LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Le lion et la panthère sont inoffensifs ; en revanche, les poules et les canards sont des animaux très dangereux, disait un ver de terre à ses enfants” Bertrand Russel

Election présidentielle : Le satisfecit de la JUNA, du RAJS et de CERVO d’Afrique

Publié le mardi 6 décembre 2005 à 07h41min

PARTAGER :                          

La participation des jeunes à l’élection présidentielle du 13 novembre 2005 a fait l’objet d’un point de presse conjointement organisé par trois mouvements de jeunesse membres de la société civile. C’était le mardi 29 novembre 2005 à l’Unité de formation et de recherche en sciences économiques de gestion (UFR-SEG) de l’Université de Ouagadougou.

En vue de faire une analyse critique de la situation et de faire des propositions idoines afin de contribuer à la consolidation des acquis démocratiques mais aussi et surtout d’alerter l’opinion nationale et internationale sur le rôle que peut jouer la jeunesse, trois organisations à savoir le Réseau africain des jeunes contre le Sida (RAJS), le Cercle des volontaires africains pour le développement et l’intégration (CERVO d’Afrique), la Jeunesse unie pour une nouvelle Afrique (JUNA) se sont mises ensemble pour suivre le processus électoral qui s’est déroulé le 13 novembre.

C’est ainsi que l’action de ces organisations s’est véritablement portée sur la révision des listes électorales et la sensibilisation des jeunes à participer à l’animation de la campagne.

Pour ce qui est de la révision des listes électorales, le RAJS, le CERVO d’Afrique et la JUNA ont informé et sensibilisé leurs camarades jeunes à s’engager dans le processus pour influencer les choix de nos hommes politiques. Au regard de la mobilisation qu’il y a eue, les 3 organisations pensent avoir atteint leur objectif.

De l’avis des responsables des 3 organisations, les jeunes se sont massivement investis dans l’animation de la campagne électorale, en témoigne leur présence dans les différents meetings animés par chaque candidat. Pour eux, par leur participation, les jeunes se sont illustrés comme étant les principaux organisateurs et mobilisateurs et enfin, sont sortis nombreux le jour des votes. Abordant la question de la multitude des organisations de jeunes de la société civile et leur neutralité, les conférenciers d’un soir « trouvent que cela dénote de la maturité de la jeunesse du Burkina qu’en tous les cas, les jeunes ne pouvaient rester en marge de cette élection, avant d’affirmer que le RAJS, le CERVO d’Afrique et la JUNA sont des structures apolitiques œuvrant uniquement dans le cadre de la promotion des jeunes ». Ces porte-parole de la jeunesse burkinabè disent tenir à l’œil les gouvernants.

Soucieux du renforcement de l’ancrage démocratique au Burkina Faso, ils souhaitent que des dispositions particulières soient prises pour maintenir la dynamique et renforcer les acquis pour les élections municipales.

D’où une suggestion à la CENI et au législateur de proposer une nouvelle révision des listes électorales pour régulariser la situation des trois millions de Burkinabè.

Joël ZOUNDI

Sidwaya

PARTAGER :                              
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Groupe des cinq : Savoir raison gardée
La gueule de bois des lendemains électoraux !
Les leçons d’un scrutin
Présidentielle 2005 : Ce qui devait arriver arriva
L’opposition burkinabè : Les causes d’une défaite
Analyse des résultats : On récolte ce qu’on a semé
Présidentielle au Nahouri : Le PAI analyse sa défaite
Election présidentielle : L’AJCBC dit merci à la jeunesse