35e anniversaire de la Révolution : Sous le signe du combat contre l’oubli

LEFASO.NET | Par Tiga Cheick Sawadogo • mardi 7 août 2018 à 17h30min

Il a 35 ans, la Haute-Volta vivait une révolution. Le pays qui sera baptisé plus tard Burkina Faso (le pays des Hommes intègres), entrait dans une nouvelle ère avec des mutations profondes sur tous les plans. Pour commémorer le 35e anniversaire de la Révolution d’août 1983, le Comité international du mémorial Thomas-Sankara a choisi le thème « Sankara et la révolution d’août dans les écrits : un combat pour la mémoire ». A Ouagadougou ce 4 août 2018, des écrivains et des contemporains du père de la Révolution Burkinabè étaient à l’honneur.

35e anniversaire de la Révolution : Sous le signe du combat contre l’oubli

Avant le début du panel, le colonel à la retraite et président du Comité international mémorial Thomas-Sankara (CIM-TS), Bernard Sanou, a rappelé que le projet, qui consiste à bâtir un mémorial au nom du père de la Révolution burkinabè, est « une œuvre fédératrice », pour « sauvegarder, préserver et promouvoir l’héritage politique de la révolution et les idées révolutionnaires de Thomas Sankara pour les générations présentes et futures. En outre, il a précisé que le projet a un triple enjeu (politique, pédagogique, scientifique).

Le président du CIM-TS est ainsi convaincu que le mémorial ouvre les portes de l’avenir et sera le signe qu’un développement endogène, durable est possible.
Le 35e anniversaire de l’avènement de la Révolution d’août 1983 a été placé sous le thème du combat pour la mémoire. Un panel a ainsi réuni les écrivains et contemporains du président Thomas Sankara.
Des témoignages ont agrémenté ce rendez-vous qui, pour la première fois, a eu lieu dans l’un des nombreux bureaux du Conseil de l’attente, quartier général des autorités de la Révolution de l’époque, également lieu où le président et ses compagnons ont été assassinés.

Pour Alfred Sawadogo, qui a travaillé et côtoyé « Tom’Sank », l’homme était simplement en avance sur son temps. Pour Jean Hubert Bazié, qui écrivait certains discours du président, on ne lui faisait pas dire ce qu’il ne veut pas. Le président participait à la rédaction de ses discours, même si pour la plupart du temps, il improvisait.
Le journaliste a révélé que le président animait aussi une rubrique « L’intrus », dans Sidwaya. Avec émotions et sous les applaudissements du jeune public, il a avoué que le père de la Révolution avait une intelligence extraordinaire.

Ganou Gamata, coordonnatrice des Comités de défense de la révolution (CDR), de service sous la Révolution, a noté que le « Che africain » était l’un des rares présidents en Afrique de l’époque, à responsabiliser les femmes. « Il voulait que la femme s’épanouisse. Il a très vite compris que si la femme n’est pas libérée, on ne peut pas se développer. Quand on met 52% de la population à coté, on ne peut rien faire. Il a compris très vite qu’il faut libérer la femme pour accélérer le développement », se rappelle-t-elle.

Le panel a réuni d’autres écrivains comme Apollinaire Kyelem, Jean-Claude Somda, sous la modération de Dramane Konaté, écrivain, conseillé du ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme.

Se ressourcer et refuser l’oubli

A entendre le président du CIM-TS, le colonel Bernard Sanou, il est du devoir de la jeunesse de reprendre le flambeau de la Révolution comme processus de construction du présent et de l’avenir. Serges Bayala du « 2 heures pour nous, 2 heures pour Kamita », ce rendez-vous qui se tient sous le signe du refus de l’oubli est bien à propos.
« Ce sont des rendez-vous pour mieux découvrir l’homme à qui on veut ressembler, l’homme de qui on veut prendre l’héritage politique, idéologique, moral. Cadre de ressourcement, d’éducation à la maîtrise et à la découverte de l’homme », a-t-il apprécié. Il note que tout en été mis en œuvre depuis le pouvoir de l’ancien président Blaise Compaoré, pour enterrer la mémoire du président Thomas Sankara.

Refuser d’oublier, c’est donc résister et Thomas Sankara est toujours une source intarissable d’inspiration, même mort. D’ailleurs, regrette, le leader estudiantin, « la société des vivants » n’offre pas de repères », et cela, poursuit-il, c’est « un échec collectif ».

A ce propos, pour celui qui note que la jeunesse est plus que jamais prête à prendre le flambeau pour la défense des idéaux du père de la Révolution, la société burkinabè dans son ensemble, surtout les leaders politiques, religieuses, et traditionnelle est interpellée.
L’adulte, ce n’est pas uniquement la personne âgée, qui a des cheveux blancs ; et le jeune ne doit pas uniquement celui qui est fort de ses muscles. Il faut plutôt que « nous soyons tous ensemble forts par la pensée, la qualité de la pensée et bourrés de compétences illimitées qui roulent sur des principes moraux » et en ce sens, Sankara peut être une boussole.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 6 août à 19:33, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : 35e anniversaire de la Révolution : Sous le signe du combat contre l’oubli

    Ils me font pitié tous ces escrocs nécrophages qui font leur gombo sur les cadavres des enfants des autres. Si la révolution était si populaire, pourquoi les partis dits sankaristes ont-ils tant de mal à conquérir des suffrages à la hauteur de la beauté de leur discours. Bien au contraire, ces partillons sont devenus les appendices de ceux-la même qui ont contribué à la mort de Sankara par leurs manigances souterraines. Pauvres burkina bêêêêêê ......êêêêêê. Les voltaïques étaient plus intègres.

    Répondre à ce message

    • Le 6 août à 23:33, par Mathurin BAZIE En réponse à : 35e anniversaire de la Révolution : Sous le signe du combat contre l’oubli

      Monsieur le chasseur Le président SANKARA disait « la tragédie des peuples révèle les grands hommes, mais ce sont les médiocres (comme vous) qui les provoquent ». Vous dites : "Si la révolution était si populaire, pourquoi les partis dits sankaristes ont-ils tant de mal à conquérir des suffrages à la hauteur de la beauté de leur discours". Si vous aimez la musique je vous invite à interpréter la chanson de votre meilleur musicien ; pas sur que vous ayez plusieurs personnes à vous écouter. Est pour autant que l’auteur premier de cette chanson est médiocre ???

      Répondre à ce message

    • Le 7 août à 07:24, par Zemosse En réponse à : 35e anniversaire de la Révolution : Sous le signe du combat contre l’oubli

      C’est parce que les voltaiques étaient integres que la Haute Volta à été rebaptisé Burkina Faso et Kouassi Blaise l’à transformé en Burkina bêêêêéê......ê.

      Répondre à ce message

  • Le 7 août à 02:32, par Hochimi En réponse à : 35e anniversaire de la Révolution : Sous le signe du combat contre l’oubli

    Je souhaite que l’histoire de la révolution soit écrite par de vrais historiens de nos universités. Nous voulons connaître la vraie histoire. Nous n’avons que des témoignages et écrits divers de politiciens dont la fourberie est trop criarde. C’est l’exemple de ce politicien qui a sa barbiche dans la soupe de la honte et dont la vie est aux antipodes de l’idéal révolutionnaire qui nous pompe l’air tout le temps.

    Répondre à ce message

    • Le 8 août à 10:56, par Opinion plurielle En réponse à : 35e anniversaire de la Révolution : Sous le signe du combat contre l’oubli

      Humm ! ! ! Il est si loin de cet ideal dont il se reclamme que la soupe lui a fait perdre la voix, car on ne l’entend plus parler.
      Dommage que certains politiciens nous fassent voir leur honte.

      Répondre à ce message

      • Le 8 août à 15:19, par Sambavure En réponse à : 35e anniversaire de la Révolution : Sous le signe du combat contre l’oubli

        Justement ; il y en a qui ont tellement mangé déjà qu’on n’entend plus leur voix. Non franchement où étaient tous ces gens au moment où on voulait effacer à jamais le nom du père de la révolution burkinabè ; chers ex prétendus proches de Sankara, on ne vous a jamais vus ni entendus aux temps chauds. Quand Maître Bénéwendé Sankara et ses camarades ont été arrêtés rasés et emprisonnés,où étiez vous ? Personne ne voulait qu’on sache qu’il a travaillé avec Thomas SANKARA ; il y en a qui était en exil doré ; maintenant que le terrain est balisé, chacun crie Sankaraaaaaaaa !!! Tout le monde est devenu Sankariste. Ayez l’honnetété intellectuel de reconnaitre s’il vous plait qu’il y a des burkinabiè qui se sont battu pour que aujourd’hui on parle d’un projet de Mémorial. Franchement j’ai honte d’entendre certains aujourd’hui quand ils parlent du leader de la révolution burkinabè.

        Justement ; il y en a qui ont tellement mangé déjà qu’on n’entend plus leur voix. Non franchement où étaient tous ces gens au moment où on voulait effacer à jamais le nom du père de la révolution burkinabè ; chers ex prétendus proches de Sankara, on ne vous a jamais vus ni entendus aux temps chauds. Quand Maître Bénéwendé Sankara et ses camarades ont été arrêtés rasés et emprisonnés,où étiez vous ? Personne ne voulait qu’on sache qu’il a travaillé avec Thomas SANKARA ; il y en a qui était en exil doré ; maintenant que le terrain est balisé, chacun crie Sankaraaaaaaaa !!! Tout le monde est devenu Sankariste. Ayez l’honnetété intellectuel de reconnaitre s’il vous plait qu’il y a des burkinabiè qui se sont battu pour que aujourd’hui on parle d’un projet de Mémorial. Franchement j’ai honte d’entendre certains aujourd’hui quand ils parlent du leader de la révolution burkinabè.

        Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés