Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Marcus Kouaman • lundi 27 août 2018 à 10h25min
Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

Depuis 72h, le pays des Hommes intègres connaît un mouvement d’humeur des chauffeurs-transporteurs. Ces chauffeurs-propriétaires de camions ont décidé de garer leurs véhicules pour protester contre un monopole qui ne dit pas son nom de la part du président de l’Organisation des transporteurs routiers du Faso (OTRAF) Issoufou Maiga.

Selon Ambroise Ouédraogo, chauffeur routier et membre de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina l’UCRB, que nous avons rencontré dans la soirée de dimanche 26 août 2018, ce mouvement d’humeur est dirigé contre le président de l’OTRAF, Issoufou Maiga, qui a monopolisé tout ce qu’il y a comme transport à faire à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Pour les plaignants, seule la démission de celui-ci peut donc mettre fin à ce mouvement d’humeur.

Au début de ce mouvement, les routiers avaient pris d’assaut le siège social de l’OTRAF à Ouagadougou. Après un entretien avec le ministre en charge des Transports, Vincent Dabilgou, dans la journée du samedi 25 août 2018, les grévistes ont accepté faire un pas en libérant lesdits locaux. Mais l’arrêt de travail des transporteurs routiers demeure à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. « Nous avons essayé de dialoguer avec Maiga pour trouver un terrain d’entente, mais on n’arrive pas à le voir. Il refuse toujours de nous recevoir », a-t-il précisé.

Ne pouvant plus subir sans dire mot, les routiers ont décidé de prendre leur responsabilité. « Il n’y a pas autre solution que la démission de Maiga », a lancé Ambroise Ouédraogo. Il a profité de l’occasion pour interpeller leurs patrons qui sont membres de l’OTRAF à s’assumer, car ce mouvement devait être le leur pour protéger leurs (patrons) intérêts et protéger, du même coup, les chauffeurs.
L’une des conséquences de cette grève des routiers pourrait être une pénurie de carburant dans les différentes villes du pays.

Dans la soirée de dimanche, les stations d’essence ont été prises d’assaut par les usagers, chacun voulant se ravitaillr conséquemment. Une situation qui ne manquera pas, certainement, de créer de nombreux désagréments, surtout en ces moments de composition des concours directs d’entrée à la Fonction.publique.

Marcus Kouaman
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 août à 20:12, par kouadio En réponse à : Burkina : Les chauffeurs routiers en mouvement d’humeur illimité

    C est le desordre au Burkina. Il faut trouver rapidement une solution au probleme. On n a pas besoin d’injures ni d’accusations gratuites ici !

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 21:16, par Sidzabda En réponse à : Burkina : Les chauffeurs routiers en mouvement d’humeur illimité

    Où est Simon COMPAORE lorsqu’il dit que le pays est gouverné ? Monsieur le Ministre des Transport, il est interdit d’aller fermer les locaux d’une structure, mais il est permis à un simple citoyen ou groupes de citoyens d’empêcher les autres de circuler, allez-y comprendre ? il faut liberer nos voies et inviter ces mécontents à user d’autres stratégies.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 21:35, par RV En réponse à : Burkina : Les chauffeurs routiers en mouvement d’humeur illimité

    Les hommes politiques sont proprios indirects de plus 60% des camions de ce pays.
    Les jeunes vont mettre le feu et c’est le consommateur qui trinquer.
    Roch ne sait pas que son entourage politique n’a que faire de son mandat que sinon profiter au max. Quand il va vouloir changer les choses, ils vont financer une insurrection et le système contine. Le Faso est foutu !

    Répondre à ce message

    • Le 27 août à 12:47, par Zangoté En réponse à : Burkina : Les chauffeurs routiers en mouvement d’humeur illimité

      Que c’est bon de parler de ce qu’on ne sait pas ! Tu es sûr que le président lui-même n’est pas propriétaire de plusieurs sociétés de transport de carburant ? Si tu veux une petite genèse, on a détaxé les camions pour soit disant permettre aux transporteurs d’acquérir des camions neufs afin d’améliorer la sécurité et les coûts de transport. Exemple d’un camion neuf qui coûte 75 000 000FCFA hors TVA. En appliquant la TVA, on te demande de payer 88 500 000 soit 13 500 000 comme taxe. Le régime en place qui continue d’entretenir les monstruosités du régime déchu accepte que l’État perde au bas mot 13 500 000 par camion citerne acheté parce qu’il veut contenter une minorité bourgeoise. Pour 200 achetés, l’État perd 2 700 000 000 FCFA soit plus de 55 écoles normalisées ou autant de CSPS équipés. Et qui sont les bénéficiaires ? Ce sont les mêmes qui refusent de payer leurs impôts qui bénéficient de la protection très rapprochée du régime en place. Dans ces conditions, le président de la SOTRAF ne peut que venir du sérail et donc intouchable.
      Voilà pourquoi les transporteurs grèvent allègrement sans crainte et sans vergogne ! Après tout, ne dit-on pas que le poisson pourrit par la tête ? C’est du jamais vu ça.

      Répondre à ce message

      • Le 28 août à 07:42, par pluvio En réponse à : Burkina : Les chauffeurs routiers en mouvement d’humeur illimité

        Mon cher Zangoté, c’est ce qu’on appelle des ragots. J’attendais que tu nous donnes des informations précises du genre : nom de la société du soit disant dignitaire, le numéro du véhicule, sa marque, le nom du chauffeur, sa date d’acquisition !
        Ce que tu dis est de la calomnie.
        En tout cas, moi j’attends toujours de toi, des preuves

        Répondre à ce message

  • Le 26 août à 21:47, par Papou En réponse à : Burkina : Les chauffeurs routiers en mouvement d’humeur illimité

    Palabre entre l’arbre et son ecorse eat ce que cela regarde le coupeur de bois ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 août à 23:09, par Akhenaton En réponse à : Burkina : Les chauffeurs routiers en mouvement d’humeur illimité

    Ici au Faso on est trop fort. À cause d’un individu on bloqué tout un pays ainsi que toute son économie et y’a rien. Fiaaaa...Ici au Faso, vive la "jungle urbaine" comme dit MC Solaar.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 01:57, par YAAM SOBA En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    Ça c’est du jamais vu dans toute l’histoire du Burkina Faso, si c’est pas sous le régime de Roch Marc Christian KABORE. Finalement nous avons l’insurrection pour remplacer par pure que le régime de Blaise COMPAORE.
    En 2020 il va falloir un sursaut patriotique fans les urnes pour balayer ces affairistes du pouvoir
    Savions le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 07:14, par Gangobloh En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    La caution était de cinq millions ( 5 000 000) de francs pour être candidat et monsieur MaÏga était le seul candidat si j’ai bonne mémoire. Tout investissement doit rapporter je pense .

    Répondre à ce message

    • Le 28 août à 19:19, par Burkinabè En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

      monsieur "Gangobloh" c’est extrêmement con ce que vous "pensez" là !
      postuler pour la présidence de l’OTRAF serait donc un "investissement" à rentabiliser ? dans la même logique le président du Faso devrait vendre le pays par morceau jusqu’à ce qu’il estime que son investissement a été rentable alors !
      c’est ce genre de mentalité qu’il faudra absolument combattre pour que ce pays ne sombre pas dans le chaos au nom de l’intérêt d’idiots qui ne pensent qu’à leur minable personne au détriment du reste du pays !
      postuler à la présidence d’une organisation n’est pas un investissement à rentabiliser ! c’est un poste de décision où on applique sa vision pour l’amélioration du secteur ! les 5 millions sont justement une "caution" comme vous dites, ce n’est pas un investissement de sa part et son argent lui sera restitué !

      Répondre à ce message

  • Le 27 août à 09:11, par Justice de Dieu En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    En quoi consiste ce monopole ? Eclairer ma lanterne s’il vous plaît. Les gens aiment le monopole pour s’enrichir rapidement au détriment des autres concurrents et quand ces gens sont protégés par les tenants du pouvoir, ils en profitent au maximum et les conséquences de ces mouvements d’humeur sont supportées par des innocents électeurs.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 09:27, par Zeph En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    Il est temps que le gouvernement s’assume : envoyer les CRS matter ces hors la loi qui barrent impunement les routes et causent d’énormes difficultés aux honnetes citoyens

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 09:53, par Noraogo En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    Internaute N°7 (Gangobloh) il faut retenir que la caution est une garantie et ne veut pas dire acheter la chose. Rock a payé une caution de 20 millions mais vous avez l’œil sur lui afin qu’il gouverne bien. De plus vous ne savez pas combien Issoufou Maiga. a engrangé depuis son élection. Peut être 5 millions 100 fois.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 11:03, par Pousga En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    En quoi les burkinabè sont comptables des problèmes entre chauffeurs et patronat du secteur des transports ? Pourquoi ce sont les chauffeurs qui demandent le départ du Patron de leurs patrons ? Curieux quand même.
    Il faut que l’Etat se fasse sentir en montrant ses muscles car ces chauffeurs n’ont aucun droit d’occuper la voie publique pour des revendications intra-corporatistes. Envoyez les CRS pour nettoyer la chienlit.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 11:29, par Substance Grise En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    Quand on refuse de professionnaliser un secteur donné pour mieux s’enrichir en le monopolisant pour que l’importateur burkinabè et le consommateur burkinabè souffre car pris en otage ;C’est vraiment très triste.
    Les monopoles tuent un pays. L’autorité connait ceux qui peuvent leur donner les conseils nécessaires. Encore faut-Il qu’elle ait le courrage de les appeller et de les écouter.
    Remplacer X ou Y et continuer les mêmes pratiques nous conduira toujours aux mêmes troubles.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 11:33, par Figo En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    1. quand un dirigeant syndical ne fait plus l’affaire, on organise une rencontre extraordinaire et on le démet. Tout autre moyen est illégal et improductif.
    2. le gouvernement peut prendre des dispositions afin que les stations soient approvisionnées pour ne pas paralyser le pays. Si l’espace public est occupé, la sécurité est là pour ça. A ma connaissance, ce n’est pas l’État leur employeur, même si quelques responsables étatiques sont illégalement impliqués (conflit d’intérêts).
    3. ce syndicat (comme un autre que l’on connait très bien) ne respecte aucune règle : une adhésion à un syndicat est volontaire. D’où vient le fait que ce syndicat puisse mettre en place des postes de contrôle et ait la liberté de sévir contre des transporteurs au vu et au su des Autorités ?
    Conclusion : l’État est responsable de cette pagaille. Il est temps de réagir vigoureusement avant que ça ne contamine d’autres secteurs.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 12:49, par dany En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    Burkinabé est trop fort !!! toujours les mêmes deux poids deux mesures. Si on accepte que c’est des emplois, ils ont droit à la grève comme tout autre employé. Quand la Douane à grevé ici vous n’aviez pas réagi de cette façon , et c’est au tour des chauffeurs on trouve que ça bloque le pays ? on ne peut pas remettre en cause leur droit, maintenant le patron qui n ;’est pas content n’a qu’à licencié et payer les droit requis point ! un travailleur est égal à un autre travailleur. C’est ainsi qu’on comprendra l’importance de tout un chacun dans ce pays. c’est pas parce qu’il relève d’un secteur qu’on dit abusivement non structuré qu’il n’ont pas ce droit. la liberté syndicale est constitutionnelle au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 13:06, par PETI LOBI En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    C’est foutu, gâté au Faso. On vous avait prévenu. Ce pays n’a aucune chance d’espérer quelque chose avec ces gouvernants là. Aucune capacité d’anticipation et c’est encore reparti avec les mêmes transporteurs. Qu’avons nous fait pour mériter ça !!!. Des Dabilgoz,

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 14:12, par Tilaï En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    C’est le summum de l’incivisme.
    - Pourquoi la population va-t-elle trinquer à cause de l’inorganisation d’un syndicat ?
    - Leur syndicat n’a-t-il pas de statuts et règlement intérieur ?
    - Est-ce l’Etat qui a nommé leur président, Maïga ?
    Alors, il faut :
    - Que le gouvernement trouve le moyen (les citernes de camps militaires par exemple) d’approvisionner les stations pour la population !
    - Qu’il empêche ces hors-la-loi de bloquer les voies pour pénaliser les citoyens qui n’ont rien à y voir.
    Gouverner, c’est être rigoureux !
    Dieu bénisse le Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 14:50, par billy billy En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    c’est la merde avec ces illettrés la SONABY doit prendre ses responsabilités.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 18:34, par Logique En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    Ces chauffeurs vraiment se croient dans quel siècle. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et mettre fin à cette récréation désordonnée. Il faut que force revienne à l’autorité et s’il faut employer la force, que cela se fasse et qu’on se remette au boulot.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août à 16:01, par Kotolo En réponse à : Burkina : Des chauffeurs routiers lancent une grève illimitée

    Moi ne ne comprend ce soit disant monopole du commerce de transport de la part de l’OTRAF. Tout le monde est libre d’adhérer à une organisation syndicale. Si j’ai mon camion avec tous mes papiers en règle, je peux ne pas être membre de l’OTRAF et faire mon business comme je l’entend. Si je dois payer des taxes, c’est vis à vis de l’état. Ces responsable de l’OTRAF sont des propriétaires de camions et les cota exigés ne profite qu’à ces messieurs. Libéralisez et que chacun gère son organisation comme il veut, et les membres ont la liberté d’adhérer où ils veulent.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sécurité alimentaire : L’ORCADE encourage les orpailleurs à la pratique de la culture familiale
Energies renouvelables : Un atelier national pour se pencher sur la régulation du secteur
Commune de Ouagadougou : La mairie et ses partenaires préparent l’atelier international d’urbanisme de 2019
Salon du livre africain de Koudougou : La littérature burkinabè à l’honneur
Etude sur l’insécurité au Burkina : Des citoyens accusent l’ancien régime
2iE : Un colloque pour réfléchir à l’interaction entre eau, énergie, alimentation et habitat
Commune de Ouagadougou : Des espaces de vente d’aliments dans les écoles pour garantir l’hygiène
11-Décembre 2018 : A Fada N’Gourma, on a fêté sans parade militaire ni civile
Accès à l’eau potable : A Pô, l’eau coule difficilement…
Droits humains au Burkina : Le regard de la directrice Afrique de l’Ouest et du Centre d’Amnesty international
58ème Anniversaire de l’Indépendance du Burkina : Le Faso Autrement invite les gouvernants à changer de fusil d’épaule
58ème anniversaire de l’indépendance du Burkina : Le Chef de file de l’opposition salue l’œuvre des bâtisseurs de l’ombre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés