Ministère de la Justice : Les membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), officiellement installés

LEFASO.NET | Par Tambi Serge Pacôme Zongo • jeudi 18 janvier 2018 à 17h00min

Quatorze membres et un bureau de quatre membres, ainsi se compose le Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), installé officiellement, lors d’une cérémonie organisée le mercredi 17 janvier 2018, dans la salle de conférence des Archives nationales de Ouagadougou, en présence du ministre de la justice, des droits humains et de la promotion civique, René Bagoro.

Ministère de la Justice : Les membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), officiellement installés

« Le ministère de la justice, des droits humains et de la promotion civique occupe le troisième rang du classement des entités les plus vulnérables aux pratiques corruptrices », a déploré entre autres faits le ministre de la justice, des droits humains et de la promotion civique, René Bagoro, se basant sur les résultats du sondage de 2016 du REN-LAC.

Pour le ministre Bagoro, en plus de la relecture des textes régissant le Conseil supérieur de la magistrature(CSM), et le statut des magistrats, puis l’adoption de textes portant création de pools économiques spécialisés dans la lutte contre la délinquance économique et financière, il y a un besoin réel de renforcer les efforts pour un meilleur assainissement du milieu judiciaire.

Ainsi, procédant à l’installation des membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), il a laissé entendre ceci : « Je ne doute point de vos capacités à contribuer efficacement à la prévention et à la lutte contre la corruption au sein du ministère ».

Ministre de la justice, des droits humains et de la promotion civique, René Bagoro

Selon le ministre René Bagoro, les quatorze membres composants ledit comité ont été choisis par les structures qu’ils représentent sur la base de leur moralité, de leur probité et de la bonne renommée dont ils jouissent auprès de leurs collègues.
Il a par ailleurs, réaffirmé son entière disponibilité et sa détermination aux membres officiellement installés en ces termes : « Je puis vous rassurer de ma disponibilité, de mon engagement et de ma détermination à vous accompagner(…) ».

Quant au président du bureau du comité fraichement installé, Gnanou Karfa, qui revendique également son appartenance au syndicat burkinabè des magistrats, la principale mission, c’est la prévention et la détection du phénomène de la corruption au sein du ministère de la justice. De ses affirmations, il ressort que le plus souvent, la pratique de « la petite corruption » se justifie par le fait de la complexité et de la longueur des procédures. De fait, il estime, « dès lors que ces dysfonctionnements sont endigués, les justiciables peuvent avoir accès aux différents actes de justice avec plus de facilité », a fait savoir le tout nouveau président. De l’avis du magistrat, « faciliter les procédures en travaillant sur les goulots d’étranglement », c’est là l’un des aspects sur lequel il faille travailler pour atteindre l’objectif clé, qui est de faire en sorte que les pratiques « anti-déontologiques » et contraire à l’éthique puissent être endigués au niveau de la justice.

Gnanou Karfa, président du bureau du comité

L’autre objectif, « c’est de faire en sorte que le comité Anti-corruption du ministère de la justice ne soit pas un cadre de trop, ce en apportant une touche particulière et en travaillant sur le terrain », a soutenu Maitre Karfa.

Lorsque mention est faite des dossiers pendants, à savoir celui des magistrats épinglés pour fait de corruption, il soutient ne pas se pencher sur « ces dossiers », mais plutôt sur ceux qui leurs seront directement soumis.

Le comité par la voix de son président, Maître Karfa, afin d’atteindre les objectifs fixés invite les populations à ne pas être des vecteurs de corruption.

Pour rappel, le comité Anti-corruption/Justice et droits humains est né de la recommandation du Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) aux différents ministères, de mettre en place un comité anti-corruption dans le but de lutter en leur sein contre ce fléau. Le comité du ministère de la justice et des droits humains est désigné pour un mandat de trois ans renouvelable.

Tambi Serge Pacôme Zongo(Stagiaire)
Lefaso.net

En encadré

MEMBRES DU BUREAU (CAC/JDH)

Vos commentaires

  • Le 18 janvier à 13:52, par Substance Grise En réponse à : Ministère de la Justice : Les membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), officiellement installés

    On vous souhaite la bienvenue et beaucoup de courage
    Effectivement il faut travailler á interpeller les magistrats sur la lenteur des rapports et de l’execution des décisions.
    C’est pas normal qu’un magistrat laisse un dossier en appel par exemple trainer plus d’un an et qu’on ne puisse pas l’interpeller ; surtout quand on sait qu’il n’a pas dit le droit lors du prémier jugement de manière flagrante .Et comme il sait qu’en allant à l’appel le droit peut être dit ;il bloque le dossier.
    Beaucoup de burkinabè sont victimes de cela ;et tout ça á cause de la corruption.
    Seule la justice permettra le developpement

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 14:24, par OUEDRAOGO En réponse à : Ministère de la Justice : Les membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), officiellement installés

    soyez intègres, aussi ne pas êtres gelés ! courage à vous !

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 14:44, par Badpress En réponse à : Ministère de la Justice : Les membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), officiellement installés

    Beaucoup de courage à vous car la tâche ne sera pas du tout facile.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 14:46, par mobutu En réponse à : Ministère de la Justice : Les membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), officiellement installés

    SACRE BURKINA. Créer une structure pour lutter contre la corruption au sein d’une institution chargée de rendre la justice. Autant créer ces structures au sein de tous les départements ministérielles, puisque la corruption existe partout. Pire, c’est une commission composée de magistrats et d’auxiliaires de justice. Qui va condamner qui ? Mieux, qu’avez vous fait du rapport incriminant les brebis galeuses de votre ministère ? Une structure inutile et budgétivore de plus.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 15:24, par KA LI FA En réponse à : Ministère de la Justice : Les membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), officiellement installés

    Ce que je constate :
    1- Sur les 14 membres, il y a deux femmes.
    2- Le syndicat est représenté

    Sans vraiment connaitre la majorité des membres, espérons que nous ayons des résultats satisfaisants. Et surtout accepter qu’on aille jusqu’au bout des sanctions pour tous ceux qui seront épinglés même si ces personnes sont politiciens,hommes d’affaire, haut cadre ou pas.

    Parce qu’il ne suffit pas de seulement donner les rapports chaque année. Et surtout aussi voir le cas de l’exécution des chantiers dus aux appels d’offre .

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 15:42, par the upright En réponse à : Ministère de la Justice : Les membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), officiellement installés

    Mr le Président du CAC JDH. Moi je vous prends au mot pour vous demander pourquoi cette complexité au niveau des services judiciaires ? Est-ce de la volonté des acteurs de la justice ou celle des politiques ? Si vous prenez vos responsabilités, que vous reprocheront les politiques, surtout que ces derniers vous ont accordé votre indépendance avec les avantages qui y siéent ? Que faisons nous autres justiciables ? Que vous laissiez les plus Grands Justiciables (corrompu(e)s, corrupteur( euses), détourneur(euse)s de nos ressources aller à leur bon gré ? Moi j’ai cautionné l’insurrection sans en être acteur et je crois que tous comprendront pourquoi. Alors, si le ministère a bien voulu vous installer là, c’est qu’il a foi en vous et j’espère que vous serez à la hauteur. Nous sommes à deux vitesses, car ceux qui refusent de corrompre ou d’être corrompus sont la merde de ce pays. Au mieux, on dira que vous êtes un idiot (Idjo), ethnie Nigériane. Mr le Président, faites avec votre équipe que les honnêtes citoyens de ce Burkina ne soient pas des Idjo. Que le Tout Puissant et les Mânes de mes Ancêtres vous accompagnent pour mon bonheur.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 16:03, par Wildamgen En réponse à : Ministère de la Justice : Les membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), officiellement installés

    Ce groupuscule ne fera rien et ne pourra rien contre la corruption au sein du ministère. Nous pouvons présumer qu’il va être le rideau de couverture des méfaits qui se feront là-bas. Ce sont des amis entre eux ; des promo etc. Le drame dans tout ça c’est la dissipation de l’argent du contribuable

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 16:21, par HISTOIRE En réponse à : Ministère de la Justice : Les membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), officiellement installés

    Le milieu judiciaire est vraiment corrompu,on peu avoir un n° verre ? au cas ou........

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 17:23, par Pascal En réponse à : Ministère de la Justice : Les membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), officiellement installés

    Je ne vois pas comment un collègue va juger surveiller juger des collègues. C est du pipo

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 21:44, par Ka En réponse à : Ministère de la Justice : Les membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), officiellement installés

    Espérons que ce comité anti-corruption ne sera pas la racine de la corruption du régime Kaboré comme celle instauré par le régime Compaoré depuis plus de 30 ans.

    Au Burkina tout se sait car le détournement de fonds est un sport national. Avant de connaître les résultats de ce comité, tout ça pour moi, n’est que du verbiage. Tant que les "élus" pourront piller les caisses, biens et ressources de l’Etat en toute impunité, créer ce comité bidon ne servira rien car la corruption perdurera.

    Peuple Burkinabé, comment sodomiser une mouche avec des gants de boxe ? Ce comité sera une aiguille dans une botte de foin, car il y a tellement de malversations dans l’entourage du pouvoir, et à tous les niveaux que personne n’agit avec la morale. Quand le bon exemple viendra de haut, peut-être que ça changera. Mais pour cela, ce comité s’il est indépendant et fiable, c’est de commencer a auditer tous nos décideurs et prouver ou viennent les ressources qui les ont permis de construire plusieurs villas a Ouaga 2000 ou dans d’autres villes du Burkina. il faut sanctionner de manière sévère et juste ceux qui se sont enrichis de manière illicite, avant d’attaquer les petits fonctionnaires corrompus de la douane, la justice, la police et la gendarmerie.

    Le problème est que le Burkina de Blaise Compaoré et maintenant de Roch Kaboré est pourrie jusqu’à la moelle et l’impunité est la règle a cause de la corruption. Les exemples sont pléthores, comme par exemple un simple petit juge ou un simple douanier qui possède plusieurs terrains a construire au vu et au su de tout le monde, avec la bénédiction et la protection de la justice (qui, comme chacun sait, est aveugle) même si cette personne est pris la main dans le sac et ‘’’accusé de corruption comme ce fut le cas de Guiro,’’’ des juges ou des personnes haut placées interviendront pour le faire libérer.

    Quand je vois tous les milliards investis par des investisseurs dans les mains de l’entourage du pouvoir pour le PNDES, je demanderai a tous les donateurs et autres bailleurs d’être plus présents sur le terrain pour s’assurer de l’utilisation des fonds conformément à leur destination annoncée.
    Comité d’anti-corruption, le peuple vous regarde.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 13:49, par GUESSAD En réponse à : Ministère de la Justice : Les membres du Comité anti-corruption/justice et droits humains (CAC/JDH), officiellement installés

    Il ya trop de comités ou de commissions dans ce pays,pendant ce temps on demande aux gens de serrer la ceinture.Il faut aussi commencer à revoir toutes ces dépenses.
    Avec toutes ces dépenses,personne ne peut venir nous dire qu’il n’ya pas de ressources financières dans ce pays.
    Que Dieu aide et assiste le Burkina Faso !!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés