Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Présidentielle 2005 : Blaise plébiscité avec 80,30% des voix

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 • • lundi 21 novembre 2005 à 08h35min

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a procédé le 18
novembre dernier à la salle des banquets de Ouaga-2000 à la proclamation
provisoire du premier tour du scrutin présidentiel du 13 novembre 2005.

A
l’arrivée, Blaise compaoré, le président sortant et candidat du Congrès pour
la démocratie et le progrès (CDP), avec 1 674 966 voix (80,30%) , contre 103
216 voix (4,94%) pour son poursuivant direct, Me Bénéwendé Sankara.

Dans le cadre du scrutin présidentiel du 13 novembre dernier, le fichier
électoral a enregistré au total 3 918 103 inscrits, selon la Commission
électorale nationale indépendante. Le nombre de votants a été estimé à 2
288 257 et les suffrages exprimés à 2 085 870. Pour ce qui concerne le taux
de participation, la CENI l’a évalué à 57,5% tout en notant que 202 387
bulletins nuls ont été dégagés.

C’est dans une salle des banquets archicomble qu’a eu lieu la proclamation
des résultats provisoires du scrutin.
Et comme l’attendaient la majorité des
observateurs nationaux et internationaux de la politique burkinabè, c’est
Blaise Compaoré qui a mis en exergue sa suprématie au sortir des
échéances. Il s’en est sorti avec 1 674 966 voix soit 80,30% du suffrage,
contre 103 216 voix pour Me Bénéwendé Sankara, son challenger.

A l’annonce des résultats du scrutin par Moussa Michel Tapsoba, président
de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), c’était
l’euphorie dans la salle des banquets de Ouaga-2000. Les mouchoirs à
l’éffigie du candidat du parti au pouvoir ont flotté en l’air tant du côté de
l’assistance que de celui des officiels (ministres et députés).

Dans son allocution, Moussa Michel Tapsoba, le président de la Commission
électorale indépendante, après s’être félicité du fair-play qui a régné au
niveau des candidats, a remercié les partis politiques, la presse et
l’ensemble des 1500 observateurs pour l’effort fourni.

Il s’est excusé pour les insuffisances remarquées et a fait savoir que tout sera
mis en oeuvre pour pallier cela. "Nous présentons nos excuses les plus
sincères à tous ceux dont les attentes n’ont pu être comblées, notamment les
populations des villages de Balwidé, Mongodéni, Lopengou, Bonbounangou,
Bandigui et Kodjonti, du département de Fada dans la province du Gourma
(...)

En effet les populations n’ont pas pu voter parce que le matériel électoral
qui leur était destiné ne leur est pas parvenu. Cette situation injuste nous
interpelle quant aux solutions alternatives que nous devons toujours
envisager, mais interpelle aussi et surtout le futur élu de ce scrutin", a-t-il
ajouté.

Moussa Michel Tapsoba a profité de l’occasion pour annoncer que son
institution, la CENI, passait désormais le relais au Conseil constitutionnel : "
Tout candidat au scrutin peut contester la régularité des opérations
électorales sous la forme d’une requête adressée au président du Conseil
constitutionnel, dans les quarante-huit heures suivant la publication
provisoire des résultats du scrutin". C’est-à-dire jusqu’à hier dimanche.

Par Alain DABILOUGOU

Le Pays

P.-S.

Voir notre dossier :
Présidentielle 2005

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Election présidentielle : Le satisfecit de la JUNA, du RAJS et de CERVO d’Afrique
Groupe des cinq : Savoir raison gardée
La gueule de bois des lendemains électoraux !
Les leçons d’un scrutin
Présidentielle 2005 : Ce qui devait arriver arriva
L’opposition burkinabè : Les causes d’une défaite
L’après élection du 13 novembre : Tentatives maladroites d’atténuer une défaite cuisante
Analyse des résultats : On récolte ce qu’on a semé
Analyse des votes : Pourquoi certains ont voté blanc ou nul ?
Burkina : "Une démocratie chancelante, balbutiante, frileuse"
Présidentielle au Nahouri : Le PAI analyse sa défaite
Election présidentielle : L’AJCBC dit merci à la jeunesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés