Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

LEFASO.NET | Maxime Jean-Eudes BAMBARA (stagiaire) • vendredi 10 novembre 2017 à 23h34min

Après leur mouvement d’humeur de protestation contre les velléités de suppression du secteur pharmaceutique dans le nouvel organigramme du ministère de la Santé le lundi 06 novembre 2017, les pharmaciens se sont fortement mobilisés à l’appel de leur syndicat pour la tenue d’une assemblée générale extraordinaire afin d’examiner le nouvel organigramme qui selon eux pose problème.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

« Il s’agit d’une assemblée générale extraordinaire du syndicat national des pharmaciens. Nous avons discuté essentiellement du nouvel organigramme du ministère de la santé qui comme vous savez a été à la base d’un mouvement d’humeur des pharmaciens au niveau de la direction générale de la pharmacie de médicaments et des laboratoires » a déclaré Aymar Tiendrebéogo président du syndicat national des pharmaciens du Burkina(SPBF).

A l’en croire cette assemblée générale extraordinaire fait suite à des velléités de destructuration du secteur pharmaceutique constatées dans le nouveau schéma du ministère de la Santé depuis l’année passée et qui aurait été à l’origine de la grande crise de la Centrale d’Achat des Médicaments Essentiels Génériques et des Consommables Médicaux (CAMEG). « En son temps on a attiré l’attention des autorités par rapport à ce qui pouvait advenir si le secteur pharmaceutique était perturbé. Malheureusement, ils ne nous ont pas écoutés et on a vu les conséquences au niveau de la CAMEG avec des ruptures de médicaments qui continuent jusqu’à présent » a regretté monsieur Tiendrébéogo. Aujourd’hui avec ces mouvements d’humeurs des pharmaciens, on se demande si l’on est totalement sortie de ce trouble.

JPEG - 93.9 ko
Une vue des pharmaciens présents à l’AG

Les différents intervenants à cette assemblée générale des pharmaciens se sont insurgés contre le nouveau graphique de structuration du ministère dont ils disent n’avoir pas été associés à son élaboration. Pour le président du syndicat, c’est de l’entêtement : « Le 17 octobre nous avons rencontré le ministre et on lui avait fait part de nos inquiétudes par rapport donc au nouvel organigramme qu’ils ont élaboré au niveau du ministère sans demander l’avis des partenaires sociaux que nous sommes ; puisqu’il faut le dire, il y a quand même une certaine expérience dans le secteur et on aurait pu apporter un plus. Lui-même a déploré ce fait, mais nous avons constaté que rien n’a été fait justement pour revenir sur la question, ils ont décidé de s’entêter et d’avancer ».

Au sortir de cette grande réunion de circonstance, les pharmaciens qui affirment ne pas se reconnaître en la direction générale de l’offre des soins (DGOS) qui regroupe un certain nombre de directions pharmaceutiques exige le maintien de la direction générale de la pharmacie et des médicaments (DGPML) rattaché au secrétaire général du ministère avec à sa tête un intérimaire pharmacien, la mise en place sans délais de l’autorité indépendante de règlementation du médicament et des produits de santé. Pour le syndicat les trois directions rattachées à la DGOS en l’occurrence la direction de la politique pharmaceutique et de la sécurisation des soins, la direction des laboratoires de la médecine et la pharmacopée traditionnelle doivent être reversées à la direction générale des pharmacies.

JPEG - 79.2 ko
Aymar Tiendrebéogo, président du syndicat national des pharmaciens

Selon le syndicat des actions avaient été entreprises au cours des années 2015 et 2016 en vue de la transformation de la direction générale de la pharmacie et des médicaments en une autorité de régulation pharmaceutique avec pour but de renforcer le système pharmaceutique. Cette autorité devrait regrouper les fonctions règlementaires qui étaient dévolues à la DGPML qui quant à elle allait gardait la fonction non règlementaire. « Nous ne comprenons pas pourquoi le ministère décide de supprimer la DGPML et d’engager l’organigramme sans avoir mis en place cette autorité de régulation. Ça veut dire que nous allons fonctionner sans une autorité pour règlementer le secteur pharmaceutique et là c’est très très dangereux pour la population au niveau des soins » a conclu le prédisent du syndicat national des pharmaciens, Aymar Tiendrebéogo.

Maxime Jean-Eudes BAMBARA
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 11 novembre à 08:20, par Papeté
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Ils ont raison mais le problème est plus grave qu’ils ne le pensent. l’objectif est une subordination complète de la fonction de pharmacien à celle de médecin. Le pharmacien sera un simple attaché dans la philosophie même si par son diplôme il est plus.

    Répondre à ce message

    • Le 11 novembre à 22:33, par BROO
      En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

      mon cher Papete, il faut débattre d’idées, apporter des critiques objectives sur l’organigramme comme la fait Dr SONDE et faire des suggestions qui vont faire avancer notre système de santé. le médecin et le pharmacien sont comme les deux faces d"une pièce de monnaie, condamnés par leurs serments respectifs à travailler ensemble. il faut rester sur l’organigramme et éviter de pervertir le débats. S’il ya des insuffisances sur l’organigramme, dans le dialogue et la concertation on peut y remédier, cultivons l’amour et la paix entre les hommes autour de nous et bannissons la haine .

      Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 08:33, par Tougouri
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Les médicaments (y compris les génériques), coûtent cher au Burkina. Comment expliquez-vous cet encherissement des prix ? A titre ulustratif, donner nous les détails du prix du paracétamol depuis l’achat à l’extérieur jusqu’à la vente au consommateur au Burkina.

    Répondre à ce message

    • Le 11 novembre à 14:10, par Adolphe SERME
      En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

      De prime abord le Burkina ne fabrique pas de médicaments, tout est importé. Le même produit peut être fabriqué par plusieurs laboratoires avec des qualités différentes. Exemple le générique paracétamol de la CAMEG et le générique Paracétamol des autres grossistes tels que Laborex, Ubipharm.. ne proviennent pas du même laboratoire pharmaceutique et n’ont pas la même qualité, de même les prix sont différents. Pour mieux comprendre le médicament de sa conception jusqu’à sa mise sur le marché, prendre contact avec le spécialiste du domaine qui est le pharmacien et tu comprendra la problématique réelle autour du médicament. Ce n’est pas une question d’intérêt égoïste que les pharmaciens sont entrains de se battre, mais une question plus grave que le citoyen lambda ne perçoit pas aujourd’hui et qui aura des conséquences graves à l’avenir.

      Répondre à ce message

    • Le 12 novembre à 09:57, par Aline
      En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

      D’abord pour acheter un médicament à l’extérieur il faut etre pharmacien d’officine ou pharmacien grossiste ou un pharmacien d’une structure habilitée à le faire (CAMEG par exemple)
      Pour le pharmacien lamda, le prix du médicament n’est pas très avantageux mais pour le pharmacien grossiste il est avantageux en ce sens qu’il achète "en gros" et il peut acheter auprès de certaines structures qui ne font justement que de la vente "en gros"...un peu comme ce qui se passe dans le commerce, plus tu as une grande quantité de marchandise, plus le cout d’achat est bas. Ensuite ces médicaments sont transportés au Burkina (bateau, route ou avion). Pour le grossiste il ya des marges bénéficiaires à appliquer en utilisant un taux d calcul, pour que le médicament ne soit pas hors de prix et pour que le grossiste puisse faire un bénéfice ; cette marge s’applique aussi au pharmacien qui commande seul. Et pour ce dernier les frais sont souvent élevés qu’il n’arrive pas à faire du bénéfice (il préfère attendre que le grossiste commande et il va acheter chez lui)
      Prenons le paracétamol. Un grossiste le commande à 10F par exemple, si on ajoute les frais de transport et de douane, il a un prix de revient de 18F, Il applique le taux de calcul de prix que la DGPML recommande. Il a par exemple 22F. Il vend donc ce paracétamol à 22F au pharmacien d’officine. Ce dernier applique également un taux pour calculer le prix de vente du paracétamol . Il obtient par exemple 25F. Donc c’est à 25F que le paracétamol acheté 10F à l’extérieur sera vendu.
      La CAMEG propose toujours des prix plus bas que les grossistes, parce qu’une partie des dépense est prise en charge par l’Etat (exonération) ; et la CAMEG ne fait pas dans les spécialités
      Pour le prix des spécialités le principe est le meme. Sauf que ici les écart de prix d’un grossiste à un autre peuvent etre grands
      Votre paracétamol générique peut vous couter 75F à l’achat alors que la spécialité -l’Efferalgan ou le Doliprane- coutent 15 fois plus chère

      Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 09:35, par ouattara
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Soyons tous pour une santé des populations comme priorité dans notre politique nationale. Quel que soit ce qui arrive ; nous voulons des médicaments de qualité et moins cher pour nos populations. Donc entendez vous car nous ne comprenons rien mais nous souhaitons que rien ne soit bloqué comme ce qui est arrivé avec la Cameg. Cette année on a souffert pour avoir tous les médicaments palu moins chers dans les csps ; chaque fois on nous dit d’aller en pharmacie... Donc faites tout pour que au moins on puisse avoir les médicaments sans problème...

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 09:59, par Phil
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    je voudrai bien qu’on me dise pourquoi les pharmaciens ont attendu la nomination du directeur général de l’offre de soins (DGOS) pour exprimer leur mécontentement alors qu’il s’est passé plusieurs semaines entre l’adoption de l’organigramme en conseil des ministres et la nomination du DGOS ?
    Ne serait-ce pas simplément parce que le DGOS n’est pas un pharmacien ?
    Et dans ce cas, ne serait-ce pas plutôt des revendications corporatistes que l’on veut nous faire prendre pour un intérêt pour la survie du secteur pharmaceutique ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 10:41, par HORUDIAOM
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    J’ai toujours attiré l’attention des uns et des autres qu’il n’est pas souhaitable de laisser un médecin diriger le ministère de la santé. Les médecins sont très partiaux alors que ce département regorge de nombreux corps. De ma jeune expérience, les médecins réussissent rarement leur mission lorsqu’ils sont nommés ministre. Exception faite du Commandant Abdoul Karim Kaboré, qui, du reste était un pharmacien. Les meilleurs ministres de la santé dans ce pays ont été des technocrates. Je fais allusion à Christophe Dabiré, Alain YODA, le vieux Pierre TAPSOBA et dans une moindre mesure Léné SOBGO. Ils étaient tous des technocrates. Mais si l’on observe tous les Ministres médecins depuis la transition à nos jours, on reste dubitatif. La transition a nommé un Médecin Ministre de la santé, mais on a eu l’impression qu’il a traversé la cours du Ministère et pourtant, il a été secrétaire général du même ministère. Ensuite, le Régime de Roch KABORE a nommé à son tour un autre médecin dont les agissements ont posé de nombreuses difficultés. N’ayant pas appris la leçon, un autre médecin a été nommé à la place de ce dernier et ça recommence. Je n’ai rien contre les médecins, je suis juste un observateur de la scène politique mais je pense que c’est la triste réalité. En conclusion, je suggère qu’on revienne à la nomination des technocrates comme ministre de la santé. Au moins le régime de Blaise Compaoré l’avait compris après le passage des Dr Zoubga et autres. Pour revenir à l’actualité présente, on ne peut décider de supprimer un service sans prendre la peine et le temps de discuter avec les acteurs.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 11:24, par SOURA Yorba
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Bonjour ;
    Je comprends la réaction de nos confères pharmaciens... Je me demande si chaque corps des métiers doit réclamer sa direction générale, le secteur de la santé serait il gouvernable ?

    Imaginons que les Chirurgiens dentistes réclament dans cette logique, leur direction générale, comment le secteur de la santé sera gérer ?

    Si l’on reconnais qu’on ne peut pas dissocier les soins du médicament, cela revient à dire également que l’offre de soins est un ensemble indivisible qui doit être coordonnée par une seule direction générale pour des raisons de cohérence et d’efficience.

    Je les supporterais dans la défense des profils des Directeurs Généraux à nommer : on doit donner la possibilité à chaque corps de métier d’être nommé à la tête de cette direction en fonction du mérite de la personne. Ce n’est pas chasse gardée des médecins.

    Cet organigramme n’est pas une invention du Burkina Faso, il provient d’un organigramme type recommandé par l’UEMOA en vue du passage au budget programme.

    Je me demande si les autorités actuelles du ministère de la santé ont pris le temps d’expliquer le bien fondé de cet organigramme aux différents acteurs de la santé notamment les corps des métiers ? Je recommande fortement le dialogue.

    Répondre à ce message

    • Le 12 novembre à 13:00, par Dr Michel TRAORE
      En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

      Cher SOURA Yorba
      Vous racontez des contre vérités. S’il y a une structure qui est très fâchée par la destruction de la DGPML, c’est bel et bien l’UEMOA. L’UEMOA avait fait de la DGPML le centre de référence de sa politique pharmaceutique.
      IL faut mieux se taire et paraitre bête que le prouver en parlant.

      Répondre à ce message

    • Le 12 novembre à 16:47, par nekre
      En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

      Merci pour la contribution er les pistes de solutions. Malheureusement vous faites des caricatures simplistes et inappropriées. Les chirurgiens dentistes ne peuvent pas demander une direction générale. Les pharmaciens non plus ne demandent pas une direction générale pour eux mais une direction consacrée au secteur pharmaceutique : énorme nuance. Le médicament occupe une position transversale : le gynéco, le chirurgien dentiste, l’infirmier ....en ont recours.
      Avoir une direction consacrée au secteur pharmaceutique ne veut pas dire que seuls des pharmaciens y travailleront. Toutes les compétences pouŕont venir contribuer. Pour preuve, celui qui vient d"ëtre nommé DGOS n’est il pas médecin de son etat précédemment en service à la ........................DGPML ?
      Faisons donc des analyses objectives.

      Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 11:31, par regard publiqie
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    ce organigramme à été mis en place par des expert de santé publique. Dans l’offre de soin cette direction a bien place en se référant à la qualitologie sanitaire. il faut déjà enveler dans les mentalité qu’il nya pas que des pharmaciens qui puisse diriger la DGPMl.il n’ya pas dedier a un corp professionnel sinon nous allons pas nous retrouver avec ces types de réflexion qui rime avec des intérêt d’un groupe qui veut embarquer tous les pharmaciens. il s’agit d’une transformation structurante avec une vision innovante. d’après les ivoiriens a connaît pas à demender.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 11:45, par Sidnaba
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Pour la santé de nos populations, le ministère doit revoir sa politique

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 13:52, par Adolphe SERME
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Le problème ne vient pas des pharmaciens, le problème vient d’un groupe d’individus au niveau du ministère de la santé qui ne font que semer le désordre dans le système de santé

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 14:04, par Un con
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Mr Tougri Si vous voulez avoir le prix du paracétamol comme souhaité ,je vous indique une adresse.les cliniques privées de médecine.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 14:30, par Gongoni
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Sincèrement il faut que le président du Faso soit un peu regardant sur le choix de ses ministres .Il ne faut pas accepter aveuglément n’importe qui au poste de ministre . Depuis sue RMCK est au pouvoir combien de fois il y a eu des crises , des montées de tension etc. z cause des mauvaises méthodes de travail , des mauvais choix , des attitudes désinvoltes , des propos discourtois de l’arrogance de certains ministres ? L’organigramme du ministère de la santé à été conçu sans une participation minimale des cadres du ministère de la santé .Et voilà qu’à cause d’un ministre vantard et prétentieux nous sommes dans une crise stupide dont on aurait pu faire l’économie. Mais RMCK aime les incompétents , allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 14:43, par AlinO
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Bonjour. Il faut que l’état resolve ce problème le plus rapidement possible. On a souffert et continue de souffrir avec les ruptures causés par l’influence sur la cameg. Nous demandons à l’Etat de d’écouter ce syndicat et resoudre leurs problèmes car le médicament est très sensible et très capitale pr la population

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 15:21, par Un citoyen
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Un ministre de la santé ce n’est pas un ministre de la médecine. La santé est un composite et tous les acteurs compétents peuvent contribuer à l’atteinte de résultats.
    Mr le Ministre ne vous rendez pas complices de conseillers des officines obscures qui vont saboter votre mission.Ecoutez aussi les autres.sage conseil.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 15:57, par 10sur10
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Quand les gens sont en manque d’idées pour faire des réformes salvatrices, on se précipite pour changer l’organigramme en guise de diversion, tailler des lots pour des amis et régler des comptes. Dites-moi ce que les différents changements d’organigramme ont apporté comme gaze de changement ? Tous les 2 ans , le ministère de la santé change son organigramme ! Au lieu de rechercher l’excellence pour le bien-être des populations, ce sont des idées campagnardes indigestes qui sont servies dans les cabinets ministériels. Pour apprécier notre système de santé, il faut voir le nombre d’évacuation sanitaire et les hôpitaux qui sont devenus ni plus ni moins que des mourroirs ! Au lieu de s’attaquer aux vrais problèmes, on se serre les coudes pour détruire les réussites que représente le secteur pharmaceutique à travers la crise de la CAMEG créée pour empêcher un pharmacien de réussir en tant que DG ; la décapitation de la DGPML qui est le centre de référence de l’UEMOA. Des centaines de personnes viennent de l’extérieur chaque année pour s’inspirer du modèle de la CAMEG et de la DGPML.
    Je prends l’opinion publique à témoin qu’il y’a un apparthaid au ministère de la santé du Burkina où des enseignants en manque d’inspiration ont mis dans la tête de leurs étudiants devenus patrons du ministère qu’il faut combattre le pharmacien. Toutes les politiques sanitaires échouent au Burkina parce qu’on refuse d’associer des pharmaciens compétents à l’élaboration des politiques et stratégies. Les problèmes de la gratuité des soins en sont l’illustration.Des pharmaciens ont faait un diagnostic des risques liés à la la gestion du médicament et ainsi que des propositions d’atténuation. Mais il y’a des gens qui pensent qu’ils sont nés pour donner des ordres aux pharmaciens et non collaborer avec eux. Je termine par la citation du Président Lamizana "ce pays souffre plus de la méchanceté de ses fils que son manque de ressources "

    Que Dieu sauve le Faso de ses enfants sectaires !

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 20:28, par Al pacino
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    C’est là la légendaire guéguerre entre médecins et pharmaciens qui est mise en évidence.Les uns et les autres se prennent pour les plus importants du système de santé du Burkina parce qu’ils ont des doctorats.Pourtant,voilà les deux corps qui tirent le système de santé vers le bas.Le pharmacien est un commerçant dont la fonction publique constitue un tremplin le temps d’avoir son autorisation d’ouverture et à ce titre la santé de la population est le dernier de ses soucis.Le médecin,son dessein est de devenir médecin-chef de district,le temps de construire sa villa avant sa spécialisation puis l’ouverture de sa clinique.
    Les pharmaciens ont eu le courage de dire haut et fort ce qu’ils pensent sinon les médecins généralistes sont tous autant contre le nouveau organigramme,car il consacre la création des directions provinciales de la santé,donc la fin de la suprématie des médecins chefs de districts véritables prédateurs des deniers publiques au niveau districts.Chers pharmaciens ce qui est fait est fait et il faut que vous souffrez qu’il en soit ainsi.Et pourquoi pas une direction générale des soins infirmiers ou des laboratoires ?

    Répondre à ce message

    • Le 12 novembre à 13:39, par 10sur10
      En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

      Vous avez le mérite de bien décrire la situation mais comme votre niveau ne permet pas de pose le bob diagnostic ni de prédire les conséquences sur la santé des populations. La désorganisation du système pharmaceutique va entraîner du système de santé avec l’anarchie dans la chaîne d’approvisionnement qui profitera d’abord a qq charlatans mais s’en suivra une pénurie avec des problèmes de qualité de médicaments. Pour votre information, il y’a des pharmaciens qui ont plus de 20 ans services dans l’administration publique mais sont contraints à s’installer dans le privé parce que leur mérite n’est pas reconnu.

      Répondre à ce message

    • Le 12 novembre à 17:25, par nekre
      En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

      Oui le mal est fair. On avait dit la même chose concernant la nomination du DG de la CAM EG. La suite , on la connaît. Les pharmaciens toutes spécialités confondues attendent la réaction des autorités dans les meilleurs délais.. Sinon ils se réservent le droit de passer à d"autres étapes.

      Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 20:58, par nekre
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Nos autorités doivent faire preuve de plus de clairvoyance et d’humilité. Il faut bannir ces méthodes dignes d’un autre age. Que le ministre nous dise l’insuffisance de l’ancien organigramme et qu’elle plus value le nouveau nous apporte. Déjà dans les conversations privées certaines personnes presenteraient le démantèlement de la DGPML comme leur trophée de guerre. Pourquoi ils se réjouissent ? Le temps nous dira.

    Répondre à ce message

  • Le 11 novembre à 22:38, par jerkilo
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Texte envoyé non diffusé. J’aimerais savoir s’il des reproches particulières au texte que j’ai écrit ce matin. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 19:37, par Leicora
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Je crois que les pharmaciens ont raison, chaque corps professionnel doit avoir la possibilité de s’occuper de son domaine car c’est eux qui le connaisse le mieux. Mais les autorités du ministère veulent assujettir tous les professions du ministère à un seul corps. Je sais que tous les médecins ne partagent pas ce point de vue. On verra les têtes qui occuperons ces directions générales pour comprendre à quelle sauce on va nous daba.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 21:01, par Mr lamda
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Je suis médecin de formation avec une expérience avérée.Ce que je constate actuellement avec cet organigramme qui divise certains acteurs de la santé me désole car on pouvait faire l’économie de cette gueguere. Mr Le Ministre il faut savoir que les corps de métier de la santé sont distincts et cela a Bien marché jusqu’à nos jours.
    Dites moi vos motivations qui justifient la désarticulation de la DGPLM ?

    Nos populations souffrent déjà de manque de structures et de personnepl en quantité suffisante faite en sorte que le système de santé soit amélioré et laissez les acteurs gérer leur secteur d’activité habituelle.

    Mr le Ministre il y a une complémentarité entre Médecins et pharmaciens évitons ces querelles inutiles qui risquent de jouer sur la qualite des soins de nos populations.

    je demande l’implication mesurée de nos autorités pour apaiser les cœurs pour que le vivre ensemble triomphe.jouons balle à terre car c’est à ce prix que nous vaincre la maladie.merci

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 21:19, par Mr lamda
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    El Pacino regarde comment ton nom est évocateur de ta personnalité. Voir les choses de cette manière relève de quelqu’un d’ignorants. Dans tous les système du monde il ya le secteur pharmaceutique depuis l’aube du temps. Si votre ambition est de liquider ce secteur parce que tous les secteurs ne peuvent pas avoir de direction générale alors là je doute fort de votre Quotient Intellectuel.

    Dites moi en quoi un Médecin peut il s’arroger le droit d’être un omniscient.?

    j’attends ta réponse pour te descendre comme une batterie pourrie hors d’usage.

    Répondre à ce message

    • Le 15 novembre à 11:35, par al pacino
      En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

      Comme ça,tu vas me descendre ?et bien descends moi djihadiste du web.Pendant qu’on y est,ton quotient intellectuel étant voisin de celui des Pythagore et autres Louis Pasteur,qu’elle est ta contribution pour le développement des sciences médicales ?En tant que pharmacien combien de molécules as tu mis à la disposition de la médecine par des recherches ?Si c’est acheter des médicaments pour revendre,c’est du commerce comme le ferait un commerçant de Rood Wooko.
      Ne venez pas emmerder les gens avec vos histoires de directions générales,secteur pharmaceutiques...
      je le dis et le répète,cette guéguerre n’a rien à voir avec l’amélioration de l’état de santé des populations mais visent à assoupir des intérêts malsains et inavoués d’une corporation.Descends moi maintenant Mr le savant.

      Répondre à ce message

  • Le 13 novembre à 13:46, par wait and see
    En réponse à : Ministère de la Santé : Qu’est-ce qui ne va pas avec le nouvel organigramme ?

    Prenons comme exemple le ministère de l’économie & finances : vous avez les impôts avec DG et des textes qui régissent son fonctionnement, vous avez la douane, vous avez le trésor public,... On ne peut cumuler toutes ces fonctions en un et vouloir produire de bons résultats. Cest ce quise passe actuellement à la santé. Au lieu de s’attaquer à la sécurisation des produits de santé on démantèle la structure habilité à gérer ces genres de problème. Aujourd’hui on manque de ventoline aero pour les asthmatiques, de ceftriaxone et d’autres produits d’urgence. les mouvements de grève qui suivront risquent de paralyser davantage le système. wait and see

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés