Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

BCEAO : Qui est Norbert Toé, le nouveau Vice-Gouverneur burkinabè ?

Accueil > Actualités > Economie • • lundi 24 septembre 2018 à 23h39min
BCEAO : Qui est Norbert Toé, le nouveau Vice-Gouverneur burkinabè ?

Nommé Vice-Gouverneur de la BCEAO le 21 septembre 2018 par le Conseil des ministres de l’UMOA, Norbert Toé, qui prendra ses fonctions dans quelques semaines, remplacera à ce poste M. Jean-Baptiste Compaoré, ancien ministre des finances de Blaise Compaoré, admis à la retraite, selon certaines sources. Nous vous proposons le parcours du nouveau Vice-Gouverneur de la BCEAO au compte du Burkina Faso.

Après l’obtention d’un Baccalauréat série B au Lycée Ouézzin Coulibaly de Bobo-Dioulasso en 1975, M. Toé a poursuivi ses études supérieures et post-universitaires au Burkina Faso, au Cameroun et en France, couronnées par un Doctorat 3ème Cycle en économie monétaire, à l’Université de Paris IX Dauphine en 1983. La même année, il est entré au Fonds monétaire international (FMI), au Bureau de l’Administrateur représentant 24 pays africains francophones et lusophones au Conseil d’administration du FMI.

En tant que Conseiller de l’Administrateur, M. Toé a participé pendant une dizaine d’années à plusieurs misions de consultation et de négociations des Services du FMI et prodigué des conseils aux autorités des pays dont il était chargé dans le Bureau de l’Administrateur dans leurs relations avec le FMI. Les pays suivis par M. Toé étaient notamment le Burkina Faso, la République du Congo, la Guinée–Conakry, le Niger, le Sénégal, le Togo et le Zaïre (actuel République démocratique du Congo—RDC).

Toujours au cours de cette période, M. Toé a représenté le Bureau de l’Administrateur aux réunions annuelles du Groupe des Gouverneurs africains de la Banque mondiale et du FMI et coordonné, à l’occasion, la préparation des documents y afférant sur la base d’une rotation entre les quatre bureaux des Administrateurs africains.

En 1995, M. Toé a intégré les Services techniques du FMI et a occupé de nombreuses fonctions, notamment :

• Représentant résident au Gabon (1999–2001). M. Toé a ouvert le premier bureau du FMI au Gabon et a assisté ce pays à conclure un programme économique et financier appuyé par un accord triennal de confirmation. Pendant ce séjour au Gabon, M. Toé a co-présidé le Comité d’organisation du Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement sur le thème : « Agenda pour l’Afrique à l’orée du Troisième Millénaire—Croissance et Réduction de la Pauvreté en Afrique sub-Saharienne ».
• Directeur du Centre régional d’assistance technique—AFRITAC Ouest (2003–06). M. Toé a porté ce Centre sur les fronts baptismaux en mai 2003 et l’a dirigé jusqu’en 2006 quand il a atteint sa vitesse de croisière. Situé alors à Bamako au Mali et desservant 10 pays d’Afrique de l’Ouest francophone, y compris la Mauritanie, AFRITAC de l’Ouest a contribué au renforcement des capacités dans les pays bénéficiaires.
• Chef de mission (2006–2018). En charge des dossiers de plusieurs pays africains, M. Toé a dirigé des missions de négociations en Sierra Leone, au Swaziland (actuellement Royaume d’Eswatini), en Namibie, en République centrafricaine (RCA), en République démocratique du Congo (RDC) et au Bénin.
 Sierra Leone (2006–09). A conclu un programme appuyé par la Facilité pour la réduction de la pauvreté et la croissance qui a permis au pays de bénéficier d’une réduction de sa dette publique extérieure au titre de l’Initiative pour les pays pauvres très endettés (PPTE) et l’Initiative pour l’allégement de la dette multilatérale (IADM).

 Royaume d’Eswatini et Namibie (2009–10). A conduit des missions de surveillance dans le cadre des consultations au titre de l’Article IV des statuts du FMI dans ces deux pays et a présenté les rapports de consultation au Conseil d’administration.

 République centrafricaine (2010–12). A conclu un programme économique et financier pour lequel le Gouvernement centrafricain a obtenu l’appui du FMI au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) en juin 2012.

 République démocratique du Congo (2012–16). A supervisé le rétablissement de relations sereines avec ce pays après la fin prématurée du programme appuyé par la FEC.

 Bénin (juillet 2016–août 2018). A conduit les négociations ayant abouti à l’adoption par le Conseil d’administration du FMI, en avril 2017, d’un accord au titre de la FEC pour appuyer le programme économique et financier du Gouvernement béninois visant la transformation structurelle de l’économie.
Depuis mi-août 2018, M. Toé avait repris en charge le dossier de la RCA qui bénéficie d’un accord au titre de la FEC appuyant le programme économique et financier de ce pays.

Diplômes

1983 : Doctorat en Economie Monétaire, Université Paris IX Dauphine, Paris, France
1979 : Maîtrise en Economie, Analyse et Politique Economiques, FDSE, Université de Yaoundé, Cameroun

1978 : Licence ès Sciences Economiques, Ecole supérieure de sciences économiques (ESSEC), Université de Ouagadougou, Haute-Volta

Lire la suite sur http://fasorama.lefaso.net/

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Conseil national du patronat burkinabè (CNPB) : Le nouveau bureau installé
Taxe de résidence : Des dispositions pour corriger les erreurs de son application
Evaluation des politiques et institutions en Afrique : Au Burkina, le poids de la masse salariale évince les investissements publics
Fonds commun : Le Syndicat national des agents du ministère en charge de l’économie et des finances (SYNAMEF) dénonce une injustice dans la répartition
Ouagadougou : L’UEMOA rencontre ses partenaires techniques et financiers
Financement de l’agriculture familiale au Burkina : L’ONG SOS Faim prône l’inclusion financière agricole
Accès à l’eau potable au Burkina : Un coup de pouce venu de la Belgique
Projet d’urgence pour les dépenses récurrentes (PUFDR) : La Banque mondiale apporte plus de 57 milliards de francs CFA au Burkina
Ministère de l’Economie : Le bilan de 2018 passé à la loupe
Coris Bank international : « La Banque autrement » lance Coris Money, un nouveau porte-monnaie électronique
Commerce hors-UEMOA : Des opérateurs économiques sensibilisés sur les procédures règlementaires
Commercialisation du sésame : Comment tirer le meilleur profit de la filière ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés