Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara met fin à la polémique sur le report des élections locales

vendredi 7 septembre 2018 à 16h00min

En Côte d’Ivoire, le président Alassane Ouattara a mis fin aux suspicions de report des élections locales d’octobre prochain et à la polémique sur la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI). Le chef de l’Etat ivoirien vient ainsi taire les espoirs des partis d’opposition, dont le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), l’ex-allié de la coalition au pouvoir.

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara met fin à la polémique sur le report des élections locales
L’opposition politique ivoirienne broie du noir, en particulier le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), après cette décision du président ivoirien de mettre fin à la polémique sur le report des élections locales prévues le 13 octobre prochain et la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI).

Sur ces deux inquiétudes de l’opposition ivoirienne, le président Ouattara n’est pas allé du dos de la cuillère pour trancher. « (…) La réforme de la composition de la Commission électorale indépendante ne concernait que l’élection présidentielle de 2020 (…), par conséquent, il n’y aura pas de report des élections prévues le 13 octobre », a-t-il répondu.

Ces questions ont été plusieurs fois au centre des revendications de l’opposition qui avait obtenu, en fin 2016, une décision de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples appelant à la mise en place d’un nouvel organe de supervision des élections, car la CEI était jugée trop du pouvoir de par sa composition. Or l’opposition voulait voir le président aller jusqu’au bout des affirmations qu’il avait formulées à la veille de la fête de l’indépendance, le 6 août dernier. Ce jour-là, après avoir annoncé l’amnistie d’environ 800 prisonniers liés à la crise postélectorale, il avait aussi déclaré avoir « instruit le gouvernement à l’effet de réexaminer la composition de la CEI ».

L’opposition, en particulier le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), s’est appuyée sur cette déclaration pour demander au président ivoirien, le 28 août dernier, de concrétiser sa promesse d’une nouvelle CEI et de reporter les élections locales, en évoquant des vacances judiciaires comme des présumés freins aux démarches administratives. Toutes ces allégations sont bottées en touche par le pouvoir, au détriment de l’opposition.

Cette décision du pouvoir annonce nettement les couleurs des futures échéances électorales.

Le débat sur le report des élections d’octobre est donc clos, nonobstant les requêtes du Front patriotique ivoirien (FPI). Si le PDCI, allié du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), a essuyé un refus catégorique, le FPI devrait peut-être se faire à l’idée qu’il n’obtiendra rien du président Ouattara.

La réorganisation du paysage politique ivoirien est en marche et les jours à venir seront déterminants.

Issoufou Ouédraogo (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés