Se référant aux données du ministère des Mines, il note qu’à la date du 31 décembre 2022, notre pays comptait treize mines d’or dont quatre sont en arrêt, et une mine de zinc, pour une production totale de 57,645 tonnes d’or et de 46 ,789 tonnes de zinc. « Les recettes directes au budget de l’Etat sont passés de 430,916 milliards de F CFA en 2021 à 540,984 milliards de F CFA en 2022, soit une augmentation de 110,068 (25,54%) milliards de FCFA en valeur absolue.

Des journalistes lors de la rencontre.

Les recettes d’exportations liées au secteur minier sont passées de 2 806,1 milliards de francs CFA en 2021à 2 841,9 milliards de francs CFA en 2022, soit 35,8 milliards de F CFA. Quant aux emplois directs créés par les sociétés des mines, ils sont estimés à environ 19 000, sans considération des emplois indirects engendrés par les activités d’exploitation et d’exploration. A côté de l’or, d’autres substances tout aussi importantes pour le développement socioéconomique de notre pays sont exploitées, notamment les substances de carrières (granite, calcaire dolomitiques, tufs, etc.). Il ressort donc que l’exploitation minière contribue à la réduction de la pauvreté et à l’amélioration de la balance commerciale de notre pays », a détaillé Noël Ouédraogo.

Cependant, force est de constater que l’impact du secteur minier sur les autres secteurs de l’économie est encore en deçà des attentes. C’est en réponse à toutes ses préoccupations que le thème « Enjeux et défis de la gouvernance du contenu local dans le secteur minier au Burkina Faso » a été retenu pour cette édition.
Par la suite, les journalistes ont soulevé des préoccupations auxquelles les conférenciers ont apporté des éléments de réponses.

Le président de l’ABSM, Yves Zongo.

Sur la question de savoir s’il n’y pas d’amalgame avec d’autres évènements, notamment la SAMAO, le président de l’ABSM, Yves Zongo, a affirmé que « la SAMAO est une initiative ouest-africaine. Elle parle aussi bien des sociétés minières, des politiques, des textes sous-régionaux. Par contre, nous parlons de la faitière nationale, des sous-secteurs que nous devons organiser et de nos échanges avec les sociétés minières pour que nos membres s’approchent et proposent des paquets de solutions afin que le Burkina Faso puisse avoir de plus en plus des parts de marchés dans les sociétés minières ».

Pour rappel, comme à chaque édition, les JFM bénéficient du soutien technique et financier du ministère des Mines, de la Chambre des mines du Burkina, de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina, de la Maison de l’entreprise du Burkina, du Projet d’appui au renforcement de la gestion du foncier et des mines (PARGFM) et du Conseil national du patronat burkinabè (CNPB). Rendez-vous est donc pris les 6 et 7 décembre 2023, du côté de la salle des fêtes de Ouaga 2000, pour vivre cette édition des Journées du fournisseur minier.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le canadien Endeavour vend deux mines d’or