Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Par Dimitri OUEDRAOGO • mercredi 18 juillet 2018 à 22h17min
Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

A la suite du soldat de 2e classe Seydou Soulama, c’était au tour du caporal Amidou Drabo de se présenter à la barre. Il lui est reproché des faits de complicité d’attentat à la sûreté de l’Etat, de meurtres de 13 personnes, de coup et blessures sur des personnes et destruction de biens d’autrui. L’accusé a nié les faits. Il n’a pas non plus reconnu les procès-verbaux dressés devant le juge. L’accusé dit avoir été plutôt torturé lors de son arrestation ; en plus, lors de son audition, il voyait un supérieur hiérarchique en lieu et place d’un juge.

Le caporal dit ne pas connaitre les faits qui lui sont reprochés dans le dossier du coup d’Etat. Selon lui, c’est le 17 septembre 2015 au matin que, constatant son absence, son promotionnaire, le sergent Djerma l’aurait joint par l’intermédiaire du sergent-chef Roger Koussoubé. Son interlocuteur lui a demandé pourquoi il n’est pas au camp, alors que le quartier était consigné depuis la veille. Arrivé, l’accusé dit avoir vu au tableau de renseignements qu’il était dans le groupe du sergent-chef Lawoko Zerbo. C’est à ce moment aussi qu’il a appris que les autorités de la Transition étaient arrêtées. Sa mission, lors des événements, étaient d’enlever les barricades. Il a été au studio Abazon et a juste surveillé un secteur.

Après cette narration, le parquet tente de le confondre avec ses déclarations consignées dans les procès-verbaux. Dans ces pièces par exemple, il aurait déclaré avoir participé à une réunion qui a abouti au coup d’Etat. Il aurait donc participé à l’enlèvement des autorités.
L’accusé a rejeté tous les procès-verbaux en bloc. Pour lui, ces pièces ne sont que de la pure invention du juge. Il narre avoir fait l’objet de tortures lors de son arrestation à la gendarmerie.

Une fois devant le juge pour sa première comparution, le juge l’aurait menacé. C’était un commandant, son supérieur, donc il aurait signé ce premier procès-verbal sans connaitre véritablement le contenu.
C’était le même sentiment qui l’animait lors de l’interrogatoire au fond. Il a aussi signé pour la forme. Même lors des confrontations (deux fois) avec d’autres accusés en présence de certains avocats, l’inculpé a rejeté les déclarations qu’il y aurait tenues.

L’accusé est resté droit dans ses bottes. Il a demandé au président du tribunal de ne considérer que les propos qu’il a tenus devant lui. Il affirme n’avoir pas fait usage de son arme lors de ses sorties. Pour étayer sa culpabilité, le parquet sort entre temps une pièce contenue dans le plumitif. Seulement, cette pièce, notera l’avocat de l’accusé, ne se trouve pas dans le dossier.
Il a donc demandé au tribunal de la faire retirer. Un autre de la défense enfonce le clou en disant que le comportement du parquet était déloyal. Le tribunal est revenu à la charge en disant qu’il statuera sur cette question. En attendant, le parquet peut se prévaloir de la pièce mais si toutefois il donnait raison à la défense, ladite pièce ne serait pas considérée lors des décisions.

Après le caporal Drabo, c’était au tour de l’adjudant Michel Birba de répondre à la barre. Rendez-vous est donc pris pour le vendredi 19 juillet 2018.

Dimitri OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 juillet à 23:10, par Le combattant En réponse à : Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

    A écouter ce que les jeunes soldats disent l’armée Burkinabé à un sérieux problème et je doute fort que l’issu de ce procès ne finisse par faire tomber le peu qui nous reste comme armée. Il y’a beaucoup de rancoeurs. Le procès tel qu’il est mené ne pourra pas apaiser et les cœurs et les esprits. Alors faite jaillir la vérité rien rien que la vérité parce que le retour de l’acsenseur sera très diffille. Nous ne voulons pas que le pays devienne comme l’Afganistan ou l’Irak.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 07:24, par LE VILAIN En réponse à : Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

    Je suis parfaitement d’accord avec l’internaute N)1 Le combattant. Notre armée a perdu ses valeurs et ceux qui sont chanceux de bien former les jeunes sont ces derniers qui veulent diviser pour pouvoir régner. Le Président du Faso, avec ce stade du procès doit prendre une décision ferme en demandant pardon à la nation et suspendre ce procès. Après il prend des mesures nécessaires pour reformer notre armée et forces de sécurité.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 07:30, par Bougoumbarga En réponse à : Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

    Et si oui qu’il a été torturé lors de son interrogation à la Gendarmerie, aurait-il oublié ce qu’ils (Gl. Diendéré et ses hommes du RSP) ont fait au Capitaine Henri Zongo et au Commandant Lingani lors de leur interrogation rapide pour la tentative de pusch "imaginé" pour finir par les liquider ? Tout cela ne tient aucunement et, les Avocats de la Défense, quand bien même leur profession de "Défendre" les y appelle, sont de mauvaise foi et jouent à un jeu qui ne fera pas du bien à la Nation. Oui que tout prévenu à le droit de mentir. Mais que de si gros mensonges soient tolérés pour trancher une Affaire aussi sérieuse que celle que nous assistons actuellement ne saurait être admis. Malheureusement, ce jeu sera joué à fond et ce, pour toujours dans notre pays. Il ne serait pas étonnant que certains de ces assassins soient remis en liberté pour circuler dans nos rues en narguant le peuple. Et çà, ce sera dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 08:30, par lewang En réponse à : Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

    Tu as eu la chance que tu as été simplement torturé. et tu es toujours en vie ! et tu peux te plaindre aujourdhui ! Demande aux parents du capitaine Zongo et commandant Lingani que vos bosses ont cuisinés et trucidés de façon barbare et inhumaine....

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 10:10, par Suzanne En réponse à : Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

    Je demande à ces jeunes RSP à la barre de rester sage car ils ont blessés beaucoup de citoyens par leur comportement pendant le règne de Blaise. Des mères ont pleurés, mes enfants.
    C’est très douloureux quant tu regardes ces jeunes RSP inconscients s’exprimer sans regret, on se pose la question qu’est-ce le Burkina allait devenir s’il n’y avait pas eu un soulèvement. Que UPC chasse que ni lui, ni Roch, Simon, ni Salif et tant d’autres n’existaient aujourd’hui car le nettoyage allait être sans piété.
    Aidez ces jeunes à prendre conscience de leur valeur humaine qui consiste à aimer son prochain, à lui venir en aide par un sacrifice de tout genre pour l’harmonie dans la société. Ils ne doivent être des marionnettes de l’armée. Cela me fait pleurer quand j’écoute ses jeunes qui étaient utilisés à faire mal. QUE DIEU EST PITIÉ D’EUX

    Répondre à ce message

    • Le 19 juillet à 17:21, par Damis En réponse à : Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

      Je valide 100% les propos de Suzanne.
      Sincèrement, c’est très difficile de penser que des coupables nient tout en bloc tout ce que eux-mêmes avaient reconnu auparavant et que tout citoyen ayant vécu l’insurrection a connu ! Cette culpabilité ne souffre pas de débat.
      Ce qui est encore grave, c’est que ce procès qui devrait servir de socle à la réconciliation risque d’écœurer encore plus les victimes, car, reconnaître ses erreurs et demander pardon devrait être humain dans cette situation, et devrait venir de ces accusés. Cela permettrait d’apaiser les cœurs des victimes, et de voir un lendemain meilleurs.
      J’ai comme l’impression que ces accusés ont à présent pris tout le pays en otage (comme c’était le cas juste avant le démentiellement du RSP par l’armée loyaliste). Sinon comment comprendre que certains choisissent de vomir des balivernes pour énerver d’avantage les victimes ?
      Avec des comportements pareils, les hommes politiques (mouvanciers, UPCistes, toute personne qui n’était pas d’accord avec l’ancien régime...), y compris les juges (actuels) et les animateurs de la société civile, devraient facilement imaginer le sort qui leur serait réservé si le coup d’état de septembre 2015 passait ! Le nettoyage allait effectivement être sans pitié !
      Cela interpelle aussi plus d’un sur la morale de notre armée avant l’insurrection des 30 et 31 octobre.
      Comme on aime le dire : "Ne an laara, an saara".
      A mon humble avis, si le procès devrait continuer ainsi (le "noir" devient "rouge", le "rouge" devient "vert" et ainsi de suite), il vaut mieux le suspendre, car on serait entrain de juger des gens qui n’ont plus de raison, à la limite des fous ! Cela éviterait d’écœurer tout ceux qui croyaient au jaillissement de la vérité un jour, de rééduquer les "fous", de les rendre conscients avant de repasser au procès.

      Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 10:15, par le paysan En réponse à : Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

    Quand vous suivez le procès, vous vous demandez comment ces militaires ont été formés. Uniquement dans le mensonge. Mon père a été militaire, mais il a toujours été juste sur tout ce qu’il fait. Il ne renie jamais ce qu’il a fait. Ces jeunes mettent la honte à ceux qui les ont formé ou bien ils ressemblent à leurs formateurs ? Donc vous avez passez tous les temps au rsp à inculquer le mensonge à vos soldats ? Dieu merci que ce groupuscule soit anéanti. Quand vous les regarder, ils ressemblent au diable parfait. Que Dieu protège et guide le tribunal afin qu’il trouve les sanctions adéquates.
    J’ai l’impression que les avocats de ces soldats vont les induire en erreur. C’est sur la base de quelque chose qu’on initie un procès. Et vous pensez que le tribunal va faire fi à ce que vous dites devant lui. Celui qui vous conseille cette méthode de défense, vous bourre la cervelle.

    Répondre à ce message

    • Le 19 juillet à 13:08, par A qui la faute ? En réponse à : Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

      Merci beaucoup !!!!
      Rien à redire sur la notion d’honneur chère à l’armée qui se perd.
      J’ajouterais que les avocats ont un drôle de métier. Là ils doivent défendre les terroristes de leur propre peuple.

      Répondre à ce message

    • Le 21 juillet à 12:16, par MAXWELL En réponse à : Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

      Merci le paysan, quand on pense qu’on nous a toujours présenté les soldats du RSP comme comme étant une élite, bien formée en tout point de vue. On se rend compte que ce n’est finalement qu’une bande de jeunes voyous gâtés par les mercis papa qui se croyaient tout permis. Il y a là dedans des voleurs de tablette. Lors de l’enquête on lit la déposition et on vous demande si vous êtes d’accord avec ce qui a été écrit avant de vous demander de signer. Comment peut-on relire et signer 1 déposition et venir tout nier en bloc ? Moi e qui me dérange dans cette affaire c’est l’attitude des 2 généraux qui affichent toujours ce large sourire quand on les filme. On les voit souvent même éclater de rire. Quand on sait qu’il y a eu mort d’hommes dans cette affaire, ils devaient au moins respecter la douleur des parents des victimes en évitant d’afficher cet air jovial. Même si vous ne compatissez pas, faites semblant au moins. Il y a de nombreuses familles qui pleurent rien qu’à regarder ces images à la télé.

      Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 11:36, par M En réponse à : Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

    Franchement ces soldats et sous-officiers de l’ex-RSP me font honte. Quand on est un homme de surcroit soldat, on s’assume jusqu’au bout, on ne renie ni sa parole ni ses actes. Honte à eux... Dire que ce sont ceux là, les éléments d’une unité d’élite de notre armée.

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 12:46, par joan En réponse à : Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

    vraiment bizar ceux qui tuaient se plaignent d’ avoir été torturés et ceux que vous avez tué alors

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 16:51, par coalusion En réponse à : Procès du coup d’État manqué : le caporal Amidou Drabo affirme avoir été torturé lors de son interpellation

    Maudit soient ces ex-rsp ! Rien que des inconscients, des diables.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : « Pour votre défense, respectez la mémoire des victimes », lance Me Hervé Kam à Diendéré
Gilbert Diendéré : « Vous ne pouvez pas m’empêcher de parler de Zida, ce n’est pas possible »
Procès du putsch du CND : Gilbert Diendéré ne veut plus présenter de pièces au sujet des 160 millions
Procès du putsch : Les 160 millions de francs CFA de Gilbert Diendéré, l’autre affaire dans l’affaire !
Quand le Général Diendéré se fâche : « Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans »
Procès du putsch du CND : "Gardez-moi seul à la MACA, même si c’est pour 100 ans", déclare Gilbert Diendéré
Procès du coup d’Etat : « Je ne tape jamais en dessous de la ceinture », lance le commandant Alioune Zanré à Me Jean Yaovi Dégli
Procès du putsch du CND : "Michel Kafando a laissé le loup rentrer dans la bergerie", selon Me Mamadou Sombié, avocat de la Défense
Procès du putsch du CND : "Si le coup d’État était préparé, je n’aurais plus besoin de convoquer la hiérarchie militaire", dixit Diendéré
Procès du putsch du CND : "La seule vérité, c’est Dieu qui la détient", selon Me Jean Yaovi Dégli (Défense)
Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !
Burkina : Les gens [terroristes] sont rentrés chez nous suite à la dissolution du RSP (Diendéré)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés