Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous voulez aller quelque part, il est bien de trouver quelqu’un qui est déjà allé. Robert Kiyosaki» 

Procès du putsch : « Une si longue » attente de Guelwaré Minata

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • mercredi 16 janvier 2019 à 00h28min
Procès du putsch : « Une si longue » attente de Guelwaré Minata

La troisième sera-t-elle la bonne ? Après deux demandes de mise en liberté provisoire jugées mal fondées par le président du tribunal militaire, Me Silvère Kiemtaremboumbou et sa cliente Dame Guelwaré Minata n’en démordent pas.

Minata Guelwaré, c’est cette militante du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ancien parti au pouvoir, qui s’est rendue avec des camarades dans une radio de la place, dès les premières heures du coup d’Etat, pour faire un communiqué demandant à la population de rester chez elle, pour éviter des morts. Elle avait également joué le rôle d’agent de renseignement, à la demande de l’Adjudant-chef, Moussa Nébié, dit « Rambo ». Dans un véhicule de marque Mercedes, elle devait lui remonter des informations notamment sur les mouvements des militaires venant des autres garnisons, surtout par la route nationale n°4.

« La liberté pourrait compromettre la procédure »

Aujourd’hui, accusée de Complicité d’attentat à la sureté de l’Etat, meurtres, coups et blessures volontaires, dégradation volontaire aggravée de biens, Dame Guelwaré veut respirer l’air frais de la liberté provisoire. Mais le Parquet et le Président du Tribunal s’y opposent.

En effet le samedi 31 mars 2018, Guelwaré Minata, pour motiver sa première demande de mise en liberté provisoire, avance que son état de santé se dégrade et que plus rien ne va pour son fils à l’école. S’opposant à cette demande, le procureur avait estimé que cette liberté, si elle était accordée, pourrait compromettre la procédure (le procès avait commencé un mois plutôt, le 27 février). Et il avait fait observer aussi que l’accusée a été appréhendée à la suite d’un mandat d’arrêt international et qu’elle se cachait sous une fausse identité à Ouagadougou.

Une vue des avocats de la Partie civile et de la Défense aux premières heures du procès (Photo d’archives)

Retour à la case départ le 6 décembre

Au deuxième round, Me Kiemtaremboumbou Silvère, plaide cette fois-ci pour un transfèrement de sa cliente de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA). « A la MACO, on m’a logé avec des folles, des personnes qui ne jouissent pas totalement de leurs facultés mentales. Aussi, quand l’eau coule dans la cellule, on ne peut pas tenir », témoigne Dame Guelwaré. En effet, précédemment détenue à la MACA où elle était la seule femme encore sur les lieux, elle avait été conduite à la MACO, conformément au principe de la détention collective. A défaut du transfèrement, l’accusée avait misé sur une liberté provisoire. Que nenni. Le Parquet ordonne son transfert à la MACA, le 6 décembre 2018.

Peur que l’accusée prenne la fuite

Le 19 décembre, pour la deuxième fois à proprement parlé, Me Silvère Kiemtaremboumbou plaide de nouveau. Pour motiver sa demande, il déclare que sa cliente est presque « abîmée » et atteinte, selon son médecin, d’une pathologie ORL chronique due à ses conditions de détention. Contre cette demande, le Parquet soutient que le certificat médical de Dame Guelwaré parle plutôt d’allergie due à la poussière, aux poils d’animaux et aux acariens. « Il n’est pas précisé une incompatibilité de son état avec le milieu carcéral », révèle le Parquet qui pense qu’une fois dehors, l’accusée prendrait la poudre d’escampette. Une nouvelle fois, le président du Tribunal rejeta la requête.

Sortie des avocats en fin d’audience (Photo d’archives)

De nouveau seule en cellule

Ne désespérant pas, Me Kiemtaremboumbou Silvère joua, ce 15 janvier, la troisième carte pour sa cliente qui séjourne actuellement à la MACA où elle était détenue, jusqu’au 2 janvier, avec Dame Safiatou Lopès, en liberté provisoire. Dame Guelwaré se retrouve à nouveau seule en cellule. « Pourquoi maintenir cette dame en prison ? Pourquoi se donner du travail ? Elle est seule en violation de la loi pénitentiaire », a déclaré Me Kiemtaremboumbou, qui pour convaincre le tribunal a posé trois questions auxquelles sa cliente a répondu par la négative. « Est-ce que vous allez fuir ? Est-ce que vous allez subordonner des témoins ? Est-ce que vous allez effacer des preuves ? ».

La solution du Parquet

Une fois de plus, le Parquet a privilégié la prudence en soutenant que cette demande est inopportune. Toutefois pour montrer sa bonne foi, l’accusation a rassuré l’avocat que des dispositions sont en train d’être prises avec le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou pour le transfert d’une détenue de la MACO à la MACA, dans la même cellule que Dame Guelwaré. Mais avant, le Parquet doit avoir l’accord de cette détenue, inconnue de Me Kiemtaremboumbou.

La décision du président du Tribunal, Seidou Ouédraogo, est attendue, ce mercredi 16 janvier 2019. Il devra également se prononcer sur les demandes de mise en liberté provisoire du soldat de première classe, Ly Amadou, et de Yacouba Kinda, qui comparait pour la première fois au tribunal militaire de Ouagadougou.


Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 16 janvier à 12:48, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch : « Une si longue » attente de Guelwaré Minata

    ....’ A la MACO, on m’a logé avec des folles, des personnes qui ne jouissent pas totalement de leurs facultés mentales...’

    Ainsi donc, cette militante de CDP et donc putschiste tout fait de par l’idiologie de son parti, se plains des conditions de son incarcération notamment l’état mentale de ses codétenus. Elle les juges folles, point. La question que je me pose. Toute personne qui fait un coup d’état, qui assiste à l’édification d’un coup d’état, est-ce la personne jouissent totalement de ses facultés mentales ? Je crains fort que non. Peut-on dire que Gilbert jouie pleinement de toutes ses capacités mentales ? Peut-on dire que tous les membres de RSP de triste mémoire, jouissent correctement de leurs facultés mentales ? Cela étant, elle est au même niveau que ses codétenus : Folle : sinon, elle n’aurait pas du tout s’impliquer dans cette folie de coup d’état.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : « J’ai pensé à la dernière réunion du Président Sankara », Colonel-major Théodore Palé (témoin)
Procès du putsch du CND : Le détecteur de la radio « Résistance » à la barre
Procès du putsch du CND : L’ancien président de l’ARCEP a-t-il des trous de la mémoire ?
Procès du putsch du CND : Le témoignage de l’ancien DG de la Police nationale remis en cause
Désarmement du RSP : Le colonel-major Salif Tinguéri explique les misères de son équipe
Lazare Tarpaga, ancien DG de la police : « Ça aurait été suicidaire de s’opposer frontalement à Diendéré »
Procès du coup d’Etat : Des commandants d’unités de la gendarmerie traités de rebelles
Procès du putsch du CND : Eddie Komboïgo refuse de divulguer les sources de financement du CDP
Procès du putsch : “Il ment”, lance Gilbert Diendéré à Fayçal Nanéma qui répond, “Il me déçoit beaucoup”
Procès du putsch du CND : "Tu mens", lance Gilbert Diendéré à Fayçal Nanéma
Procès du coup d’Etat : Michel Ouédraogo, de témoin à accusé ?
Procès du putsch du CND : « Monsieur le président, dites à Me Kam de ne pas me malmener » (médecin colonel-major Saidou Yonaba)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés