Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «S’il y a un problème, il y a une solution. S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème» Bob Marley

Gestion du secteur minier : « La gouvernance de l’or au Burkina n’est pas bonne », déplore le directeur exécutif de l’ORCADE, Jonas Hien

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • LEFASO.NET • mardi 16 février 2021 à 22h23min
Gestion du secteur minier : « La gouvernance de l’or au Burkina n’est pas bonne », déplore le directeur exécutif de l’ORCADE, Jonas Hien

L’Organisation pour le renforcement des capacités de développement (ORCADE) organise, du 16 au 19 février 2021 à Ouagadougou, des conférences publiques pour présenter les rapports de ses études sur le secteur minier au Burkina Faso. Au cours de ces 96 heures, cinq rapports seront présentés aux participants. Ils portent entre autres sur les mécanismes de collecte et de gestion des revenus miniers ; les normes de bonnes pratiques, d’encadrement et de gestion des revenus miniers et l’identification des indices de mauvaise gestion.

Le secteur minier burkinabè est très stratégique pour le pays, sur divers plans. Ses enjeux doivent être bien cernés afin d’en faire un véritable levier de développement. C’est pourquoi l’Organisation pour le renforcement des capacités de développement (ORCADE) veille au grain. Elle tient à cet effet, du 16 au 19 février 2021, des conférences publiques pour présenter ses rapports d’études sur le secteur minier au pays des Hommes intègres.

Le directeur exécutif de l’ORCADE, Jonas Hien, a indiqué que la gouvernance de l’or au Burkina n’est pas bonne.

D’après le directeur exécutif et chargé de programme de l’ORCADE, Jonas Hien, plusieurs rapports seront présentés au cours de ces quatre jours d’échanges. Il s’agit, a-t-il énuméré, du rapport sur les mécanismes de collecte et de gestion des revenus miniers, les analyses arborant les normes de bonnes pratiques, d’encadrement et de gestion des revenus miniers, et l’identification des indices de mauvaise gestion. En outre, une autre analyse fera le point sur le Fonds de financement de la recherche géologique, minière et de soutien à la formation sur les sciences de la terre. Enfin, la dernière journée sera consacrée à l’étude sur le Fonds de réhabilitation et de fermeture de la mine.

La gouvernance du secteur minier au Burkina n’est pas reluisante

D’ores et déjà, Jonas Hien a laissé entendre que le Burkina Faso ne contrôle pas son secteur minier. « Ce sont les sociétés minières qui contrôlent notre secteur minier », a-t-il révélé. Le pays se contente de prendre ce qu’elles nous proposent, malgré l’effort de nos techniciens qui se battent comme ils peuvent pour renverser cette tendance. « Malheureusement, il y a trop d’interférences, de l’intermédiaire jusqu’à l’autorité. Nous travaillons à débusquer les mauvais Burkinabè qui vendent notre pays, nos richesses avec, pour leur propre profit, à tel point qu’on se demande qu’est-ce que les autorités gagnent tant avec les sociétés minières pour fermer les yeux sur les intérêts du Burkina », a-regretté le directeur exécutif de l’ORCADE.
Poursuivant ses explications, Jonas Hien a fait cas de la Brigade nationale anti-fraude de l’or.

Cinq rapports d’études seront présentés aux participants au cours de ces 96 heures d’échanges.

Pour lui, les missions de cette structure sont nobles, mais celles-ci ne peuvent pas donner de résultats probants. « Ses membres ont prêté serment mais malencontreusement, ce serment a été vidé de son contenu parce que sous le contrôle de la hiérarchie politique », a-t-il expliqué.

En conclusion, la gouvernance de l’or au Burkina n’est pas bonne selon l’ORCADE, et il va falloir que la tendance change. Jonas Hien a tout de même fait un clin d’œil à l’Assemblée nationale qui, à l’en croire, est la seule institution publique qui hausse le ton de temps en temps. « Rien ne démontre que ce que les sociétés minières nous reversent est réellement ce que nous devrions avoir », a terminé le directeur exécutif de l’ORCADE.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Exploitation minière artisanale : Bilan satisfaisant pour le projet AMORCA-EMAPE
Chambre des mines du Burkina : Adama Soro prend officiellement les commandes
Exploitation minière artisanale et à petite échelle : Des acteurs non-gouvernementaux s’approprient le cadre législatif et des politiques du secteur
Fonds minier de développement local : Les acteurs échangent pour une meilleure participation du fonds à la vie des collectivités
Délestages au Burkina : Quand le ministre Bachir Ismaël Ouédraogo court plus vite que son ombre
Centrale solaire de Nagréongo : Le niveau d’avancement des travaux évalué à 35%
Secteur minier : Les acteurs se penchent sur l’évolution des textes
Secteur minier : Le Canada a investi plus de 1 700 milliards de francs CFA au Burkina Faso
Développement du secteur de l’énergie et des mines : Le Burkina s’inspire de l’expérience du Ghana
Fonds minier de développement local : La Commune de Gorom-Gorom à l’heure du bilan
Fonds minier de développement local : Le Comité communal de Falangountou passe en revue les réalisations
Gaoua : Signature d’un protocole d’accord pour la réouverture du site d’or de Djikando fermé suite au drame survenu en janvier
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés