Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

LEFASO.NET | Yvette Zongo • mercredi 16 mai 2018 à 23h38min

Plus de 20 000 postes pour plus de 900 000 candidats aux différents concours de la Fonction publique en 2017. Pour cette année, le nombre total de postes à pourvoir est de 14 414, soit une réduction de 40% par rapport à l’année dernière, décision prise en conseil des ministres le mercredi 18 avril 2018. Nous avons voulu savoir ce que certains citoyens pensent de cette décision. Nous leur avons tendu notre micro.

Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

Donatien Louré, étudiant en Sciences politiques et juridiques (SJP)

« Au vu du taux de chômage élevé, je pense que cette décision ne permettra pas de réduire le taux de chômage au Burkina Faso. Au contraire, elle va augmenter le nombre de chômeurs parce qu’avec la décision, des gens sont déjà exclus. Et cela n’est pas bon pour la jeunesse actuelle qui se bat pour trouver de l’emploi. On sait que l’État ne peut pas embaucher tout le monde mais ce n’est pas non plus une façon de résoudre les problèmes. Il devait d’abord commencer à préparer les jeunes à l’auto-emploi, en commençant à professionnaliser les formations primaires, secondaires et universitaires et non réduire les effectifs ».

Yacouba Guiro, élève-conseiller des affaires culturelles à l’École nationale d’administration et de magistrature (ENAM)

« Au regard de la forte demande d’emplois de la jeunesse burkinabè, réduire les effectifs de ceux qui sont éligibles aux concours directs, à mon avis, est négatif, parce que la jeunesse attend fortement de ce pouvoir qui a promis d’augmenter l’employabilité des jeunes pendant la campagne électorale. Et pour respecter cet engagement, la moindre des choses, c’était de recruter plus de jeunes, parce que l’État est le plus grand pourvoyeur d’emplois. Et au lieu de faire cela, l’État fait marche arrière par rapport à sa capacité de recrutement. Je pense que c’est négatif. Et je pense également que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse ».

Mariam Congo, étudiante en Sociologie

« Le fait de réduire les effectifs, pour moi, en tant que candidate, c’est une trahison parce que cela va à l’encontre des promesses faites par le gouvernement lors des campagnes électorales. D’ailleurs, dans son Plan national de développement économique et social (PNDES), il a promis de maximiser sur l’emploi des jeunes. Et pour toutes ces raisons, on s’attendait à ce que ces effectifs s’accroissent cette année et non le contraire. Chaque année, le nombre de diplômés ne cesse d’augmenter au Burkina Faso. Où le gouvernement veut que ces diplômés partent pour obtenir de l’emploi ? À l’Université de Ouagadougou, il n’y a pas de formation professionnelle, la plupart des formations sont générales et quand on sort avec ses diplômes, on n’a pas d’autres issues que les concours directs de la Fonction publique pour avoir un emploi ».

François D. Ouédraogo :

François Ouédraogo

« Moi je n’ai jamais passé de concours de l’État mais je pense que cette décision est salutaire. Car pour moi, il faut qu’on se désolidarise et se détache totalement du système français, qui consiste à former des bureaucrates. Ceux qui sont formés ou recrutés, qu’est-ce qu’ils font comme travail ? Je ne vois pas. Quand on prend certains agents des ministères, qu’est-ce qu’ils font comme travail ? Pas grand-chose. Je vous assure qu’il faut réduire le nombre de personnes recrutées pour la simple raison qu’il ne suffit pas de recruter des gens ; il faut plutôt permettre aux gens de créer des emplois, sinon si chaque année l’État recrute, pour finir, il ne pourra plus payer les salaires. Jusqu’à présent on paie des salaires à des gens qui ne travaillent pas et qui n’ont pas d’initiatives. L’État ne les contrôle pas. En conclusion, chacun fait ce qu’il veut, donc ça sert à quoi de recruter ? »

Georges Karambiri, vendeur de matériel de bureautique

« Si l’on s’appuie sur les explications données par le gouvernement lors de la prise de la décision, je trouve que c’est une bonne chose, parce qu’il ne sert à rien aussi de recruter des gens et les mettre dans de mauvaises conditions de travail. Je pense qu’il faut travailler à ne pas tout attendre de l’État, parce que l’État, c’est chacun de nous ».

Interview réalisée par Yvette Zongo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 16 mai à 19:46, par fonctionnaire chomeur En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    Vous aviez tous raison.mais l’etat doit faire l’economie de recruter pour metre au chomage.combien sont ces fonctionnaire dans nos administrations a ouaga qui vienne seulement pour faire acte de presence. N’importe quoi !

    Répondre à ce message

  • Le 16 mai à 20:04, par Zimm En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    " 20 000 postes pour plus de 900 000 candidats " si prouvé, c’est ultra-déprimant comme chiffre !
    Soyons sincère l’état Burkinabè même n’a pas les moyens financiers de prendre tout le monde ce qui pose la question fondamentale de comment s’y prendre pour créer des emplois ce qui pose à son tours le problème (connu et reconnu) de l’inadéquation entre les formations données aux jeunes et les besoins. La population de l’Afrique va doubler d’ici à 2050 (càd demain...) il faudra que quelque chose de fondamentalement différente se passe, ça ne peut pas continuer comme ça...

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 02:46, par AE En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    Combien de fonctionnaires ne méritent pas leur salaire à la fin du mois ? que dire de ceux qui bénéficient de fond commun ? ce fond est une hérésie, antidémocratique, inégalitaire et basé sur aucun fondement. A SUPPRIMER AU PLUS VITE ! Quand est ce que les jeunes vont comprendre que l’avenir et le développement de ce pays n’est pas être fonctionnaire ? On pourrait facilement réduire les effectifs de la fonction publique de moitié (en dehors de l’éducation et de la santé, où il faut continuer à recruter pour faire face aux besoins croissants).

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 06:58, par Passakziri En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    Le vrai drame à mon avis n’est pas la reduction des postes du publique mais le rôle insuffisant du secteur privé à absorber les bras valides et les compétences dans des emplois décents et offrant une perspective. Je ne parle pas ici de la debrouillardise, puisque en quelque sorte tous ces chômeurs se battent corps et âme pour n’assurer que le Minimum. Qu’est-ce que le Burkina offre comme attouts que les autres pays n’on pas pour encourager une Insertion d’un secteur privé de Taille ? L’insécurité au Nord et les tensions sociales latentes ne sont pas à faciliter les choses, en plus de l’impression qu’on peut avoir de l’inexistance d’un vrai leadership et de plan sérieux au sommet de l’Etat. Tout se fait de manière superficielle et bâclée, à tel point qu’on ne comprend plus rien aujourd’hui .
    C’est déprimant mais je constate que nous avons du mal à passer de la théorie à la pratique. Chaque jour c’est des hauts Conseils ici, des Conseils supérieurs par là, mais on ne voit jamais les résultats, alors que pour nous éviter de passer de Revolution à insurection et encore et encore, il faut absolument offrir des perspectives sérieuses à la jeunesse dans sa grande masse, alors que même si l’Etat recrutait 100 000 par an, on serait loin d’une resorbtion du chômage au pays des hommes integres.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 07:03, par Voltaïque Indigné. En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    L’état n’est pas créateur de richesse il n’assure que des fonctions de supports aux entreprises et acteurs économiques qui sont les moteurs de développement. RMCK n’a jamais dit que c’est par le biais de la fonction publique qu’il créera des emplois pour les jeunes. D’ailleurs la fonction publique doit être optimisée pour réduire l’effectif là où ce n’est pas nécessaire notamment dans l’administration générale.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 07:42, par Jerkilo En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    L’Etat doit-il recruter pour donner des salaires aux agents ou pour leur donner du travail ? Quand on constate le désœuvrement des agents publics dans les bureaux des administrations des grandes villes (Bobo, Ouaga, ...), on se demande si l’Etat doit se comporter en Etat providence. Combien de fonctionnaires sont actuellement déguisés en fonctionnaires chômeurs payés à ne rien faire sauf recevoir un salaire en fin de mois ? Le gouvernement devrait orienter les recrutements vers des secteurs nécessiteux : agriculture,éducation, santé, sécurité.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 07:50, par Bodo En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    Guiro, Congo, Louré, on dit que tout ce que Dieu fait est bon non ?

    Profitez de cela pour vous lancer dans vos propres affaires. C’est positif. Vous allez vous assoeir dans un bureau et compter sur les fonds communs pour vous réaliser ? Pendant ce temps, vos camarades mécaniciens, soudeurs, maçons, plombiers... vont se faire plein d’argent et vivre heureux, en faisant ce qu’ils aimes. Vous serez enfermé de 8h à 16h dans un bureau, à fouillerdes papiers, pendant que votre camarades qui est au marché, tourne à l’aise, et envisage la vie avec beaucoup de projets.

    La Fonction publique ne développe pas un pays. C’est le privé qui le fait. Regardez un peu autour de vous, quand vous avez un projet de construction d’un immeuble : combien de fonctionnaire vienne travailler sur ce projet ? Les routes qu’on nous fait, combien de fonctionnaire sont dessus ?

    Ne cherchez pas à être des Administrateurs, cherchez à être des grands. Si M. Isidore KINI était un fonctionnaire, on n’aurait pas eu ISIG. Si le propriétaire des Alimentations Le Bon Samaritain était un fonctionnaire, il aurait même pu être ministre. Mais on n’aurait pas eu ce qu’il a fait... Vous connaissez des exemples ici et ailleurs ! Si Marck Zuckerberg était un policier, on n’aurait pas eu Facebook...

    Changeons le disque mental et travaillons, au lieu de chercher l’assurance du salaire, pour d’ailleurs ensuite déserter les bureaux, à la recherche de deals pour beurrer ses fins de mois.

    Je suis certain que si vous sortez et vous vous lancez dans une activité privée, ce sera dure, mais vous aurez plus de bonheur que dans votre job.

    A bon entendeur...

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 08:53, par adams En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    Bien fait pour vous .
    C’est vous qui avez trahi l’insurrection en donnant le pouvoir au MPP.
    Assumez vos erreurs.
    Rendez vous en 2020

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 09:15, par MOE En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    ceux qui parlent de trahison ne perçoivent pas le danger de l’évolution vertigineuse des effectifs de la fonction publique . notre système de retraite est que ceux qui sont en activité cotisent pour la pension de ceux qui sont à la retraite. imaginer une égalité ou COTISATIONS = PENSIONS. des fonctionnaires iront à la retraite sans pension ; c’est ça que vous voulez ????? notre gouvernement doit plutôt développer le privé qui doit absorber le plus grand nombre de nos diplômés.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 09:30, par asbarka En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    Mr adams, y’a quel rapport entre l’insurrection et l’effectif du recrutement 2018 ? Tiens toi bien et dit à qui de droit que même si vous revenez au pouvoir et que vous tentez encore de modifier la constitution pour un pouvoir eternel vous allez de nouveau nous rencontrer su votre chemin

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 09:45, par Dounia En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    On ne doit pas tout attendre de l’État. Il y a des étudiants même si l’État décidait de recruter un million(1 000 000) de fonctionnaires par an ils ne seront jamais admis avec leur niveau de devant "Macron". Il y a des fonctionnaires qui démissionnent chaque année, renseigner vous.Bande de courte échelle et moindre effort.Y a du boulot dans l’agriculture, l’élevage etc plus que la fonction publique.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 10:43, par JusteLeJusticier En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    Ce que nous les Burkinabés nous n’avions pas compris c’est que l’Etat à lui seul ne peut assurer l’employabilité de toute la jeunesse qui, même si certains parviennent à réussir le concours, combien d’entre eux ont des objectifs et des missions liés à leur poste ?

    D’un point de vue personnel, Arrétons de juger l’Etat et d’attendre tout de l’Etat.
    Soyons responsables et assumons que nous avons tous faillis.
    Je m’explique :
    beaucoup de jeunes (ou personnes agées d’ailleurs), pas tous, ayant pris fonction dans la fonction publique s’adonnent à des activités parallèles incompatibles à leur fonction faute de missions réelles au sein de leur unité ou soit le maigre salaire qui est attribué est insuffisant. Beaucoup d’entre eux intègrent la fonction publique sans projet professionel (objectif) ou pire sont à des postes dont les compétences ne sont pas similaires aux leurs, du coup ils se retrouvent dans un milieu ou ils sont des diplômés NON qualifié aux postes. Comme on le dis tous les jours "L’état n’appartient ni à mon père ni à ma mère, je n’ai qu’à gagner mon manger seulement le reste on va debrouiller" Ce qui constitue un réel danger pour leur (ces agents concernés) propre connaissance qui finira par s’étouffer (tout feu qui ne s’entretient pas fini par s’eteindre).
    Sans critiquer et disons nous la vérité nos jeunes diplômés manquent d’initiatives et d’autonomie. Comparaison n’est pas raison mais jeter un regard sur les pays émergeants (n’allons pas loin) exemple de la côte d’ivoire, beaucoup de jeunes diplômés inovent, ils osent et défient les enjeux du 21ième siècle qui sont de développer la Côte d’Ivoire avec l’appui et l’accompagnement de l’état à travers la création des TPI ou des PME. Je sais certains diront que les moyens manquent (je repondrai par faux et vous verrez pourquoi par la suite), certes mais ne ditons pas que "le manque de moyen ne doit pas être un handicap/frein à l’initiative ??" alors que cette initiative dans notre cas, on ne l’a sent pas voir est absente. L’état à travers des structures comme, je pourrai citer qu’un (sachez qu’il existe plusieurs), START’UP, qui financent les projets novateurs et innovateurs. Mais force est de constater l’absence sur les listes des candidats issus de cette jeunesse burkinabè intelligente, affamée et désireuse de trouver du travail. Voila un moyen qui pourra être bénéfique non seulement à l’état qui ora la possibilité de reformer ses agents en leur affectant des objectifs annuels (prime à l’appui en fonction de tes résultats) et aussi d’accompagner les jeunes qui veulent entreprendre dans le privé. Parce que tout le monde ne veut pas bosser forcément dans le public, beaucoup y vont parce qu’ils n’ont pas le choix, c’est un lieu ou il y’a du pain et de l’eau.
    Moi je ne serai même pas contre si l’état suspend les concours de la fonction publique sur une longue période (05ans) afin d’organiser le départ des futurs retraités, qui ont un nombre rélativement faible face aux nombres de remplaçants (nouveaux recrus). Cette longue période permettra à l’état de faire un inventaire sur son parc entier et mieux se refixer des objectifs et permettre à chaque agent d’avoir au MINIMUM une mission annuelle et un meilleur suivi (montée en compétence sur son domaine) et d’être plus qualifié sur le poste. En parrallèle, les concours étant suspendus provisoirement (05ans), on élabore un budget que l’on alloue aux structures chargées de financer et d’accompagner les jeunes entrepreneurs qui souhaitent créer leur(s) projet(s) à deux* ou à plusieurs (900.000 candidats divisés par 2* ==> 900.000/2 = 450.000* soit 450.000 projets au minimum repartis dans différents domaines mécanique, electronique, agriculture, enseignement, tourisme, technologiques et j’en passe. sachant qu’un projet comprend au minimum 02 personnes voir plus). Dans ce cas de figure l’état est gagnant et la jeunesse aussi gagnante car un projet pourra embaucher de la ressource comme toute entreprise normale , Ne nous voilons pas la face, beaucoup de choses restent à faire au Burkina Faso, donc si chaque jeune attaque sur un chantier bien précis, c’est tout le burkina qui est gagnant. Ainsi ça sera fini pour ceux qui disaient "cest pas la société de mon père ni de ma mère", et ils feront tout pour non seulement préserver et feront développer leur(s) entreprise(s), "si tu dors cest pour toi qui part"

    Je termine en disons qu’il faudra que nous quittons dans cette situation de dépendance intellectuelle et financière vis à vis de l’état. Sans l’état nous ne sommes pas perdus CROYEZ MOI.

    OSONS et nous verrons que le résultat est au bout de l’éffort.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 13:29, par Bonus En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    Il faut que les gens arretent de penser que c’est l’etat seul qui doit etre pourvoyeur d’emplois. I y a des gens qui pensent que meme l’air qu’ils respirent, c’est l’etat qui doit pomper ca dans leur poumons. C’est la mentalite des pays sous systeme francophone principalement. Le role capital de l’etat est de mettre en place les infrastructures et autres conditions, entre autres justice et securite, capables d’attirer les investisseurs prives et aux nationaux desireux de mettre en place leurs propres affaires. C’est comme cela que ca se passe dans les pays developpes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 13:56, par juriste En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    Cette forfaiture c’est juste pour laisser la place au recrutement hasardeux sur mesures nouvelles au profit des jeunes du parti

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai à 15:16, par changeons En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    Nous devons sortir de ce raisonnement qui est d’attendre tout de l’Etat. L’Eta providence est s’est réduit à sa plus simple expression et doit jouer son rôle régalien, assainir l’environnement des affaires pour permettre à la jeune de s’auto employer dans divers secteurs : agriculture, élevage l’industrie etc. Vouloir tout attendre de l’Etat est suicidaire et puéril. Nous sommes dans l’ère de la compétition avec pour moteur, le secteur privé.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai à 18:15, par SORE SALFO En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    Reduire c est bon.c est parcequ ils ont qualifier
    Du mauvais la gestion du regime compaore
    Qu ils sont confrontes par ces problmes.27 ans
    Sans c est fleaux .je penses que c est la persnnalite de Blaise qui a duré au
    Pouvoir.sinon ces idées doivent demeurer.nous
    Disait Platon :"_le politique doit avoir l art de sa xience.
    Mais que dit le brassar noir sur ça ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai à 20:54, par Kabore abdou En réponse à : Réduction des effectifs pour le recrutement à la Fonction publique : « Je pense que c’est une trahison par rapport aux attentes de la jeunesse »

    Je pense que le état doit entreprendre des mesures d aider la jeunesses burkinabè a trouvé de la l emploi non pas seulement à travail avec lui ,mais à sensibiliser la jeunesse à
    Créer ses propres emploi parce que jusque la n,nous ne faisons que de suivre aveuglément l idéologie français tout en sachant que nulle ne peut se développer en suivant aveuglément l idéologie de l autre

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés