Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ôter une mère à son fils, c’est lui ôter plus qu’on ne peut lui rendre.Jean-Jacques Rousseau» 

Affaire Khalifa Sall : l’Etat du Sénégal épinglé par Amnesty International

Accueil > Actualités > International • • jeudi 16 août 2018 à 15h15min
Affaire Khalifa Sall : l’Etat du Sénégal épinglé par Amnesty International

L’Etat du Sénégal a été rappelé à l’ordre par Amnesty International sur le non-respect des droits de l’Homme. Cette ONG a demandé au gouvernement sénégalais de garantir aux opposants des procès équitables, de même que le droit à la liberté d’expression, à l’approche de l’élection présidentielle de 2019.

L’affaire Khalifa Sall continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive au pays de la Teranga et attire l’attention des organisations internationales de défense des droits humains. Cité comme un modèle de la démocratie en Afrique, le Sénégal est de plus en plus dans le collimateur des organisations internationales des droits humains depuis l’affaire de Karim Wade et celle de Khalifa Sall.

Apres la Cour de justice de la Cedeao qui avait provoqué un rebondissement inattendu dans l’affaire Khalifa Sall ; moins de deux semaines avant l’ouverture du procès en appel du maire de Dakar et de ses coaccusés, le 9 juillet, les juges de la Cedeao ont estimé que « le droit à l’assistance d’un conseil, le droit à la présomption d’innocence et le droit à un procès équitable des requérants ont été violés ».

C’est le tour d’une autre organisation des droit humains de monter au créneau pour interpeller l’Etat du Sénégal à revoir sa copie sur le respect des droits humains.
L’organisation de défense des droits de l’homme relève dans un communiqué, des « exemples de procès inéquitables », dont celui du maire de Dakar Khalifa Sall, candidat à la présidentielle de février 2019 face au président Macky Sall.

Condamné en première instance à cinq ans de prison ferme pour des détournements de fonds publics, Khalifa Sall, le dissident socialiste en détention provisoire depuis un an et demi, connaîtra le 30 août, le verdict de son procès devant la cours d’appel de Dakar.

Dans un rapport récent d’Amnesty sur les droits de l’homme au Sénégal intitulé « Des paroles non suivies d’actes » l’organisation met en exergue le cas de Karim Wade et estime que son procès n’a pas respecté « les normes internationales car il ne prévoyait de possibilité d’appel.

Amnesty cite les cas d’autres opposants sénégalais et celui de djihadistes présumés condamnés à l’issue de procès « inéquitables » après « une longue détention préventive et sans assistance de leurs avocats ».

« A l’approche des élections de 2019, le Sénégal doit garantir aux journalistes, aux leaders de l’opposition, aux contradicteurs du gouvernement et aux défenseurs des droits de l’homme, leurs droits à la liberté d’expression et à organiser des manifestations pacifiques sans peur et sans répression », affirme François Patuel, un responsable d’Amnesty International qui dénonce également les arrestations récentes en Mauritanie de deux opposants et militants antiesclavagistes et de deux journalistes.

Issoufou Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 16 août 2018 à 17:01, par garkou En réponse à : Affaire Khalifa Sall : l’Etat du Sénégal épinglé par Amnesty International

    Allez vous faire foutre ces messieurs des droits de l’homme. Meme en France ce sont les repris de justice qui recommettent les attentats. S’ils ne tenaient qu’a vous les terroristes ou djihadistes doivent dormir dans des Hotels 5 Etoiles. A Ouaga, tous ces bandits qu’on arrete plus de 95% viennent de sortir franchement de prison, cas de ceux qui ont abattu l’agent de police a Karpala et autres cas.
    Dites aux Jihadistes de ne plus tuer les honnetes citoyens, aux cols blancs de ne plus voler l’argent du people, voila votre noble mission, arretez de vous imixer dans la politique.

    Répondre à ce message

  • Le 16 août 2018 à 18:06, par HONRON BARAKA En réponse à : Affaire Khalifa Sall : l’Etat du Sénégal épinglé par Amnesty International

    Pourquoi l’Etat de France n’est pas épinglé dans l’affaire Tarriq Ramadan ou encore pourquoi l’Israel n’est pas épinglé ?
    Décidément une affaire de droit de l’Homme à triple vitesses.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo et Blé Goubé enfin libres aujourd’hui ?
Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé acquittés, la CPI ordonne leur remise en liberté
Stéphane Aka-Anghui : Le patronat ivoirien s’offre un directeur exécutif qui est aussi un héritier
République démocratique du Congo : Félix Tshisekedi élu président, selon les résultats provisoires
Madagascar : Le « TGV » signe son retour au pouvoir
Restitution à l’Afrique de son patrimoine culturel : Une revendication légitime qui pose bien des questions.
Tentative de coup d’Etat au Gabon : Retour sur l’histoire politique de ce pays
Gabon : Le coup d’Etat a avorté
Gabon : Situation sous contrôle selon le gouvernement
Gabon : Un groupe de militaires prend le contrôle de la radio publique d’État
Niger : Plus de 200 "terroristes" tués dans des opérations terrestres et aériennes contre Boko Haram
Albert Frère, le baron belge qui murmurait à l’oreille des présidents africains (et d’autres)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés