Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous allez être un gagnant dans la vie, vous devez en permanence donner le meilleur de vous-même» Robert Kiyosaki

Suspension du PITJ : Bien qu’à échéance, une décision est attendue pour ce vendredi

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par • vendredi 13 juillet 2018 à 09h00min
Suspension du PITJ : Bien qu’à échéance, une décision est attendue pour ce vendredi

Le 5 avril 2018, un arrêté du ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation ordonnait la suspension des activités du parti de l’indépendance, du travail et de la justice (PITJ) pour une période de trois mois.

Cette sanction faisait suite à sa traditionnelle rentrée politique du 30 mars 2018 au cours de laquelle, les propos du secrétaire du parti, Soumane Touré, envers les leaders religieux et coutumiers ont été jugés comme portant atteinte aux dispositions de la Charte et formations politiques au Burkina.

Malgré l’échéance (en principe, 5 avril-juillet), une décision sera rendue demain, vendredi, 13 juillet, par le tribunal administratif de Ouagadougou sur ledit arrêté contre lequel, les responsables du parti avaient introduit un recours, apprend un responsable du PITJ.

A lire aussi : Politique : Le parti de Soumane Touré suspendu pour trois mois

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 juillet 2018 à 11:56, par sidwaya En réponse à : Suspension du PITJ : Bien qu’à échéance, une décision est attendue pour ce vendredi

    Il ne faudrait pas que les pratiques, les propos et les faits des uns et des autres donnent raison à TOURE Soumane. J’ai appris tout dernièrement que le projet de constitution propose de constitutionnaliser Ouaga comme capitale du Burkina Faso. Moi j’ai toujours pensé que Ouaga est et sera la capitale du Burkina Faso. Mais le fait de dire de constitutionnaliser cela cache des arrières pensées ou suscite des questions chez nombreux burkinabé. Oui, Ouaga est la capitale du Burkina mais si des raisons objectives, majeures (je ne souhaite pas que cela nous arrive) nous imposent de déplacer la capitale du Burkina ailleurs au Burkina on doit pouvoir le faire. Cette proposition fait penser qu’il y a un courant qui pense que quel que soit le danger, Ouaga doit rester la capitale du Burkina parce que c’est la coutume, c’est une volonté divine. C’est là où les idées ethnicistes et régionalistes s’invitent dans la gestion moderne du pouvoir. N’importe quelle localité peut-être capitale du Burkina Faso si les conditions de son existence l’exigent. Après avoir tiré à boulets rouges sur Ablassé OUedraogo, on a l’impression que ses idées sont (il disait "je suis mossi, musulman et du Plateau Centre" , conditions idéales selon lui pour être président du Faso) partagées par un certain courant puissant qui pénètre les cercles du pouvoir pour tripatouiller la loi fondamentale de notre pays. Travaillons à maintenir l’unité de ce beau pays dont la première richesse est justement sa diversité culturelle et écologique. Tout le monde sait que la capitale du BF est Ouaga mais cela ne devrait pas conduire certains à penser que les autres parties du Burkina ne sont pas dignes d’abriter la capitale. On a l’impression que le même courant de pensées qui a induit Blaise Compaoré en erreur en lui faisant croire qu’on ne change pas un chef, s’est muté pour rester dans les cercles du pouvoir et tente de faire croire à Rock Kaboré que le trône d’un chef ne se déplace pas. La chaise du Président du Faso est différente de celle d’un chef traditionnel. Le président du Faso peut bien diriger le pays étant basé à Ouahigouya, Koudougou, Fada, Bobo, .....si des conditions extraordinaires nous imposent cela. Je n’ai pas l’habitude de voter, parce que la politique ne m’intereese pas. Chez nous ici faire la politique c’est faire la guerre aux autres. Je n’aime pas là où il y a la violence. Mais je voterai NON au projet de constitution si cette phrase est maintenue. Pas parce que je suis contre que Ouaga soit la capitale du Burkina, mais tout simplement à cause du principe qu’aucune région du Burkina n’a plus de droit qu’une autre.

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2018 à 12:37, par Nobga En réponse à : Suspension du PITJ : Bien qu’à échéance, une décision est attendue pour ce vendredi

    C’est ton droit de voter NON ! Mais en quoi ton post a-t-il à voir cet article sur la suspension du PITJ ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2018 à 13:06, par kapre Miguel En réponse à : Suspension du PITJ : Bien qu’à échéance, une décision est attendue pour ce vendredi

    Bien dit . Je suis du centre mais contre ce projet de constitutionnaliser Ouagadougou comme capital du BURKINA

    Répondre à ce message

  • Le 13 juillet 2018 à 15:19, par boudson En réponse à : Suspension du PITJ : Bien qu’à échéance, une décision est attendue pour ce vendredi

    LE VIEUX RENARD POLITIQUE NE S’ EST PLUS OU METTRE SA TÊTE.IL INVENTE DES CHOSES POUR DIVISER LES BURKINABÉ. IL EST TEMPS QU’ IL AILLE SE REPOSER CAR IL N’ A JAMAIS RIEN APPORTE DE CONSTRUCTIF AU PAYS SI SE N’ EST DES PROBLÈMES.SA RETRAITE POLITIQUE EST ARRIVÉE.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Présidentielle 2020 : Des jeunes appellent à la candidature de Yacouba Isaac Zida
Présidentielle de 2020 : Kadré Désiré Ouédraogo annonce les couleurs
Politique nationale : La NAFA attire l’attention du pouvoir sur l’état de santé de Djibrill Bassolé
Vie politique nationale : Le MPP célèbre ses cinq ans d’existence
San Traoré, maire de Kourinion : « Le niveau central a accaparé de nombreuses prérogatives dévolues aux communes »
Assemblée nationale : Alassane Sakandé promet un siège flambant neuf pour le Chef de file de l’opposition
Vœux de l’UPC : Le PPR répond aux « propos démagogiques » de Zéphirin Diabré
Coopération canado-burkinabè : L’ambassadeur Edmond R. Dejon Wega reçu en audience par le porte-parole de l’opposition
UPC : Zéphirin Diabré annonce une tournée dans les 45 provinces
« Jamais dans l’histoire de notre pays, un régime n’a versé la figure du Burkina par terre comme le fait le régime actuel » (Zéphirin Diabré, président de l’UPC)
Gouvernement : Les cadres des secteurs de l’emploi et de la formation professionnelle demandent un ministère plein
Assemblée nationale : Bientôt 100 étudiants en stage rémunéré au parlement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés