Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

CENI-CSC : Newton Ahmed Barry et Désiré Comboïgo parlent des perspectives électorales

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET | Par Jacques Théodore Balima • mercredi 27 juin 2018 à 20h44min
CENI-CSC : Newton Ahmed Barry et Désiré Comboïgo parlent des perspectives électorales

Le président du Conseil supérieur de la communication a rendu, dans la matinée du mardi 26 juin 2018, une visite de courtoisie au patron de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Désiré Comboïgo et Newton Ahmed Barry ont évoqué les défis organisationnels des élections qui se présentent aux deux structures.

Les défis électoraux ont été au centre de la rencontre entre le président du CSC et de la CENI dans la journée du mardi 26 juin dernier.
Nommé récemment intérimaire à la présidence du CSC, Désiré Comboïgo a entrepris d’aller parler des questions électorales avec Newton Ahmed Barry. « Cette visite s’inscrit dans le cadre des relations institutionnelles qu’il peut avoir entre le CSC et la CENI. Nous avons tous des missions qui se complètent. Il est donc bon qu’on se rencontre, qu’on échange sur les perspectives, comme vous le savez, qui sont en train d’évoluer et se préciser et prendre langue », a-t-il indiqué à sa sortie d’audience.

Des missions effectivement complémentaires

« Nous avons parlé des indispensables collaborations que nous devons avoir ensembles et qui sont instituées par la loi en ce qui concerne la conduite des élections », a ajouté Newton Ahmed Barry. Il a en outre précisé que « les rôles sont très bien définis. Le CSC s’occupe des questions de communication et de régulation de la communication au moment du processus. Au niveau de la CENI, la communication est un élément essentiel parce qu’il faut permettre aux citoyens d’être justement informés sur les enjeux. Un vote est d’abord l’information avant la décision. C’est pour cela que les deux institutions collaborent sur cette matière électorale ».

Le vote des Burkinabè de l’extérieur…

L’un des défis majeurs est le vote des Burkinabè de l’extérieur. Promis depuis des années aux ressortissants du Pays des hommes intègres vivant hors du territoire national, ce vote n’est toujours pas été une réalité. Pour l’occasion, Newton Ahmed Barry a livré des explications : « On va engager le processus mais on attend que la loi soit votée. Tant que la loi n’est pas votée, le mécanisme ne peut pas être mis en œuvre. Le chef de l’Etat a annoncé récemment à la presse que cette semaine, normalement, il devrait convoquer encore la majorité et l’opposition pour discuter de la loi sur laquelle la CENI a fait un certain nombre de propositions qui demandent d’abord à être adoptées par le Conseil des ministres avant d’être envoyées à l’Assemblée nationale. Nous sommes donc en attente de cette loi ».

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Messages

  • LE TEMPS PRESSE IL FAUT VOTER IMPÉRATIVEMENT CETTE LOI CAR LES BURKINABÉ DE L4 EXTÉRIEUR SON FATIGUER D4 ATTENDRE. ILS VEULENT SE SENTIR INTÉRESSER PAR CE QUI SE PASSE PASSE DANS LEUR PAYS MÊME ÉTANT A L’ ÉTRANGER. UNE PROMESSE EST UN DETTE DIT -ON.. C’ EST LA CRÉDIBILITÉ DU POUVOIR MPP QUI EST EN JEU POUR 2020

  • @boudson,si tu n’es pas heureux là où tu es parceque les votes te manquent,rien ne t’empêche de rentrer au bercail.Je fais aussi de la diaspora mais mon souci premier est de savoir si les ressources de notre pays sont utilisées de manière efficace.Chacun parle de vote mais le jour venu,il n’ira même pas accomplir son devoir citoyen et nous le savons tous.En effet,il suffit de regarder les chiffres de participation aux différentes élections pour s’en convaincre où un président se fait élire avec moins du 1 000 000 de voix et un taux de participation de moins de 30%.Alors s’il faut gaspiller des milliards pour une poignée de gens de l’extérieur qui iront effectivement voter,je suis contre sans oublier le cas particulier de la CI qui me pose un gros problème de conscience qui milite en défaveur de ce vote mais c’est un autre débat

  • Je ne suis pas pour le vote précipité de cette loi, car ce ne sont pas ceux qui veulent réellement voter qui voteront. Il y aura trop de magouilles surtout du côté de la lagune Ébrié.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
Rentrée politique : Le CDP dénonce une gestion « des plus obscures » des gouvernants actuels
Crise à la CENI : Harouna Dicko analyse les « scènes du film »
CDP section USA : Les militants mobilisés pour la reconquête du pouvoir
Commune de Tchériba (Mouhoun) : Des militants du MPP menacent de quitter le parti
Assemblée nationale : Une première conférence sur les grandes questions de la nation
Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés