Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

DECLARATION • samedi 30 décembre 2017 à 01h51min

Monsieur le Premier Ministre
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale
Monsieur le Président du Conseil constitutionnel
Mesdames et Messieurs les Présidents d’Institution
Messieurs les Anciens Chefs d’Etat
Monsieur le Chef de file de l’Opposition politique
Mesdames et Messieurs les ministres
Distingués représentantes et représentants des Corps Constitués de l’Etat
Honorables Invités

Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

Mesdames et Messieurs
La cérémonie de présentation de vœux des corps constitués de l’Etat est un moment important de la vie de la nation où nous devons marquer une halte pour prendre la mesure du chemin parcouru durant l’année écoulée en vue de faire face aux défis à relever.

Distingués membres des Corps Constitués

Je suis sensible aux vœux que vous venez de formuler à mon endroit et à celui de ma famille.

Je vous remercie et souhaite en retour, pour chacun de vous personnellement, pour vos familles respectives et pour tous ceux que vous portez dans vos cœurs, une année 2018 de bonne santé, de bonheur et de plein accomplissement de vos légitimes et profondes aspirations.

L’année 2017 qui s’achève, a été marquée au plan international, entre autres, selon le Fonds Monétaire International, par une reprise progressive de l’activité économique dans 75% des pays dont le Burkina Faso. L’Afrique, bien qu’étant un des continents le moins responsable du changement climatique, en est paradoxalement le plus vulnérable. Cette menace globale doit être enrayée, faute de quoi, il faudra s’attendre à des conséquences directes sur le quotidien de nos populations.

En effet, si la montée du niveau de la mer, consécutive à la fonte des glaces, peut sembler une menace lointaine pour un pays enclavé comme le Burkina Faso, la baisse de la production céréalière, résultante des perturbations des saisons est par contre un effet concret qui risque de se faire sentir partout dans le monde.
La région Ouest africaine quant à elle a été marquée en 2017 par la recrudescence des attaques terroristes dans la bande sahélo-sahélienne dont notre pays fait partie.
Ces attaques ont fait de nombreuses victimes et des blessés au Burkina Faso durant l’année 2017.

Comme vous le savez, le G5 sahel s’est résolument engagé à opérationnaliser sa force conjointe pour une lutte plus efficace contre le terrorisme et l’insécurité au Sahel.
Ce combat sans merci contre les réseaux terroristes et les trafiquants de tous ordres qui écument la région contribuera à consolider la paix et à lever les contraintes liées à l’insécurité qui pèsent sur les économies de nos Etats.

A ces difficultés au sahel s’ajoutent la crise migratoire et tous les drames humains qui y sont associés et qui font l’objet d’une condamnation unanime des Africains et du monde entier.

Permettez-moi de m’incliner devant la mémoire de toutes les personnes qui ont perdu la vie au cours des différentes attaques que notre pays a subies.
Je tiens à saluer particulièrement la bravoure et l’abnégation de nos forces de défense et de sécurité qui ne ménagent aucun effort pour sécuriser au mieux notre pays.
Tous mes vœux de prompt rétablissement accompagnent les blessés.
Distinguées personnalités

Mesdames et Messieurs

Notre pays aurait pu donner une plus grande amplitude à sa croissance économique et aux investissements dans les secteurs prioritaires et productifs, n’eut été d’une part, les défis sécuritaires, et de l’autre, les grèves à répétition dont les conséquences sont dommageables pour l’économie nationale.

La production céréalière prévisionnelle de la campagne agricole 2017-2018 sera déficitaire par rapport à la campagne précédente. Les facteurs de ce déficit se résument aux poches de sécheresse, à l’arrêt précoce des pluies, aux attaques des prédateurs. En plus de la production céréalière, les cultures de rente connaissent également une légère baisse.

Face à cette situation qui préoccupe les Burkinabè, je veux rassurer qu’un plan de riposte à l’insécurité alimentaire a déjà été élaboré par le Gouvernement pour faire face à la période de soudure.

Distingués membres des Corps Constitués
Mesdames et Messieurs

La cérémonie de présentation des vœux constitue également une excellente occasion d’interpellation, pour nous inviter toutes et tous, à cultiver l’esprit de collaboration, l’abnégation et l’ardeur au travail, la solidarité et l’intégrité pour améliorer nos capacités individuelles et collectives à participer au développement économique, social et culturel de notre pays.

Tout en appréciant à sa juste valeur les acquis et les résultats obtenus par les efforts des Burkinabè sur les différents chantiers de la construction nationale, je dois inviter nos compatriotes à plus d’engagement pour permettre à notre peuple de réaliser ses aspirations profondes et légitimes.

Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

Je prends bonne note des attentes légitimes de l’ensemble des composantes des corps constitués de l’Etat qui ont été formulées à l’instant par votre porte-parole.
C’est pourquoi, je lance un appel solennel à tous les acteurs de la communauté nationale, principalement les corps constitués, afin qu’ensemble, nous poursuivions la construction de l’Etat de droit par la transformation structurelle de l’économie burkinabè pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive, créatrice d’emplois décents pour tous et induisant l’amélioration du bien-être social.

Mesdames et Messieurs
L’année 2017 a été marquée par de nombreux mouvements sociaux qui se sont traduits par des sit-in et des grèves à répétition, par moments, dans le non- respect de la législation en la matière.

Ces derniers jours, des élèves et des jeunes, sous prétexte de soutenir les mouvements de grève des enseignants barrent les routes et bloquent le trafic national et international avec tous les désagréments et les conséquences fâcheuses qui en découlent notamment aux plans économique, sécuritaire et de la mobilité.
Il est évident aujourd’hui, qu’en matière de satisfaction des revendications salariales, il n’est plus possible de continuer à imaginer des solutions au cas par cas, en dehors d’une approche d’ensemble, à l’échelle de la fonction publique. C’est un impératif de justice sociale et d’équité que je me dois de faire absolument et nécessairement respecter.

C’est pourquoi je lance un appel aux syndicats de l’éducation pour observer la plus grande retenue, dictée par le sens de la responsabilité, car il s’agit ici de l’avenir immédiat de l’école burkinabè et donc de celui de nos enfants.
J’invite donc tous les partenaires sociaux à la modération, afin qu’ensemble, dans un esprit constructif, nous engagions une réflexion globale pour trouver les solutions appropriées à leurs préoccupations, sans hypothéquer l’avenir des générations présentes et futures.

Œuvrons toutes et tous, à faire de 2018, une année d’avancée de la réconciliation nationale, de consolidation de la paix sociale et d’engagement collectif au travail.
C’est à ces conditions que nous pourrons poursuivre l’édification d’un Burkina Faso prospère, pour tous ses fils et filles.

C’est sur cette note d’optimisme que je réitère mes souhaits de bonne et heureuse année 2018 à toutes et à tous.

Je vous remercie

Vos commentaires

  • Le 30 décembre 2017 à 03:01, par M.Kouka En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    Mr le president, vous avez presque tout dit mais j’aurais voulu plus d’elements sur ces greves a repetition : par exemple, combien y en a eu en 2017 et quelles consequences niveau scolaire, socio-economique pour le pays et aussi un ton plus ferme a l’egard des manipulateurs, style Sankara. Peut-etre que l’on prendra plus conscience qu’il nous faut travailler plus avec moins de greves.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2017 à 07:24, par icheich En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    beau discours. Monsieur le Président, je pense que ce n’est pas aujourd’hui qu’il faut refuser le règlement cas par cas des corporations. pendant que les enseignants des CEBNF ont passé un an sans salaire, vous demandez une retenue des syndicats. Même un moi la loi hospitalière est passé à l’ assemblée... vous trouvez moins important l’ éducation, c’est mon constat

    Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2017 à 18:53, par gomissida En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

      Oui,très malheureusement mes amis,le mépris de l’enseignant qui est courant chez le Burkinabè ordinaire, ce mépris se sent même dans les propos du président lui-même. C’est domage pour l’avenir de ce pays. "Cas par cas"..…. alors que tous les autres cas ont été traité isolément,souvent au prix de plusieurs vie humaines. Arrivé au tour de l’enseignant on l’invite a se retenir "a la plus grande retenue",evocant l’avenir des enfants tandis-que le povr enseignant lui,même son présent est catastrophique, et son avenir le sera plus si rien ne change.s’il vous plait Mr le Président, prenez la juste mesure de la situation que vit votre pays.

      Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2017 à 09:04, par Assia ouedraogo En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    Si le président Roch a reçu les juges ,les chauffeurs., Il peut également recevoir les syndicats. De l’éducation pour resoudre le problème de l’éducation.Dois_je vous rappeller SEM le président du faso que nous parlions là des futurs bâttisseurs du pays dont vous êtes l’actuel président.noublier pas vos promes a propos de l ᤾’éducation lors de votre campagne il ya deux ans .ce sont malheureusement les pauvres enfants de ces pauvres. Paysants qui se sont léver dans la fraicheur pour vou votez qui von en subir les pots cassés .d’après le président de l’assembler nationale aucun de vos enfant n’étudie ici.nous le savons bien mais ce n’est pas pour autant que nous qui étudions ici on nous dellesse .Monsieur le président ,que feront ces pauvres parents qui ont vendu leurs mil,haricot,pour la scolarité de leurs enfants en 2020 pour vou ?pensez y .j vous remerci

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2017 à 09:52, par mobutu En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    "Il est évident aujourd’hui, qu’en matière de satisfaction des revendications salariales, il n’est plus possible de continuer à imaginer des solutions au cas par cas, en dehors d’une approche d’ensemble, à l’échelle de la fonction publique. C’est un impératif de justice sociale et d’équité que je me dois de faire absolument et nécessairement respecter."
    Monsieur le président. vous avez été la cause de ce désordre en refusant effectivement d’appliquer cette justice sociale dont vous pensez faire respecter. vous avez commencer au début de votre mandat à satisfaire une catégorie de fonctionnaire au détriment d’autres.
    monsieur le président, "la chienlit, c’est vous"

    Répondre à ce message

    • Le 30 décembre 2017 à 15:40, par Origine En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

      Merci à Mobutu pour cette vérité. C’est Rock lui-même qui a créé cette situation. Il traite une catégorie de professionnels au cas et il refuse pour les autres. De surcroit, il refuse d’examiner le cas de l’éducation. Il n’as pas encore saisit l’ampleur de la nullité dont a fait montre nos étudiants pendant la visite de Macron ? Là, c’est grave.

      Répondre à ce message

      • Le 31 décembre 2017 à 13:02, par Burkinabé et burki’nbila En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

        Vous me faites honte. Voulez dire que cette carence de nos progénitures vous excitent et vous réjouit quoi ? La nullité dont a fait montre nos étudiants pendant la visite de Macron est une résultante de nous tous. On caresse nos enfants dans le sens du poil et on les laisse grever au hasard. On les applaudit même et on les flatte d’être des enfants terribles, des bibéssé (pluriel de bibêga), des révolutionnaires. On soutient des causes impossibles en soutenant la cause de ces "enseignants" chercheurs d’argent et loin de toute discipline, de toute hauteur d’esprit et de tout bon exemple dans leurs foyers et dans leurs écoles. Est-ce que avant nos enseignants étaient ainsi ? Non. Ils étaient nobles, probes, éducateurs donnant l’exemple, intellectuels et compétents. De nos jours les enseignants sont tout le contraire. Aucun niveau. On déserte les salles de classe à tout moment mais on est les premiers en banque à la fin du mois pour toucher son salaire. Croyez-vous qu’on peut s’amuser avec notre maigre budget à (financé en grande partie par les dons et prêts) augmenter les salaires de cette myriade d’enseignants improductifs ? Peuple du Burkina Faso, on est couché et on crache en l’air et on est surpris que cela nous retombe en pleine figure. Allons seulement. Soutenons et défendons les mécréants et refusons de leur dire la vérité et de les vomir. Allons seulement. Il y a aussi les agents du Trésor et des finances. De la vomissure. Ils ne travaillent pas, ne font rien entrer dans les caisses de l’Etat mais sont prêts à faire un braquage des caisses de l’Etat pour se partager des fonds communs colossaux par trimestre même. Qu’ils me donnent un seul exemple de fructification de la trésorerie (qu’ils ne font que gérer) quand ils parlent d’intérêts créditeurs dus aux placements de fonds oisifs qu’ils font sur le marché des capitaux. Quelle autre action ont-ils faite sur le marché financiers pour fructifier la trésorerie par moment oisive de l’Etat. Rien. Et le peuple regarde et applaudit. On applaudit les pilleurs, les hooligans et les voleurs. On fait siennes leurs luttes. Allons seulement. Quand l’Etat va sombrer, on comprendra mais très en retard. A bon entendeur, salut !

        Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2017 à 11:11, par firmin En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    Bonne et heureuse année 2018 au P.F,une année de satisfaction de la plate-forme minimale du CNSE.je vous remercie !!!

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2017 à 11:19, par Zemosse En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    Aucun mot sur ces fraudeurs,ces detourneurs (des milliards en divagation) ces gaspilleurs de fonds publics (longs cortèges de véhicules fonds rouges rien que pour lancer des travaux ! ),
    l’infernale circulation à Ouagadougou et j’en passe. On en a marre des discours insipide et lassant.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2017 à 11:38, par Ancien En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    Espérons que les choses se normalisent. Souhaitons surtout que l’entourage du chef de l’Etat lui dise la vérité. On a comme l’impression qu’il est sous informé sur la situation du système éducatif.Ou qu’il y a des gens qui ne sont pas en réalité avec lui mais qui dinent avec lui. Excellence, vous risquez de faire face à la plus grande crise de votre mandat et ça ne va pas être facile. Rencontrez ces syndicats comme vous avez rencontré les autres. Dites leur ce que vous avez dit aux autres et vous verrez que la tension va retomber. Commencez par une mobilité de certains acteurs du système. Bonne chance à nous tous et que Dieu protège notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2017 à 11:54, par salif En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    Ayiwa ! Le presi a parlé. Les karasamba vous dites quoi maitenant ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2017 à 14:22, par Salou En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    Excellence, bonne année 2018. Pendant que le pays était à genou en janvier 2016 et sous les attaques terroriste, vous avez traité å 100% et au cas par cas les revendications de certains syndicats. Oú se trouve l’équité et la justice sociale quand vous appliquer des méthodes et traitement différents pour d’autres syndicats. Ya t il des super fonctionnaires et dessous fonctionnaires. C’est la preuve d’une mauvaise répartition des richesses. Pour être juste, il va falloir terminer ce que vous avez commence ie la methode cas par cas en incluant tous les citoyens, parce qu’il n’ya pas de demi-burkinabé.

    Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2017 à 11:39, par Nina Poukame En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

      Mr Salou, vous voulez que l’on continue avec une demarche qui a montre ses limite parce que vous en attendez des avantages pour vous et/ou pour votre corporation ? Dites-vous que dans ce pays il n’y a pas que des fonctionnaires. Si l’on est honnete avec soi-meme on doit reconnaitre que les richesses du pays sont tres largement mal reparties dans ce pays au profit des fonctionnaires qui representent une minorite de la population. Comme vous souhaitez, comme moi, la fin de la mauvaises repartition des richesses du pays, commencons par revendiquer une repartition plus juste des richesses entre toutes les composantes de la societe Burkinabe. N’allez pas croire que je reclame des salaires pour tout le monde. Pour la majorite ce doit etre des prix assez remunirateurs pour les producteurs, un allegement des impots et taxtes pour tous ceux qui en sont assujettis, une juste remuneration des ouvriers, artisans, manoeuvres, journaliers, des gens comes ceux que vous (les fonctionnaires) employez chez vous pour le menage et divers travaux etc.

      Répondre à ce message

      • Le 1er janvier à 23:04, par SOUL En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

        Je vous tiens encore !!! Vous êtes vraiment contre les enseignants ! Lisez mon analyse sur le discours du nouvel an du président et vous allez comprendre que vous n’êtes pas faits pour ce débat. Si c’est contre les enseignants qu’on vous a payé, vous allez comprendre à vos dépends que vous avez choisi un mauvais travail ; le travail de calomniateur. Vous savez, les tenants du pouvoir qui semblent plus intelligents que vous ont vu chaque fois leurs arguments immédiatement démontés ; ils ne pensent plus maintenant qu’a intimider les enseignants ; et vous vous voulez être l’avocat du diable. Je crois même que vous êtes un élément de leur mécanisme d’intimidation. On ne va pas vous lacher jusqu’à savoir qui vous êtes. La pire des choses dans une société c’est l’hypocrisie !!! Quittez ce débat ou prenez un autre pseudo ; dans tous les cas on va vous retrouver par vos idées.

        Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2017 à 16:57, par hv En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    Alo la ! Papou a parlé !il n’a pas encore pris la pleine mesure de la situation, de la crise. cette année scolaire ne sera pas blanche s’il plaît à Dieu, c’est plutôt ce régime qui sera blanc !allons seulement !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2017 à 17:02, par Ka En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    D’après ce que j’ai lu de ce discours, tout est dit par un président du Faso soucieux pour son peuple, et qui veut faire ce qui est bien pour le pays sans tenir compte des états d’âme des uns et des autres. Ce que je partage sans réserve dans ce discours, c’est que les choses qui préoccupes et comptes pour le premier Burkinabé qui est le président Roch Kaboré, sont la paix et la stabilité pour aller vers le progrès et le développement qu’il appelle de tous ses vœux depuis son accession à la magistrature suprême malgré le disfonctionnement de quelques ministères dont il est conscient.

    J’ai toujours tiré à bout pourtant sur le laxisme du gouvernement Kaba et son représentant Roch Kaboré concernant la justice et les incompétences des personnes qui ne sont pas à leur place, mais tous ceux-ci font partie du jeu politique depuis notre indépendance et qui retarde l’avancer de notre pays.

    Mais en 2017 si nous voulons sans parti prise et voir les choses avec une bonne foi dans un bon angle avec le changement voulu par le peuple, avec une insurrection qui a ôté le privilège de quelques minorités devenu des ennemis du peuple souverain qui a élu démocratiquement son représentant : Bien-sûr il y a les Burkinabé obtus et sans imaginations qui souhaitent que ne rien ne change, que les choses restent en l’état pour servir leurs sales desseins dans la conquête du pouvoir. A mon avis il est temps que nous quittons ce face à face inutile et s’unir même quitte a utilisé les articles de notre constitution pour se débarrasser de tout ce qui nous rend impropre notamment ses germes conflictuels. Nous pouvons, ceux qui ont la bonne foi, remarqué que même notre opposition qui n’a que le nom et pas d’esprit, ne propose aucune solution alternative crédible si ce n’est des raccourcis identitaires avec leur CODER qui forcement réveilleront plus tard les vieux démons et qui peut mettre le Burkina dans un chaos.

    Pour ka, le président et son équipe doit écouter les syndicats, au lieu de vouloir les piétiner. Ce que j’aurai voulu dans ce discours pleins d’espoir, ce sont des éclaircissements sur la nouvelle constitution, qui pour moi, la majorité présidentielle en concertation avec le peuple, propose un referendum afin de trouver des solutions idoines pour bâtir une constitution de paix et de progrès, en somme moderne et plus pratique.
    Le dernier conseil au président, c’est de remanier impérativement son gouvernement. Surtout se débarrasser des ministres amis et famille qui font le programme présidentiel un pas en avant, trois pas en arrière, qui reste la valse le plus sinistre retardant le développement du Burkina. Pour moi quelques ministres incompétents se permettent de regarder à gauche, quand le problème est à droite, ces ministre doivent quitter le navire.

    Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2017 à 21:21, par SOUL En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    Ce discours n’est pas un appel, c’est une menace voilée, plein de propositions mensongères ; je vous le démontre :
    En introduction, depuis le début de la crise jusqu’au prétendu appel du président, nos dirigeants (le président lui-même, le président de l’assemblée et le ministre de l’éducation nationale) n’ont fait qu’étalage de leurs carences dans leurs arguments en voulant dénigrer les enseignants ; ils ont réussi à convaincre quelques abrutis. On peut considérer que les deux derniers sont des pantins ; mais pour le président Roch, c’est très grave ; ça veut dire que c’était lui à l’ombre qui tirait les ficelles en disant de ne pas satisfaire le monde enseignant. Par ce que pour les magistrats il est allé à 300km/h pour les satisfaire et quand les enseignants commencent à réclamer il nous sort tout ce baratin ; suivez pour savoir que c’est du baratin.
    1 . Le président nous dit : « ll est évident aujourd’hui, qu’en matière de satisfaction des revendications salariales, il n’est plus possible de continuer à imaginer des solutions au cas par cas, en dehors d’une approche d’ensemble, à l’échelle de la fonction publique ».
    Tout récemment on a fait des réformes pour les agents de la santé et tout juste avant son discours il eut des réformes au profit des inspecteurs de travail et les enseignants ont introduit leurs revendications avant certains qui ont eu gain de cause. Voyez que c’est du baratin.
    2 . Le président nous dit : « C’est un impératif de justice sociale et d’équité que je me dois de faire absolument et nécessairement respecter »
    Si c’était vraiment un impératif, les bases des réformes allant dans ce sens devraient être jetées au début de son mandat. On a attendu deux ans après avoir satisfait les amis des finances et de la magistrature, les agents des médias publics et j’en passe pour venir raconter ces conneries aux enseignants.
    Par ailleurs c’est une déclaration mensongère et je prends à témoin tout le peuple burkinabè que le président Roch ne peut pas instaurer une justice sociale et l’équité dans ce pays ; d’abord par ce qu’il n’est ni assez honnête, ni assez courageux pour le faire, ensuite il a très mal commencé. Mais je lui donne déjà une piste pour l’encourager : qu’il se base sur la typologie des métiers pour faire la réforme au lieu de signer des décrets pour accorder des avantages bidons à certains corps ; un exemple pour vous montrer qu’il ne le fera pas : dans la typologie des métiers il est dit que tout métier comporte des risques ; donc les 100000 F d’indemnités de risque que vous donnez aux policiers, il faudrait le donner aux enseignants…
    Un baratin pour divertir les syndicats et gagner du temps ; et en gagnant du temps on ne fait que détruire un système déjà fragile et on tombe dans cette hypocrisie « car il s’agit ici de l’avenir immédiat de l’école burkinabè et donc de celui de nos enfants ». « sans hypothéquer l’avenir des générations présentes et futures ». En fait l’éducation n’a jamais été sa préoccupation ; les déclarations du président de l’assemblée et du ministre de l’éducation nationale en disent assez.
    3 . Le président nous dit « J’invite donc tous les partenaires sociaux à la modération, afin qu’ensemble, dans un esprit constructif, nous engagions une réflexion globale pour trouver les solutions appropriées à leurs préoccupations »
    C’est maintenant que le président sort de l’ombre pour inviter de manière floue les gens à trouver les solutions ; et vous vous voulez croire qu’il est préoccupé par les problèmes de l’éducation. Quand il était préoccupé par quelque chose à la justice, les magistrats ont été satisfaits à la vitesse V.
    C’est bien quand même car depuis qu’il est sorti de l’ombre pour aborder la question nous avons compris qu’il est le premier responsable de la non résolution de la crise. Donc il sera le seul responsable de la destruction du système éducatif.
    En conclusion, le président devrait revoir ses discours avant de les lire, car celui-ci est tellement plein de contradictions enfantines qu’on se demande si c’est un professionnel qui l’a rédigé. Il devrait savoir que le monde enseignant n’est pas le monde paysan qu’il a appris à tromper du temps de Blaise ; si dans le gouvernement ou au MPP, personne ne l’a mis en garde sur cette situation, c’est qu’il s’est retrouvé dans deux sectes religieuses.
    Dans tous les cas les enseignants ne reculeront pas et ils prévoient déjà vos maladresses : vous allez bricoler l’année scolaire pour faire croire aux gens (les paysans et tous les pauvres abrutis de ce pays) que vous maitriser la situation, alors que le dernier des imbéciles devait savoir qu’une partie est déjà gâtée ; les élèves qui comprennent mieux l’importance de l’éducation que votre gouvernement et votre parti vont marcher et vous allez réprimer violemment les manifestations au point de tuer de pauvres enfants abandonnés à eux ; rappelez vous Zigani !! Et là la coupe est pleine ! On pourrait même déjà commencer à vous accuser de crime de sang.
    Vous allez commencer une nouvelle année par des grèves ! et bien ! Bonne Année 2018 ! Bonnes grèves ! Bonnes grèves ! Bonnes grèves ! Bonnes grèves !

    Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2017 à 12:35, par Nina Poukame En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

      Mr SOUL, votre pseudonyme vous colle comme des gants, car il faut être vraiment trop soûl pour tenir un tel discours. Si vous êtes un enseignant, je souhaite qu’on vous éloigne définitivement des établissent de tous les ordres de l’enseignement de notre pays. Un langage ordurier comme celui que vous tenez a l’égard des autorités de ce pays, y compris le Président du Faso, n’est pas digne d’un éducateur. Comment peut-on admettre un personnage aussi mal éduqué comme vous dans notre système d’enseignement ?
      Vous êtes entrain de dévoiler les desseins lugubres des éléments infiltrés dans les syndicats des enseignants à travers la déclaration suivante : « les élèves qui comprennent mieux l’importance de l’éducation que votre gouvernement et votre parti vont marcher et vous allez réprimer violemment les manifestations au point de tuer de pauvres enfants abandonnés à eux ; rappelez- vous Zigani !! Et là la coupe est pleine ! On pourrait même déjà commencer à vous accuser de crime de sang ». C’est donc votre groupe qui, profitant de la mobilisation actuelle des enseignants honnêtes pour la satisfaction de leurs justes revendications, a incité les élèves à sortir barrer les routes, empêchant toute circulation ? Vous-vous attendiez certainement à ce qu’il y ait une violente répression sanglante avec des décès de plusieurs élèves, ce qui vous aurait donné l’occasion de mettre le feu partout à travers le pays comme vous en aviez la triste habitude ?
      Des tristes individus comme vous, on n’en a pas besoin dans parmi les enseignants ! Les enseignants honnêtes et clairvoyants perçoivent parfaitement votre plan lugubre et ne se laisseront pas prendre à votre piège trop grossier.
      Peste soit de vous et de tout votre groupe clandestin !!!

      Répondre à ce message

      • Le 1er janvier à 22:11, par SOUL En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

        Une chose est sûr ; vous vous n’êtes pas enseignant et vous faites semblant d’être avec les enseignants. Vous par exemple on voit que vous avez pris de l’argent pour intervenir parce que mon analyse était pertinente et que ça genait votre commanditaire. Sur toute la page vous n’êtes que le seul abruti qui n’a pas compris mon analyse. Vous connaisez-même des groupes subsersifs ! Si vous arrivez à établir un seul lien entre moi et ce groupe, je saurai qu’on ne vous a pas envoyé ; parlant de langage grossier, voyez les termes que vous utilisez dans votre réponse, moi mes mots étaient mille fois moins grossiers ; c’est donc vous qui êtes mal éduqué. Et quand vos plus hautes autorités disent ya da ya da et mouta mouta ; c’est ça le bon langage ? Traitez les comme vous m’avez traité et je saurai que vous êtes un homme. Dans tous les cas moi je ne me reproche pas de faire une analyse et je ne pense pas que vous compreniez le sens de ce mot. N’essayez pas d’intimider les gens en parlant de groupes, ça ne marchera pas. Je vais copier mon analyse et votre réponse et la mettre sur facebook et les enseignants, les vrais dont nous verrons les photos vont juger. Entre nous on parlait de mercenaires cybernétiques qui tentent d’intimider les enseignants sur le net ; je crois que vous en faites partie. Vous êtes une belle ordure vous ! Dites à votre commanditaire que vous avez échoué et surtout dites lui que les enseignants ne reculeront pas et s’ils ne reculent pas les conséquences seront celles que j’ai décrites. J’ai d’autres analyses, vous pourriez les lire et vous comprendriez la différence entre un libre penseur clairvoyant que je suis et le pantin que vous êtes !!!!!!!!!!! Vous savez, avec les enseignants ont essaie tout mais on échoue toujours ; c’est toujours comme cracher contre le vent, ça vous revient sur la poire. Vous n’êtes pas enseignant et vous êtes contre les enseignants. Vous êtes un vrai hypocryte vous. On va vous démasquer ; j’infromerai les autres de faire attention à vous !!!

        Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2017 à 22:14, par Le COMBATTANT En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    Vous n’êtes pas fait pour gouverner, c’est là tout le mal, en aucun moment depuis que vous êtes au pouvoir le pays n’a jamais connu un semblant de paix. C’est bien dommage.
    La chance ce n’est pas de la magie, vous oubliez mon cher président que vous n’êtes pas chanceux.
    Même sans des grèves vous aurez des difficultés pour gouverner.

    Répondre à ce message

    • Le 31 décembre 2017 à 12:49, par Nina Poukame En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

      Mr le COMBATTANT, il n’y a pas que les dictateurs et sanguinaires comme Blaise Compaore et sont frere qui sont "faits pour gouverner". Je comprends votre cri de coeur qui vient du fait que pendant 27 ans vous avez subi une dictature sanglante et avez fini par vous en accomoder. Peut-etre meme que vous en avez fait votre reference en matiere de gouvernance democratique. Malheureusement pour vous, la majorite de la population Burkinabe a vecu mal cette dictature avec son cortege de crimes economiques et de sang si bien qu’elle y a mis fin au prix de la vie de ses nombreux fils et filles. Le node de gouvernance democratique actuellement en vigueur lui convient, meme si de nombreuses ameliorations sont attendues.
      On dirait que vous vous ne comprenez que le langage du baton et du fusil ; methodes que la majorite des nbekinabe et surtout le president actuel detestent et rejettent avec la derniere energie.

      Répondre à ce message

      • Le 1er janvier à 22:29, par SOUL En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

        Je vous tiens là à défendre le pouvoir ; je savais que vous étiez contre les enseignants et mon analyse a marqué des points !!! MOUTA MOUTA, YA DA YA DA !!!! Qui a dit ça ??? Tous ceux qui ont mangé dans le même ratelier que Blaise sont des dictateurs sanguinaires ! C’était le même parti et le même pouvoir. Voilà pourquoi quand j’ai parlé de Zigani vous vous êtes paniqués ! Il faut que je vous recommande aux enseignants ; vous avez un incroyable talent d’hypocryte !!!!!!!!

        Répondre à ce message

  • Le 30 décembre 2017 à 22:33, par Poete En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    Si nous sommes dans la même fonction publique, l’équité Mr le Président voudrait qu’à grade egale, salaire egale.Seule les indemnités de risque peuvent peut être varier. Remettez tout à zéro et repartez sur de nouvelles bases.

    Répondre à ce message

  • Le 31 décembre 2017 à 09:02, par Patcheco En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    Il faut vraiment que le monde éducatif mette un peu d’eau dans son vin. Parce que quoi qu’on dise,les enseignants ne sont pas les mieux payés de la fonction publique,mais ils ne sont pas non plus les moins bien rémunérés. Mieux ils jouissent déjà d’un statut que les autres n’ont pas.En effet,ils sont les seuls à jouir de 3 voir 4 moins de congés par an,en plus seuls les enseignants peuvent quitter d’une catégorie à une autre par simple examen.Dans aucun autre corps de la fonction publique personne ne quitte de la catégorie C1 à B1 par examen.De sorte que passer de C1 à B1 est tellement sélectif dans certains corps que beaucoup vont à la retraite en C1.
    Les adjoints administratifs voudraient aussi passer secrétaires administratifs par examen,les infirmiers brevetés voudraient également passer infirmiers d’état par examen au lieu de concours...

    Répondre à ce message

  • Le 1er janvier à 12:51, par Jerkilo En réponse à : Burkina Faso : Roch Kaboré appelle les syndicats de l’éducation à observer la plus grande retenue

    Le président RMCK et son gouvernement ne récolte que ce qu’ils ont semé au début de leur mandat. A partir du moment où ils ont cédé devant les grèves impopulaires des magistrats et des financiers (impôt, trésor), ils devraient s’attendre à d’autres revendications de révision de statuts et d’amélioration des conditions de vie des autres agents de la fonction publique. Si gouverner, c’est prévoir, ils savaient que les enseignants aussi enclencheraient des revendications d’amélioration de leurs conditions de vie, d’autant plus que les agents de la santé viennent d’avoir une loi qui leur accorde un statut particulier.
    Pourquoi deux poids, deux mesures ? En quoi les enseignants sont moins méritants que les magistrats, les financiers, les policiers et les agents de la santé.
    Le refuge derrière l’avenir de élèves n’est qu’un prétexte facile, le président RMCK et son gouvernement sont responsables de la continuation de la faillite du système éducatif. Il faut qu’ils lâchent du lest sinon l’année scolaire dans l’école publique est compromise sinon foutue : un premier trimestre trimestre perdu et un deuxième qui risque de l’être si une mesure forte n’est pas annoncée assez tôt.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés