Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «En élection, il faut à la fois espoir et audace.» François Hollande

Projet d’aménagement du Grand Ouaga : Le schéma directeur expliqué à la presse

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 2 octobre 2020 à 01h08min
Projet d’aménagement du Grand Ouaga : Le schéma directeur expliqué à la presse

Le Conseil des ministres, en sa séance du mercredi 23 septembre 2020, a adopté un décret portant approbation du Schéma directeur d’aménagement du Grand Ouaga (SDAGO), horizon 2025. A la suite du Conseil des ministres, c’est autour de la Direction générale de l’urbanisme, de la viabilisation et de la topographie (DGUVT) de donner les détails sur ce SDAGO dont le coût total s’élève à 1 135 milliards de F CFA. C’était au cours d’une conférence de presse organisée ce jeudi 1er octobre 2020.

C’est un Ouagadougou moderne qui respire dans son organisation spatiale que le Schéma directeur d’aménagement du Grand Ouaga (SDAGO) entend construire. Son adoption permet de doter la capitale d’un document de référence pour la maîtrise de son développement. Telle est la conviction du directeur général de l’urbanisme, de la viabilisation et de la topographie, Marc Ouédraogo, qui, accompagné de son équipe, a entretenu la presse sur le projet d’aménagement du Grand Ouaga.

Grand Ouaga, selon lui, n’est pas une circonscription administrative. « Il est l’espace géographique compris dans les limites administratives de la commune de Ouagadougou et des communes de Komki-Ipala, Komsilga, Koubri, Pabré, Saaba et Tanghin-Dassouri (région du Centre), et les limites administratives de la commune de Loumbila (région du Plateau Central) », a-t-il expliqué.

Le DGUVT, Marc Ouédraogo, encadré à gauche la secrétaire permanente de la coordination du programme de développement urbain, Raymonde Namema et à droite le DG des opérations de contrôle, des aménagements et de la construction, Yacouba Siko

Il couvre une superficie d’environ 3 304 km2, soit 330 400 hectares. Pour la prise en compte de la commune de Loumbila, Marc Ouédraogo se veut on ne peut plus précis sur l’appartenance administrative de cette localité. « Le SDAGO ne modifie en rien la circonscription administrative des localités. Loumbila relèvera toujours du Plateau Central. Le SDAGO s’inscrit dans un processus d’amélioration de l’image urbaine de Ouagadougou et ses localités environnantes », a-t-il déclaré. Il ajoute que l’ensemble des communes, dont celle de Loumbila, ont unanimement salué l’initiative et appelé à l’adoption rapide de ce projet.

Un projet qui remonte aux années 1999

« C’est dans le cadre de l’exécution de la seconde phase du Projet villages-centres dans la banlieue de Ouagadougou (PVCBO) que l’idée d’un Schéma directeur d’aménagement du Grand Ouaga (SDAGO) est née, conduisant à son adoption par le Conseil des ministres le 28 juillet 1999, pour l’horizon 2010 », explique Marc Ouédraogo.

Le Directeur général de l’urbanisme, de la viabilisation et de la topographie, Marc Ouédraogo

Ainsi, près d’une décennie après l’adoption du SDAGO, des difficultés persistaient, conduisant à sa mise en révision à partir de 2007. La version révisée du SDAGO a été introduite en Conseil des ministres pour la première fois en juillet 2009. Malheureusement, les différents changements institutionnels n’ont pas facilité le portage diligent du dossier, regrette Marc Ouédraogo. En juin 2018, le dossier du SDAGO révisé a été réintroduit en Conseil des ministres pour approbation, à l’issue d’une reprise de concertations à partir de 2016. Au regard du temps écoulé, il a été instruit son réexamen par les acteurs concernés avant adoption.

Optimiser l’organisation spatiale de la capitale

Maîtrise de la gestion de l’espace, développement d’infrastructures et d’activités de productions bien réparties dans l’espace du Grand Ouaga, maîtrise et préservation des ressources naturelles, amélioration de l’accès aux services sociaux et à des logements décents. Ce sont là les propositions que contient le SDAGO adopté le 23 septembre 2020 par le Conseil des ministres.

Derrière les journalistes l’équipe de la DGUVT venue soutenir les officiels

Selon Marc Ouédraogo, le SDAGO a seulement cinq ans d’échéance. Il va de 2020 à 2025 avec une estimation financière partielle d’environ 1 135 milliards de francs CFA. Marc Ouédraogo explique qu’avant même son adoption, plusieurs actions majeures du SDAGO étaient mises en œuvre et d’autres ont été engagées ou en cours d’exécution.

Ce sont notamment les actions de construction de l’hôpital de Tengandogo, des quatre échangeurs, de l’Université Thomas-Sankara et de l’aéroport international de Donsin ; l’extension de la zone industrielle de Kossodo ; l’aménagement des bretelles d’accès à l’aéroport, de la voie parallèle à la circulaire (rue 29.253) traversant le camp militaire Général-Baba-Sy, et la construction de la voie de contournement du Grand Ouaga.

Les journalistes participants à la conférence

Le SDAGO entend fournir un schéma directeur de drainage des eaux pluviales, un schéma de gestion des déchets de la ville, le Plan de circulation de la ville de Ouagadougou et les Plans d’occupation des sols des autres communes du Grand Ouaga. « Il donnera également une base juridique à l’autorité publique pour agir face à l’accentuation de l’occupation anarchique constatée dans l’utilisation des terres par les acteurs », ajoute Marc Ouédraogo.

Etienne Lankoandé
Lefaso.net


Les actions majeures prévues dans le cadre du SDAGO 2020-2025 :

-  Des zones d’extension de la ville, localisées dans les communes rurales
-  Un technopôle à cheval sur la commune rurale de Saaba et celle de Loumbila,
-  Deux pôles d’activités économiques constitués d’une plateforme logistique et d’un hub économique,

-  Trois pôles industriels dans les communes rurales de Tanghin-Dassouri, Koubri et l’extension de la zone industrielle de Kossodo ;
-  Deux pôles agropastoraux intensifs à Koubri et à Loumbila ;
-  Un pôle sportif dans la commune rurale de Komsilga ;
-  Des zones naturelles et agricoles à protéger ;
-  Des zones à réhabiliter et à densifier constituées des quartiers anciens de Ouagadougou ;

-  Une zone de développement de l’écotourisme et de l’horticulture autour des barrages de la ville de Ouagadougou ;
-  Des zones de sécurité et de défense ;
-  Des zones d’implantation d’équipements santé, éducation, cimetières, terminaux de transport ;

-  Un schéma de structure : voiries, rails, aéroport, échangeurs, giratoires.
Pour ce qui est des zones de sécurité et de défense, le DGUVT et son équipe distinguent les unités opérationnelles qui vont faire l’objet de délocalisation, des unités administratives. Ces dernières ne seront pas délocalisées.

Vos commentaires

  • Le 2 octobre à 06:10, par Austin En réponse à : Projet d’aménagement du Grand Ouaga : Le schéma directeur expliqué à la presse

    Tout cela est bien et même nécessaire mais est ce que ça n’arrive pas trop tard. Je me demande s’il y a encore un espace à amenager dans les communes rurales concernées quand on regarde le razzia organisé par les marchands du foncier appelés promoteurs immobiliers.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 07:40, par Guigui En réponse à : Projet d’aménagement du Grand Ouaga : Le schéma directeur expliqué à la presse

    Très beau projet et bon courage ! Espérant que ce projet ne dormira pas dans les tiroirs pour être réveillé à la veille des prochaines élections 2025.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 08:19, par Projet de nouveau decoupage du Faso ? En réponse à : Projet d’aménagement du Grand Ouaga : Le schéma directeur expliqué à la presse

    Le projet d’amenagement du Grand-Ouaga, est franchement un très bon projet, ambitieux et réalisable ; il est à saluer.
    Il faut songer à ce projet du nouveau decoupage administratif du Faso. Il a été initié dans les années 2012 et les differents dossiers receptionnés. Ce projet aussi, n’etait pas mal, il était ambitieux et réalisable. Il faut y penser. Des gros villages ou ensemble de villages attendent d’être érigés en communes et des hameaux de cultures en nouveaux villages pour rapprocher les administrés de l’administration. Le Faso peut passer à 15 Régions, 50 Provinces et 500 Departements ou Communes. Surtout ce chiffre 13 de nos Régions, il faut le sauter en passant à 14 ou 15.
    Vive la decentralisation !

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 08:30, par ib En réponse à : Projet d’aménagement du Grand Ouaga : Le schéma directeur expliqué à la presse

    Belle initiative mais mais mais....que les géniteurs de ce projet aient à l’esprit de faire une conception qui tienne compte des réalités du terrain pas dans 5 ou 10 ans mais dans 25 -30 ans. Sinon le temps de finir les travaux que les objectifs visés sont dépassés ; j’en veux pour preuve les voies aux sorties de Ouaga des RN ou la voie de l’aéroport de Donsin qui sera inadéquate quand l’aéroport sera fonctionnel. Ayons des objectifs à long terme pour notre développement- sinon ce sera de perpétuels recommencements.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 09:41, par R En réponse à : Projet d’aménagement du Grand Ouaga : Le schéma directeur expliqué à la presse

    Ce qu’ on déplore dans ces schémas d’ aménagement, c’est le manque de vision à long terme. Aujourd’hui par exemple les cimetières de Ouaga sont pleins. Ce schéma ne prévoit que 2 cimetières de plus qui seront très vite remplis. Où voulez vous enterrer vos morts ? Un autre exemple, ce schéma prévoit une extension de la ZAD, c est bien. Mais il est vraiment temps de penser à la construction d un quartier d affaires à l image du plateau à Abidjan. Quand houphouet construisait son plateau je vous assure que la côte d’ ivoire n’était pas aussi riche que le Burkina l est aujourd’hui.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 10:04, par s En réponse à : Projet d’aménagement du Grand Ouaga : Le schéma directeur expliqué à la presse

    Dites simplement que la commune de ouagadougou a épuisé ses limites et elle veut solliciter ses communes voisines.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 12:17, par samuel En réponse à : Projet d’aménagement du Grand Ouaga : Le schéma directeur expliqué à la presse

    Beau comme projet. mais c’est là aussi l’injustice dans la répartition de la richesse du pays entre les régions. Les ressources d’un pays ne doivent pas servir à la construction de la seule capitale au détriment des zones rurales et des autres régions. La justice sociale dans un état de droit passe aussi par l’accès équitable des citoyens aux infrastructures publiques quel que soit là où on se trouverait. Les ambitions politiques pour le monde rural sont moindre par rapport à celles des zones urbaines et particulièrement à celles liées la capital. L’injustice liée au niveau de développement des régions doit être un sujet auquel l’Etat devrait apporter une réponse adéquate pour que tous les citoyens se sentent appartenir à l’Etat nation. Autrement dit, on percevrait le développement comme la spoliation des avantages politiques, économiques et sociales d’autres régions au profit de la région du centre.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 14:22, par Banga En réponse à : Projet d’aménagement du Grand Ouaga : Le schéma directeur expliqué à la presse

    Ouagadougou est plus grand que Paris mais paris est plus pleubler que Ouagadougou arrêter d’aggradir Ouagadougou créer des infrastructures des routes le problème d’eau l’électricité développer le transport en commun les trains électriques en commun les bus au lieu d’aggradir sans tenir compte des infrastructures et de l’environnement notre capital Ouagadougou dépasse Lomé Cotonou Abidjan Niamey etc.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 14:33, par Fabrice En réponse à : Projet d’aménagement du Grand Ouaga : Le schéma directeur expliqué à la presse

    Ce serait bien d’avoir un visuel de ce projet du Grand-Ouaga.
    Mais on a des problèmes de base assez sérieux :
    - Il n’y a aucune vrais zone administrative. C’est vraiment assez aberrant de voir qu’on a des services d’un même ministère disloqué et éparpillé un peu partout dans la capitale. Prenons l’exemple des autres villes avec une vrais zone administrative, un vrais "plateau".
    - Les Yaars et marchés. Ne sont pas assez bien organisé. Qu’est-ce qui coute d’avoir dans chaque quartier un Rood-wooko et interdire l’implantation des commerces au bord de tous les cm2 de goudron qui existe dans cette capitale ? Il faut organiser des rue marchandes avec tous les dispositifs pour permettre la bonne cohabitation riverain, commerçant et la circulation.
    - Les trottoirs… Il faut que l’on songe a laisser cette place indispensable qui non seulement est utile mais permet d’aérer visuellement nos rues.
    - La gestions des eaux de pluies. De manière générale il pleut tellement au Burkina que je comprend pas pourquoi on a des problèmes d’eau. Travaillons a mieux gérer l’écoulement des eaux et à les stocker adéquatement.
    - Les Barrages. En suite logique de la bonne gestion des eaux. Ca ne sert a rien d’avoir des barrages qui sont remplie après deux pluies et dont l’eau s’infiltre a vitesse grand V si bien que 1 moi après la saison des pluies on voit déjà le niveau de l’eau baisser. On peu faire mieux à ce niveau…
    - La circulation… Il faut un plan de la gestion de la circulation. Au centre ville beaucoup de rue ont besoin d’être à sens unique pour fluidifier la circulation. Aussi il faut qu’on abandonne les routes en étoiles cela créé de la congestion car toute la circulation converge vers le même point. Aussi pour desservir un quartier on doit avoir plus d’une option. Ce n’est pas réaliste d’être limité a seulement un choix direct ou un gros détour pour rejoindre les différents quartiers.

    Bref il y a vraiment du boulot je m’arrête là mais je pense qu’on y gagnerait tous a vraiment engager la population dans la discussion.

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 15:17, par Yako En réponse à : Projet d’aménagement du Grand Ouaga : Le schéma directeur expliqué à la presse

    j’avoue ne rien comprendre quand on présente un schéma d’urbanisation c’est avec un plan pour illustrer !
    D’autre part, je pense qu’il faut faire un effort de connecter les la périphérie au centre par voies rapides.Exemple : Relier le Nord au centre (BCEAO) distant de 5km autrement dit relier le nouveau quartier Tanghin au centre via une bretelle ça va désenclaver le Nord à la fois contourner le centre donc moins de traffic sur le pont menant au centre sans oublier un technopole par exemple entre l’hôpital schiphra 2 et le cimetièreTanghin.Ceci pour redynamiser l’activité économique parallèle au Sud(Ouaga 2000) A défaut,ce sont des quartiers dortoirs que l’on crée. En fin, il ya la l’épineuse question de l’espace vert dans Ouagadougou où l’on peut faire de promenades pour échapper à captivité dans nos maisons notamment entre mars et mai période très suffocante à Ouagadougou. Yako

    Répondre à ce message

  • Le 2 octobre à 15:29, par Congo ablasse En réponse à : Projet d’aménagement du Grand Ouaga : Le schéma directeur expliqué à la presse

    C’est bon comme projet mais j’aurais aimé voir aussi le gros problème de vois top restreintes de Ouaga. Il faut envisager à Long terme,soit élargir ou superposer les voies ou encore goudronner presque tous les 6 mètres pour fluidifier la circulation

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Recrutement frauduleux à la CNSS : La CGT-B/CNSS s’interroge sur la responsabilité du directeur général de la Caisse
Air Burkina : « Les racines et les ailes de l’Afrique de l’Ouest » s’étendent à Libreville
Prévention et riposte contre les épidémies : La cohorte « Nicolas Meda » prête à servir
Eau et assainissement : Implantation de six forages dans le village de Kolan, commune de Toma
Campagne agricole de saison sèche au Burkina : Plus de 130 000 tonnes de céréales sont attendues d’ici à 2021
Lutte contre le Covid-19 et le paludisme : Les démographes du Burkina initient un don de sang
Gestion des ressources pastorales : Le projet SOM présente les résultats de ses recherches
Enseignement à distance au Burkina : L’Université virtuelle reçoit un studio d’enregistrement mobile
Santé : Bilan satisfaisant de la mise en œuvre du Système intégré de transport des échantillons biologiques
Transfert de compétences aux communes : Le ministère de l’éducation et les collectivités font le point des acquis
Lutte contre les hépatites virales : L’ONG REVS+ organise une campagne de dépistage et de plaidoyer du 23 au 29 novembre
Changement climatique : Les acteurs du Centre-Est outillés pour une Contribution déterminée au niveau national plus pertinente
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés